Navigation – Plan du site
Nouvelles d'Afrique

Exploitation minière du cuivre dans la région de Nioro-du-Sahel (Mali) à l’époque des grands empires soudanais

Premiers résultats archéologiques
Sylvain Badey
p. 129-140

Entrées d’index

Mots-clés :

cuivre

Keywords :

cupper

Index géographique :

Mali, Nioro du Sahel
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le cuivre est présent massivement dans les sites archéologiques de l’Afrique de l’Ouest durant la période des grands empires soudanais. Les textes arabes et la caravane perdue du Ma’den Ijâfen découverte par Théodore Monod (Monod 1969) attestent que ce cuivre est parvenu du Maghreb massivement en Afrique subsaharienne par voies transsahariennes (fig. 1). Toutefois, les ressources en cuivre de cette région ont, elles aussi, été exploitées : la recherche archéologique menée par Nicole Lambert (1975) a révélé l’existence d’une métallurgie du cuivre à Akjoujt dès le premier millénaire avant notre ère et celle conduite par Pierre Gouletquer et Suzanne Bernus a confirmé le texte d’Ibn Battuta (in Cuoq 1975 : 319) concernant la production de cuivre à Takkeda au xive siècle, en révélant que la moderne Azelik avait bien été une « cité du cuivre » à l’époque de l’empire du Mali (Bernus 1983 et 1991).

Figure 1 - Carte des empires soudanais et des mines de cuivre connues

Figure 1 - Carte des empires soudanais et des mines de cuivre connues

© S. Badey

2Raymond Mauny a interprété la mine de dkra évoquée dans un texte d’Al’Umari comme étant la moderne Diarrah située dans la région de Nioro-du-Sahel (Mauny 1961). Il a, en outre, été le premier à révéler l’existence d’anciennes mines de cuivre dans cette région en se basant sur des témoignages de géologues de la première moitié du xxe siècle. Mauny déplorait toutefois un manque crucial d’informations : une étude archéologique s’imposait.

3Cette étude, dirigée par le professeur Jean Polet, s’inscrit dans une des problématiques générales de l’équipe « Afrique » de l’unité mixte de recherches 7041 (universités de Paris 1, Paris X et CNRS) intitulée le « Sahara et ses marges ». C’est en collaboration avec l’Institut des Sciences Humaines et le Musée National du Mali que nous avons effectué trois missions archéologiques entre 2005 et 2007.

Les recherches menées a Nioro

Contexte géographique de la région de Nioro-du-Sahel

4La région de Nioro occupe une situation géographique centrale dans les empires soudanais.

5Elle est localisée entre 15° et 16° de latitude Nord et entre 9° et 10° de longitude Ouest à la frontière entre le Mali et la Mauritanie.

6Le climat, semi-aride, et la végétation, une savane arbustive à arborée, sont marqués par cette situation géographique subsaharienne.

  • 1 Pélites, argilites et grauwackes sont des roches sédimentaires détritiques ; les tufs sont, eux, d’ (...)

7Cette région appartient à une subdivision de l’ensemble géologique appelé « bassin de Taoudéni ». Les deux entités qui nous intéressent sont les séries du « groupe de Nioro » et du « groupe de Niami » (Le Metour et al. 2006, Callec et al. 2006). Elles sont d’origine sédimentaire et ont parfois subi des intrusions doléritiques ayant créé un métamorphisme de contact, thermique et/ou hydrothermal. Les roches qui les composent sont majoritairement des pélites et des roches argilo-silteuses entrecoupées de niveaux de tufs et de grauwackes1, mais aussi des grès carbonatés.

  • 2 Les dolérites sont des roches magmatiques très peu vitreuses, de structure intermédiaire entre le b (...)

8Toutes les minéralisations cuprifères connues de la région sont liées aux intrusions basiques, de dolérites2, dans ces roches sédimentaires. Ce sont principalement des carbonates de cuivre disséminés, en lentilles ou en plaquages dans les discontinuités des roches.

Les prospections

9Lors des trois missions de terrain, le travail le plus important a été la prospection archéologique et minéralogique de la région.

