Navigation – Plan du site

Les masques « Krou » de Côte-d’Ivoire

De nouvelles sources d’informations
Pierre Boutin
p. 7-26

Résumés

Les masques « krou », admirés par les artistes du début du xxe siècle, sont surtout célèbres par leur plastique « cubiste ». Ils n’ont jamais été observés sur le terrain et on ne connaît même pas de manière certaine la population qui les a produits et utilisés. On ne sait rien de leur fonction, ni des circonstances lors desquelles ils étaient amenés à se produire. On ignore enfin le jugement esthétique que portait la population utilisatrice sur des masques faciaux souvent dépouillés de leurs coiffes, parures et ornements avant leur mise en exposition. Le présent texte essaie de répondre à ces questions en rapprochant des indices de natures diverses. Sont sollicités  : deux séries de masques exposés au Musée Africain de Lyon, la mémoire missionnaire, la littérature ethnographique et esthétique, un texte peu connu de Georges Thomann, des étymologies, des photos de terrain de diverses époques et le rapport d’enquête d’une visite récente faite aux habitants d’un village de l’ethnie godié. De cette confrontation, quelques certitudes émergent  : les masques de ce type semblent être l’œuvre de plusieurs groupes appartenant à l’ensemble linguistique Kru  : les Bakwé, les Godié et, dans un passé récent, les Nèyo. Les masques, cubistes ou non, s’ordonnaient, chez les Godié, dans une séquence hiérarchisée de masques différenciés. Pour résoudre les problèmes non élucidés, de nouvelles enquêtes de terrain devraient être menées.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pierre Boutin, membre de la Société des Missions Africaines, chercheur indépendant, réside à Dikodougou, région de Korhogo, au nord de la Côte d’Ivoire. Linguiste de formation, il s’intéresse particulièrement aux taxinomies traditionnelles qui se dégagent des vocabulaires spécialisés (botanique, zoologique, ethnonymes, objets protecteurs). Il a dirigé pendant cinq ans (de 1998 à 2003) le Musée Africain de Lyon.
M. Boutin, en séjour de très longue durée au nord de la Côte d’Ivoire, loin de toute bibliothèque et de tout point d’accès internet, n’a pas pu, à son grand regret, prendre en compte toutes les suggestions des relecteurs – consulter en particulier la planche (XI) publiée par Frobenius en 1898 dans Die Masken und Geheimbünde Afrikas. En raison de la qualité des informations nouvelles apportées par ce texte, l’éditeur a décidé de le publier en l’état.

Texte intégral

  • 1 Dont Maurice de Vlaminck, Henri Matisse, André Derain, Pablo Picasso, Georges Braque, Amedeo Modigl (...)

1Les artistes du début du xxe siècle, appartenant à des courants aussi divers que les mouvances fauviste, cubiste, primitiviste ou expressionniste1, ont été fascinés par les objets extra-européens dont les formes surprenantes, à l’encontre des productions de l’art classique occidental, ne cherchaient pas à « raconter une histoire » ou à « copier la nature ». Pour Pablo Picasso en particulier, le choc a été grand de découvrir des œuvres qui n’avaient d’autre référence qu’elles-mêmes  : c’est-à-dire, au plan formel, un ensemble cohérent de formes, de lignes, trouvant en lui-même sa propre logique (Verger-Fèvre 1989  : 120).

  • 2 W. Rubin (1987  : 304-307) donne l’exemple de masques des anciennes collections Picasso et Braque e (...)

2Leur intérêt pour des œuvres qui ne « disaient rien » était tel qu’ils les ont souvent acquises et collectionnées, gardant exposés dans leur atelier2 des modèles qui pouvaient les inspirer dans leur quête d’une nouvelle esthétique.

  • 3 Africains, Océaniens et, à un moindre degré, Amérindiens.

3La compréhension des « Arts du Sud »3 que pouvaient avoir les plasticiens occidentaux a été obscurcie par un malentendu fondamental  : ignorant tout de la démarche artistique de leurs homologues des sociétés extra européennes, les peintres modernes ont projeté sur eux leurs propres conceptions et préoccupations, les impliquant indirectement dans un débat qui n’était pas le leur.

4Notons par ailleurs qu’être « muets » n’est pas une qualité intrinsèque des « objets primitifs ». Si l’avant-garde picturale de l’art moderne ignorait tout du contexte de production et d’utilisation de ces oeuvres, c’est tout d’abord parce qu’elles étaient étrangères à la culture de ceux qui admiraient leur seule hardiesse plastique.

  • 4 Qu’ils recevaient parfois d’intermédiaires locaux aussi peu informés qu’eux.

5Cette absence de documentation est aussi liée aux conditions de collecte de ces objets (Laude 1966  : 18-19). Les premiers explorateurs, marins, militaires et missionnaires qui les ont collectés à la fin du xixe siècle se sont peu préoccupés de noter la provenance et l’usage d’objets4 qui demeuraient, pour eux, des souvenirs de voyage ou des « objets de curiosités ».

Les masques krou et les artistes cubistes

  • 5 Masque de type Ngil.

6Au nombre de ces objets « exotiques » se sont trouvés des masques africains. On connaît le « grand masque blanc du Gabon »5 acheté par Maurice de Vlaminck, cédé ensuite à André Derain, qui a attiré l’attention de Matisse et de Picasso. Ceux-ci ne sont pas sortis indemnes de cette rencontre (Verger-Fèvre 1989  : 118).

  • 6 Ou « kru », du nom d’une ethnie du sud-ouest de la Côte d’Ivoire.

7Mais les masques auxquels on prête la plus grande influence sur les débuts de la peinture moderne sont les masques « krou »6. Ces masques faciaux ou horizontaux en bois, de facture stylisée, jouissent d’une bonne notoriété, principalement du fait de leur hardiesse plastique. Picasso et Braque, en particulier, ont admiré l’économie de moyens d’un sculpteur qui a construit un visage en assemblant des volumes géométriques  : cylindre du front et des yeux, planchette verticale du nez, rectangle de la bouche, partagée par la double ligne de chevrons figurant les dents (ph. 1).

Photo 1 - « Masque krou »

Photo 1 - « Masque krou »

Lyon, Musée Africain, vitrine III,25 (MA 116.940.001), cliché G. Sagnol

  • 7 William Rubin 1987 : 305.
  • 8 Id., p. 19-21. Cette « construction » de 1912, Guitare, est actuellement dans les collections du Mu (...)

8Pablo Picasso a détenu un masque « krou »  : on peut l’identifier sur un dessin de 1917, accroché à droite au mur de la salle à manger de l’artiste à Montrouge (ph. 2)7. L’œuvre en tôle et fil métallique inspirée par ce masque « cubiste avant l’heure » est aussi connue (ph. 3)8.

Photo 2 - Pablo Picasso « Salle à manger de l’artiste à Montrouge, 1917 »

Photo 2 - Pablo Picasso « Salle à manger de l’artiste à Montrouge, 1917 »

Paris, Musée Picasso, dessin à la mine de plomb, reproduit in : William Rubin, 1987 : 305

Photo 3 - Pablo Picasso « Guitare 1912 »

Photo 3 - Pablo Picasso « Guitare 1912 »

New York, The Museum of Modern Art, in : WilliamRubin, 1987 : 20

Photo 4 - Masque « Kru »

Photo 4 - Masque « Kru »

In : Hugo Zöller, 1885, I : 291

  • 9 Un cliché, pris en 1885 par Hugo Zöller (1885, p. 16), présentant un danseur masqué « kru » au mili (...)

9Pourtant, ces masques souffrent d’un déficit majeur de documentation de terrain. On peut même dire que l’information dont nous disposons est inversement proportionnelle à leur célébrité plastique. À l’encontre de ceux d’autres groupes ethniques du sud-ouest ivoirien (Wè, Bété, Niabwa, etc.), les masques cubistes krou n’ont été que rarement observés en action9. On ne sait donc rien de leur fonction, – ludique, funéraire, initiatique, judiciaire –, de la périodicité de leurs prestations, – régulière ou exceptionnelle –, ni du public cible admis à les voir – assistance ouverte, élargie ou public restreint, avec ou sans sélection d’âge ou de sexe.

Les appellations traditionnelles de ce type de masques

10Les masques cubistes font l’objet de dénominations multiples. On les rattache à des lieux, on leur attribue des origines ethniques dont il nous faut évaluer la pertinence.

Masques de Sassandra  ?

  • 10 Sassandra est la ville portuaire pourvue d’un wharf qui, avant l’inauguration du port de San Pedro, (...)
  • 11 Réf. MH 00-44-103. Collectée à la fin du xixe siècle, cette œuvre a été montrée à l’Exposition Univ (...)
  • 12 Ils sont enregistrés sous les cotes MA 116.940.001-005 et 117.940.001.
  • 13 Musée privé d’association, situé 150, cours Gambetta, Lyon (7e).

11La première appellation de ce type d’œuvres est « masques de Sassandra »10. C’est cette désignation que porte la fiche de la célèbre pièce du Musée de l’Homme (ph.5)11. Cette dénomination devait être commune  : six masques12 du Musée Africain de Lyon (ph.6)13, offerts par le Père Jules Savéan (1910-1978) en 1947, portent dans un descriptif ancien (Faublée 1952  : 4), la même désignation.

Photo 5 - « Masque de Sassandra »

Photo 5 - « Masque de Sassandra »

Paris, Musée de l’Homme, (MH 00-44-103), reproduit in : Michel Leiris et Jacqueline Delange 1967 : 11, fig. 12

Photo 6 - Vitrine centrale, « Masques du sud-ouest de la Côte d’Ivoire »

Photo 6 - Vitrine centrale, « Masques du sud-ouest de la Côte d’Ivoire »

- en haut, à gauche, MA 116.940.004, H. : 31,2 cm, bois (Ricinodendron Heudelotii), kaolin, peinture noire à la suie, bleu Guimet, date d’entrée dans les collections 1947
- au centre, MA 116.940.002, H. : 36 cm, bois (Xylopia aethiopica), kaolin, peinture noire à la suie, ocre, fer blanc, cordelette de chanvre, fibres végétales, date d’entrée dans les collections 1947
- en bas à droite, MA 116.940.003, H. : 31,5 cm, bois (Ricinodendron Heudelotii) kaolin, peinture noire à la suie, ocre, fer blanc, cordelette de chanvre, fibres végétales, date d’entrée dans les collections 1947

Lyon, Musée Africain, vitrines III,24-26 (MA 116.940.001-005 et 117.940.001), cliché G. Sagnol

  • 14 Société des Missions Africaines 2005b, Biographies des confrères de la province de Lyon décédés. To (...)
  • 15 Région actuelle du Centre ouest de la Côte d’Ivoire, ethnies Bété, Yaouré et Gouro.
  • 16 Il s’agit de l’ancienne appellation du Musée Africain de Lyon.

12Or la notice biographique de ce missionnaire14 indique, qu’entre son arrivée en Côte d’Ivoire (1937) et son départ en congé (novembre 1946), il a exercé à Aboisso, Daloa et Bouaflé15, mais n’a jamais résidé dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Comment, dans ces conditions, a-t-il eu l’occasion d’acquérir des « masques de Sassandra » ? J’ai longtemps pensé qu’il avait dû transiter par ce port avant de s’embarquer pour la France, mais la solution m’a été indiquée par le Père Élie Cocho, son vicaire à Bouaflé de 1959 à 1968, qui m’a confié récemment avoir entendu le P. Savéan lui dire que ces masques lui avaient été confiés, avant son embarquement à Grand Bassam, par la procure des Missions Catholiques d’Abidjan pour qu’il les fasse parvenir au Musée des Missions Africaines16. Le parcours des objets, avant leur dépôt dans les musées, est parfois tortueux.

13Du développement qui précède, on peut conclure que parler de « masques de Sassandra », c’est indiquer une zone de provenance ou d’acquisition.

Masques krou ?

