Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithisme d'Afrique »

Pierres dressées chez les Hadiya du sud de l’Éthiopie

Roger Joussaume
p. 81-92

Résumés

Dans le sud de l’Éthiopie, des milliers de stèles en pierre se dressent par groupes plus ou moins importants. Si les plus anciennes sont vieilles d’un millier d’années, d’autres sont actuelles. Alors que les premières ont fait l’objet de plusieurs études ces dernières années, les autres sont restées le plus souvent dans l’oubli. Ainsi en est-il des stèles des Hadiya, complètement passées inaperçues alors que morphologiquement elles se rapprochent des stèles phalliques du Sidamo et des stèles anthropomorphes du Soddo. Leur étude, comme celle des stèles Konso ou Arsi, peut apporter un éclairage utile à la compréhension de celles du passé.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Hadiya, Sidamo, Soddo, Éthiopie/Ethiopia
Haut de page

Texte intégral

1Des études archéologiques ont été effectuées dans la deuxième moitié du xxe siècle par la Mission Française d’Archéologie sous la direction de F. Anfray (1982), assisté de E. Godet, sur le cimetière à stèles à épées de Gattira Demma dans le Soddo et par notre équipe (Joussaume dir. 1995 et 2007) sur différents sites à stèles du sud de l’Éthiopie  : Tiya dans le Soddo, Tuto Fela en pays Gédéo et Ofa Séré dans le Wolayta. Elles furent complétées par des recherches ethnologiques chez les Konso (Hallpike 1972, Métasebia Békélé 2001 et 2007) et les Arsi (Jensen 1936, Haberland 1963 et 1976, Gerster 1974, Henze 2005, Joussaume dir. 2007).

Figure 1 - Carte de la Corne de l’Afrique avec situation du pays Hadiya

Figure 1 - Carte de la Corne de l’Afrique avec situation du pays Hadiya

2Ces recherches ont montré que l’on pouvait envisager une continuité jusqu’à aujourd’hui de l’érection, dans cette région, de stèles en pierre, et ceci, depuis les sites anciens datés des xi-xiie siècles pour les stèles phalliques de Tuto Fela dans le Sidamo, et des xiii-xive pour les stèles anthropomorphes du niveau supérieur de ce même site comme pour les stèles à épées de Tiya dans le Soddo.

3L’étude des sociétés mégalithiques actuelles du sud de l’Ethiopie doit donc pouvoir apporter un éclairage intéressant sur celles qui ont dressé des pierres dans le passé. Ce fut l’objet de la thèse de Métasébia Békélé (2007) chez les Konso et les Géwada. Mais plusieurs autres peuples du sud de l’Éthiopie dressent encore des pierres de nos jours. Personne ne s’y est intéressé de ce point de vue, pourtant ils mériteraient que l’on s’y attarde afin d’aider à la compréhension de ce passé pas si lointain mais qui n’a laissé aucune trace écrite.

4À l’ouest des lacs éthiopiens de la Rift Valley, plus spécialement ceux de Abiyata, Langano, Shala et Awasa, le plateau, dont l’altitude moyenne varie de 2200 à 2300 m, entre la rivière Bilaté, qui se jette dans le lac Abaya, et la rivière Omo, célèbre par ses très anciennes occupations humaines, est formé de trois régions à pierres dressées, le Wolayta, le Kambata et l’Hadiya dont Francis Anfray dressa un premier inventaire publié en 1982 (fig. 2a et b).

Figure 2a - Répartition des peuples du sud de l’Éthiopie avec l’Hadiya à l’ouest des lacs de la Rift valley

Figure 2a - Répartition des peuples du sud de l’Éthiopie avec l’Hadiya à l’ouest des lacs de la Rift valley

Cartographie Régis Bernard

Figure 2b - Les sites à stèles recensés par la mission Anfray (1982) en pays Hadiya

Figure 2b - Les sites à stèles recensés par la mission Anfray (1982) en pays Hadiya

© R. Joussaume

Stèles décrites par F. Anfray autour de Hosana

5Les pierres dressées décrites par F. Anfray en territoire Hadiya se situent autour de la capitale Hosana (fig. 2b).

