Navigation – Plan du site
Nouvelles d'Afrique

Découverte d’un site d’art rupestre à Galdi au moyen Cameroun

Narcisse Santores Tchandeu
p. 173-179

Entrées d’index

Mots-clés :

art rupestre

Index géographique :

Cameroun/Cameroon, Galdi
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Adamaoua, région dite château d’eau du Cameroun grâce à son riche réseau hydrographique d’altitude se révèle par ailleurs comme un lieu d’expression propice aux cultures anciennes dont l’énergie traduite d’abord par les mégalithes protohistoriques de Djohong (David 1982  ; Zangato 1991) est maintenant attestée par les pétroglyphes de Galdi au sud-est du plateau de l’Adamaoua.

2Il s’agit là d’une trouvaille archéologique importante face au pessimisme des chercheurs d’art rupestre accordant souvent peu d’intérêt à ces régions charnières d’Afrique introduisant à la forêt équatoriale. Pour Le Quellec (2004, p. 80)  : « Au Cameroun septentrional, aucune image rupestre n’est connue au sud du plateau de l’Adamaoua qui marque la limite savane-forêt... ». La mise au jour de ce nouveau site de plus de 150 motifs plus ou moins identifiés devrait remettre en question bien des postulats sur le sujet.

Déterminants spatio-temporels du site

3Situé entre le 6e et le 8e parallèle nord, l’Adamaoua est administrativement considéré comme une province du Cameroun septentrional (ancien Grand Nord Cameroun) constituée de cinq départements  : la Vina, le Mbéré, le Mayo Banyo, le Faro et Déo et le Djerem. Si au nord de son plateau, au delà de la falaise, les conditions climatiques et écologiques annoncent un paysage de type soudano‑sahélien avec une savane encore arbustive, ce n’est plus le cas au sud, où le mil, qui n’est plus l’aliment de base, est supplanté par les tubercules. Ceci grâce à un climat soudanais humide qui tend même (au delà du revers méridional) au type guinéen d’altitude déjà dominé de savanes arborées. Cette alternance, marquée aussi sur le plan de la géologie, découvre des sols plus latéritiques qui annoncent le passage au climat tropical humide. Ceci est manifeste du sud de la Vina à la dépression de la fosse du Mbéré où le site de Galdi a été découvert. En outre, la saison sèche, qui dure pratiquement six mois dans l’Adamaoua, alterne avec une saison des pluies qui s’étend de mai à octobre.

4L’Adamaoua, qui est aujoud’hui une région de peuplement cosmopolite de par sa position centrale au Cameroun et à l’interface des cultures soudano-guinéennes et bantoues, s’est constituée originellement de populations Mboum, compressées au nord de la Vina par les Dourou (de culture soudanaise) et au sud vers le Mbéré par les Mbaya (de culture à tendance bantoïd). Les peuplements plus tardifs de la fin du xviiie au début du xixe ont surtout été effectués par les Nyem Nyem et les Péré (de culture à tendance soudano-guinéenne), tandis que les Tikar et les Mvuté voire les Mambila (de culture proche du bantoïd) nous introduisent déjà dans la plaine équatoriale. Selon Mohamadou, que cite Faraut (1981  : 150-151), les Mboum qui se seraient implantés dans leur site actuel il y a environ un millénaire en provenance des pays Laka ou plus loin du Yemen en passant par le Nil et les pays Jugun, reconnaissent avoir trouvé sur place une population autochtone Wari occupant la région précise de Galdi. Ainsi cette zone où se localise notre site se révèle donc comme un foyer d’occupation vraisemblablement plus ancien.

