Navigation – Plan du site

Chelba-Tutitti : site à stèles phalliques du sud de l’Éthiopie

Roger Joussaume, Jean-Paul Cros et Régis Bernard
p. 85-100

Résumés

De nombreuses stèles ont été dressées dans la région de la vallée du Rift au sud de l’Éthiopie dont quelques-unes ont fait l’objet de fouilles dès le début du xxe siècle, essentiellement par des équipes françaises. Si le caractère funéraire des ces pierres dressées, souvent décorées, a été mis en évidence pour différents types d’entre elles, stèles aux épées du Soddo et stèles anthropomorphes du pays Gédéo en particulier, rien n’était encore vraiment connu des milliers de stèles phalliques du Sidamo. En 2009 a démarré un programme d’étude de ce type de stèle sur le site de Chelba-Tutitti qui compte plus d’un millier de pierres dressées. Les premiers résultats présentés ici montrent qu’elles ne sont pas directement associées à des tombes mais pourraient être en rapport avec un long tertre situé au nord du site et qui sera étudié lors de la prochaine campagne de décembre 2010. Déjà en 1925, F. Azaïs (1931) avait fouillé un tumulus associé à des stèles phalliques où il avait découvert quelques ossements humains, une hache polie et de nombreuses obsidiennes sans en comprendre les relations avec les stèles.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

stèle, tumulus, tombe

Keywords :

stelae, barrow, tomb
Haut de page

Texte intégral

1Mentionnées dès 1904 par V. Chollet et H. Neuville (1905), les premières études un peu documentées sur les pierres dressées du sud de l’Éthiopie, ont été le fait de F. Azaïs et R. Chambard entre 1921 et 1926 (1931) suivies peu de temps après par une équipe allemande de l’Institut Frobenius sous la direction de E. Ad. Jensen (1936). Après cinquante années de silence, c’est la Mission Française d’Archéologie, sous la direction de F. Anfray, et l’Institut d’Archéologie d’Addis-Abeba qui menèrent plusieurs prospections et fouilles dans les années 70, avant que nous prenions le relai au début des années 80.

2Bien que les fouilles du site de Chelba-Tutitti n’en soient qu’à leur début, il nous a paru intéressant de faire connaître dès aujourd’hui les premiers résultats obtenus. Ils nous conduisent à concevoir des finalités nouvelles pour les stèles phalliques, le plus ancien mégalithisme du sud de l’Éthiopie.

Point des connaissances sur les stèles du sud de l’Éthiopie

3Depuis le début du xxe siècle, les études de terrain concernant les très nombreux sites à pierres dressées du sud de l’Éthiopie ont été relativement rares (fig. 1). Nous devons citer tout d’abord les fouilles, selon les techniques expéditives de l’époque, de François Azaïs assisté de Roger Chambard, entre 1921 et 1926 (Azaïs & Chambard 1931), de quelques pierres du site à stèles aux épées de Tiya dans le Soddo et du tumulus à stèles phalliques de Waheno dans le Sidama ; puis celles, en 1976, d’un cimetière à stèles aux épées à Gattira-Demma dans le Soddo, réalisées par Françis Anfray assisté d’Éric Godet (Anfray 1982 : 83-96) qui livrèrent une première datation au xii-xiiie siècle de notre ère. Enfin les nôtres se déroulèrent sur le site de Tiya, entre 1982 et 1991, site désormais classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, qu’Azaïs avait peu étudié (Joussaume 1995) et sur celui à stèles anthropomorphes et phalliques de Tuto Fela en pays Gédéo, entre 1993 et 1998 (Joussaume 2007, 2009). Toutes ces fouilles, malgré des contextes quelquefois différents, ont livré des restes humains qui laissaient envisager que les stèles du sud de l’Éthiopie, quelle que soit leur morphologie (stèles aux épées, stèles panoplies, stèles anthropomorphes et stèles phalliques) étaient liées à des tombes dont les plus anciennes devaient remonter au plus au x-xie siècle de notre ère.

