Navigation – Plan du site
Notes

Sites de pêche dans la région du Lac Faguibine à la transition Néolithique-Protohistoire

Hélène Jousse, Alain Person, Anestel Finck, Chloé Albaret, Kléna Sanogo et Michel Raimbault
p. 119-128

Résumés

Le lac Faguibine est lié au complexe hydrologique du Delta intérieur du Niger au Mali. Un ancien défluent du lac, connu sous le nom de « canal de Sonni Ali », se prolonge vers l'ouest. Sur les dunes de sa rive nord, il y a de nombreux sites néolithiques tardifs et protohistoriques. La région a été densément occupée au moment où les crues du Niger alimentaient régulièrement le lac. La céramique abondante montre des affinités avec les faciès culturels néolithiques du Mema au Mali. Les poissons dominent les restes fauniques et caractérisent les sites de pêche périodiques, bien que les activités de chasse et d’élevage soient également attestées.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Mali
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mission « Néma » est menée annuellement depuis 2001 en Mauritanie sud-orientale. Parmi ses objectifs figure l’identification de marqueurs culturels pour les différents faciès néolithiques reconnus. Cette région a également été choisie pour mettre en évidence les relations possibles entre acquisition d’innovations techniques et sociales et changements environnementaux.

2Notre étude vise à identifier des réponses socio-culturelles à une péjoration climatique. Les traces des Néolithiques de la région de Néma (Person et al. 2004, 2006  ; Person et Jousse 2005) montrent de fortes affinités typologiques d’une part avec les sites des Dhar Tichitt et Oualata au nord-ouest (Amblard-Pison 2006) et, d’autre part, avec les ensembles culturels du Méma au Mali (Raimbault et Sanogo 1991 ; MacDonald 1994 ; Gallin 2007). Dans le but de contribuer à la cartographie de ces similitudes et d’identifier les contacts entre ces différentes cultures, la mission réalisée en février-mars 2003 a étendu le champ géographique de ses prospections à la région nord-ouest du Delta intérieur du Niger  : le lac Faguibine et les Daounas.

3Faguibine est une vaste dépression située au nord-ouest du bassin subsident du Delta intérieur du Niger bordée au nord par un accident tectonique majeur rectiligne. Alimenté par les crues du fleuve, ce lac est aujourd’hui presque totalement asséché. Sur l’ancienne île Fondogoro, un abri présente des peintures rupestres, à proximité d’une zone de pêche protohistorique (DA08, Raimbault et al. 2006). Les méandres du défluent situé à l’extrémité ouest de la dépression lacustre constituent le Canal de Sonni Ali en référence éponyme au souverain de l’empire Songhay, Sonni Ali Ber (1464-1492). Les Tariks rapportent qu’il avait pour projet d’y aménager un cours d’eau navigable jusqu’à Oualata afin de pouvoir intervenir rapidement à la frontière ouest de l’empire. Cette vallée asséchée traverse un massif dunaire de sables orange vif qui recouvrent des sables blancs fins plus anciens, occupés à l’époque protohistorique.

Description des sites

4Quatre sites principaux ont fait l’objet d’un échantillonnage raisonné visant à identifier les faciès culturels représentés. Les ensembles DA02 et DA05 occupent les sables blancs interdunaires en bordure de l’ancien cours d’eau. Au rythme des déplacements de l’erg vif orange, des fenêtres de sables blancs d’environ une cinquantaine de mètres de diamètre laissent apparaître des restes anthropiques. Les sites DA03 et DA04 sont, quant à eux, localisés plus haut, sur les dunes orange de Tebardiant.

Figure 1 - Localisation des sites du Canal de Sonni Ali (Lac Faguibine) au Mali et agencement des sites sur sable blanc dans les niveaux interdunaires de l’erg récent

Figure 1 - Localisation des sites du Canal de Sonni Ali (Lac Faguibine) au Mali et agencement des sites sur sable blanc dans les niveaux interdunaires de l’erg récent

© H. Jousse, A. Person

  • Sur DA02, l’industrie lithique est représentée par quelques segments à dos abattu, des perçoirs, des grattoirs, des armatures, des pierres rainurées, des fragments de meules et molettes. Elle est associée à des tessons de céramiques néolithiques et protohistoriques reposant sur les sables blancs. Poissons, crocodiles, antilopes et bœuf sont identifiés d’après les restes osseux épars sur les sites, auxquels s’ajoutent des coquilles nacrées d’Unionidés. Les quelques ossements humains à l’affleurement ne permettent pas de restituer leur contexte funéraire. Un fragment de coquille d’œuf d’autruche de 30 x 23 mm montre une trace d’outil au niveau d’une échancrure (fig. 2 - 1). Il peut s’agir d’un élément de parure dont la cassure accidentelle a dû interrompre la fabrication.