  • 17 Citons, par exemple, Holas 1969  : fig. 28  ; Holas 1980  : ht 12-13.

14L’appellation « masques krou » est postérieure à la précédente. Peut-être initiée par Pieter Jan-L. Vandenhoute (1948  : 48, fig. XVI), elle a été reprise par Bohumil Holas, après son enquête de 1948 au Liberia (Dekeyser et Holas 1952  : 58), puis dans diverses publications illustrant les collections du Centre de Sciences Humaines d’Abidjan17. Cette appellation est maintenant largement utilisée par les plasticiens francophones.

  • 18 Le terme anglais "crew man" ( = « homme d’équipage ») est passé en pidgin english ( = lingua franca(...)
  • 19 Marchese 1983. Le complexe linguistique kru pourrait atteindre les 2 millions de locuteurs.

15Le terme « krou » est lui-même polysémique. Il renvoie à plusieurs entités. Il désigne tout d’abord le peuple krou, une population de près de 150 000 ressortissants qui occupe la partie sud-ouest de la Côte d’Ivoire (département de Tabou) et une enclave côtière au Liberia, entre les Bassa et les Grebo (voir carte). Il se réfère aussi au groupe ethno-professionnel des Kroumen18. Ce personnel supplétif, embarqué depuis des siècles sur les bateaux européens, au large du Liberia et de la Côte d’Ivoire, assistait les équipages européens dans les travaux de bord les plus pénibles (Behrens 1974). Il désigne, par extension, l’ensemble linguistique kru qui regroupe une dizaine de langues subdivisées en une quarantaine de parlers majeurs occupant une vaste zone sur les frontières du Liberia et de la Côte d’Ivoire19. On peut déjà affirmer que si nos masques cubistes sont krou, ils ne relèveront que de l’une ou l’autre des deux premières acceptions  : ils seront « krou » au sens restreint du terme.

Carte - « Carte des parlers krou »

Carte - « Carte des parlers krou »

In : Pierre Harter 1991 : 60

  • 20 Comme l’ont été les formes masquées et bété.

16En effet, si on les présumait kru au sens linguistique et large du terme, ils seraient répartis sur une vaste zone longue de plus de 800 km (des Dida aux Bassa) et large de plus de 300 (des Wobè aux Grebo) à l’intérieur de laquelle ils n’auraient pas manqué d’être depuis longtemps repérés20.

Masques grebo ?

  • 21 Le meilleur exemple est Rubin 1987 : 19-21. Pourtant, d’autres auteurs, plus au fait des études est (...)
  • 22 Avant le conflit inter libérien de 1990-1998, qui a dû entraîner une diminution drastique de cette (...)

17Les masques faciaux de facture cubiste sont aussi qualifiés de « grebo » par la littérature anglophone21. Les Grebo formaient une population de plus de 150 000 personnes22 occupant la rive libérienne du bas Cavally et faisant donc face au bloc krou ivoirien.

Masques oubi ?

  • 23 Cette petite population de près de 1000 ressortissants occupe un petit territoire (9 villages) auto (...)
  • 24 Holas 1968  : 31  ; Holas 1969  : 92, n° 18.
  • 25 Harter 1991  : 62 et 61, photo 3.

18Bohumil Holas donne pour « oubi »23 ceux des masques cubistes qui présentent dans la partie supérieure des séries superposées d’yeux ou une superstructure à lame24 (ph. 7). Quatre masques à yeux tubulaires, conservés au musée de l’IFAN de Dakar, sont dits d’origine oubi.25

Photo 7 - « Masque Oubi »

Photo 7 - « Masque Oubi »

Abidjan, Musée des Arts et Civilisations, reproduit in : Bohumil Holas 1968 : 92, n° 18

Ces attributions ont été critiquées

19Ces identifications, multiples et contradictoires, ne résistent pas à des enquêtes de terrain menées plus récemment.

Ces masques ne sont pas d’origine grebo

20Bohumil Holas lors de sa mission au Liberia en 1948 n’a jamais rencontré de masque cubiste en pays grébo (Dekeyser et Holas 1952  : 398-399). Cette affirmation a été corroborée par trois collecteurs d’objets français qui ont parcouru la région vers les années 1960-1962. Le Dr Pierre Harter a recueilli leur témoignage  :

« … Ils n’ont réussi à voir qu’un seul masque réaliste ovalaire, avec des cornes rapportées. Tous les masques cubistes qu’ils découvrirent plus tard le furent en Côte d’Ivoire. » (Harter 1991  : 64).

21Un autre chercheur de terrain, dans une communication personnelle adressée en 1991 au même auteur, est plus précis  : les masques grébo sont d’un style différent : naturaliste, et non géométrique  :

« Ayant vécu sept ans dans cette région, et l’ayant parcourue, à partir de 1958, Paolo Morigi déclare formellement que tous les masques cubistes à yeux cylindriques qu’il a vus avaient été réalisés en Côte d’Ivoire et qu’aucun ne provenait du Liberia. Seuls s’observaient des masques réalistes d’inspiration dan. » (Harter 1991  : 64).

22Pierre Harter donne plus loin d’autres détails  : les masques faciaux grébo ressemblent à ceux des Dan, bien qu’ils semblent plus proches du style des fractions septentrionales (Guio-Geh) (Harter 1991  : 64).

23En dépit du fait qu’il n’y ait jamais eu d’observation directe – c’est-à-dire d’observations de terrain – de masques cubistes au Liberia, les esthètes américains ont attribué à l’Afrique qui leur était la plus familière – c’est-à-dire le littoral libérien –, des formes masquées célèbres par l’influence qu’on leur a prêtée sur les premiers peintres modernes.

Ces masques ne sont pas d’origine krou au sens strict

24De leur côté, bien qu’on n’ait jamais décrit le moindre masque de ce type en action chez les Krou, les esthètes francophones ont accolé une étiquette « krou » aux masques cubistes des collections :

« On peut émettre sérieusement l’hypothèse que ces masques cubistes, qui ont tant inspiré nos peintres du début du siècle, sont plutôt d’origine ivoirienne, et donc originaires du groupe krou ivoirien. Néanmoins, personne ne semble avoir été le témoin d’une quelconque prestation de ces masques… » (Harter 1991  : 66).

  • 26 Il a résidé à Tabou pendant 28 ans (de 1935 à 1963).

25Des témoins, crédibles du fait de leur durée de séjour en pays krou, attestent que ces masques ne sont pas repérés dans la partie ivoirienne du pays krou. On peut citer, en particulier, le témoignage du Père Simon-Pierre Cossé (1898-1977)26. Après une visite, au Centre de Sciences Humaines (ou « Musée de l’IFAN ») d’Abidjan, visite au cours de laquelle, j’ai pu voir, exposés, deux masques « cubistes » des collections, je lui ai posé en 1970, à la Maison régionale des Missions Africaines (Dabou), où il était en retraite, la question suivante :

Q. « Avez-vous vu à Tabou des masques krou, tels ceux que montrent les musées  ? »

26Il m’a répondu :

R. « Jamais chez les Krou, ni en Côte d’Ivoire, ni à Cape Palmas ou Harper, au Liberia, où je suis régulièrement allé ».

  • 27 Située 150, cours Gambetta, Lyon (7e).

27Pour une période plus récente, le Père Jean Corbineau (1936-2006), ancien responsable de la Bibliothèque Africaine27, qui connaissait bien la série de « masques cubistes » exposés au Musée Africain, disait ne pas en avoir vu sur le terrain (il a été en poste à Tabou de 1974 à 1978).

  • 28 Il n’y a, chez les missionnaires catholiques, aucune inhibition par rapport à la vision et la descr (...)

28Quoi qu’on puisse penser du degré d’attention que les missionnaires ont pu porter à des manifestations publiques qui ne relevaient pas de leur sphère religieuse, on peut cependant être surpris qu’ils n’aient pas signalé, surtout à l’occasion de fêtes civiles, la présence de danses masquées, comme ça a pu être le cas dans d’autres régions de Côte d’Ivoire28.

On ne rencontre pas, non plus, de masque cubiste chez les Oubi

  • 29 Avancée, nous l’avons vu, par Bohumil Holas.

29Pierre Harter était présent lors de manifestations traditionnelles dans trois des neuf villages de cette entité et a assisté à la sortie de masques  : ces derniers sont de type wè, peut-être plus « chargés en crochets et cornes qu’ailleurs » (Harter 1991  : 66). Il réfute aussi l’origine oubi29 des masques à yeux tubulaires multiples et superposés. Dans un article postérieur, il confirme l’appartenance de cette culture au monde wè et réaffirme l’absence de masques à lames ou à yeux multiples dans cet espace ethnique (Harter 1993  : 219-220).

Ces masques viendraient-ils de la région de Sassandra  ?

30Pierre Harter pense que les masques à yeux multiples ou à planchette ont pu transiter par le port de Sassandra :

« … Depuis la fin du xixe siècle jusqu‘aux années 1951-1955, les lignes maritimes françaises devaient obligatoirement faire escale au large du port krou de Sassandra. Les « Kroumen » arrivaient en barque pour remplacer leurs prédécesseurs… Par d’autres barques, venaient aussi des marchands de pacotille qui vendaient surtout de l’art colonial et des collections de Ngéré-Wobé ou de Dan-Ngéré, où se mélangeaient masques wobès, guérés, bétés krahns, dan-gehs, guio, yacoubas, touras, grébos et krous. Dès cette époque, étaient déjà mêlées aux masques anciens des réalisations récentes, faites pour la vente par des maîtres authentiques, quelquefois peu creusées, sans trous, sans patine, ou couvertes de polychromie. Parmi elles, figuraient bien entendu quelques masques cubistes dont l’inventaire se montre aujourd’hui assez limité…  » (Harter 1991  : 68).

  • 30 Sassandra n’est pas un « port krou » mais est situé au cœur du territoire de l’ethnie nèyo. Le quar (...)
  • 31 Dan et Yacouba sont des appellations synonymes.
  • 32 Ngéré est équivalent de Guéré, de même, Wobé et Wobè ne sont que des allophones du même sous-groupe (...)
  • 33 Cette hypothèse d’une commercialisation de masques par des intermédiaires krou a déjà été soulevée (...)
  • 34 Le Père Pierre Trichet, relisant ce texte, m’invite à ne pas exclure la possibilité, pour les passa (...)

31Au-delà de quelques inexactitudes30, d’appellations multiples31, de graphies hésitantes32, l’auteur reprend l’hypothèse d’une commercialisation maritime de masques d’origines diverses33 par des marchands embarqués à l’escale de Sassandra34.

32Mais le lieu où ces masques ont été vendus est probablement différent de l’espace villageois où ils ont été sculptés et où ils se produisaient, et cette origine est encore à déterminer.

Mais où se cachent nos masques à l’origine inconnue  ?

33Face à la difficulté de retrouver l’origine de ces masques, à la fois célèbres et méconnus, on est conduit à émettre des hypothèses de travail  :

    • 35 Il ne s’agit pas d’une pure spéculation. Dans nombre de populations côtières de Côte d’Ivoire et du (...)

    Ces masques de la zone littorale ivoirienne n’auraient-ils pas constitué des formes transitoires, aujourd’hui disparues, qui du fait de leur marginalité au sein de sociétés en mutation rapide, n’auraient laissé aucune trace dans la mémoire de leurs anciens utilisateurs35.

  • Ou bien, ne faut-il pas aller chercher les masques cubistes hors du pays krou ? Dans cette hypothèse, la zone proche de Sassandra, assez mal documentée sur le plan artistique, reste un lieu d’enquête à privilégier. On s’est peut-être acharné à vouloir chercher en pays krou des masques qui ne s’y trouvaient pas…

Quelques informations nouvelles

Un texte peu connu pourrait se référer à ces masques

  • 36 Ancien directeur du Musée Africain de 1987 à 1991.
  • 37 Ce militaire a été, après la période de la conquête, le premier explorateur du cours inférieur du f (...)

