Navigation – Plan du site
Notes

Les masques à rayures peintes des Luba (Katanga / République Démocratique du Congo)

Julien Volper
p. 109-118

Résumés

En s’appuyant notamment sur des documents photographiques et des aquarelles, cet article tente d’apporter un nouveau regard sur un petit ensemble de masques relevant des populations luba centrales de la zone Mwanza-Nionga. Ces faciès sculptés, qui furent en usage entre 1925 et 1940, se caractérisent par des traits minimalistes et des rayures peintes. La présente recherche menée sur ces objets vise à montrer que certains d’entre eux peuvent avoir des origines les rattachant aux Chewa du Malawi. Concernant leur usage, l’étude de textes et d’archives anciennes a permis d’établir une relation entre des spécimens cornus de masques rayés et des guildes de chasse. En revanche, il n’en va pas de même pour un autre exemplaire dépourvu d’éléments zoomorphes qui entretient des liens forts avec des confréries luba telles que celles des kilumbu ou des bambudye.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Luba, Chewa, masque

Keywords :

Luba, Chewa, mask

Index géographique :

Congo R. D./Congo D. R., Katanga, Malawi
Haut de page

Texte intégral

Réalisation Charles Meur

Introduction

1Généralement, lorsque l’on accole les termes luba, masques et rayures, la première image qui vient à l’esprit du lecteur est celle de fameux objets tant prisés par les collections publiques et privées  : les masques de la société kifwebe et les masques ronds à stries. Toutefois, les pièces présentées et commentées dans cet article ne relèvent d’aucune des deux catégories. J’aborderai ici le cas d’un groupe restreint de masques (fig. 1-4), bien circonscrits dans le temps et dans l’espace, qui ne relève d’aucune des deux catégories typologiques précédemment évoquées. Ces masques faciaux se distinguent avant tout par une construction assez simple de forme oblongue, des yeux représentés par des trous béants, une bouche se limitant bien souvent à un simple orifice ou, dans certains cas (fig. 1), à une perforation entourée de minces lèvres en bas relief. Il en va de même pour le nez qui est plus souvent suggéré que clairement représenté. On notera aussi l’absence d’oreilles (sauf dans le cas de la figure 4). Quant aux motifs peints, ils se caractérisent par un ensemble de lignes verticales, horizontales ou en quadrillage. Cette présentation morphologique sommaire étant faite, il importe maintenant de rentrer plus en avant dans les détails tant iconographiques que stylistiques.

Figure 1

Figure 1

Collection Alex Arthur, H. : 80 cm avec les cornes / 32 cm sans les cornes, larg. :19 cm ; Poids : 1200 g ; matériaux : bois et pigments

Cliché : A. de Knock

Figure 2 - Photographie prise par W.F.P. Burton vers 1936 dans la région de Mwanza

Figure 2 - Photographie prise par W.F.P. Burton vers 1936 dans la région de Mwanza

Légende : « Ils ont des groupes éléphant, antilope-roan, « éland et autres qui ont leurs propres masques. Ces groupes exigent un paiement aux villages où ils se produisent. Ils n’ont pas un caractère magique mais uniquement un but de divertissement avec quelque pratique de petite escroquerie. » ; matériaux : bois, fibres, pigments, feuilles de bananier (costume), tissu (couvre-nuque) ; image extraite de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (EP.0.0.3410).

Figure 3 - Photographie prise par W.F.P. Burton vers 1940 (?) dans le village de Kanguba (région de Mwanza)

Figure 3 - Photographie prise par W.F.P. Burton vers 1940 (?) dans le village de Kanguba (région de Mwanza)

Légende : « masque pour la danse » ; matériaux : bois, pigments, feuilles de bananier ; image extraite de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (EP.0.0.2477).

Figure 4

Figure 4

Collection du Musée Royal de l’Afrique Centrale à Tervuren (N° inv.EO.1960.39.3) ; Masque collecté à Nionga en 1925 par G. de Witte ; H. : 39,6 cm ; larg. : 18,2 cm ; Poids : 725 g ; matériaux : bois (aeschynomene sp.), pigments, clous.

Cliché : J. M. Vandyck

Figure 4bis - Diverses phases chorégraphiques du masque de la figure 4

Figure 4bis - Diverses phases chorégraphiques du masque de la figure 4

Photographies prises par G. de Witte à Nionga en 1925 ; images extraites de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (clichés AP.0.0.33979, 33980 et 34228).

Les masques cornus de la région de Mwanza

2Ces œuvres nous sont surtout connues par des photos de terrain de W. F. P. Burton prises dans les années 1930 et 1940 (fig. 2 et 3). Elles se caractérisent surtout par un détail iconographique commun : la représentation d’un personnage hybride au visage humain et aux grandes cornes légèrement incurvées d’antilope chevaline (hippotragus equinus).

