Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithisme d'Afrique »

Le site mégalithique de Wanar (Sénégal)

Note préliminaire sur un nouveau programme de coopération entre la France et le Sénégal (2008-2011)
Luc Laporte, Hamady Bocoum, Régis Bernard, Francis Bertin, Vincent Dartois, Adrien Delvoye, Malik Diop, Abdoulaye Kane et Laurent Quesnel
p. 99-108

Résumés

Cet article présente les résultats des premières fouilles du site mégalithique de Wanar, inscrit au Patrimoine mondial de l’Humanité, qui font partie d’un nouveau programme de coopération scientifique entre la France et le Sénégal (2008-2011). De nouvelles interprétations, concernant entre autres les secteurs en ruine du complexe architectural, sont proposées.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Sénégal/Senegal
Haut de page

Texte intégral

1Le mégalithisme, longtemps présenté comme l’apanage des seules sociétés néolithiques d’Europe occidentale et septentrionale, constitue un phénomène très largement répandu dans le monde entier, au travers des âges.

2Dolmens et menhirs furent assemblés ou érigés indépendamment et à des époques différentes, depuis la Colombie jusqu’en Corée  ; d’autres encore étaient édifiés il y a moins d’une cinquantaine d’années à Madagascar, en Indonésie ou en Inde (Joussaume 2003). Sur le continent africain, les travaux effectués par G. Camps (1961) dans le Maghreb, puis ceux effectués par R. Joussaume (1974 à 2007) pour la corne de l’Afrique et notamment en Éthiopie, comptent parmi les plus marquants. F. Paris (1996) a démontré une antiquité pratiquement aussi ancienne pour les monuments funéraires du Niger, que pour ceux mieux connus de l’Europe atlantique.

  • 1 Les topographes et explorateurs ont parfois apporté des informations précieuses sur l’archéologie d (...)

3Les monuments mégalithiques du Sénégal et de Gambie ne sont pas aussi anciens  : ils se singularisent toutefois par une très grande densité sur une superficie relativement restreinte de 30 000 km², comme par le soin apporté au façonnage des pierres dressées. Cette forme de mégalithisme fut signalée en Europe au moins dès la fin du xixe siècle1 (Todd et Wolbach 1911, Jouenne 1918)  ; elle se distingue en tout cas assez nettement de celles reconnues en Mauritanie (Vernet 1993) ou au Mali (Person, Dembele, Raimbault 1991), mais aussi au Burkina Faso (Millogo et Kote 2000), au Tchad ou au Cameroun (Asombang 2004, Notué dans ce volume) par exemple. C’est notamment cette originalité qui a motivé le classement en 2006 de quatre sites mégalithiques du Sénégal et de Gambie, au titre de Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’unesco. Le site de Wanar (fig. 1) sur lequel nous venons juste d’entreprendre un programme de recherche pour les quatre prochaines années, figure parmi ces quatre sites archéologiques tout à fait remarquables et exceptionnels  ; il n’avait jamais fait l’objet de fouilles archéologiques auparavant.

Figure 1 - Carte de situation de la nécropole mégalithique de Wanar, district de Nioro du Rip, Sénégal

Figure 1 - Carte de situation de la nécropole mégalithique de Wanar, district de Nioro du Rip, Sénégal

DAO L. Quesnel

4Le mégalithisme du Sénégal et de Gambie se présente exclusivement sous la forme de pierres dressées  : on n’y connaît pas de véritable dolmen comme cela peut être le cas en Éthiopie, en Centrafrique ou en Algérie par exemple. Son aire de répartition correspond pour l’essentiel au bassin drainé par le réseau hydrographique affluent sur le flanc nord du fleuve Gambie  : selon l’inventaire effectué par V. Martin et C. Becker, repris par A. Gallay (Gallay et al. 1982) puis actualisé en 1984 (Martin et Becker 1984), cette zone comporte 16 900 monuments répartis sur 1987 sites avec un décompte de 28 931 monolithes. Les monolithes dressés sont de section cylindrique à trapézoïdale, et soigneusement façonnés. Ils ont été extraits de carrières à ciel ouvert, réalisées au détriment des affleurements de la cuirasse latéritique. Certains de ces monolithes portent un décor en forme de disque ou de bouton en relief, d’autres présentent une cupule sommitale. Ils peuvent être disposés isolément, alignés sur une ou plusieurs rangées, comme dressés sur la périphérie d’un seul ou de deux cercles concentriques. Les monolithes alignés ou dressés isolément, marquent souvent l’emplacement plus à l’ouest d’un monument circulaire adjacent : quelques-uns ont été façonnés avec deux branches verticales issues d’un même fût, pourvus ou non d’un tenon médian (pierres-lyre). Une documentation véritablement détaillée n’a été publiée à ce jour que pour neuf monuments mégalithiques, principalement étudiés par G. Thilmans, C. Descamps et B. Thayat (1980)  ; les fouilles réalisées ces dernières années par A. Holl et H. Bocoum (Bocoum 2000, Holl et Bocoum 2006) sur les sites de Sine Ngayene i et ii feront bientôt l’objet d’une monographie.