10Au départ, les informations consignées dans le Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen-Âge de Raymond Mauny (1961) ont servi de fil directeur. Les toponymes cités par l’auteur ont été le point de départ des enquêtes effectuées dans les villages actuels afin de retrouver les sites d’extraction de minerai de cuivre. Il reste que l’existence du minerai et l’exploitation de celui-ci semblent avoir complètement disparu de la mémoire collective. En effet, lors de nos prospections, nos interlocuteurs, pourtant parfois grands connaisseurs de l’environnement et de l’histoire locale, ignoraient la fonction des sites qu’ils nous ont montrés  ; tout au plus se rappelaient-ils la venue et le travail effectué par les géologues de Dakar dans les années 1950.

  • 3 En 2006, dans le cadre du projet sysmin le groupement brgm - maps Geosystems a réalisé la cartograp (...)

11Par la suite, les premières analyses d’échantillons et de nouvelles données géologiques et minéralogiques obtenues par le projet indépendant de recherche minière sysmin3 ont sensiblement contribué à augmenter, à la fois sur un plan quantitatif et qualitatif, le corpus de sites d’extraction.

12Ainsi ces trois campagnes de prospection ont permis de dresser un inventaire cartographié des anciens sites d’extraction de minerai de cuivre de la région de Nioro-du-Sahel. Quinze sites ont été découverts ou re-découverts. Ils représentent une surface totale d’environ 28 hectares.

13Outre les sites d’extraction, les sites archéologiques rencontrés aux abords de ces derniers ont été étudiés, c’est-à-dire localisés, relevés en topographie et du mobilier archéologique, essentiellement de la céramique, a été prélevé pour pouvoir être analysé et comparé.

14Vingt sites archéologiques supplémentaires, essentiellement des sites d’habitats ou de réduction de minerai de fer, ont ainsi été enregistrés.

Les sondages archéologiques

15Au cours des trois missions plusieurs sondages archéologiques ont été effectués sur différents types de structures.

L’exemple du site de Boulouli Copagourou et les sondages au droit des fronts de taille

  • 4 Halde : « terre » remuée au cours des opérations d’extraction minière ou de carrière. Formées de ro (...)

16Dès la première année, le site de Boulouli Copagourou a retenu notre attention (fig. 2). Ce site qui s’étend sur 440 mètres de long pour 110 mètres de large est situé sur un plateau. C’est un site d’extraction en puits bordés d’imposantes haldes4.

Figure 2 - Fiche d’enregistrement du site de Boulouli Copagourou

Figure 2 - Fiche d’enregistrement du site de Boulouli Copagourou

© S. Badey

17Le relatif bon état de conservation des vestiges qui permet de distinguer plusieurs fronts de taille en partie découverts nous a poussés à effectuer des sondages archéologiques. Le but était de déterminer les techniques d’extraction utilisées et de prélever du matériel datant.

  • 5 Cf. supra.

18Le premier sondage (fig. 3) a révélé une stratigraphie de près de 2,50 m de comblement constitué de sédiment sableux et de blocs de pierre. Ce puits, ou fosse, d’extraction a été creusé avec des techniques de carriers plus que de mineurs. En effet la roche, grauwackes et argilites5, est très stratifiée et peut être débitée en plaques ou blocs avec des outils simples.

Figure 3 - Boulouli Copagourou : Sondage FT1 en fin de fouilles

Figure 3 - Boulouli Copagourou : Sondage FT1 en fin de fouilles

© S. Badey

19Au fond du sondage, dans le coin sud-est, est apparue une cavité de 80 cm de hauteur à l’ouverture. Celle-ci fait 3,10 m de large et se poursuit en galerie sur 3,60 m de longueur (cf. fig. 4).

Figure 4 - La galerie d’extraction au fond du sondage FT1

Figure 4 - La galerie d’extraction au fond du sondage FT1

© S. Badey

20La roche est ici beaucoup plus dure qu’en surface et a été débitée, elle aussi, en plaques ou blocs avec des outils appropriés. Il reste d’infimes traces du minerai exploité, des carbonates, sur le bord des parois de la galerie, que nous avons eu du mal à prélever.

21Un deuxième sondage effectué au dessus du fond de la galerie a révélé une autre fosse d’extraction et un départ de galerie qui semble rejoindre la première.

