Navigation – Plan du site
Cahier « Archéologie et art de la vallée du Nil à l’Holocène moyen »

Sociétés et rites funéraires : le Nil moyen (Soudan) du Néolithique à l’Islamisation

Alain Gallay
p. 43-80

Résumés

Cet article teste la pertinence d’une approche intégrant ethnohistoire et archéologie, dans un cadre ethnoarchéologique et linguistique régional en suivant une démonstration de type logiciste. Il aborde la préhistoire récente et l’histoire préislamique du Soudan depuis le Néolithique et vise à donner une vue renouvelée du développement des civilisations du bassin du Nil moyen et du Kordofan dans le domaine des rites funéraires. Il présente une perspective anthropologique africaniste afin de compléter la vision égyptologique qui domine aujourd’hui l’archéologie de cette région. La démonstration se construit sur trois niveaux successifs : une démarche ethnographique actualiste référée aux contextes linguistiques, une collecte des données paradigmatiques archéologiques et ethnohistoriques, et une vision anthropologique qui définit la structure dynamique du phénomène. Deux ensembles se dessinent, l’un, néolithique, compréhensible dans le cadre de la dynamique du phylum afrasien, l’autre, à l’origine des sociétés pré-étatiques et étatiques (Kerma, Napata, Méroé), qui s’intègre dans la dynamique du phylum nilo-saharien. Quelques propositions générales sur l’évolution des sociétés sont exprimées.

Haut de page

Texte intégral

1Nous développerons ici une approche théorique retenue pour l’étude des rites funéraires et de l’évolution des sociétés sahariennes et sahéliennes, dans un contexte géographique et historique particulier : le Soudan préhistorique et historique préislamique. Il s’agit donc d’une expérimentation délicate dont seuls les archéologues spécialistes de cette région – que nous ne sommes pas – pourront juger la pertinence. Nous sommes conscient du caractère souvent spéculatif de certaines parties de cette réflexion, mais nous pensons que ce ne peut être qu’à ce prix que notre connaissance du passé peut progresser. L’article tente d’autre part de recentrer notre attention sur le Nil moyen lui-même et ses racines africaines afin de compléter une vision principalement orientée sur l’Égypte, recentrage déjà esquissé par L. Török (1997).

2Nous pouvons définir une démarche en trois points qui se veut d’application générale (fig. 1).

Figure 1 – Problématique d’analyse des rites funéraires africains intégrant données ethnohistoriques, ethnologiques, linguistiques et archéologiques : étapes du raisonnement

Figure 1 – Problématique d’analyse des rites funéraires africains intégrant données ethnohistoriques, ethnologiques, linguistiques et archéologiques : étapes du raisonnement

A. Gallay

31. Une démarche ethnographique actualiste référée aux contextes linguistiques

4Sur le plan paradigmatique, le monumentalisme funéraire saharien et sahélien en général, et soudanais en particulier, doit être situé par rapport à plusieurs paramètres actualistes. Parmi eux, il convient de retenir des données ethnographiques portant sur un certain nombre de concepts théoriques de l’anthropologie au plan socio-politique et des données sur les sociétés précoloniales occupant la zone (Konso, Nuer, Shilluk, Toubou, Touareg, etc.), décrites selon des critères précis (Testart 2010). En parallèle, les données linguistiques (relations avec les différentes langues des phylums afrasien/afro-asiatique et nilo-saharien) permettent de contextualiser ou de spécifier les inférences retenues et de proposer un cadre dynamique aux descriptions.

52. Une collecte des données paradigmatiques archéologiques et ethnohistoriques

6Les données descriptives de base regroupent les connaissances archéologiques et ce que peut nous apporter, pour ces périodes relativement récentes, le contexte ethno-historique.

73. Une démarche anthropologique : définir la structure dynamique du phénomène

8En suivant Alain Testart (2012), nous distinguons les sociétés (nos régularités) des cultures (nos scénarios). L’analyse des données centrées sur les types de sociétés permet seule une approche évolutionniste. La démarche cladistique (fondée sur la notion de descendance avec modification) est à nos yeux l’instrument adéquat pour ce type d’analyse (cf. monumentalisme sénégambien) ; elle montre que les coutumes funéraires ne s’insèrent pas facilement dans la taxonomie cladistique décrivant la dynamique évolutive des sociétés. Ces dernières ne constituent donc pas, dans cette perspective, des clades homogènes. Mégalithisme, sépultures tumulaires, sépultures en fosse caractérisent en effet des types distincts de sociétés holocènes placées entre les sociétés de chasseurs-cueilleurs et les sociétés étatiques. Cette question reste néanmoins ouverte en l’état actuel des investigations.

Références ethnologiques (P0-1 à P0-12)

9Les références ethnologiques utiles pour notre propos portent essentiellement sur des aspects économiques et politiques. Il est important aujourd’hui de réexaminer le développement des sociétés de la haute vallée du Nil dans la perspective d’une anthropologie africaniste afin de compléter et d’enrichir la vision essentiellement égyptologique développée jusqu’à ce jour par les archéologues travaillant dans cette région.

10Un certain nombre de données concerne la place de l’élevage dans les sociétés africaines.

P0-1. L’institution, dite du bœuf préféré, joue un rôle important chez les populations d’éleveurs de l’Est de l’Afrique relevant aussi bien du phylum afrasien que du phylum nilo-saharien.

11Chez les Turkana, de son initiation à sa mort, chaque homme possède son bœuf préféré (bœuf de danse) ; il nomme l’animal d’après l’une de ses particularités et adopte lui-même ce nom, qu’il clamera au moment d’une attaque pour se donner courage (Pavitt 1997). On retrouve ce type d’institution chez les Hamar d’Ethiopie, une population de pasteurs de langue omotique d’Éthiopie (phylum afrasien) étudiée par Jérôme Dubosson (2013, 2014).

P0-2. L’institution du prix de la fiancée implique des transferts importants de bétail entre la famille du fiancé et la famille de la future épouse.

12Chez les populations d’éleveurs d’Afrique de l’Est, notamment dans la région des grands lacs, les bovinés jouent un rôle essentiel dans la mesure où ils entrent dans le cadre du prix de la fiancée, souvent très élevé. Les troupeaux sont alors un moyen et une fin. L’échange de bêtes contre des femmes constitue l’un des piliers de ce type de société (McCabe 2011 : 199). L’introduction des bovinés dans le rituel funéraire reste limitée et, dans cette perspective, essentiellement symbolique, comme chez les Hamar, le bétail étant réservé aux vivants (Dubosson 2013).

P0-3. L’idée, introduite par Melville Herskovitz (1926), que les pasteurs africains tendent à produire des troupeaux de très grande taille pour des motifs idéologiques et de prestige reste, dans le contexte subactuel, très marginal.

13L’idée que les pasteurs est-africains ont un attachement « irrationnel » à leurs bovinés n’est pas celle des sociétés pastorales subactuelles, comme les Turkana, qui conservent un troupeau propre à répondre aux aléas d’un milieu aux variations climatiques non prévisibles et aux impératifs du prix de la fiancée (McCabe 2011 : 35). Un second domaine de référence concerne certains aspects de l’organisation politique des sociétés africaines au sud du Sahara.

P0-4. Il convient de distinguer lignage et société lignagère. Les sociétés lignagères se retrouvent sur l’ensemble de l’Afrique.

14Le lignage est un terme qui se rapporte uniquement à la parenté et désigne un groupe de filiation unilinéaire, patrilinéaire ou matrilinéaire. Des sociétés organisées en lignages existent partout dans le monde, notamment en Afrique, et à toutes les époques.

15Une société lignagère (dite aussi segmentaire) est, au contraire, une forme d’organisation politique bien particulière propre à l’Afrique, structurée par le lignage et uniquement par lui (Testart 2005 : 109 ; Boulestin 2016). En pratique, le lignage ne gère donc que le système de parenté tandis que les sociétés lignagères sont lignagères au sens politique du mot. Mais l’amalgame entre les deux notions est une source permanente de confusion, laquelle ne nous a pas épargné (Gallay 2011a).

P0-5. Les organisations lignagères peuvent être à l’origine d’une hiérarchisation de la société.

16Le pouvoir patriarcal caractéristique de l’organisation lignagère dans sa forme la plus simple peut être relayé ou supplanté par un pouvoir aristocratique. L’aristocratie sera définie ici comme la fraction de la population possédant un pouvoir politique distinct, fondé sur la force et/ou la richesse, qui domine et contraint alors le pouvoir lignager traditionnel (Gallay 2011a, soumis ; Meillassoux 1986).

P0-6. Une cité-État s’écarte de l’État territorial en ce qu’elle n’exerce pas un contrôle politique strict et une mainmise territoriale sur les cités concurrentes.

17La notion de cité-État est intrinsèquement polysémique ce qui rend délicat son usage comme catégorie analytique (Collectif 2004 ; Monteil 1977 ; Bazin 1975, 1982 ; Meillassoux 1986 ; Holder 2001 ; Gallay 2016a, soumis). À titre provisoire nous proposons de distinguer deux types de cités-États. Dans le premier, la cité ne dispose pas du monopole de la force et laisse donc à d’autres parties de la société la possibilité de s’organiser pour la conduite des razzias et des guerres. Dans le second, elle a le monopole de la force et contrôle notamment le commerce des esclaves.

P0-7. L’analyse de la notion de la royauté divine se doit de distinguer clairement entre justification religieuse et impératifs politiques.

18La question de la royauté sacrée/divine en Afrique a été abordée par J. G. Frazer dans Le Rameau d’Or (1ère éd. 1890). Cette théorie, développée notamment par Luc de Heusch (1958, 1993), a depuis lors été régulièrement critiquée, critique reprise par Alain Testart (2010). On se référera à Gallay (soumis) pour une analyse plus détaillée de ce type de formation politique.

P0-8. Il existe des exemples de royautés divines parmi les populations du phylum nilo-saharien.

19L’analyse des données réunies sur les Shilluk (Westerman 1912 ; Evans-Pritchard 1948 ; Young 1966 ; Cervello Autuori 2001) et d’autres populations du haut Nil montre que ces populations n’ont pas été à l’origine d’États forts. Les rois n’y apparaissent pas vraiment comme des chefs d’État, ne disposant que de très peu de moyens de coercition, et n’ont pas le monopole de la violence. Ce ne sont pas des États, ou du moins pas des États complètement formés. Dans le Darfour, il existe des royautés dont le statut est difficile à préciser. Trois dynasties se succèdent d’après la tradition orale : Les Dajous (dans la moitié sud jusqu’au Tchad et au Kordofan), les Tounjours (dans la moitié nord) et les Kayras/Fours (au centre).

20Selon Brigitte Gratien (2013 : 10) : « Le sultanat du Darfour était une royauté sacrée comme au Mali ou au Songhaï, caractérisée par un rituel de l’accession des audiences par intermédiaires, une possibilité de régicide royal et l’importance du rôle des femmes de la famille royale, les épouses et les sœurs. Puis on observera une centralisation du pouvoir autour du Sultan. La structure païenne et tribale du royaume Four subsiste mais, progressivement, est couverte par des éléments islamiques ».

21Ces informations demanderaient à être approfondies pour ce qui touche le Darfour. Le Mali et le Songhaï ne sont pas des royautés sacrées dans le sens donné à ce terme par G. Frazer (1890), puis par Evans-Pritchard (1948) pour les Shilluk par exemple. On sait par contre que la royauté zaghâwa, à l’ouest du Darfour, présentait certaines caractéristiques d’une royauté sacrée (Cuoq 1984 : 25-26, 233-235).

P0-9. L’État peut être défini comme une organisation politique possédant le monopole de la force.

22La définition de l’État a fait couler beaucoup d’encre, mais toutes reprennent d’une façon ou d’une autre la définition de Max Weber (1919) qui insiste sur le monopole de la violence : l’État est une organisation politique qui se caractérise par le monopole de la violence légitime, ou de la contrainte physique légitime (Gallay soumis).

P0-10. La royauté peut être forte ou faible.

23Le premier grand trait commun des royaumes africains est le maintien de l’organisation lignagère. Cette dernière se combine toujours avec une organisation locale pour former une organisation « villageo-lignagère » qui se trouve être à la base des administrations territoriales des royautés africaines. La royauté peut avoir un pouvoir limité ou absolu. On parle alors de despotisme (Testart 2010). Un troisième domaine de référence, permettant l’interprétation des vestiges archéologiques, concerne la question des morts d’accompagnement. On se reportera sur ce sujet aux discussions qui ont opposé Philippe Chambon et Jean Leclerc d’une part, Bruno Boulestin d’autre part, discussions qui permettent de saisir tous les enjeux de cette question (Boulestin 2008 a et b ; Chambon & Leclerc 2007, 2008). Une attention particulière devra à l’avenir porter sur l’analyse taphonomique des sépultures multiples en fosse pour lesquelles la documentation ne répond pas toujours aux exigences de cette problématique (Duday 2005).

P0-11. Il convient aujourd’hui de remplacer la notion de « sacrifice humain », trop largement utilisée par les archéologues, par celle de morts d’accompagnement.

24L’identification archéologique et celle du statut social des individus mis à mort lors des funérailles d’un personnage important constituent l’un des volets essentiel de l’analyse des programmes funéraires. L’enquête approfondie menée par Alain Testart (2004a et b) à l’échelle mondiale sur la coutume des morts d’accompagnement – ces individus exécutés au moment de la mort d’un individu important–, déposés ou non dans la sépulture, permet de proposer un certain nombre de critères taphonomiques d’identification pour cette coutume au niveau archéologique : superposition des individus sans perturbation du squelette inférieur ou disposition périphérique des individus mis à mort, disposition des corps inhabituelle, etc.

P0-12. Les morts d’accompagnement se rencontrent dans les tombes de personnes extrêmement diverses.

25Les sépultures sont celles de rois, de grands dignitaires, de seigneurs locaux, de chefs de lignages. Les morts d’accompagnement appartiennent à plusieurs catégories sociales regroupant essentiellement des esclaves, mais également des amis ou des fidèles qui peuvent se donner la mort volontairement, ainsi que des épouses et des concubines. Les trois données – accompagnement funéraire, esclavage et fidélités personnelles – composent un tout qui précède et anticipe l’État. Une société entièrement fondée sur la parenté est, par principe, antinomique avec le développement de liens personnels. La présence de morts d’accompagnement témoignant de liens personnels, de servitude ou de clientélisme, révèle une société fondée sur des liens plus complexes que la simple parenté. Ces derniers tendent par contre à disparaître lorsque l’esclave devient un bien marchand dont le commerce permet de s’enrichir, comme c’est le cas dans les États marchands au pouvoir despotique (Gallay 2011a, 2012a).

Références linguistiques (P0-13 à P0-25)

26Le cadre linguistique, notamment la référence aux grands phylums définis par B. Greenberg (1948, 1963), permet de contextualiser les règles générales d’interprétation proposées par l’approche ethnoarchéologique. Dans un premier temps, en effet, ces dernières n’ont pas valeur universelle et doivent être replacées dans des contextes qui doivent être précisés (Gallay 2011b). On se référera ici essentiellement aux travaux de Christopher Ehret (1976, 1993/1995, 2011), de Roger Blench 1993/1995, 1999, 2006) et de Claude Rilly (2008, 2009, 2010a et b).

P0-13. Le principal problème posé par l’approche linguistique concerne le passage des classifications phénétiques ou cladistiques aux classifications phylogénétiques et la corrélation des classifications des divers auteurs utilisant souvent des procédures et des terminologies distinctes.

27Deux questions se posent à propos de la mise en correspondance des classifications linguistiques et des composantes culturelles, tant économiques que techniques, céramiques notamment :

  • quelles sont les conditions du passage d’une classification des langues – phénétique (proximités globales) ou cladistique (processus de descendance avec modifications) – à une classification phylogénétique interprétable en termes historiques ?

  • quelle est la pertinence des racines linguistiques restituées au niveau des proto-langages pour définir un certain nombre d’innovations techniques et/ou économiques ?

28En Afrique, trois auteurs – Roger Blench, Christopher Ehret et Claude Rilly – ont suivi cette voie pour restituer l’histoire des phylums nilo-saharien et afro-asiatique ou afrasien, mais la confrontation de leurs approches est hypothéquée par des terminologies qui se recouvrent difficilement.

Phylum nilo-saharien (C. Ehret)

P0-14. C. Ehret (1993/1995, 2011) retient cinq paliers historiques principaux à partir d’un centre d’origine situé dans le désert égyptien. Ces paliers sont mis en relation avec certaines innovations économiques et datés.

29Les recherches effectuées à Nabta Playa en Égypte et sur d’autres sites de cette région (Wendorf & Schild 1996, 1998, 2001) servent de référence :

  1. Proto-soudanique (> 9000 BCE). Stade chasseur-cueilleur. Diffusion en direction du sud à l’origine de proto-central-soudanique. Cette toute première diffusion est à l’origine des langues parlées sur les frontières sud-occidentales du phylum, aux confins du Tchad, de la Centrafrique et du Congo. 

  2. Proto-nord-soudanique (8500 BCE). Proto-lexèmes indiquant la domestication, la collecte des graminées sauvages et la céramique.

  3. Proto-saharo-sahélien (7500 BCE). Proto-lexèmes en relation avec un élevage et une agriculture bien établie. Diffusion en direction du Tibesti et de l’Ennedi (proto-saharien).

  4. Proto-sahélien (6200 BCE). Proto-lexèmes en relation avec l’élevage des caprinés. Migration à l’origine du Songhaï (Nicolaï 1990).

  5. Proto-est-sahélien (vers 5000 BCE). Diffusion en direction du Wadi Howar, atteint à la phase Leiterband (fig. 2).

Figure 2 – Corrélation entre la séquence archéologique de Nabta Playa (Égypte) et le développement des langues du phylum nilo-saharien selon C. Ehret

Figure 2 – Corrélation entre la séquence archéologique de Nabta Playa (Égypte) et le développement des langues du phylum nilo-saharien selon C. Ehret

Gallay 2016b, d’après Ehret 2011; Wendorf & Schild 1998

30L’interprétation phylogénétique de ces classifications permet de placer dans les arborescences les séquences de Nabta Playa (à partir de 8000 BCE) et du Wadi Howar (à partir de 4000 BCE).

