Navigation – Plan du site
Résumés de thèse et de mémoires de Master

Europe, Afrique, Asie

L’afena, ou sabre d’État ashanti (Ghana), un exemple fascinant des assimilations formelles et stylistiques dans les arts africains de la Renaissance à l’ère industrielle
Jean Guillaume
p. 185-187

Entrées d’index

Mots-clés :

afena, ashanti

Index géographique :

Ghana
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de Master de recherches de deuxième année en Histoire de l’art soutenu en juin 2008. Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Direction : Jean Polet.

Texte intégral

1L’afena, ou « sabre d’État ashanti », est difficile à classer dans la typologie des armes blanches. Les auteurs anglo-saxons utilisent le terme « sword », traduisible littéralement en français par « épée ». La lame de l’afena ne présentant pas de pointe destinée aux coups d’estoc, on choisira plutôt le terme de sabre. Dans sa forme la plus courante, il est constitué d’une poignée en forme d’haltère, avec deux sphères séparées par une fusée droite et cylindrique. Ces sphères sont, pour les exemplaires les plus anciens, recouvertes de galuchat, ou peau de raie (fig. 1). Les exemples ashanti, plus récents, présentent presque tous des sphères recouvertes de feuilles d’or. La lame, tout comme le manche, est spécifique : courbée, plus étroite à sa base qu’à son extrémité, celle-ci se terminant par une excroissance – plutôt qu’une pointe – disposée à angle droit. Pourquoi porter son attention sur un tel objet ? Parce qu’il est encore utilisé de nos jours, et depuis plus de quatre siècles. Il est, chez les Ashanti et d’autres groupes akans, l’objet le plus important des regalia après le siège. Il est l’insigne des rois, chefs et autres administrateurs. D’où provient la forme, si spécifique, de ce sabre ? Témoigne-t-elle d’influences exogènes à l’Afrique de l’Ouest ?

  • 1 La provenance de mfena conservés dans les musées peut-être donnée par une zone géographique (« Côte (...)

2La forme et la provenance des sabres1 appartenant à plusieurs collections sont les principaux critères pour la constitution du corpus. Des photographies de terrain et des représentations picturales ou sculpturales anciennes complètent les informations disponibles. Un afena complet est équipé d’un fourreau, généralement orné d’un abosodee, ou sculpture en ronde bosse en or coulé à la cire perdue (fig. 2). Une évolution formelle et fonctionnelle du sabre, de l’arme blanche au symbole du pouvoir, apparaît lors d’une première observation. La lame peut être double et même triple. Elle est ajourée de motifs géométriques (motifs adinkra par exemple) ou figuratifs (fig. 3). Le manche peut également comporter jusqu’à quatre poignées. Nous pouvons distinguer plusieurs influences étrangères. Certains abosodee sont en effet des copies d’objets européens (sucriers, barils de poudre, mitrailleuses…). Les motifs font partie du riche répertoire iconographique des arts du Ghana ; beaucoup sont liés à un proverbe.

  • 2 Bravmann R. (1968) - The state sword - A pre-Ashanti tradition. Ghana Notes and Queries, 10, p. 1-4
  • 3 Van Dantzig A. (1970) - A Note on “The State Sword" - A pre-Ashanti Tradition, Ghana Notes and Quer (...)
  • 4 Jones A. (1994) - A Collection of African Art in Seventeenth-Century Germany: Chistoph Weickmann’s (...)
  • 5 De Marees P. (1987) - Description and historical account of the kingdom of Guinea (1602), traduit d (...)

3Nous avons intégré au corpus trois sabres collectés sur la Côte de l’Or au début du xviie siècle – période des « Kunstkammer », ou cabinets de curiosité –, conservés dans les musées de Copenhague et d’Ulm (Allemagne). Ces sabres et leur acquisition sur la Côte de l’Or font l’objet de la première partie du mémoire, qui s’appuie principalement sur les travaux de Bravmann (1968)2, Van Dantzig (1970)3 et Jones (1994)4. Ces auteurs font tous référence à des récits de voyageurs européens, dont le plus important est celui de Pieter de Marees (1602)5. Sa description est, en effet, la plus ancienne et la plus complète qui correspond à la fois aux trois exemplaires des musées européens et à la peinture d’Eekhout qui date de 1642 (fig. 4). L’afena – décrit par De Marees comme étant en forme de « jambon »– est employée pour différentes fonctions. En croisant les descriptions de De Marees avec les gravures de l’ouvrage et leur légende, nous avons en effet prouvé qu’il est employé aussi bien comme arme d’apparat que comme outil agricole polyvalent, ou comme arme de guerre et d’exécution. Cette dernière fonction est attestée par la représentation de scènes de décapitation sous forme de poids à peser l’or. Le sabre pourrait donc être une variante d’un outil polyvalent de type machette-serpe et par conséquent avoir une origine endogène. Toutefois, son utilisation symbolique ancienne (pouvoir politique et judiciaire) offre une autre piste, celle d’une origine exogène.

  • 6 Vogt J. (1979) - Portuguese rule on the Gold Coast: 1469-1682, éds. University of Georgia Press, At (...)