Circonstances de la découverte du site de Galdi

5Contrairement à la tradition de découverte généralement fortuite des sites d’art rupestre, nous avons élaboré, dans le cadre d’une thèse en histoire de l’Art, une approche méthodologique fondée sur la prospection privilégiant la participation de la population locale préalablement sensibilisée par des fiches iconographiques, en rapport avec nos moyens limités. Ce sont des enquêtes par informateurs davantage orientées vers les pasteurs Peul et surtout Bororo, et leurs épouses vendeuses ambulantes de lait, réputés pour avoir déjà prospecté la région de long en large à la recherche de pâturages pour les troupeaux. Ainsi, nous nous sommes rendus dans les villages itinérants Bororo qui foisonnent au sud de l’Adamaoua où nous avons distribué des fiches présentant des motifs répertoriés parmi les plus récurrents dans l’art rupestre d’Afrique centrale (cupules, pédiformes ou autre partie d’un corps vivant gravé, différents types d’armements, figurations géométriques et organiques stylisées ou apparentées ...). Les réactions souvent immédiates et enthousiastes des informateurs ont permis de localiser plusieurs sites en majorité de faible ampleur et ne comportant que quelques motifs isolés dont surtout des cupules, des pédiformes et des empreintes de sabots de bovinés. La surprise ne s’est toutefois pas fait attendre avec la découverte d’un site assez riche à Galdi. Ici les pasteurs locaux, ont identifié certaines des armes répertoriées dans nos fiches, et les ont comparées à celles gravées au lieu dit Mbaramg Tilé qu’ils dénomment « repos de l’Antéchrist », et au pied duquel notre informateur principal Mohamadou Maïgari nous a conduits.

6Par ailleurs, ces enquêtes préliminaires de terrain nous auront permis d’identifier la ligne qui s’étend du sud-est au sud-ouest du plateau de l’Adamaoua, c’est-à-dire de son revers méridional coiffé par la dorsale des monts Atlantika (limitrophe du Nigéria) jusqu’à la dépression de la fosse de la Mbéré (limitrophe de la R.C.A), comme une zone relativement ancienne d’activité lithique. Ainsi dans les hauteurs du Faro, le chef de Dodéo, qui possède un couple de lithophones striés arrondie (femelle) et longiforme (mâle), nous a indiqué la présence d’une paire de mégalithes, chacun « plus haut que des tiges de maïs » dans la zone de Wadaïbé. Un chasseur de sa circonscription nous a aussi signalé la présence des « pierres debout et étranges en brousse » dans les réserves de Galabrégé et de Madagum. Des monolithes sont annoncés dans les secteurs de Boudoa et aux environs de Kontcha. Bref, au-delà de la rive septentrionale du Déo, on enregistre dans les monts Atlantika une forte activité des mégalithes qui appartiennent à une ethnologie encore bien vivante.

7Dans toutes ces régions au relief serpentin, de nombreux panneaux à cupules en général oblongues s’improvisent par ci et par là surtout en aval des pentes traversées par d’innombrables cours d’eau saisonniers. Des vendeuses ambulantes de lait nous ont décrit certaines de ces cupules associées à des pédiformes et des armes dans les zones de Tchabbal Assao et surtout de Babongo où les descriptions sont plus précises.

Vues générales du site de Galdi (Cameroun) lors d’une première visite le 13 août 2008

Vues générales du site de Galdi (Cameroun) lors d’une première visite le 13 août 2008

Deux ensembles de cupules sur les bords du panneau

Deux ensembles de cupules sur les bords du panneau

(On peut se rendre compte des conditions de terrain difficiles grâce à un cliché du même premier ensemble pris quelques heures après...)

Différentes gravures à la surface du panneau

Différentes gravures à la surface du panneau

Différents motifs gravés à la surface de la roche

Différents motifs gravés à la surface de la roche

8À Beleldibi, dans la même circonscription, nos informateurs nous ont indiqué de manière assez confuse un site de représentations zoomorphes sur le lieu duquel nous avons plutôt trouvé des traces de sabot, motifs récurrents dans toute la sous région. Des bergers trouvés sur place (précisément au lieu dit Koldjel) ont, cependant, indiqué la présence de plusieurs panneaux sur lesquels des « dessins sans sens auraient été découpés » (assurément des représentations géométriques). Parmi ces panneaux, ils font surtout cas d’une dalle latéritique surélevée, comme une « grosse motte de terre », qui comporterait des représentations particulières. Bref, tout laisse croire que la région réserve bien des surprises aux chercheurs.

