Navigation – Plan du site
Cahier « Mégalithisme d'Afrique »

Nouvelle stèle anthropomorphe à Amorigé dans le Soddo (Éthiopie)

Roger Joussaume
p. 93-98

Résumés

La partie supérieure d’une stèle anthropomorphe a été découverte à Amorigé dans le Soddo (Éthiopie). Sa base gisait en place à environ deux mètres. La dalle plate à tête cloisonnée devait à l’origine dépasser 3 m de hauteur. Son corps porte la triade symbolique avec le signe végétaliforme, deux disques à la place des seins, deux épées pointe en bas et deux zigzags verticaux. Elle appartient à la famille des stèles dites historiées, certaines masculines avec signe végétaliforme, d’autres féminines aux seins tombants. Plus au sud, dans la région de Butajira, F. Azaïs et R. Chambard ont dégagé devant deux stèles de ce style un grand coffre de pierre. Ces magnifiques stèles paraissent avoir été les marqueurs d’imposants tombeaux de personnages de haut rang et sont à dater des xii-xive siècles de notre ère.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

stèle, anthropomorphe

Keywords :

stelae, anthropomorphe

Index géographique :

Éthiopie/Ethiopia, Soddo, Amorigé
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon R.P. Azaïs et R. Chambard (1931, p. 173), dans le troisième gisement de Silté, une des deux p (...)

1En février 2008, au cours d’un voyage de préparation d’une campagne d’étude du site à stèles phalliques de Tutitti dans le Sidamo, une nouvelle stèle décorée nous a été signalée par M. Guetachaw, à Amorigé dans le Soddo (fig. 1). Il s’agit d’une grande dalle de pierre, probablement une rhyolite, d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur, de teinte grise et relativement tendre. Brisée à la base, elle mesure actuellement 2,60 m de longueur pour 1,60 m de large et fut découverte en position oblique, sur la tranche, dans la rive abrupte d’un ruisseau (fig. 2). Sa base est encore en place à près de deux mètres de là, plantée dans le sol. Il semble que la stèle cassée ait été poussée dans un trou aménagé non loin du bord de la rivière qui fut rebouché, cachant la dalle de pierre à la vue de la population pendant de longues années. Elle fut mise en évidence par l’action érosive du cours d’eau temporaire et une éraflure sur le côté droit du visage indique que quelqu’un a dû compléter son dégagement avec un outil métallique. On peut estimer que cette stèle mesurait au moins 3 m de longueur totale ce qui en fait une des plus grandes stèles de ce type connues à ce jour1 (fig. 3 et 4).

Figure 1 - Situation de la stèle d’Amorigé dans le Soddo (Éthiopie)

Figure 1 - Situation de la stèle d’Amorigé dans le Soddo (Éthiopie)

Cartographie R. Bernard

Figure 2 - Emplacement de la stèle d’Amorigé dans la rive d’un ruisseau temporaire

Figure 2 - Emplacement de la stèle d’Amorigé dans la rive d’un ruisseau temporaire

Cliché R. Joussaume

Figure 3 - Partie supérieure de la stèle d’Amorigé

Figure 3 - Partie supérieure de la stèle d’Amorigé

Cliché R. Joussaume

Figure 4 - Dessin de la stèle d’Amorigé

Figure 4 - Dessin de la stèle d’Amorigé

© R. Joussaume

2La dalle présente une silhouette anthropomorphe aux épaules redressées arrondies dont la tête ovalaire, longue de 60 cm, possède une face plane divisée en quatre parties par trois nervures verticales parallèles en relief (fig. 3). Partiellement érodée, elle ne laisse apparaître ni les yeux, ni les oreilles, ailleurs représentés par un petit cercle dans chaque compartiment de ce cloisonnement. Il s’agit donc d’une « stèle à visage cloisonné » de notre classification. Ce type de stèles, souvent appelées « stèles au masque » (Anfray 1982, Godet et Pierre 1993, Tournemire 2003) présente diverses formes qui se répartissent en quatre groupes entre Soddo et Silté.

3Le dos de la stèle est actuellement caché à la vue. Il peut supporter des gravures qui ne seront lisibles que lorsque la stèle aura été sortie de la fosse qui la contient dans la berge du ruisseau.

