Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et de mémoires de Master

Recherches sur le Paléolithique inférieur de la bande côtière d’Angola

Étude comparative techno-typologique et tracéologique du matériel lithique des sites de Dungo IV, Dungo V et Dungo XII
Maria da Piedade de Jesus
p. 103-105

Entrées d’index

Index géographique :

Angola
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en Anthropologie, Ethnologie, Préhistoire soutenue le 3 Juin 2010. Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Direction : Manuel Gutierrez.

Texte intégral

1Les recherches conduites en Angola jusqu’aux années 1990 ont mis en évidence plusieurs sites archéologiques sur le territoire, notamment les sites de « Baia-Farta » dont Dungo fait partie. Cette période marquée par le ramassage de surface a permis d’établir une carte archéologique, qui n’est pas réaliste, mais contribue à la connaissance des sites qui ont fait l’objet de recherches archéologiques. Les recherches archéologiques récentes dans la région de Dungo, à Baia-Farta, province de Benguela, ont connu un essor considérable au cours des deux dernières décennies, entraînant le renouvellement presque complet des méthodes et des objectifs. C’est en effet au cours de cette période que se développent les recherches systématiques (prospections, fouilles et étude du matériel) sur le Paléolithique Inférieur de la région.

2Grâce aux fouilles méthodiques, un important corpus lithique en quartz provenant des sites archéologiques de Dungo IV, V et XII a été établi. C’est à partir de ces données que nous avons élaboré cette thèse. Bien que l’un des sites (Dungo V) présente d’autres vestiges que lithiques, nous avons privilégié ces derniers. Ce choix est dû au fait que notre étude a été réalisée sur les éclats. La thèse présente une étude typo-technologique générale du matériel lithique et une étude tracéologique spécifique des éclats. Il faut préciser que l’industrie de Dungo est constituée essentiellement d’outils de quartz (92 %) et ne contient qu’une faible proportion d’outils en silex (3,5 %), un très faible pourcentage en roches métamorphiques (2,5 %) et un pourcentage encore plus faible en quartzite et grès (1,5 %).

3En ce qui concerne les sources de matière première utilisée pour la fabrication des pièces lithiques, on constate que l’approvisionnement est local et qu’il s’agit de gisements secondaires. Les artisans ont parcouru de très courtes distances, environ 2 à 5 km, pour choisir leur matière première. Cette pratique témoigne d’une bonne adaptation des populations de Dungo à leur environnement immédiat.

4Du point de vue méthodologique, les recherches conduites par Keeley, dès la fin des années 1977, ont accentué l’intérêt accordé à l’analyse des microtraces d’usure sur les outils préhistoriques en silex. Cette « méthode », initialement proposée pour rétablir une information culturelle à partir d’outils lithiques, fut ensuite appliquée à la recherche sur des périodes plus anciennes. Néanmoins, les traces d’usure sur le quartz ont été très peu étudiées du point de vue macro et microscopique à cause des schémas de fracture irréguliers et de la texture variable de la surface de cette roche. L’industrie en quartz développe, durant l’utilisation, des traces microscopiques comparables à celles que l’on trouve sur d’autres matières premières bien que comportant un certain nombre de caractéristiques qui lui sont spécifiques.

5L’existence d’un grand nombre d’éclats a conduit à nous questionner sur leur utilisation. De ce fait un programme expérimental a été mis en place dont l’objectif était double : reconnaître les traces d’utilisation sur le quartz et créer un corpus référentiel d’outils expérimentaux. Il est composé de 65 éclats que nous avons utilisés dans des expériences d’altérations naturelles et accidentelles et des expériences d’altérations technologiques.

6La recherche tracéologique utilisant à la fois une loupe binoculaire et un microscope métallographique sur un corpus de 205 pièces lithiques, tant expérimentales que préhistoriques, a permis d’identifier trois types de traces : les traces d’utilisation, les traces d’altérations naturelles ou accidentelles et les traces technologiques.