Figure 2 - 1 : coquille d’œuf d’autruche en cours d’aménagement (DA02), 2 : perle en coquille d’œuf d’autruche (DA02), 3 : perle en cours de fabrication (DA05) ; 4 : perle en amazonite (DA05) (échelle  : 1 cm)

Figure 2 - 1 : coquille d’œuf d’autruche en cours d’aménagement (DA02), 2 : perle en coquille d’œuf d’autruche (DA02), 3 : perle en cours de fabrication (DA05) ; 4 : perle en amazonite (DA05) (échelle  : 1 cm)

© H. Jousse, A. Person

  • DA05 semble avoir été occupé sur une assez longue durée puisqu’on y trouve, également sur les sables blancs, de la céramique de type néolithique, des tessons en terre cuite engobée et un fragment de pipe, ustensile dont l’utilisation est attestée dans la région de Tombouctou de la fin du xvie siècle jusqu’à « une période très récente » (Daget et Ligers 1962). L’industrie lithique comprend matériel de broyage et herminettes en pierre. Quelques scories de fayalite indiquent une activité de production métallurgique du fer, et on retrouve plusieurs tiges et plaques de ce métal sur le site (fig. 3). Les restes de deux squelettes humains SK23 et SK24 ont été mis au jour par l’érosion éolienne. La faune est similaire à celle de DA02. Pour la parure, on note la présence d’une perle en amazonite (fig. 2 -4). Un fragment de coquille d’œuf d’autruche perforée (fig. 2 - 2) indique le travail de ces coquilles pour la fabrication de perles plates.

Figure 3 - Objets métalliques des sites DA03, DA04 et DA05 : pointes, plaques et anneaux

Figure 3 - Objets métalliques des sites DA03, DA04 et DA05 : pointes, plaques et anneaux

© H. Jousse, A. Person

  • Les vestiges archéologiques de DA03, prospectés par Michel Raimbault et Kléna Sanogo (1991), affleurent en épandage sur le flanc est de la dune de sable orange sur environ 12 000 m2. Les ossements de faune sont abondants (crocodile, poissons, bœuf, caprinés, et bubale). La céramique engobée et peinte est associée à des objets métalliques (plaques et tiges, fig. 3).

  • DA04 est distant d’environ une centaine de mètres du site précédent, localisé au sommet de la dune orange. Il comporte un ensemble de céramiques, de scories, peut-être des fragments de minerai – nécessairement importé – et de tiges de fer corrodées. Des pillages récents ont laissé une concentration remarquable de gros tessons de céramique engobée protohistorique. On y rencontre également des perles en quartz cylindriques et un fin fragment de verre.

La céramique des sites DA02 et DA05

5Le matériel céramique (Finck, 2001) est présent sous forme de tessons épars en surface. La grande majorité des bords appartiennent à des formes évasées de grand diamètre (de 30 à 60 cm). Les lèvres sont de forme variable  : arrondies, aplaties, ou en léger biseau extérieur (fig. 4).

Figure 4 - Types de bords des céramiques provenant de DA02 et DA05

Figure 4 - Types de bords des céramiques provenant de DA02 et DA05

© A. Finck

6Sur le plan décoratif, il existe au moins deux façons distinctes de traiter les surfaces. Le traitement le plus courant consiste en l’application, immédiatement sous la lèvre sur la paroi externe, d’un motif uniforme exécuté par l’impression roulée d’une cordelette (fig. 5 -1 à 5). Sur la paroi intérieure, le bord est mis en valeur par un bandeau de motifs divers agencés en registres superposés. Impressions simples juxtaposées au peigne, impression pivotante au peigne, incisions, impressions juxtaposées d’une tige creuse, sont les techniques et les outils principalement employés. De façon récurrente, une ligne incisée brisée limite la partie inférieure de ce bandeau (fig. 5 - 1). Ce système décoratif concerne les récipients aux diamètres les plus larges, évasés et aux lèvres aplaties ou en léger biseau. Ce type de récipient rappelle un type de céramique retrouvé en surface sur le site de Kolima (Gallin 2007, p. 335-342).