22Ces sondages ont permis de mieux appréhender les techniques utilisées ici pour l’extraction du minerai de cuivre. D’abord un débitage de carrière a été mis en œuvre, du moins pour creuser la fosse et trouver le minerai, puis un début de travaux miniers afin de suivre le filon en creusant des petites galeries.

Les aménagements sub-circulaires

23Neuf des quinze sites découverts en prospections étaient bordés par des aménagements plus ou moins circulaires formant des amas de pierres issues des haldes. Plusieurs sondages ont été effectués sur deux sites afin d’en déterminer la fonction.

24Les vestiges de ces structures ont un diamètre extérieur moyen de 4 m et ne dépassent jamais 1 m en hauteur. Ces aménagements sont tous composés d’un mur circulaire parfois avec deux parements (fig. 5). L’absence de sol et de matériel archéologique empêchent toutes conclusions formelles quant à leur fonction. Néanmoins, leur présence presque systématique aux abords des sites d’extraction et l’utilisation des déchets de ceux-ci comme matière première nous permettent de conclure à des aménagements contemporains de l’occupation des sites et à une fonction en rapport avec ceux-ci  : abris temporaires, système de défense, espace de stockage pour le minerai ?

Figure 5 - Photos d’aménagements sub-circulaires avant fouille, après fouille et coupe

Figure 5 - Photos d’aménagements sub-circulaires avant fouille, après fouille et coupe

© S. Badey

Résultats des prospections archéologiques

25Au terme de ces trois missions de terrain au Mali, nous avons pu établir un inventaire complet des sites d’extraction cartographié. Nous pouvons délimiter trois ensembles distincts. Ces trois zones correspondent à la fois à des « unités » géographiques mais aussi à des techniques d’extraction et des configurations de sites comparables.

Figure 6 - Carte géologique avec localisation des trois ensembles de sites d’extraction (Le Métour et al. 2006)

Figure 6 - Carte géologique avec localisation des trois ensembles de sites d’extraction (Le Métour et al. 2006)

Ensemble 1  : Bouli Kadjé

26Ce premier ensemble se situe près du village de Bouli Kadjé, à environ 35 kilomètres au sud-ouest de Nioro-du-Sahel, sur la route de Kayes. Il correspond à un ensemble de deux sites contigus. Le premier est formé d’une grande tranchée de 400 m de long pour 22 m de large, haldes comprises. Le deuxième site a, lui, été exploité en puits ou fosses d’extraction sur une longueur de 640 m pour 100 m de large.

27Dans cet ensemble, l’encaissant des minéralisations est composé de pélites sombres à lits de tufs roses. Les minéralisations cuivreuses sont principalement faites de placages de malachite [Cu2(CO3) (OH)4] suivant les cassures des roches. Quelques imprégnations de chalcocites [Cu2S] bordées de malachite et d’azurite [Cu3(CO3)2(OH)2] sont aussi présentes ainsi que des traces de cuivre natif.

28Cet ensemble, d’une surface totale supérieure à huit hectares, se distingue des autres sites par sa localisation et par l’absence de structures attenantes. En revanche, un grand site d’habitat, un cimetière et des traces de réduction de minerai de fer (fragments de bas fourneaux, scories, loupe, etc.) ont été inventoriés à moins de cinq kilomètres.

Figure 7 - Vue générale du site de Bouli Kadjé 1 et pélite à tufs roses

Figure 7 - Vue générale du site de Bouli Kadjé 1 et pélite à tufs roses

© S. Badey

Ensemble 2  : « la bande de Gogui »

29La deuxième zone est composée de plusieurs ensembles de sites localisés dans « la bande de Gogui », à proximité de la frontière avec la Mauritanie, dans l’enclave au nord de Nioro. Cet ensemble est composé de trois sous-ensembles  :

  • Les cinq carrières d’extraction de Boulouli, exploitées en puits ou fosses d’extraction à l’image du site de Boulouli Copagourou évoqué précédemment ;

  • Le site de Labidi Kassi, exploité en grands puits dispersés dans un environnement comprenant aussi des traces d’habitats et d’enclos ;

  • Enfin, les deux sites de Gogui qui ­­forment un ensemble exploité en tranchée et en puits.

