Navigation – Plan du site
Résumés de thèses soutenues en 2016

Sijilmassa et le Tafilalt (viiie-xive siècle) : éclairages sur l’histoire environnementale, économique et urbaine d’une ville médiévale des marges sahariennes

Chloé Capel
p. 95-96

Entrées d’index

Index géographique :

Maghreb, Maroc, Sahel, Sahara
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en archéologie
Soutenue le 8 juin 2016
Université Paris 1, Panthéon Sorbonne
Direction : Jean Polet
Jury : Ch. Picard, R. Messier, A. Fili, P. Cressier, J. Polet

Texte intégral

1Le Sahara a connu, en lien d’abord avec l’essor, puis avec les différents redéploiements du commerce caravanier, un phénomène assez généralisé de fondations urbaines qui a touché, tout au long de l’époque médiévale, aussi bien la rive nord que la rive sud du grand désert. Certaines de ces villes (Awdaghost, Nûl, Maranda, Sedrâta, Zawîla, Tadmakka etc.) – qui constituaient tout autant d’étapes sur les routes commerciales reliant le Maghreb, le Sahel et la vallée du Nil – ont, quelle que soit leur date de fondation, disparu aujourd’hui avec la fin de leur raison d’être, à savoir celle des grands systèmes caravaniers transsahariens. D’autres (comme Gao, Agadez, Oualata, Ouargla, Ghadâmes), même si elles ont parfois changé de nom, sont encore peuplées aujourd’hui. C’est le cas de Sijilmassa (fig. 1), devenue aujourd’hui Rissani, dans le sud-est du Maroc. La longévité de ces villes suggère, quoique de manière empirique, que le commerce transsaharien médiéval n’est sans doute pas le seul et unique paramètre à prendre en compte pour justifier l’essor et le maintien de ces groupements humains sahariens, pré-sahariens et sahéliens, et que ces établissements commerciaux sont synonymes d’une histoire complexe et multiple, à ce jour très peu cernée. Avec celui des échanges commerciaux, le thème de l’urbanisation est, du fait de sa récurrence à l’époque médiévale, un sujet incontournable des études sahariennes mais reste aujourd’hui mal compris.

Figure 1 – Les ruines des murailles préservées sur la bordure nord du tell archéologique de Sijilmassa

Figure 1 – Les ruines des murailles préservées sur la bordure nord du tell archéologique de Sijilmassa

© C. Capel

2Étudier la ville médiévale de Sijilmassa par le biais des données archéologiques, et non plus à partir des seules sources textuelles, constitue un changement de paradigme qui n’a été, à ce jour, que peu approfondi. Percevoir cette cité saharienne et son oasis par le biais de données intrinsèques, et non plus uniquement par la perception qu’en avaient les voyageurs, les géographes et les chroniqueurs venus de l’extérieur, permet pourtant un renouvellement important des questionnements et des connaissances au sujet du célèbre carrefour caravanier du sud marocain. Le choix de Sijilmassa comme point d’ancrage de cette étude sur le fait urbain au Sahara médiéval s’est imposé en raison de l’existence d’un important corpus documentaire inédit et accessible. Entre 1988 et 1998, un programme archéologique de grande ampleur, le Moroccan-American Project at Sijilmasa (MAPS) s’est déroulé, à Sijilmassa, sous la supervision de Ronald Messier, professeur d’histoire de l’islam à la Middle Tennessee State University (MTSU). À l’issue de six campagnes de terrain, alliant fouilles, études environnementales et prospections archéologiques, une importante documentation scientifique a été produite, intégrant des écrits, des relevés et de très nombreuses photographies, soit un total de près de 10 000 pièces exploitables. Le potentiel scientifique de ce fonds d’archive n’avait à ce jour pas été exploité à la hauteur des résultats obtenus par cette mission. Son étude a été associée à une grande campagne de prospections extensives, menées sur l’emprise du site archéologique de Sijilmassa mais aussi dans ses environs immédiats (zone oasienne de la ville) et plus éloignés (plaine désertique alentour).

3L’association, la combinaison et la confrontation de ces deux types de données – micro-locales, tirées des archives de fouilles et celles, à l’échelle du gisement archéologique et de son environnement immédiat, résultant des observations de surface –, le plus souvent complémentaires, ont permis, en plus de l’exploitation des sources textuelles, la construction de la réflexion doctorale. Cette réflexion, majoritairement fondée sur les données de l’archéologie, dans leur ensemble totalement inédites, a permis un renouvellement important de la perception du site et de son histoire. Cette approche permet de développer une quinzaine de thématiques différentes – sur l’écologie, le climat, l’agriculture, l’irrigation, l’élevage, l’exploitation des sols, l’architecture, la trame urbaine, la défense du territoire, la démographie, l’art, l’artisanat, la politique, le fait religieux, le commerce – qu’il est possible de synthétiser en deux principaux axes d’étude : l’histoire environnementale de la cité et l’histoire urbaine du site archéologique. En procédant par éclairages successifs, du fait du caractère disparate du corpus documentaire, cette recherche s’inscrit pleinement dans l’héritage de l’équipe maroco-américaine dont elle est totalement tributaire, tout en dépassant les conclusions de ce précédent programme : elle met en évidence de grandes dynamiques, économiques, écologiques, démographiques et sociales, permettant d’expliquer la place prépondérante acquise, durant toute l’époque médiévale, par cette cité dans l’histoire du commerce africain ; elle permet aussi de mieux cerner ses processus d’émergence, de déclin et de transformation.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/954/img-1.png
Fichier image/png, 334k
Titre Figure 1 – Les ruines des murailles préservées sur la bordure nord du tell archéologique de Sijilmassa
Crédits © C. Capel
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Capel, « Sijilmassa et le Tafilalt (viiie-xive siècle) : éclairages sur l’histoire environnementale, économique et urbaine d’une ville médiévale des marges sahariennes », Afrique : Archéologie & Arts, 12 | 2016, 95-96.

Référence électronique

Chloé Capel, « Sijilmassa et le Tafilalt (viiie-xive siècle) : éclairages sur l’histoire environnementale, économique et urbaine d’une ville médiévale des marges sahariennes », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 12 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://aaa.revues.org/954

Haut de page

Auteur

Chloé Capel

chloe.capel@gmail.com – Équipe Ethnologie Préhistorique, CNRS., UMR 7041 ArScAn, Maison Archéologie & Ethnologie, René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org