Figure 5 - Céramique néolithique de DA02 et DA05 (5) avec types de décors variés et exemple de décor externe et interne (1), formes de col (3-4-5-6), double décor (7), forme d’érosion (8), et pâte à dégraissant minéral grossier (9)

Figure 5 - Céramique néolithique de DA02 et DA05 (5) avec types de décors variés et exemple de décor externe et interne (1), formes de col (3-4-5-6), double décor (7), forme d’érosion (8), et pâte à dégraissant minéral grossier (9)

© A. Finck

7Le second traitement décoratif, moins habituel, s’applique à des récipients au diamètre plus restreint et dont la lèvre est plutôt arrondie. Le décor n’affecte que la paroi extérieure  : il est construit à partir d’un agencement de lignes semi-circulaires juxtaposées, exécutées au peigne ou à la cordelette, formant une frise de demi-disques bordant la lèvre. Certains tessons montrent une fabrication particulière, complexe, de la paroi externe  : l’érosion de la couche extérieure laisse apparaître un premier décor, « caché » sous la surface décorée visible (fig. 5 - 7). Cette double impression avait déjà été remarquée sur l’un des faciès céramique du site de Kobadi (Raimbault 1994 ; Raimbault et Commelin 2001-02 ; Gallin 2007, p. 114-117).

8Les pâtes de ces céramiques sont fines, à dégraissant minéral (inclusions de quartz, fig. 5 -8 à 9). Elles contiennent des spicules d’éponges d’eau douce en quantité variable, rappelant, là encore, la matière première des céramiques de Kobadi (Gallin 2007, p. 351). On observe fréquemment des formes d’érosion particulières  : des évidements de pâte à l’intérieur des parois (fig. 5 -8), ainsi que des fractures suivant le joint de colombin. Ces évidements peuvent être le résultat d’une mauvaise cuisson, le cœur des parois, insuffisamment cuit, s’érodant en premier.

9L’ensemble de ce matériel céramique est caractéristique du Néolithique final. Cependant des éléments plus récents sont à noter, et de façon plus prononcée sur DA05.

Tableau 1 - Liste faunique des vertébrés présents dans les sites du Canal de Sonni Ali

DA02

DA05

DA03

Pisces

Bagrus sp.

3

. 

.

Auchenoglanis occidentalis

 .

. 

9

Synodontis sp.

 .

. 

1

Clarias sp.

2

2

.

Silurifornes

13

2

12

Lates niloticus

4

. 

15

Tilapia sp.

9

. 

12

Reptilia

Crocodilus niloticus

5

. 

4

Aves

Struthio camelus (coquilles)

8

6

4

Mammalia

Carnivora

. 

. 

1

Redunca redunca

. 

. 

5

Hippotragus equinus

. 

1

.

Alcelaphus buselaphus

. 

. 

3

Gazella dorcas

1

7

3

Gazella sp.

. 

1

2

Bos taurus

1

1

6

Camelus dromedarius

. 

. 

5

Caprini

. 

7

1

Capra hircus

. 

. 

1

Bovidae indét.

5

13

7

indet

x

x

x

Activités de subsistance

10Les restes osseux et les coquilles de mollusques prélevés sur le site du Canal de Sonni Ali gisaient en surface avec les divers éléments de la culture matérielle mentionnés. Les espèces animales présentes sur les sites DA02, DA05 et DA03 figurent dans le tableau 2 et la figure 7. Notons que cet échantillonnage de surface donne une indication sur les ressources exploitées par les occupants de la vallée, mais ne reflète pas leurs proportions réelles et donc l’importance relative des différentes activités économiques.

Tableau 2 - Âges radiocarbones des sites du Canal de Sonni Ali obtenus à partir d’ossements et de dents de faune

site

nature

d13C‰

mg C

N° labo

Âge AMS BP

cal BC/AD

DA05

Bioapatite os

faune

-7,5

1,35

Pa 657

1576±34

AD 410-560

DA05

émail

faune

0,53

1,35

Pa 659

1228±34

AD 680-890

DA03

os brûlé, collagène

faune

-11,5

2,15

Pa 654

1180±34

AD 720-970

DA03

os brûlés

(Raimbault & Sanogo, 1991)

950+-100

AD 890-1270

DA03

émail

faune

0,77

1

Pa 655

957±33

AD 1010-1160

Calibration : Bronk Ramsey C. (2005)