34En l’an 2000, le Père Alain Derbier36 a attiré mon attention sur un texte de Georges Thomann37 qui pourrait décrire des masques cubistes en action  :

  • 38 Une copie de ce texte figure dans le dossier « Krou » à la Conservation du Musée Africain.

«  Plus intéressante est Gray, danse de caractère, si j’ose m‘exprimer ainsi. Cette danse vient des Bakoués du San Pedro et du Berebi et a été importée récemment chez les Néyaus. Tout le monde s’assied sur trois des côtés d’une cour de forme rectangulaire, le dernier côté est occupé par les tambours. Après plusieurs instants pendant lesquels se font entendre des mélopées bizarres, Gray, le génie de la danse, apparaît comme s’il sortait d’une boite. Ce Gray mérite une petite description. L’individu chargé de ce rôle est vêtu, comme nos danseuses, d’une sorte de tutu formé par une ceinture autour de laquelle pend une quantité considérable de longues fibres de raphia. Le nombre de ces fibres est suffisant pour donner l’idée d’un jupon qui cache complètement les jambes du personnage… Dans un espace très restreint, le danseur se livre à des gambades et des pirouettes fantastiques, mais vraiment remarquables. Il tourne sur lui-même avec une rapidité inouïe, pendant que, dans un mouvement centrifuge, toutes les fibres de sa robe se soulèvent et se maintiennent sur un plan horizontal. Cette danse est la plus intéressante que j’ai vue en Afrique et il faut dire que les Néyaus l’exécutent à merveille. Dans les intervalles de repos, l’homme qui joue le rôle de Gray déguise sa voix, à laquelle il donne un son très rauque et très guttural et va interviewer l’un après l’autre tous les assistants, leur posant des questions bizarres en les accablant de quolibets.  » (Thomann 1901  : 126-127)38.

Photo 8 - « Masque cubiste à coiffe »

Photo 8 - « Masque cubiste à coiffe »

Lyon, Musée Africain, vitrine III,24 (MA 116.940.001), H. de la partie sculptée : 39 cm, H. totale : 84 cm, Bois (Ricinodendron Heudelotii), plumes de rapace, cauris, grelot de laiton, peau de singe, fer blanc, cordelette de chanvre, fibres végétales, polychromie, date d’entrée dans les collections 1947, cliché G. Sagnol

35Cette description pourrait se référer à un masque wè ou bété, mais le texte comporte aussi une description assez précise de la partie sculptée du masque  :

  • 39 Les deux types de coiffure pourraient distinguer deux masques.

« Sa face est couverte par un horrible masque en bois, représentant une figure hideuse de démon, peinturlurée en noir, sur laquelle se détachent d’énormes dents et des yeux blancs, ainsi que des ornements de toutes les couleurs. La longue barbe en raphia est ornée de coquillages et de perles, enfin, la chevelure est figurée soit par une perruque en peau de colob [sic] noir à longs poils, soit par une couronne de plumes... » (Thomann 1901  : 126)39.

36Ce texte n’a pas, à ma connaissance, été repris par les spécialistes des cultures de l’Ouest ivoirien. Pourtant quelques éléments présentent un grand intérêt  :

    • 40 L’opposition entre un masque facial « visage » et un masque heaume « tête » semble assez commune en (...)

    Le nom donné à ce masque  : Gray, peut faire l’objet d‘une enquête. Alain Derbier, lisant ce texte fin septembre 2008 à Abidjan, m’a dit avoir appris d’un informateur originaire du Sud-ouest ivoirien que gray avait pour sens courant  : « visage ». Il ne désignait la partie sculptée d’un masque facial, puis le masque en action lui-même, que par extension40.

    • 41 Avant l’aménagement du port de San Pedro, commencé en décembre 1972, ce nom désignait le petit vill (...)

    L’origine ethnique Bakwé, avec la mention des localités de San Pedro41 et Bérébi, sont des informations précises qui peuvent être vérifiées. Il en est de même pour l’époque d’introduction de ce masque (fin du xixe siècle) chez les Nèyo.

  • Les précisions données sur le costume, les attitudes de danse, les effets sonores, le rôle social (masque « bouffon » ou « de justice ») peuvent être recoupées.

  • Mais il faut surtout accorder l’attention nécessaire aux détails morphologiques du masque facial  : couleur noire, dents de grande taille, yeux blancs, ornements multicolores, longue barbe en raphia, coiffure de plumes en couronne. Tous ces détails peuvent se référer à un masque du type ressemblant à l’un de ceux qui sont exposés au Musée Africain (ph 8).

Une photo relance le débat

  • 42 Gérard Barbier, 2001, Lettre à P. Boutin du 18/07/2001.
  • 43 Le Père Gérard Barbier a offert ultérieurement ce masque au Musée Africain (MA 116.940.005). Il est (...)

37Le P. Gérard Barbier, membre de la Société des Missions Africaines (SMA), a été curé de la paroisse de Fresco dans le diocèse de Gagnoa de 1972 à 1984. Il visitait régulièrement le village de Kosso (canton Kotrohou, ethnie Godié, sp. de Fresco). Là, il était hébergé par le chef chrétien, M. Grébio Jean-Baptiste. Ce dernier était, par ailleurs, gardien de masques traditionnels qu’il conservait chez lui. En décembre 1977, M. Grébio a exposé quatre des masques dont il était détenteur sur la palissade en palmes tressées de sa concession et a permis au P. Barbier de les photographier sur place (ph. 9)42. Il lui a même offert un masque abîmé qui ne pouvait plus être porté (ph. 10).43

Photo 9 - « Les masques de Kosso »

Photo 9 - « Les masques de Kosso »

De gauche à droite : Kpolè, Damou, Awato, Sikapleu

Cliché G. Barbier, décembre 1977

Photo 10 - « Masque ancien de Kosso donné au P. G. Barbier »

Photo 10 - « Masque ancien de Kosso donné au P. G. Barbier »

Note de la fiche : « Donné à Gérard Barbier dans la région de Kotrohou (Village Godié de Kosso) par Jean Baptiste Grébio, gardien des masques qui en possédait plusieurs autres. »

Lyon, Musée Africain, (MA 116.940.005), H. : 37 cm, Bois (Xylopia aethiopica), kaolin, peinture noire à la suie, bleu Guimet , date d’entrée dans les collections 1979, cliché G. Sagnol.

  • 44 Deux d’entre eux pourraient être dits « à lame ».

38Le cliché montre des masques de type différent, mais présentant tous une extension supérieure44. Les objets semblent récents, le travail semble être du même atelier, le style un peu fruste.

  • 45 Voir note 36.
  • 46 Musée Africain, 3e niveau, cartel des vitrines 24-26.

39Gérard Barbier a montré cette photo à Alain Derbier45, puis à moi-même. Avec l’autorisation du photographe, j’en ai fait tirer une épreuve, en juillet 2001, pour illustrer le cartel de l’espace consacré aux « masques dits krou » du Musée Africain46.

La préparation de l’enquête

  • 47 Ce village n’est pas difficile à trouver  : il se situe à 50 km à vol d’oiseau à l’est de Sassandra (...)
  • 48 Alors à la Paroisse de Port Bouët à Abidjan.
  • 49 À l’époque, directeur du Centre Culturel de la Cathédrale d’Abidjan. Journaliste de formation (Écol (...)

40En avril 2002, le projet de mener une enquête de terrain au village de Kosso a pris forme47. J’étais retenu à Lyon au Musée Africain. Il a par conséquent été prévu que Gérard Barbier, résidant à cette époque en Côte d’Ivoire48 se ferait accompagner par Pierre Trichet49.

  • 50 Particulièrement aigus dans le sud-ouest du pays à cette époque.

41Les troubles politiques qui ont affecté la Côte d’Ivoire en 2002 et 2003, l’insécurité sur les routes, les conflits entre autochtones et allogènes50, ont constitué des difficultés cumulées qui ont naturellement entraîné un report de l’enquête à une période plus favorable.

L’enquête sur le terrain

Les conditions de l’enquête

  • 51 En poste à Guiembé, dans la partie nord du pays, à 30 km au sud de Korhogo.

42Revenu en Côte d’Ivoire en novembre 200351, je n’ai pas pu me libérer pour le nouveau rendez-vous fixé pour le déplacement d’Abidjan à Kosso (avril 2004). De plus, des tensions sporadiques rendaient difficile le passage entre la partie nord du pays (sous contrôle des Forces Nouvelles) et celle du Sud (administrée par les autorités loyalistes) et me présenter comme « missionnaire dans le Nord » dans une zone qui venait d’expulser les Baoulé et les Nordistes aurait été bien difficile.

  • 52 Ce prêtre diocésain, d’origine godié, est originaire de Dassieko, village côtier situé à 1km de Kos (...)
  • 53 P. Trichet a pris note du contenu des conversations et a rédigé un compte rendu écrit, sur lequel e (...)

43Le déplacement s’est donc effectué sans moi et, le mardi 20 avril 2004, les PP. Gérard Barbier et Pierre Trichet sont donc partis vers Kosso en passant par Grand Lahou pour prendre avec eux l’abbé Toussaint Lobognon52. Les anciens du village connaissaient bien l’abbé Toussaint et Gérard Barbier  : le travail d’enquête en a été facilité. Une ébauche de questionnaire avait été préparée par mes soins, révisée et complétée par Alain Derbier  ; elle a servi de canevas à l’entretien53.

44Pierre Trichet a fait des photos des anciens rassemblés et des masques. De retour à Abidjan, il en a fait tirer des copies, qu’il a adressées à l’abbé Toussaint Lobognon, lui demandant de se rendre au village et de les remettre aux intéressés.

La communauté de Kosso

45Les villageois présents commencent par confirmer leur identité ethnique  : ils sont Godié, du sous-groupe Legrégnoa. Leur village, lui, relève du canton Kotrohou. Ils acceptent de répondre aux questions que les visiteurs sont venus leur poser. Nous suivons maintenant le fil de l’entretien  :

Les masques meurent aussi…

Q. « Combien de masques possédez-vous  ?  »

  • 54 L’indépendance de la Côte d’Ivoire (1960).

R. « Il nous en reste deux. Nos parents en avaient douze. Encore à l’époque de l’indépendance54, ils dansaient chaque dimanche  : c’étaient des masques de divertissement. Nous n’avions pas de télévision, ni de match de foot. Donc c’était notre grande distraction.

  • 55 En français d’Afrique, ce terme ne désigne pas uniquement les préparations thérapeutiques, mais rec (...)
  • 56 Ce prophète, plus connu sous le nom de Koudou Jeannot, est passé à cette époque dans de nombreux vi (...)
  • 57 Cette situation était récurrente à l’époque. Les jeunes des villages côtiers, plus exposés aux pand (...)

46Mais en 1984, il y avait des gens qui utilisaient des médicaments55 pour faire du mal. Alors on a appelé Gbahié56 au village. Gbahié a dit que le mal était produit par les masques. Après la danse, celui qui a dansé entre en transe, à cause de l’esprit qui habite dans le masque. Les ancêtres viennent danser avec le danseur. Gbahié a dit que cet esprit tue… et qu’il faut détruire les masques. Beaucoup de jeunes étaient acquis aux idées de Gbahié57. Ils savaient dans quelles maisons étaient les masques. Ils ont couru vers ces maisons, en ont fait sortir les masques et les ont cassés.  »

Q. « Comment les masques restants ont-ils échappé à la destruction ? »

R. « Un chef de famille, M. Lakpa Étienne (présent dans l’assemblée), tenait beaucoup aux masques dont il était le détenteur : il a eu le temps de les cacher. Les jeunes sont venus fouiller sa maison, mais n’ont rien trouvé. M. Lakpa savait que le grand masque apporte le bonheur au village. Si on le détruisait, le village aura-t-il encore du bonheur et des fêtes  ?  »

Q. « Mais, autrefois, Harris faisait détruire tous les objets du fétichisme. Comment a-t-il laissé survivre ces masques  ? »

R. « C’était un Krouman  : il savait bien que les masques de divertissement n’ont rien de fétiche. »

Q. « Quel est le mot godié pour désigner les masques  ? »

  • 58 On notera la ressemblance avec le terme Gray utilisé par Georges Thomann.

