Skip to navigation – Site map
Cahier « Archéologie et art de la vallée du Nil à l’Holocène moyen »

Quand l’archéologie de la vallée du Nil dialogue avec le reste de l’Afrique

When the archaeology of the Nile Valley enters into dialogue with the archaeology of Africa
Emmanuelle Honoré and Elena A. A. Garcea
p. 13-20

Abstracts

In this introductory contribution for the thematic issue on the archaeology and art of the Nile Valley during the Middle Holocene, the authors question the current disciplinary frontiers between “Africanist archaeology” and “archaeology of the Nile Valley”, and beyond, between the latter and “Egyptology/Sudanology”. The three following papers open new avenues for a dialogue between Africanists and Nilotists on an area that has been under-represented in the journal Afrique : Archéologie & Arts so far.

Top of page

Index terms

Mots-clés :

désert

Keywords :

Desert
Top of page

Full text

  • 1 Frontière entérinée en 1934 par des accords signés entre le Khédive d’Égypte et la puissance britan (...)

1L’Égypte est-elle un pays africain ? La question peut paraître sans objet pour un géographe contemporain. Ce pays que rien ne sépare physiquement de la Libye et du Soudan en dehors de frontières invisibles – artificiellement alignées sur le 25e méridien depuis 1925 et sur le 22e parallèle depuis 18991 – a pourtant toujours marqué sa différence au sein de l’Afrique du Nord. Suivant l’idéal du panarabisme nassérien, le régime actuel porte le nom de « République arabe d’Égypte » depuis 1971 ; néanmoins nombre de voix rappellent fréquemment que le fait que l’Égypte soit arabophone et à majorité musulmane n’en fait pas un pays arabe. Alors que l’Égypte partage plus de frontières avec les pays africains qu’avec l’Asie, elle a, au cours de son histoire, développé parfois davantage de liens avec le Proche-Orient qu’avec ses voisins au sein du continent. Les relations de l’Égypte avec le reste de l’Afrique sont rythmées par de subtils rééquilibrages répondant aux enjeux nationaux. Qu’en est-il dans le domaine de l’archéologie ?

2Les paradoxes de la géopolitique contemporaine semblent être reflétés de manière exacerbée dans la recherche archéologique. Il n’est pas suffisant de s’arrêter au fait que les recherches sur les sociétés anciennes sont dépendantes des contextes dans lesquelles elles sont pratiquées, car les raisons de ces rapports complexes semblent davantage propres à la discipline qu’à l’histoire politique récente. Il faut remonter bien au-delà de l’expédition de Bonaparte pour trouver les fondations de l’égyptologie comme « science à part ». Le mythe de la redécouverte des civilisations de la vallée du Nil, principalement pharaoniques, est un biais historiographique moderne. Dès l’Antiquité, les romains rapportèrent en Europe des obélisques démontés des sites de la vallée du Nil (Héliopolis pour l’obélisque de Dogali à Rome, Saïs pour celui de la piazza della Minerva, Thèbes pour Saint-Jean-de-Latran…). Ces monuments, ainsi que l’art égyptien, sont copiés par les artistes et un engouement certain pour l’histoire et la religion pharaonique émerge en Europe. La documentation permet de retracer l’histoire quasi-continue des témoignages d’une « science égyptologique » bâtie progressivement par des intellectuels éclairés dont certains font même le voyage, tel Fra Urbano Valeriano Bolzano dans les années 1500 (Grell 2001).