Figure 1 – Carte de situation de Chelba-Tutitti en Éthiopie

Figure 1 – Carte de situation de Chelba-Tutitti en Éthiopie

4Toutefois à Ofa-Séré, au sud de Soddo-Wolayta, nous avons fouillé, en 2000, deux stèles phalliques juxtaposées qui ne montrèrent aucune association avec une tombe. Les résultats furent identiques sur un site du Mänz, Gadilomeda, situé à environ 200 km au nord d’Addis-Abeba, sondé par Bertrand Poissonnier et son équipe la même année 2000 : ici encore, les stèles anthropomorphes et phalliques ne livrèrent aucun vestige attribuable à une sépulture.

5À Tuto Fela, en pays Gédéo, un tumulus d’une cinquantaine de mètres de longueur devait être couvert à l’origine d’au moins 337 stèles d’après les décomptes que nous avons effectués lors de l’étude du site, en y incluant les 17 stèles qui se dressent de nos jours dans le jardin du musée d’ethnologie de Francfort en Allemagne. Chacune d’entre elles marquait une tombe, généralement individuelle ou double, installée dans la masse de pierres du tumulus mais il semble que toutes les tombes n’étaient pas signalées par une stèle. La plupart de ces stèles présentent un visage et des croisillons sur le fût, ce sont des stèles anthropomorphes. Beaucoup sont aménagées à partir de stèles phalliques réemployées et il arrive que ces stèles réemployées aient été utilisées sans nouvelle préparation et parfois plantées à l’envers. Non loin du tumulus se trouvaient encore dressées quelques stèles prouvant l’existence d’un tel site à stèles phalliques en ce lieu.

6Dans le sol, sous le tumulus à stèles anthropomorphes et stèles phalliques réemployées de Tuto Fella, nous avons découvert un autre cimetière fait de puits cylindriques plus ou moins profonds au fond desquels une cellule latérale en pente (tombe en « chaussette ») contenait un corps en position fléchie sur un côté. Cette position était aussi dans la grande majorité des cas celle des sujets qui furent déposés dans le tumulus de Tuto Fela et sur le site à stèles aux épées de Tiya. Les puits d’accès à ces tombes du cimetière inférieur étaient comblés par un bouchon de pierres complété par une dalle en pierre ou une planche de bois posée sur le sol. Dans la surface sous tumulaire de 5 m x 5 m que nous avons étudiée, ont été mises en évidence 13 tombes en puits plus ou moins profond que nous avons fouillées. Dans l’une d’entre elles, le bouchon de pierres maintenait une stèle phallique en position verticale qui ressortait à la surface du tumulus situé au-dessus. Nous avions alors émis l’hypothèse que la fonction première des stèles phalliques était de marquer les tombes en puits de personnages particuliers ayant vécu sur ce territoire avant la venue des bâtisseurs du tumulus à l’origine des stèles anthropomorphes. C’était sans doute aller un peu vite en besogne et l’on aurait dû tenir d’avantage compte du fait que dans le comblement pierreux d’un autre puits de ce même niveau se trouvait un fragment de stèle phallique qui impliquait son débitage préalable. Comment une population qui marquait la tombe de quelques valeureux personnages par de belles stèles phalliques, bien piquetées et parfois décorées d’un signe rayonnant, pouvait-elle en même temps les casser pour combler leurs tombes ? Cela parait bien improbable et sans doute faut-il désormais envisager que ce cimetière, fait de « tombes en chaussette », a été établi aux dépens d’un site encore plus ancien à stèles phalliques. Il faut donc voir trois moments dans l’occupation de la hauteur de Tuto Fela : d’abord un site à stèles phalliques, puis, à proximité, un site à tombes en « chaussette » avec réutilisation de stèles phalliques et enfin, par dessus ce dernier, un tumulus produit par un autre groupe humain qui déposait ses morts dans de petits cairns surmontés d’une stèle anthropomorphe, voire d’une stèle phallique plus ou moins réaménagée.