R. « Garè58. »

Les masques rescapés

47M. Lakpa Etienne demande à s’absenter et entre dans sa maison. Au bout d’un moment il en ressort, portant les deux masques dont il est le dépositaire. Il fait apporter une table sur laquelle il les pose.

  • 59 Les questions suivantes sont adressées à M. Lakpa Étienne, détenteur des masques qu’il a apportés.

Q. « Chacun des deux masques a-t-il un nom  ?59 »

  • 60 Alors que les participants mettaient en avant la fonction ludique, et donc « inoffensive », des mas (...)

R. « Bien sûr que oui. Le beau masque que voici s’appelle Bibié (ph.11). Son nom veut dire « le pardon ». Après un palabre, c’est lui qui apporte la paix. On le danse au dernier jour des funérailles, pour montrer que tous les palabres qu’on a eus pendant les funérailles sont finis. Pendant les funérailles, on boit beaucoup. C’est la boisson qui amène les hommes à se battre entre hommes, les femmes entre femmes, et les enfants entre enfants. Quand le masque sort, cela veut dire  : « Retrouvons la paix, le bonheur60 ».

Photo 11 - « Masque Bibié ‘ le pardon ’, du village de Kosso, présenté par M. Lakpa Étienne, son détenteur traditionnel »

Photo 11 - « Masque Bibié ‘ le pardon ’, du village de Kosso, présenté par M. Lakpa Étienne, son détenteur traditionnel »

Cliché P. Trichet, avril 2004

Q. « Et le deuxième masque, qui n’a plus d’yeux (parce qu’il est abîmé) ? »

  • 61 Il y a, probablement une confusion dans l’identification française du rapace. Le charognard, à l’en (...)

R. « Il s’appelle Damou (ph. 12), c’est-à-dire le charognard. Le charognard vole les poussins61. Quand ce masque danse, il peut prendre le foulard, un pagne, ou les chaussures d’un homme ou d’une femme. Et la victime du larcin doit racheter son bien en donnant une petite somme  : 25 F CFA, par exemple. Tout cela c’est de la comédie  ! C’est un jeu. C’est pour créer de la gaieté.  »

Photo 12 - « Masque Damou “le charognard”, masque incomplet (sans yeux) du village de Kosso. Il est porté par l’Abbé Toussaint Lobognon, membre de l’équipe d’enquête »

Photo 12 - « Masque Damou “le charognard”, masque incomplet (sans yeux) du village de Kosso. Il est porté par l’Abbé Toussaint Lobognon, membre de l’équipe d’enquête »

Cliché P. Trichet, avril 2004

Q. « Aujourd’hui, on ne distingue plus ses couleurs d’origine »

  • 62 Cette bande blanche se repère encore sur la photo 12. Un autre masque de ce type figure en deuxième (...)
  • 63 Les yeux cylindriques, rapportés, manquent.
  • 64 Ce dispositif est caractéristique des masques à série d’yeux multiples. Les yeux, cylindriques ou t (...)

R. « Autrefois, sa face était noire, avec un filet blanc tout autour62. Même chose pour les yeux63  : le milieu de leur section était noir (sur un ou deux centimètres) avec un cercle blanc tout autour. Mais l’absence des yeux permet de voir deux petits trous superposés, de chaque côté, à travers lesquels le danseur regarde64. »

L’inventaire des masques disparus65

  • 65 Dix nouveaux masques sont énumérés, ce qui clôt la liste de douze annoncée plus haut.
  • 66 Pour faciliter la lecture, Pierre Trichet adopte un système de transcription calqué sur le français

Q. « Vous rappelez-vous le nom des autres masques66  ? »

  • 67 Ce masque, disparu, est reproduit, à l’extrême gauche, sur la photo 9.

R. « Il y avait Kpolè, c’est-à-dire « le cœur ». Ce masque était blanc, pour montrer la pureté du cœur que chacun doit avoir67. 

    • 68 On peut comprendre cette remarque de deux manières. Ou bien  : en vol, le touraco à l’air de danser (...)
    • 69 Les anciens font preuve de perspicacité écologique, hélas peut-être un peu tardive…

    Il y avait aussi Komou  : « l’oiseau touraco ». C’est un oiseau qui danse très bien68. Les gens étaient contents de le regarder danser. Mais à cause de la déforestation, il a disparu69.

    • 70 Photo 9, à l’extrême droite.

    Et encore Sikapleu  : « la belle fille ». Ce masque était plus long que les autres, et il avait des seins70.

  • Puis Yoro  : « le soleil ». C’était un masque rond. Le danseur ne cessait de fixer le soleil pendant sa danse. Sa danse était « brillante comme le soleil ».

    • 71 Pour la société godié, l’homme idéal ne serait donc pas incarné par « le beau jeune homme  » mais p (...)

    Afe(r)nou, lui, est taillé comme un bel homme de 30-40 ans, bien en forme71.

    • 72 Les participants à la rencontre publique l’ont reconnu sur la photo 9, comme étant l’avant-dernier, (...)

    S’ajoute Awato  : « le guerrier »72.

    • 73 Peut-être même des Portugais, si ces formes masquées sont anciennes. La population de Kosso, à trav (...)

    Et aussi Djekpigoron  : « le bateau du Blanc ». Au sommet du masque, il y avait des voiles, comme sur les anciens bateaux à voiles, et un drapeau. On le dansait en tanguant comme un bateau, ou en s’élevant et s’abaissant comme une pirogue qui affronte la barre. C’était pour rappeler la joie de nos parents quand ils voyaient arriver un bateau des Européens73.

    • 74 Le Musée Africain de Lyon expose (3e niveau, vitrine 27) deux masques bovins (MA 100.940.001-002) d (...)

    Et encore Blè  : « le buffle ». Un chasseur cherchait à le tuer. Mais le buffle blessé pouvait attaquer le chasseur74.

  • Puis Babrèwa  : « le bélier ». On le danse en imitant un mouton qui vient brouter les feuilles qu’on lui tend.

    • 75 Malgré une formulation un peu confuse, on peut reconnaître dans cette description un des masques di (...)
    • 76 Ce bois d’épreuve relève probablement du genre Erythrophleum. Ces masques auraient pu autrefois pré (...)

    Et enfin Djoulou. Ce masque est formé de deux longs morceaux de bois accolés, avec trois paires d’yeux75. On les sculpte dans un bois spécial  : celui que l’on pile pour en faire une décoction qu’on fait boire à celui qui est suspecté d’avoir tué quelqu’un, soit avec une arme, soit en sorcellerie76.

    • 77 La prééminence du masque pacificateur « cubiste » est une nouvelle fois mise en avant. Dans de nomb (...)

    Mais il faut savoir que Bibié « le pardon » sort toujours en dernière position  : c’est lui qui achève la danse77.  »

Nature et fonction des masques

Q. « Est-ce que certains masques sont masculins et d’autres féminins  ? »

  • 78 Il n’est pas certain que la question ait été bien comprise. Certains masques semblent masculins : (...)

R. « Non, ici, il n’y a pas question de sexe  : ce sont tous des masques simples78  ! »

Q. « Y a-t-il des masques liés à des fétiches ou des masques venus des génies  ?  »

R. « Ni l’un ni l’autre. Toutes ces danses veulent ramener la joie  : ce sont des divertissements. On les danse chaque dimanche, ainsi que pour des fêtes, des mariages, des funérailles ».

Q. « Ces masques ont-ils pour fonction de chasser les sorciers ou le malheur  ?  »

  • 79 La fonction ludique exercée par la plupart des masques n’interdit pas à deux d’entre eux  : Djoulou (...)

R. «  Non, ils sont uniquement pour la fête et la joie. C’est du pur divertissement79  ! ».

Photo 13 - « Masques bovins »

Photo 13 - « Masques bovins »

Lyon, Musée Africain, vitrine III,27 (MA 100.940.001-002), H : 40 cm, Bois (Xylopia aethiopica), argile ocre, kaolin, date d’entrée dans les collections : vers 1930 , cliché G. Sagnol

Photo 14 - « Les vaches méchantes et le chasseur, sur la plage de Fresco »

Photo 14 - « Les vaches méchantes et le chasseur, sur la plage de Fresco »

Lyon, Musée Africain, photo M. A., vers 1930

Photo 15 - « Masque à lame crénelée »

Photo 15 - « Masque à lame crénelée »

Lyon, Musée Africain, (MA 117.940.001), H. : 71,8 cm, Bois (Ricinodendron Heudelotii), polychromie, date d’entrée dans les collections 1947, cliché G. Sagnol

Les danseurs et leur public

Q. « Fallait-il une initiation avant de danser avec un masque ?  »

R. « Non, tous les jeunes gens pouvaient s’y entraîner. Un dimanche ordinaire, n’importe quel garçon qui savait danser pouvait s’essayer. Mais si le sous-préfet ou des étrangers venaient au village, c’est le vrai titulaire qui dansait. »

Q. « Qui peut voir ces masques  ? Les femmes et les enfants y étaient-ils autorisés ? »

R. « Absolument tout le monde. Ce sont des masques de divertissement  ! Nos masques n’ont aucun interdit. On peut les faire danser de jour comme de nuit. »

  • 80 Au sens d’une « association initiatique mobilisant une classe d’âge dans la découverte, le port, l‘ (...)

Q. « Y a-t-il une « société » attachée à chaque masque80  ?  »

R. « Il y avait des répétitions, donc plusieurs garçons pouvaient faire danser un masque.  »

Q. « Les masques appartiennent-ils à une famille ou à un quartier  ? »

  • 81 Ce qui n’exclut pas, qu’à l’origine, ils puissent avoir relevé de la collectivité toute entière.

R. « C’est devenu une propriété de famille, de la famille de celui qui a fait tailler le masque81. »

Q. « Que fait-on des anciens masques trop abîmés et fragiles pour danser encore  ?  »

  • 82 Ce n’est certainement pas toujours le cas. Certains masques ont dû être vendus ou donnés pour entre (...)
  • 83 Cette indication nous semble de la plus grande importance. Elle explique la croûte noire visible su (...)

R. « On les brûle82. On ramasse leur cendre, et elle sert à peindre en noir le masque de remplacement qu’on vient de sculpter83. Il ne doit y avoir qu’un seul masque de chaque type dans le village. »

48Après un court échange entre les participants, une précision est donnée  :

  • 84 Les enquêteurs ont demandé à voir le « petit Bibié », mais son propriétaire était parti aux champs (...)

« Il y a une exception  : nous avons deux Bibié. Le « grand Bibié », qui ne sort pas de Kosso, et une copie exacte, le « petit Bibié »84, qu’on distingue difficilement du vrai  : cette copie va à Sassandra ou encore dans les autres villes où on l’appelle pour danser. »

Origine des masques

Q. « Comment ces masques sont-ils arrivés au village  ? »

  • 85 L’origine bakwé des masques est donc confirmée. Georges Thomann (1991  : 126) ne disait pas autre c (...)

R. « Nous sommes alliés aux Bakwé qui vivent derrière Sassandra. Les Bakwé ont le droit de venir chercher des femmes ici  : nous sommes donc alliés. C’est en allant les visiter que vous avons apprécié leurs masques et leurs danses85. Nous avons bien observé… et avons essayé de les reproduire dans notre village. On a sculpté ces masques ici. »

Q. « Dans quels autres villages y a-t-il des masques  ? »

R. « Pour notre canton ( = Kotrohou), nous sommes les seuls. »

Costume du masque

Q. « Comment le danseur était-il habillé  ? »

  • 86 Thomann (1901) note que le masque vu chez les Nèyo portait un tutu de la même matière. Pour que les (...)