3L’intérêt pour l’archéologie et les arts d’Afrique se développe de manière bien différente en Europe et de façon concomitante avec celles des arts amérindiens, océaniens et préhistoriques européens (Piette 1894, 1907). La redécouverte, ou la découverte dans certains cas, des substrats culturels variés de l’Afrique est le plus souvent directement corrélée aux explorations, expéditions et implantations coloniales dont les premiers corpus de témoignages remontent au xvie siècle. À la fin du xixe siècle et surtout au début du xxe émerge une théorie esthétique faisant une large place aux arts extra-européens, dits plus tard « primitifs » puis « premiers », et actuellement « tribaux ». Les premiers objets africains qualifiés d’œuvres d’art en Europe proviennent des butins de guerre issus de la prise du palais d’Abomey du royaume du Dahomey en 1894 (Delafosse 1894) et de la mise à sac de celui de l’Oba du Bénin en 1897 (Read & Dalton 1898). L’archéologie émerge dans le sillage de l’ethnologie et de l’histoire de l’art en tant que pratique permettant de constituer des connaissances sur les cultures anciennes et subactuelles. Elle révèle le potentiel du continent rapidement qualifié de « berceau de l’humanité » par les paléoanthropologues depuis la découverte, en 1924, par Raymond Dart du fossile de l’enfant de Taung (Australopithecus africanus) en Afrique du Sud (Dart 1925).

4Dans l’archéologie de l’Afrique du Nord-Est, le Soudan est longtemps apparu à l’interface entre deux mondes : le monde égyptien au Nord et le monde de l’Afrique sub-saharienne, bénéficiant et pâtissant dans le même temps du développement de ces « deux archéologies ». Pendant des décennies, l’archéologie des périodes allant du iiie au ier millénaire avant notre ère a été vue comme le parent pauvre de l’archéologie égyptienne, un « sous-terrain » à la marge de l’histoire pharaonique. Paradoxalement, la mainmise des égyptologues sur le Soudan s’est fortement fait sentir et transparaît toujours aujourd’hui dans les cursus universitaires, y compris dans le domaine de la Préhistoire. Si, depuis cinquante ans, des chercheurs emblématiques affirment l’originalité et l’identité de l’archéologie soudanaise (Valbelle 2014), la caricature n’est à ce jour pas complètement cassée.

5La séparation disciplinaire actuelle n’est pas uniquement paradigmatique, l’égyptologie reposant davantage sur la philologie que l’archéologie du Soudan. Dans les faits, il n’existe quasiment pas (ou plus) de distinction entre une égyptologie qui serait la science des textes produisant un savoir fondé uniquement sur l’épigraphie, et une archéologie de l’Égypte, science du sol et des monuments produisant un savoir fondé sur la fouille. On peut se demander s’il est encore pertinent de ne pas pratiquer une archéologie de la vallée du Nil, mais une archéologie de l’Égypte appelée égyptologie et une archéologie du Soudan ou « soudanologie » (Haycock 1972). Les justifications historiques ne peuvent plus être avancées que pour des périodes délimitées et ne valent pas pour l’ensemble de l’histoire des cultures et peuplement du Soudan et de l’Égypte. Aux époques où les « deux mondes » apparaissent séparés sur le plan de la culture matérielle, les contacts sont attestés. Dans les annales, le premier explorateur du Soudan est le nomarque Hirkouef, gouverneur du nome d’Éléphantine (Assouan) sous les règnes de Mérenrê et Pépi ii à la vie dynastie. La façade extérieure de sa tombe relate trois expéditions menées vers 2250 avant J.-C. au Darfour et le long du Nil jusqu’à la iiie cataracte (pays de Yam). Il mentionne aussi la découverte de deux oasis du désert libyque : Kharga et Dakhla. L’idée de supériorité de la culture égyptienne, qui règne parfois implicitement, repose entre autres sur l’accent porté aux périodes pendant lesquelles une partie du Soudan gravitait dans la sphère égyptienne. Pourtant, le rapport de domination n’a pas toujours fonctionné dans un seul sens. À la fin du viiie siècle et au début du viie siècle avant notre ère, les rois de Napata (Shabaqa, Shabataka et Taharqa, xxve dynastie) inversent le rapport. L’on désigne comme « pharaons noirs » la dynastie qui marque la réunification d’un large royaume nilotique, fusion des royautés de Koush et d’Égypte, sous la gouvernance de souverains nubiens (fig. 3).

