Navigation – Plan du site
Résumés de thèse et de mémoires de Master

Costumes, églises et identités en Afrique du Sud

Lakshmi Pather
p. 188-190

Entrées d’index

Index géographique :

Afrique du Sud/South Africa
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de Master de recherches de deuxième année en Histoire de l’art soutenu en juin 2008. Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Direction : Jean Polet.

Texte intégral

  • 1 Elles font partie du vaste groupe des Églises dites Indépendantes Africaines. À la fin du xxe siècl (...)

1La création du vêtement religieux, est née, comme beaucoup d’autres formes d’art dont le perlage, des interactions culturelles qui caractérisent l’histoire de l’Afrique du Sud. L’implantation du christianisme marque avec l’introduction du vêtement occidental le point de départ d’une création du costume dans les communautés chrétiennes noires. Depuis le début du xxe siècle, s’opère un développement spécifique des costumes religieux, souvent riches en couleurs et accessoires. Dans la ville de Johannesburg, chaque dimanche, de multiples groupes religieux prient en plein air au milieu des grands parcs, arborant pour l’occasion leurs habits d’apparat. Ce sont des églises de l’esprit, dites aussi sionistes et apostoliques1. Elles se caractérisent par un syncrétisme tout à fait original combinant éléments du christianisme et éléments culturels sud- africains, pour une synthèse où l’accent est mis sur l’Esprit Saint qui intervient dans les rêves, les révélations, et la guérison divine. Leurs costumes n’avaient pas, jusqu’alors, fait l’objet d’une étude précise. Les recherches antérieures avaient essentiellement concentré leur intérêt sur les croyances et la liturgie. L’analyse de la forme, des couleurs, des motifs et de leurs significations relève du champ d’investigation de l’historien de l’art. Pourquoi ces individus portent-ils ces costumes ? Que reflètent ces vêtements ? Cette étude tente de comprendre les sens, que véhicule le costume à l’extérieur comme à l’intérieur du groupe, dans le contexte social contemporain de l’Afrique du Sud.

2La méthodologie utilisée associe une étude bibliographique extensive à un travail de terrain réalisé pendant les mois de février et mars 2008, dans la ville de Johannesburg, grâce à l’accueil d’Anitra Nettleton dans son département d’Histoire de l’Art à l’Université du Witwatersrand. L’étude bibliographique fait appel en grande majorité à des recherches anthropologiques sur les églises sionistes, présentant très peu d’images. Le terrain a permis d’enrichir le corpus iconographique jusque là assez pauvre. Celui-ci, finalement, est constitué de 36 photographies allant des années 1940 à aujourd’hui, les douze premières, en noir et blanc, reprises d’études anthropologiques, et les vingt-quatre autres, en couleurs, issues de journaux et de la série personnelle faite lors du travail de terrain.

3Les observations et les discussions avec les individus sont devenues de précieuses sources d’informations. Malheureusement les réponses aux questions ont souvent été brèves. Les personnes interrogées ne répondent pas toujours à la question posée, et la forme de la question peut également influencer sur le type de réponse. Dans la recherche de la signification du costume, l’interaction entre le chercheur et l’individu pose donc problème.

  • 2 Le terme d’église est à entendre comme un groupe religieux dont les membres (dont le nombre peut al (...)

4Pour tenter de travailler sur les sens multiples du costume religieux, la démarche a consisté à aller du visible et des études livresques vers ce que le terrain révélait de nouveau, des pistes de réflexion non apparentes, le non visible et le non dit. Il apparaît alors que le costume s’est déplacé du signe ostentatoire à l’expression culturelle à travers une symbolique protectrice, puis vers le cœur d’une compétition entre églises2.

  • 3 ZCC : Zion Christian Church, la plus grande église indépendante d’Afrique. (des milliers de fidèles (...)
  • 4 Au sens très large le plus souvent utilisé dans cette région de l’Afrique, Sion désigne des églises (...)
  • 5 B. Sundkler, Bantu Prophets in South Africa, London, New York, Owford University Press, 1948, 123p.

