Navigation – Plan du site
Résumés de thèses soutenues en 2016

L’approche ethnoarchéologique de la céramique néolithique du site de Cachama, dans la province de Benguela en Angola

Étude comparative des chaînes opératoires de fabrication de la céramique archéologique et actuelle
Maria Helena Benjamim
p. 97-98

Entrées d’index

Index géographique :

Angola, Benguela
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en anthropologie, ethnologie, préhistoire
Soutenue le 12 avril 2016
Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne
Direction : Manuel Gutierrez
Jury : M. Gutierrez, L. Laporte, M. Otte, A. Person, H. Procopiou

Texte intégral

1La notion de Néolithique en Angola, telle qu’elle apparaît dans la bibliographie, ne correspond à aucune réalité de production de végétaux ou de domestication des animaux, qui sont les bases d’une société néolithique en Europe. Pour l’instant, cette attribution vient de l’association de tessons de céramique et de matériel lithique en quartz ou en silex retrouvés notamment lors des fouilles de Cachama et de l’abri de Ganda. Pour l’ensemble des sites archéologiques angolais publiés, l’étude de la céramique s’est limitée à la typologie et au décor. Aucune comparaison morphologique ou des techniques de façonnage n’a été réalisée.

2Le musée national d’archéologie de Benguela ayant dès l’origine rassemblé une collection de céramiques fabriquées par des artisans locaux, l’enquête ethnographique nous a paru aller de soi. Par ailleurs, dans la mesure où les différentes opérations qui se succèdent pour façonner une céramique semblent effacer les traces de l’opération précédente, il nous semblait important de tenter de reconstituer les chaînes opératoires de fabrication pour mieux comprendre le matériel archéologique. Enfin dans ce pays existe encore une tradition artisanale qu’il importe d’enregistrer. Cent trente artisans ont été identifiés, vingt-trois interviewés et cinq suivis. Les sujets représentent un large éventail d’âges allant de 22 à 78 ans, ce qui permet de mesurer le poids d’une permanence des techniques. Dans tous les cas nous avons abordé l’apprentissage qui, pour la quasi-totalité, se fait en milieu familial avec une transmission par les femmes pour les potières, et par les hommes pour les potiers.

3À partir de ces observations, nous avons construit un modèle de chaîne opératoire, indiquant la succession des opérations identifiées, et tenté de voir comment chaque artisan effectuait ces diverses opérations, les articulait les unes par rapport aux autres, et les raisons de ces choix. Lors de notre enquête ethnographique, l’observation de tous les moments de la chaîne opératoire mis en œuvre – qu’il s’agisse de moments actifs ou passifs –, a eu pour but de rechercher sur le matériel archéologique considéré les indices permettant de les reconnaître.

4Deux types de façonnage ont été observés : creusement et étirage de la motte, que l’on fait petit à petit monter, et montage au colombin, où des boudins d’argile sont peu à peu superposés et lissés.

5Certains outils ne laisseront aucune trace comme l’anneau végétal sur lequel repose la base du récipient en fabrication, ou le récipient d’eau dans lequel le(a) potier(ère) humidifie régulièrement ses mains (fig. 1b). D’autres sont en utilisation secondaire et il sera difficile d’identifier ce détournement de l’usage : c’est le cas du percuteur en bois utilisé pour écraser à la fois les grains et les nodules d’argile sèche ou de l’assiette qui servira de support. D’autres encore sont des fragments d’outils ou d’objets qui seraient perçus par l’archéologue comme les restes rejetés d’un objet entier ; en effet, rien ne permet d’imaginer qu’ils ont eu une nouvelle vie : en exemple ce tesson de calebasse ou ce fragment de plastique qui aident à monter régulièrement les bords en maîtrisant l’épaisseur (fig. 1a). Enfin les mains de l’artisan sont l’outil essentiel du façonnage et elles disparaîtront avec lui. Ainsi aucun outil ne pourra aider à identifier cette fabrication céramique.

Figure 1 – a) outils en plastique et en bois fabriqués par la potière, vieux couteau en métal et galet ; b) pâte dans un sac plastique qui aide à la conservation de l’humidité, base en végétaux, outils utilisés pour la mise en forme (fragment de calebasse, outil en bois), petite bassine avec de l’eau, objets métalliques pour couper la pâte

Figure 1 – a) outils en plastique et en bois fabriqués par la potière, vieux couteau en métal et galet ; b) pâte dans un sac plastique qui aide à la conservation de l’humidité, base en végétaux, outils utilisés pour la mise en forme (fragment de calebasse, outil en bois), petite bassine avec de l’eau, objets métalliques pour couper la pâte

© M. H. Benjamim

6Dans le cas des femmes potières qui pratiquent de manière non-professionnelle, l’espace de travail est intégré à l’espace domestique et aucune structure particulière ne marque sa spécificité. Ainsi, assises devant leur porte, elles travaillent le récipient en l’appuyant sur leurs cuisses. En l’état de notre enquête, seuls les hommes travaillant de manière professionnelle, au tour, semblent s’être dotés d’un atelier. Si, pour les périodes préhistoriques, ce sont les premières manières de faire qui sont mises en œuvre, rien ne nous permettra d’identifier les lieux de fabrication.

7La majorité des femmes interviewées disent avoir commencé pour satisfaire à leurs propres besoins. Puis viennent des échanges à l’échelle villageoise où une céramique est troquée contre d’autres denrées. Enfin intervient une vente contre argent, qui se stabilise par la vente sur les marchés, laquelle est faite le plus souvent par un intermédiaire étranger.

8Le croisement des observations archéologiques ou ethnographiques a permis la reconstitution des procédures techniques de l’assemblage céramique de Cachama. Il se caractérise par la permanence de certains traits que l’on retrouve encore aujourd’hui, mais avec une variété de décors plus riches que ceux observés sur les céramiques contemporaines.

9Notre enquête ethnographique devra s’étendre à un plus grand nombre de potières et élargir autant que faire se peut notre panel d’interviewés ; ceci en suivant la réalisation de chaque opération tout au long de la chaîne opératoire.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/957/img-1.png
Fichier image/png, 192k
Titre Figure 1 – a) outils en plastique et en bois fabriqués par la potière, vieux couteau en métal et galet ; b) pâte dans un sac plastique qui aide à la conservation de l’humidité, base en végétaux, outils utilisés pour la mise en forme (fragment de calebasse, outil en bois), petite bassine avec de l’eau, objets métalliques pour couper la pâte
Crédits © M. H. Benjamim
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/957/img-2.png
Fichier image/png, 935k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Helena Benjamim, « L’approche ethnoarchéologique de la céramique néolithique du site de Cachama, dans la province de Benguela en Angola », Afrique : Archéologie & Arts, 12 | 2016, 97-98.

Référence électronique

Maria Helena Benjamim, « L’approche ethnoarchéologique de la céramique néolithique du site de Cachama, dans la province de Benguela en Angola », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 12 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://aaa.revues.org/957

Haut de page

Auteur

Maria Helena Benjamim

helenabenj@yahoo.fr – Équipe Ethnologie Préhistorique, CNRS, UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie & Ethnologie, René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org