31On notera que ce scénario est actuellement discuté sur la base de nouvelles données qui remettent en question certaines datations très hautes et isolées et les mouvements nord-sud qui peuvent être inférés de ces dernières comme les chercheurs de l’Heinrich Barth Institut le proposent (Kuper & Kröpelin 2006 ; Bubenzer et al. 2007).

P0-15. Ces phases de différenciation peuvent être mises en relation avec les séquences archéologiques de Nabta Playa (Désert égyptien méridional) et du Wadi Howar (Soudan).

32La séquence archéologique de Naba Playa couvre la période 8850-4250 BCE, celle du Wadi Howar, qui lui fait suite, la période 5000-1000 BCE. L’ensemble des datations de ces deux régions permet de mettre en évidence un glissement des populations du nord vers le sud à l’articulation du ve et du ive millénaire en corrélation avec l’aridification du climat (Kuper & Kröpelin 2006).

Phylum nilo-saharien (C. Rilly)

P0-16. L’analyse de Claude Rilly (2010 a, b) se place dans le cadre de la classification de M. L. Bender (2004).

33Sur le plan technique l’analyse suit les procédures classiques de la méthode comparative dont les étapes ont été clairement définies par l’indo-européaniste A. Meillet (1925), qui fut l’un des disciples de F. de Saussure (Reichler-Béguelin 1988). On notera que C. Rilly (2010b : 104-110) propose une virulente critique des fondements de la restitution du proto-nilo-saharien proposée par C. Ehret. Il montre que ce linguiste néglige notamment de restituer les stades intermédiaires de sa reconstruction au niveau des groupes de dialectes et de langues. Cette critique souligne les limites de ces approches et justifie l’accueil réservé de nombre de linguistes, mais également des archéologues.

P0-17. On peut rattacher le méroïtique au soudanique-oriental-nord.

34Claude Rilly (2009, 2010a et b) se penche sur la classification et la phylogénie d’une seule famille, celle de l’est-soudanique-nord (ou soudanique-oriental-nord). L’objectif est d’intégrer à l’analyse des complexes linguistiques anciens connus seulement par des textes écrits, en l’occurrence le méroïtique et le nubien ancien, dont il démontre l’appartenance au phylum nilo-saharien. La correspondance avec la classification de C. Ehret soulève certaines difficultés. Il nous semble néanmoins possible de mettre en parallèle le soudanique-oriental-nord de Rilly avec l’est-sahélien de C. Ehret et, dans le prolongement, le soudanique-oriental de C. Rilly avec le soudanique-nord de C. Ehret (fig. 3).

Figure 3 – Corrélation entre les classifications du phylum nilo-saharien de C. Ehret et de C. Rilly permettant d’établir l’équivalence entre soudanique-nord (C. Ehret) et soudanique-oriental (C. Rilly) ainsi qu’entre est-sahélien (C. Ehret) et soudanique-oriental-nord (C. Rilly)

Figure 3 – Corrélation entre les classifications du phylum nilo-saharien de C. Ehret et de C. Rilly permettant d’établir l’équivalence entre soudanique-nord (C. Ehret) et soudanique-oriental (C. Rilly) ainsi qu’entre est-sahélien (C. Ehret) et soudanique-oriental-nord (C. Rilly)

Arbres simplifiés.

A. Gallay

P0-18. Sur un plan plus large, le scénario montre une phase d’explosion du proto-est-soudanique-nord au cours du IVe millénaire et cinq mouvements de diffusion divergeant à partir du Wadi Howar en direction de l’Éthiopie, de la Nubie (Kerma, Méroé), de la Basse Nubie, de l’Ennedi et des monts Nuba.

35Le scénario (fig. 4) présenté est le suivant :

Figure 4 – Diffusion des langues du proto-est-soudanique-nord selon C. Rilly (2010b)

Figure 4 – Diffusion des langues du proto-est-soudanique-nord selon C. Rilly (2010b)

La fin du ive millénaire BCE marque une période d’expansion importante des populations du Wadi Howar

A. Gallay

  • Branche 1. Remontée de l’Atbara en direction des plateaux éthiopiens (groupe de Gash/Argobat, 3350-1000 BCE) et formation du nara ;

  • Branche 2. Développement des langues koushites en Nubie dans le cadre de la civilisation de Kerma (2000 BCE), puis du Méroïtique (400 BCE-400 AD) ;

  • Branche 3. Développement du nubien en Basse Nubie (nobiin, dongolawi, 330 AD), branche divergente en direction du Kordofan ;

  • Branche 4. Mouvement en direction de l’Ennedi (Tama) ;

  • Branche 5. Mouvement en direction des mont Nuba (Nyimang) ;

36Ce scénario n’aborde pas la question de la diffusion de l’est-soudanique-sud.

Phylum afrasien (C. Ehret)

P0-19. L’origine de l’afrasien se situe en Afrique.

37Selon C. Ehret (2011 : 39), une origine africaine de l’afrasien est clairement démontrée à travers le principe de parcimonie qui tend à s’appuyer sur la répartition actuelle des langues et à minimiser les déplacements de populations. Quatre mouvements séparés de populations depuis le Proche et le Moyen-Orient, en relation avec les langues sémitiques, sont en effet hautement improbables.

P0-20. Le berceau de l’Afrasien se situe en bordure de la mer Rouge.

38Ce phylum diffuse ensuite en direction des plateaux éthiopiens.

P0-21. Le tchadique et le berbère pourraient former une seule famille.

39L’une des particularités du scénario proposé est le regroupement des langues berbères et tchadiques dans une même famille, le proto-tchado-berbère, malgré la distance qui sépare l’Afrique du Nord du bassin du Tchad. Les dates proposées, qui ignorent les données soudanaises, paraissent trop anciennes et la corrélation établie entre le Capsien et les ancêtres des Berbères discutable.

Phylum afrasien (R. Blench)

P0-22. Le tchadique et le berbère doivent être nettement séparés.

40L’arbre proposé par R. Blench (2006) reprend la proposition de C. Ehret en y incorporant ses propres vues. La principale différence réside dans une meilleure séparation du tchadique. Il s’agit d’un arbre composite incorporant les vues de C. Ehret (1993-1995). La question de la proximité du berbère et du tchadique proposée par C. Ehret pose en effet un problème d’ordre géographique du fait de la coupure présentée par le désert saharien. Cette raison d’ordre géographique nous fait donc préférer l’hypothèse défendue par M. L. Bender et R. Blench, plus conforme aux données géographiques. La présence de deux hypothèses concurrentes montre néanmoins que l’utilisation des racines restituées n’est pas sans problèmes.

P0-23. La confrontation des vues de C. Ehret et de R. Blench révèle une contradiction majeure à propos du lieu d’origine de l’Afrasien. La proposition de R. Blench nous semble plus vraisemblable.

41Le lieu d’origine de l’afrasien, bord de la Mer Rouge selon C. Ehret ou Soudan central selon R. Blench, pose également problème. Le fait que les populations afrasiennes devaient collecter des céréales sauvages et manger des tubercules de carex parle en faveur d’un milieu humide riche en ressources végétales, ce qui milite plutôt en faveur de l’hypothèse de R. Blench. Il y avait lors des périodes humides de l’Holocène dans la Gézireh, entre Nil Bleu et Nil Blanc, des lacs et un important réseau divergent de cours d’eau issus du cours principal du Nil Bleu pour se jeter dans le Nil Blanc. Ces derniers ont par la suite disparu (Sadig 2010 : carte 1.3 ; fig. 5).

Figure 5 – Place des innovations économiques dans le développement du phylum afrasien d’après C. Ehret 2011

Figure 5 – Place des innovations économiques dans le développement du phylum afrasien d’après C. Ehret 2011

Les racines concernant l’élevage (A, B, C et D) sont distinctes et témoignent de développements autonomes. Les dates proposées par C. Ehret paraissent trop anciennes par rapport à la séquence du Soudan central, référence que cet auteur n’utilise pas.

A. Gallay

P0-24. La conception de R. Blench paraît plus vraisemblable.

42Ce scénario intègre mieux effectivement les données archéologiques et paléogéographiques.

P0-25. Cette conception pose la question de la présence à la même époque dans le Wadi Howar de populations appartenant au phylum nilo-saharien et au phylum afrasien.

43Reste néanmoins une question de taille quant à l’axe de diffusion du tchadique car nous voyons mal, à première vue, le Wadi Howar fonctionner à la même époque à la fois comme pôle de peuplement pour le proto-tchadique (phylum afrasien, R. Blench) et pour le proto-est-soudanique-nord (phylum nilo-saharien, C. Rilly). Cette question sera abordée dans la proposition P02-9.

Références ethnohistoriques : la question de l’esclavage (P0-26 à P0-34)

44Les points importants sur le plan ethnohistorique concernent la question des esclaves et des relations entre le développement de la traite esclavagiste et la progression de l’Islam. Le statut de l’esclavage dans la vallée du Nil est une question complexe. On distingue généralement en Afrique deux types d’esclavage : l’esclavage pour dette et l’esclavage de guerre (Testart 2001). Les sources historiques à disposition ne permettent d’aborder que ce deuxième type. Il est d’autre part souvent difficile de distinguer relations tributaires, échanges et intégration de l’esclave dans une logique marchande comme cela sera le cas à l’époque islamique (Fauvelle 2016).

P0-26. Les premières mentions relatives à des transactions concernant l’Égypte remontent à l’époque prédynastique et au Groupe A, mais elles ne signalent pas la présence d’êtres humains parmi les produits échangés.

45Les gens de l’époque de Nagada en Égypte étaient des exportateurs de produits finis issus de leur artisanat, ainsi que de denrées plus agréables au goût qu’à l’œil. Ils recevaient en échange des matières premières indispensables : ivoire, ébène, encens, huiles végétales, peaux de félins, provenant de régions méridionales, et dont les hommes du Groupe A assuraient l’acheminement. C’est peut-être de ce trafic dont témoignent les nombreuses gravures rupestres de bateaux que l’on rencontre tout au long du fleuve, depuis la Haute-Egypte jusqu’aux confins du Batn el-Hagar. Mais le flot de produits venus d’Égypte s’arrête brusquement au début de la Première Dynastie, en même temps que disparaissent les produits indigènes (Midant-Reynes 1992 : 210).

P0-27. Certains premiers indices mentionnent, dès l’époque thinite, des entreprises qui ressemblent plus à des razzias de la part des Égyptiens qu’à des transactions commerciales.

46On évoque pour l’époque thinite (2950-2780 av-J.-C., ière et iie Dynastie) des ponctions d’hommes et de femmes originaires du sud, dues aux actions des armées égyptiennes. Le relief du Gebel Sheikh Suleiman publié par A. J. Arkell (1950), présente l’image d’un prisonnier nubien attaché à la proue du bateau, tandis que des morts « flottent » en dessous. L’ensemble est dominé par un serekh identifié par certains auteurs comme celui de Djer, troisième roi de la ière Dynastie (Somaglino & Tallet 2014).

47Sur un autre graffito figure un scorpion tenant des prisonniers, évocation possible de raids égyptiens visant les populations du groupe A, antérieurs à la Première Dynastie. Cette iconographie guerrière représentant des combattants décédés et des prisonniers de guerre reste par contre muette sur le sort réservé aux guerriers vaincus, dont on peut penser que certains ont été réduits en esclavage (Midant-Reynes 1992 : 211).

48À l’Ancien Empire (2700-2250 av. J.-C.), les Égyptiens se sont intéressés aux produits et aux routes du pays de Koush. Ces produits comprenaient des ressources animales, minérales et des hommes. C’est ainsi que le pharaon Snéfrou (2613-2498, ive Dynastie) affirme avoir ramené 7000 hommes du sud, de Ta-Seti (Eisa 1999 : 6).

P0-28. Les premiers indices d’un commerce d’êtres humains remontent au Kerma classique (1750-1450 BCE).

49La présence d’un commerce reliant la Nubie à l’Égypte est suggérée par le grand nombre d’empreintes de sceaux de cette époque retrouvés à Kerma. En échange, les gens de Kerma devaient envoyer de Nubie au Nouvel Empire : matières premières, animaux sauvages et domestiques et hommes. Une grande partie des esclaves devait provenir de razzias opérées au détriment des populations méridionales ou du Kordofan (Gratien 1978 : 218, 292). Au Nouvel Empire plusieurs dizaines d’esclaves noirs sont envoyés en Égypte pour le tribut des pays nubiens (Emery 1965 : 184-191). Le trafic remonte à une période plus lointaine puisqu’à la VIe Dynastie, vers 2300-2000 BCE, les expéditions égyptiennes recrutent déjà des mercenaires pour les armées et des serviteurs (Bonnet 1990 : 48).

P0-29. L’exportation d’esclaves en direction du nord se confirme à l’époque de Méroé (300 BCE-350AD).

50L’état de guerre permanent qui ressort des inscriptions et de l’iconographie triomphale, avec le leitmotiv du prisonnier abattu ou enchaîné (Baud 2010 : 59, fig. 75), et le possible commerce des esclaves qui en résulte, reste néanmoins délicat à analyser. L’Égypte recevait probablement des esclaves de Nubie constituant soit des prises de guerre, soit des tributs (Renault & Daget 1985). Nous n’avons néanmoins aucune preuve explicite de ce commerce, même s’il peut être induit de la présence massive d’esclaves noirs dans le monde hellénistique et romain.

P0-30. Dans la deuxième moitié du ier millénaire BCE les zones à l’écart de la vallée du Nil restent au dehors du commerce.

51Le Darfour-Kordofan reste à l’écart du flux des transactions en direction du nord, mais pouvait déjà, à l’époque, servir de lieu de prédation de la part des États de la vallée du Nil comme ce sera le cas plus tard.

P0-31. On ne possède pas d’informations concernant l’esclavage dans les royaumes chrétiens d’Afrique de l’Est.

52Après le déclin de Méroé, trois royaumes chrétiens se forment au vie s. AD : ceux de Makourie et de Nobatie, qui furent ensuite réunis pour former un seul État, et celui d’Aloa (ou Alodie), plus au sud. Selon le récit d’Ibn Selim al-Aswani, le chef d’Aloa possède de vastes territoires au sud et à l’ouest qui doivent être habités par une population nomade et non-chrétienne ; si la vallée est chrétienne, vers l’an 1000, les déserts restent païens, donc susceptibles d’être pillés (Vantini 1975).

P0-32. Dans la vallée du Nil, le commerce des esclaves va s’intensifier à la période islamique dès le xiie s. AD.

53Les États pratiquaient le commerce des esclaves, à partir des ressources du Kordofan et du Darfour aux xiie et xiiie s. Le royaume de Makourie payait le tribut baqt, dont plusieurs centaines d’esclaves envoyés au Caire.

P0-33. L’islamisation du Kordofan peut se situer tardivement au xve s. AD.

54L’Islam arrive au Kordofan tardivement, probablement dès les xve-xvie siècles. La région prospectée, relativement limitée (Gratien 2013), ne livre plus alors de monuments funéraires. D’après les sources historiques, cette région paraît avoir été essentiellement une zone de prédation pour les États de la vallée du Nil.

P0-34. Ces données historiques montrent que la question de l’esclavage est un point crucial dans le développement des sociétés du bassin du Nil, mais cette pratique, ainsi que les transactions qui pourraient la concerner, restent difficiles à identifier.

55Les esclaves semblent faire partie des échanges et/ou des tributs liant la Nubie à l’Égypte au moins depuis le Kerma classique. Ces relations se développeront dans le cadre de l’idéologie guerrière de Méroé, mais il faudra attendre l’islamisation pour compter sur un véritable commerce au sens fort du terme (Fauvelle 2016). Les sources ethnohistoriques restent néanmoins muettes en ce qui concerne les périodes les plus anciennes.

Références archéologiques (P0-35 à P0-59)

56Une première région offrant des repères chronologiques concerne les zones désertiques occidentales, notamment avec les groupes de sites de Nabta Playa (Égypte) et du Wadi Howar (Soudan).

Nabta Paya

P0-35. La séquence de Nabta Playa dans le sud de l’Égypte se situe entre le ixe millénaire et le Ve millénaire. Elle constitue une référence clé pour comprendre l’origine ou une des origines de la domestication des bovinés.

57On peut distinguer quatre phases.

1. Néolithique ancien 1 (phase El Adam, 8850-7850 BCE)

58La fin de l’Humide holocène est marquée par plusieurs phases de moyenne aridité. La poterie est présente. On note des graines de millet sauvage (Wasylokowa et al. 1993). Dans la faune, la gazelle témoigne d’un environnement sahélien. La présence de quelques os et dents de grands bovinés pourraient déjà, d’après Achille Gautier (2001), signaler une espèce domestique. Cette interprétation, comme celle proposée à propos des restes de Bir Kiseiba a été contestée. Selon Joséphine Lesur-Gebremariam (2009), l’attribution domestique ne s’appuie que sur des critères paléoécologiques. Dans le contexte d’aridité de l’époque, les mares temporaires ne suffiraient pas à alimenter des bovidés sauvages qui ont besoin de boire chaque jour. Ce contexte nécessite une conduite des troupeaux par l’homme vers les points d’eau temporaires. On note également l’absence du bubale qui accompagne généralement le bœuf sauvage. La question reste ouverte, même si l’hypothèse de A. Gautier est séduisante. Il faut insister ici sur le fait que toute la discussion ne porte que sur quelques fragments d’os. On notera dans ce contexte que les analyses ADN démontrent que le foyer africain de la domestication de Bos est clairement séparé des foyers proche-oriental et européen, ce qui témoigne de processus de domestications indépendants (Blench & McDonald 2000 ; Lesur-Gebremariam 2009), une position non partagée par M. Honegger (2014b).