  • 1 Ce terme fut initialement utilisé par P. J. Vandenhoute (1948) pour parler de certains masques de C (...)
  • 2 En effet, W. F. P. Burton (1961, p.177) précise que des porteurs de masque éléphant (probablement d (...)

3Pourtant, au lieu de figurer exclusivement le bovidé dont ils reprennent les cornes, ces masques constituent plutôt un cas de « naturalistische permutation1 » humain / antilope. D’après les photos de terrain (fig. 2 et 3), ces masques possédaient un costume assez particulier et atypique pour le territoire luba. Il est constitué de grandes feuilles séchées de bananier et d’un petit bout d’étoffe locale recouvrant la nuque et l’arrière du crâne du porteur (fig. 2). Le choix de la feuille de bananier comme composant vestimentaire est surprenant pour cette région, bien que le cas ne soit pas isolé2. Deux types de masques cornus sont identifiables.

4Le premier (fig. 2) se caractérise par un traitement très simpliste du visage se résumant à trois trous simulant la bouche et les yeux (les oreilles et le nez sont absents). Concernant la chromatique, la couleur blanche est dominante malgré l’existence de trois rayures noires. Ce traitement (notamment en ce qui concerne la forme ronde des yeux) est très similaire à celui que l’on observe sur un autre exemplaire (fig. 4). Pourtant, malgré cet aspect facial réduit à sa plus simple expression, ce masque dégage une impression d’étrangeté et de beauté singulière lorsqu’il est porté avec son costume. Ce personnage masqué fut photographié par W. F. P. Burton en 1936 dans la région de Mwanza.

5Le deuxième type de masque cornu regroupe les figures 1 et 3. Celui de la figure 3 fut observé par Burton au tout début des années 1940 (date incertaine). La figure 3 se rapproche de la figure 2 par des détails tels que le faciès pourvu de cornes oblongues, une dominance chromatique blanche ponctuée de quelques stries et contours noirs, et un costume en feuilles séchées de bananier. Cependant, il faut aussi noter des différences surtout en ce qui concerne le traitement du visage. On relèvera ici l’existence d’un nez vaguement triangulaire peint ou sculpté en bas relief, de sourcils, et d’un encadrement de la bouche qui pourrait évoquer des lèvres. Cette précision de détails rend le masque moins impressionnant et lui confère presque des traits enfantins. Ce dernier terme est ici d’importance car je pense que le porteur n’est pas un adulte (à la différence de celui de la figure 2). La petite taille du porteur (fig. 3) et la morphologie des pieds apparents nous indiquent qu’il s’agit d’un masque lié au plaisir enfantin du déguisement. Il faut aussi mentionner que, malgré une représentation plus naturaliste du visage, ce masque est assez mal dégrossi et que les cornes n’ont pas le côté élancé très esthétique de celles de la figure 2. Par ailleurs, W. F. P. Burton légende simplement cette photo en disant que ce masque est « pour la danse », ce qui nous permet de penser que le masque ne se rattache à aucun rituel ou danse profane pratiqué par des adultes.

6Si l’on observe attentivement la photographie, on se rend compte qu’elle a été prise à la nuit tombante. On peut supposer que le petit porteur s’est déplacé pour être pris en photo, peut-être à la demande du révérend père Burton, jusqu’à la demeure de ce dernier. En effet, le rayon lumineux sur le sol n’est pas celui d’un phare de voiture mais bien celui d’une lampe dispensant sa lumière à l’extérieur d’une habitation par l’encadrement d’une porte.

7Les masques enfantins sont souvent des imitations de masques d’adultes que les enfants curieux ont observés. C’est à l’aide de cette dernière remarque qu’il importe d’aborder maintenant le cas de la figure 1.

8La provenance de cet exemplaire a fait l’objet de discussions de spécialistes. Pour certains, il serait d’origine « bakongo » (Yombe ou Woyo) et constituerait une variante de masques relevant peut-être du ndunga. Toutefois, nous ne pouvons soutenir cette attribution, et ce, pour plusieurs raisons.