Présentation du site avec essai d’analyse techno-stylistique et esthétique des gravures de Galdi

9Contrairement au site de Bidzar, qui affleure à quelques mètres au bord de l’axe principal de Garoua à Maroua, en favorisant une meilleure participation des populations riveraines pour sa protection, celui de Galdi se situe dans une zone enclavée à environ un kilomètre de l’agglomération locale concentrée au bord de l’axe principal Vina-Mbéré. C’est ce qui justifie que ce site, laissé en plein air dans une clairière dont la pente au loin (à moins d’un kilomètre) conduit à un cours d’eau saisonnier, soit devenu le lieu de repos des pasteurs Peul et Mbororo lorsqu’ils y viennent périodiquement abreuver leur troupeau. On y observe des gravures sur affleurement latéritique en pente légère qui couvrent plus de cent trente mètres en longueur et une dizaine en largeur si on ne tient pas compte des parties couvertes de terre herbeuse. Du reste, la cuirasse rouge violacé de la roche encore assez compacte laisse découvrir par endroits, et surtout sur ses bords, des altérations sous forme de tubulures ramifiées (galeries d’insectes et d’anciennes racines) qui étouffent progressivement les gravures. À l’état encore embryonnaire de cette recherche, aucun indice archéologique de surface (fondations d’habitat, tessons céramiques, industries métallurgiques ... ) aux abords immédiats du site, ne laisse supposer une occupation sédentaire des lieux. Un aperçu panoramique du panneau montre que les représentations l’occupent de long en large. Elles apparaissent en lignes vigoureusement incisées dans sa partie centrale et en lignes faiblement marquées à mesure qu’on tend vers les côtés. Le côté ascendant est délimité par un champ alvéolé de cupules accolées entre elles au point que certaines se sont dissolues les unes dans les autres par désagrégation. Elles ne sont pas oblongues comme celles évoquant des meules dormantes, mais rendues hémisphériques en laissant supposer l’usage d’un polissoir arrondi. Il s’agit là de cupules de tailles moyennes oscillant entre huit et quinze centimètres de diamètre dans cette partie du site. Le versant inférieur du panneau est délimité par des alignements rectilignes de cupules aux tailles plus imposantes, de diamètre oscillant entre quinze et vingt-sept centimètres.

10Les gravures proprement dites sont entaillées dans une gestuelle surtout recti-curviligne à l’aide d’un outil comparable au burin. Mais l’inégale ampleur des incisions, entre un motif du centre et ceux de la périphérie, voire même au sein d’un même motif (par exemple une ligne qui double une autre dans un même motif), peut laisser croire à différentes périodes d’exécution, tout en n’excluant pas qu’il s’agit là de choix esthético-stylistiques ou d’un canon fonctionnel d’ordre mytho-rituel que les graveurs auraient respecté. Nous avons déjà plus ou moins identifié plus de cent cinquante gravures  d’armes, de signes non identifiés et de cupules organisées  dont la complexité de certaines, juxtaposées à d’autres, complique les dénombrements, et ceci sans tenir compte des dégâts naturels qui confondent plusieurs motifs. Un grand nombre de représentations apparaît sous forme de stylisations expressives d’armes de jet (couteaux lances) et d’armes de main (haches, tridents) rappelant sensiblement celles du sud-est de la RCA et ayant quelques points communs avec celles traditionnellement utilisées par les MBoum, ou par les Bayas. On reconnaît les armes aux tracés fréquents d’une droite ou plutôt d’une demi-droite à laquelle viennent éventuellement se greffer des segments en tentacules perpendiculaires, obliques ou arqués, en donnant possibilité à des motifs riches en forme de fourche, de crucifix de trident, de lettre « P », « T », « t »... De ces formes basiques ou élémentaires, plusieurs schémas d’ajustements structurels sont possibles dont les plus complexes entrecroisent ou juxtaposent les motifs initiaux de telle sorte que de nouvelles figures plus construites apparaissent sous forme d’une lithographie très codifiée, cette expression est rendue plus intelligible lorsque certaines de ces gravures sont accentuées  et dans certains cas bien accentuées  par un ponctiforme, un cercle en coupe négatif ou positif inscrit en accolade ou non avec le motif principal. À ce corpus, il faut ajouter qu’un jeu bien organisé de deux rangées parallèles de petites cupules s’improvise parmi les gravures périphériques du centre de la dalle. Tous ces motifs peuvent varier de quelques centimètres à près d’un mètre de long (quand dans ce dernier cas elles figurent des lances). Aussi, les motifs amplement marqués au centre de la latérite peuvent définir un fuseau moyen de 5 cm de profondeur et d’éclatement.