6Traditions historiographiques mises à part, il existe peu de raisons de considérer séparément l’Égypte et le Soudan, et ces deux pays du reste de l’Afrique. Du point de vue géographique, la vallée du Nil (fig. 1) est un élément structurant au sein duquel seules les cataractes pourraient constituer des frontières physiques. Ainsi, dans sa « théorie des trois continents », Hegel (1965) distingue l’Afrique sub-saharienne (« Afrique proprement dite »), le Maghreb (qu’il appelle « Afrique européenne ») et le bassin du Nil qu’il rattache d’ailleurs plutôt à l’Asie. Du point de vue culturel, la frontière entre l’Égypte et le Soudan coupe artificiellement l’entité nubienne (Ayad 2002 : 35). Aussi, plutôt que rappeler cette division territoriale entre les deux pays, le cahier thématique de ce numéro d’Afrique : Archéologie & Arts porte sur la « vallée du Nil », le fleuve tel qu’il est constitué en aval de Khartoum alors que Nil blanc et Nil bleu ne font plus qu’un.

Figure 1 – La vallée du Nil est un paysage fluctuant au gré des saisons et de la crue annuelle que le haut barrage, depuis sa construction, a endiguée en aval d’Assouan

Figure 1 – La vallée du Nil est un paysage fluctuant au gré des saisons et de la crue annuelle que le haut barrage, depuis sa construction, a endiguée en aval d’Assouan

© E. Honoré

7Aujourd’hui, il apparaît que les pré- et protohistoriens ont une responsabilité particulière pour faire évoluer les schémas mentaux régissant la structuration disciplinaire de la recherche. Aux époques préhistoriques, les rapports entre les territoires que sont le Soudan et l’Égypte actuels sont d’une complexité toute autre et montrent à quel point les notions de frontières sont relatives et évolutives. L’archéologie du Soudan est la seule à pouvoir témoigner des occupations bordant la vallée du Nil à l’Holocène ancien et au début de l’Holocène moyen. Il existe un hiatus archéologique considérable dans les séquences égyptiennes, avec une absence de sites détectés entre 8000 et 5000 avant notre ère sur les bords du fleuve. Pour cette période en Égypte, l’ensemble des sites archéologiques documentés se trouve dans les déserts actuels, devenus très arides vers 3500 avant notre ère. Après cette date, la vraie frontière se situe entre la vallée et le désert, bien plus qu’entre Soudan et Égypte (fig. 2). C’est sur ces deux points majeurs que portent les contributions d’Ahmed Hamid Nassr et de Francis D. Lankester : la contribution des sites soudanais dans l’écriture de la Préhistoire de la vallée du Nil, et les rapports entre vallée du Nil et déserts à l’extrême fin de la préhistoire et à la protohistoire.

Figure 2 – Paysage de Haute-Égypte, aux environs de Louxor ; en arrière-plan de la vallée, le djebel ou « montagne libyque », qui marque le début du désert libyque à l’ouest

Figure 2 – Paysage de Haute-Égypte, aux environs de Louxor ; en arrière-plan de la vallée, le djebel ou « montagne libyque », qui marque le début du désert libyque à l’ouest

Le Nil, la vallée et le désert s’étageant en trois entités forment des paysages contrastés.

© E. Honoré

8La publication d’un cahier thématique sur l’archéologie de la vallée du Nil dans Afrique : Archéologie & Arts est une initiative inédite qui va bien au-delà du décloisonnement entre Égypte et Soudan. Depuis son premier numéro, la revue affiche une identité africaniste bien définie. Elle a accueilli des publications consacrées en grande partie à l’Afrique de l’Ouest. Près de la moitié des contributions (articles, nouvelles et notes, hors comptes rendus et résumés de travaux universitaires), soit 49 % des publications concernent cette région, contre 16 % sur l’Afrique de l’Est, 11 % sur l’Afrique centrale, 9 % sur l’Afrique du Nord et le Sahara (à l’exclusion de l’Égypte) et 8 % sur l’Afrique australe, le reste étant des contributions sur Madagascar ou l’ensemble du continent. Dans l’histoire de la revue, un seul article (Huyge et al. 2002-2003) porte sur l’archéologie de la vallée du Nil, et plus précisément sur l’art rupestre de la région d’El-Hosh en Haute-Égypte. Alors que la géographie des publications reflète en grande partie les intérêts de recherche de l’équipe qui a porté la revue, l’ouverture vers d’autres thématiques, d’autres chronologies, d’autres méthodologies a toujours constitué un des points forts de la politique éditoriale d’Afrique : Archéologie & Arts.