  • 2 Coordonnées GPS du site – 28 P / X – 433 215 / Y – 1 531 930.
  • 3 Sine Ngayene, Sine-Ngayene ou Sine-Ngayène, il s’agit du même site ; l’écriture du nom du site vari (...)

5La nécropole de Wanar2 se compose de 21 cercles mégalithiques  ; ils mesurent entre 3 et 5 m de diamètre, à l’exception du cercle double dont le diamètre extérieur est de 6 m. Cet ensemble mégalithique se caractérise par le nombre important de pierres-lyre parmi les frontales. L’une d’entre elles gît en cours de fabrication à une centaine de mètres au nord-ouest de la nécropole (fig. 2). La présence de deux faces d’extraction opposées intrigue : supposent-elles une exploitation de bancs profonds, et non du seul niveau superficiel de la cuirasse latéritique comme cela avait été mis en évidence dans les carrières fouillées à Sine-Ngayène3 (Thilmans, Descamps, Thayat 1980)  ? Au Sénégal, le seul monument disposant d’une pierre-lyre frontale qui ait été fouillé au cours des cinquante dernières années, est le cercle mégalithique n° 1 de la nécropole de Tiékène Boussoura  ; il est également l’un de ceux qui ont livré les dates radiocarbone parmi les plus anciennes du mégalithisme sénégambien, dans les premiers siècles précédant notre ère. En son centre, il comportait la sépulture individuelle d’un homme allongé sur le dos et bordé sur les longs côtés par deux rangées de quatre petits monolithes  ; certains de ces blocs, fichés à l’envers, pourraient correspondre à des remplois. Un tel dispositif est également unique à ce jour.

Figure 2 - Pierre-lyre en cours de fabrication, située à une centaine de mètres au nord-ouest de la nécropole et à proximité immédiate des affleurements de la cuirasse latéritique

Figure 2 - Pierre-lyre en cours de fabrication, située à une centaine de mètres au nord-ouest de la nécropole et à proximité immédiate des affleurements de la cuirasse latéritique

Cl. L. Laporte

  • 4 Mission d’expertise subventionnée par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, à Paris  (...)
  • 5 Projet de coopération scientifique entre la France et le Sénégal (2008-2011) subventionné par le Mi (...)

6Les travaux que nous avons entrepris ont porté sur trois monuments (n° i, xiv et xix) de la nécropole de Wanar  ; ils ont été réalisés à l’occasion de deux missions effectuées en 2005 (sondages4) et 2008 (première année de fouille5). La plupart des fouilles effectuées jusqu’à présent s’étaient surtout concentrées sur l’étude des dépôts funéraires, au centre du cercle de pierres dressées ou près des frontales. Au cours des fouilles de Ngayene ii, les décapages ont parfois porté sur plusieurs centaines de m², englobant plusieurs monuments à chaque fois. À Wanar, il nous a également paru intéressant de prendre en compte le fonctionnement de l’ensemble du dispositif architectural, comme de ses abords. Le choix de réaliser la mission de terrain à la fin de la saison des pluies, nous a de plus offert une lisibilité accrue des décapages fins horizontaux comme des coupes stratigraphiques. Au terme de cette première année de fouilles, nombre de résultats restent provisoires mais ils contribuent déjà à modifier sensiblement notre perception de cette forme de mégalithisme. Plusieurs éléments plaident par exemple dans le sens de plates-formes surélevées voire de cylindres pleins aujourd’hui largement érodés, dont les cercles de pierres dressées constituaient initialement tout ou partie de la façade.

7La présence de petits tumulus dont le sommet pointe au centre du cercle défini par les pierres dressées, reste souvent visible à l’œil nu : le relevé micro topographique effectué en 2008 par R. Bernard permet d’étendre cette observation à tous les monuments de la nécropole de Wanar (fig. 3). La disposition en éventail des pierres dressées comme leur mode de rupture par cisaillement, lorsqu’elles se sont effondrées sur le sol, suggèrent effectivement l’existence de pressions exercées sur chaque monolithe depuis l’intérieur du cercle vers l’extérieur. L’étalement des masses tumulaires à l’extérieur du cercle pourrait dès lors correspondre à un processus similaire.