9Premièrement, ce masque possède un nez triangulaire que l’on retrouve très souvent au Katanga et majoritairement chez les Luba. Ensuite, il arbore des cornes incurvées d’antilope chevaline comme dans le cas des figures 2 et 3. Ensuite, ce masque possède seulement trois ou quatre perforations (situées dans la moitié supérieure du masque) assez proches de celles que l’on peut déceler sur la figure 2. En quatrième raison, ce masque possède un ensemble de stries beaucoup plus proches du traitement bi-chromatique des masques cornus qui nous occupent ici que des motifs peints de la région littorale. Enfin, la dernière raison a trait à la comparaison entre la figure 1 et la figure 3. Si l’on regarde attentivement la figure 3, on se rend compte que le nez et le motif délimitant l’arcade sourcilière, pourraient être une adaptation picturale de l’appendice olfactif et de l’arcade sculptée d’un masque similaire à celui de la figure 1. Je verrai plutôt dans la figure 1 une réalisation originaire de la région de Mwanza, près du village de Kanguba (qui ne fut pas localisé) où le masque enfantin de la figure 3 fut photographié.

  • 3 Précisons cependant que rien ne relie les masques des Lwalwa aux masques cornus des Luba.

10Pourtant, le masque de la figure 1 est très différent des autres exemplaires de ce groupe. Ainsi, on relèvera la grande multiplicité des stries horizontales qui parcourent le masque du haut des cornes jusqu’au menton. Il faut aussi noter comme particularité le trou sous le nez ayant pu servir à passer une cordelette qui, serrée entre les dents, fournit un moyen supplémentaire de fixation, comme cela est le cas chez les Lwalwa3. À noter aussi la présence de petites lèvres qui ne se retrouvent pas sur la figure 2, bien qu’elles aient pu être suggérées picturalement par un liseré de couleur noire sur le masque enfantin (fig. 3).

11Pour ce qui est de l’origine de ces masques, il faut ici observer que certains éléments (visage humain à cornes légèrement incurvées, costume en feuillage de bananier) nous renvoient à des masques dits ndunga du littoral congolais. Dès lors, un lien stylistique lointain est-il envisageable  ?

12Cela semble assez difficile, voire improbable, mais il est intéressant de noter qu’il existait par le passé une danse katangaise connue sous le nom de kindalala (Wauthion, 1940, p. 311) importée du Bas-Congo par des travailleurs de l’Offitra qui l’auraient propagée à Kasongo puis à Kabambare avant de l’apporter à Kongolo dans les années 40. Des concepts plastiques venus du littoral auraient-ils pu, à l’instar de danses, parvenir jusqu’en territoire luba  ? Il n’existe malheureusement aucune preuve renforçant cette possibilité qui semble de prime abord assez difficile à étayer.

  • 4 Ce dernier cas est d’autant plus probable si l’on considère le fait que, selon S. J. Ntara (1973, p (...)
  • 5 Cet art animalier s’exprime majoritairement dans les caryatides d’appui-nuque. Un bon exemple de ce (...)

13Les éléments formels évoqués ont pu venir d’une zone culturelle bien plus accessible à l’ancien royaume luba. Ainsi, les costumes de feuilles de bananiers et le couvre-nuque en tissu existent aussi en territoire chewa (Malawi) chez qui les masques animaliers semblent être une ancienne tradition (fig. 5). Les masques cornus ont très bien pu avoir été inspirés par un concept issu d’une ancienne tradition de masques animaliers venue du Sud-Ouest4. Leur caractère hybride serait dans ce cas une adaptation luba du type de celle que l’on retrouve sur des masques d’homme-buffle de la région de Mwanza. Suivant ce raisonnement, la région de Mwanza serait une zone importante pour la naturalistische permutation, plus proche d’une conception artistique luba. Il est aussi possible que ces masques soient une invention de la zone des lacs Kabemba et Kisale. Il faut en effet mentionner que, dans la région de Kinkondja, il existe quelques représentations sculptées d’antilopes de diverses espèces5.

Figure 5 - Masque de l’antilope du nyau

Figure 5 - Masque de l’antilope du nyau

Photographié au début des années 1970 par B. Blackmun chez les Chewa du Malawi. Image extraite de : Blackmun et Schoffeleers, 1972, fig.10 ; matériaux : bois, tissus, feuilles de bananier, paille tressée.

14Cependant, ces quelques pièces évoquées ne sont pas les seules à arborer un faciès stylisé et des rayures peintes. Il importe maintenant de considérer aussi un autre masque d’un genre assez semblable.

Un masque anthropomorphe observé à Nionga

15La figure 4 se distingue clairement des trois autres exemplaires cités précédemment. Ce masque ne présente aucun élément zoomorphe (comme la représentation de cornes) et possède des oreilles peu visibles mais très humaines. Il faut aussi relever que le costume (fig. 4bis) n’est pas fait de feuilles de bananier mais d’une grande robe de tissu bouffant et d’une chemise blanche. Il est possible, bien que la photo ne permette pas de se faire clairement une idée, que le personnage ait porté une ceinture de peaux autour de la taille et une pelisse plus longue se mêlant au tissu de la « robe » pour contribuer à accentuer l’aspect bouffant. Mais il se pourrait aussi que ce que nous prenons pour une peau soit un autre tissu de couleur sombre. Quoiqu’il en soit, ce costume n’est rattaché en aucune manière au masque, qui ne possède que deux énormes trous de fixations servant juste à passer la cordelette qui permettra au porteur d’arborer la face sculptée.