6Elles sont de trois types  :

  • Stèles cylindriques, voire à section ovalaire (Hirco, 2,12 m). Plusieurs ne sont que des fragments (Lafto-Lenka, Bulula, Lisana-Kotancho, Lisana-Kosa)  ; d’autres possèdent une gorge ceinturant la partie sommitale arrondie et présentent donc un aspect phallique (Kalicha qui atteint 2 m de long et Biddika, 2,05 m) (fig. 3a). Elles sont à rapprocher des très nombreuses stèles phalliques recensées dans le Sidamo qu’avaient fait connaître Azaïs et Chambard en 1931  ;

  • Stèles à section quadrangulaire (Bichata, Dishamo). Plusieurs de ces stèles sont associées à un petit tumulus (Dishamo, Bulula)  ;

  • Stèle à figuration (Suta). À une centaine de kilomètres au sud de Silté, la stèle de Suta (fig. 3b) paraît exceptionnelle. À environ un kilomètre du lac de Bayo, elle se dresse dans une plaine marécageuse qui fait dire à F. Anfray qu’elle n’est probablement pas à sa place originelle. De section circulaire, elle est haute de 85 cm au-dessus du sol. La tête à sommet arrondi se détache du corps par un épaulement bien marqué mais sans cou. Le visage allongé est entouré d’un bourrelet qui rappelle les stèles anthropomorphes en pays Gédéo, à Tuto Fela en particulier. Il est légèrement décentré à gauche et oblique par rapport à l’axe de la stèle. Le nez forme une protubérance verticale au centre de cette surface. Le haut du corps est souligné par un gros renflement horizontal où s’accrochent les bras en relief. Le bras gauche descend le long du corps. La main, ramenée vers le centre, touche un signe dit « végétaliforme » ou « ramifié » en relief, fréquent sur les stèles du Soddo. Fait de deux branches latérales courbes à l’extrémité d’un pied cruciforme, ce symbole occupe le milieu de la stèle au niveau du sol qui est sa place normale sur les stèles du sud de l’Éthiopie. Le bras droit est légèrement fléchi. La main tient un objet fait d’un manche court terminé par un anneau, ou coupelle, dont l’interprétation nous échappe (symbole de pouvoir  ?) mais qui se retrouve à l’identique sur les stèles à figurations du groupe de Silté. Deux stèles de Silté ont été ramenées, il y a quelques décennies, au musée de l’université d’Addis-Abeba. Des rapprochements sont donc à effectuer entre la stèle de Suta et celles de Silté, mais, alors que la première est cylindrique, les autres sont des dalles plates à épaules pointues et tête dégagée. Par ailleurs, en dehors du signe ramifié et de l’anneau emmanché qui se retrouvent dans les deux régions, aucun autre décor orne la stèle de Suta contrairement à celles de Silté et de Tité au riche décor de personnages, animaux, arcs, lances etc.

Figure 3a - Biddika : Stèle à gorge, longue de 2,05 m et de section ovalaire, en position très oblique sur le sol

Figure 3a - Biddika : Stèle à gorge, longue de 2,05 m et de section ovalaire, en position très oblique sur le sol

Cliché Mission Française d’Archéologie

Figure 3b - Suta : unique stèle décorée en pays Hadiya. Stèle anthropomorphe avec visage souligné d’un cordon, bras de part et d’autre du corps dont celui de droite tient à la main un objet fait d’un anneau emmanché et signe ramifié

Figure 3b - Suta : unique stèle décorée en pays Hadiya. Stèle anthropomorphe avec visage souligné d’un cordon, bras de part et d’autre du corps dont celui de droite tient à la main un objet fait d’un anneau emmanché et signe ramifié

Cliché Mission Française d’Archéologie

7Les stèles décrites par F. Anfray sont généralement seules et parfois associées à un petit tumulus. Aucune n’est datée avec certitude, toutefois les stèles cylindriques et phalliques sont dans la continuité de celles du Wolayta voisin et par là rejoignent celles du Sidama et du Gédéo dont nous avons étudié le site de Tuto Fela. Or à Tuto Fela une datation au xie siècle de notre ère a été obtenue pour le niveau à stèles phalliques. Une datation comparable est envisageable pour les stèles phalliques Hadiya en soulignant cependant qu’ici aucune grande concentration de stèles phalliques n’est connue, contrairement au Sidamo où ces sites sont nombreux.