9Si l’archéologie de l’Égypte et celle du Soudan peuvent être vues comme deux mondes à part, alors l’archéologie de l’Égypte et l’archéologie de l’Afrique – ou du reste de l’Afrique – peuvent en comparaison être décrits comme deux systèmes galactiques distants et distincts. Mais que compare-t-on réellement ? Y aurait-il d’un côté une archéologie pratiquée dans la vallée du Nil et, de l’autre, l’archéologie pratiquée sur d’autres terrains du continent africain ? Il est temps de s’indigner : suffisamment de générations d’archéologues ont œuvré pour que les méthodes de fouille et d’étude de mobilier, si elles doivent s’adapter au terrain et à l’objet, évoluent dans une concertation et un dialogue permanent. Par ailleurs, qu’entend-on par archéologie de l’Afrique ? L’œuvre collective pour une construction de la discipline, incarnée entre autres par les congrès Panafricains de Préhistoire et de la Society of Africanist Archaeologists (SAfA), n’a jamais eu pour ambition de faire croire à une unité culturelle de l’Afrique.

10Aussi, c’est le plus souvent des tentatives de rapprocher les deux « systèmes galactiques » que sont nées les séparations les plus irréconciliables. Si aujourd’hui la question paraît incongrue, l’« africanité » des anciens égyptiens a été au cœur des préoccupations des premiers égyptologues modernes pendant plusieurs décennies. En 1900, les chercheurs plaçaient l’origine des Égyptiens en Mésopotamie (de Morgan 1900), en Libye (Petrie & Quibell 1896) ou en Afrique du Nord (Zaborowski 1900). Emile Amélineau fit figure de précurseur, reprenant et développant la thèse de la négritude des anciens égyptiens déjà présente dans les récits du Comte Volney (Volney 1821). Dans son ouvrage en deux volumes intitulé Prolégomènes à l’étude de la religion égyptienne, Amélineau (1916) a rassemblé méthodiquement des indices prouvant que les Anou, habitant la Haute-Égypte à l’époque prédynastique, étaient des Africains venant du sud. Parmi ses nombreux arguments, il avance que les palettes décorées, trouvées dans les tombes de personnages de haut-rang, montrent que les égyptiens au Prédynastique connaissaient bien les Noirs et la grande faune d’Afrique (op. cit. : 426), ou le fait que les tombes de Hiérakonpolis sont circulaires, rappelant les huttes de branchages trouvées en Afrique centrale (op. cit. : 427). L’ensemble de ces éléments lui permet de conclure que « la civilisation égyptienne […] est non pas d’origine asiatique, mais d’origine africaine, d’origine négroïde, quoique cette assertion puisse paraître paradoxale. On n’est pas habitué en effet à doter la race nègre ou les races voisines de trop d’intelligence, d’assez d’intelligence même pour avoir pu faire les première découvertes nécessaires à la civilisation, et cependant il n’y a pas une seule des tribus habitant l’intérieur de l’Afrique qui n’ait possédé et qui ne possède encore l’une quelconque de ces premières découvertes ! » (op. cit. : 330). Ainsi, voulant lutter contre l’idéologie dominante de l’époque selon laquelle toutes les grandes avancées dans l’histoire humaine étaient le fait de populations caucasoïdes, ces explorateurs et chercheurs embrassaient des thèses qu’on sait a posteriori être tout aussi difficiles à défendre.