16Il semblerait que le masque effectuait sa représentation en solitaire, et que sa chorégraphie, non accompagnée musicalement, alternait des positions agenouillées avec des positions dressées (fig. 4bis). On remarquera aussi l’aspect très simplifié du visage. Ce dernier se distingue par un nez long et droit en bas-relief, une bouche se limitant à une minuscule fente horizontale, et deux grands yeux ronds (similaires à ceux de l’exemplaire de la fig. 2).

  • 6 L’aeschynomene est plus connu sous la désignation commune d’ambatch ou ambech. Il s’agit d’une sort (...)

17Il faut également mentionner que le choix de l’essence est très curieux  : de l’aeschynomene. Or, d’après R. Dechamps (1974, pp. 16-17), cette espèce végétale n’apparaît pas dans la liste des bois utilisés fréquemment dans la sculpture luba6.

18Les peintures qui ornent le visage sont très différentes de celles observées sur les exemplaires du paragraphe précédent. Le quadrillage, qui semble suivre un plan bien défini, ne se retrouve pas sur d’autres sculptures ou masques, mais offre en revanche de grandes similitudes avec des peintures faciales ayant existé ou existant toujours. Ce motif est assez ancien, puisqu’on le retrouve sur une aquarelle de Léon Dardenne (fig. 6) qui retranscrit une scène observée en 1900 dans la région du lac Moero (ville de Pweto) où des danseurs mbudye arborent diverses variantes du motif peint sur le masque. D’après la légende de l’aquarelle, les danseurs étaient peinturlurés de blanc et de rouge. Ces couleurs sont observables sur le masque de la figure 4. La couleur noire, qui dessine le quadrillage, pourrait en revanche être un négatif des lignes de kaolin sur la peau des danseurs. Par ailleurs, ce motif quadrillé figure aussi sur le visage de devins ou de futurs devins kilumbu à la fin des années 80 (Nooter et Roberts, 1996, p. 193).Ce dessin existe donc depuis une époque relativement lointaine, a perduré, et est répandu dans une zone géographique assez vaste.

Figure 6 - Aquarelle de L. Dardenne réalisée en 1900 dans la ville de Pweto

Figure 6 - Aquarelle de L. Dardenne réalisée en 1900 dans la ville de Pweto

Image extraite de : Lemaire, 1902, p. 153.
Dans le coin droit de la peinture, la phrase suivante est inscrite : « Danse de M’boulie (danse mortuaire) » ; M’boulie est une transcription phonétique de mbudye.
Dans l’ouvrage de C. Lemaire, on trouve le commentaire suivant  : « Danse au village arabisé du chef Ki-Wélé-Wélé, à M’Pweto-Station : les danseurs et danseuses sont peinturlurés de blanc et de rouge. »

19Concernant la localisation du masque, elle est ici grandement facilitée par les légendes fournies par G. de Witte, le collecteur et le photographe de la pièce. Les clichés furent pris en 1925 à Nionga, localité située au Nord-Ouest du lac Bupemba sur les rives du Lualaba. Bien qu’éloigné d’un peu plus de 70 km des centres de la région de Mwanza, d’où semblent avoir émergé les masques des figures 1-3, les similitudes formelles unissant cet ensemble de pièces (fig. 1-4) laissent à penser que ce type de masque très particulier s’est exprimé entre Mwanza et Nionga, malgré la présence des quelques différences évoquées. La distance est relativement courte si l’on tient compte du fait que cette région lacustre, riche en ressources naturelles et desservie par le Lualaba, était un important lieu d’échanges. Quant à savoir où naquit ce type de masque, il n’y a pas de réponse définitive à apporter. Ce style très particulier a pu émerger à Nionga avant de remonter vers le nord. En effet, de troublantes similitudes existent entre le masque de Nionga et les peintures faciales du lac Moero. Quant aux motifs animaliers des autres masques, ils étaient particulièrement présents dans l’entre Tanganyika-Moero.

20Par sa position géographique, Nionga était peut-être plus à même d’assimiler cette conception plastique. Quoiqu’il en soit, sur la base des informations de terrain figurant avec les clichés, il est probable que ce type de masque se développa durant les années 1920-1930 (fig. 4), se propagea plus au nord durant les années 1930 (fig. 2) avant de tomber en désuétude et perdurer un certain temps, au début des années 1940, dans les jeux enfantins (fig. 3).