4La face antérieure présente un bandeau transversal d’une trentaine de centimètres de large situé à 1,35 m sous le menton et divisé en deux : une partie supérieure décorée de losanges juxtaposés et une partie inférieure gravée de triangles accolés. Aucune gravure n’occupe la base visible de la stèle au-dessous de ce bandeau. Sur la face plane au-dessus de cette « ceinture » se remarquent un collier soutenant un pendentif en forme de cœur, des triangles accrochés aux épaules de chaque côté de la tête, la « triade symbolique » composée du signe végétaliforme, des deux W versés à droite et à gauche et des deux disques à l’emplacement des seins du personnage, triade régulièrement associée à d’autres types de stèles comme celles aux épées à Tiya par exemple. Sous les W versés apparaissent deux zigzags verticaux en relief comme les autres signes. Des épaules, deux bras légèrement fléchis se terminent par les mains. Celle de droite est prolongée par une tige terminée par un disque alors que celle de gauche tient une sorte de bâton. De chaque côté, une épée à nervure médiane, longue d’environ 80 cm et pointe en bas, est représentée. Ces épées sont en tous points comparables à celles qui sont gravées sur les « stèles à épées », au nombre d’une quarantaine sur le site de Tiya (Joussaume et al. 1995).

5La stèle d’Amorigé appartient au groupe des « stèles historiées », dites aussi « à figuration composite » ou « stèles panoplies » selon les auteurs.

6Elles sont généralement formées d’une dalle plate aux épaules redressées et tête dégagée souvent absente ou endommagée. Ce groupe se subdivise en deux suivant que la stèle possède ou non la « triade symbolique » (signe végétaliforme, W et disques). À Amorigé, le visage de la stèle est cloisonné et la triade symbolique lui confère un caractère masculin (Godet et Pierre 1993). À Wacho Bale-Motabi (fig. 5 et 6), à quelques kilomètres au nord d’Amorigé, le visage est également cloisonné, mais les seins allongés et l’absence de triade symbolique indiquent une stèle féminine, la seule de ce type pour toute la région sauf si l’on prend en compte une stèle de Tiya faite d’une dalle plate aux épaules redressées cassées et tête absente, qui présente un bandeau arciforme joignant les épaules et des seins tombants, là aussi sans triade symbolique.

Figure 5 - Dessin de la stèle de Wacho Bale-Motabi

Figure 5 - Dessin de la stèle de Wacho Bale-Motabi

F. Anfray

Figure 6 - La stèle de Wacho Bale-Motabi avant son débitage par un engin mécanique

Figure 6 - La stèle de Wacho Bale-Motabi avant son débitage par un engin mécanique

Cliché F. Anfray

7La stèle de Wacho Bale-Motabi fut signalée pour la première fois par F. Anfray (1982, p. 192-193). Son décor, comme le contexte archéologique dans lequel elle se trouvait, méritent que l’on s’y attarde quelque peu, d’autant que le site a été saccagé et la stèle brisée en plusieurs morceaux au cours de travaux d’aménagement d’une voie de communication. Suivons F. Anfray :

« Au pays de Fulle, dans les collines à l’ouest de Tiya, près du hameau de Bale-Motabi, un groupe de monuments offre un intérêt particulier. Quatre stèles dont une très grande, un demi-cercle de quatorze cônes, une double rangée de pierres sur une trentaine de mètres entre les cônes et les stèles, distinguent ce site parmi les autres. »

8La stèle à face cloisonnée est une dalle plate de 22 cm d’épaisseur qui mesurait 2,20 m de hauteur, 1,18 m de largeur au niveau des épaules et 0,95 m à la base. La tête détachée du tronc fut trouvée sous la dalle renversée. Elle mesure 50 cm de long pour 33 cm de large. Elle est assez massive, plus large au sommet qu’à la base et présente trois bourrelets verticaux sur la face. Chaque compartiment ainsi déterminé est agrémenté d’un petit cercle dont on pense que les deux latéraux correspondent aux oreilles et les deux centraux aux yeux du personnage. Les épaules, probablement pointues ou légèrement arrondies à l’origine, sont cassées. Le bord supérieur et les deux bords latéraux de la dalle sont décorés de croisillons. À une autre bande croisillonnée dans la partie haute de la stèle s’accrochent deux seins pendants et deux bras fléchis, ornés de nombreux bracelets, qui se terminent par des mains aux doigts joints. Un autre bandeau aux croisillons plus serrés barre la base. Au-dessus, apparaissent quelques gravures en léger relief, où se distingent un équidé portant deux personnages guidé par un homme qui tient un emblème et des objets assez énigmatiques (peigne, sac, cupule centrale). La face arrière de cette dalle ne possède aucune décoration si l’on excepte un jeu de gebeta dont F. Anfray pense qu’il fut sculpté ultérieurement.