4Dans la seconde partie du mémoire, nous prenons en compte l’importance stratégique de la Côte de l’Or pour le commerce maritime à longue distance, instauré par les Portugais, dont dépend en partie l’histoire de la culture matérielle du Ghana. Des notions fondamentales de navigation sont ici abordées. La Côte de l’Or est en effet une région que les navires peuvent atteindre soit directement de l’Europe, soit y faire étape, au retour des Indes. Le commerce de l’or s’organise autour de São Jorge da Mina à partir de 1482. Ce fort, construit par les Portugais, est dès la fin du xve siècle un trait d’union entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie, où ont brassés marchandises, hommes et cultures. Ce sont surtout les textiles et les objets de cuivre qui rencontrent le succès chez les populations côtières. Après la découverte de la route des Indes par Vasco da Gama en 1498, les textiles proviennent principalement des comptoirs portugais établis sur la côte occidentale de l’Inde (Goa, Cambay…) et du Gujarat (Sirat). À São Jorge da Mina, au xvie siècle, les textiles représentent quarante pour cent du volume d’affaire (Vogt : 1979)6. Les étoffes d’Inde, en soie brodée, ou les taffetas de soie imprimée en couleur, sont à la mode, particulièrement dans les milieux royaux akans, comme nous l’indique Müller (1673) :

  • 7 Müller in: Bravmann R. (1968) - The state sword - A pre-Ashanti tradition, Ghana Notes and Queries, (...)

« Acrosan, l’ancien Day mort en 1662, fut un homme d’État de grande richesse. […]. Les vêtement du Day étaient fait de soie d’Inde orientale […]. »7

5Les étoffes peuvent véhiculer une iconographie à l’origine de la création de nouveaux objets comme l’afena, mais aucun lien solide n’a pu être, à ce jour, mis en évidence.

  • 8 Ross D.H., Cole H. (1983) - in: D. Ross and T. Garrard (ed.) Akan Transformations: Problems in Ghan (...)

6Dans une troisième partie, nous tirons un bilan des différentes influences étrangères possibles sur l’afena. Pour la lame, une probable origine indienne est étayée par l’existence de plusieurs types de couteaux-faucilles présents sur la côte du Malabar (« ayda katti » des Coorgs et couteau des Moplahs, utilisés tant pour le combat que pour les travaux agricoles). La forme si particulière du manche se retrouve dans des talons de lances du Sri Lanka – qui sont des objets de pouvoir – de style « indo-portugais ». Les poignées ornées de tétons cylindriques sur leurs quatre côtés sont à rapprocher d’éléments de l’architecture manuéline, par exemple ceux de la tour de Belém, à Lisbonne (fig. 2, deuxième sabre en partant de la droite). Il reste à déterminer comment ces formes de la Renaissance ont pu être intégrées dans le répertoire iconographique ashanti. La multiplication des lames de l’afena (fig. 3) pourrait provenir du « Dhu al Faqar », l’une des neufs épées du prophète Mahommet. Celle-ci présente deux lames. Utilisée comme symbole chiite, on la retrouve sur des drapeaux circulant sur de vastes distances (Ross : 1984)8. Le Ghana est en effet lié depuis des siècles à la culture musulmane par la zone commerciale de Begho, située entre savane et forêt.

7Les influences étrangères formelles et stylistiques sont donc évidentes quant aux exemplaires des deux derniers siècles. Néanmoins, ces éléments sont intégrés dans un ensemble original qui garde de nombreuses caractéristiques propres.

8L’origine du sabre reste donc problématique. A-t-il été adopté par l’intermédiaire des Portugais ? Est-il la combinaison d’une lame polyvalente endogène et d’un manche exogène ? Il est en tout cas intimement lié à l’identité des États akans, de la côte et de l’intérieur, ainsi qu’à l’histoire des contacts avec les européens, et par leur intermédiaire, d’une mise en relation avec d’autres parties du monde. Cette recherche sera à poursuivre, pour l’afena comme pour d’autres objets du Ghana, car elle est à l’opposé de la vision dogmatique d’un art africain puisant aux sources du primitivisme et s’épanouissant à l’écart du reste du monde.

Haut de page

Notes

1 La provenance de mfena conservés dans les musées peut-être donnée par une zone géographique (« Côte de l’Or », « Ghana »), ou par le nom d’un groupe (« akan », « ashanti », « baoulé »).

2 Bravmann R. (1968) - The state sword - A pre-Ashanti tradition. Ghana Notes and Queries, 10, p. 1-4.

3 Van Dantzig A. (1970) - A Note on “The State Sword" - A pre-Ashanti Tradition, Ghana Notes and Queries, 11, p. 47-48.

4 Jones A. (1994) - A Collection of African Art in Seventeenth-Century Germany: Chistoph Weickmann’s “Kunst und Naturkammer”, African Arts, 27, n° 2 (avril 1994), p. 28-94.

5 De Marees P. (1987) - Description and historical account of the kingdom of Guinea (1602), traduit du néerlandais et commenté par Albert Van Danzig et Adam Jones, éds. Oxford University Press, New York.

6 Vogt J. (1979) - Portuguese rule on the Gold Coast: 1469-1682, éds. University of Georgia Press, Athens (E.U).

7 Müller in: Bravmann R. (1968) - The state sword - A pre-Ashanti tradition, Ghana Notes and Queries, 10, p.1-4.

8 Ross D.H., Cole H. (1983) - in: D. Ross and T. Garrard (ed.) Akan Transformations: Problems in Ghanaian Art History, Museum of Cultural History Monograph series, vol. 21, UCLA Los Angeles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guillaume, « Europe, Afrique, Asie », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 185-187.

Référence électronique

Jean Guillaume, « Europe, Afrique, Asie », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://aaa.revues.org/802

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org