11Vu globalement, l’aspect qualitatif des représentations apparaît dans l’ajustement structurel des motifs qui accorde dans l’ordre une préférence de visibilité et d’expressivité aux éléments du centre, tandis que ceux des côtés qui le sont moins, sont volontiers encadrés aux abords des versants par des cupules en alvéoles ou en alignements quasi rectilignes. Ainsi, tout laisse croire que les graveurs ont délibérément ritualisé leur démarche dans la hiérarchie de taille des marquages en perspective plongeante simulant un effet d’optique. Bien que de tracé essentiellement recti-curviligne, le rythme des motifs qui se répètent, laisse toutefois possibilité à une alternance riche et dynamique allant de la simple ligne droite à sa ramification en plusieurs tentacules, et éventuellement accentuée de ponctiformes, de cercles en coupe positifs ou négatifs accolés ou non au motif mère. Ce qui fait que certaines gravures ne se limitent pas simplement à figurer littéralement des armes, mais deviennent une sorte d’épigraphie qu’il conviendrait bien de nommer « mythogramme » (concept créé par A. L Goryon (1964) et employé par A. Marliac (1981) au sujet des pétroglyphes de Bidzar). Ainsi, plusieurs de ces lithographes apparaissent plus ou moins codifiés en fonction de leur complexité structurelle due surtout aux entrecroisements et juxtapositions de motifs.

Premières tentatives d’interprétation des gravures de Galdi

12Faute d’une véritable reconnaissance archéologique des lieux qui permettrait, entre autres, d’envisager un schème chronologique et en raison d’une tradition orale assez altérée et compromise par l’influence de l’islam, les tentatives de datation relative ou d’interprétation du site ne peuvent être qu’hypothétiques en l’état actuel des recherches. Ainsi, quand les « locaux » ne nomment pas le site par complaisance Mbarang Lité (« la pierre du jeu avec des creux » en langue Mboum), les pasteurs préfèrent la désigner comme le « repos de l’Antéchrist » pour signifier qu’un démon s’y serait reposé en y gravant ses marques au passage avant d’être rejeté par l’islam. Comme dans le cas classique des sites de ce genre, on est tenté d’évoquer la transposition d’une sorte de mythe d’émergence commun dont les descendants pourraient périodiquement ou occasionnellement revenir sur place commémorer leurs origines à travers des rites appropriés. Reste qu’aucun indice de surface n’étaye de telles suppositions. Les cupules en alvéole de la pente supérieure rappellent les poudriers que les jeunes femmes dans les monts Mandara gravent encore de nos jours, en écrasant sur affleurement granitique des pigments de maquillage, au rythme d’un alignement mimé de gestes et chants rituels. Il est donc possible qu’elles aient servi à préparer sur place des maquillages cérémoniaux. L’aspect des patines ne pourrait malheureusement rien nous apprendre sur la nature de leur contenu trop longtemps exposé aux agents d’érosion éoliens et fluviaux. Quant aux cupules plus amples et alignées au versant inférieur, elles évoquent celles qui ont servi comme bols à festin récompensant les initiés victorieux d’une confontation avec leurs égaux d’une tribu rivale chez les Mafa et les Mofu. En outre, les petites cupules bien ajustées en deux rangées parallèles confrontées dans le champ même des gravures, évoquent une sorte de jeu organisé, tantôt en cavités parallèles sur un support en bois (connu sous l’appellation de Songho chez les Béti du sud Cameroun), tantôt en creusements circulaires sur affleurement rocheux (connu, par exemple, sous le nom de Dawa comme nous l’avons inventorié dans les monts Mandara). C’est sans doute grâce à ces petites cupules organisées que le site est traditionnellement nommé « la pierre du jeu avec creux ».

13Plusieurs interprétations ont déjà été faites au sujet d’armes métalliques en Afrique Centrale. Dans certaines cultures des savanes camerounaises, les armes seraient liées aux rituels agraires notamment à l’activité des « faiseurs de pluie », sans exclure aussi l’éventualité qu’elles aient tout simplement pu être la transcription de quelque exploit ou fait d’armes et que les hommes de l’époque ont voulu immortaliser. En tout cas, elles constituent un indice considérable qui pourrait instruire sur la périodicité tardive ou récente de l’introduction du fer dans cette partie du Cameroun, voire de l’Afrique, où plusieurs autres sites d’armes ont déjà été identifiés : dans le bassin de l’Uélé (Bas-Congo), au sud de la R.C.A, récemment au Gabon, et maintenant au moyen Cameroun.