30Cette zone d’une surface totale de plus de 18 ha (183 038 m2) est représentée par huit sites d’extraction de minerai dans des grauwackes et pélites qui ont été perturbés par des intrusions doléritiques. Les carbonates exploités, essentiellement de la malachite, semblent être en petite quantité ; les échantillons minéralisés provenant des sites de Gogui et d’un site de Boulouli ont révélé respectivement une teneur en cuivre de 0,36 % et 0,60 %. L’exploitation semble avoir été extensive et les « filons » suivis jusqu’au bout dans tous les cas. Une autre caractéristique commune des sites de cette zone est la présence systématique des structures circulaires de construction ancienne que nous avons décrites.

Figure 8 - Relevé topographique et vue générale des trois sous-ensembles de la « bande de Gogui »

Figure 8 - Relevé topographique et vue générale des trois sous-ensembles de la « bande de Gogui »

© S. Badey

Ensemble 3  : Diarrah

31Ce troisième ensemble regroupe cinq sites à proximité de l’ancienne ville de Diarrah et sont tous des exploitations de grès blancs appartenant à la série géologique appelée « groupe de Niami » contenant des carbonates de cuivre divers, majoritairement de la malachite. Hormis cette similitude géographique et géologique, les sites de cet ensemble ont connu différentes formes d’exploitations dues à la situation des roches encaissantes.

  • Deux sites ont été exploités en galeries sur le flanc d’une dépression naturelle et au sommet des reliefs juste au sud de l’ancienne ville de Diarrah (cf. fig. 9). La teneur en cuivre d’un échantillon minéralisé est de 2,87 %.

  • Un site proche de la commune de Niami a probablement été exploité par la technique du grattage car la roche contenant le minerai forme un affleurement (cf. fig. 10).

  • Enfin, deux sites à l’ouest du village de Sirakoro sur un plateau ont été exploités, avec diverses techniques d’extraction successives  : par grattage puis en tranchée et en puits. La teneur en cuivre est de 1,82 %.

Figure 9 a et b - Photo des galeries des sites de Diarrah Bongoudjinna 1 et 2

Figure 9 a et b - Photo des galeries des sites de Diarrah Bongoudjinna 1 et 2

© S. Badey

Figure 10 - Photo d’un affleurement gréseux à Niami

Figure 10 - Photo d’un affleurement gréseux à Niami

© S. Badey

32La spécificité des techniques d’extraction utilisées pour les sites de cette zone empêche d’évaluer la surface travaillée mais les teneurs en cuivre des échantillons minéralisés prélevés révèlent les plus fortes teneurs en cuivre de la région.

Conclusions et prospectives

La région de Nioro et le cuivre dans les empires subsahariens

33La région de Nioro est étroitement associée au développement des empires subsahariens que sont l’empire du Ghana, auquel elle est liée dès la légende de fondation, et l’empire du Mali.

34Al Umari nous apprend que la mine de cuivre de Zkra ou Dkra était une source importante des revenus du mansa Musa, l’empereur du Mali (in : Cuoq 1975 : 101). Raymond Mauny interprète ce toponyme comme étant l’actuelle Diarrah.

35Diarrah, au centre du deuxième ensemble de sites d’extraction que nous avons défini, est la ville la plus importante de la région à l’époque des grands empires. C’est la capitale d’un royaume suzerain, appelé le Kingui.

36La présence de minerai de cuivre dans la région et son exploitation ancienne sont indéniables comme le démontrent nos travaux et ceux de nos prédécesseurs, géologues et historiens. La zone de Diarrah est même particulièrement riche de ce point de vue, pour preuves les mines que nous avons découvertes et la forte teneur en cuivre des échantillons minéralisés analysés. Le toponyme de Koré Guidé, le puits du cuivre, est même encore présent à trois kilomètres au sud-est de la capitale du Kingui.

Le cuivre dans la région de Nioro-du-Sahel : si présent et si absent

  • 6 Au cours de notre étude de nombreux rapports de géologues ont été consultés. La plupart cherchaient (...)