21Cette courte période et le peu d’œuvres semblables recensées peuvent laisser supposer que seulement un ou deux artistes s’essayèrent à ce style particulier. Ils ne semblent pas avoir eu de successeurs, ce qui pourrait être dû à une disparition de la demande. Cette hypothèse pourrait s’avérer exacte si l’on tient compte du fait que le dernier masque (fig. 3) est un masque de jeux d’enfants, qui souvent chez les Luba s’amusent à imiter les masques des sociétés en désuétude (Centner, 1963, p. 111) alors qu’ils ne le font que très rarement pour des sociétés en pleine force.

Fonctions des masques

  • 7 Les données figurent sur l’une des photographies de terrain que détient le Musée Royal de l’Afrique (...)

22En ce qui concerne les masques cornus quelques maigres informations nous sont fournies par Burton7. Le révérend précise simplement que  : « Ils ont des groupes “éléphant”, antilope-roan, “éland” et autres qui ont leurs propres masques. Ces groupes exigent un paiement aux villages où ils se produisent. Ils n’ont pas un caractère magique mais uniquement un but de divertissement avec quelque pratique de petite escroquerie. ». Quelles hypothèses émettre sur la base de ce renseignement  ?

  • 8 Il existe un village portant le nom de Mbayo à quelques dizaines de kilomètres au Sud de Mwanza ent (...)

23Tout d’abord, il n’est pas inutile de rappeler que les cornes de certains masques (fig. 1 et 2) renvoient très clairement à l’antilope roanne ou chevaline (hippotragus equinus). Or, dans un de ses écrits, Burton précise qu’il existait une « société tengu », appelée aussi « les danseurs de l’antilope chevaline », dans la région de Pyana Mbayo8 (Burton, 1961, p. 177). L’auteur ne donne pas beaucoup de renseignements sur cette confrérie, mais indique qu’elle est l’un des rares témoins subsistants des confréries à masques animaliers qui n’hésitaient pas, par le passé, à rançonner les passants isolés.

24Cette guilde du tengu semble être une relique du temps passé, celui des chasseurs. En effet, il est attesté que de grandes sociétés de chasse présentes en territoire luba, comme le buyanga ou le diyanga, exécutaient certaines chorégraphies ayant comme sujets les actes cynégétiques et lors desquelles les exécutants mimaient l’attitude du gibier. J’exposerai plus en détail la question de ces confréries dans un article ultérieur consacré aux masques éléphant, mais pour notre propos, il convient de revenir sur la question de l’iconographie véhiculée par le tengu. Ces antilopes constituaient une cible de choix, un gros gibier, la spécialité des confréries de chasses comme le buyanga. Dans cet ordre d’idée, J. Gansemans a retranscrit un chant de chasse qui relate la recherche du tengu (antilope chevaline) : « Les antilopes cheval de l’autre côté cherchent un endroit où elles peuvent traverser la rivière. Certes, quand je serai mort, les antilopes cheval continueront à écraser l’herbe de l’autre côté. Maintenant, elles ne sont pas là, les antilopes cheval. » (Gansemans, 1978, p. 115). Ce couplet extrait parle des tengu qui prirent la fuite parce que les hommes les traquaient trop. Ce texte, emprunt de nostalgie et de tristesse, sonne comme un rappel du sort de ces confréries. Peut-être le masque de la figure 2 a-t-il dansé à une époque où les antilopes « n’avaient pas encore franchi la rivière ». Ce masque, ainsi qu’un autre lui ressemblant (fig. 1), constituent les dernières reliques à rattacher, hypothétiquement, au monde des battues et de la brousse, tout cela avant que des masques comme celui de la figure 3 ne viennent clore, par l’intermédiaire des jeux enfantins, l’histoire de la guilde des « danseurs de l’antilope cheval ».

25Précisons cependant que le terme tengu joue aussi un rôle important dans la grande confrérie luba du bukasandji. Colle (1913, p. 5) précise que les membres de cette société appellent ntengu le non-initié. Ainsi, on peut se demander si les danseurs tengu ne furent pas des danseurs du bukasandji, plutôt que des membres d’une guilde de chasse. Néanmoins, je ne conçois pas comment la société bukasandji a pu intégrer une danse masquée liée aux non-initiés dans le cadre de ses rituels.

26Mentionnons toutefois que W. F. P. Burton avait remarqué que, dans la région de Busangu (près de la rivière Lujima), des membres du bukasandji tressaient leurs cheveux en un simulacre de cornes d’un autre bovidé  : le reed-buck (redunca arundinum) (fig. 7). La raison (esthétique ou symbolique) du port d’une telle coiffure n’est pas connue.