R. « Il porte une jupe en raphia86 et un tricot à manches longues qui doit couvrir les bras du danseur. Pour fabriquer la jupe, on attache une grosse ficelle (d’environ cinq mètres de long) entre deux piquets. Et on y suspend des raphias. Pour revêtir cette jupe, un homme tient un des bouts de la corde, le danseur tient l’autre bout et s’enroule. »

Environnement musical de la prestation

Q. « Y avait-il des instruments de musique liés aux masques  ? »

  • 87 Thomann (1901) relève le même fait.

R. « Nos parents n’avaient que le tam-tam et la voix humaine pour accompagner les danseurs87. Aucune trompette, ni sonnailles… »

Q. « Dans quelle langue étaient les chants qui accompagnaient les danses  ? »

  • 88 Il est probable que, lors de l’introduction des masques, les premiers chants aient été en langue ba (...)

R. « En bakwé ou en godié88. On pouvait composer directement en godié, sans chercher à faire traduire un chant bakwé. C’est le compositeur de notre village qui composait en godié pour tous les masques. »

Q. « Pouvez-vous vous souvenir des paroles de certains de ces chants  ? »

  • 89 Il s’agit évidement du masque touraco Komouévoqué plus haut.

R. « Un chant racontait qu’un homme a donné des champs à ses deux femmes. Au retour du champ, une femme lui a dit  : « Au champ, j’ai vu un touraco qui balance sa queue d’une façon gracieuse ». À partir de ce petit fait, on a fait des paroles, et le danseur balance sa jupe avec la même grâce que le touraco balance sa queue89.

    • 90 Le masque « le bateau du blanc » Djekpigoron fait partie des douze masques dont le village de Kosso (...)
    • 91 Les Bakwé, eux aussi, relèvent donc de la catégorie professionnelle « Krouman ».
    • 92 Ce chant à la gloire des Bakwé appartient probablement au répertoire initial des chants bakwé intro (...)

    Le chant du bateau du Blanc90 : les Bakwé étaient de bons navigateurs, et ils avaient hâte d’embarquer à bord des bateaux des Blancs pour gagner un peu d’argent91. Alors ils chantaient  : « Que le bateau du Blanc arrive vite, et nous on va partir92 ».

    • 93 Masque Yoro. Le chant qui accompagne sa sortie laisse penser que la prestation de ce masque marquai (...)

    Avec le masque du soleil93, on chantait  : « Venez, le soleil commence à descendre, venez vite vous amuser ». C’était vers 14 heures, quand le soleil commençait sa descente. »

Les formes sculptées

Q. « Y a-t-il un sculpteur au village  ? »

R. « Il reste un vieux. Aucun jeune n’a pris sa suite. Ce sont les mêmes sculpteurs qui sculptent les pirogues et les masques. »

Q. « Puisque nous avons Bibié sous les yeux, que signifient les plumes de la coiffe ? »

  • 94 Les plumes d’aigle pêcheur de la coiffe sont bicolores (noir et blanc)  : la blancheur des cheveux (...)
  • 95 Le masque Bibié est donc jugé « beau »  : la blancheur de ses cheveux atteste de son âge et de sa p (...)

R. « Ce sont ses cheveux blancs94 et ils font sa beauté95. »

Q. « Et ses gros yeux  ? »

  • 96 Les gros yeux (c’est-à-dire les yeux cylindriques ou tubulaires) relèveraient donc de l’esthétique (...)

R. « C’est comme ça qu’on les taille  ! Tous nos masques bakwé ont des gros yeux96. On ne sait pas pourquoi  ! On a vu que les choses étaient comme ça, mais on n’a pas demandé d’explication. »

Clôture de la rencontre97

  • 97 Pierre Trichet, secrétaire de séance, note l’atmosphère de confiance qui a présidé à la rencontre. (...)
  • 98 De cette formulation alambiquée, on peut déduire que l’offrande aux ancêtres marque la mise à l’abr (...)

49Alors que les deux masques étaient posés sur une table pendant l’entretien, M. Lakpa a offert une libation de rhum aux ancêtres, avant de rentrer le « grand Bibié »98.

Quelques commentaires

50Du développement qui précède, on peut tirer quelques conclusions provisoires.

    • 99 C’est le cas, par exemple, du masque buffle Blè.

    Les masques « cubistes » ne constituent en aucune façon la seule production plastique de la société. À côté de formes stylisées anguleuses combinant des volumes géométriques simples, on connaît des formes figuratives, traitées en ronde-bosse dans un style naturaliste99. Et ce sont, rappelons-le, les mêmes artisans du bois qui taillent des têtes de masques dans des styles différents et des objets utilitaires, comme les pirogues de pêche.

    • 100 Après le désordre des funérailles, ce masque restaure l’ordre social. Il est donc vénéré, et la « b (...)

    Le masque Bibié, s’il est bien de ceux que la société valorise le plus100, ne devrait pas s’interpréter indépendamment de la séquence masquée qu’il clôture.

    • 101 Les tirailleurs, sénégalais ou autres, ont déjà donné…
    • 102 Cette faculté est probablement liée aux conditions d’apprentissage des artisans qui font de la copi (...)

    Compte tenu des informations de terrain sur le mode de production artistique chez les Godié, on pourrait inviter les esthètes occidentaux à la retenue, à éviter de « prendre en otage » les artistes du Sud et à ne pas les solliciter pour des combats qui ne sont pas les leurs101. Évoquer la démarche artistique d’« artistes primitifs » – qu’on n’a pas pris soin d’interroger… – pour illustrer le manifeste anti-antiacadémique d’une nouvelle mouvance artistique me semble flirter avec la limite de l’honnêteté intellectuelle. Si je prête à l’autre une intentionnalité analogue à la mienne, je risque de projeter sur lui mes propres fantasmes. Non, le sculpteur africain n’a pas un regard particulier qui lui ferait réduire l’objet représenté à des volumes simples. Si on doit admirer chez lui une qualité particulière, c’est sa capacité à intégrer des styles différents102.

    • 103 Les sociétés Mblo ou Gbagba produisent des saynètes comiques masquées lors des funérailles ou des f (...)

    Concernant le masque buffle Blè il faut noter que les pantomimes de chasse intégrant des masques animaux ne sont pas exceptionnelles en Côte d’Ivoire. De tels spectacles ont été décrits chez les Baoulé103, les Gouro (Fischer et Homberger 1985) et les Malinké (Prouteaux 1929). Ces manifestations festives étaient souvent mobilisées par les autorités coloniales pour l’accueil de personnalités ou l’animation des fêtes civiles de l’époque.

    • 104 Entre temps rappelé en France et devenu supérieur de la communauté de Missions Africaines de Lyon.
    • 105 Sœur Monique Blah, originaire de Fresco.
    • 106 Sr Monique Blah 2007, Lettre au Père Gérard Barbier, du 03/09/2007.

    En 2007, le Père Gérard Barbier104 a confié à une religieuse africaine105 de passage au Musée Africain, une copie de la photo des masques bovins exposés au 3e niveau (ph. 13) pour qu’elle la montre à sa mère en lui demandant si elle connaissait les masques photographiés, et, si c’était le cas, quel était leur nom et leur usage. Cette femme âgée vit toujours au village et a donné à sa fille les précisions suivantes106  :

  • 107 Noter la ressemblance avec le terme Blè utilisé à Kosso.
  • 108 Dans le quartier actuel de la sous-préfecture. Le terme « tribu » est souvent utilisé en « français (...)

« Le village de Fresco avait douze masques différents, dont les « masques buffles » que l’on nomme Bèlè107. Ils étaient sculptés dans la « tribu Gbako »108. On sortait les masques pour les funérailles et pour les fêtes, comme le Nouvel An. Les masques Bèlè sont de même style, dans le canton Kotrohou et à Fresco. Ces masques vont par deux  : le plus grand est la « mère bufflonne », le plus petit est son « bufflon ». Six protagonistes jouaient la séquence comique  : les deux masques buffles  ; un chasseur, handicapé par une énorme hernie  ; un aide, affecté d’une grosse plaie à la jambe  ; un porteur de torche, pour fumer le gibier  ; un portefaix chargé de la nourriture emportée pour un séjour en forêt.

1er épisode  : Les buffles sont couchés. Ils ont senti la présence des chasseurs et se relèvent, inquiets.

2e épisode  : Le chasseur a aperçu les bêtes sauvages. Il fait taire ses accompagnateurs et commence à ramper vers les bêtes, mais prêt à crier de douleur, il se tient le ventre (rires de l’assistance). Après plusieurs essais, il tire un coup…

3e épisode  : L’aide à la jambe blessé s’approche avec précaution pour voir si les buffles sont tombés, mais il s’égratigne la plaie. Ne pouvant ni pleurer ni crier, il se tortille de douleur (rires de l’assistance). Il se met à chercher des feuilles pour se faire un emplâtre.

4e épisode  : Pour préparer le médicament, et fumer la viande, celui qui tient la torche doit faire un feu mais sans bruit pour éviter une attaque des bêtes éventuellement blessées.  »

51Cette pantomime, jugée du plus haut comique par les villageois, organise donc, en un spectacle, des masques et des protagonistes humains.

Quelques pistes pour la poursuite de la recherche

  • 109 Cette ethnie occupe le bassin inférieur du fleuve Sassandra, entre Soubré et le territoire nèyo.
  • 110 Tirant les leçons d’expériences éditoriales antérieures aux conséquences malheureuses pour le patri (...)

52Il faudrait continuer l’enquête chez les Bakwé109 où plusieurs villages ont pu conserver leurs masques. Leurs détenteurs, actuels ou anciens, pourraient donner des informations utiles110.

  • 111 Ils relèvent du canton Trépoint, qui est formé de cinq villages  : « Lipoyo, Coco-Plage, Arokpa, Ka (...)
  • 112 La disparition temporaire de leur société de masques mériterait, à elle seule, une enquête.
  • 113 « Autrefois, nos ancêtres allaient dans la région de Man pour travailler les arbres qui produisaien (...)
  • 114 On les rencontre au « Km 26 » (par rapport à Sassandra), au lieu dit  : « Campement guéré ». Les ha (...)
  • 115 Si les yeux sont tubulaires, ils peuvent servir à la vision du porteur. Par contre, s’ils sont cyli (...)
  • 116 Nom wè-guéré donné au masque par les initiateurs du porteur.
  • 117 « On le sort aussi à Sassandra quand il y a des fêtes, ou bien quand le sous-préfet le demande » (T (...)
  • 118 La signification de ce nom est inconnue des villageois, qui ne parlent pas wè (Trichet 2004b).
  • 119 « Ce masque, ancien, n’a pas été détruit. Il est au village « en archive ». Il ne sort plus, il est (...)

53D’autres villages, d’ethnie nèyo ceux-là, présentent un cas de figure particulier111. Ils ont en effet, suite à des circonstances encore à préciser112, perdu leurs masques propres, autrefois décrits sur le terrain par Georges Thomann. Plus tard, la tendance culturelle s’étant inversée, ils ont voulu réintroduire des masques. Ils se sont tournés vers la région de Man pour emprunter aux Wè leurs formes masquées113. Les Wè-Guéré sont aussi leurs « étrangers » les plus proches114. Le style wè des masques se remarque sur les photos qui ont été faites lors de leurs prestations (Gouly 2004b et Kouadio 2004). Les masques nèyo présentent une particularité : leurs yeux sont cylindriques ou tubulaires115. Ce détail morphologique peut faire référence au style des anciens masques « cubistes » de style bakwé qui existaient antérieurement chez eux. Chez les Nèyo de Dagbego, les masques ne s’organisent pas en une séquence de formes masquées  : seuls deux sont présents  : l’un, Zahiorogra, « celui qui se lève en même temps que le soleil »116, est le masque fonctionnel qui se produit lors des prestations villageoises ou urbaines117 de la région. L’autre est Zakui Akpa118, masque ancien devenu « masque d’autel »119.