Figure 6 - Cheville osseuse de Gazella dorcas, DA05 (échelle  : 1 cm)

Figure 6 - Cheville osseuse de Gazella dorcas, DA05 (échelle  : 1 cm)

© H. Jousse, A. Person

Figure 7 - Exemples de restes osseux de poissons prélevés sur le site de Tebardiant (DA03) et dessins des principales espèces de poissons d’eaux douces présentes

Figure 7 - Exemples de restes osseux de poissons prélevés sur le site de Tebardiant (DA03) et dessins des principales espèces de poissons d’eaux douces présentes

1. Éléments du toit crânien de Siluriformes, 2. Auchenoglanis occidentalis  : épines pectorales, 3. Tilapia sp.  : épines dorsales, épine pectorale et vertèbre, 4. Lates niloticus  : cératohyal, préoperculaire, épine dorsale, et vertèbre. (Notez le degré de combustion variable)

© H. Jousse, A. Person

11Sur DA02, les poissons sont représentés par des Siluriformes  : Bagrus sp., dont les vertèbres et le fragment d’appareil de Weber sont noircis par la combustion ainsi que Clarias sp., et deux Perciformes : le Cichlidae Tilapia et le capitaine Lates niloticus.

12Les crocodiles sont présents par quelques rares fragments de plaques dermiques, et les autruches par des fragments de coquilles d’œuf. Seuls la gazelle dorcas et le bœuf sont reconnus parmi les espèces de mammifères, à l’exception d’un petit rongeur indéterminé. Les ossements sont intensément fracturés et souvent calcinés. Ajoutons la présence de coquilles de mollusques d’eau douce de la famille des Unionidés.

13Sur le site DA05, les restes animaux montrent un meilleur état de conservation. Les poissons y sont plus rares, avec un ou deux poissons-chats dont Clarias sp. Quelques fragments de coquilles d’œuf signalent la présence de l’autruche. La grande faune de mammifères sauvages compte deux espèces  : Hippotragus equinus et Gazella dorcas, attestée notamment par une cheville osseuse de corne (fig. 6). Caprinés et bovins constituent le cheptel domestique. La présence d’Unionidés est encore à mentionner.

14À Tebardiant (DA03), la faune est abondante, mais très érodée : les esquilles sont minuscules, et la plupart sont brûlées ou calcinées (fig. 7). Parmi les poissons, mieux conservés, on trouve notamment des silures : Synodontis sp., Clarias/Heterobranchus et Auchenoglanis occidentalis, et deux Perciformes Tilapia sp. et Lates niloticus. Parmi les Clariidae, le genre Clarias est identifié d’après la morphologie de l’articulation de l’épine pectorale (Gayet et Van Neer 1990). Crocodiles et autruches sont toujours présents par de rares restes fragmentés. Les mammifères sont bien diversifiés puisqu’on enregistre chez les antilopes sauvages Redunca redunca, Alcelaphus buselaphus, Gazella dorcas ainsi qu’une autre gazelle. Les restes d’animaux domestiques correspondent à trois taxons au moins  ; bœuf et dromadaire dominant l’assemblage. Parmi les caprinés, une première phalange permet de reconnaître la chèvre.

15La position des sites en bordure où à proximité du Canal de Sonni Ali et des éventuels points d’eau associés est évidemment propice au développement des activités de pêche. La consommation des poissons est attestée par la présence d’ossements brûlés. Aucun outil ou objet suggérant une technique de pêche particulière n’a été trouvé ; l’état de corrosion des nombreuses pointes métalliques rendant difficile l’identification de leur fonction. Au moins quatre espèces sauvages étaient chassées, et bœuf, chèvre et dromadaire correspondent aux activités pastorales. La présence du dromadaire à Tebardiant (DA03) est cohérente avec l’âge de son introduction en Afrique de l’Ouest, qui se confirme autour du viiie siècle ad (MacDonald & MacDonald 2000).

16Les sites présentent des ensembles fauniques similaires, cependant l’échantillonnage reste qualitatif et ne permet donc pas d’estimer précisément l’équilibre des ressources alimentaires.