59Selon Michael Brass (2013) trois modèles s’affrontent, celui de F. Wendorf (Wendorf & Schild 1998, 2001) s’appuyant sur les données de Nabta Playa, en faveur d’une domestication très ancienne indépendante du Proche-Orient, celle d’Andrew B. Smith (2005) en faveur d’une origine récente à partir du Proche-Orient, parallèlement à l’introduction des caprinés, et enfin une troisième, personnelle à M. Brass. Selon cette dernière hypothèse (Brass 2007), les bovinés auraient été introduits tardivement en même temps que les caprinés, mais l’espèce aurait incorporé certains bovidés sauvages locaux déjà contrôlés par l’homme. On notera que L. Chaix (2009) soutient l’hypothèse de F. Wendorf. Selon ce dernier le site d’El-Barga au Soudan (Honegger 2009) témoigne en effet de la présence discrète du bœuf domestique dès la fin du viie millénaire BCE. Les données plus anciennes de Wadi El-Arab ont été récemment revues et ne présentent que des espèces sauvages (Chaix & Honegger 2009 : 209 ; Linseele 2011-2012 ; Honegger 2014b). Cette évaluation concerne donc une période beaucoup plus récente que ce qui a été avancé pour Nabta Playa.

2. Néolithique ancien 2 (phase el Gorhab, 7650-7250 BCE)

60Le site ne présente que peu de changements par rapport à la phase précédente. Le bœuf est présent. Il n’y a pas de fosses de stockage.

3. Néolithique ancien 3 (phase El Nabta, 7150-6950 BCE)

61L’habitat est de dimensions plus étendues et habité de façon plus permanente, mais il s’agit encore d’un site saisonnier. On trouve des puits de stockage. La céramique de type dotted wavy line apparaît. Les bovinés sont présents. L’archéologie met en évidence une récolte de plantes sauvages avec du sorgho et différentes variétés de millet. Selon Krystyna Wasylikowa et al. (1993, 1996), le sorgho pourrait être cultivé. Il n’y a par contre aucune trace de plantes d’origine asiatique comme l’orge ou le blé.

4. Néolithique moyen (6350-5650 BCE)

62Au début de l’Aride holocène moyen le bœuf domestique est attesté et les caprinés originaires d’Asie du Sud-Ouest sont présents. On observe des fondations de huttes semi-souterraines avec des fosses de stockage et de nombreuses meules.

5. Néolithique final (5500-4250 BCE)

63Au maximum de l’aride de l’Holocène moyen, une poterie à lèvre noire réduite originaire de la vallée du Nil apparaît, dont les formes sont ici mal connues au regard de la fragmentation du matériel (proto-black topped pottery). L’intérêt principal de cette phase est la présence de nombreuses constructions dites mégalithiques, alignements de menhirs, cercle de pierres dressées, monolithes enterrés, sépultures de bovidés sous tumulus, etc., qui font de Nabta Playa l’un des sites mégalithiques le plus ancien et le plus original de cette partie de l’Afrique. Ces découvertes témoignent de l’étroite association de ces manifestations avec des sociétés fondamentalement pastorales.

Wadi Howar

P0-36. On peut considérer que la séquence du Wadi Howar prend le relai sur celle de Nabta Playa situé plus au nord.

64Ce transfert résulterait (selon certains auteurs) d’une dessiccation du climat intervenant à partir de 5300 BCE (Kuper & Kröpelin 2006). Trois phases se distinguent (Jesse 2004) :

1. Horizon dotted wavy line et Laqiya (5200-4000 BCE)

65La céramique est présente, mais l’économie reste encore prédatrice. De récentes données suggèrent que cet horizon pourrait remonter à la fin du viie et au début du vie millénaire (Salvatori 2016 : 129 ; Salvatori et al. 2006-2007).

2. Horizon Leiterband (4000-2200 BCE)

66Une économie de production s’est établie, des pasteurs occupent les territoires du Wadi Howar.

3. Horizon Handesi (2200-1100 BCE)

67L’intensification de l’aridité conduit à un changement du mode de vie ; des moutons et des chèvres, mieux adaptés aux conditions arides, complètent les troupeaux.

Kordofan, données chronologiques et rites funéraires

P0-37. Le Darfour-Kordofan reste à l’écart des formations proto-étatiques et étatiques de la vallée du Nil.

68Les raisons en sont que, pendant la plus grande partie de son histoire, les connexions culturelles étaient quasi inexistantes (Gratien 2013 : 6-7). Cette absence, fondée, il faut bien le dire, sur des recherches géographiquement limitées, ne préjuge pas d’éventuels développements pré-étatiques originaux, comme le révèlent les ruines de la ville de Zankor (cf. P042).

P0-38. Le Kordofan a fait l’objet récemment de prospections qui permettent de compléter l’évolution connue de la vallée du Nil.

69Des prospections ont été menées entre 2002 et 2005 dans les zones proches du Wadi el-Milk qui, comme le Wadi Howar, rejoint le Nil dans la région de Debba. La zone explorée se situe à l’est du Darfour et au nord des Monts Nuba au Soudan (Gratien 2013). Les résultats obtenus sont résumés dans P039 à P045.

P0-39. Le Kordofan semble avoir été occupé par des populations de pasteurs suite à l’abandon progressif de la région du Wadi Howar.

70Après un retour relatif des conditions humides vers 2600 BCE, le climat ira en s’asséchant progressivement jusqu’aux périodes historiques. À cause des changements climatiques, le Wadi Howar inférieur semble avoir été complètement abandonné au second millénaire BCE alors que l’occupation de la partie moyenne continue jusqu’au premier millénaire BCE (Rilly 2010b : 404-405).

P0-40. Le Kordofan livre des sépultures individuelles sous tumulus, entre 3900 et 2100 BCE, qui peuvent être mises en parallèle avec des représentations rupestres de bovinés.

71Les sites néolithiques restent peu nombreux et livrent des tumulus de pierrailles d’un diamètre de 2 à 5 m. La moitié d’entre eux sont précédés d’une allée bordée d’une double rangée de pierres levées ou stèles, sur le côté méridional de préférence, de plusieurs mètres de longueur (site ABS V ; Gratien 2013). À cette période peuvent être rattachées certaines gravures de bovinés domestiques sans bosse à grandes cornes en lyre vues de face (type sanga ?).

P0-41. À la fin du Néolithique, le Kordofan livre encore des sépultures individuelles sous tumulus (vers 800-400 BCE). Elles peuvent être contemporaines de représentations rupestres anthropomorphes.

72Les sépultures tumulaires persistent et peuvent s’associer à des enceintes circulaires comme à Abou Sofyan II (site ABS II). Certaines gravures présentant des guerriers portant des lances ou des hallebardes à lame triangulaire font penser à des gravures de l’Ouest saharien (Tibesti, Aïr).

P0-42. Dans le Kordofan, la fin du ier millénaire BCE est représentée par les ruines de la cité de Zankor et des tumulus de grandes dimensions, utilisant la brique cuite.

73Cet épisode, illustré par l’agglomération fortifiée de Zankor (400-0 BCE), constitue une parenthèse originale, à la fois par son développement « urbain » et par ses sépultures tumulaires de grandes dimensions, associant brique crue et brique cuite, un matériau très inhabituel en milieu saharien et qui ne sera plus utilisé par la suite.

74Dans la zone de Zankor, mis à part un très vaste champ tumulaire correspondant à la ville antique (site ZK 1012), une grande nécropole constituée de tombes assez éparses aux superstructures en briques, grès ou schiste, a été installée à proximité du rempart de la citadelle. L’occupation urbaine et funéraire s’étend sur près de trois siècles, du début du ive s. BCE au début de notre ère.

75Dans la région d’Abou Sofyan le cimetière comporte des tumulus de très grande taille construits de briques crues et de briques cuites. Plusieurs de ces monuments sont eux-mêmes entourés de tumulus secondaires aux superstructures plates, et de taille inférieure (AB 1). Les datations radiocarbones situent cet ensemble entre 300 et 120 BCE.

76Les auteurs (Gratien 2013) insistent sur l’absence de connexion entre la culture de Zankor et la vallée du Nil. La question des briques interpelle pourtant. La brique crue est connue dès le Kerma ancien (Bonnet 1990), mais on notera que la brique cuite apparaît dans la construction des pyramides de Méroé au iiie s. BCE, soit à la même époque que dans la culture de Zankor.

P0-43. Aucun vestige situé vers 1100-1300 AD n’a été repéré dans le Kordofan.

77La région pourrait avoir subi cependant de nombreux raids esclavagistes organisés depuis la vallée du Nil (Adams 1977 : 505).

P0-44. Par contre le Kordofan voit le développement spectaculaire de grandes sépultures tumulaires associées à des enceintes carrées vers 1300-1400 AD (xive s.).

78Le xive siècle AD s’illustre par une grande quantité de vestiges. Parmi ces derniers, il convient de signaler les nombreuses nécropoles associant de grands tumulus, inscrits dans un champ quadrangulaire de pierres dressées et munis de quatre antennes et de simples tumulus de plus petit diamètre, disposition évoquant une certaine hiérarchisation (Gratien 2013 ).

P0-45. Les sépultures tumulaires et autres structures funéraires disparaîtront avec l’islamisation de la région.

79Kordofan et Darfour ne seront islamisés et arabisés que tardivement au xve siècle. Les Arabes ont donné le nom d’Anag aux peuples pré-islamiques disparus et à leurs ruines. Plusieurs royaumes ou sultanats s’y succédèrent. L’Islam arrive par les routes commerciales d’Égypte au nord-est, probablement dès les xve-xvie siècles. Entre 1400 et 1600, la dynastie Tounjour est islamisée.

Vallée du Nil

80La vallée du Nil constitue la seconde région fournissant des informations chronologiques.

viiie-ive millénaire

P0-46. La région de Khartoum et la Gezireh offrent une séquence de référence pour les périodes les plus anciennes.

81La séquence reconnue est la suivante (Sadig 2010) :

821. Mésolithique (8000 - 5800 BCE) : Mésolithique de Khartoum

83A.J. Arkell (1949) introduit le terme de Mésolithique de Khartoum ou Early Khartoum pour désigner l’assemblage de Khartoum hospital justifiant le terme du fait de l’absence de domestication. Le matériel inclut un outillage microlithique, de très nombreux harpons et une céramique de type wavy-line. On ne signale aucune attestation de domestication de plantes ou d’animaux. Les céréales sauvages semblent avoir joué un rôle déterminant dans l’alimentation (graines dans la pâte de céramiques, matériel de broyage, usure dentaire due aux restes minéraux incorporés dans la mouture). Restes et impressions de graines carbonisées dans la pâte des céramiques indiquent la Digitaria sp., espèce de la famille des Panicoidea, plante sauvage présente aujourd’hui encore dans les zones pluvieuses de l’actuel Soudan. Plusieurs sites ont livré des sépultures en fosse, notamment Saggaï (6300-6200 BCE) et Shabona (7500-7000 BCE).

842. Le Néolithique de Khartoum (5000-4000 BCE)

85On assiste au retour des conditions humides après l’Aride holocène moyen. À 50 km au nord de Khartoum, sur la rive ouest du fleuve, le village de Shaheinab (4600-3900 BCE) est le site type du Néolithique de Khartoum. C’est surtout par la présence d’espèces animales domestiques que Shaheinab fait un grand pas vers le Néolithique (Arkell 1953). Bœuf (Bos primigenius), mouton et/ou chèvre (Ovis ammon et Capra aegagrus) se trouvent en proportion notable, de telle sorte qu’on peut considérer le pastoralisme comme une composante affirmée de l’économie. La pratique de l’agriculture, signalée à Kadero par L. Kryzaniak (1978) pour le sorgho, est incertaine : deux espèces du genre Graminea sp. déterminées à partir des impressions de graines dans la pâte des poteries, sorgho et millet, céréales qui devaient être broyées dans les abondantes meules trouvées sur le site. A. B. Stemler (1990) porte le doute sur l’identification et souligne la difficulté de différencier graines sauvages et graines cultivées. A. M. Sadig (2010 : 69) mentionne pour Kadero I, Zakiab et Umm Direiwa, la culture probable du sorgho sauvage entre 4560 et 3780 BCE. À Kadero (4500-4100 BCE) une quinzaine de tombes contenaient les inhumations individuelles d’adultes des deux sexes et d’enfants. À El Ghaba (5000-3500 BCE), un cimetière comprenait plus de 250 sépultures. Les individus sont inhumés individuellement, sur le côté, en position fléchie ou contractée, sans orientation préférentielle. Parmi la céramique, des caliciformes se rapprochent du Néolithique tardif d’El Kadada. Il n’y a aucune sépulture double. Huit tombes présentent des bucranes (Salvatore et al. 2016). Des phytolithes collectées dans les tombes attestent la culture des orges et des blés, céréales introduites à partir du Proche-Orient (Madella et al. 2014).

863. Néolithique tardif (4000-3000 BCE)

87Au début du ive millénaire les groupes pastoraux cultivent du sorgho morphologiquement sauvage (Haaland 1992 ; Stemler 1990 ; Sadig 2010 : 69). On ne retrouve que peu de sites dans la région de Khartoum après 3800 BCE. À El Kadada (3600-3400 BCE), un cimetière occupe le sommet d’une butte puis se développe à la périphérie. Les corps sont en position contractée. Certaines tombes présentent deux à trois individus superposés, ainsi que des bucranes et des vases caliciformes (Reinold 2000, 2001, 2005 ; Gratien 2013 : pl. 61 et 62).

P0-47. En Haute Nubie, la région de Kerma permet de proposer une bonne chronologie.

88Les zones étudiées se situent essentiellement au sud de la troisième cataracte, notamment sur le Wadi el-Khowi dans le district de Kadruka supérieur jusqu’à l’est du bassin de Kerma (Reynold 2001 ; Chaix & Honegger 2009).

891. Mésolithique (8300-7200 BCE)

90À la fin du Grand Humide holocène, le Mésolithique est reconnu à El-Barga (7500-7000 BCE) et Wadi el Arab (7200-6200 BCE). El Barga a livré plusieurs squelettes en position contractée, dont un seul est accompagné de mobilier. L’économie est à large spectre et la céramique est présente.

912. Néolithique ancien (7200-5500 BCE)

92Cette période correspond à la mise en place de l’Aride holocène moyen.

93La céramique est caractérisée par un décor au peigne pivotant. Le cimetière néolithique d’El Barga (6000-5500 BCE) regroupe 95 tombes. Deux datations ont donné des résultats situés autour de 5750 BCE (Honegger 2005b). Ce dernier auteur signale une sépulture d’homme, à côté de laquelle a été placé un crâne de bœuf domestique déposé au-dessus d’un corps d’enfant (Honegger 2005a : fig. 17). Les deux ou trois tombes les plus richement dotées occupent une position centrale. La plus riche en mobilier appartient à une femme adulte. La prédominance du statut de certaines femmes a déjà été signalée ailleurs sur le Nil, notamment dans le cimetière de Kadruka (Reinold 2000) et dans certains cimetières du groupe A de Basse Nubie durant le ive millénaire (Nordström 2004).

943. Néolithique moyen (5000-4000 BCE)

95Cette période est attestée dans la région de la 3e cataracte. L’élevage est présent. La céramique polie à bord noir apparaît.

96Il y a plusieurs cimetières à Kadruka, s’étageant du ve au ive millénaire BCE (Reinold 2000, 2002), dont :

  • KDK1 (vers 3400 BCE), situé sur une éminence de 30 m de diamètre avec tombes masculines au sommet et tombes féminines en périphérie. Au sommet, une tombe d’un adulte masculin (t131) a livré un riche mobilier dont deux bucranes, un caliciforme et un bol au décor peint (Honegger 2014a : 40).

  • La tombe KDK1/58, située sur le haut de la butte, est une sépulture d’enfant décédé en bas âge (0-1 an). Un bucrane est posé sur le corps de l’enfant devant lequel est placé un mouton portant un collier d’amazonite autour du cou. L’enfant porte une résille de coquillages sur le crâne (Reinold 2005 : fig 7).

Figure 7 – Kerma. Nécropole orientale, tombe 234, Kerma Moyen (2050-1750 BCE)

Figure 7 – Kerma. Nécropole orientale, tombe 234, Kerma Moyen (2050-1750 BCE)

Dépôt de bucranes au sud du tumulus.

© Mission archéologique suisse de Kerma, D. Berti

  • KDK21 (4800-4700 BCE), également établi sur une butte, a notamment livré une sépulture double avec un homme et une femme, elle-même associée à un vase caliciforme. Toutes les fosses ayant livré des caliciformes sont des tombes de femmes et correspondent peut-être à des biens matrimoniaux (Gallay & Burri-Wyser 2104).

P0-48. La Basse Nubie suit une trajectoire légèrement différente.

97Les principaux groupes concernent les faciès Khartoum variant (5700-5300 BCE) et Abkan (Ve-IVe millénaire). Aucun cimetière n’est attribué à cette période mal connue (Sadig 2010).

P0-49. L’analyse des rites funéraires antérieurs au iiie millénaire permet d‘isoler des phénomènes sensibles quant à la restitution du contexte socio-politique des sociétés.

98Trois phénomènes cruciaux affectent le ve millénaire et la première moitié du ive millénaire dans la vallée du Nil. Ils sont structurellement liés puisque lisibles au sein des mêmes sépultures : présence de vases caliciformes, association avec des bucranes, sépultures doubles ou triples.

P0-50. Les vases caliciformes présentent, en Nubie, un développement local qui peut avoir une signification sociale ou ethnique.

99Les vases caliciformes se retrouvent au ive millénaire à la fois dans le Wadi Howar à Abou Tabari et au djebel Abyad, vers 3900-3700 BCE (Jesse 2006-2007) ainsi que dans les tombes de la vallée du Nil, par exemple à El Ghaba (5000-3500 BCE), à el Kadada vers 3600-3400 BCE (Honegger 2014 : 43) ou à Kadruka 1 vers 3400 BCE (Reinold 2000, 2001). Ils tirent leur origine du Tasien septentrional, où ils apparaissent sous des formes plus trapues au début du ve millénaire, et atteignent le Soudan central vers la fin du ve millénaire, par exemple à Kadero. Les formes soudanaises très élancées et « baroques » témoignent d’une phase évoluée de l’évolution de ce type de céramique, nécessitant des techniques de montage particulières, type propre à être investi d’une signification sociale et ethnique. Leur association avec des bucranes, un dépôt à connotation masculine, pose néanmoins certaines questions sur la connotation sexuelle de telles poteries (Gallay & Burri-Wyser 2104) (cf. P2-11 à P2-13).