5Tout d’abord, le costume reflète l’appartenance à une communauté religieuse, à des modes de pensée. Aujourd’hui, les robes ou tuniques, bleues et blanches (parfois rouges), les écharpes de couleur, les cordons et ceintures, les bâtons saints des groupes en plein air, ainsi que les uniformes très militaires jaunes, verts, beiges et bleus des membres de la ZCC3, sont des signes qui communiquent clairement l’identité sioniste4 et apostolique dans la société sud-africaine. Le costume permet d’affirmer l’existence, la capacité d’invention, le potentiel d’organisation, d’une population noire pauvre. Le contexte difficile qui caractérise le cadre de vie de beaucoup de Sionistes et Apostoliques est un facteur qui explique le besoin de se prémunir, contre des maux éventuels, par le port de costumes et d’accessoires investis de pouvoirs. Si la première étude sur ces églises, effectuée par le missionnaire Bengt Sundkler5 dans les années 1940 proposait des significations précises des couleurs à la lumière de l’histoire sainte, les enquêtes ne confirment pas cette interprétation unique et permettent de constater que c’est plutôt l’ensemble des éléments – costume, couleurs, motifs et accessoires – qui a une importance et une signification globale pour les individus : unité spirituelle, identité, protection contre le mal (maux physiques et moraux), guérison. Les motifs décoratifs (croix, étoiles) sont aussi expliqués comme symboles protecteurs. Le port des mêmes couleurs crée une cohésion du groupe, un lien spirituel. Cette unité créatrice d’une énergie particulière donne de la force au groupe. Si des emprunts sont faits à la bible, le sens des couleurs provient aussi d’un fond culturel où le blanc, le rouge, et le jaune, ont un sens profond dans l’imaginaire des communautés de langue bantoue (voir commentaires des photographies).

6Les observations et propos recueillis ont amené à dépasser la problématique identitaire de départ, en allant vers un aspect du costume non révélé explicitement par les acteurs : le port du costume se trouve au cœur d’une compétition. La multitude et la diversité extrême des églises posent la question de la volonté de distinction dans un contexte de compétition avec les autres groupes religieux. Pour faire exister sa communauté parmi les autres, il faut attirer des fidèles, en misant sur le tissu, la forme et la couleur du costume. Ici, les costumes constituent une catégorie ouverte, qui laisse place à l’originalité et à l’expression artistique de chacun. L’analyse du corpus met remarquablement en évidence cette compétition, les costumes ne sont pas prisonniers de l’appartenance à une église : leur style évolue dans le temps. Même s’ils présentent une unité formelle de couleurs, coupes et motifs, la façon de les combiner change, dépendant de la créativité de chacun, et rendant unique chaque costume personnalisé. Si la christianisation a été en inadéquation avec les pratiques culturelles des communautés sud-africaines, par le rejet de certaines pratiques, elle a stimulé l’esprit artistique des individus, et a été facteur d’impulsion créative dans le domaine du vêtement.

7Les costumes de la ZCC, eux, ont révélé une dimension beaucoup plus sociologique du sujet. Ils résultent d’une production industrielle organisée par l’église, répondant à une demande de millions de fidèles, et restent extérieurs à l’individualité de chacun. La standardisation de l’offre du costume de la ZCC fait du vêtement un produit de masse, supprimant ainsi toute originalité. Elle met en jeu un aspect non attendu de l’étude du costume religieux, celui du « business ». En effet chaque uniforme coûte entre 120 et 150 euros.

8Le costume est finalement polysémique. Il est, vis-à-vis de la société sud-africaine, un signe d’appartenance communautaire, signe d’existence et de dignité. Au sein du groupe, il est protection et outil de guérison ; il permet aussi l’expression d’une créativité. Pour les évêques le costume permet de se distinguer, d’individualiser leur église, dans un contexte de compétition entre groupes. Dans la ZCC, il est l’instrument d’une activité rentable qui pose les limites de l’expression créative dans le costume religieux. Le costume révèle donc une identité particulière au sein de la population sud-africaine avec ses croyances et ses conditions sociales, et plus largement, révèle des fonctionnements collectifs de prise de pouvoir symbolique, spirituel et économique.

Figure 1 - Évêque de la Khathutshelo Zion Apostolic Church, dans un de ses costumes de guérison

Figure 1 - Évêque de la Khathutshelo Zion Apostolic Church, dans un de ses costumes de guérison

Cliché L. Pather, dimanche 17 février 2008, ville de Tohoyandu, Limpopo, Province Nord de l’Afrique du Sud

Figure 2 - Un prophète (guérisseur) de la Gospel Zion Church

Figure 2 - Un prophète (guérisseur) de la Gospel Zion Church
  • 6 G. Van Wik, Illuminated Signs: Style and Meaning in the Beadwork of the Xhosa and Zulu-speaking Peo (...)