Chronologie

17Une publication antérieure (Raimbault et Sanogo, 1991) a proposé un premier âge radiocarbone de 950 ± 100 BP à partir d’ossements animaux calcinés de DA03 (Tebardiant). Quatre échantillons supplémentaires provenant de DA03 et DA05 complètent le cadre chronologique de ces occupations (tabl. 2). Elles s’échelonnent sur huit siècles, entre 400 et 1200 AD, en cohérence avec les objets archéologiques typiques des diverses phases protohistoriques puis historiques (incluant la céramique engobée (fig. 8) mais excluant le fragment de pipe). Il semble que le site DA05, pour lequel deux datations sont disponibles (PA 657  : AD 410-560 et PA 659  : AD 680-890) soit plus ancien que DA03 (PA 654  : AD 720-970 et PA 655  : AD 1010-1160), ce qui est compatible avec leur position environnementale respective – DA05 sur sables blancs et DA03 sur dune orange. Les sables blancs étant sous-jacents aux dunes orange, DA04 (pour lequel nous n’avons pas de mesure radiochronologique), qui repose également sur des dunes orange et présente notamment des vestiges métallurgiques, devrait s’inscrire dans les mêmes périodes chronologiques que DA03. De même, DA02, caractérisé par la présence de céramiques du Néolithique final conservées sur des sables blancs, pourrait s’apparenter chronologiquement à DA05.

Figure 8 - Céramique engobée protohistorique » du site DA03

Figure 8 - Céramique engobée protohistorique » du site DA03

© H. Jousse, A. Person

Paléoenvironnement

18La faune présente contribue à la détermination de l’environnement de la vallée durant son occupation humaine. Les espèces de poissons rencontrées sont peu diversifiées  : seuls six taxons appartiennent à deux ordres  : Siluriformes (poissons-chats) et les Perciformes (Tilapia et Lates niloticus). Les Clarias vivent en eaux calmes et supportent des eaux faiblement oxygénées. Capables de pratiquer une respiration aérienne, ils peuvent se déplacer de mare en mare et rester en vie quelques semaines en dehors de l’eau, et même passer la saison sèche enfouis dans une boue humide (Daget 1954 ; Paugy et al. 2003). Les trois espèces de Bagrus connues dans la région sont présentes aujourd’hui dans le Delta intérieur du Niger, notamment dans les lits mineurs de la plaine d’inondation. On rencontre communément l’autre Bagridae, Auchenoglanis occidentalis dans tous les fleuves ouest africains. Au Mali, on le trouve dans le Bani, le Delta intérieur et dans les marigots de la plaine d’inondation. Au moins quinze espèces actuelles de Synodontis sont connues dans le Niger, en particulier dans son delta intérieur. L’unique reste présent ici n’autorise pas d’analyse plus approfondie de ce genre.

19Les tilapias colonisent tous les types d’eaux courantes à stagnantes  : à fond rocheux, sableux, vaseux. Avec le Lates, ils sont communs dans tous les cours d’eau d’Afrique de l’ouest. Lates niloticus est beaucoup moins tolérant aux eaux peu oxygénées et vit essentiellement dans des eaux profondes. Les adultes quittent rapidement la zone alluviale après la ponte pour rejoindre le lit mineur. La plupart des restes de Lates appartiennent à des spécimens de taille modeste. Cependant, un fragment de corps vertébral montre une largeur de 32 mm pour une hauteur de 30.5 mm, correspondant à un individu d’un mètre environ (Van Neer 1989). Un fragment de ptérygophore provenant du même site est également de grande taille. Leur présence est tout à fait cohérente avec un régime d’eau courante dans le Canal de Sonni Ali, et les grands Lates de DA02 montrent l’importance du développement local de ce cours d’eau.

20Les poissons indiquent donc que le canal était inondé au moins de façon saisonnière, avec un volume d’eau assez important pour permettre aux espèces intolérantes à la désoxygénation tels que les Bagridae ou Lates d’atteindre un secteur aussi distal de la plaine d’inondation par rapport au lit principal du Niger. Les Unionidés découverts sur les sites appuient en ce sens. Ce sont des mollusques d’eau douce qui ne supportent pas d’exondation saisonnière (Rosso 1983). Aux périodes sèches de l’année, les seuls poissons pouvant demeurer dans les marigots sont les Clarias et Tilapia.

21Les mammifères indiquent un environnement de type savane ouverte traversée par le cours d’eau. Le redunca est typique des plaines inondées, alors que bubale, hippotrague et gazelles tolèrent des paysages plus secs.