37Tous les rapports de géologues6, depuis les premiers dans les années 1930 jusqu’aux plus récents du xxie siècle, concluent à la non-rentabilité d’une exploitation industrielle des sites cuprifères de la région. Les anciens ont pourtant engagé des travaux d’envergure pour extraire la matière première de ce métal, si important dans les échanges entre les empires subsahariens et le monde maghrébo-musulman.

38La diversité des techniques utilisées pour l’exploitation de ces trois grands ensembles et les différences de « richesse » en cuivre des roches exploitées démontrent que la région a été exploitée de manière intensive et extensive.

39Au cours de ces trois campagnes, nous n’avons malheureusement pas mis au jour de preuves directes de la suite de la chaîne opératoire métallurgique, ni de traces archéologiques de l’organisation de la société productrice, hormis les aménagements aux abords des sites d’extractions. Il est à espérer que celles-ci pourront être retrouvées car, contrairement aux gisements mauritaniens de la région d’Akjoujt, il n’y a pas eu d’exploitation industrielle des gisements cuprifères et, en conséquence, de destruction massive des vestiges anciens.

Analyses en cours et prospectives

40À présent, il nous faut élargir notre enquête à la fois sur le terrain et en laboratoire. Ces recherches, en cours, se sont limitées aux frontières du Mali, or les sites d’extraction du cuivre continuent en Mauritanie actuelle. La recherche doit se poursuivre au-delà des frontières, du côté mauritanien.

41Il convient aussi de poursuivre les datations 14C : celles du matériel archéologique découvert au fond de la galerie de Boulouli Copagourou sont en cours de traitement, ainsi que l’analyse des échantillons minéralisés.

  • 7 Ces analyses ont été effectuées dans le cadre du projet sysmin (Le Métour et al. 2006 ; Callec et a (...)

42Pour l’instant, seuls quelques échantillons minéralogiques ont été étudiés afin de révéler leur teneur en cuivre7 et deux autres échantillons analysés par diffraction aux rayons X (méthode des poudres). Un protocole d’analyses plus poussées concernant de nouveaux échantillons est en cours d’élaboration afin, notamment, de caractériser plus précisément la nature du minerai potentiellement exploité.

43Enfin, sur un registre historique cette fois, un travail de mise en corrélation des données toponymiques actuelles, des traditions orales et des données archéologiques est aussi en cours.

L’auteur tient à exprimer ses vifs remerciements aux géologues du BRGM, responsables du projet SYSMIN, pour les échanges d’informations fructueux sur la zone de recherche commune ainsi qu’à Alain Person (laboratoire “biominéralisations et paléoenvironnements” de Paris VI) et à Laurence Garenne-Marot (UMR 7041) pour leurs explications, leur collaboration et leurs relectures fructueuses.

Haut de page

Bibliographie

Bernus S. (1983) - Découvertes, hypothèse, reconstitution et preuves : le cuivre médiéval d’Azelik-Takedda (Niger), in : Métallurgies Africaines, sous la direction de N. Échard, Paris, p. 153-171.

Bernus S. et Cressier P. (1991) - La région d’In-Gall-Tegidda N Tesemt (Niger) IV, Azelik-Takadda et l’implantation sédentaire médiévale, Études nigériennes n° 51, Niamey, 390 p.

Cuoq J. (1975) - Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle : Bilad al-Sudan, Éd. C.N.R.S., Paris, 490 p.

Callec Y., Roger J., Le Métour J., Lacomme A., Chèvremont P., Maïga O., Camara M., Djiré Y., Dembélé D., Guerrot C., Thiéblemont D. (2006) - BRGM, CPG, DNGM Notice explicative de la Carte géologique de la République du Mali à 1/200 000, Feuille n° ND-29-XXI, Nioro du Sahel. Bamako (Mali) : Ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, 52 p.

Deynoux M., Kocurek G., Proust J.N. (1989) - Late Proterozoic periglacial eolian deposits on the West African platform, Taoudeni basin, western Mali. Sedimentology, n° 36, p. 531-549.

Dieterlen G. et Sylla D. (1992) - L’Empire de Ghana : le Wagadou et les traditions de Yéréré, Éd. Karthala-Arsan, Paris.