Figure 3 - Plans de la nécropole de Wanar

Figure 3 - Plans de la nécropole de Wanar

Relevés topographiques et sortie graphique R. Bernard ; DAO L. Quesnel

8On peut ainsi proposer deux types de façades qui, ici, coïncident avec deux types de monuments dont les monolithes présentent des morphologies distinctes ; ceux de section ogivale présentent, en élévation, des proportions élancées et sont souvent disposés, en plan, de façon jointive (fig. 4)  ; ceux de section trapézoïdale présentent des proportions plus trapues et sont souvent disposés de façon disjointe (fig. 5). Dans ce dernier cas, entre chaque monolithe d’un même cercle, nous avons pu montrer la présence de petits parements intercalaires  ; ils sont constitués de blocs décimétriques de latérite, empilés les uns sur les autres. À Kodiam, un tel dispositif avait été dégagé sur environ 50 cm de hauteur, entre deux des monolithes du cercle 17. Si notre hypothèse de travail se vérifie, ces parements intercalaires pourraient avoir contribué au soutènement de la masse tumulaire accumulée au centre de chaque cercle de pierres dressées.

Figure 4 - Un monument de type a - Première passe de fouille sur le monument xix

Figure 4 - Un monument de type a - Première passe de fouille sur le monument xix

Relevé V. Dartois ; DAO F. Bertin et L. Laporte ; Cl. L. Laporte

Figure 5 - Monuments de type b

Figure 5 - Monuments de type b

A- Le monument xx (Cl. L. Laporte), B- Sondages effectués autour du monument xiv

Relevés L. Laporte et A. Kane, DAO L. Quesnel

9Ces deux types d’architectures avaient déjà été reconnus par G. Thilmans, C. Descamps et B. Khayat, à l’occasion de l’étude de la nécropole de Sine-Ngayène (1980). À Wanar, ils présentent une distribution spatiale nettement distincts  ; à une exception près, les premiers sont concentrés au sud de la nécropole, de part et d’autre d’un espace réservé de forme quadrangulaire et de 15 m de côté  ; les seconds sont tous situés au nord de la nécropole où ils se répartissent le long de deux axes sécants (fig. 3). Le terme de cercle double s’applique à un seul de ces monuments, situé à l’extrémité sud-ouest de la nécropole. Les fouilles ont montré que le cercle interne correspond à un monument similaire aux précédents. En revanche, les monolithes du cercle externe – disposés isolément et dont toutes les faces sont bouchardées – peuvent être assimilés à un péristalithe (fig. 6).

Figure 6 - Un cercle « double »

Figure 6 - Un cercle « double »

Le monument i en cours de fouilles (passe 2). Vue du nord-ouest.

Cl. L. Laporte

10Toujours à l’extérieur des monuments, plusieurs niveaux de sol ont également pu être dégagés  : ils sont marqués par le présence d’épandages de gravillons latéritiques, par quelques céramiques écrasées en place ou par des éléments d’architecture en terre, brûlés et démantelés. De tels éléments rubéfiés d’une architecture en terre (vestiges de la maison du mort  ?) ont également été rencontrés en grand nombre dans le remplissage supérieur de la zone interne au cercle xix : nous avons là de précieuses indications pour la recherche en prospection de sites d’habitat contemporains. Ces derniers sont encore assez peu connus dans toute l’aire sénégambienne. À quelques exceptions près, le mobilier recueilli est assez similaire à celui recueilli aux abords des monuments de la zone occidentale du mégalithisme sénégambien.

11Quant à l’étude anthropologique des niveaux funéraires, elle ne fait que commencer. À l’intérieur du cercle de pierres dressées et pour les niveaux supérieurs, nos propres observations vont plutôt dans le sens de dépôts qui affleurent au niveau du sol protohistorique ; une partie au moins des restes humains sont disposés dans une fosse, selon des modalités diverses qui pourraient fort bien se révéler complémentaires. En première approche, nous avons annoté dans ce sens (fig. 7) les diagrammes proposés par A. Gallay (2006) à partir d’une réinterprétation des données publiées par Thilmans, Descamps et Thayat (1980)  ; on constate qu’ils ne sont pas incompatibles avec les hypothèses de travail ici formulées quant à l’aspect initial de telles architectures. Cette dernière hypothèse méritera cependant d’être plus largement confirmée par les observations de terrain (pressions généralement exercées de l’intérieur vers l’extérieur sur les monolithes de chaque cercle, niveaux de sol dégagés, etc.).

Figure 7 - Quel niveau de sol protohistorique à chaque étape du fonctionnement architectural et funéraire des différents ensembles monumentaux de la nécropole  ?