Discussion et conclusion

22Ces sites illustrent la notion de contrainte environnementale sur les comportements alimentaires. À des époques récentes, alors que le climat global devient peu à peu aride, les ressources restent bien diversifiées dans la région grâce à la présence d’un cours d’eau, jouant le rôle d’une zone refuge. Cette activité de pêche se retrouve sur les sites contemporains à proximité du Niger avec une intensité variable, comme à Djenné (Van Neer 1995), Gao Saney (MacDonald et MacDonald 1996), Dia Shoma (Bedaux et al. 2001), ou dans le Méma tels que Tongo Maaré Diabel (MacDonald 1994), Akumbu (Togola 1993), Tiabel Goudiodié et Kolima Sud (MacDonald et Van Neer 1994). Cependant, les assemblages fauniques du Canal de Sonni Ali comportent une ichthyofaune peu diversifiée, avec des tailles de poissons plutôt réduites, typiques d‘environnements distaux par rapport au lit principal du fleuve (Quensière et al. 1994). Il est donc possible que cette occupation soit saisonnière, au moment où le cours d’eau était inondé. Il s’agirait alors de camps de pêche où les hommes venaient aussi exploiter la faune attirée par l’eau : les crocodiles et les antilopes. Selon l’époque, les populations humaines étaient accompagnées de troupeaux de bœufs, de caprinés ou de dromadaires. L’hypothèse de camps spécialisés et saisonniers est confortée par le peu d’organisation spatiale des sites, où aucune structure construite ne marque l’habitat et où la spatialisation des vestiges ne peut mettre en évidence une activité domestique organisée.

23La faune recueillie dans les sites du Canal de Sonni Ali apporte des données supplémentaires quant à la perception des modes de subsistance des populations du Néolithique tardif et de la Protohistoire dans la région. Les résultats indiquent une exploitation diversifiée des ressources alimentaires, dans une zone fonctionnant comme un refuge fortement contraint par le contexte d’assèchement climatique progressif. L’industrie céramique indique des relations avec les faciès contemporains du Delta intérieur du Niger. La production métallurgique est représentée par de nombreux objets en métal.

24L’occupation de la vallée est probablement plus dense que ne laissent supposer ces quelques sites. Dans l’avenir, le déplacement progressif de l’erg orange laissera vraisemblablement affleurer de nouvelles zones d’occupation qui complèteront cette ébauche de cartographie historique.

L’étude des poissons de ces sites a été financée par une bourse post-doctorale de la Fondation Fyssen, Paris, attribuée à H.J., qui tient à remercier Joris Peters et l’équipe de l’Institut de Paléoanatomie de la Ludwig-Maximilians-Universität München pour leur accueil. La mission « Néma » est une collaboration entre l’Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique et les universités Panthéon-Sorbonne (Paris I) et Pierre et Marie Curie (Paris VI). Elle est aussi financée par la Commission des fouilles du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes et le CNRS (UMR 7041 ArScAn).

Haut de page

Bibliographie

Amblard-Pison S. (2006) - Communautés villageoises néolithiques des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie), BAR International Series 1546, Oxford.

Bedaux R., MacDonald K.C., Person A., Polet J., Sanogo K., Schmidt A. and Sidibé S. (2001) - The Dia archaeological project: rescuing cultural heritage in the Inland Niger Delta (Mali), Antiquity, p. 837-848.

Bronk Ramsey C. (2005) - OxCal progam v3.10. Online: http://www.rlaha.ox.ac.uk/O/oxcal.php

Daget J. (1954). Les poissons du Niger supérieur, Mémoires de l‘IFAN, 36, Dakar, 391 p.

Daget J. et Ligers Z. (1962) - Une ancienne industrie malienne  : les pipes en terre cuite, Bull. IFAN, B, 24, p. 14.

Finck A. (2001) - La céramique néolithique de Néma au Méma, étude d’échantillons de prospection au Sud-Est de la Mauritanie et au Nord-Ouest du Mali. Mémoire de Maîtrise d’Archéologie Africaine, Université Paris I, 167 p.

Gallin A. (2007) - Les styles céramiques de Kobadi (Néolithique récent, Sahel malien) - Analyse comparative et implications chrono-culturelles. Thèse de doctorat de l’Université d’Aix-en- Provence, Aix-en Provence, 440 p.

Gayet M. et Van Neer W. (1990) - Caractères diagnostics des épines de quelques silures africains, Journal of African Zoology, p. 241-252.