Autres pierres dressées autour de Hosana

8Si Francis Anfray a visité  sans y pratiquer de fouilles qui n’étaient pas dans ses objectifs  de nombreux sites à pierres dressées plus ou moins anciennes à l’ouest des lacs de la Rift Valley, il ne semble pas avoir remarqué, ou du moins ne signale pas, des cimetières encore en usage, en particulier autour de Hosana, capitale du pays Hadiya, qui contiennent des pierres phalliques et anthropomorphes qui rappellent les stèles du Sidamo et d’ailleurs, jusqu’au nord d’Addis-Abeba (Debré-Berhan, Gadilomeda...).

9Au cours d’une récente mission (février 2008) dans le sud de l’Éthiopie, nous avons eu l’occasion de circuler autour de Hosana pour y voir les stèles mentionnées par F. Anfray. Il nous a été donné de visiter des villages aux maisons peintes (fig. 4 a et b) et surtout plusieurs cimetières actuels (Ajo Tayisa, Lisana Oussa, Abres Belala...) situés aux environs de 2 200 m d’altitude. Notre surprise fut grande de constater que dans nombre d’entre eux se dressaient des stèles d’aspect phallique ou anthropomorphe.

Figure 4a et b - Hadiya  : deux maisons à décoration peinte de part et d’autre de l’entrée

Figure 4a et b - Hadiya  : deux maisons à décoration peinte de part et d’autre de l’entrée

© R. Joussaume

10Parmi les tombes du cimetière de Lisana Oussa, certaines sont caractérisées par une pierre dressée au centre d’une surface quadrangulaire limitée par des dalles de pierre disposées sur chant. Les angles de quelques-unes sont marqués par des pierres plates plantées dans l’axe du centre (fig. 5). Pour d’autres, des pierres plus ou moins cylindriques, à gorge soulignant le sommet, ont un aspect anthropomorphe, voire phallique (fig. 6). À Abres Belela, la stèle à section quadrangulaire est dressée sur un tertre limité par une clôture en bois dont les angles sont marqués par des poteaux qui présentent une extrémité en boule soutenue par une collerette (fig. 7). Ces structures en bois disparaissent avec le temps ne laissant que la stèle sur son tumulus, état fréquemment rencontré dans les cimetières régionaux. Peut-être d’ailleurs certaines des pierres sur petit tertre, décrites par F. Anfray, appartiennent-elles à ce type de tombe esseulée dans la nature.

Figure 5 - Une tombe dans le cimetière de Lisana Oussa

Figure 5 - Une tombe dans le cimetière de Lisana Oussa

Dalle dressée au centre  ; entourage quadrangulaire de pierres placées sur chant et quatre pierres dressées aux angles

© R. Joussaume

Figure 6 - Autre tombe du cimetière de Lisana Oussa

Figure 6 - Autre tombe du cimetière de Lisana Oussa

La surface quadrangulaire est limitée par des pierres sur chant dont les angles sont marqués par des pierres cylindriques à tête dégagée par une gorge qui leur donne un aspect phallique (ou anthropomorphe).

© R. Joussaume

Figure 7 - Abres Belela : Stèle quadrangulaire sur un petit tertre entouré d’une palissade en bois dont les quatre angles sont marqués par un poteau dont l’extrémité en boule est soutenue par une collerette

Figure 7 - Abres Belela : Stèle quadrangulaire sur un petit tertre entouré d’une palissade en bois dont les quatre angles sont marqués par un poteau dont l’extrémité en boule est soutenue par une collerette

© R. Joussaume

11Parfois la stèle debout, sur un tumulus ou non, a un aspect phallique très marqué (fig. 8). Le sommet aménagé en visage donne une allure anthropomorphe à la stèle (fig. 9). Dans les deux cas, ce ne sont pas des images autorisées par l’islam et il arrive que de telles stèles soient aujourd’hui brisées. Certaines sont très récentes  : celle de la figure 10 à Ajo Tayisa et datée de 1967. D’autres portent le nom, peint sur le fût, de celui à qui elles sont dédiées (fig. 11 et 12). Ces stèles ne sont pas sans rappeler celles que nous connaissons à Tuto Fela, en pays Gédéo, datées du xie siècle de notre ère. Ainsi cette coutume aurait traversé le temps et nous aurions ici une survivance païenne dans une région islamisée depuis le xiiie siècle au moins.

Figure 8 - Ayo Tayisa : Petite stèle phallique surmontant un tertre bas

Figure 8 - Ayo Tayisa : Petite stèle phallique surmontant un tertre bas

© R. Joussaume

Figure 9 - Ayo Tayisa : Stèles de section circulaire à tête dégagée par une gorge

Figure 9 - Ayo Tayisa : Stèles de section circulaire à tête dégagée par une gorge

Un nez allongé et deux yeux sont dessinés sur la partie sommitale arrondie.