9En 1998, à l’occasion de la restauration que nous avons effectuée du site de Tiya (Poissonnier 2000), les restes de cette stèle cassée, ainsi que les deux fragments d’une stèle voisine, ont été ramenés dans l’enceinte du site de Tiya en vue d’une remise en état (fig. 7).

Figure 7 - Les restes de la stèle de Wacho Bale-Motabi ramenés en 1998 dans l’enceinte protectrice de Tiya, site classé au Patrimoine mondial

Figure 7 - Les restes de la stèle de Wacho Bale-Motabi ramenés en 1998 dans l’enceinte protectrice de Tiya, site classé au Patrimoine mondial

Cliché R. Joussaume

10Plus au sud, dans la région de Butajira, les stèles historiées masculines de Silté et de Meskan, en dehors de la triade symbolique, sont gravées de personnages parfois aux bras levés, de chevaux montés ou non, d’animaux plus ou moins déterminables, de lances, d’arcs, de mors ou étriers, de flacons, de sandales et parfois d’un jeu de gebeta qui, ici, appartient à la composition originelle. Un bandeau au décor géométrique partage la stèle en deux. Un pendentif apparaît sur plusieurs stèles alors que des triangles juxtaposés ornent les lignes des épaules de certaines d’entre elles. Le dos semble couvert d’une draperie décorée de triangles et de losanges et présente une excroissance trapézoïdale allongée d’où semblent sortir vers le bas des lignes parallèles d’interprétation bien difficile.

11Un air de famille se dégage de l’ensemble de cette dizaine de stèles assez largement réparties sur tout ce territoire au sud de Bui. Notons en effet que les deux stèles féminines de ce type à Wacho Bale-Motabi et Tiya se dressent au nord de Bui. Par ailleurs il faut souligner qu’aucune des stèles historiées (et à pendentifs) de la région de Meskan-Silté ne possède, quand il existe, de visage cloisonné. La stèle de ce type la plus au sud actuellement connue est celle d’Amorigé qui est encore dans le Soddo.

12La grande particularité de la stèle d’Amorigé tient à l’existence de ces deux épées pendantes de part et d’autre de la stèle. De plus, ces épées avec nervure centrale et poignée courte, sont tout à fait comparables à celles des stèles à épées de Tiya. Elles sont aussi à comparer à celles de Oddo-Tibo. Dans ce dernier site, deux stèles représentent des épées soutenues par un orant à visage cloisonné et triade symbolique dont les disques sont situés à la place des seins, alors que sur une troisième deux épées sont situées dans le prolongement des bras comme à Amorigé. Malheureusement cette stèle est cassée et ne laisse rien deviner de ce qui occupait la partie supérieure au-dessus des disques (un visage cloisonné ?). Ainsi le lien s’établit entre la stèle historiée d’Amorigé et les stèles à épées du Soddo, ce qui implique une certaine contemporanéité de ces deux types de stèles. Or nous savons que les stèles de Tiya, comme celles de Gatira-Dema, sont datées du xii-xive siècles de notre ère, précédant de peu la christianisation de cette région.

13Nos connaissances sont faibles concernant le rôle de ces stèles historiées, généralement considérées comme funéraires par différents auteurs. Seuls Azaïs et Chambard ont effectué la fouille de deux stèles de la région de Silté, actuellement à l’Institut des Études Éthiopiennes de l’université d’Addis-Abeba (Anfray 1980), alors qu’une grande excavation a récemment été pratiquée à l’emplacement de la stèle de Tité dans cette même région. Dans le trou béant apparaissaient encore lors de notre passage quelques fragments osseux humains, des tessons de poteries et des obsidiennes qui n’ont pas intéressé les pilleurs.