MacDonald K. C. (1994) - Socio-economic diversity and the origins of cultural complexity along the Middle Niger (2000BC to AD300). Unpublished Ph.D. thesis, University of Cambridge, Cambridge.

MacDonald R.H. and MacDonald K.C. (1996) - A Preliminary report on the faunal remains recovered from Gao Ancien and Gao Saney (1993 Season), in: Islam, Archaeology and History, Gao Region (Mali) ca AD 900 - 1250, T. Insoll, Editor. BAR International series: Cambridge. p. 124-126.

MacDonald K. C. and MacDonald R. H. (2000) - The origins and development of domesticated animals in arid West Africa, in: The origins and development of African livestock. Archaeology, genetics, linguistics and ethnography. R. Blench and K. MacDonald (Ed.), London, UCL Press: 127-162.

MacDonald K. C. and Van Neer W. (1994) - Specialised fishing peoples in the Later Holocene of the Méma (Mali). Proceedings of the 7th meeting of the ICAZ, Fish remains working group, Tervuren, Annales du Musée royal de l’Afrique Centrale, Sciences zoologiques.

Paugy D., Lévêque C. et Teugels G. G. (2003) - Poissons d’eaux douces et saumâtres de l’Afrique de l’Ouest. Paris, IRD.

Person A., Ibrahim T., Jousse H., Finck A., Albaret C., Garenne-Marot L., Zeitoun V., Saliège J.-F. et Ould M’Heimam S. (2004) - Environnement et marqueurs culturels en Mauritanie sud-orientale : le site de Boû Khzâmâ (DN4), premiers résultats et approche biogéochimique, in : Bazzana A. & Bocoum A. (eds), Du nord au sud du Sahara  : cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’ouest et au Magreb, bilan et perspectives. Sepia, Paris, p. 195-213.

Person A. et Jousse H. (2005) - Les Néolithiques des marges saharo-sahéliennes, in : Archéologies, vingt ans de recherches françaises dans le monde, Maisonneuve et Larose / ADPF / ERC, Paris, p. 317-320.

Person A., Jousse H., Maurer A.-F. et Vallette T. (2006) - Les sites du Néolithique final du dhar Néma (Mauritanie) : relations peuplement-environnement, in : Descamps C. & Camara A. (eds.), Senegalia. Études sur le Patrimoine ouest-africain, Hommage à Guy Thilmans, Sépia, Paris, p. 297-307.

Quensière J., Bénech V. et Dansoko D.F. (1994) - Évolution de la composition des peuplements de poissons in : La pêche dans le Delta Central du Niger, Quensière J. (ed.) ORSTOM-Khartala, Paris, p. 105-122.

Raimbault M. (1994) - Sahara malien : environnement, populations et industries préhistoriques. Thèse du laboratoire d’anthropologie et de préhistoire des pays de la méditérranée occidentale, université de provence, aix-marseille : 1095 p.

Raimbault M. and Commelin D. (2001-2002) - La poterie du site néolithique de kobadi dans le sahel malien. Préhistoire anthropologie méditerranéennes 10-11, p. 107-116.

Raimbault M. et Sanogo K. (1991) - Prospections dans les Daounas et environs (1986), in : Raimbault M. et Sanogo K. (eds.), Recherches archéologiques au Mali. Khartala, p. 203-214.

Raimbault M., Jousse H., Person A. et Sanogo K. (2006) - Deux nouvelles stations rupestres du « Camélin récent » dans le Faguibine et les Daounas (Sahel Malien). Sahara 17, p. 121-128.

Rosso J.C. (1983) - Mollusques, in : Sahara ou Sahel  ? Quaternaire récent du bassin de Taoudenni (Mali), CNRS ed., Marseille, p. 157-171.

Togola T. (1993) - Archaeological investigations of Iron Age sites in the Mema region, Mali (West Africa). PhD thesis. Houston, Rice University, 244 p.

Van Neer W. (1989) - Contribution à l’ostéométrie de la Perche du Nil Lates niloticus (Linnaeus, 1758). Fiches d’ostéologie animale pour l’archéologie, série A : Poissons, 5. ADPCA, Juan-les-Pins, 17 p.

Van Neer W. (1995) - Analysis of the fish remains, in: S.K. McIntosh, Excavations at Jenné-Jeno, Hambarketolo and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali), the 1981 Season. University of California Press, Berkeley, p. 319-347.