Figure 7 - Aquarelle de W. F. P. Burton, réalisée entre 1915 et 1930, montrant une coiffure particulière de la région de Busangu

Figure 7 - Aquarelle de W. F. P. Burton, réalisée entre 1915 et 1930, montrant une coiffure particulière de la région de Busangu

Image extraite de : Burton, 1960, fig. 35 ;
Légende : “Hair trimmed to resemble the horns of a reed-buck. Once worn by the kasandji society in Busangu area (Lujima river).”

27Tout au plus pouvons nous souligner l’importance iconographique de l’antilope chevaline, qui est aussi diversifiée que celle des « seigneurs du monde animal » que sont le buffle ou l’éléphant. Aussi, malgré la mention du commentaire de Burton, je maintiens, avec prudence, le rattachement de ces masques cornus aux sociétés de chasse.

28Abordons maintenant la question de l’usage du masque observé à Nionga par de Witte (fig. 4). Comme nous l’avons dit, les photographies (fig. 4bis) montrent un homme vêtu de blanc semblant alterner la position accroupie et debout. Ce type de danse pourrait rappeler celle que l’on observe chez les danseurs de la confrérie du bumbudye qui effectuent des mouvements comparables lors de certaines chorégraphies. Par ailleurs, nous avions déjà fait remarquer précédemment que les peintures faciales qui recouvrent le masque correspondent assez bien à celles que l’on retrouve sur le visage de certains kilumbu ou de certains mbudye. Ce masque serait-il donc celui d’un kilumbu ou d’un mbudye ?

  • 9 À mon sens, kufwebe (plutôt kifwebe) désigne ici le masque en lui-même. Ce terme n’est donc pas à r (...)

29Rien dans l’habillement de l’homme ne laisse supposer définitivement une appartenance au bulumbu ou au bumbudye. Le costume de tissu blanc qui recouvre entièrement le corps n’est pas la norme dans ces deux confréries étroitement liées. D’autre part, il n’y a pas d’autres insignes (tels la coiffe nkaka) pouvant nous permettre de le rattacher à ces sociétés. Il est possible que cet homme fut un devin, mais rien ne laisse supposer sa profession dans ce maigre document de terrain. Pour aller dans le sens de cette dernière remarque sur les masques isolés, il ne faut pas passer sous silence une observation de F. Grevisse (1957, p. 145), qui précise qu’au sud-est du territoire luba (plus précisément chez les Sanga) : « … les danses par un spécialiste masqué (le kufwebe) se voient rarement dans la région. ». Cela suppose que des danses par un « praticien » masqué existaient, bien que peu courantes. Malheureusement, F. Grevisse ne donne pas la fonction de ce personnage9, et dès lors nous ne pouvons renforcer l’une ou l’autre des hypothèses avancées.

  • 10 Un autre masque (fig. 9) est, du point de vue formel, assez similaire à celui de la figure 8. Il au (...)

30À noter toutefois qu’il existe quelques rares masques en bois (fig. 8) de la région de Kinda qui, bien que mis en rapport avec le bumbudye, ne présentent pas d’attributs clairement visibles (tel le diadème nkaka) des membres de la confrérie10. Ces masques présentent pourtant un costume de tissu offrant quelques similitudes avec l’exemplaire de la fig. 4bis. Aussi est-il peut-être vain de rechercher la panoplie complète du bumbudye ou du bulumbu lorsque l’on veut rattacher un masque à l’une des deux sociétés. Toutefois, si l’homme photographié par de Witte s’avérait être un quelconque nganga, un mbudye, ou un kilumbu, il faudrait considérer ce cas comme exceptionnel, fruit d’une individualité forte et désolidarisée des normes du groupe (ethnique ou social) auquel il a pu appartenir. Cette hypothèse d’un cas atypique est ici renforcée par le choix de l’essence rare qui servit à confectionner le masque.

Figure 8 - Masque photographié à Kinda en 1951

Figure 8 - Masque photographié à Kinda en 1951

Légende : « Danseur-étoile » des bambudye ; image extraite de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (cliché EP.0.0.3253) ; matériaux : bois, pelisse, tissu.

Figure 9 - Collection Pierre Dartevelle

Figure 9 - Collection Pierre Dartevelle

Collecté avant 1974 dans la région de Kasongo. H. : 34cm ; larg. : 27 cm ; matériaux : bois d’un brun dense et légèrement rougeâtre, pigments, clous, pelisse.