Lambert N. (1975) - Mines et métallurgie antique de la région d’Akjoujt. Annales de l’IMRS, 1, p. 6-25

Le Métour J., Callec Y., Roger J., Lacomme A., Chèvremont P., Maïga O., Camara M., Djiré Y., Dembélé D., Zammit C., Djiguiba B. (2006) - BRGM, CPG, DNGM. Carte géologique de la République du Mali à 1/200 000, Feuille n° ND-29-XXI, Nioro du Sahel. Bamako (Mali) : Ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Eau.

Mauny R. (1961) - Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge, IFAN, Dakar, 587 p.

Monod T. (1969) - « Le Ma’den Ijâfen : une épave caravanière ancienne dans la Majâbat al-Koubrâ », Actes du premier colloque international d’archéologie africaine, Fort-Lamy, p. 286-320.

Rossi P., Deynoux M., Simon B. (1984) - Les formations glaciaires du Précambrien terminal et leur contexte stratigraphique (formations pré et post-glaciaires et dolérites permiennes du massif du Kaarta) dans le bassin de Taoudeni au Mali occidental (Afrique de l’Ouest). Sciences Géologiques, Bulletin de Strasbourg, 37, p. 91-106.

Haut de page

Notes

1 Pélites, argilites et grauwackes sont des roches sédimentaires détritiques ; les tufs sont, eux, d’origine volcanique. Ces formations sont datées du Néoprotérozoïque supérieur, autour de 610 Ma (Deynoux 1989).

2 Les dolérites sont des roches magmatiques très peu vitreuses, de structure intermédiaire entre le basalte et le gabbro (Rossi et al.)

3 En 2006, dans le cadre du projet sysmin le groupement brgm - maps Geosystems a réalisé la cartographie géologique et des prospections, notamment minéralogiques, dans notre région d’étude. Nous avons ainsi pu bénéficier de leurs résultats, en particulier ceux concernant les indices de cuivres, leur caractérisation et leur teneur en cuivre (Le Métour et al. 2006 ; Callec et al. 2006).

4 Halde : « terre » remuée au cours des opérations d’extraction minière ou de carrière. Formées de roches non sélectionnées entourant le minerai, ces « terres » sont rejetées à proximité de la mine ou des tranchées où elles sont abandonnées.

5 Cf. supra.

6 Au cours de notre étude de nombreux rapports de géologues ont été consultés. La plupart cherchaient à caractériser la présence de cuivre dans la région et à évaluer la faisabilité d’une exploitation industrielle. Un bref historique de ces recherches est disponible dans Callec 2006 : p. 14-15.

7 Ces analyses ont été effectuées dans le cadre du projet sysmin (Le Métour et al. 2006 ; Callec et al. 2006) les teneurs en cuivre ont été obtenues par analyse à but métallogénique avec la méthode ICP-AES (Inductively Coupled Plasma - Atomic Emission Spectrometry).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte des empires soudanais et des mines de cuivre connues
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 2 - Fiche d’enregistrement du site de Boulouli Copagourou
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Figure 3 - Boulouli Copagourou : Sondage FT1 en fin de fouilles
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4 - La galerie d’extraction au fond du sondage FT1
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Figure 5 - Photos d’aménagements sub-circulaires avant fouille, après fouille et coupe
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 6 - Carte géologique avec localisation des trois ensembles de sites d’extraction (Le Métour et al. 2006)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Figure 7 - Vue générale du site de Bouli Kadjé 1 et pélite à tufs roses
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 8 - Relevé topographique et vue générale des trois sous-ensembles de la « bande de Gogui »
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 9 a et b - Photo des galeries des sites de Diarrah Bongoudjinna 1 et 2
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 10 - Photo d’un affleurement gréseux à Niami
Crédits © S. Badey
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/852/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Badey, « Exploitation minière du cuivre dans la région de Nioro-du-Sahel (Mali) à l’époque des grands empires soudanais », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 129-140.

Référence électronique

Sylvain Badey, « Exploitation minière du cuivre dans la région de Nioro-du-Sahel (Mali) à l’époque des grands empires soudanais », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/852

Haut de page

Auteur

Sylvain Badey

Inrap
UMR 7041
36, rue de la Parmentière
37520 La Riche
sylvain.badey@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org