54D’autres villages nèyo proches de Sassandra ont aussi des masques (Trichet 2004b). S’ils sont présumés, eux aussi, de style wè, ils devraient, pour confirmation, faire l’objet d’une enquête.

En conclusion

55L’appellation coloniale « masques de Sassandra » n’était peut-être pas aussi imprécise qu’il semblait. Elle recouvre l’espace bakwé, godié et neyo, au sein duquel se sont développées des séquences masquées, clôturées par la prestation de masques de structure « cubiste ».

56Si remarquable que soit leur plastique, elle n’est pas singulière en Afrique tropicale  : la tendance au schématisme volumétrique n’est pas typique du sud-ouest de la Côte d’Ivoire, mais se rencontre dans d’autres régions d’Afrique. La ressemblance entre ces « masques cubistes » et certaines « parures de tête » des Toma de Guinée Conakry, ou des Aduma du Gabon, mériterait d’être analysée.

57Des auxiliaires de marine, « Kroumen » ont pu, lors de leurs déplacements maritimes, voir les formes masquées de populations aussi lointaines que celles d’Angola ou de Guinée Bissau.

58Pourtant, à moins que ne soient apportées de nouvelles informations sur les contacts ou les mouvements de population dans cette zone, il serait hasardeux de présumer l’emprunt, par des groupes côtiers, de formes masquées relevant de populations continentales assez éloignées du rivage.

59Reste donc entier le vieux débat entre « convergence de formes » et diffusion…

60Et pourtant, pour reprendre le titre de l’article Patrick McNaughton de 1991, je suis convaincu « qu’il y a de l’histoire dans les masques de structure cubiste » ; celle-ci est encore à dégager.

Haut de page

Bibliographie

Behrens Christine (1974) - Les Kroumen de la Côte Occidentale d’Afrique, Bordeaux, CNRS - Centre d’études de géographie tropicale C.E.G.T., coll. Travaux et documents de géographie tropicale n° 18, 243 p.

Dekeyser Pierre-Louis et Bohumil Holas (1952) - Mission dans l’Est libérien, Dakar, IFAN, mémoire n° 14, 566, XXIX pl.

Faublée Jacques (1952) - Inventaire des vitrines du Musée des Missions Africaines, Paris, Direction des Musées de France, oct. 52, 50 p.

Fischer Eberhard et Lorenz Homberger (1985) - Die Kunst der Guro, Elfenbeinküste, (CH) Zurich, Museum Rietberg, 312.

Garrard Timothy (1993) - Masques faciaux en pays sénoufo, in : Jean-Paul Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire, textes, tome I, Genève, Musée Barbier-Mueller, p. 86-105, 413-414.

Gouly Doua (2004a) - Hôtellerie : les opérateurs dans la tourmente, Fraternité Matin, 11824, lundi 26 avril 2004, (cahier gratuit « tourisme et évasion », p. X)

Gouly Doua (2004b) - « Sassandra, un festival de masques est né sur les plages de Dagbego », Fraternité Matin, 11831, lundi 3 mai 2004, cahier gratuit « économie », p. X.

Harter Pierre (1991) - Les peuples krou de la frontière éburnéo-libérienne, Primitifs, 6, sept 1991, p. 58-71.

Harter Pierre (1993) - Les masques wè, in : Jean-Paul, Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire, textes, tome 1, Genève, Musée Barbier-Müller, p. 184-221.

Holas Bohumil (1968) - Craft and culture in the Ivory Coast, Abidjan-Paris, PUF - Centre de Sciences humaines, 145 p., 40 pl.

Holas Bohumil (1969) - Sculptures ivoiriennes, Abidjan, Centre de Sciences humaines, 196 p.

Holas Bohumil (1980) - Traditions Krou, Paris, Nathan, 573 p.

Huet Jean-Christophe (1995) - Les ambigüités du regard, un masque krou de l’ancienne collection André Derain Bulletin des musées et monuments lyonnais, n° 2, 1995, p. 2-13

Laude Jean (1966) - Les arts de l’Afrique noire, Paris, éditions du Chêne - Librairie Générale Française, 176 p.

Kouadio Théodore (2004) - Sassandra, un festival de masques pour les touristes, Fraternité Matin, 11937, lundi 21 août 2004, cahier gratuit « économie et environnement », p. VI.

Leiris Michel et Jacqueline Delange (1967) - Afrique Noire, la création plastique, Paris, Nrf-Gallimard, 453 p. (l’Univers des Formes, 11).

McNaughton Patrick (1991) - Is there history in horizontal masks. A preliminary response to the dilemma of form, African Arts, XXIV, april 1991, p. 40-54

Marchese Lynell (1983) - Atlas linguistique kru, Abidjan-Paris, Université d’Abidjan, Institut de Linguistique Appliquée-Agence de coopération culturelle et technique, 287 p

Meneghini Mario (1974) - The grebo mask, African Arts, Vol 8, n° 1 (autumn 1974), p. 36-39, 87.

Perrot Claude-Hélène (1996) - Les ravages des prophètes dans les sociétés ivoiriennes, Journal des Africanistes, 66 (1-2), p. 319-330.

Petrarca Valerio (2008) - Un prophète noir en Côte d’Ivoire. Sorcellerie, christianisme et religions africaines, Paris, Karthala, 269 p.

Pinault-Paradis Évelyne (2001) - De la forme à l’histoire. Les masques heaumes horizontaux à l’ouest des Volta : étude comparative, plastique et sémantique, Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, thèse de doctorat, 3 vols., 614 p.

Prouteaux Maurice (1929) - Premiers essais de théâtre chez les indigènes de la Haute Côte d’Ivoire. Bulletin du Comité d’Études Historiques et Scientifiques de l’Afrique Occidentale Française, XII, p. 448-475.

Rubin William (1987) - Le Primitivisme dans l’art du xxe siècle. Les artistes modernes devant l’art tribal, Paris, Flammarion, 703 p.

Société Des Missions Africaines (2005) - Biographies des confrères de la province de Lyon décedés. Tome 2 : de 1972 à 1979, Paris, Société des Missions Africaines, Province de Lyon, 116 p.

Thomann Georges (1901) - À la Côte d’Ivoire. La Sassandra, Bulletin du Comité de l’Afrique française, Supplément  : Renseignements coloniaux, 6, p. 126-127.

Thomann Georges (1999) - Carnets de route en Côte d’Ivoire (1893-1902), Saint Maur-Abidjan, Sépia-CEDA, présentation et notes de Christophe G. Wondji, 325 p.

Trichet Pierre (2004a) - Les masques de Kosso, Abidjan, chez l’auteur, 4 p.

Trichet Pierre (2004b) - Les masques de Dagbego, Abidjan, chez l’auteur, 2 p.

Vandenhoute Pieter Jan-L. (1948) - Classification stylistique du masque dan et guéré de la Côte d’Ivoire occidentale (AOF), Leiden, E. J. Brill (Mededelingen vah Het Rijksmuseum voor Volkenkunde, n° 4) : 48, XVI fig.

Verger-Fèvre Marie-Noël (1980) - Masques de l’Ouest de la Côte d’Ivoire dans les collections publiques française, Paris, École du Louvre, mémoire de diplôme, 2 volumes, 245 p + documents non paginés.

Verger-Fèvre Marie-Noël (1989) - Les masques de l’ouest ivoirien et l’art occidental, in : Marc Augé et al., Corps sculptés, corps parés, corps masqués. Chefs-d’œuvre de Côte d’Ivoire, Paris, Ministère des Affaires Étrangères, Ministère de la Coopération et du Développement, Association Française d’Action Artistique, p. 118-121 (Paris, Galeries Nationales du Grand Palais, Exposition du 18 octobre au 15 décembre 1989).

Vogel Susan M. (1999) - L’art baoulé. Du visible à l’invisible, Paris-Abidjan, Adam Biro, Documentation Ivoirienne, 312 p.

Zöller Hugo (1885) - Die deutsche Besitzungen an der Westafrikanischen Küste, II. Die Deutsche Kolonie Kamerun, vol. 1, Berlin u. Stutgart, W. Spemann, 247 p.

Haut de page

Notes

1 Dont Maurice de Vlaminck, Henri Matisse, André Derain, Pablo Picasso, Georges Braque, Amedeo Modigliani, Emil Nolde sont les représentants les plus connus.

2 W. Rubin (1987  : 304-307) donne l’exemple de masques des anciennes collections Picasso et Braque en place, fixés sur le mur de leur intérieur.

3 Africains, Océaniens et, à un moindre degré, Amérindiens.

4 Qu’ils recevaient parfois d’intermédiaires locaux aussi peu informés qu’eux.

5 Masque de type Ngil.

6 Ou « kru », du nom d’une ethnie du sud-ouest de la Côte d’Ivoire.

7 William Rubin 1987 : 305.

8 Id., p. 19-21. Cette « construction » de 1912, Guitare, est actuellement dans les collections du Museum of Modern Art, New York (MoMA).

9 Un cliché, pris en 1885 par Hugo Zöller (1885, p. 16), présentant un danseur masqué « kru » au milieu d’une foule dans un village côtier – on distingue une plage ombragée de cocotiers (ph. 4) – est, à notre connaissance, la seule représentation in situ d’un « masque cubiste » du type qui fait l’objet de notre article.

10 Sassandra est la ville portuaire pourvue d’un wharf qui, avant l’inauguration du port de San Pedro, servait de débouché aux productions forestières et agricoles du Sud-Ouest ivoirien.

11 Réf. MH 00-44-103. Collectée à la fin du xixe siècle, cette œuvre a été montrée à l’Exposition Universelle de Paris en 1900.

12 Ils sont enregistrés sous les cotes MA 116.940.001-005 et 117.940.001.

13 Musée privé d’association, situé 150, cours Gambetta, Lyon (7e).

14 Société des Missions Africaines 2005b, Biographies des confrères de la province de Lyon décédés. Tome 2 : de 1972 à 1979, Paris, Société des Missions Africaines, Province de Lyon  : 109-110.

15 Région actuelle du Centre ouest de la Côte d’Ivoire, ethnies Bété, Yaouré et Gouro.

16 Il s’agit de l’ancienne appellation du Musée Africain de Lyon.

17 Citons, par exemple, Holas 1969  : fig. 28  ; Holas 1980  : ht 12-13.

18 Le terme anglais "crew man" ( = « homme d’équipage ») est passé en pidgin english ( = lingua franca permettant les échanges entre les équipages et les populations côtières). Ce vocable a connu un grand succès probablement car il se prêtait à un jeu de mots facile  : les Kroumen ayant fonction de crew-men.

19 Marchese 1983. Le complexe linguistique kru pourrait atteindre les 2 millions de locuteurs.

20 Comme l’ont été les formes masquées et bété.

21 Le meilleur exemple est Rubin 1987 : 19-21. Pourtant, d’autres auteurs, plus au fait des études esthétiques francophones, utilisent concurremment l’appellation « kru ».

22 Avant le conflit inter libérien de 1990-1998, qui a dû entraîner une diminution drastique de cette population.

23 Cette petite population de près de 1000 ressortissants occupe un petit territoire (9 villages) autour de la ville de Taï, près de la frontière ivoiro-libérienne.

24 Holas 1968  : 31  ; Holas 1969  : 92, n° 18.

25 Harter 1991  : 62 et 61, photo 3.

26 Il a résidé à Tabou pendant 28 ans (de 1935 à 1963).

27 Située 150, cours Gambetta, Lyon (7e).

28 Il n’y a, chez les missionnaires catholiques, aucune inhibition par rapport à la vision et la description des masques. Une revue comme La Côte d’Ivoire chrétienne, qui se veut le « périodique des catholiques de Côte d’Ivoire », publie, de 1938 à 1949, sept contributions de prêtres, missionnaires ou diocésains, sur les rites coutumiers, et singulièrement les rituels de masques, chez les Gouro, Baoulé, Bété et Dan.