P0-51. Les sépultures avec bucranes sont également caractéristiques de certains cimetières.

100Les sépultures avec bucranes du ive millénaire offrent un corpus homogène avec des inhumations parfois doubles accompagnées d’un ou deux bucranes (el Kadada 76, Kadruka 1) (Reinold 2000, 2001). Les bucranes peuvent être associés à de très jeunes enfants et leur présence dans des tombes avec caliciformes, poteries qui pourraient être investies d’une connotation féminine, pose certains problèmes d’interprétation (cf. P2-11 à P2-13).

P0-52. La présence de sépultures doubles peut s’interpréter dans la perspective des morts d’accompagnement.

101Nous devons ici mettre à part la sépulture 111-112 d’El Barga comprenant un homme et un très jeune enfant couvert par un crâne de boviné (Honegger 2005a : fig. 17). D’abord parce qu’elle se situe vers 5750 BCE en dehors de la fourchette chronologique présentée ici, ensuite parce que le statut de l’enfant reste, dans cette tombe double, difficile à préciser (Honegger 2005b ; Chaix & Honegger 2009). Les sépultures doubles ou multiples sont souvent interprétées dans la littérature archéologique la plus ancienne comme des « sacrifices », pratique comparée aux offrandes animales, sans que le contenu du terme sacrifice donne lieu à réflexion (Gratien 1978 : 197-198 ; Reinold 1987, 2000 : 70-71; Midant-Reynes 1992 : 179, 213, 214). Charles Bonnet adopte quant à lui une position plus nuancée : « L’interprétation de ces corps en surnombre est loin d’être assurée : si une dimension sacrificielle a pu exister, on ne saurait écarter la dimension sociale ou politique d’une telle pratique au sein d’un société fortement hiérarchisée : accompagnement du mort issu d’une appartenance (relation de famille, de cour ou de servitude), affirmation de pouvoir par des mises en scène spectaculaires, incluant ou non des mises à morts d’ennemis vaincus, sont autant d’hypothèses alternatives, indices de la complexité de ces rites » (Bonnet & Ferrero 2006 : 26).

102L’analyse de ces rituels dans la perspective des morts d’accompagnement, un phénomène bien étudié par Alain Testart (2004 a, b), nous paraît aujourd’hui mieux éclairer le type de société d’alors.

Formations pré-étatiques et étatiques

P0-53. À partir de la deuxième moitié du ive millénaire, le Groupe A de Basse Nubie et la phase pré-Kerma de Haute Nubie assurent la transition entre le Néolithique et les formations pré-étatiques et étatiques.

1031. Le groupe A (3700-2900 BCE) participe à la fois de la tradition locale et des premières cultures prédynastiques d’Égypte.

104Les tombes ne diffèrent guère de leurs prototypes égyptiens naqadiens avec des corps repliés dans une fosse ovale ou subrectangulaire. Les inhumations multiples semblent plus fréquentes qu’en Égypte. À Tungala-ouest, certaines tombes présentent des structures circulaires de pierres. L’une d’elles, datée de la phase finale du groupe A, possédait une couverture de dalles sur une fosse contenant trois corps. Les riches mobiliers de certaines tombes semblent révéler un début de hiérarchisation de la société. À Sayala les tombes consistent en puits rectangulaires contenant plusieurs individus recouverts de grandes dalles de pierre (Midant-Reynes 1992 ; Tassie 2014).

1052. Pré-Kerma (3500-2500 BCE). À Kerma, une agglomération permanente des environs de 3000 BCE présente des structures de huttes circulaires ainsi que des traces de constructions quadrangulaires, de très nombreuses fosses-silos et de vastes enclos à bétail. Le village est protégé par un puissant rempart de terre maintenu par des palissades (Honegger 2009 ; Reinold 2005). Des liens entre le Pré-Kerma et le Kerma peuvent être approchés sur la nécropole orientale de Kerma qui présente une association entre poterie du groupe C et poterie Kerma ancien, mais où certaines zones ne possèdent que de la poterie du groupe C (Honegger 2014a).

P0-54. À partir du iiie millénaire, la vallée du Nil voit se développer une série de formations, proto-étatiques, puis étatiques : Kerma, Napata puis Méroé, précédant l’installation du christianisme dans la région.

1061. Formation de Kerma

107La culture de Kerma est aujourd’hui divisée en trois phases sur la base des travaux menés dans la nécropole orientale (Bonnet 1990, 2014 ; Bonnet et al. 2000 ; Bonnet & Valbelle 2005, 2014 ; Valbelle 2012) : le Kerma ancien (2450-2050 BCE), qui se reconnaît par sa poterie et un mobilier encore très proche de ceux du groupe A, le Kerma moyen (2050-1750 BCE), contemporain du groupe C de Nubie, avec des tombes sous tumulus marquées par la présence de morts d’accompagnement et des dépôts de bucranes situés en périphérie, et le Kerma classique (1750-1450 BCE), période pendant laquelle la nécropole voit se développer de très grands tumulus avec de très nombreux morts d’accompagnement.

1082. 25e Dynastie koushite de Napata (747-656 av. J.-C.)

109Les premiers rois de Napata connus sont Alara et Kachta, qui régnèrent entre 785 et 750 av. J.-C. Ce dernier, père de Piânkhy, est l’un des ancêtres de la 25e Dynastie. Piânkhy (747-716 av. J.-C,) conquiert l’Égypte, mais conserve le siège de son gouvernement à Napata. La figure de Taharqa, fils de Piânkhy (690-664 av. J.-C), se détache grâce à ses nombreuses réalisations architecturales. Il était le maître d’un immense pays allant de Méroé jusqu’au Delta égyptien. À la fin de la 25e Dynastie, les pharaons Taharqa (690-664 av. J.-C) et Tanoutamon (664-656 av. J.-C.), vaincus par les Assyriens, perdent progressivement leur ascendant sur l’Égypte et se replient sur leur ancien territoire (Bonnet & Valbelle 2005).

1103. Développement du royaume de Napata (653-590 av. J.-C)

111Atlanersa (623-643 av. J.-C) est considéré comme le premier roi de la dynastie napatéenne.

1124. Formation du royaume de Méroé (590 av. J-C-400 AD)

113Après la destruction de Pnoubs et de Napata par les troupes de Psamétique ii en 592 av. J.-C., qui mit à sac les sanctuaires de Nubie, les Koushites déplacent la capitale administrative du royaume de Napata à Méroé. C’est à partir du règne d’Aspelta, vers 590 av. J.-C. que Méroé paraît directement associé au royaume de Koush. Certes, de nombreux souverains sont encore inhumés à Nouri et au Djebel Barkal jusque vers 300 av. J.-C., date à laquelle les rois méroïtiques commencent à faire élever leurs pyramides à Méroé même. Une phase tardive peut être décrite sous le nom de Postméroïtique (400-600 AD) à partir des nécropoles de Ballana et Qoustoul. Elle correspond au début de la domination nubienne sur le Nil moyen. L’héritage méroïtique ne concerne alors que certains aspects de la culture matérielle (Monneret de Villard 1940 ; Farid 1963, 1973 ; Mills 1982 ; Williams 1991).

114Trois phénomènes cruciaux affectent la vallée du Nil à partir du iiie millénaire. Ces phénomènes concernant les rituels funéraires sont structurellement liés, puisque lisibles au sein des mêmes sépultures, et sont en relation avec le développement des formations pré-étatiques et étatiques de Nubie. Ils concernent la disposition du défunt, la nature des superstructures des tombes, la présence de bucranes, les sépultures doubles ou multiples. Une inflation du nombre des morts d’accompagnement s’observe au Kerma classique.

P0-55. Dépôt du corps en position repliée sur un lit et corps en position allongée en cercueil remplacent les simples inhumations en fosse.

115Ce mode de dépôt du corps se développe (fig. 6), mais peut être remplacé par des inhumations en cercueils de bois, sous l’influence des rituels égyptiens. Le premier type est observé à Kerma et peut se retrouver sporadiquement à des époques plus récentes. Le second est caractéristique des inhumations présentes dans les mastabas et les pyramides influencé par les rites égyptiens.

Figure 6 –  Kerma, Nécropole orientale, tombe 222, Kerma Moyen (2050-1750 BCE)

Figure 6 –  Kerma, Nécropole orientale, tombe 222, Kerma Moyen (2050-1750 BCE)

Plan de la tombe avec le sujet principal sur un lit et un individu d’accompagnement. Au nord : pièces de viande (caprinés), offrandes dans des récipients en céramique et deux moutons à l’ouest.

© Mission archéologique suisse de Kerma, M. Berti

P0-56. Des tumulus peuvent désormais marquer les tombes.

116Tout au long de cette période, les tumulus constituent l’élément fondamental des superstructures funéraires les plus communes et semblent se développer à partir de simples cercles de pierres. Les dimensions et l’architecture présentent une certaine variabilité. Les plus grands peuvent concerner des souverains ayant échappé à l’emprise égyptienne comme ceux d’el Kourou. Dans la région de Méroé, la présence de milliers de nécropoles tumulaires renfermant des tombes d’époques différentes pourraient ainsi désigner le lieu d’enterrement d’une part importante de la population méroïtique. Ils témoignent de la constance historique de ce modèle funéraire. Dans quelques cimetières existe une certaine hiérarchisation des architectures, avec de petits tumulus entourant une architecture plus imposante. Au Kerma classique, les plus grands tumulus peuvent recouvrir des compartimentages de briques crues comme à Kerma (Reisner 1923, pl. XV).

117Au Postméroïtique, les tombes des souverains à Ballana et Qoustoul dans le nord sont, elles aussi, marquées par d’imposants tumulus pouvant atteindre 77 m de diamètre, témoignage d’un retour aux modèles anciens. Les cimetières comprennent à la fois de très grands tumulus « royaux », de plus petits tumulus, souvent arasés, avec puits et chambre funéraire latérale abritant un corps en position le plus souvent allongée ainsi que des alignements de chapelles funéraires livrant des tables d’offrandes (Williams 1991). Les morts d’accompagnement présents dans les plus grands tumulus pourraient ne concerner que certains membres de l’aristocratie. Il s’agit probablement d’une tradition des Nobas, nouveaux maîtres de la vallée, qui ont conservé un héritage ancien partiellement disparu à Méroé.

P0-57. Des pyramides inspirées de l’Égypte peuvent marquer les tombes des personnages des classes supérieures.

118Elles se développent parallèlement et sont adoptées par la royauté et l’élite. Il s’agit de mastabas formés d’enceintes maçonnées de pierres ou plus fréquemment de briques crues et de pyramides. Cette architecture, dans le contexte de Napata, offre ses manifestations les plus spectaculaires à l’époque de Méroé. Une descenderie mène aux chambres souterraines. L’adoption de la pyramide par les Koushites fait donc figure d’aparté culturel, restreint géographiquement au seul couloir de la vallée du Nil. À Méroé, la dernière pyramide royale est construite vers 320-350 AD (Baud 2010).

P0-58. Des dépôts de bucranes sont un héritage des périodes anciennes, mais leur signification n’est probablement plus la même.

119La présence de bucranes disposés au front des tumulus apparaît à Kerma dès le Kerma ancien et se développe essentiellement au Kerma moyen (fig. 7). Le nombre de bucranes croît avec la dimension du tumulus. Leur nombre tend à diminuer au Kerma classique. Certains bucranes régulièrement disposés dans la masse des autres bucranes peuvent présenter des cornes déformées (Chaix 1987 ; Chaix et al. 2012).

P0-59. Les inhumations multiples et la coutume des morts d’accompagnement se retrouvent à certaines périodes.

120La présence de morts d’accompagnement dans les tombes subit d’importantes variations au cours du iiie millénaire (Bonnet & Ferrero 2006). Cette pratique apparaît au Kerma moyen, ce qui témoigne d’une certaine rupture chronologique par rapport aux pratiques du ive millénaire. Elle se développe jusqu’à atteindre des sommets au Kerma classique : G. A. Reisner (1923) déclare que, pour la nécropole de Kerma, une centaine de personnes ont été mises à mort dans KIII, cent dix à cent vingt dans KIV, quatre cents dans KX et KXVI. La coutume disparaît lors des périodes de Napata et Méroé, les quelques corps présents aux côtés du défunt principal ou dans les descenderies menant au caveau pouvant être considérés comme des sépultures annexes. Elle réapparaît par contre dans le Postméroïtique de Basse Nubie. Les nécropoles de Ballana, Qoustoul et Gammai permettent de se faire une idée de ces sépultures sous tumulus du royaume de Nobadia, établi au nord de la 3e cataracte vers le ier s. apr. J.-C., christianisé au vie s. et islamisé au xive s. (Monneret de Villars 1940 ; Farid 1963, 1973 ; Mills 1982 ; Williams 1991 ; Sakamoto 2016).

Les sociétés (P1 à P1-10)

121Nous retiendrons ici la distinction proposée par Alain Testart (2012) entre sociétés relevant des dynamiques structurales et cultures relevant de scénarios spécifiques.

P1-1. Sur le plan théorique, les structures dégagées illustrent la dynamique supposée des sociétés et ne disent rien des scénarios concrets de l’histoire des diverses cultures concernées.

122La notion de société peut être corrélée à celle de structure. Les sociétés correspondent à des types abstraits qui n’ont pas d’insertion historique concrète. Les structures peuvent, d’autre part, être investies de composantes dynamiques, ce qui correspond au concept de descendance avec modification du cladisme.

P1-2. On peut proposer, à titre d’hypothèse, un certain nombre de pas résumant la transformation des sociétés (P1-3 à P1-10).

123Ils illustrent sur le plan théorique des hypothèses sur les changements économiques, sociologiques, politiques, etc., considérés comme des « pas » dans un processus de descendance avec modification (Gallay 2012).

P1-3. Le développement du pastoralisme bovin précède le développement des économies mixtes de savanes sèches fondées sur le sorgho.

124Toutes les données archéologiques sahariennes montrent que l’élevage des bovinés, a, dans les zones désertiques actuelles, précédé le développement de l’agriculture de savane sèche.

P1-4. La collecte de végétaux sauvages (graminées, tubercules de zones marécageuses) précède l’agriculture.

125L’agriculture est précédée d’une phase de collecte qui peut concerner aussi bien des graminées et des céréales sauvages que, dans les zones marécageuses, des racines de carex (laîches).

PI-5. L’invention de l’agriculture est liée à des aires géographiques où la pluviosité est suffisante et où s’est développée auparavant une collecte de céréales sauvages.

126Ces conditions éliminent dans un premier temps les zones les plus arides qui ne recevront l’agriculture qu’une fois constituée, donc plus tardivement, et limite le phénomène aux zones méridionales du bassin du Nil les plus arrosées et/ou les mieux naturellement irriguées.

P1-6. Les organisations lignagères peuvent être amenées à se hiérarchiser.

127D’une manière générale, la réflexion sur le politique dans les sociétés africaines peut se fonder sur la notion d’organisation lignagère qui constitue le fondement du développement politique et social. Dans les sociétés segmentaires, la hiérarchisation des lignages peut prendre deux formes : la plus simple, l’antériorité d’occupation et le droit sur le sol (maîtrise), fonde une hiérarchie dans laquelle les nouveaux venus occupent des places subordonnées ; au-delà, une aristocratie peut se former. Cette dernière peut être définie comme la fraction de la population possédant un pouvoir politique distinct, basé sur la force ou la richesse, qui domine et contraint alors le pouvoir traditionnel.

P1-7. La prédation esclavagiste (esclavage de guerre) peut s’intégrer dans des réseaux commerciaux internationaux.

128Cette intégration se fait dans les réseaux commerciaux transsahariens (la traite atlantique ne concerne pas la région étudiée) sous l’influence méditerranéenne. On peut distinguer quatre pas :

  1. les populations du sud font l’objet de razzias de la part des États égyptiens du nord, mais peuvent pratiquer elles-mêmes ce type de prédation ;

  2. à la suite de défaites militaires les populations du sud paient un tribut en hommes et autres biens aux États du nord ;

  3. les organisations politiques du sud, notamment les États, organisent et contrôlent le commerce esclavagiste. Les sociétés romaines (Giovannini 2000), puis l’Islam du Maghreb et de l’Égypte, jouent dans un premier temps un rôle d’attracteur, les sociétés sahéliennes non islamisées gardant le contrôle de l’exportation. Le pas 3 peut être contemporain du pas 2 ou lui succéder.

  4. le commerce prend une nouvelle dimension après l’islamisation du Sahel, notamment au niveau des villes, lorsque les commerçants islamisés auront la maîtrise des marchés transsahariens (Fauvelle 2016). Il semble que ce ne soit qu’à partir de ce stade que les cauris originaires de l’Océan indien, contrairement à ce qui se passe en Afrique de l’Ouest où ils font partie des transactions transsahariennes dès le xiie s., pourraient fonctionner comme une véritable monnaie (Hogendorn, & Johnson 1986).

P1-8. Des hydro-agricultures liées à des cours d’eau pérennes peuvent se développer sur la base d’une agriculture de savane sèche.

129L’hydro-agriculture joue un rôle important dans le développement des agricultures africaines sahéliennes et soudaniennes. Une classification de ces pratiques devrait tenir compte à la fois des conditions topographiques (bordures de rivière, plaines ou dépressions inondables) et du calendrier de l’inondation et de la décrue. Au Soudan, l’hydro-agriculture peut prendre plusieurs formes différentes. Il peut s’agir :

  1. d’une agriculture de décrue le long des rives du Nil, ou, plus au sud, lors de phases climatiques humides, le long des wadi ;

  2. d’une agriculture irriguée à l’aide de barrages et de petites retenues de limon ;

  3. dans les zones où le fleuve est encaissé, d’une irrigation des terres situées en hauteur qui n’est possible qu’avec des engins de levage ; contrairement à ce qui se passe en Égypte, l’irrigation de ces terres réclamait des moyens artificiels, sur lesquels nous ne savons rien, avant que n’arrive progressivement, sous l’influence romaine et dans le nord du pays, la roue à eau ou saqiah ;

  4. dans les régions méridionales où la saison des pluies est plus importante, une hydro-agriculture est possible en dehors de la vallée du Nil. De grands réservoirs circulaires, les hafirs, destinés à stocker les eaux de ruissellement des vallées, assuraient le ravitaillement en eau à la saison sèche (Baud 2010).