© R. Joussaume

Figure 10 - Ayo Tayisa : face dorsale de la stèle de la fig. 9 sur laquelle est gravée la date de 1967 qui est celle de la sépulture

Figure 10 - Ayo Tayisa : face dorsale de la stèle de la fig. 9 sur laquelle est gravée la date de 1967 qui est celle de la sépulture

© R. Joussaume

Figure 11 - Deux stèles à extrémité supérieure dégagée et arrondie, dressées sur des tertres bas

Figure 11 - Deux stèles à extrémité supérieure dégagée et arrondie, dressées sur des tertres bas

© R. Joussaume

12À côté de ces « stèles phalliques », d’autres présentent un caractère anthropomorphe, dalle plate avec épaules pointues (fig. 16 a et b) ou non et tête dégagée (fig. 13 et 14), connues régionalement dans le passé et ailleurs en partriculier dans le Harar comme nous allons le voir.

Figure 12 - Face opposée de la stèle au premier plan de la fig. 11

Figure 12 - Face opposée de la stèle au premier plan de la fig. 11

Son débitage à l’herminette métallique est bien visible comme l’inscription peinte en blanc et noir.

© R. Joussaume

Figure 13 - Non loin des deux stèles précédentes, celle-ci est formée d’une dalle plate de laquelle se dégage une tête trapézoïdale

Figure 13 - Non loin des deux stèles précédentes, celle-ci est formée d’une dalle plate de laquelle se dégage une tête trapézoïdale

Une inscription en vert est à peine lisible au-dessus d’une protubérance qui marquerait les entrailles du personnage selon les habitants du lieu.

© R. Joussaume

Figure 14 - Stèle anthropomorphe formée d’une dalle plate de laquelle se dégage une tête qui porte deux yeux et un long nez

Figure 14 - Stèle anthropomorphe formée d’une dalle plate de laquelle se dégage une tête qui porte deux yeux et un long nez

© R. Joussaume

Figure 15 - Cimetière contenant de nombreuses stèles de types différents dressées sur de petits tertres avec restes de structures en bois

Figure 15 - Cimetière contenant de nombreuses stèles de types différents dressées sur de petits tertres avec restes de structures en bois

© R. Joussaume

Figure 16a - Stèle de section quadrangulaire à épaules redressées, plantée sur un petit tertre

Figure 16a - Stèle de section quadrangulaire à épaules redressées, plantée sur un petit tertre

Les traces de débitage par un instrument métallique sont bien visibles.

© R. Joussaume

Figure 16b - Face opposée de la stèle de la fig. 16a avec inscription gravée

Figure 16b - Face opposée de la stèle de la fig. 16a avec inscription gravée

© R. Joussaume

13Enfin, d’autres stèles ne sont que des dalles ou des pierres plus ou moins allongées qui peuvent atteindre jusqu’à deux mètres de hauteur (fig. 15 et 17).

Figure 17 - Abres Belela : tertres bas surmontés de stèles allongées à extrémité supérieure arrondie

Figure 17 - Abres Belela : tertres bas surmontés de stèles allongées à extrémité supérieure arrondie

© R. Joussaume

Pierres dressées dans le Harar

14Un cimetière musulman a retenu l’attention de F. Azaïs et R. Chambard lors de leur expédition de 1922 près de Heissa dans les monts du Harar (fig. 18 à 23). Les tombes sont marquées par deux dalles dressées parallèles, une à chaque extrémité de la tombe. Elles sont reliées en leur milieu par une longue dalle plantée sur chant. L’ensemble occupe parfois le centre d’une enceinte limitée par un muret en pierres sèches. La particularité vient de ce que les dalles dressées à chaque extrémité peuvent présenter un caractère anthropomorphe (fig. 19) avec tête dégagée et épaules redressées (fig. 18 et 19) comme il s’en trouve sur des stèles funéraires chez les Arsi à l’est du lac Zway (fig. 27) et à l’ouest de la Rift Valley (Meskan-Golobo, fig. 26a, Amorigé, fig. 26b...). Une protubérance située au milieu de la dalle de chant indiquerait le caractère féminin de la tombe.