Haut de page

Annexes

Ostéométrie des ossements de mammifères

DA03

Métapode distal

P421-11

P421-12

P421-13

Redunca redunca

DAP dist

16,2

14,7

15,6

Longueur condyle

9,9

8,6

9,8

DAP petit condyle

10,8

10,3

10,2

Métapode distal

P421-4

phalange 1

P421-5

Gazella dorcas

DAP dist

13,1

Longueur condyle

7,4

DT dist

9,2

DAP petit condyle

9,8

Alcelaphus buselaphus

phalange 1

P421-26

DAP dist

15,7

DT dist

14,5

DA04

os crochu

P424-1

Bos taurus

Longueur

30,6

Largeur ant

29,5

hauteur ant

19,9

DA05

cheville de corne

P448-5

astragale

P442-2

Gazella dorcas

Longueur

> 80

Longueur

25,4

DAP base

12,6

DAP latéral

14,4

DT base

10,1

Hauteur médiale

23,8

Périmètre base

36*

DAP médiale

13

Hauteur milieu

19,3

DT prox

14,8

phalange 2

P448-4

carpiens

capit-trapéz.

grand cunéif.

DT prox

8,2

P431-6

P431-8

DAP prox

11,1

Longueur

12,5

13,3

DT dia

5,3

Largeur ant

11,7

9,2

DAP dia

6,5

hauteur ant

7,6

6,7

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des sites du Canal de Sonni Ali (Lac Faguibine) au Mali et agencement des sites sur sable blanc dans les niveaux interdunaires de l’erg récent
Crédits © H. Jousse, A. Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M
Titre Figure 2 - 1 : coquille d’œuf d’autruche en cours d’aménagement (DA02), 2 : perle en coquille d’œuf d’autruche (DA02), 3 : perle en cours de fabrication (DA05) ; 4 : perle en amazonite (DA05) (échelle  : 1 cm)
Crédits © H. Jousse, A. Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 3 - Objets métalliques des sites DA03, DA04 et DA05 : pointes, plaques et anneaux
Crédits © H. Jousse, A. Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Figure 4 - Types de bords des céramiques provenant de DA02 et DA05
Crédits © A. Finck
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5 - Céramique néolithique de DA02 et DA05 (5) avec types de décors variés et exemple de décor externe et interne (1), formes de col (3-4-5-6), double décor (7), forme d’érosion (8), et pâte à dégraissant minéral grossier (9)
Crédits © A. Finck
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 6 - Cheville osseuse de Gazella dorcas, DA05 (échelle  : 1 cm)
Crédits © H. Jousse, A. Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Figure 7 - Exemples de restes osseux de poissons prélevés sur le site de Tebardiant (DA03) et dessins des principales espèces de poissons d’eaux douces présentes
Légende 1. Éléments du toit crânien de Siluriformes, 2. Auchenoglanis occidentalis  : épines pectorales, 3. Tilapia sp.  : épines dorsales, épine pectorale et vertèbre, 4. Lates niloticus  : cératohyal, préoperculaire, épine dorsale, et vertèbre. (Notez le degré de combustion variable)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Figure 8 - Céramique engobée protohistorique » du site DA03
Crédits © H. Jousse, A. Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/812/img-8.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Jousse, Alain Person, Anestel Finck, Chloé Albaret, Kléna Sanogo et Michel Raimbault, « Sites de pêche dans la région du Lac Faguibine à la transition Néolithique-Protohistoire », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 119-128.

Référence électronique

Hélène Jousse, Alain Person, Anestel Finck, Chloé Albaret, Kléna Sanogo et Michel Raimbault, « Sites de pêche dans la région du Lac Faguibine à la transition Néolithique-Protohistoire », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/812 ; DOI : 10.4000/aaa.812

Haut de page

Auteurs

Hélène Jousse

Chercheur
UMR 7209 - Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements, Muséum national d’Histoire naturelle
Paris
France
helene.jousse@inrap.fr

Articles du même auteur dans la revue

Alain Person

Enseignant-chercheur,
Laboratoire de Biominéralisations et Paléoenvironnements, université Pierre et Marie Curie
4, place Jussieu
75 230 Paris cedex 05
France
alain.person@upmc.fr

Articles du même auteur dans la revue

Anestel Finck

INRAP

Chloé Albaret

Arkeo fabrik

Articles du même auteur dans la revue

Kléna Sanogo

Institut des Sciences Humaines (ISH, Mali)

Articles du même auteur dans la revue

Michel Raimbault

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence)

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org