P1-9. On peut admettre un développement des sociétés pré-étatiques (cités-État) en sociétés étatiques.

130Cette transformation est possible lorsque le monopole de la force devient exclusif et ne souffre d’aucun contre-pouvoir. Au niveau ethnohistorique, l’étatisation des cités-États (Ségou, Kani-Gogouna au Mali) intervient dans le cadre de la traite esclavagiste internationale.

P1-10. Il est possible de confronter ces changements dynamiques avec l’opposition entre phylum nilo-saharien et phylum afrasien.

131L’apparition du pastoralisme saharien concerne probablement des populations nilo-sahariennes alors que le développement de l’agriculture est un phénomène afrasien. L’apparition de l’État et le développement de l’hydro-agriculture sont des phénomènes liés à la vallée du Nil alors politiquement dominée par des populations nilo-sahariennes.

Les cultures : un scénario (P2-1, P2-2)

132Les données précédentes permettent désormais de proposer une histoire. Apparu en contexte nilo-saharien, l’élevage va se répandre, dans un premier temps, indépendamment du conditionnement et des frontières ethnolinguistiques. Une fois établi, son expansion pourra néanmoins apparaître liée à des déplacements de peuples pasteurs particuliers. La confrontation des données linguistiques de R. Blench (2006) et de la préhistoire du Soudan central (Sadig 2010) permet de restituer le scénario suivant qui reste au second plan dans les articles et livres du linguiste.

P2-1. La diffusion de l’élevage située entre 8500 BCE et 4000 BCE révèle une expansion grossièrement nord-sud.

133En relation avec une certaine dégradation du climat, elle se fait selon les étapes suivantes :

  • 8500 BCE : à la fin du Grand Humide holocène, l’on assiste à une apparition probable de la domestication des bovinés dans le désert libyen en Égypte, en contexte nilo-saharien ;

  • 6000 BCE : en période d’aridification, la remontée a lieu le long de la vallée du Nil jusqu’en Haute Nubie, le site d’El Barga fournissant sur cette question un point de repère essentiel (Honegger 2005b, 2009, Honegger & Williams 2015 ; Chaix 2009).

  • 5000 BCE : au retour de l’humidité, l’élevage se développe au Soudan central, dans le cadre du Néolithique de Khartoum, en contexte afrasien. M. Honnegger (2014b) donne une vue globalement comparable de ce scénario, mais englobe dans la zone d’origine du pastoralisme vers 6000 BCE le désert libyen, mais également la vallée du Nil. En Nubie, l’élevage est absent du site de Wadi el-Arab entre 7200 et 6300 BCE (Linseele 2011-2012) et n’apparaît à El Barga qu’au ve millénaire. Cette diffusion de proche en proche n’est pas liée à des mouvements de populations avant ceux du ive millénaire ;

  • 4000 BCE : au cours de l’Aride holocène récent, l’élevage se diffuse, accompagnant certains mouvements de populations ;

P2-2. Une première expansion concerne la migration des populations nilo-sahariennes du désert libyque en direction du sud et du Wadi Howar, qu’elles atteignent vers 4000 BCE à la phase Leiterband.

134Ce mouvement est en relation avec l’aridification du climat (Kuper & Kröpelin 2006 ; Jesse & Keding 2007).

Le Soudan et le phylum afrasien (P2-3 à P2-15)

135Les premières phases de cette reconstitution historique concernent le Soudan central et la question de l’origine de l’afrasien.

P2-3. Le Mésolithique de Khartoum (8000-5800 BCE) pourrait correspondre sur le plan linguistique au proto-afrasien.

136À la fin du Grand Humide holocène, le Mésolithique de Khartoum (8000-5800 BCE) se développe en contexte proto-afrasien. R. Blench situe l’origine de l’afrasien au Soudan central, dans la région de la Gezireh-Butana, entre Nil blanc et Nil bleu, région propice à une économie fondée sur la collecte des graminées sauvages et des racines de carex liées à des zones marécageuses (Blench 2006 : 162, carte 5).

P2-4. Le Mésolithique tardif (5800-5000 BCE) pourrait correspondre sur le plan linguistique au proto-érythraïque.

137Les racines linguistiques restituées pour l’Aride de l’Holocène moyen concernent la collecte des graminées, la mouture et les galettes de céréale et témoignent d’une intensification de la collecte végétale. C’est à cette époque que l’on pourrait placer la diffusion de l’érythraïque en direction du nord et de l’Égypte à l’origine de l’afrasien septentrional, notamment des langues sémitiques. Dans la classification de C. Ehret, l’érythraïque constitue l’une des deux branches de l’afrasien, la seconde correspondant à l’omotique.

P2-5. On peut placer au Mésolithique tardif une différenciation linguistique précoce des populations afrasiennes de la vallée du Nil.

138Sur le plan linguistique, les racines afrasiennes concernant les termes en relation avec l’élevage différent entre le proto-couchitique, le proto-tchadique, le proto-berbère et le proto-sémitique, témoignant de centres historiques distincts dans la maîtrise de l’élevage, sinon dans la domestication (Clark & Brandt 1984 ; Brandt 1984 ; Ehret 2011).

P2-6. Le Néolithique ancien (5000-4000 BCE) pourrait correspondre au couchitique-tchadique, puis au proto-couchitique et proto-tchadique.

139Les racines linguistiques restituées, pour la période des conditions humides (Ehret 2011), concernent désormais l’élevage, mais celles révélant cette pratique diffèrent entre le proto-couchitique (élevage A) et le proto-tchadique (élevage B), ce qui signifie que les deux populations étaient déjà distinctes sur place au moment de son arrivée (fig. 5).

P2-7. Le Néolithique récent (4000-3500 BCE) voit une expansion rapide des populations en relation avec la diffusion de l’élevage.

140Lors de la seconde période aride de l’Holocène récent, au ive millénaire, la diffusion de l’élevage semble s’accélérer à travers certains mouvements de populations. Cette expansion concerne aussi bien les populations nilo-sahariennes que les populations afrasiennes. Elle voit notamment la diffusion de l’élevage sur les plateaux éthiopiens en relation avec le proto-couchitique.

P2-8. Les migrations afrasiennes du Néolithique récent concernent la pénétration des populations proto-couchitiques sur le plateau éthiopien.

141En Éthiopie, le bœuf domestique apparaît dans la région de Kassala, à la frontière du Soudan et de l’Érythrée, à la phase Kassala-Butana (3500-2500 BCE ; Gallay 2016a et b).

P2-9. Une seconde série de migrations afro-asiatiques intéresse l’expansion de certaines populations proto-tchadiques du Soudan central en direction du Wadi Howar à la même époque, mais peut-être un peu plus tardivement.

142R. Blench fait remarquer que le proto-tchadique issu du sud va, lors de son passage le long du Wadi Howar, incorporer certains termes nilo-sahariens, notamment une racine concernant les bovinés : « This corridor is today inhabited by Nilo-Saharan speakers and was also presumably in the past. If such a migration took place, then there should be scattered, loaned livestock termes in Nilo-saharan languages all the way between the Nile and Lake Chad » (Blench 2006 : 160).

143La présence simultanée de deux populations d’origines distinctes dans la même région trouverait donc ici un début d’explication, ce qui ne résout pas la question de l’affiliation de la poterie Leiterband à l’un ou l’autre des occupants. Nous ferons néanmoins remarquer que B. Keding (1993) et R. Blench (1999) ont identifié certaines affinités de cette céramique avec les productions du Néolithique de Khartoum, faisant pencher la balance en direction des populations d’origine afrasienne. Cela signifie-t-il qu’il faut attribuer la céramique contemporaine herringbone (céramique à chevrons), présente dans la partie aval du wadi proche du Nil, aux populations nilo-sahariennes (fig. 8) ?

Figure 8 – Modalité de diffusion des langues de l’Afrasien selon l’hypothèse de R. Blench et les données archéologiques

Figure 8 – Modalité de diffusion des langues de l’Afrasien selon l’hypothèse de R. Blench et les données archéologiques

A. Gallay

P2-10. Le ve et le début du ive millénaire se signalent par d’importants changements sociétaux et politiques dans les sociétés néolithiques.

144Ces changements sont visibles notamment dans les sépultures de la vallée du Nil et concernent la présence de bucranes, les vases caliciformes richement décorés et les sépultures doubles.

P2-11. La présence de bucranes dans les tombes signale la coutume du « bœuf préféré ».

145C’est ainsi qu’elle peut être comprise comme par exemple chez les Turkana (Pavitt 1997), ou chez les Hamar d’Éthiopie (Dubosson 2013b, 2014). L’interprétation en relation avec un statut de « bœuf préféré » permet d’expliquer la présence de bucranes dans des sépultures de très jeunes enfants, l’attribution d’un bœuf préféré pouvant intervenir dès la naissance (Kadruka, cimetière KDK1/58, Reinold 2005). Par contre, la notion de cattle complex présentée par M. Herskowits (1926), à propos du système de valeurs développé par les pasteurs d’Afrique de l’Est (la possession du bétail étant une source de prestige pour les hommes), ne semble pas pouvoir expliquer les bucranes présents dans les tombes du ve et du début du ive millénaires ; elle pourrait par contre correspondre à la situation observée au iiie millénaire à Kerma. Cette situation se retrouve dans certaines sociétés, comme celle des Rwanda, où la propriété du bétail était la source du pouvoir politique et la prérogative des dirigeants (Maquet 1967).

146Point crucial pour notre propos, les recherches futures devront préciser si des bucranes peuvent être associés à des tombes féminines, une situation qui pourrait remettre en question notre interprétation fondée sur des pratiques actuelles.

P2-12. La présence de bucranes dans les tombes signale l’utilisation possible de bovinés pour le prix de la fiancée.

147La coutume d’impliquer du bétail dans les transactions matrimoniales constitue un second aspect de l’importance donnée à ces animaux au Néolithique. Acquérir des droits sur une épouse implique en effet que l’on cède à la belle-famille des biens et notamment du bétail. La présence de bucranes pourrait, dans cette perspective, s’accommoder de tombes masculines ou féminines.

P2-13. Les vases caliciformes richement décorés pourraient être un bon marqueur à connotation ethnique.

148Dans les populations, que nous supposons de langues afrasiennes, la présence de tels récipients dans des tombes aux mobiliers particulièrement riches a certainement une signification. On remarquera que des caliciformes peuvent être associés à des tombes féminines (cimetière R12, Honegger 2014a : 40), mais il conviendra de préciser à l’avenir cette situation, ceci dans la mesure où ce type de poterie peut l’être aussi à des bucranes dont la signification pourrait être essentiellement masculine (fig. 9, cf. P047 et P2-11).

Figure 9 – Problématique d’interprétation des biens, bucranes et vases caliciformes, déposés dans les tombes individuelles de la vallée du Nil

Figure 9 – Problématique d’interprétation des biens, bucranes et vases caliciformes, déposés dans les tombes individuelles de la vallée du Nil

A. Gallay

P2-14. La présence de morts d’accompagnement en petit nombre est compatible avec une organisation lignagère simple.

149Le second individu, probablement mis à mort intentionnellement, ne doit pas être interprété comme sacrifié, mais comme mort d’accompagnement. Considérer les individus mis à mort lors des funérailles comme des morts d’accompagnement implique que ces sociétés possèdent, dès le ve millénaire, des dépendants, qui peuvent être des prises de guerre, que ces pratiques relèvent déjà d’une stratégie de la richesse et sont compatibles avec des organisations lignagères simples. C’est en effet dans les sociétés lignagères, notamment en Afrique, que l’on rencontre les pires conditions d’esclaves, ces derniers pouvant provenir du cœur même de la société (esclavage pour dette) ou de la prédation guerrière. L’esclave fait partie des richesses ; en posséder est un puissant outil utilisable dans les stratégies du pouvoir.

P2-15. Les sociétés afrasiennes présentent une dynamique sociétale témoignant d’une hiérarchisation progressive des lignages.

150Les caractéristiques précédentes ajoutées à une différenciation dans la richesse des mobiliers funéraires sont compatibles avec une hiérarchisation progressive des organisations lignagères et la possibilité d’émergence de lignages aristocratiques.

Le Soudan et le phylum nilo-saharien

P2-16. On propose de rattacher au phylum nilo-saharien et aux langues koushites l’ensemble du développement pré-étatique et étatique de la vallée du Nil depuis le groupe A.

151Claude Rilly (2008, 2009, 2010a et b) propose de rattacher le méroïtique au phylum nilo-saharien et évoque la possibilité que cette langue soit également parlée, au moins pour une partie de la population, à Kerma. Cette interprétation repose sur des sources externes, tels des textes d’envoûtement égyptiens, ainsi que sur la liste de 57 noms étrangers transcrits sur le papyrus Golenischef datant de la fin de la période où les Hyksos régnaient sur l’Égypte vers 1570 BCE (Rilly 2007 : 3-11, 2010b : 12-13).

152Au vu de la continuité culturelle qui caractérise, selon les chercheurs, la séquence débutant avec le groupe A et se prolongeant jusqu’à la fin du Méroïtique, nous proposons de voir dans le développement pré-étatique et étatique nubien et soudanais le fait d’un même groupe de populations affilié au phylum nilo-saharien, plus particulièrement aux langues koushites. Ce scénario n’entre pas en contradiction avec la proposition de C. Rilly qui admet une première expansion des langues koushites à partir du Wadi Howar à la fin du ive millénaire (cf. P018). Rappelons dans cette perspective que le groupe A, première étape de ce développement, est situé dans la fourchette chronologique 3700-2900 BCE (fig. 10). Cette perspective est également compatible avec la permanence de certaines populations de langues afrasiennes dans les zones de développement pré-étatique et étatique.

Figure 10 – Modalité de diffusion des langues de la famille est-soudanique-nord à partir du Wadi Howar selon C. Rilly

Figure 10 – Modalité de diffusion des langues de la famille est-soudanique-nord à partir du Wadi Howar selon C. Rilly

Flèches tiretées : diffusion du pastoralisme bovin.

A. Gallay

P2-17. Phase 1. La phase pré-Kerma voit apparaître de gros villages fortifiés relevant encore d’une société lignagère hiérarchisée.

153Le village pré-Kerma occupant plus de 5 ha, fouillé par Matthieu Honegger à Kerma, peut être considéré comme un établissement typique de cette période, révélant à la fois des silos en relation avec le stockage des céréales, de grands enclos à bestiaux et des fortifications imposantes (Honegger 2009). Cette agglomération évoque à la fois les origines pastorales de la culture de Kerma et les tensions guerrières qui devaient affecter alors cette société.

P2-18. Phase 2. La formation de Kerma peut être considérée comme une cité-État au pouvoir non despotique.

154La cité de Kerma évoque une cité-État probablement dirigée par une royauté. Mais le pouvoir central ne semble pas avoir été en mesure d’éviter les tensions sociales entre lignages concurrents.

  1. Les compétitions et l’étalage de puissance que révèle la coutume des morts d’accompagnement –  une situation que nous avions rencontrée à propos du mégalithisme sénégambien – nous empêche de considérer Kerma comme un État ayant le monopole de la force. La société est animée dès le Kerma ancien par des tensions qui iront en s’exacerbant jusqu’à l’inflation constatée à la fin de cette période, qui entraînera la disparition de cette formation.

  2. La présence de bucranes associés aux tombes est le reflet d’un phénomène social comparable. Dès le iiie millénaire la possession de grands troupeaux relève désormais de la richesse exposée et ostentatoire, une situation très différente de celle que nous avions constatée pour les périodes antérieures, celle du bœuf préféré et du prix de la fiancée.

155Cette situation indique que la « royauté » de Kerma, à laquelle font référence les archéologues, est une royauté faible dans le sens donné à ce terme par Alain Testart (2010), royauté compatible avec un statut de cité-État.

P2-19. Phase 3. Le statut de la formation de Napata reste incertain, cité-État non despotique ou royauté divine.

156Le statut de la formation de Napata reste plus difficile à préciser. Certains documents historiques évoquent une royauté divine comme le témoignage d’Agatharchide de Cnide, du iie s. av. J.-C., cité par Diodore de Sicile (Bibliothèque historique, III, 2, 6 ; Baud 2010) : « car considérer les rois comme des dieux, accorder une grande attention aux rites funéraires et autres choses du genre, sont des pratiques aithiopiennes (…). Des coutumes en vigueur parmi les Aithiopiens, il n’en est pas peu qui apparaissent très différentes de celles des autres peuples, particulièrement en ce qui concerne l’élection des rois » (Baud 2010 : 166-167)

157L’auteur admet que considérer Arkamani ier comme un usurpateur, venu au pouvoir par un coup d’État, est certainement faux et que la transmission du pouvoir devait se faire en ligne patrilinéaire, ce qui semble contradictoire avec l’idée d’élection. Le témoignage sur la mise à mort, réelle ou fictive, des anciens rois, nous paraît néanmoins digne de foi car la coutume est suffisamment étrangère au monde méditerranéen d’alors et ne peut avoir été inventée par Agatharchide de Cnide. Pourtant aucun autre témoignage ne se fait l’écho de cette pratique. Le désir d’étonner en décrivant des coutumes exotiques est, depuis Hérodote, une tendance récurrentes des auteurs grecs. La royauté napatéenne est un calque assez fidèle de la royauté pharaonique, qui exclut bien sûr le régicide. S’il avait existé, les Égyptiens auraient été les premiers à s’en scandaliser. Or il n’existe aucune trace de cela dans les textes égyptiens tardifs.