Figure 18 - Cimetière de Heissa dans les monts du Harar

Figure 18 - Cimetière de Heissa dans les monts du Harar

La tombe est marquée au sol par deux dalles dressées parallèles jointes par une dalle sur chant. Les dalles opposées possèdent des épaules pointues et celle de droite supporte une tête avec yeux, nez et bouche. Au milieu de la longue dalle de chant, une protubérance marquerait le caractère féminin de la tombe.

Cliché F. Azaïs

Figure 19 et 20 - Cimetière de Heissa dans le Harar : autre vue de la même tombe

Figure 19 et 20 - Cimetière de Heissa dans le Harar : autre vue de la même tombe

Cliché F. Azaïs

Figure 20 - Cimetière de Heissa dans le Harar

Figure 20 - Cimetière de Heissa dans le Harar

Même type de tombe que précédemment dans une enceinte circulaire limitée par un mur de pierres entassées

Cliché F. Azaïs

Figure 21 - Cimetière de Heissa

Figure 21 - Cimetière de Heissa

Même type de tombe que les deux précédentes

Cliché F. Azaïs

Figure 22 - Cimetière de Heissa

Figure 22 - Cimetière de Heissa

Cliché F. Azaïs

Figure 23 - Cimetière de Heissa

Figure 23 - Cimetière de Heissa

Cliché F. Azaïs

Figure 24 - Cimetière près de Déder dans le Harar

Figure 24 - Cimetière près de Déder dans le Harar

Ici la tombe est quadrangulaire limitée par quatre pierres sur chant. L’une des deux dalles d’extrémité présente un disque dégagée comme une tête.

© R. Joussaume

Figure 25 - Cimetière non loin de Déder dans le Harar : vue générale

Figure 25 - Cimetière non loin de Déder dans le Harar : vue générale

© R. Joussaume

Figure 26a - Stèle de Meskan Golobo au sud du Soddo

Figure 26a - Stèle de Meskan Golobo au sud du Soddo

On note les épaules épointées et la tête dégagée sur cette stèle plate richement décorée.

Dessin F. Anfray

Figure 26b - Stèle de Amorigé dans le Soddo avec épaules relevées et tête allongée à face cloisonnée

Figure 26b - Stèle de Amorigé dans le Soddo avec épaules relevées et tête allongée à face cloisonnée

Elle fut découverte en février 2008  ; un article lui est consacré dans ce volume.

Dessin R. Joussaume

Figure 27a - Stèle Arsi, à l’est du lac Zway, peinte en rouge, avec épaules redressées et tête

Figure 27a - Stèle Arsi, à l’est du lac Zway, peinte en rouge, avec épaules redressées et tête

© R. Joussaume

Figure 27b - Stèle Arsi de plus de 3,50 m de hauteur

Figure 27b - Stèle Arsi de plus de 3,50 m de hauteur

D’après un cliché de P.Henze

15Ce qui surprend, évidemment, c’est la représentation humaine dans un cimetière musulman (fig. 24 et 25). Elle implique une persistance de coutumes ancestrales, interdites par l’islam. Il arrive d’ailleurs de nos jours, comme nous avons pu le constater, que ces tombes soient détruites par des musulmans intégristes. Ces survivances païennes compliquent la datation des monuments funéraires.

  • 1 Des poteries semblables furent également trouvées à cette même époque dans d’autres tumulus régiona (...)

16Notons à propos de ce type de tombes signalées au sol par trois pierres, que celles-ci peuvent être enfouies sous un tumulus de pierres. C’était le cas d’un cairn de 16 m de diamètre pour 2,30 m de haut que nous avons fouillé en 1971 (Joussaume 1980) à Sourré-Kabanawa dans le Harar, qui contenait, en dehors du monument trilithe au centre d’une aire circulaire, neuf poteries en deux ensembles de deux et sept vases, coupes hémisphériques à support annulaire1. À proximité du monument gisaient des restes osseux mêlés à des tessons de poteries et des éléments métalliques. D’autres ossements humains ont été découverts à différents niveaux dans la masse du tumulus. Ils correspondent à des dépôts secondaires.

17Certains tumulus sont réellement gigantesques. L’un d’eux à Watcho atteint 50 m de diamètre pour 12 m de hauteur (fig. 28). Ils sont fréquemment associés à un cimetière musulman et les datations obtenues pour les monuments que nous avons étudiés dans le Harar occupent une fourchette qui s’étale entre le viiie et le xvesiècle de notre ère.