29 Avancée, nous l’avons vu, par Bohumil Holas.

30 Sassandra n’est pas un « port krou » mais est situé au cœur du territoire de l’ethnie nèyo. Le quartier krou de Sassandra a été créé pour héberger la relève des équipages de « Kroumen ».

31 Dan et Yacouba sont des appellations synonymes.

32 Ngéré est équivalent de Guéré, de même, Wobé et Wobè ne sont que des allophones du même sous-groupe ethnique.

33 Cette hypothèse d’une commercialisation de masques par des intermédiaires krou a déjà été soulevée plus haut à propos de masques exposés au Musée Africain de Lyon.

34 Le Père Pierre Trichet, relisant ce texte, m’invite à ne pas exclure la possibilité, pour les passagers qui s’embarquaient, d’achats à terre chez des marchands ayant un étal au marché ou un magasin en ville.

35 Il ne s’agit pas d’une pure spéculation. Dans nombre de populations côtières de Côte d’Ivoire et du Ghana, les masques n’occupaient pas une fonction centrale au sein des sociétés où ils étaient attestés. Ils relevaient souvent d’associations, de lignages, ou des particuliers, qui les avaient introduits ou initiés. Cette marginalité par rapport au projet vital de la société globale, ou ce manque d’intégration sociale, ont pu favoriser leur disparition, en situation d’évolution rapide ou de crise. Concernant la diffusion (puis le retrait) des masques heaumes, on peut lire avec profit  : McNaughton 1991, Pinault-paradis 2001. Dans un domaine connexe, l’origine précise des masques faciaux en métal utilisés par les Sénoufo et les Dyula continue de faire problème, bien que la zone de leur production soit réputée bien connue  : voir Garrard 1993 : 86-105, 413-414.

36 Ancien directeur du Musée Africain de 1987 à 1991.

37 Ce militaire a été, après la période de la conquête, le premier explorateur du cours inférieur du fleuve Sassandra, puis administrateur à Grand Lahou, Sassandra et enfin Aboisso. Ses souvenirs ont été récemment publiés  : Thomann 1999. Alain Derbier disait avoir assisté à l’Hôtel Drouot en 1990 à une vente d’objets ayant appartenu à la famille de Georges Thomann (Expert  : G. Montbarbon). On y a vendu (fort cher) un « masque cubiste » qui manifestement n’avait jamais servi. Les yeux cylindriques ne permettaient pas la vision et leur surface portait un décor spiralé. L‘objet semblait être un objet-souvenir offert à un administrateur sur le départ.

38 Une copie de ce texte figure dans le dossier « Krou » à la Conservation du Musée Africain.

39 Les deux types de coiffure pourraient distinguer deux masques.

40 L’opposition entre un masque facial « visage » et un masque heaume « tête » semble assez commune en Afrique de l’Ouest. Elle est attestée, par exemple, chez les Sénoufo. Le masque facial appelé kpéliyé par Bohumil Holas (et, après lui, par les experts en art africain) doit se comprendre comme kpeli-yɜhɜ /de kpéli-visage/ « visage de kpéli ». Kpéli est la désignation mandé des masques faciaux portés par les initiés juvéniles, il a un synonyme sénoufo « kodli » sur lequel on forme logiquement kodli-yɜhɜ « visage de masque à porteur juvénile ».

41 Avant l’aménagement du port de San Pedro, commencé en décembre 1972, ce nom désignait le petit village côtier établi au pied du promontoire rocheux.

42 Gérard Barbier, 2001, Lettre à P. Boutin du 18/07/2001.

43 Le Père Gérard Barbier a offert ultérieurement ce masque au Musée Africain (MA 116.940.005). Il est exposé dans la vitrine III, 25.

44 Deux d’entre eux pourraient être dits « à lame ».

45 Voir note 36.

46 Musée Africain, 3e niveau, cartel des vitrines 24-26.

47 Ce village n’est pas difficile à trouver  : il se situe à 50 km à vol d’oiseau à l’est de Sassandra. L’ancien village de paillotes aux murs en nervures de cocotier était implanté sur le cordon littoral entre mer et lagune. Le nouveau site, terrestre celui-là, est situé sur une hauteur dominant la lagune. Il est loti, construit en matériaux modernes, et relié par une piste à la petite ville de Fresco.

48 Alors à la Paroisse de Port Bouët à Abidjan.

49 À l’époque, directeur du Centre Culturel de la Cathédrale d’Abidjan. Journaliste de formation (École de Journalisme de Lille), il est aussi spécialiste de l’histoire religieuse de la Côte d’Ivoire et, de plus, photographe réputé.

50 Particulièrement aigus dans le sud-ouest du pays à cette époque.

51 En poste à Guiembé, dans la partie nord du pays, à 30 km au sud de Korhogo.

52 Ce prêtre diocésain, d’origine godié, est originaire de Dassieko, village côtier situé à 1km de Kosso. Sa présence s’est avérée précieuse car il compte de nombreux parents dans ce village et y est bien connu. Il a aussi assuré l’interprétariat dans les échanges avec les villageois monolingues.

53 P. Trichet a pris note du contenu des conversations et a rédigé un compte rendu écrit, sur lequel est basée la suite de ce texte (Pierre Trichet 2004a, Les masques de Kosso, Abidjan, chez l’auteur, 4 p.).

54 L’indépendance de la Côte d’Ivoire (1960).

55 En français d’Afrique, ce terme ne désigne pas uniquement les préparations thérapeutiques, mais recouvre aussi les philtres magiques destinés à capter le pouvoir ou à nuire.

56 Ce prophète, plus connu sous le nom de Koudou Jeannot, est passé à cette époque dans de nombreux villages de la zone lagunaire. Sous la menace de sanctions mystiques, il incitait les possesseurs d’objets puissants à s’en débarrasser nuitamment. Alors, les décès prématurés, l’échec scolaire, le chômage allaient disparaître et la cohésion sociale revenir. On peut lire à ce sujet  : Perrot 1996 et Petrarca 2008.

57 Cette situation était récurrente à l’époque. Les jeunes des villages côtiers, plus exposés aux pandémies et aux aléas sociaux, ont souvent imposé aux anciens le recours à Koudou Jeannot. Dans le village atyan ( = ébrié) de Santè (sur la baie du Banco, près d’Abidjan) les anciens rechignaient à faire venir le prophète, car, pour le faire déplacer avec sa suite, il fallait mobiliser des fonds importants et le poids des cotisations pesait surtout sur eux. Pour leur forcer la main, les jeunes ont fait courir le bruit que les aînés avaient des fétiches cachés et qu’ils craignaient que Koudou Jeannot ne mette à jour leurs pratiques sorcières. Face à la vindicte publique, ils ont dû céder (information fournie en 1987 par Rémi Bole-Richard, ancien chercheur à l’Institut de Linguistique Appliquée de l’université d’Abidjan).

58 On notera la ressemblance avec le terme Gray utilisé par Georges Thomann.

59 Les questions suivantes sont adressées à M. Lakpa Étienne, détenteur des masques qu’il a apportés.

60 Alors que les participants mettaient en avant la fonction ludique, et donc « inoffensive », des masques du village, M. Lakpa Étienne insiste sur la fonction pacificatrice du masque Bibié (le « masque cubiste »). Le fait qu’il se produise à la fin des funérailles, en dernière position, indique une position éminente, comparable à celle des « masques de sagesse » wè.

61 Il y a, probablement une confusion dans l’identification française du rapace. Le charognard, à l’encontre du busard, du milan ou de l’épervier, n’a pas pour habitude de s’attaquer aux couvées de volailles.

62 Cette bande blanche se repère encore sur la photo 12. Un autre masque de ce type figure en deuxième position à gauche sur la photo faite au village par le P. G. Barbier en 1977 (ph. 9).

63 Les yeux cylindriques, rapportés, manquent.

64 Ce dispositif est caractéristique des masques à série d’yeux multiples. Les yeux, cylindriques ou tubulaires, ne sont pas fonctionnels mais le danseur perce lui-même les orifices lui assurant la meilleure vision.

65 Dix nouveaux masques sont énumérés, ce qui clôt la liste de douze annoncée plus haut.

66 Pour faciliter la lecture, Pierre Trichet adopte un système de transcription calqué sur le français.

67 Ce masque, disparu, est reproduit, à l’extrême gauche, sur la photo 9.

68 On peut comprendre cette remarque de deux manières. Ou bien  : en vol, le touraco à l’air de danser, ou alors  : l’oiseau, à l’arrêt, se balance harmonieusement.

69 Les anciens font preuve de perspicacité écologique, hélas peut-être un peu tardive…

70 Photo 9, à l’extrême droite.

71 Pour la société godié, l’homme idéal ne serait donc pas incarné par « le beau jeune homme  » mais par «  l’homme accompli  ». Il est possible que ce masque ait formé couple avec le masque Sikapleu.

72 Les participants à la rencontre publique l’ont reconnu sur la photo 9, comme étant l’avant-dernier, à droite.

73 Peut-être même des Portugais, si ces formes masquées sont anciennes. La population de Kosso, à travers ce masque, rappelle le passé maritime d’une population professionnellement « krouman », sans qu’elle ne relève de l’ethnie krou.

74 Le Musée Africain de Lyon expose (3e niveau, vitrine 27) deux masques bovins (MA 100.940.001-002) dont l’origine demeurait inconnue (ph. 13), jusqu’à ce je découvre en l’an 2000, à la photothèque SMA, un cliché montrant les mêmes masques en action sur une plage de sable. Ils font face à un chasseur muni d’un fusil factice (ph. 14). Au verso du cliché, des mentions sont inscrites au crayon  : « Les vaches méchantes, Fresco ». Cette pantomime de chasse a dû être photographiée, vers 1930, à Fresco (chez les Godié), avant que ces masques ne soient envoyés au Musée. Il est presque certain que les masques Blè de Kosso aient été du même type.

75 Malgré une formulation un peu confuse, on peut reconnaître dans cette description un des masques dits « oubi » à yeux superposés. Le Musée Africain en expose un, au 3e niveau, vitrine 26 (ph. 15). Par ailleurs, un cliché de Pierre Harter montre un masque à six paires d’yeux. Il appartenait aux collections du Musée de l’IFAN à Dakar et est ensuite passé à celles du Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie  : dépôt IFAN n° D 67-1-7 (cf. Harter 1991 : 64, photo 8). Les yeux multiples doivent symboliser une vigilance que les maléfices des sorciers ne peuvent prendre en défaut.

76 Ce bois d’épreuve relève probablement du genre Erythrophleum. Ces masques auraient pu autrefois présider à des ordalies.

77 La prééminence du masque pacificateur « cubiste » est une nouvelle fois mise en avant. Dans de nombreuses sociétés africaines la hiérarchie des masques peut se déduire de leur place dans une séquence. Une sortie de masques est comparée à celle d’une famille qui va au champ  : les enfants vont en tête (on dit qu’ils font « tomber la rosée » pour qu’elle ne mouille pas les jambes des adultes), suivent les femmes, les jeunes hommes et enfin les anciens.

78 Il n’est pas certain que la question ait été bien comprise. Certains masques semblent masculins : Afe(r)nou, Awato, et, au moins un autre, féminin  : Sikapleu. Comme nous ne disposons pas d’une séquence précise de prestation, il est difficile d’organiser des masques encore sommairement décrits, en un système de parenté et d’alliance, qui est bien attesté en d’autres régions  : chez les Wan et Gouro, par exemple.

79 La fonction ludique exercée par la plupart des masques n’interdit pas à deux d’entre eux  : Djoulou et Bibié, d’avoir exercé un contrôle social éminent.

80 Au sens d’une « association initiatique mobilisant une classe d’âge dans la découverte, le port, l‘accompagnement ou la prestation publique de masques ».