158La place nous manque ici pour aborder le vaste sujet de la royauté divine en Afrique. Qu’il nous suffise de retenir ici que ce type de royauté et l’évocation de la possibilité du meurtre rituel du roi signalent des pouvoirs politiques faibles non despotiques (Frazer 1890 ; Evans-Pritchard 1948 ; de Heusch 1958, 1993 ; Cervello Autuori 2001 ; Testart 2010). Cette situation n’est pas incompatible avec l’idée que Napata pourrait correspondre à un réseau de cités-États comme cela était le cas pour les Konso d’Éthiopie (Gallay 2016a), hypothèse émise pour la période ancienne (avant le viiie s.). Mais le « Royaume de Napata » proprement dit est une période qui commence au milieu du viie s. et qui n’offre aucune rupture idéologique avec le Royaume de Méroé, à part le changement de dynastie sous Arkamani ier.

159Il est vraisemblable que plusieurs royaumes ou chefferies se sont constitués à cette époque, celui de Napata ayant plus d’autorité que les autres.

P2-20. Phase 4. La formation de Méroé peut être considérée comme un État despotique.

160Le témoignage d’Agatharchide de Cnide présentant Arkamani ier (295-275 av. J.-C.), premier grand roi de Méroé, comme un usurpateur révèle au minimum de la rupture qui intervient avec l’instauration du royaume de Méroé. Sur le plan agricole, Méroé combine une hydro-agriculture mobilisant deux terroirs, l’un lié à l’agriculture irriguée de la vallée du Nil, l’autre, dans l’arrière-pays, reposant sur un réseau de grands réservoirs. Si ce territoire est d’une étendue considérable, de la basse Nubie à la région de Khartoum au minimum, ses dimensions ne suffisent pas à qualifier Méroé d’empire, terme qui suppose l’existence d’un royaume centre et d’une périphérie de populations variées, politiquement organisées, mises sous tutelle. Méroé n’en est pas mois un État despotique.

161Les captures de guerre, lorsqu’elles ne sont pas massacrées, ne sont plus utilisées pour afficher sa richesse en dépendants sous forme d’esclaves, mais sont intégrées dans un commerce à longue distance avec l’Égypte qui pourrait être sous monopole d’État, même si Méroé ne connaît pas la monnaie et fonctionne en économie d’échange. La disparition de la coutume des morts d’accompagnement témoigne d’un pouvoir fort et centralisé ayant désormais le monopole de la force. Elle réapparaît néanmoins à échelle régionale dans les pyramides royales à partir du ier s.

P2-21. Phase 5. La formation de Ballana-Qoustoul (ancien groupe X) succède à la formation de Méroé. Le pouvoir despotique est remis en cause comme en témoignent les nombreux morts d’accompagnement présents dans les tombes.

162La réapparition des morts d’accompagnement dans les tombes de dirigeants de Ballana et Qoustoul révèle un affaiblissement de la puissance de l’État. Plusieurs causes semblent avoir provoqué la disparition du royaume de Méroé : la migration des populations voisines, l’affaiblissement du pouvoir central, les raids incessants du royaume chrétien d’Axoum, autant de facteurs qui ont contribué à affaiblir et finalement éclater le royaume de Méroé. Face aux nombreux raids des Nobas, l’empereur romain Dioclétien n’a d’ailleurs d’autre choix, en 296 de notre ère, que de reculer la frontière aux environs d’Assouan, abandonnant définitivement la Basse Nubie aux populations nubiennes. La culture des Nobas de Basse Nubie (entre les ive et vie siècles) témoigne du retour aux sources nubiennes. Enterrement sous tumulus, mort d’accompagnement lors des funérailles et présentation du défunt sur un lit mortuaire témoignent de la réapparition du vieux fond koushite au détriment des modèles égyptiens.

Le Kordofan et le phylum nilo-saharien

P2-22. La fin du Néolithique (3500-2500 BCE, Groupe A et Pré-Kerma) voit l’abandon de la région du Wadi Owar et la migration des populations nilo-sahariennes en direction du sud, notamment vers le Kordofan.

163La lecture des textes de Claude Rilly (2009, 2010b) et Gerrit Dimmendaal (1984, 2007) permet de comprendre la diaspora issue du Wadi Howar du fait des dégradations climatiques, diffusion concernant les populations rattachables à la famille est-soudanique du phylum nilo-saharien (fig. 11). Dans ce scénario, le peuplement du Darfour-Kordofan, antérieur à la diffusion de la langue arabe, regroupe des populations de langues tama et proto-nubienne, auxquelles il est possible d’attribuer les vestiges découverts dans la région du Kordofan (Gratien 2013 ; Dimmendaal 1984 : 342).

Figure 11 – Classement phylogénétique des langues est-soudaniques (Rilly 2010a) issues de la diaspora du Wadi Howar dans la deuxième moitié du iiie millénaire BCE

Figure 11 – Classement phylogénétique des langues est-soudaniques (Rilly 2010a) issues de la diaspora du Wadi Howar dans la deuxième moitié du iiie millénaire BCE

La zone grisée correspond au domaine couvert par les prospections (Gratien 2013).

A. Gallay

P2-23. Parallèlement au développement de la vallée du Nil, le Kordofan offre quelques points de repères historiques partiels.

164Alors que la vallée du Nil voit se développer des cultures pré-étatiques puis étatiques, le Kordofan reste occupé, dès le iiie millénaire, par des sociétés de pasteurs qui s’inscrivent dans la tradition néolithique. Par la suite, les quelques repères disponibles, qui ne s’insèrent pas dans une trame chronologique continue, restent difficiles à analyser.

P2-24. Dans le Kordofan, la deuxième moitié du ier millénaire BCE, voit le développement urbain de la ville de Zankor.

165Le développement urbain de la culture de Zankor ne peut se comprendre par rapport à une logique esclavagiste et se situe dans une problématique relevant peut-être de cités-États indépendantes et de l’apparition d’une certaine hiérarchisation sociale difficile à préciser. Le Kordofan reste en effet une zone de prédation de Méroé qui ne paraît pas avoir influencé les développements culturels locaux. Pour B. Gratien, « certains ont vu des influences méroïtiques au Kordofan et au Darfour (Arkell, Vercoutter, Hofmann), mais pour d’autres ceci est spéculatif et peu sérieux (Haycok et Trigger) et les récits de campagnes militaires ou les pistes n’indiquent guère la direction du Kordofan. » (Gratien 2013 : 7). Et il ajoute « Il est frappant d’observer que nous n’avons relevé aucun lien évident avec la vallée du Nil, sinon quelques très fugaces rapports, d’ailleurs peut-être subjectifs. Aucun vestiges de la culture de Kerma, n’a été mis en évidence (…). Et nous n’avons mis au jour aucun élément napatéen ou méroïtique » (Gratien 2013 : 201).

P2-25. Le phénomène des tumulus à enceintes carrées (seconde moitié du xiiie, début du xive s. AD) précède immédiatement l’arrivée de l’Islam et semble tirer sa richesse du contrôle du commerce des esclaves en direction de l’Égypte.

166Ces monuments, contemporains des royaumes chrétiens de la vallée du Nil, semblent caractéristiques des siècles précédant l’introduction de l’Islam dans la région. Ce texte de F.-X. Fauvelle-Aymar (2013 :116) pourrait parfaitement s’appliquer au Darfour-Kordofan : « Ce qui est intéressant est l’apparent renforcement de diverses traditions funéraires de type tumulaire dans plusieurs régions d’Afrique au cours de la période qui s’écoule entre la naissance de l’Islam et l’arrivée de ses idées et prescriptions dans ces régions (…). Il y a là l’indice d’un statut social important permettant une accumulation de richesses et un train somptuaire dont témoigne (parfois) le mobilier funéraire ».

167On retrouve ce phénomène en Éthiopie à une époque légèrement plus ancienne dans la culture shay (Fauvelle-Aymar & Poissonnier 2012 ; Gallay 2016b).

168L’explication de la situation observée au Darfour-Kordofan pourrait se trouver dans la mise en place d’un commerce des esclaves, directement géré par les élites de la région, qui passeraient du statut de population razziée à celui de population prédatrice et exportatrice, les deux phénomènes ne s’excluant pas du reste. Les esclaves constitueraient alors la principale richesse de l’aristocratie du Darfour-Kordofan et les mont Nuba la principale zone refuge. Des routes d’exportation se dessinent alors directement en direction du Caire sans passer par la vallée du Nil, par les oasis de Sagoui, Selimeh (Selima) et Kharga, routes qui seront reprises par la suite au niveau de la traite islamique (Renaud & Daget 1985 : 176).

La perspective climatique

P2-26. La correspondance des scénarios reconstruits et des phases climatiques holocènes permet de situer la phase d’expérimentation de l’agriculture soudanaise lors d’une phase humide climatiquement favorable et la diffusion des principales familles linguistiques – signalant probablement des déplacements de populations – avec des phases climatiquement défavorables.

169L’une des conclusions les plus intéressantes des scénarios reconstitués (P2-1 à P2-25) porte sur la corrélation que l’on peut établir entre fluctuations climatiques holocènes et certains évènements d’ordre culturel. Signalons tout d’abord la phase d’ « invention » de l’agriculture, que l’on peut placer dans la Gezireh en milieu afrasien au moment du Néolithique de Khartoum (5000-4000 BCE). Mais le résultat le plus systématique et le plus inattendu concerne la corrélation que l’on peut établir entre diffusion des familles linguistiques et phases arides, soit :

  • pour l’Aride de l’Holocène moyen (6000-5000 BCE), le repli des populations nilo-sahariennes de la région de Nabta Playa en direction du Wadi Howar ainsi que la diffusion de l’érythraïque, qui sera à l’origine des langues sémitiques (phylum afrasien), en direction du nord en suivant l’axe du Nil.

  • pour l’Aride de l’Holocène récent (4000-2700 BCE), la diffusion des langues tchadiques (phylum afrasien) le long du Wadi Howar en direction de l’ouest puis, quelques temps plus tard, l’abandon du Wadi Howar. Ce dernier phénomène, lié à la dynamique nilo-saharienne, aura des répercussions importantes dans toute la région puisque cette diffusion sera à l’origine de l’expansion des langues est-soudaniques-nord (Tama, Nyimang, Nara et surtout langues nubiennes et koushites) ainsi que des langues est-soudaniques-sud, langues nilotiques notamment (tabl. 1).

  • Tableau 1 – Corrélation des scénarios reconstruits avec les phases climatiques holocènes. En caractères gras, déplacements probables de certaines populations

Climat

Nabta Playa

Wadi Howar

Soudan

Fin Grand Humide holocène

9000-6000 BCE

Développement nilo-saharien

Collecte

Domestication bovinés ?

Développement afrasien

Mésolithique de Khartoum (8000-5800 BCE)

Collecte

Aride holocène moyen

6000-5000 BCE

Bœuf domestique

Migration vers le sud

Diffusion langues nilo-sahariennes

Expansion bovinés

Occupation du Wadi Howar

Expansion bovinés

Collecte

Diffusion langues érythraïques

Humide

5000-4000 BCE

Néolithique final

Mégalithisme

Néolithique de Khartoum

Agriculture, bœuf domestique

Aride holocène récent

4000-2700 BCE

1. Horizon Leiterband

(4000-2900 BCE)

Diffusion langues tchadiques

2. Abandon progressif

Diffusion langues est-soudaniques-nord est-soudaniques-sud

Mise en place langues koushites

Groupe A

Petite phase humide

2700-2500 BCE

Formations pré-étatiques

Pré-Kerma

Aridification

depuis 2500 BCE

Abandon Wadi Howar

Formations étatiques

Kerma, Napata, Méroé

Histoire : une perspective évolutionniste (P3)

P3-1. La confrontation proposée montre que l’utilisation de la linguistique historique reste un puissant outil pour proposer des scénarios historiques de diffusion des traits culturels.

170Il convient donc de confronter ces trajectoires évolutives à leurs contextes linguistiques d’apparition. Nous sommes ici dans le cadre des régularités « spécifiables » proposées par Alain Testart (2012). Il faut également tenir compte du découplage possible entre diffusion de certains traits culturels et migrations de populations. La datation des divers branchements reste pourtant délicate et dépend des contextes archéologiques mobilisés.

P3-2. Cet article révèle le caractère partiel de la lecture socio-politique habituelle de la réalité archéologique proposée par les archéologues.

171Les interprétations habituelles restent très influencées par la perspective égyptologique et, plus insidieusement, par le néo-évolutionnisme de l’anthropologie américaine. Cet article est un plaidoyer pour le développement d’une perspective africaniste complémentaire dans l’étude de la préhistoire et de l’histoire du haut bassin du Nil car les peuples du Soudan sont d’abord des peuples africains.

P3-3. Nous proposons ici quelques pistes pour progresser, notamment à travers un recours plus nuancé à l’anthropologie sociale et politique régionale.

172Ces éléments modifient le discours traditionnel sur l’émergence d’une stratification sociale simplement exprimée par la richesse des mobiliers funéraires ou des offrandes (Kryzaniak 1991 ; Reinold 2006 ; Honegger 2009 : 9 ; Chaix et al. 2012 : 208). Ils introduisent des paramètres plus spécifiques, comme celui des formes d’esclavage ou du rôle du gros bétail dans les stratégies du pouvoir. Ces deux domaines sont essentiels car ils trouvent une expression matérielle au niveau des rituels funéraires, morts d’accompagnement ou offrandes de bucranes.

P3-4. L’intégration internationale du commerce des esclaves est un point sensible de l’évolution.

173Le passage du simple tribut, exigé par un vainqueur, au commerce avec intéressement du pourvoyeur devrait faire partie des points sensibles de la réflexion. Le commerce des esclaves semble en effet antérieur à la pénétration arabe au sud du Sahara. Puisant son origine dans l’Antiquité, il semble prendre de l’ampleur à la suite des mutations du monde méditerranéen provoquées par la conquête arabe du Maghreb, mais avant que les commerçants islamisés ne s’emparent du commerce transsaharien et des marchés sahéliens (Giovannini 2000).

P3-5. L’interprétation des sépultures doubles, puis multiples, comme morts d’accompagnement ouvre une piste intéressante sur la nature des sociétés néolithiques et protohistoriques de la vallée du Nil.

174La présence d’individus mis à mort intentionnellement dans les tombes reste un point sensible de l’évolution sociale car elle signale celle d’individus dépendants qui peuvent être considérés comme une richesse. Les sacrifier au moment des funérailles montrent qu’ils ne sont pas encore perçus comme une marchandise commercialisable relevant d’une logique capitaliste, mais comme un outil d’ostentation utilisable dans les compétitions sociales, des pratiques incompatibles avec le monopole de la force par l’État.

P3-6. La présence de bucranes dans les tombes doit être envisagée dans la perspective de l’anthropologie régionale car cette coutume peut être interprétée de deux manières.

175On passe en effet de l’utilisation du boviné dans le cadre des transactions matrimoniales et de la coutume du bœuf préféré – qui, dans l’espace géographique considéré, relèvent des populations afrasiennes –, à l’expression d’une « richesse ostentatoire » totalement nouvelle qui se développe au niveau des sociétés pré-étatiques d’origine nilo-saharienne.

P3-7. On peut admettre une séquence sociétés lignagères (pastoralisme) – hiérarchisation (agriculture) – cité-État/compétition – État/despotisme (hydro-agriculture).

176Les sociétés nilo-sahariennes témoignent d’une évolution des formations étatiques despotiques qui atteignent leur état d’équilibre avec Napata puis Méroé. Cette séquence n’est pas théorique, mais découle de l’analyse des scénarios locaux. Elle est donc contextualisée et peut fournir un cadre de réflexion susceptible d’être enrichi par des faits complémentaires. On peut considérer ce développement comme un phénomène spécifiquement africain sur lequel se greffent les influences venues d’Égypte, dont l’impact reste pourtant limité dans les périodes précédant l’instauration d’un État despotique. Le passage à l’État se couple avec l’hydro-agriculture qui, dans le contexte géographique envisagé, est indispensable.

177La séquence historique – hiérarchisation des lignages, cité-État/royauté divine, État despotique, effondrement –, construite sur une base empirique locale, correspond donc à une trajectoire qui pourrait avoir une certaine généralité.

P3-8. Le phénomène de l’évolution de la tombe individuelle en fosse à la tombe sous tumulus relève plus de l’histoire du peuplement et des relations entre groupes linguistiques et rites funéraires que d’un processus évolutif général.

178Les données archéologiques montrent qu’il est possible d’opposer dans un premier temps les sépultures individuelles en fosse, avec corps en position contractée, comme un phénomène ancien lié aux populations afrasiennes, aux sépultures individuelles sous tumulus, caractéristiques des populations nilo-sahariennes. Nous pouvons donc distinguer un premier ensemble issu d’une évolution locale, en relation avec les populations afrasiennes de la vallée du Nil responsables de la maîtrise de la culture du sorgho. En son sein se développent des inhumations en fosse issues des traditions mésolithiques. L’apparition de morts d’accompagnement révèle une première hiérarchisation des lignages alors que la richesse en bovinés sert essentiellement dans le cadre des transactions matrimoniales. Ces populations témoignent d’un expansionnisme lié aux périodes d’instabilité climatique, d’abord en direction de l’Égypte (Érythraïque) et de l’Éthiopie (Omotique) lors du premier Aride post-holocène) puis, lors du second Aride, à nouveau en direction de l’Éthiopie (couchitique) ainsi que du bassin du Tchad (tchadique).

179Le second Aride holocène voit également l’occupation de la vallée du Nil par des populations nilo-sahariennes qui vont propager un nouveau type de sépulture sous tumulus. Elles seront à l’origine du développement qui mènera aux formations pré-étatiques et étatiques dans un environnement où subsistent les populations afrasiennes. Dans cette trajectoire, Kerma témoigne encore d’une société où s’affrontent divers lignages en quête d’un pouvoir fondé sur leurs richesses en dépendants (morts d’accompagnement) et en troupeaux (bucranes associés aux tombes). Mastaba et pyramides constituent par contre un phénomène surajouté témoignant d’influences égyptiennes, par moments dominantes, sur les formations relevant d’États désormais consolidés comme Méroé (fig. 12).