11Alors que la Seconde Guerre mondiale a mis un frein indubitable aux considérations raciales dans la littérature archéologique, la question de l’ « africanité » des anciens égyptiens a malgré tout été relancée dès le début des années 1950 par Cheikh Anta Diop (Diop 1954). Ayant certainement l’intention initiale de réconcilier les « deux galaxies », les thèses de l’égyptologie afrocentriste n’ont, finalement, fait qu’appuyer le paradigme écrasant de la « supériorité » de l’Égypte en centrant l’étude des origines des cultures africaines autour de l’Égypte. À la notion de la supériorité ou de l’infériorité des races a succédé celle, à peine différente, de la supériorité ou de l’infériorité des cultures. Si ces thèses ont mal vieilli et sont désormais hors de propos, elles trouvent toujours quelques défenseurs à la lisière du monde scientifique (Étilé 2003).

12Encore une fois, la préhistoire joue un rôle crucial dans la question des rapports entre la vallée du Nil et le reste de l’Afrique. Les mouvements, contacts et échanges sont bien attestés aux époques historiques, comme le rapporte Hérodote pour l’époque de Nekao ii (vers 600 avant notre ère) lorsque ce pharaon de la xxvie dynastie commande à des marins phéniciens la première expédition maritime autour de l’Afrique (Hérodote 1870). L’historien mentionne que lors de cette expédition qui aurait duré trois ans, les explorateurs auraient eu d’abord le lever de soleil à gauche, puis le soleil à droite, confirmant ainsi le contournement du cap de Bonne-Espérance. À la fin de la Préhistoire, le peuplement de la vallée du Nil a manifestement été façonné par les mouvements de population induits par les changements environnementaux de grande ampleur de la fin de l’optimum climatique holocène. Les rapports entre Sahara et Nil sont le sujet de recherches concrètes depuis moins d’une cinquantaine d’années (Huard & Leclant 1972 ; Leclant et al. 1980). Si elles ont d’abord conduit à avancer l’existence d’un « complexe paléoafricain » (Leclant 1990 : 6) encore indistinct, la multiplication des recherches de terrain dans les déserts et les oasis permet de renseigner progressivement la carte des mouvements et influences culturelles des déserts vers la vallée.

13L’accueil par la revue Afrique : Archéologie & Arts d’un cahier thématique sur l’archéologie et l’art de la vallée du Nil à cette période-clé de la Préhistoire récente marque un pas supplémentaire dans l’histoire du dialogue entre archéologues africanistes et nilotiques. Les trois contributions, dont une est plutôt centrée sur l’Égypte, une sur le Soudan, et une liant plusieurs ensembles culturels de la vallée du Nil, ne vont pas seulement au-delà des « castes disciplinaires » ; elles concrétisent le dépassement salvateur d’un certain nombre de frontières encore ancrées dans la recherche. Ces publications sont également un avant-goût substantiel des manuscrits promis pour les prochains numéros, qui viendront continuer l’amorce entamée par ce cahier et enrichir la revue de contributions sur une région jusqu’ici trop peu représentée.

14Les trois articles se complètent tant sur le plan de la forme que sur leur contenu, à l’addition des aires chronologiques et géographiques abordées. L’article d’Ahmed Hamid Nassr, chef du département d’archéologie de l’université Al-Neelain (Soudan), publie les résultats préliminaires de trois campagnes de prospections et de sondages dans la région de Sabaloka. Cette publication enrichit la carte archéologique de cette région juste en aval de la 6e cataracte, encore peu explorée sur le terrain. Elle esquisse des hypothèses concernant les schémas d’occupation et d’utilisation du territoire, entre Nil et désert, pendant la préhistoire récente. La contribution d’Alain Gallay propose une démonstration intégrant différentes approches : archéologique, ethnohistorique et linguistique, afin d’éclairer les rites funéraires du Soudan sous un angle anthropologique nouveau. La démarche logiciste de l’auteur est peu commune dans l’archéologie de la vallée du Nil, de même que les liens qu’il établit entre Égypte, Soudan et archéologie africaniste. L’article de Francis D. Lankester fait suite aux recherches de terrain qu’il a menées, ayant pris part à l’Eastern Desert Survey conduit par David Rohl (Rohl 2000). Après la soutenance de sa thèse de doctorat en 2013 à l’université de Durham et la publication d’un ouvrage dérivé sur le thème des pétroglyphes représentant des bateaux dans le désert oriental égyptien (Lankester 2013), Francis D. Lankester offre ici une mise en perspective anthropologique de ces représentations, en faisant appel à la notion de rites de passage. Cette contribution constitue elle-même un « passage » entre archéologie et anthropologie, entre art rupestre et archéologie, entre nomadisme et sédentarité, entre vallée du Nil et désert.