Figure 28 - Gros tumulus en pierres (cairn) dans les monts du Harar, devant lequel se tiennent, à gauche, Roger Chambard et le père Azaïs

Figure 28 - Gros tumulus en pierres (cairn) dans les monts du Harar, devant lequel se tiennent, à gauche, Roger Chambard et le père Azaïs

Cliché F. Azaïs

Pierres dressées en pays Arsi

  • 2 Une stèle de provenance éthiopienne, récemment mise en vente en Europe pour 10 000 €, appartient à (...)

18Nous avons signalé au chapitre précédent que les stèles Arsi très récentes pouvaient être faites d’une dalle plate dégageant des épaules plus ou moins pointues et une tête à la partie supérieure (fig. 27a), et, qu’en cela elles se rapprochaient morphologiquement de certaines stèles du Soddo. Des stèles anthropomorphes, attribuables au même peuple Arsi, et également subactuelles, possèdent des bras dégagés par simples perforations latérales comme sur les « stèles silhouettes » (dites aussi anthropomorphes) du Soddo, la stèle d’Osolé par exemple (Joussaume dir. 2007, p. 99-106). La répartition territoriale de ces stèles anthropomorphes dans le Soddo, au nord du territoire des stèles aux épées, est en faveur d’une contemporanéité de ces deux types de stèles dont on sait que celles aux épées sont datées des xiiie - xive siècles de notre ère à Tiya et Gattira-Demma. Toutefois le lien entre les stèles anthropomorphes du Soddo et les stèles Arsi ne peut être assuré sauf à imaginer que l’actuel sculpteur Arsi, dont plusieurs sont bien connus, ait vu des stèles anthropomorphes du Soddo ou des représentations de ces stèles, ce qui n’a rien d’impossible2.

19Il n’en est pas de même des pierres dressées par les Konso au sud du lac Chamo dont Métasébia Békélé (2007) a pu établir qu’ici cette coutume était vieille d’au moins 500 ans, rejoignant pratiquement les datations obtenues pour les stèles anthropomorphes du pays Gédéo à Tuto Fela, très proches de celles des stèles à épées de Tiya.

20P. Henze souligne au sujet des stèles Arsi (2005, p. 180-181) que « none of these monuments reflects a practice that has continued to the present ». Il ajoute cependant: « nevertheless monolithic Arsi Oromo gravestones are in a megalithic tradition that is very ancient in Ethiopia ». Il constate également qu’aucune tradition de stèles phalliques ne transparaît dans les pierres dressées Arsi ce qui n’est pas l’avis de E. Haberland (1976) qui rapproche le signe rayonnant des stèles du pays Gédéo du cercle pointé d’où partent des séries de rayons des stèles Arsi.

21Dans l’état actuel de nos connaissances, dans le sud de l’Ethiopie, seuls les Hadiya dressent, ou dressaient encore récemment, des stèles en tout point comparables aux stèles phalliques régionales, citées par F. Anfray, qui se situent dans la tradition des stèles phalliques du Sidamo et du Wolayta.

22Il faut souligner que cette culture des pierres dressées, essentiellement à but funéraire et souvent en rapport avec le mérite de celui ou celle (bon guerrier, bon chasseur si c’est un homme  ; femme ayant eu beaucoup d’enfants, chez les Arsi) se retrouve à Djibouti (Joussaume 2005) et en Somali.

Conclusion

23Dans ce petit article, il s’agissait pour nous d’attirer l’attention des chercheurs sur les survivances de traditions anciennes (ou la reprise de coutumes abandonnées) qui peuvent être des sources de confusion en même temps qu’elles peuvent apporter un éclairage sur les sociétés passées. Il reste à étudier plus précisément la société Hadiya actuelle et dans son passé historique, ainsi qu’à entreprendre des fouilles sur les stèles anciennes connues sur ce territoire afin de les dater et d’en saisir le rôle dans le passé. Il y a là une belle enquête à poursuivre  !

Haut de page

Bibliographie

Anfray F. (1982) - Les stèles du Sud, Shoa et Sidamo, Annales d’Éthiopie, tome douzième, 221 p. et 100 planches.

Azais R. P. et Chambard R. (1931) - Cinq années de Recherches Archéologiques en Éthiopie. Province du Harar et Éthiopie méridionale, Librairie Orientaliste Paul Geuthner, Paris, 2 volumes.