Figure 7 - Quel niveau de sol protohistorique à chaque étape du fonctionnement architectural et funéraire des différents ensembles monumentaux de la nécropole  ?

D’après Gallay 2006, fig. 6 et 7 modifiées

12Ce programme de quatre ans sur le mégalithisme du Sénégal a ainsi la chance de bénéficier d’un riche débat théorique (Testard 2004, Gallay 2006, Holl et al. 2007) ; nous espérons qu’il pourra contribuer à en renouveler la documentation (et les discussions) au travers de cet exemple de la nécropole de Wanar, avec la prise en compte de l’histoire architecturale de chaque monument dans le fonctionnement funéraire de l’ensemble de la nécropole, dans toute leur variabilité.

13La campagne de fouilles 2008 aura du moins permis d’apporter quelques nouveaux arguments en faveur des deux points suivants : la présence de véritables niveaux de sol protohistoriques plus ou moins profondément enfouis, conservés de façon extensive à l’extérieur des monuments, d’une part ; la restitution en élévation d’un cylindre plein ou d’une plate-forme, aujourd’hui plus ou moins ruinée, plus ou moins ensevelie, dont les monolithes du cercle ont constitué, parfois pour partie, des éléments de la façade périphérique d’un état ancien du dispositif monumental, d’autre part.

Haut de page

Bibliographie

Asombang R. N. (2004) - Interpreting standing stones in Africa: a case study in north-west Cameroun, Antiquity, vol. 78, n° 300, p. 294-305.

Bocoum H. (2000) - L’âge du fer au Sénégal, Histoire et Archéologie, IFAN-Ch. A. Diop / CRIAA, 145 p.

Camps G., (1961) - Aux origines de la Berbérie, monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, Arts et métiers graphiques.

Gallay A., Gervaise P., Curdy P. (1982) - Mbolop Tobe (Sinthiou Kohel, Sénégal) contribution à la connaissance du Mégalithisme Sénégambien, A.S.A.G. 1982, 46 (2), p. 247-259

Gallay A. (2006) - Le mégalithisme sénégambien, une approche logiciste, in : Descamps C., Camara A. (dir.), Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain, Sépia, Saint-Maur-des-Fossés, p. 205-223.

Holl A., Bocoum H. (2006) - Variabilité des pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien  : le cas de Sine-Ngayène, in : Descamps C., Camara A. (dir.), Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain, Sépia, Saint-Maur-des-Fossés, p. 224-234.

Holl A.F.C., Bocoum H., Dueppen S., Gallagher D. (2007) - Switching mortuary codes and ritual programs: the Double-Monolith-Circle from Sine-Ngayene, Senegal. Journal of African Archaeology vol. 5 (1), p. 127-148.

Jouenne P. (1918) - Les monuments mégalithiques du Sénégal, B.C.E.H.S. AOF, p. 57-86.

Joussaume R. (dir.) (2007) - Tuto Fela et les stèles du sud de l’Éthiopie, Éditions Recherche sur les Civilisations, Paris, 271 p.

Joussaume R. (1974) - Le mégalithisme en Éthiopie, monuments funéraires protohistoriques du Harar, Addis-Abeba, Paris, 115 p., 136 fig.

Joussaume R. (2003) - Les charpentiers de la pierre, Maison des Roches, Paris, 126 p.

Martin V. et Becker C. (1974) - Répertoire des sites protohistoriques du Sénégal et de la Gambie, Kaolack, document ronéotypé, 93 p.

Millogo A. K. et Kote L. (2000) - Archéologie du Burkina Faso, in : Vernet (dir.), L’Archéologie en Afrique de l’Ouest, Sahara et Sahel, CRIAA (Nouackchott) et Sépia (Paris) éditeurs, p. 7-70.

Paris F. (1996) - Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l’islamisation, Paris, ORSTOM.

Person A., Dembele M., Raimbault M. (1991) - Les mégalithes de la zone lacustre, in : Raimbault (dir.), Recherches archéologiques au Mali. Les sites protohistoriques de la zone lacustre, Karthala éditions, Paris.

Testard A. (2004) - Les morts d’accompagnement, La servitude volontaire 1, Errance, Paris, 263 p.

Thilmans G., Descamps C., Khayat B. (1980) - Protohistoire du Sénégal. Recherches archéologiques, tome I : les sites mégalithiques Dakar, Mémoire de l’IFAN, 91, 158 p.

Todd J. L. and Wolbach G. B.(1911) - Stone circles in Gambia, Man, n° 96, p. 161-164.

Vernet R. (1993) - Préhistoire de la Mauritanie, Nouackchott, 425 p.