7Il devenait donc nécessaire d’approfondir cette question qui nous conduisait à vieillir les stèles phalliques dont on ne comprenait plus la fonction. Malgré tout nous restions dans l’idée que les stèles d’Ofa Séré avaient été déplacées de leur lieu d’origine qui devait être en relation avec la mort et donc dans le postulat que chaque pierre dressée devait marquer l’emplacement d’une tombe comme pour les autres sites que nous avions fouillés. Tout ceci nous conduisit à entreprendre, avec l’accord des autorités gouvernementales et régionales éthiopiennes que nous remercions ici, l’étude d’un très grand site à stèles exclusivement phalliques connu depuis une trentaine d’années sous le nom de « Chalba Tutitti » (Anfray 1982 :124).

Chelba-Tutitti

  • 1 Gisachew Abegaz (2000) - Tuttiti : the astonishing stelae site. Rapport Service Archéologique éthio (...)

8À quelques kilomètres au sud-ouest de Tuto Fela, le site de Tutitti est connu par le très grand nombre de stèles qui le composent, estimé entre 700 et 1700 selon que l’on tente de restituer les stèles dans leur entier ou que l’on compte tous les fragments qui gisent sur le sol (Anfray 1982, Gisachew Abegaz 20001, Abiyot Seifu Debede 2007). Le nom même du site prête à confusion. En effet, appelé jusqu’ici Tutitti, il se trouve en fait sur le territoire de Chelba alors qu’il existe un autre site à stèles phalliques à Tutitti. À Chelba, Abiyot Seifu compte 1311 stèles ; il en recense 248 à Tutitti, 48 à Moto-Komo et 77 à Boye-Chore. Ces quatre sites, auxquels il faut ajouter Soditi, sont relativement proches les uns des autres.

9Pour ne pas rompre avec l’ancienne appellation tout en précisant la situation, nous avons choisi de nommer le site Chelba-Tutitti.

10À près de 400 km au sud d’Addis-Abeba et à une altitude moyenne de 2050 m, l’ensemble des stèles de Chelba-Tutitti occupe un espace, clôturé par les soins de l’administration, d’environ 245 m de long pour 40 à 70 m de large, représentant une superficie de 16885 m2 dont un quart est encore planté de caféiers. Les zones à stèles couvrent environ la moitié de la surface totale dont 5240 m2 ont été topographiés en 2009 (fig. 2 et 3). Le site occupe une ligne de crête dominant la vallée du Melka Dintu à l’est et celle du Gelana Shel à l’ouest. La population locale a commencé à s’installer sur les lieux dans les années 70. Au début de l’année 2009, deux maisons étaient encore habitées à l’intérieur de l’enceinte alors que plusieurs familles ont été récemment relogées à l’extérieur. Il en est de même pour l’église Kale Hiewot, édifice quadrangulaire en bois construit il y a quelques années sur le site, qui a été démontée et rebâtie en dehors de l’enceinte. Une première église de plan circulaire a également laissé les traces de son implantation au sol aménagé avec des stèles posées à plat de manière rayonnante. Seules quelques vaches peuvent encore venir se frotter aux stèles debout au risque de les faire chuter. Le problème des derniers occupants devrait être prochainement résolu, mais les dégâts causés ont été importants, les pierres dressées ayant servi à de nombreux usages, en particulier pour la construction de toilettes.