Gester G. (1974) - Les monuments funéraires des Arusis et des Konsos, in : L’Éthiopie toit de l’Afrique, Édition Atlantis.

Haberland E. (1963) - Grabsteine der Arussi und ihre Beziehung zu megalithischen Denkmälern und Totenmalen anderer äthiopischer Völker, Acta ethnographica Academiae Scientiarum Hungaricae, Budapest, t. XII, fasc. 1-2, p. 99-138.

Haberland E. (1976) - Megalithic monuments in Southern Ethiopia : a reconsideration, Congrès Panafricain de Préhistoire et d’Études du Quaternaire, Addis-Abeba 1971, p. 227-228.

Hallpike C. R. (1972) - The Konso of Ethiopia. A Study of the values of a Cuschitic people, Clarendon Press, Oxford.

Henze P. (2005) - Arsi Oromo tomb art: its evolution and current status, Annales d’Éthiopie, vol. xxi, p. 177-192, CD photos.

Jensen E. (1936) - Im Lande des Gada, Édition Trecker et Schroder, Stuttgart.

Joussaume R. (1980) - Le mégalithisme en Éthiopie. Monuments funéraires protohistoriques du Harar, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris 1974, 115 p., 136 fig. et 27 pl.

Joussaume R. dir. (1995) - Tiya. L’Éthiopie des mégalithes. Du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique, CNRS, UNESCO, Éditions Chauvinoises, 383 p.

Joussaume R. (2005) - Pierres dressées entre Djibouti et Loyada  : le patrimoine en péril, Sciences et Environnement, Djibouti, n° 18, p. 25-36.

Joussaume R. dir. (2007) - Tuto Fela et les stèles du sud de l’Éthiopie, Édition Recherche sur les civilisations, Paris, 270 p.

Métasébia Békélé (2001) - Le rôle des pierres dressées dans la société Konso (Éthiopie), Mémoire de DEA, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Métasébia Békélé (2007) - Coutumes funéraires chez les Konso et les Gewada, Thèse de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Notes

1 Des poteries semblables furent également trouvées à cette même époque dans d’autres tumulus régionaux et plus particulièrement autour d’un squelette en position fléchie sur le côté gauche regardant au nord en direction de la Mecque, dans une fosse sous un petit cairn de 8 m de diamètre à Hassan Abdi sur le territoire de Tchélenko (Joussaume 1980).