15Gageons que les contributions de ce cahier thématique ouvrent la voie à la publication d’autres manuscrits inédits sur l’Égypte et le Soudan dans les prochains numéros, afin de prolonger le dialogue entamé entre africanistes et « nilotistes ».

Figure 3 – Gravure du xixe siècle représentant une vue générale des pyramides de Nouri, près de l’antique Napata (Haute-Nubie)

Figure 3 – Gravure du xixe siècle représentant une vue générale des pyramides de Nouri, près de l’antique Napata (Haute-Nubie)

La plus grande est celle de Taharqa, roi de Napata et pharaon de la xxve dynastie. (Trémaux, 1818-1895, doc. s.d.).

Nos remerciements chaleureux vont à Sylvie Amblard-Pison pour sa coordination habile et efficace tout au long de la préparation de ce cahier. Nos remerciements vont également aux auteurs qui ont soumis des manuscrits et aux chercheurs qui ont accepté de les expertiser et les ont nourris de leurs réflexions.

Top of page

Bibliography

Amélineau E. (1916) – Prolégomènes à l’étude de la religion égyptienne, 2e partie. Paris, éditions Leroux.

Ayad C. (2002) – Géopolitique de l’Égypte. Paris, éditions Complexe.

Dart R. A. (1925) – The Taungs Skull. Nature, 116 (2917): 462. doi:10.1038/116462a0

Delafosse M. (1894) – Statues des rois de Dahomé au musée ethnographique du Trocadéro. La Nature, 1086 : 261-266.

Diop C. A. (1954) – Nations nègres et culture : de l’Antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturels de l’Afrique noire d’aujourd’hui. Paris, Présence Africaine.

Étilé R.-L. P. (2003) – Étude sur une civilisation Négro-africaine, L’Égypte Antique – Mystification sur les tombeaux de Rois. Paris, éditions Menaibuc.

Grell C. (2001) – L’Égypte imaginaire de la Renaissance à Champollion : Colloque en Sorbonne. Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne.

Haycock B. G. (1972) – Landmarks in Cushite History. Journal of Egyptian Archaeology, 58: 225-244.

Hegel G. W. F. (1965) – La Raison dans l’Histoire : Introduction à la philosophie de l’histoire (Die Vernunft in der Geschichte, 1822-1830, trad. K. Papaïoannou). Paris, éditions 10/18, département d’Univers Poche.

Hérodote (édition de 1870) – Histoire d’Hérodote. Traduction de Larcher, revue et corrigée par E. Pessonneaux. Paris, Charpentier et Cie libraires-éditeurs.

Huard P. & Leclant J. (1972) – Problèmes archéologiques entre le Nil et le Sahara (2 vol.). Le Caire, éditions et publications des Pères jésuites.

Huyge D., De Daper M., Marchi E. & Watchman A. (2002-2003) – Les chasseurs de poissons d’El-Hosh (Haute-Égypte). Afrique : Archéologie & Arts, 2 : 39-46.

Lankester F. (2013) – Desert Boats: predynastic and pharaonic era rock-art in Egypt’s Central Eastern Desert. BAR International Series 2544. Oxford, Archaeopress.

Leclant J. (1990) – Égypte, Sahara et Afrique. Archéo-Nil, 6 : 5-9.

Leclant J., Huard P. & Allard-Huard L. (1980) – La culture des chasseurs du Nil et du Sahara. Alger, Mémoires du Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques, 29.