14La première stèle étudiée par Azaïs et Chambard (1931, p. 174-176) fut fouillée jusqu’à trois mètres de profondeur. Devant la pierre dressée, cinq jours de travail par une dizaine d’ouvriers ont mis en évidence un caveau démantelé au fond dallé, limité latéralement par de grosses dalles de pierre et recouvert par cinq grosses dalles arrondies juxtaposées de 1,40 m de large chacune. Selon les auteurs, cette tombe aurait été pillée et bouleversée. Un même désordre régnait aux pieds de la seconde qui ne livra que quelques tessons de poteries alors qu’un quart de vase en pierre fut trouvé auprès de la première. Ce rapport indique que les tombes, ici, sont situées devant les pierres dressées. Il se pourrait que ce soit la même chose à Amorigé où aucune tombe n’est visible dans le flanc de la berge du ruisseau temporaire. On peut alors penser que la tombe, si elle existe, se trouverait devant, au nord de la stèle debout. Une fouille serait donc du plus grand intérêt pour tenter de comprendre à qui une telle tombe était dévolue. Compte tenu de leur faible nombre sur le territoire et de la qualité de leur élaboration ou du contexte archéologique où elles se trouvent (Wacho Bale-Motabi), nous pouvons imaginer que ces grandes stèles s’adressaient à des personnages de haut rang et laissent ainsi entrevoir une certaine hiérarchisation de la société locale à cette époque.

Haut de page

Bibliographie

Anfray F. (1980) - Quatre monuments du Choa, Soddo, Meskan et Silté, à l’Institut des Études Éthiopiennes de l’université d’Addis-Abeba, Journal of Ethiopian Studies, vol. XIV (1976-79), p. 27- 41 et 14 fig.

Anfray F. (1982) - Les stèles du Sud, Shoa et Sidamo, Annales d’Éthiopie, tome douzième, 221 p. et 100 planches.

Azais R. P. et Chambard R. (1931) - Cinq années de Recherches Archéologiques en Éthiopie. Province du Harar et Éthiopie méridionale. Librairie Orientaliste Paul Geuthner, Paris, 2 volumes.

Godet E. et Pierre I (1993) - Les stèles sculptées du Soddo (Éthiopie). Recherches sur leur symbolisme, Hommages à Jean Leclant, BdE 106/2, p. 151-168.

Joussaume R. dir. (1995) - Tiya. L’Éthiopie des mégalithes. Du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique, Éditions Chauvinoises, 383 p.

Joussaume R. dir. (2007) - Tuto Fela et les stèles du sud de l’Éthiopie. Éditions Recherche sur les Civilisations, 270 p.

Poissonnier B. (2000) - Restauration des sites à stèles décorées de Tuto Fela et de Tiya (Éthiopie), Annales d’Éthiopie, Vol. XVI, p. 25-34.

Tournemire C. (2003) - Découverte de stèles monolithiques dans le Guragé. Annales d’Éthiopie, vol. XIX, p.  83-117.

Haut de page

Notes

1 Selon R.P. Azaïs et R. Chambard (1931, p. 173), dans le troisième gisement de Silté, une des deux pierres atteignait 3,10 m de long pour 1,10 m de large.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation de la stèle d’Amorigé dans le Soddo (Éthiopie)
Crédits Cartographie R. Bernard
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/821/img-1.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 2 - Emplacement de la stèle d’Amorigé dans la rive d’un ruisseau temporaire
Crédits Cliché R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 3 - Partie supérieure de la stèle d’Amorigé
Crédits Cliché R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/821/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 4 - Dessin de la stèle d’Amorigé
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/821/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 5 - Dessin de la stèle de Wacho Bale-Motabi
Crédits F. Anfray
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/821/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 6 - La stèle de Wacho Bale-Motabi avant son débitage par un engin mécanique
Crédits Cliché F. Anfray
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/821/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 7 - Les restes de la stèle de Wacho Bale-Motabi ramenés en 1998 dans l’enceinte protectrice de Tiya, site classé au Patrimoine mondial
Crédits Cliché R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/821/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Joussaume, « Nouvelle stèle anthropomorphe à Amorigé dans le Soddo (Éthiopie) », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 93-98.

Référence électronique

Roger Joussaume, « Nouvelle stèle anthropomorphe à Amorigé dans le Soddo (Éthiopie) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/821 ; DOI : 10.4000/aaa.821

Haut de page

Auteur

Roger Joussaume

Directeur de recherche émérite au CNRS
UMR 7041 – ArScAn
Équipe « Afrique »
21 allée de l’Université
F-92023 - Nanterre Cedex
France
joussaume.r@wanadoo.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org