Cliché : H. Dubois

Haut de page

Bibliographie

Blackmun B. et Schoffeleers M. (1972) - Masks of Malawi, African Arts, vol. V., n° 4, pp. 36-41, 69 et 88

Burton W. F. P. (1960) - Notes and Watercolors of Luba Coiffures, archives de la section ethnographique du MRAC, Tervuren

Burton W. F. P. (1961) - Luba Religion and Magic in Custom and Belief, Série n° 8, Sciences Humaines, éditions du MRAC, Tervuren

Centner Th. H. (1963) - L’enfant africain et ses jeux, éditions CEPSI, n° 17, Elisabethville

Colle Rév. P. (1913) - Sociétés secrètes en Uruwa, éditions Aug. Somme, Bruxelles

De Aguilar L. B. (1996) - Inscribing the Masks, Studia Instuti Anthropos, n° 47, Fribourg

Dechamps R (1974) - L’identification anatomique des bois utilisés pour des sculptures en Afrique. IV  : la sculpture « luba », Africa-Tervuren, vol. XX, 1974-1, p. 15-21

Gansemans J. (1978) - La musique et son rôle dans la vie sociale et rituelle luba, éditions du MRAC, Série 8, n° 95, p. 51-121

Grevisse F. (1957) - Notes ethnographiques relatives à quelques populations autochtones du Haut-Katanga industriel, Bulletin du CEPSI, n° 38, p. 111-172

Lemaire C. (1902) - Mission scientifique du Ka-Tanga : journal de route, Charles Bulens éditeur, Bruxelles

Neyt F. (1993) - Luba : aux sources du Zaïre, éditions Dapper, Paris

Ntara S. J. (1973) - The History of the Chewa, Studien zur Kulturkunde, Franz Steiner Verlag GMBH, Wiesbaden

Nooter M. H. et Roberts A. F. (1996) - Memory, Luba Art and the Making of History, The Museum for African Art, New York, Prestel, Munich

Vandenhoute P. J. (1948) - Classification stylistique du masque Dan et Guéré de la Côte d’Ivoire Occidentale (A.O.F.), Rijkmuseum voor Volkenkunde, Leiden

Wauthion R. V. G. (1940) - Crimes et superstitions indigènes  : quelques notes sur des sociétés indigènes (région de Kongolo), Bulletin des Juridictions Indigènes et du Droit Coutumier Congolais, n° 11, p. 310-314

Haut de page

Notes

1 Ce terme fut initialement utilisé par P. J. Vandenhoute (1948) pour parler de certains masques de Côte d’Ivoire qui combinent des éléments hétérogènes et incompatibles, lesquels pris séparément sont très réalistes ; par exemple un visage humain ayant des cornes, des défenses ou un bec.

2 En effet, W. F. P. Burton (1961, p.177) précise que des porteurs de masque éléphant (probablement dans la région élargie de Mwanza) se couvraient de feuilles de bananier séchées.

3 Précisons cependant que rien ne relie les masques des Lwalwa aux masques cornus des Luba.

4 Ce dernier cas est d’autant plus probable si l’on considère le fait que, selon S. J. Ntara (1973, p.1) et L. B. De Aguilar (1996, pp.34-35), les Chewa seraient originaires de la région luba. Il est probable que des liens aient perduré par delà les distances et le temps, notamment par le biais des réseaux commerciaux de la côte Est. Quoiqu’il en soit, il est troublant de remarquer les analogies de costume observables entre un masque chewa d’antilope (voir fig. 5) et le masque luba de la fig. 2.

5 Cet art animalier s’exprime majoritairement dans les caryatides d’appui-nuque. Un bon exemple de ce type de sculpture est proposé dans un ouvrage de F. Neyt (1993, p.186).

6 L’aeschynomene est plus connu sous la désignation commune d’ambatch ou ambech. Il s’agit d’une sorte de liège qui est souvent utilisé pour réaliser des flotteurs de pêche dans diverses régions de l’actuelle R.D.C.

7 Les données figurent sur l’une des photographies de terrain que détient le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Tervuren (fig.2).

8 Il existe un village portant le nom de Mbayo à quelques dizaines de kilomètres au Sud de Mwanza entre la Lovoi et le Lualaba. Il est possible que ce village soit celui dont parle W. F. P. Burton.
Il faut toutefois préciser qu’il existe une chefferie luba portant le nom de Piana Bayo (ou Piani Bayo) située à une soixantaine de kilomètres au nord de Mwanza. Cependant, cette chefferie est en dehors de la circonscription de Mwanza (territoire précisé sur la fiche technique MRAC de la figure 2 d’après les informations de Burton lui-même). Aussi nous semble t’il peu probable que ce soit dans cette chefferie que se développa la société tengu à laquelle Burton fait référence (Burton, 1961, p.177).