Conclusion

14L’iconographie rupestre camerounaise, qui n’était constituée que de représentations essentiellement géométriques de sujets non identifiés (hormis des pédiformes et la gravure d’une vulve que nous avons pu répertorier dans les monts Mandara, voir article dans ce volume), vient de s’enrichir d’un précieux patrimoine révélant les toutes premières formes d’objets reconnaissables dont le corpus assez outillé peut restituer un schème majeur de l’histoire locale et même sous régionale au regard de sa position en zone charnière savane - forêt. Aussi la parenté éventuelle qui existe entre certaines gravures d’armes découvertes ici, et celles observées au sud-est de la République Centrafricaine et au Bas-Congo, donne matière à une étude sur les schémas possibles de diffusion de ces types complexes d’armes selon leur ancienneté et leur usage récent dans ces différentes régions. De pareils sites qui brillent par leur rareté au sein du triangle national camerounais, devraient faire l’objet d’une attention particulière de l’État à travers une action concertée des ministères de la recherche scientifique et de l’innovation (minresi), du tourisme (mintour) et de la culture (mincult) dans le but de sensibiliser les populations sur l’importance archéologique, historique, anthropologique et artistique de leur patrimoine culturel. Maintenant il faut espérer que les lieux feront l’objet d’une véritable reconnaissance archéologique et surtout que les populations de Galdi développeront des réflexes de protection de ce lieu culturel. Et ceci d’autant plus qu’un vaste projet de ramification du réseau routier, qui pourrait détruire plusieurs sites de ce genre, est actuellement en étude de réalisation dans cette partie du pays. Il reste indispensable que la recherche soit sérieusement relancée et construite à travers de véritables programmes pour que les découvertes ne soient plus faites de façon fortuite ou inégale. Nous saluons à ce titre le programme de recherche actuellement conduit par Jean-Paul Notué intitulé « Arts Rupestres, Iconographie et Mégalitisme au Cameroun » (voir article de J.-P.  Notué dans ce volume) appuyé par L’ird et auquel nous participons.

Haut de page

Bibliographie

David N. (1982) - Tazunu: Mégalithic monuments of central africa, Azania, l, p. 43-77.

Galitzine A. (1992) - Approche synthétique de l’art rupestre d’Afrique centrale, l’Anthropologie, 96, p. 759-768

Faraut F. (1981) - Les Nboum, Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire des civilisations du Cameroun, éd du Centre National de la recherche scientifique, Paris.

Le Quellec J. (2004) - Arts rupestres et mythologie en Afrique, Paris, Flammarion.

Marliac A. (1981) - Recherches sur les petroglyphes de Bidzar au Cameroun septentrional. Coll. Mémoire. Orstom, n° 92.

Tchandeu N. (2007) - Expression artistique de la pierre dans les monts Mandara du Cameroun septentrional, DEA en Histoire de l’art, Université de Yaoundé I.

Zangato E. (1991) - Étude du mégalithisme dans le nord-ouest de la république centrafricaine, thèse en archéologie, Université de Paris X.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/847/img-1.png
Fichier image/png, 291k
Titre Vues générales du site de Galdi (Cameroun) lors d’une première visite le 13 août 2008
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/847/img-2.png
Fichier image/png, 991k
Titre Deux ensembles de cupules sur les bords du panneau
Légende (On peut se rendre compte des conditions de terrain difficiles grâce à un cliché du même premier ensemble pris quelques heures après...)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Différentes gravures à la surface du panneau
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Différents motifs gravés à la surface de la roche
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Narcisse Santores Tchandeu, « Découverte d’un site d’art rupestre à Galdi au moyen Cameroun », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 173-179.

Référence électronique

Narcisse Santores Tchandeu, « Découverte d’un site d’art rupestre à Galdi au moyen Cameroun », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/847

Haut de page

Auteur

Narcisse Santores Tchandeu

Enseignant au département Arts et Archéologie
BP 755
Université de Yaoundé I
Cameroun
(adresse postale) S/c Assako Paul Henri
B.P. 50 CPS Mbalmayo
Cameroun
tchandeunarcisse@yahoo.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org