2 Une stèle de provenance éthiopienne, récemment mise en vente en Europe pour 10 000 €, appartient à ce type de stèle très récente à membres supérieurs dégagés du tronc par une perforation allongée. Elle fut très probablement produite par un sculpteur Arsi…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de la Corne de l’Afrique avec situation du pays Hadiya
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2a - Répartition des peuples du sud de l’Éthiopie avec l’Hadiya à l’ouest des lacs de la Rift valley
Crédits Cartographie Régis Bernard
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 2b - Les sites à stèles recensés par la mission Anfray (1982) en pays Hadiya
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3a - Biddika : Stèle à gorge, longue de 2,05 m et de section ovalaire, en position très oblique sur le sol
Crédits Cliché Mission Française d’Archéologie
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3b - Suta : unique stèle décorée en pays Hadiya. Stèle anthropomorphe avec visage souligné d’un cordon, bras de part et d’autre du corps dont celui de droite tient à la main un objet fait d’un anneau emmanché et signe ramifié
Crédits Cliché Mission Française d’Archéologie
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4a et b - Hadiya  : deux maisons à décoration peinte de part et d’autre de l’entrée
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-6.png
Fichier image/png, 994k
Titre Figure 5 - Une tombe dans le cimetière de Lisana Oussa
Légende Dalle dressée au centre  ; entourage quadrangulaire de pierres placées sur chant et quatre pierres dressées aux angles
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 6 - Autre tombe du cimetière de Lisana Oussa
Légende La surface quadrangulaire est limitée par des pierres sur chant dont les angles sont marqués par des pierres cylindriques à tête dégagée par une gorge qui leur donne un aspect phallique (ou anthropomorphe).
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 7 - Abres Belela : Stèle quadrangulaire sur un petit tertre entouré d’une palissade en bois dont les quatre angles sont marqués par un poteau dont l’extrémité en boule est soutenue par une collerette
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 8 - Ayo Tayisa : Petite stèle phallique surmontant un tertre bas
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 9 - Ayo Tayisa : Stèles de section circulaire à tête dégagée par une gorge
Légende Un nez allongé et deux yeux sont dessinés sur la partie sommitale arrondie.
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 10 - Ayo Tayisa : face dorsale de la stèle de la fig. 9 sur laquelle est gravée la date de 1967 qui est celle de la sépulture
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 11 - Deux stèles à extrémité supérieure dégagée et arrondie, dressées sur des tertres bas
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 12 - Face opposée de la stèle au premier plan de la fig. 11
Légende Son débitage à l’herminette métallique est bien visible comme l’inscription peinte en blanc et noir.
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 13 - Non loin des deux stèles précédentes, celle-ci est formée d’une dalle plate de laquelle se dégage une tête trapézoïdale
Légende Une inscription en vert est à peine lisible au-dessus d’une protubérance qui marquerait les entrailles du personnage selon les habitants du lieu.
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 14 - Stèle anthropomorphe formée d’une dalle plate de laquelle se dégage une tête qui porte deux yeux et un long nez
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 15 - Cimetière contenant de nombreuses stèles de types différents dressées sur de petits tertres avec restes de structures en bois
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 16a - Stèle de section quadrangulaire à épaules redressées, plantée sur un petit tertre
Légende Les traces de débitage par un instrument métallique sont bien visibles.
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Figure 16b - Face opposée de la stèle de la fig. 16a avec inscription gravée
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Figure 17 - Abres Belela : tertres bas surmontés de stèles allongées à extrémité supérieure arrondie
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 18 - Cimetière de Heissa dans les monts du Harar
Légende La tombe est marquée au sol par deux dalles dressées parallèles jointes par une dalle sur chant. Les dalles opposées possèdent des épaules pointues et celle de droite supporte une tête avec yeux, nez et bouche. Au milieu de la longue dalle de chant, une protubérance marquerait le caractère féminin de la tombe.
Crédits Cliché F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-21.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 19 et 20 - Cimetière de Heissa dans le Harar : autre vue de la même tombe
Crédits Cliché F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-22.png
Fichier image/png, 340k
Titre Figure 20 - Cimetière de Heissa dans le Harar
Légende Même type de tombe que précédemment dans une enceinte circulaire limitée par un mur de pierres entassées
Crédits Cliché F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-23.png
Fichier image/png, 488k
Titre Figure 21 - Cimetière de Heissa
Légende Même type de tombe que les deux précédentes
Crédits Cliché F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-24.png
Fichier image/png, 438k
Titre Figure 22 - Cimetière de Heissa
Crédits Cliché F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-25.png
Fichier image/png, 658k
Titre Figure 23 - Cimetière de Heissa
Crédits Cliché F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-26.png
Fichier image/png, 639k
Titre Figure 24 - Cimetière près de Déder dans le Harar
Légende Ici la tombe est quadrangulaire limitée par quatre pierres sur chant. L’une des deux dalles d’extrémité présente un disque dégagée comme une tête.
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 25 - Cimetière non loin de Déder dans le Harar : vue générale
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 26a - Stèle de Meskan Golobo au sud du Soddo
Légende On note les épaules épointées et la tête dégagée sur cette stèle plate richement décorée.
Crédits Dessin F. Anfray
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 26b - Stèle de Amorigé dans le Soddo avec épaules relevées et tête allongée à face cloisonnée
Légende Elle fut découverte en février 2008  ; un article lui est consacré dans ce volume.
Crédits Dessin R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 27a - Stèle Arsi, à l’est du lac Zway, peinte en rouge, avec épaules redressées et tête
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 27b - Stèle Arsi de plus de 3,50 m de hauteur
Crédits D’après un cliché de P.Henze
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Figure 28 - Gros tumulus en pierres (cairn) dans les monts du Harar, devant lequel se tiennent, à gauche, Roger Chambard et le père Azaïs
Crédits Cliché F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/831/img-33.png
Fichier image/png, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Joussaume, « Pierres dressées chez les Hadiya du sud de l’Éthiopie », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 81-92.

Référence électronique

Roger Joussaume, « Pierres dressées chez les Hadiya du sud de l’Éthiopie », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/831 ; DOI : 10.4000/aaa.831

Haut de page

Auteur

Roger Joussaume

Directeur de recherche émérite au CNRS
UMR 7041 – ArScAn
Équipe « Afrique »
21 allée de l’Université
F-92023 - Nanterre Cedex
France
joussaume.r@wanadoo.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org