81 Ce qui n’exclut pas, qu’à l’origine, ils puissent avoir relevé de la collectivité toute entière.

82 Ce n’est certainement pas toujours le cas. Certains masques ont dû être vendus ou donnés pour entrer ensuite dans les collections et musées du Nord. Ainsi, en 1977, le Père G. Barbier s’est vu offrir le masque abîmé (ph.10) dont il a été question à la note 43.

83 Cette indication nous semble de la plus grande importance. Elle explique la croûte noire visible sur certains masques. Par exemple  : « Les quatre modèles possédés par le musée de l’IFAN ont, malheureusement, été badigeonnés d’une bouillie noire. » (Harter 1991 : 61, notice de la photo 3). Ce qu’un examen superficiel pouvait faire prendre pour une altération pourrait se révéler être une marque de consécration…

84 Les enquêteurs ont demandé à voir le « petit Bibié », mais son propriétaire était parti aux champs et avait fermé à clé sa maison. Les masques « cubistes » entrés dans les collections occidentales pourraient donc être de ces « masques de remplacement » dont l’aliénation ne constituait pas une perte irrémédiable.

85 L’origine bakwé des masques est donc confirmée. Georges Thomann (1991  : 126) ne disait pas autre chose pour les masques qu’il avait vus chez les Nèyo.

86 Thomann (1901) note que le masque vu chez les Nèyo portait un tutu de la même matière. Pour que les anciens fassent sortir et présentent cette jupe, ils ont demandé aux enquêteurs d’offrir une bouteille de rhum, prestation qui a été acceptée et fournie. Cette boisson a été partagée entre les anciens et leurs hôtes en fin de séance.

87 Thomann (1901) relève le même fait.

88 Il est probable que, lors de l’introduction des masques, les premiers chants aient été en langue bakwé.

89 Il s’agit évidement du masque touraco Komouévoqué plus haut.

90 Le masque « le bateau du blanc » Djekpigoron fait partie des douze masques dont le village de Kosso disposait.

91 Les Bakwé, eux aussi, relèvent donc de la catégorie professionnelle « Krouman ».

92 Ce chant à la gloire des Bakwé appartient probablement au répertoire initial des chants bakwé introduits avec les masques auxquels ils se rattachaient.

93 Masque Yoro. Le chant qui accompagne sa sortie laisse penser que la prestation de ce masque marquait le début du spectacle et qu’il avait pour fonction d’avertir les villageois pour qu’ils se rassemblent rapidement.

94 Les plumes d’aigle pêcheur de la coiffe sont bicolores (noir et blanc)  : la blancheur des cheveux du masque semble donc relative et relever plutôt de la symbolique et de l’idéologie.

95 Le masque Bibié est donc jugé « beau »  : la blancheur de ses cheveux atteste de son âge et de sa pureté.

96 Les gros yeux (c’est-à-dire les yeux cylindriques ou tubulaires) relèveraient donc de l’esthétique bakwé.

97 Pierre Trichet, secrétaire de séance, note l’atmosphère de confiance qui a présidé à la rencontre. Il pense que la présence du Père G. Barbier et de l’abbé Toussaint Lobognon, bien connus des participants, a favorisé la qualité du contact avec les villageois. L’entretien s’est tenu de 9 h à 13 h, le mardi 20 avril 2004.

98 De cette formulation alambiquée, on peut déduire que l’offrande aux ancêtres marque la mise à l’abri du masque pacificateur grand Bibié et non celle du masque ludique Damou.

99 C’est le cas, par exemple, du masque buffle Blè.

100 Après le désordre des funérailles, ce masque restaure l’ordre social. Il est donc vénéré, et la « belle » couleur blanche de sa chevelure consacre son statut privilégié.

101 Les tirailleurs, sénégalais ou autres, ont déjà donné…

102 Cette faculté est probablement liée aux conditions d’apprentissage des artisans qui font de la copie, de l’interprétation libre, et aussi de la création, les bases de la maîtrise artistique. Cela se vérifie tous les jours en côtoyant les ateliers de sculpteurs.

103 Les sociétés Mblo ou Gbagba produisent des saynètes comiques masquées lors des funérailles ou des fêtes villageoises. On note la présence de figures animales (buffles, antilopes) que les chasseurs du spectacle tentent de tuer  : Vogel 1999.

104 Entre temps rappelé en France et devenu supérieur de la communauté de Missions Africaines de Lyon.

105 Sœur Monique Blah, originaire de Fresco.

106 Sr Monique Blah 2007, Lettre au Père Gérard Barbier, du 03/09/2007.

107 Noter la ressemblance avec le terme Blè utilisé à Kosso.

108 Dans le quartier actuel de la sous-préfecture. Le terme « tribu » est souvent utilisé en « français de Côte d’Ivoire » pour désigner, en zone forestière, l’espace où s‘est fixé un lignage.

109 Cette ethnie occupe le bassin inférieur du fleuve Sassandra, entre Soubré et le territoire nèyo.

110 Tirant les leçons d’expériences éditoriales antérieures aux conséquences malheureuses pour le patrimoine africain, les lieux précis d’enquêtes possibles ne sont pas nommés  : je les indiquerai, bien sûr, à quiconque travaille dans un cadre respectueux de la déontologie de la recherche.

111 Ils relèvent du canton Trépoint, qui est formé de cinq villages  : « Lipoyo, Coco-Plage, Arokpa, Kadrokpa et Dagbégo » (Kouadio 2004). Le village de Dagbégo a été visité par la même équipe d’enquêteurs, le mardi 20 avril 2004 dans l’après midi. Le compte rendu de cette visite a été rédigé par le Père Trichet (2004b).

112 La disparition temporaire de leur société de masques mériterait, à elle seule, une enquête.

113 « Autrefois, nos ancêtres allaient dans la région de Man pour travailler les arbres qui produisaient du caoutchouc, pour le vendre aux Blancs. Ils ont vu les masques et les danses guéré. Ça leur a plu, alors ils les ont amenés ici. » (Trichet 2004b  : 1).

114 On les rencontre au « Km 26 » (par rapport à Sassandra), au lieu dit  : « Campement guéré ». Les habitants nomment leur village d’un nom wè  : Niambly. C’est un haut lieu de diffusion des masques dans le Bas-Sassandra (Gouly 2004b).

115 Si les yeux sont tubulaires, ils peuvent servir à la vision du porteur. Par contre, s’ils sont cylindriques (sans évidement central), des trous de visée doivent être ménagés en dessous pour que le masque soit fonctionnel. Une photo montre deux masques présentant les deux types (Gouly 2004a).

116 Nom wè-guéré donné au masque par les initiateurs du porteur.

117 « On le sort aussi à Sassandra quand il y a des fêtes, ou bien quand le sous-préfet le demande » (Trichet 2004b : 2).

118 La signification de ce nom est inconnue des villageois, qui ne parlent pas wè (Trichet 2004b).

119 « Ce masque, ancien, n’a pas été détruit. Il est au village « en archive ». Il ne sort plus, il est devenu puissant, il nous protège, et nous, nous l’adorons, on lui offre des sacrifices. » (Trichet 2004b). Cette consécration de masques anciens abîmés est fréquente chez les Wè.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - « Masque krou »
Crédits Lyon, Musée Africain, vitrine III,25 (MA 116.940.001), cliché G. Sagnol
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-1.png
Fichier image/png, 522k
Titre Photo 2 - Pablo Picasso « Salle à manger de l’artiste à Montrouge, 1917 »
Crédits Paris, Musée Picasso, dessin à la mine de plomb, reproduit in : William Rubin, 1987 : 305
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-2.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Photo 3 - Pablo Picasso « Guitare 1912 »
Crédits New York, The Museum of Modern Art, in : William Rubin, 1987 : 20
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Photo 4 - Masque « Kru »
Crédits In : Hugo Zöller, 1885, I : 291
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Photo 5 - « Masque de Sassandra »
Crédits Paris, Musée de l’Homme, (MH 00-44-103), reproduit in : Michel Leiris et Jacqueline Delange 1967 : 11, fig. 12
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Photo 6 - Vitrine centrale, « Masques du sud-ouest de la Côte d’Ivoire »
Légende - en haut, à gauche, MA 116.940.004, H. : 31,2 cm, bois (Ricinodendron Heudelotii), kaolin, peinture noire à la suie, bleu Guimet, date d’entrée dans les collections 1947- au centre, MA 116.940.002, H. : 36 cm, bois (Xylopia aethiopica), kaolin, peinture noire à la suie, ocre, fer blanc, cordelette de chanvre, fibres végétales, date d’entrée dans les collections 1947- en bas à droite, MA 116.940.003, H. : 31,5 cm, bois (Ricinodendron Heudelotii) kaolin, peinture noire à la suie, ocre, fer blanc, cordelette de chanvre, fibres végétales, date d’entrée dans les collections 1947
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Carte - « Carte des parlers krou »
Crédits In : Pierre Harter 1991 : 60
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Photo 7 - « Masque Oubi »
Crédits Abidjan, Musée des Arts et Civilisations, reproduit in : Bohumil Holas 1968 : 92, n° 18
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-8.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Photo 8 - « Masque cubiste à coiffe »
Crédits Lyon, Musée Africain, vitrine III,24 (MA 116.940.001), H. de la partie sculptée : 39 cm, H. totale : 84 cm, Bois (Ricinodendron Heudelotii), plumes de rapace, cauris, grelot de laiton, peau de singe, fer blanc, cordelette de chanvre, fibres végétales, polychromie, date d’entrée dans les collections 1947, cliché G. Sagnol
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Photo 9 - « Les masques de Kosso »
Légende De gauche à droite : Kpolè, Damou, Awato, Sikapleu
Crédits Cliché G. Barbier, décembre 1977
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photo 10 - « Masque ancien de Kosso donné au P. G. Barbier »
Légende Note de la fiche : « Donné à Gérard Barbier dans la région de Kotrohou (Village Godié de Kosso) par Jean Baptiste Grébio, gardien des masques qui en possédait plusieurs autres. »
Crédits Lyon, Musée Africain, (MA 116.940.005), H. : 37 cm, Bois (Xylopia aethiopica), kaolin, peinture noire à la suie, bleu Guimet , date d’entrée dans les collections 1979, cliché G. Sagnol.
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 11 - « Masque Bibié ‘ le pardon ’, du village de Kosso, présenté par M. Lakpa Étienne, son détenteur traditionnel »
Crédits Cliché P. Trichet, avril 2004
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 12 - « Masque Damou “le charognard”, masque incomplet (sans yeux) du village de Kosso. Il est porté par l’Abbé Toussaint Lobognon, membre de l’équipe d’enquête »
Crédits Cliché P. Trichet, avril 2004
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 13 - « Masques bovins »
Crédits Lyon, Musée Africain, vitrine III,27 (MA 100.940.001-002), H : 40 cm, Bois (Xylopia aethiopica), argile ocre, kaolin, date d’entrée dans les collections : vers 1930 , cliché G. Sagnol
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 14 - « Les vaches méchantes et le chasseur, sur la plage de Fresco »
Crédits Lyon, Musée Africain, photo M. A., vers 1930
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Photo 15 - « Masque à lame crénelée »
Crédits Lyon, Musée Africain, (MA 117.940.001), H. : 71,8 cm, Bois (Ricinodendron Heudelotii), polychromie, date d’entrée dans les collections 1947, cliché G. Sagnol
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/767/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boutin, « Les masques « Krou » de Côte-d’Ivoire », Afrique : Archéologie & Arts, 5 | 2009, 7-26.

Référence électronique

Pierre Boutin, « Les masques « Krou » de Côte-d’Ivoire », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 5 | 2007-2009, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/767 ; DOI : 10.4000/aaa.767

Haut de page

Auteur

Pierre Boutin

Musée africain,
150 cours Gambetta,
FR-69361 Lyon Cedex,
p5boutin@yahoo.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org