Figure 12 – Développement des rites funéraires de la vallée du Nil entre la 2e et la 6e cataracte distinguant le domaine afrasien du domaine nilo-saharien

Figure 12 – Développement des rites funéraires de la vallée du Nil entre la 2e et la 6e cataracte distinguant le domaine afrasien du domaine nilo-saharien

A. Gallay

Discussion

180Le scénario présenté soulève deux questions de fond qui dépassent largement le cadre géographique retenu.

181La première concerne la légitimité de passer des classements linguistiques proposés, des structures relevant de nos « régularités » (Gallay 2011b), à des interprétations historiques, soit à des « scénarios ». Ce débat oppose aujourd’hui certains linguistes à d’autres chercheurs qui tentent de corréler ces arbres à des données archéologiques. N’étant pas linguiste nous ne saurions prendre parti ici dans ces discussions. Nous constatons simplement que les hypothèses proposées par des linguistes, comme C. Ehret, R. Blench, G. Dimmendaal ou C. Rilly, présentent une certaine cohérence, malgré les divergences qui peuvent apparaître entre ces auteurs ; elles sont susceptibles d’initier d’utiles discussions sur les scénarios du Passé.

182La seconde concerne l’idée qu’il n’y a, de façon systématique en Afrique, aucune corrélation entre langues et cultures. Nous pouvons répondre de plusieurs manières à cette objection fondamentale.

183Selon notre propre expérience du terrain, qui nous paraît non négligeable (Gallay et al. 2012b), il existe des lieux et des temps où il est possible de décrire de telles corrélations. Cette situation n’exclut pas de nombreux cas où cette concordance n’est pas réalisée (Mayor 2011). Les monts Nuba dans le Kordofan présentent un contexte où une certaine unité culturelle s’accommode de langues d’origines les plus diverses. Nous avons ici un exemple emblématique d’une zone refuge provoquée par les raids esclavagistes qui ont poussé diverses populations à se réfugier dans des zones plus facilement défendables. Comme autre exemple de comportement culturel transcendant les limites des barrières linguistiques, rappelons la pratique du bœuf préféré commune aux populations afrasiennes et nilo-sahariennes (cf. P0-1).

184Tout scénario implique du reste un dosage variable de ces types d’explication. Dans notre cas la diffusion de l’élevage combine les deux modèles d’association et de non association. La vallée du Nil offre un tableau allant dans le même sens. L’idée que le développement menant aux formations pré-étatiques et étatiques puisse être lié de façon préférentielle à des populations nilo-sahariennes est parfaitement compatible avec la persistance des populations d’origine afrasienne dans les mêmes régions. Tous les auteurs admettent en effet la grande variabilité des populations de ces régions. Sur ces questions tout dogmatisme doit être rejeté tant que les situations historiques n’ont pas fait l’objet de recherches ciblées et approfondies.

185Une question plus spécifique concerne l’origine de l’élevage boviné, sujet pour lequel les données et les interprétations restent contradictoires. Le premier problème concerne l’ancienneté de cet élevage dans la région de Nabta Playa. Les dates les plus anciennes ont été contestées et il faudra attendre de nouvelles données archéologiques et paléo-génétiques pour y voir clair. Le second concerne la question de la localisation géographique. La région de Nabta Playa pourrait en effet fonctionner comme un relai d’expérimentation dans une diffusion plus générale des bovinés domestiques issus du Proche Orient (Honneger 2014b et communication personnelle). Les solutions que l’on pourra apporter à l’avenir à cette question, quelles qu’elles soient, ne remettent pas en cause le scénario proposé d’une relation, au moins partielle, des populations de langues nilo-sahariennes avec la diffusion de l’élevage.

186Nous insisterons pour finir sur le fait que le scénario présenté n’est pas le seul possible. La récente publication du cimetière néolithique de Ghaba propose en effet une alternative qui écarte les populations de chasseurs-cueilleurs de la région de Khartoum du processus de néolithisation (Salvatori et al. 2016). Ce dernier est conçu globalement comme le résultat d’une progression démique des populations du nord vers le sud. Ce scénario, qui ne mobilise pas les hypothèses linguistiques, propose ainsi de voir dans la néolithisation de la région de Khartoum le résultat de la progression de populations nordiques. La poterie Laqiya, présente dans la région du Wadi Howar et dans l’horizon Early Karthoum au début du viie millénaire, illustre une certaine homogénéité du substrat chasseurs-cueilleurs (Usai 2004). Le lien entre la Haute Nubie et le Soudan central réapparaît seulement au Néolithique, à la fin du vie millénaire et au début du ve millénaire. La progression des agriculteurs, consécutive à l’accroissement de l’aridité dans la deuxième moitié du vie millénaire, aurait entraîné un recul des populations de chasseurs-cueilleurs locaux vers le sud, populations qui n’auraient pas contribué au processus de néolithisation.

187Enfin la question de l’esclavage, un paramètre essentiel de l’évolution des sociétés africaines, pose de nombreux problèmes dans la mesure où les sources historiques ne sont pas toujours claires. Il existe en Afrique précoloniale deux types d’esclavage, l’esclavage de guerre et l’esclavage pour dettes, notamment lorsque l’on se révèle incapable de rembourser les prêts ayant permis de s’acquitter du prix de la fiancée. On ne possède, à notre connaissance, aucun témoignage historique sur ces questions pour la zone considérée et l’on peut discuter de l’opportunité d’utiliser des sources ethnographiques pour combler cette absence. Parallèlement il est difficile de savoir à partir de quelle époque les esclaves sont intégrés dans un véritable commerce avec l’Égypte. La présence d’esclaves noirs dans le monde antique méditerranéen nous fait pencher pour un véritable commerce préislamique, mais la question reste ouverte. Une incertitude du même type se pose du reste à propos d’un éventuel commerce préislamique transsaharien de l’or (Giovannini 2000 ; Fauvelle 2016).

Haut de page

Bibliographie

Adams W. Y. (1977) - Nubia : Corridor to Africa. London, Allan Lane.

Arkell A. J. (1949) – Early Karthoum: an account of the Excavation of a Early Occupation Site Carried Out by the Sudan Government Antiquities Service in 1944-45. Oxford, University Press.

Arkell A. J. (1950) – Varia sudanica. The Journal of Egyptian Archaeology, 36: 24-40.

Baud M. (éd) (2010) Méroé : un empire sur le Nil. Paris, Officina libraria, Musée du Louvre.

Bazin J. (1975) – Guerre et servitude à Ségou. In : C. Meillassoux (éd.), L’esclavage en Afrique précoloniale, Paris, Maspéro, coll. Bibliothèque d’anthropologie: 135-181.

Bazin J. (1982) – État guerrier et guerres d’État. In : J. Bazin & E. Terray (éds), Guerres de lignages et guerres d’états en Afrique, Paris, Édition des archives contemporaines : 319-374.

Bender M. L. (2004) – Nilo-Saharien. In : B. Heine & D. Nurse (éds), Les langues africaines, Paris, Karthala : 55-90.

Blench R. (1993/1995) – Recent Developpements in African Language Classification and their Implications for Prehistory. In: T. Shaw, B. Sinclair, B. Andah, & A. Okpoko (eds), The Archaeology of Africa: Food, Metals and Towns, London, New-York , Routledge, coll. One Wold Archaeology, 20: 126-138.

Blench R. (1999) – The Westward Wanderings of Cushitic Pastoralist : Exploration in the Prehistory of Central Africa. In : C. Baroin & J. Boutrais (éds), L’homme et l’animal dans le bassin du lac Tchad, Paris, IRD : 39-80.

Blench R. (2006) – Archaeology, Language, and the African Past. Lanham, New York, Toronto, Oxford, Rowman & Little field Publishers, Inc., coll. Altamira Press.

Blench R. M. & MacDomald K. C. (eds) (2000) – The Origins and Development of African Livestock. London, UCL.

Bonnet C. (1990) – Kerma, royaume de Nubie : l’antiquité africaine au temps des pharaons. Catalogue d’exposition du Musée d’Art et d’Histoire, Genève, 14 juin-25 novembre 1990. Genève, Musée d’art et d’histoire.

Bonnet C. & Ferrero N. (2006) – Le royaume de Kerma. In : Kerma et archéologie nubienne : collection du Musée d’art et d’histoire, Genève, catalogue d’exposition, Gollion, Infolio : 21-35.

Bonnet C. & Valbelle D. (2005) – Des pharaons venus d’Afrique : la cachette de Kerma. Paris, Citadelles & Mazenod.

Bonnet C. & Valbelle D. (2014) – La ville de Kerma : une capitale nubienne au sud de l’Egypte. Lausanne, Favre.

Bonnet C., Valbelle D. & Privati B. (2000) - Edifices et rites funéraires à Kerma. Paris, Errance.

Boulestin B. (2008a) – Pourquoi mourir ensemble ? À propos des tombes multiples dans le Néolithique français. Bulletin de la société préhistorique française, 105 (1) : 103-130.

Boulestin B. (2008b) – Des tombes multiples (toujours) … et des mécanismes de l’interprétation en archéologie : réponse à P. Chambon, J. Leclerc et D. Courgeau. Bulletin de la société préhistorique française, 105 (2) : 427-430.

Boulestin B. (2016) – Qu’est-ce que le mégalithisme ? In: C. Jeunesse, P. Le Roux & B. Boulestin (éds), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées, Oxford, Archaeopress Publishing ltd.: 57-94

Brandt S. A. (1984) – New Perspectives on the Origins of Food Production in Ethiopa. In: J. D. Clarck & S. A. Brandt (eds.), From Hunters to Farmers: the Causes and Consequences of Food Production in Africa, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Presse: 173-211.

Brass M. (2007) – Reconsidering the Emergence of Social Complexity in Early Saharan Pastoral Society, 5000-2500 D.C. Sahara, 18 : 7-22.

Bubenzer, O., Bolten A. & Darius F. (éds) (2007) – Atlas of Cultural and Environmental Change in Arid Africa. Köln, Heinrich Barth Institut.

Cervello Autuori J. (2001) – Monarchie pharaonique et royautés divines africaines : la monarchie pharaonique fut-elle une “royauté divine” africaine ? Cahiers caribéens d’Égyptologie, 2 : 27-51.

Chaix L. (1987) – Les troupeaux et les morts à Kerma (Soudan) (3000 à 1500 avant J.-C). In : C. Masset & H. Duday (éds). Anthropologie physique et archéologie, Paris, éd. du CNRS : 297-304.

Chaix L. (2009) – Les premiers animaux domestiques dans la région de Kerma. Kerma (Soudan) : origine et développement du premier royaume d’Afrique noire  Archéologie suisse, 32 (2) : 1-5.

Chaix L., Dubosson J. & Honegger M. (2012) – Bucrania from the Eastern Cemetery at Kerma (Sudan) and the Practice of Cattle Horn Deformation. In: J. Kabacinski, M. Chlodnicki & M. Kobusiewicz (eds). Prehistory of Northesatern Africa : New Ideas and Discoveries, Poznam, Archaeological museum, coll. Studies in African archaeology, 11: 189-212.

Chaix L. & Honegger M. (2009) – New Data on Animal Exploitation from the Mesolithic to the Neolithic Periods in Northern Sudan. In: Climate and Ancient Societies (Conference held at the University of Copenhagen, 21-23 oct. 2009): 197 – 214.

Chambon P. & Leclerc J. (2007) – Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ? Bulletin de la Société préhistorique française, 104 (2) : 289-306.

Chambon P. & Leclerc J. (2008) – Encore des tombes multiples néolithiques. Actualités scientifiques. Bulletin de la Société préhistorique française, 105 (2) : 424-426.

Clark J. D. & Brandt S. A. (1984) – From Hunters to Farmers : the Causes and Consequences of Food Production in Africa, Berkeley, Los Angeles & London, University of California Press.

Collectif (2004) – Cité-État et statut politique de la ville en Afrique et ailleurs. Journal des africanistes, 74 (1-2).

Cuoq J. (1984) – Histoire de l’islamisation de l’Afrique de l’ouest des origines à la fin du XVIe siècle. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

Dimmendaal G. (1984) – Historical Linguistics and the Comparative Study of African Languages, Amsterdam & Philadelphia, John Benjamins Publishing Company.

Dimmendaal G. (2007) – The Wadi Howar Diaspora: Linking Linguistic Diffusion to Palaeoclimatological and Archaeological Findings. In: O. Bubenzer, A. Bolten & F. Darius (eds.), Atlas of Cultural and Environmental Change in Arid Africa, Cologne, Heinrich-Barth-Institut: 148-149.

Dubosson J. (2013) – Le rôle du bétail dans les rituels funéraires des sociétés pastorales est-aficaines : l’exemple des Hamar du Sud-ouest éthiopien. In : C. Baroin & C. Michel (eds). Richesse et sociétés, Nanterre, Institut d’ethnologie, coll. Colloques de la Maison René Ginouvès, 9 : 217-225.

Dubosson J. (2014) – Human “Self” and Animal “Other” : the Favourite Animal among the Hamar. Halle, Universitätverlag Halle-Wittenberg, coll. Schriften des Zentrum für interdisziplinäre Regionalstudien, 2: 83-104.

Duday, H. (2005) – Lezioni di archeotanatologia : archeologia funeraria en antropologia di campo. Roma, programma europeo Cultura 2000.

Ehret C. (1976) – Cushitic Prehistory. In: M. L. Bender (ed.). The non Semitic Languages of Ethiopia, East Lansing, Michigan University Press: 85-96.

Ehret C. (1993/1995) – Nilo-Saharans and the Saharo-Sudanese Neolithic. In: T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah & A. Okpoko (eds), The archaeology of Africa: Food, Metals and Towns, London, New-York, Routledge, coll. One wold archaeology, 20: 104-121.

Ehret C. (2011) – History and the Testimony of Language. Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press.

Eisa K. A. (1999) – Le mobilier et les coutumes koushites à l’époque méroïtique. Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, coll Meroitica, Schriften zur altsudanesischen Geschichte und Archäologie, 16.

Emery W. B. (1965) – Egypt in Nubia. Londres, Hutchinson.

Evans-Pritchard E. E. (1948) – The Divine Kingship of the Shilluk of the Nilotic Sudan. Cambridge, University Press, coll. The Frazer Lecture.

Farid S. (1963) – Excavations at Ballana 1958-1959. Le Caire, Government Printing Offices.

Farid S. (1973) – Excavations of the Antiquities Department at Qustul. Preliminary Report (Season 1958). Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 61 : 31-35.

Fauvelle-Aymar F.-X. (2013) – Le rhinocéros d’or : Histoires du moyen-âge africain. Paris, Alma.

Fauvelle F.-X. (2016) – What is Trade about ? A Political Ecology of Trans-Saharan Trade and a Taphonomic Approach of its Remains. In: Session 17, Transsaharian Connections : Times and Materialities. 23rd Biennal Meeting of the Society of African Archaeologists, Toulouse 23 juin-2 juillet 2016.

Fauvelle-Aymar F.-X. & Poissonnier B. (eds.) (2012) – La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIe siècle) : recherches archéologique et historiques sur une élite païenne. Paris, de Boccard & Centre français des études éthiopiennes, coll. Annales d’Éthiopie, hors série, 3.

Frazer J. G. (1890) – The Golden Bough : a Study in Magic and Religion (1ère éd., 2 vol.). Londres.

Gallay A. (2011a) – De mil, d’or et d’esclaves : le Sahel précolonial. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. Le Savoir suisse : histoire, 72.

Gallay A. (2011b) – Pour une ethnoarchéologie théorique. Paris, Errance.

Gallay A. (2012) – Approche cladistique et classification des sociétés ouest-africaines : un essai épistémologique. Journal des Africanistes, 82 (1-2) : 209-248.

Gallay A. & Huysecom, E., Mayor, A., Gelbert A. collab. (2012) – Potières du Sahel : à la découverte des traditions céramiques de la boucle du Niger (Mali). Gollion, Infolio.

Gallay A. (2016a) – Monumentalisme et populations de langues est-couchitiques en Ethiopie 1: une approche anthropologique. In: C. Jeunesse, P. Le Roux & B. Boulestin (eds), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées, Oxford, Archaeopress Publishing ltd.: 191-218.

Gallay A. (2016b) – Monumentalisme et populations de langues est-couchitiques en Ethiopie 2 : une approche historique. In: C. Jeunesse, P. Le Roux & B. Boulestin (eds), Mégalithismes vivants et passés : approches croisées, Oxford, Archaeopress Publishing ltd.: 219-244.

Gallay A. (soumis) – Le monumentalisme funéraire d’Éthiopie et la question des démocraties primitives. Afrique : Archéologie & Art.

Gallay A. & Burri-Wyser E. (2014) – Chaînes opératoires de montage et fonctions sociales : les poteries de mariage somono (Mali). Afrique : Archéologie & Arts, 10 : 13-46. Doi : 10.4000/aaa.204.

Gautier A. (2001) – The Early to Late Neolithic Archeofaunes from Nabta and Bir Kiseiba. In: F. Wendorf & R. Schild (eds), Holocene Settlement of the Egyptian Sahara, vol 1. The Archaeology of Nabta Playa, New York, Kluwer Academic /Plenum Publisher: 609-635.

Giovannini A. (2000) – L’or africain : un aspect méconnu de l’économie antique et de l’impérialisme romain. In : F. Andreau & F. Cover (eds), Economie antique : la guerre dans les économies antiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée archéologique départemental, coll. Entretiens d’archéologie et d’histoire : 153-276.

Gratien B. (1978) – Les cultures Kerma : essai de classification. Lille, coll. Publications de l’Université de Lille.

Gratien B. (2013) – Abou Sofyan et Zankor : prospections dans le Kordofan occidental (Soudan). Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. Archaiologia.

Greenberg J. H. (1948) – The Classification of African languages. American Anthropologist, NS, 50 (1): 24-30.