9 À mon sens, kufwebe (plutôt kifwebe) désigne ici le masque en lui-même. Ce terme n’est donc pas à rattacher à la société éponyme qui, par ailleurs, n’officiait pas dans cette zone du pays luba.

10 Un autre masque (fig. 9) est, du point de vue formel, assez similaire à celui de la figure 8. Il aurait été collecté dans la région de Kasongo (Neyt, 1993, p.206).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Réalisation Charles Meur
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 1
Légende Collection Alex Arthur, H. : 80 cm avec les cornes / 32 cm sans les cornes, larg. :19 cm ; Poids : 1200 g ; matériaux : bois et pigments
Crédits Cliché : A. de Knock
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 2 - Photographie prise par W.F.P. Burton vers 1936 dans la région de Mwanza
Légende Légende : « Ils ont des groupes éléphant, antilope-roan, « éland et autres qui ont leurs propres masques. Ces groupes exigent un paiement aux villages où ils se produisent. Ils n’ont pas un caractère magique mais uniquement un but de divertissement avec quelque pratique de petite escroquerie. » ; matériaux : bois, fibres, pigments, feuilles de bananier (costume), tissu (couvre-nuque) ; image extraite de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (EP.0.0.3410).
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 3 - Photographie prise par W.F.P. Burton vers 1940 (?) dans le village de Kanguba (région de Mwanza)
Légende Légende : « masque pour la danse » ; matériaux : bois, pigments, feuilles de bananier ; image extraite de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (EP.0.0.2477).
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 4
Légende Collection du Musée Royal de l’Afrique Centrale à Tervuren (N° inv.EO.1960.39.3) ; Masque collecté à Nionga en 1925 par G. de Witte ; H. : 39,6 cm ; larg. : 18,2 cm ; Poids : 725 g ; matériaux : bois (aeschynomene sp.), pigments, clous.
Crédits Cliché : J. M. Vandyck
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 4bis - Diverses phases chorégraphiques du masque de la figure 4
Légende Photographies prises par G. de Witte à Nionga en 1925 ; images extraites de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (clichés AP.0.0.33979, 33980 et 34228).
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-6.png
Fichier image/png, 681k
Titre Figure 5 - Masque de l’antilope du nyau
Légende Photographié au début des années 1970 par B. Blackmun chez les Chewa du Malawi. Image extraite de : Blackmun et Schoffeleers, 1972, fig.10 ; matériaux : bois, tissus, feuilles de bananier, paille tressée.
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 6 - Aquarelle de L. Dardenne réalisée en 1900 dans la ville de Pweto
Légende Image extraite de : Lemaire, 1902, p. 153.Dans le coin droit de la peinture, la phrase suivante est inscrite : « Danse de M’boulie (danse mortuaire) » ; M’boulie est une transcription phonétique de mbudye.Dans l’ouvrage de C. Lemaire, on trouve le commentaire suivant  : « Danse au village arabisé du chef Ki-Wélé-Wélé, à M’Pweto-Station : les danseurs et danseuses sont peinturlurés de blanc et de rouge. »
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Figure 7 - Aquarelle de W. F. P. Burton, réalisée entre 1915 et 1930, montrant une coiffure particulière de la région de Busangu
Légende Image extraite de : Burton, 1960, fig. 35 ; Légende : “Hair trimmed to resemble the horns of a reed-buck. Once worn by the kasandji society in Busangu area (Lujima river).”
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure 8 - Masque photographié à Kinda en 1951
Légende Légende : « Danseur-étoile » des bambudye ; image extraite de : Archives photographiques du Musée Royal de l’Afrique Centrale (cliché EP.0.0.3253) ; matériaux : bois, pelisse, tissu.
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 9 - Collection Pierre Dartevelle
Légende Collecté avant 1974 dans la région de Kasongo. H. : 34cm ; larg. : 27 cm ; matériaux : bois d’un brun dense et légèrement rougeâtre, pigments, clous, pelisse.
Crédits Cliché : H. Dubois
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/806/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Volper, « Les masques à rayures peintes des Luba (Katanga / République Démocratique du Congo) », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 109-118.

Référence électronique

Julien Volper, « Les masques à rayures peintes des Luba (Katanga / République Démocratique du Congo) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/806 ; DOI : 10.4000/aaa.806

Haut de page

Auteur

Julien Volper

Conservateur-adjoint
Section ethnographie
Musée Royal de l'Afrique Centrale
13, Leuvensesteenweg
3080 Tervuren
Belgique
julien.volper@africamuseum.be

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org