Les traces d’utilisation

  • Les micropolis sont rares et localisés dans la zone du tranchant. Sur les pièces archéologiques ils sont très peu développés ou inexistants à cause de la superposition des stries et des microécaillures naturelles ou accidentelles, mais aussi par l’existence de deux phénomènes : le lustre du sol présent dans un site et la patine que l’on trouve dans un autre. Il est important de signaler que parmi les facteurs qui déterminent le degré de développement des micropolis, le taux d’humidité présent dans la matière travaillée est déterminant.

  • Les stries résultant des altérations naturelles, accidentelles ou technologiques, mais aussi de l’utilisation des éclats. Elles sont de deux types : étroites profondes ou superficielles, ou bien larges profondes ou superficielles. Les stries que nous avons pu observer sur le matériel archéologique sont très variables du point de vue de leur distribution et de leurs dimensions. Quant les stries d’utilisation sont présentes et observables, elles peuvent être utilisées comme critère d’identification du mouvement effectué par l’outil. Ces deux critères, distribution et dimensions, nous ont permis de différencier les stries résultant d’utilisations de celles résultant des actions naturelles accidentelles ou technologiques. Nous avons pu observer que les stries sont toujours le résultat du mouvement entre l’outil et la matière travaillée. Mais leur nombre dépend de la quantité de particules existantes et leur largeur varie selon l’épaisseur de la granulométrie de ces particules.

  • Les microécaillures, dont la formation durant l’utilisation dépend de plusieurs variables comme l’angle de travail, la pression exercée, le matériau travaillé et le type de mouvement. Les microécaillures (liées à la manipulation, au transport et au piétinement) sont difficiles à distinguer de celles d’utilisation et peuvent ressembler parfois à des retouches. Ceci implique donc une attention plus soutenue lors de l’observation des outils. C’est pour cela que les microécaillures ou les émoussés ne constituent pas en soi un critère efficace pour déterminer l’utilisation d’une pièce, à moins que l’on ne trouve également des micropolis.

Les traces d’altérations naturelles et accidentelles

7L’industrie de Dungo IV est légèrement altérée et a conservé peu de traces identifiables d’utilisation. Les traces d’action naturelle (altération d’aspect luisant) constituent un bruit de fond intense de microtrace qui empêche une bonne identification du poli faible ou moyennement développé. La percolation d’eau entraînant des mouvements légers de sédiments est probablement à l’origine de cette altération microscopique masquant d’éventuels polis d’usage.

Les traces d’altérations technologiques

8Les traces produites par les percuteurs sont fréquentes sur les pièces lithiques en quartz. Elles se présentent surtout sous forme de stries. Il est donc nécessaire de les distinguer des vraies traces d’utilisation au moment de l’observation.

9L’analyse des 140 éclats archéologiques des sites de Dungo, montre que des éclats ont été utilisés sur plusieurs matières. À Dungo IV, des traces sont à mettre en relation avec le travail sur bois aux côtés d’autres, sur une quantité importante d’éclats, dont l’analyse n’a pu permettre d’identifier la matière travaillée. À Dungo V, sont visibles les traces de travail sur la viande et le bois, mais l’on observe aussi des traces que nous n’avons pu mettre en rapport avec une matière travaillée spécifique. Dans l’ensemble des éclats de Dungo XII, deux pièces présentent des traces d’utilisation sur une matière que nous n’avons pu identifier.

10Le processus ultérieur au dépôt des pièces lithiques dans les sédiments sableux de la région de Dungo altère mais n’efface pas les traces d’usure des outils en quartz utilisés pendant le Paléolithique.

11Nos conclusions indiquent que dans les industries préhistoriques en quartz, les produits de débitage sans modification secondaire ont été utilisés comme outils à un degré très élevé. La sélection des éclats à des fins d’utilisation semble ne pas suivre de « normes » liées à la forme.

