Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et de mémoires de Master

Abou Tamsa : étude d’un nouveau site néolithique en Cyrénaïque (Libye)

Élodie De Faucamberge
p. 101-102

Entrées d’index

Mots-clés :

Néolithique

Index géographique :

Abou Tamsa, Libye
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en Anthropologie, Ethnologie, Préhistoire soutenue le 7 janvier 2010. Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Direction : Manuel Gutierrez.

Texte intégral

1La Libye apparaît comme une région-clé du Nord de l’Afrique : ses six frontières terrestres lui permettent d’être le lien entre le Maghreb à l’ouest, les massifs centraux sahariens au sud et l’Égypte à l’est. Ce pays est divisé en trois régions principales : la Tripolitaine et la Cyrénaïque au nord, séparées par le Golfe de Syrte ou Syrtique, et le Fezzan au sud. De ces régions, seul le Fezzan, ou plus exactement sa partie sud-occidentale constituée du Djebel Acacus, du plateau du Messak et des regs alentours, a bénéficié d’importantes recherches préhistoriques. Entre les années 1950 et 2000, plusieurs amateurs d’art rupestre, archéologues et équipes pluridisciplinaires s’y sont succédé pour y étudier les populations et les environnements du Pléistocène supérieur et de l’Holocène (entre autres : Mori 1965, Barich 1974, Cremaschi & Di Lernia 1998).

2Dans le nord de la Libye, les recherches préhistoriques ont été plus succinctes, plus irrégulières dans le temps et dans l’espace. La Tripolitaine n’a longtemps été représentée que par quelques découvertes de surface et une fouille sous abri, malheureusement non datée (Neuville 1956). Il aura fallu attendre de nouvelles recherches dans les années 1990 pour que cette région obtienne enfin ses premières datations absolues (Barich & Conati-Barbaro 2003, Barich, Garcea & Giraudi 2006).

3En Cyrénaïque, au nord-est du pays, les recherches préhistoriques ont presque toutes été conduites par C.B.M. McBurney ; elles ont été plus ou moins soutenues entre les années 1940 et le milieu des années 1950 (McBurney 1947, 1960, 1967). La plus importante découverte de ce préhistorien est certainement la grotte d’Haua Fteah. Plusieurs années de fouille ont été nécessaires pour mettre au jour l’une des plus longues stratigraphies d’Afrique du Nord (treize mètres de dépôts anthropiques). Le site a été occupé pendant des dizaines de milliers d’années, depuis le Paléolithique Moyen jusqu’à la période historique. Cette séquence a fourni les premières datations absolues de la région ; les seules jusqu’à présent. En effet, malgré cette extraordinaire découverte et à l’exception de quelques prospections d’art rupestre, il n’y eut aucune recherche préhistorique dans cette région pendant le demi siècle suivant.

4La Mission Archéologique Française en Libye, dirigée par le Pr. A. Laronde (Centre de Recherches sur la Libye Antique, Paris IV) a été la première à relancer les recherches préhistoriques en Cyrénaïque en 2006. Elles portent actuellement sur le site d’Abou Tamsa, un abri sous roche qui a la particularité de ne se trouver qu’à quelques centaines de mètres seulement de la grotte d’Haua Fteah. Le travail sur ce site consiste en un ramassage de surface, un sondage et une fouille stratigraphique. Seuls les résultats issus du sondage sont pour l’instant disponibles ; ils feront l’objet d’une description détaillée dans une autre publication. Le sondage a livré un matériel archéologique conséquent pour une petite zone de fouille : 2 m x 1 m de surface au sol pour 1,20 m de profondeur. Plusieurs restes fauniques (mammifères, gastéropodes), plus d’un millier de pièces lithiques (débitage et outils), une trentaine d’outils en pierre polie (polissoirs, matériel de broyage), de l’industrie sur os (dont une quarantaine d’outils) et sur coquille (parure) et de la céramique (une trentaine de tessons) ont été mis au jour. Les trois datations absolues obtenues indiquent une occupation de l’abri aux 8e et 7e millénaires BP ; la présence de restes d’ovicaprinés domestiques permet de rattacher l’industrie du sondage au Néolithique. L’intérêt du site d’Abou Tamsa est de fournir une nouvelle séquence stratigraphique associée à une série de datations absolues se rapportant à la période de l’Holocène en Cyrénaïque. C’est également un nouvel apport pour la Préhistoire du Nord de l’Afrique et en particulier pour le littoral oriental de la Méditerranée où les recherches sont encore rares.