Selon beaucoup de prêtres sionistes, le bleu est la couleur céleste, une « couleur spirituelle » qui leur donne de la force. « Le bleu est une couleur qui donne de la puissance et qui permet de combattre et de se protéger des mauvais esprits » (propos de l’évêque Michael, Gospel Zion Church, dimanche 2 mars 2008, Delta Park). Le rouge comme le blanc, est une couleur importante dans la culture des populations de langue bantoue. Couleur du sang, des menstruations, elle représente le principe du cycle de la vie, selon Gary Van Vick6. Le Blanc est couleur de l’initiation, elle est aussi liée aux ancêtres avec une forte valeur spirituelle. Sur le terrain, les personnes interrogées rattachent aussi le blanc à la pureté. Les couleurs particulières, les motifs de croix, les cordons protecteurs, les bâtons saints sont autant d’éléments qui permettent à l’évêque/prophète de se renforcer et de se protéger des mauvais esprits quand il guérit un malade. Le vêtement est repoussoir des forces malveillantes, en effet porter un beau vêtement avec de belles couleurs est une sorte d’armure, montrant au Mal que la personne n’est pas faible et démunie, mais forte. Pour les fidèles, tous ces éléments du costume (mêlés aux prières) permettent de préserver leur force vitale, de les renforcer contre les maux en général.

Cliché L. Pather, dimanche 2 mars 2008, Delta Park, quartier de Craighall Park, Johannesburg, province du Gauteng

Haut de page

Notes

1 Elles font partie du vaste groupe des Églises dites Indépendantes Africaines. À la fin du xxe siècle, en rupture avec les églises de missions contrôlées par les Hollandais et les Britanniques, les Noirs décidèrent de former leurs propres organisations religieuses indépendantes.

2 Le terme d’église est à entendre comme un groupe religieux dont les membres (dont le nombre peut aller d’une dizaine à plusieurs dizaines) se regroupent pour prier en plein air, sans structure bâtie.

3 ZCC : Zion Christian Church, la plus grande église indépendante d’Afrique. (des milliers de fidèles en Afrique australe).

4 Au sens très large le plus souvent utilisé dans cette région de l’Afrique, Sion désigne des églises qui mettent en avant la guidance de l’Esprit et la Guérison.

5 B. Sundkler, Bantu Prophets in South Africa, London, New York, Owford University Press, 1948, 123p.

6 G. Van Wik, Illuminated Signs: Style and Meaning in the Beadwork of the Xhosa and Zulu-speaking Peoples, African Arts, Autumn 2003, p. 26.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Évêque de la Khathutshelo Zion Apostolic Church, dans un de ses costumes de guérison
Crédits Cliché L. Pather, dimanche 17 février 2008, ville de Tohoyandu, Limpopo, Province Nord de l’Afrique du Sud
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 - Un prophète (guérisseur) de la Gospel Zion Church
Légende Selon beaucoup de prêtres sionistes, le bleu est la couleur céleste, une « couleur spirituelle » qui leur donne de la force. « Le bleu est une couleur qui donne de la puissance et qui permet de combattre et de se protéger des mauvais esprits » (propos de l’évêque Michael, Gospel Zion Church, dimanche 2 mars 2008, Delta Park). Le rouge comme le blanc, est une couleur importante dans la culture des populations de langue bantoue. Couleur du sang, des menstruations, elle représente le principe du cycle de la vie, selon Gary Van Vick6. Le Blanc est couleur de l’initiation, elle est aussi liée aux ancêtres avec une forte valeur spirituelle. Sur le terrain, les personnes interrogées rattachent aussi le blanc à la pureté. Les couleurs particulières, les motifs de croix, les cordons protecteurs, les bâtons saints sont autant d’éléments qui permettent à l’évêque/prophète de se renforcer et de se protéger des mauvais esprits quand il guérit un malade. Le vêtement est repoussoir des forces malveillantes, en effet porter un beau vêtement avec de belles couleurs est une sorte d’armure, montrant au Mal que la personne n’est pas faible et démunie, mais forte. Pour les fidèles, tous ces éléments du costume (mêlés aux prières) permettent de préserver leur force vitale, de les renforcer contre les maux en général.
Crédits Cliché L. Pather, dimanche 2 mars 2008, Delta Park, quartier de Craighall Park, Johannesburg, province du Gauteng
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lakshmi Pather, « Costumes, églises et identités en Afrique du Sud », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 188-190.

Référence électronique

Lakshmi Pather, « Costumes, églises et identités en Afrique du Sud », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://aaa.revues.org/800

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org