12Du point de vue de la chronologie, nous disposons de plusieurs paramètres. L’un ancien, lié aux datations relatives proposées par les géologues et archéologues dans les années 1950/1970, l’autre plus récent, résultat des données de laboratoire. Des mesures U/Th sur des coquilles d’huître montrent un âge de plus 350 000 ans pour le site de Dungo V. Une autre mesure, par âge d’enfouissement, réalisée par le CEREGE d’Aix-en-Provence, indique que des pièces lithiques provenant du site de Dungo IV ont été enfouies entre 1 et 2 Ma.

13Ces résultats doivent être considérés comme une première approche. Un programme d’étude à long terme devrait affiner la méthode d’étude des microtraces de façon à pouvoir l’appliquer à d’autres matières. Puis il faudra aussi analyser l’intégralité des matériaux de Dungo et les vestiges d’autres sites. Enfin, il faut ajouter que les sites de Dungo sont un élément important de l’histoire de la préhistoire d’Angola, aussi bien par la richesse des sites que par les méthodes mises en place. Par ailleurs, l’âge des vestiges, entre 1 et 2 millions d’années, fait de ces sites les plus anciens du pays.

Haut de page

Bibliographie

BEYRIÈS S. (1982) – Comparaison de traces d’utilisation sur différentes roches siliceuses. Studia Praehistorica Belgica, 2, p. 235-240.

CLARK D. (1966) – The distribution of prehistoric cultures in Angola. Publicaçoes Culturais do Museu do Dundo, n° 73. Companhia de Diamantes de Angola. Lisbonne.

GUTIERREZ M., GUÉRIN C., LÉNA M. & JÉSUS M. P. Da (2001) – Exploitation d’un grand cétacé au Paléolithique ancien : le site de Dungo V à Baia Farta (Benguela, Angola). C.R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes, t. 332, p. 357-362.

GUTIERREZ M. (2008) – Recherches archéologiques en Angola. Préhistoire, art rupestre, archéologie funéraire. L’Harmattan éd., Paris.

KEELEY L.H. (1976) – Microwear on flint : some experimental result. In : Second International Symposium on flint (8-11 mai 1975), Maastricht, Staringia n° 3, p. 49-59.

KEELEY L. H. (1977) – An experimental study of microwear traces on selected British Palaeolithic implenents. Thèse, D. Phil., Université d’Oxford, Oxford.

KEELEY L. H. (1977) – The Function of Palaeolithic flint Tool. Scientific American, vol. 237, n° 5, p. 108-126.

KEELEY L. H. (1980) – Méthodes d’analyse technique, spatiale et fonctionnelle d’ensemble lithiques. Helinium, XX, p. 209-259.

MANSUR-FRANCHOMME M.E. (1986) – Microscopie du matériel lithique préhistorique. Traces d’utilisation, altérations naturelles, accidentelles et techniques. Exemple de Patagonie. Cahiers du Quaternaire, 9.

PLISSON H. (1985) – Etude fonctionnelle d’outillages lithiques préhistoriques par l’analyse des micro-usures : recherche méthodologique et archéologique. Thèse de doctorat, Université de Paris I, Paris.

PLISSON H. (1986) – Analyse des polis d’utilisation sur le quartzite. In : Early Man News Parts I and II. 9/10/11, p. 47-49.

SUSSMAN C. (1987) – Résultat d’une étude des microtraces d’usure sur un échantillon d’artefacts d’Olduvai (Tanzanie). L’Anthropologie, t. 91, n° 2, p. 375-380.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/753/img-1.png
Fichier image/png, 500k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria da Piedade de Jesus, « Recherches sur le Paléolithique inférieur de la bande côtière d’Angola », Afrique : Archéologie & Arts, 6 | 2010, 103-105.

Référence électronique

Maria da Piedade de Jesus, « Recherches sur le Paléolithique inférieur de la bande côtière d’Angola », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/753

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org