5À Haua Fteah, deux industries avaient été reconnues à l’Holocène : un niveau épipaléolithique, appelé Libyco-Capsien et daté des 9e et 8e millénaires BP, et un niveau néolithique dit de tradition capsienne à variante libyenne, daté du début du 7e millénaire BP au début du 5e millénaire BP (McBurney 1967). En choisissant ces appellations, C.B.M. McBurney voulait, dans ce qui fut sa dernière importante publication, insister sur l’idée qu’il existait selon lui une forte influence du Capsien en Cyrénaïque à l’Holocène. Dans deux ouvrages antérieurs (McBurney 1960, McBurney & Hey 1955), alors qu’il commençait à peine la fouille d’Haua Fteah mais avait déjà réalisé plusieurs récoltes de surface en Cyrénaïque et en Syrtique, C.B.M. McBurney écrivait que le littoral nord-africain pouvait se diviser en deux provinces culturelles très différentes s’étendant à l’est et à l’ouest du Golfe de Syrte. Il rapprochait alors la Tripolitaine de l’Ouest et des courants capsiens et la Cyrénaïque de l’Est et des courants égyptiens. En 1955, il notait l’existence d’un important degré d’autonomie culturelle en Libye orientale, au moins à partir de l’Épipaléolithique. Ces arguments n’ont pas été repris dans la publication de 1967 où les divergences entre la Cyrénaïque et l’Égypte ont été accentuées au profit de rapprochements avec le Capsien du Maghreb. Ce revirement de situation entre ses premières observations, dans les années 1950, et ses dernières conclusions, quelques années plus tard, a certainement été influencé par la mentalité de l’époque. Cinquante ans après, l’idée d’un faciès capsien en Cyrénaïque, à plusieurs centaines de kilomètres de son centre d’origine, était-elle toujours valable ? Cette attribution, plusieurs fois controversée, n’avait jusqu’à présent jamais pu être totalement écartée du fait du manque de recherches dans la région cyrénéenne. Les premiers éléments en notre possession issus du petit sondage d’Abou Tamsa semblent, au contraire, indiquer une industrie originale et typiquement locale. Le sondage permet également de confirmer que la production de céramique et la domestication animale étaient acquises en Libye nord-orientale dès le 8e millénaire B P.

Haut de page

Bibliographie

BARICH B. (1974) – La serie stratigrafica dell’uadi Ti-n-Torha (Acacus, Libia) : per una interpretazione delle facies a ceramica saharo-sudanesi. Origini, n° 8, p. 7-184.

BARICH B. & CONATI-BARBARO C. (2003) – Ras el Wasi (Jebel Gharbi) : New data for the study of the Epipaleolithic tradition in Northern Libya. Origini, n° 15, p. 75-146.

BARICH B., GARCEA E. & GIRAUDI C. (2006) – Between the Mediterranean and the Sahara : geoarchaeological reconnaissance in the Jebel Gharbi, Libya. Antiquity, vol. 80, n° 309, p. 567-582.

CREMASCHI M. & DI LERNIA S. eds (1998) – Wadi Teshuinat – Palaeoenvironment and Prehistory in south-western Fezzan (Libyan Sahara). All’insegna del giglio, Firenze.

MCBURNEY C.B.M. (1947) – The Stone Age of the Libyan littoral : the results of a war-time reconnaissance. Proceedings of the Prehistoric Society, vol. 13, n° 4, p. 56-84.

MCBURNEY C.B.M. (1960) – The Stone Age of Northern Africa. Penguin Books Ltd, Harmondsworth.

MCBURNEY C.B.M. (1967) – The Haua Fteah (Cyrenaica) and the Stone Age of the south-east Mediterranean. Cambridge University Press, London.

MCBURNEY C.B.M. & HEYS R.W. eds (1955) – Prehistory and Pleistocene geology in Cyrenaican Libya. University Press, Cambridge.

MORI F. (1965) – Tadrart Acacus : Arte rupestre e culture del Sahara preistorico. Einaudi, Torino.

NEUVILLE P. (1956) – Stratigraphie néolithique et gravures rupestres en Tripolitaine septentrionale, Abbiar Miggi. Libyca, t. 4, p. 62-123.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/748/img-1.png
Fichier image/png, 326k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie De Faucamberge, « Abou Tamsa : étude d’un nouveau site néolithique en Cyrénaïque (Libye) », Afrique : Archéologie & Arts, 6 | 2010, 101-102.

Référence électronique

Élodie De Faucamberge, « Abou Tamsa : étude d’un nouveau site néolithique en Cyrénaïque (Libye) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://aaa.revues.org/748

Haut de page

Auteur

Élodie De Faucamberge

UMR 7041 du CNRS (ArScAn)
Équipe « Ethnologie préhistorique »
Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès
FR-92023 Nanterre cedex
Elodie.De-Faucamberge@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org