Greenberg J. H. (1963) – The Languages of Africa. Bloomington, Indiana University Center in Anthropology, Folklore, and Linguitics, La Haye, Mouton.

Haaland R. (1992) – Fish, pots and grain : early and Mid-Holocene in the Central Sudan. African archaeological review, 10: 43-64.

Herskovits M. (1926) – The Cattle Complex in East Africa. American Anthropologist, 28 (1): 230-272.

Heusch L. de (1958) – Essais sur le symbolisme de l’inceste royal en Afrique. Bruxelles, Université libre de Bruxelles, Institut de sociologie Solvay, coll. Études ethnologiques, 1.

Heusch L. de. (1993) – L’inversion de la dette : propos sur les royautés sacrées africaines. In : Genèse de l’Etat moderne en Méditerranée : approches historiques et anthropologiques des pratiques et des représentations, Actes des tables rondes internationales tenues à Paris (1987) et Rome (1988), Rome, École française de Rome, coll. Publications de l’École française de Rome, 168 : 9-26.

Hogendorn J & Johnson M. 1986 – The Shell Money of the Slave Trade. Cambidge, London, New York, New Rochelle, Mebourne, Sydney, Cambride University Press.

Holder G. (2001) – Poussière, ô poussière ! : la cité-état sama du pays dogon (Mali). Nanterre, Société d’ethnologie.

Honegger M. (2005a) – Kerma et les débuts du Néolithique africain. Genava : 239-249.

Honegger M. (2005b) – El Barga : un site clé pour la compréhension du Mésolithique et du début du Néolithique en Nubie. Revue de paléobiologie (Genève), 10 : 95-104.

Honegger M. (2009) – Kerma (Soudan) : origine et développement du premier royaume d’Afrique noire (avec des contributions de C. Bonnet, L. Chaix & J. Dubosson). Archéologie suisse, 32 (1) : 2-13.

Honegger M. (2014a) – Aux origines des pharaons noirs : 10.000 ans d’archéologie en Nubie. Catalogue d’exposition, Hauterive, Laténium et Fondation Kerma.

Honegger M. (2014b) – Recent Advances in our understanding of Prehistory in Northern Sudan. In: R. Anderson & D. A. Welsby (eds). The Fourth Cataract and Beyond. Proceeding of the 12th International Conference for Nubian Studies: 19- 30.

Honegger M. & Williams M. (2015) – Human Occupations and Environnemental Changes in the Nile Valley during the Holocene: the Case of Kerma in Upper Nubia (Northerne Sudan). Quaternary Science Review, 30: 1-14.

Jesse F. (2004) – The Development of Pottery Design Styles in the Wadi Howar Region (Northern Sudan). Préhistoires méditerranéennes, 13 : 97-107.

Jesse F. (2006-2007) – Un nouvel aspect du Néolithique au Wadi Howar (nord du Soudan). In : B. Gratien (éd.), Mélanges offerts à Francis Geus, Cripel, 26, Lille, Université Charles-de-Gaulle, Lille, 3 : 187-193.

Jesse F. & Keding B. (2007) – Holocene settlement Dynamics in the Wadi Howar région (Sudan) and the Ennedi Mountains (Chad). In: O. Bubenzer, A. Bolten & F. Darius (eds). Atlas of Cultural and Environmental Change in Arid Africa, Cologne, Heinrich-Barth-Institut: 42-43.

Keding B. (1993) – Leiterband sites in the Wadi Howar, North Sudan. In: L. Krzyzaniak, L. Kobusiewicz & J. Alexander (eds). Environmental Change and Human Culture in the Nile Basin and Northern Africa until the Second Millennium B.C. Poznan, Archaeological Museum: 371 -380.

Kryzaniak L. (1978) – New light on Early food-production in the Central Sudan. Journal of African History, 19: 159-172.

Kryzaniak L. (1991) – Early Farming in the Middle Nile Basin : Recent Discoveries at Kadero (Central Sudan). Antiquity, 65 (3): 515-532.

Kuper R. & Kröpelin S. (2006) – Climate-Controlled Holocene Occupation in the Sahara : Motor of Africa’s Evolution. Science, 11 Aug, 3313, 5788: 803-807.

Lesur-Gebremariam J. (2009) – Origine et diffusion de l’élevage dans la corne de l’Afrique : un état de la question. Annales d’Éthiopie, 24 : 173-208.

Linseele V. (2011-2012) – Animal remains from the Early Holocene Sequence at Wadi El.Arab. Kerma, Documents de la Mission archéologique suisse au Soudan, 4 : 16-18.

Madella M., Garcia-Granero, J.-J. Welmoed A. O. Ryan P. & Usai D. (2014) – microbotanical Evidence of Domestic Cereals in Africa 7000 Years Ago. PloS ONE, 9, 10 : e110177. Doi : 10.1371/journal.pone.01 10177.

Maquet J. J. (1967) – La tenure des terres dans l’État rwanda traditionnel. Cahiers d’études africaines, 7 (28) : 624-636.

Mayor A. (2011) – Traditions céramiques dans la boucle du Niger : ethnoarchéologie et histoire du peuplement au temps des empires précoloniaux. Frankfurt am Main, Africa Magna Verlag, coll. Journal of African archaeology monograph series 7, Peuplement humain et paléoenvironnement en Afrique de l’Ouest, 2.

McCabe J. T. (2011) – Cattle Bring us to our Enemies : Turkana Ecology, Politics and Raiding in a Disequilibrium System. Ann Arbor, University of Michigan.

Meillassoux C. (1986) – Anthropologie de l’esclavage : le ventre de fer et d’argent. Paris, PUF.

Meillet A. (1925) – La Méthode comparative en linguistique historique. Oslo, H. Aschehoug & Co., Paris, Honoré Champion.

Midant-Reynes B. (1992) – Préhistoire de l’Égypte. Des premiers hommes aux premiers pharaons. Paris, Armand Colin.

Mills, A.J. (1982) – The Cemeteries of Qar Ibrîm. Egypt Exploration Society Excavation, Memoir 51. Londres, Egypt Exploration Society.

Monneret de Villard, U. (1940) – Le necropoli di Ballana e di Qōsṭul. Orientalia, 9: 61-75.

Monteil V. (1977) – Les Bambara du Ségou et du Kaarta : étude historique, ethnographique et littéraire d’une peuplade du Soudan Français. Paris, Maisonneuve & Larose, réédition de 1924.

Nicolaï R. (1990) – Parentés linguistiques : à propos du songhay. Paris, éditions du CNRS.

Norström H. Å. (2004) – The Nubian A-Group: Perceiving a Social Landscape. In: T. Kendall (ed.), Nubian Studies 1998 · Proceedings of the Ninth Conference of the International Society of Nubian Studies (21-26 August, 1998), Boston 2004: 134-144.

Pavitt N. (1997) – Turkana : les nomades de la mer de jade. Londres, the Harvill Press.

Reichler-Béguelin M.-J. (1988) – La méthode comparative de Meillet : statut et légitimité des reconstructions. In : Histoire, épistémologie, langage, 10 (2) : 11-24.

Reinold J. (1987) – Les fouilles pré- et protohistoriques de la section française de la Direction des Antiquités du Soudan : les campagnes 1984-5 et 1985-6. Archéologie du Nil moyen, 2 :17-56.

Reinold J. (2000) – Archéologie au Soudan : les civilisations de Nubie. Paris, Errance.

Reinold J. (2001) – Kadruka and the Neolithic in the Northern Dongola Reach. Sudan & Nubia (The Sudan Archaeological Research Society), 5: 2-14.

Reinold J. (2002) – Kadruka. In : D. E. Welsby & J. R. Anderson (eds), Sudan, Ancient treasures. An exhibition of recent discoveries from the Sudan National Museum, London, The British Museum Press: 20–28.

Reinold J. (2005) – Note sur le monde animal dans le funéraire néolithique du Soudan. Revue de paléobiologie (Museum d’histoire naturelle, Genève), 10 : 107-119.

Reinold J. (2006) – Les cimetières préhistoriques au Soudan: coutumes funéraires et systèmes sociaux. In: I. Caneva & A. Roccatti (eds), Tenth International Conference of the Society for Nubian Studies, Rome, 9-14 September 2002, Rome, Libreria delle Stato: 139-162.

Renault F. & Daget S. (1985) – Les traites négrières en Afrique. Paris, Karthala.

Reisner G. A. (1923) – Excavations at Kerma I-III and IV-V (2 vol.). Cambridge, Mass, coll. Harvard African Studies, 5, 6.

Rilly C. (2007) – La langue du royaume de Méroé : un panorama de la plus ancienne culture écrite d’Afrique subsaharienne. Bibliothèque de l’École pratique des hautes études, Sciences historiques et philologiques, 344, Paris, Champion.

Rilly C. (2008) – On a retrouvé les mots du groupe C. La Recherche, 425 : 48.

Rilly C. (2009) – From the Yellow Nile to the Blue Nile : the Quest for Water and the Diffusion of Northern East Sudanic Languages from the fourth to the first Millenia BCE. ECAS (3rd European Conference on African Studies, Panel 142: African Waters - Water in Africa, Barriers, Paths, and Resources: their Impact on Language, Literature and History of People), Leipzig, 4 to 7 June 2009.

Rilly C. (2010a) – L’écriture et la langue de Méroé. In : M. Baud (éd), Méroé : un empire sur le Nil, Paris, Officina libraria, Musée du Louvre : 142-159.

Rilly C. (2010b) – Le méroïtique et sa famille linguistique. Louvain, Peeters, coll. Afrique et langage, 14.

Sadig A. M. (2010) – The Neolithic of the middle Nile region: an archaeology of Central Soudan and Nubia. Kampala, Fountain publisher.

Sakamoto T. (2016) – Gammai revisité : esquisse typologique d’une « frontière » postméroïtique. Dotawo, a journal of Nubian Studies, 3: 67-82.

Salvatori S. & Usai D. (2006-2007) – The Sudanese Neolithic revisited. Cahiers de Recherches de l’Institut de Papyrologie et d’Égyptologie de Lille, 26 : 323- 333.

Salvatori S., Usai D. & Lecointe Y. (eds.) 2016 – Ghaba : an Early Neolithic Cemetery in Central Sudan. Frankfurt am Main, Africa Magna Verlag.

Smith A. B. (2005) – African Herders : Emergence of Pastoral Traditions. Waldnut Creek, AltaMira Press.

Somaglino C. & Tallet P. (2014) – Une campagne en Nubie sous la 1re dynastie : la scène nagadienne du Gebel Sheik Suleiman comme prototype et modèle. NeHet, revue numérique d’Égyptologie, 1 : 1-46

Stemler A. B. (1990) – A scanning electron miscroscopic analysis of plant impressions in pottery from the sites of Kadero, El Zakiah, Um Direiwa and Kadada. Archéologie du Nil moyen, 4 : 87-105.

Tassie G. J. (2014) – Prehistoric Egypt: Socioeconomic Transformations in North-east Africa from the Last Glacial Maximum to the Neolithic, 24,000 to 6,000 Cal BPLondon, Golden House publications.

Testart A. (2001) – L’esclave : la dette et le pouvoir : études de sociologie comparative. Paris, Errance.

Testart A. (2004a) – La servitude volontaire 1 : les morts d’accompagnement. Paris, Errance.

Testart A. (2004b) – La servitude volontaire 2 : l’origine de l’État. Paris, Errance.

Testart A. (2005) – Éléments de classification des sociétés, Paris, Errance.

Testart A. (2010) – Principes de sociologie générale 2.3 : le politique, démocraties et despotismes, séminaire donné au Collège de France, inédit. http://www.alaintestart.com, site officiel d’Alain Testart (manuscrit retiré au décès de l’auteur).

Testart A. (2012) – Avant l’histoire : l’évolution des sociétés de Lascaux à Carnac. Paris, NRF, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines.

Török L. (1997) – The Kingdom of Kush: Handbook of the Napatan-Meroïtic Civilization. Leiden, Brill Academic Publisher.

Usai D. (2004) – Early Khartoum and Related Groups. In: T. Kendall (ed). Proceedings of the Ninth International Conference of the International Society of Nubian Studies, Boston 1998. Boston, Northeastern University: 419-435.

Valbelle D. (2012) – Comment les Egyptiens du début de la XVIIIe dynastie désignaient Kouchites et leurs alliés. Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 112 : 447-464.

Vantini G. (1975) – Oriental Sources concerning Nubia. http://www.medievalnubia.info

Wasylikowa K., Harlan J. R., Evans J., Wendorf F. R., Schild R., Close A. E., Królik H. & Housey R. A. (1993) – Examination of Botanical Remains from Early Neolithic Houses at Nabta Playa, Western Desert, Egypt, with Special Reference to Sorghum Grains. In: T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah & A. Okpoko (eds), The Archaeology of Africa. Food, Metals and Towns, Abingdon, New York, Routledge: 154-164.

Wasylikowa K., Milka J., Walanus A., Wendorf F. R. & Schild R. (1996) – Distribution of Plant Macrofossils within a Settlement a Case Study on Plant Exploitation Manners in a Hunter-Gatherer Site at Nabta Playa, South Egypt. Bulletin of the XIIIe Congress of the International Union of Prehistory and Protohistoric Sciences (Forli, Italy): 47-56.

Weber, M. (1919) – Le savant et le politique. Paris, Les classiques en sciences sociales sociales. uqac.ca/classiques/Weber/savant_politique/Le_savant.pdf

Wendorf F. R. & Schild R. (1996) – A Late Megalith Complex in the Eastern Sahara : a Preliminary Report. In: L. Kryzaniak, K. Kroeper & M. Kobusiewicz (eds), Interregional Contacts in the Later Prehistory of Northeastern Africa. Poznan, Poznan Archaeological Museum, coll. Studies in African archaeology, 5: 125-132.

Wendorf F. R. & Schild R. (1998) – Nabta Playa and Its Role in Northeastern African Prehistory. Journal of Anthropological archaeology, 17: 97-123.

Wendorf F. R. & Schild R. (2001) – Holocene settlement of the Egyptian Sahara 1: the Archaeology of Nabta Playa. New York, Kluwer Academic /Plenum Publisher.

Westermann D. (1912) – The Shilluk People, their Language and Folklore. Berlin, Dietrich Reimer (Ernst Vohsen).

Williams, B. B. (1991) – Noubadian X-Group Remains from Royal Complexes in Cemeteries Q and 219 and from Private Cemeteries Q, R, V, W, B, J, and M at Qustul and Ballana. The University of Chicago Oriental Institute Nubian Expedition 10. Chicago, the Oriental Institute of the University of Chicago.

Young W. M. (1966) – The divine Kingship of the Jukun : a Re-evaluation of Some Theories. Africa, 36 (2): 135-153.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Figure 1 – Problématique d’analyse des rites funéraires africains intégrant données ethnohistoriques, ethnologiques, linguistiques et archéologiques : étapes du raisonnement
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 2 – Corrélation entre la séquence archéologique de Nabta Playa (Égypte) et le développement des langues du phylum nilo-saharien selon C. Ehret
Crédits Gallay 2016b, d’après Ehret 2011; Wendorf & Schild 1998
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 3 – Corrélation entre les classifications du phylum nilo-saharien de C. Ehret et de C. Rilly permettant d’établir l’équivalence entre soudanique-nord (C. Ehret) et soudanique-oriental (C. Rilly) ainsi qu’entre est-sahélien (C. Ehret) et soudanique-oriental-nord (C. Rilly)
Légende Arbres simplifiés.
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4 – Diffusion des langues du proto-est-soudanique-nord selon C. Rilly (2010b)
Légende La fin du ive millénaire BCE marque une période d’expansion importante des populations du Wadi Howar
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 5 – Place des innovations économiques dans le développement du phylum afrasien d’après C. Ehret 2011
Légende Les racines concernant l’élevage (A, B, C et D) sont distinctes et témoignent de développements autonomes. Les dates proposées par C. Ehret paraissent trop anciennes par rapport à la séquence du Soudan central, référence que cet auteur n’utilise pas.
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 7 – Kerma. Nécropole orientale, tombe 234, Kerma Moyen (2050-1750 BCE)
Légende Dépôt de bucranes au sud du tumulus.
Crédits © Mission archéologique suisse de Kerma, D. Berti
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 6 –  Kerma, Nécropole orientale, tombe 222, Kerma Moyen (2050-1750 BCE)
Légende Plan de la tombe avec le sujet principal sur un lit et un individu d’accompagnement. Au nord : pièces de viande (caprinés), offrandes dans des récipients en céramique et deux moutons à l’ouest.
Crédits © Mission archéologique suisse de Kerma, M. Berti
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 8 – Modalité de diffusion des langues de l’Afrasien selon l’hypothèse de R. Blench et les données archéologiques
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 9 – Problématique d’interprétation des biens, bucranes et vases caliciformes, déposés dans les tombes individuelles de la vallée du Nil
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 10 – Modalité de diffusion des langues de la famille est-soudanique-nord à partir du Wadi Howar selon C. Rilly
Légende Flèches tiretées : diffusion du pastoralisme bovin.
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 11 – Classement phylogénétique des langues est-soudaniques (Rilly 2010a) issues de la diaspora du Wadi Howar dans la deuxième moitié du iiie millénaire BCE
Légende La zone grisée correspond au domaine couvert par les prospections (Gratien 2013).
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 12 – Développement des rites funéraires de la vallée du Nil entre la 2e et la 6e cataracte distinguant le domaine afrasien du domaine nilo-saharien
Crédits A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/934/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gallay, « Sociétés et rites funéraires : le Nil moyen (Soudan) du Néolithique à l’Islamisation », Afrique : Archéologie & Arts, 12 | 2016, 43-80.

Référence électronique

Alain Gallay, « Sociétés et rites funéraires : le Nil moyen (Soudan) du Néolithique à l’Islamisation », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 12 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://aaa.revues.org/934 ; DOI : 10.4000/aaa.934

Haut de page

Auteur

Alain Gallay

Alain.Gallay@unige.ch – Université de Genève, Laboratoire Archéologie et Populations en Afrique (APA), Science II, 30 quai Ernest Ansermet, 1211 Genève 4, Suisse

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org