Morgan J. De (1900) – Notes sur la Basse Mésopotamie. La Géographie, Bulletin de la Société de Géographie, II (2) : 247-257.

Petrie W. M. F. & Quibell J. E. (1896) – Naqada and Ballas. Londres, Bernard Quaritch.

Piette E. (1894) – Note pour servir à l’histoire de l’art primitif. L’Anthropologie, V (2) : 129-147.

Piette E. (1907) L’art pendant l’Âge du Renne. Paris, Masson et Cie éd.

Read C. H. & Dalton O. M. (1898) – Works of Art from Benin City. The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 27: 362-382.

Rohl D. (2000) – The Followers of Horus: Eastern Desert Survey Report, Volume One. Basingstoke, Institute for the Study of Interdisciplinary Sciences.

Török Z. G. (2011) – Crossing Borders: Cartographic and Military Operations and the International Borders in the Libyan Desert before WW II. In: A. Ruas (ed.), Advances in Cartography and GIScience. Volume 2: Selection from ICC 2011, Paris. Springer-Verlag, Berlin: 187-205.

Trémaux P. (s. d.) – Parallèle des édifices anciens et modernes du continent africain. Atlas comprenant des exemples de chaque style choisis parmi les monuments les plus intéressants et les moins connus. Paris, Imprimeur Lemercier.

Valbelle D. (2014) – Charles Bonnet : de la vigne au jujubier. Paris, éditions Favre.

Voley C. F. (1821) – Œuvres complètes de C.-F. Volney, tome second : Voyage en Égypte et en Syrie (1787). Paris, Bossange frères.

Zaborowski M. (1900) – De l’origine des anciens Égyptiens. Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 1 (1) : 212-221.

Top of page

Notes

1 Frontière entérinée en 1934 par des accords signés entre le Khédive d’Égypte et la puissance britannique (Török 2011).

Top of page

List of illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/892/img-1.png
File image/png, 218k
Title Figure 1 – La vallée du Nil est un paysage fluctuant au gré des saisons et de la crue annuelle que le haut barrage, depuis sa construction, a endiguée en aval d’Assouan
Credits © E. Honoré
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/892/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 2 – Paysage de Haute-Égypte, aux environs de Louxor ; en arrière-plan de la vallée, le djebel ou « montagne libyque », qui marque le début du désert libyque à l’ouest
Caption Le Nil, la vallée et le désert s’étageant en trois entités forment des paysages contrastés.
Credits © E. Honoré
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/892/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 3 – Gravure du xixe siècle représentant une vue générale des pyramides de Nouri, près de l’antique Napata (Haute-Nubie)
Caption La plus grande est celle de Taharqa, roi de Napata et pharaon de la xxve dynastie. (Trémaux, 1818-1895, doc. s.d.).
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/892/img-4.jpg
File image/jpeg, 740k
Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuelle Honoré and Elena A. A. Garcea, « Quand l’archéologie de la vallée du Nil dialogue avec le reste de l’Afrique », Afrique : Archéologie & Arts, 12 | 2016, 13-20.

Electronic reference

Emmanuelle Honoré and Elena A. A. Garcea, « Quand l’archéologie de la vallée du Nil dialogue avec le reste de l’Afrique », Afrique : Archéologie & Arts [Online], 12 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 17 August 2017. URL : http://aaa.revues.org/892 ; DOI : 10.4000/aaa.892

Top of page

About the authors

Emmanuelle Honoré

eigh2@cam.ac.uk – McDonald Institute for Archaeological Research, Downing Street, Cambridge CB2 3ER, United-Kingdom / Équipe Ethnologie Préhistorique, UMR 7041 ArScAn, CNRS

By this author in the journal

Elena A. A. Garcea

e.garcea@unicas.it – Università di Cassino e del Lazio meridionale, Dipartimento di Lettere e Filosofia, Via Zamosch 43, 03043 Cassino (FR), Italy

Top of page

Copyright

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Top of page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org