Haut de page

Notes

1 Les topographes et explorateurs ont parfois apporté des informations précieuses sur l’archéologie du pays. C’est, par exemple, le cas de la Mission DAT G., 1910 qui, dans la description de son itinéraire, révèle un remarquable cercle mégalithique et en donne l’appellation locale en langue Wolof « Dothie Yougnou Sempe » ce qui peut se traduire, sans ambiguïté, par « Pierres dressées » ; une illustration de l’universalité de la perception du phénomène mégalithique.

2 Coordonnées GPS du site – 28 P / X – 433 215 / Y – 1 531 930.

3 Sine Ngayene, Sine-Ngayene ou Sine-Ngayène, il s’agit du même site ; l’écriture du nom du site varie d’une publication à l’autre.

4 Mission d’expertise subventionnée par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, à Paris ; autorisation de fouille délivrée par le Ministère de la Culture du Sénégal à MM. H. Bocoum et L. Laporte ; organisation logistique : H. Bocoum et L. Laporte ; travaux réalisés sur le terrain par L. Laporte et A. Kane.

5 Projet de coopération scientifique entre la France et le Sénégal (2008-2011) subventionné par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, à Paris ; autorisation de fouille délivrée par le Ministère de la Culture du Sénégal à MM. H. Bocoum et L. Laporte ; organisation logistique : H. Bocoum et L. Laporte ; travaux réalisés sur le terrain par L. Laporte, M. Diop, R. Bernard, V. Dartois et A. Delvoye.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-1.png
Fichier image/png, 176k
Titre Figure 1 - Carte de situation de la nécropole mégalithique de Wanar, district de Nioro du Rip, Sénégal
Crédits DAO L. Quesnel
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 2 - Pierre-lyre en cours de fabrication, située à une centaine de mètres au nord-ouest de la nécropole et à proximité immédiate des affleurements de la cuirasse latéritique
Crédits Cl. L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 3 - Plans de la nécropole de Wanar
Crédits Relevés topographiques et sortie graphique R. Bernard ; DAO L. Quesnel
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 4 - Un monument de type a - Première passe de fouille sur le monument xix
Crédits Relevé V. Dartois ; DAO F. Bertin et L. Laporte ; Cl. L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5 - Monuments de type b
Légende A- Le monument xx (Cl. L. Laporte), B- Sondages effectués autour du monument xiv
Crédits Relevés L. Laporte et A. Kane, DAO L. Quesnel
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 6 - Un cercle « double »
Légende Le monument i en cours de fouilles (passe 2). Vue du nord-ouest.
Crédits Cl. L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Figure 7 - Quel niveau de sol protohistorique à chaque étape du fonctionnement architectural et funéraire des différents ensembles monumentaux de la nécropole  ?
Crédits D’après Gallay 2006, fig. 6 et 7 modifiées
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/827/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Laporte, Hamady Bocoum, Régis Bernard, Francis Bertin, Vincent Dartois, Adrien Delvoye, Malik Diop, Abdoulaye Kane et Laurent Quesnel, « Le site mégalithique de Wanar (Sénégal) », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 99-108.

Référence électronique

Luc Laporte, Hamady Bocoum, Régis Bernard, Francis Bertin, Vincent Dartois, Adrien Delvoye, Malik Diop, Abdoulaye Kane et Laurent Quesnel, « Le site mégalithique de Wanar (Sénégal) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://aaa.revues.org/827 ; DOI : 10.4000/aaa.827

Haut de page

Auteurs

Luc Laporte

Enseignant-chercheur
Laboratoire d’Anthropologie
UMR 6566 – CreAAH, CNRS, Rennes
Université de Rennes 1
CS 74205
35042 Rennes Cedex
luc.laporte@univ-rennes1.fr

Articles du même auteur dans la revue

Hamady Bocoum

IFAN, Directeur du Patrimoine au Ministère de la Culture du Sénégal, Dakar

Articles du même auteur dans la revue

Régis Bernard

Archéologue Topographe
INRAP, Poitiers

Articles du même auteur dans la revue

Francis Bertin

UMR 6566 – CreAAH, CNRS, Rennes

Articles du même auteur dans la revue

Vincent Dartois

Collaborateur UMR 6566

Articles du même auteur dans la revue

Adrien Delvoye

Étudiant (Université de Paris I)

Articles du même auteur dans la revue

Malik Diop

Étudiants (Université Cheik A. Diop de Dakar)

Abdoulaye Kane

Étudiants (Université Cheik A. Diop de Dakar)

Laurent Quesnel

UMR 6566 – CreAAH, CNRS, Rennes

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org