Figure 2 – Courbes de niveaux et emplacement des stèles de Chelba-Tutitti

Figure 2 – Courbes de niveaux et emplacement des stèles de Chelba-Tutitti

Le tumulus est marqué par l’élévation située au nord du site

Figure 3 – Relevé topographique partiel des stèles du site de Chelba-Tutitti

Figure 3 – Relevé topographique partiel des stèles du site de Chelba-Tutitti

Le quadrilatère associé à un cercle, tous les deux limités par une ligne pointillée, marquent l’emplacement des deux églises successives dont la première a été récemment transférée à l’extérieur du site. Les cercles limités par une ligne continue indiquent le lieu où deux maisons étaient encore édifiées en 2009

11Selon Abiyot Seifu (2007), les Gédéo, qui partagent pas mal de points communs avec leurs voisins Sidama chez qui nombre de stèles phalliques ont également été dressées, ont conservé quelques croyances ancestrales liées à un dieu du ciel, Mageno. Ils pratiquent des cérémonies religieuses auprès des arbres, des rivières et des montagnes ainsi qu’auprès des stèles qu’ils enduisent de beurre à quelques occasions. Certains personnages importants arborent un symbole phallique en métal sur le front (le Kalasha ; fig. 4) comme chez les Konso et les Borana qui vivent plus au sud, marque de puissance, d’honneur et de respect. Comme chez les Konso, qui dressent encore des pierres sur les tombes de leurs morts, et les Borana, la société Gédéo est divisée en classes d’âge, ici au nombre de cinq.

Figure 4 – Deux « kalasha », symboles phalliques portés sur le front par des personnages honorés et respectés des sociétés Konso, Borana et Guragué du sud de l’Éthiopie

Figure 4 – Deux « kalasha », symboles phalliques portés sur le front par des personnages honorés et respectés des sociétés Konso, Borana et Guragué du sud de l’Éthiopie

© R. Joussaume

Première étude de terrain en janvier 2009

12Beaucoup de stèles du site ont été brisées en plusieurs morceaux et plus ou moins déplacées. Seules quelques-unes se dressent encore, certaines dépassant 5 m au-dessus du sol. En fait les longueurs sont très variables, comprises entre 0,50 m et 8 m, et le poids des plus grosses peut dépasser une dizaine de tonnes (fig. 5). Aménagées à partir de rhyolite tendre par gros piquetage, elles sont généralement cylindriques, parfois de section ovalaire, voire quadrangulaire à angles arrondis, et présentent une extrémité supérieure hémisphérique soulignée par une gorge plus ou moins marquée. Quelques-unes d’entre elles portent une gravure faite d’une cupule d’où partent des incisions rayonnantes, sur une surface polie du fût peinte en rouge : nous y reviendrons. Le lieu d’extraction de toutes ces pierres ne nous est pas encore connu.

Figure 5 – La plus haute stèle actuellement dressée sur le site de Chelba-Tutitti

Figure 5 – La plus haute stèle actuellement dressée sur le site de Chelba-Tutitti

Elle atteint environ 6 m de longueur

© R. Joussaume

13À l’extrémité nord du site, un tumulus relativement bas, parsemé des bases de plusieurs stèles cassées et de deux stèles encore debout (fig. 6), s’allonge du nord au sud sur une quarantaine de mètres. La plus grande des deux stèles dressées présente un signe gravé fait d’une cupule d’où partent deux rayons parallèles de part et d’autre, l’ensemble étant souligné en haut et en bas par une autre ligne incisée. Planté de caféiers, nous en avons fait le nettoyage mais sa fouille ne sera entreprise que dans un second temps, lors de la mission de 2010. En effet pour cette première campagne, notre programme devait consister à décaper une surface carrée de 10 m sur 10 m sur laquelle se trouvaient quelques stèles, toutes chutées, dont on pensait qu’elles marquaient l’emplacement de tombes, travail qui aurait dû occuper tout notre temps d’étude (fig. 7). En dehors des stèles, cette surface était couverte d’herbe rase. Les résultats négatifs de ce premier sondage nous ont conduits à en effectuer trois autres également situés dans la zone proche de l’entrée.

Figure 6 – Tumulus à l’extrémité nord du site de Chelba-Tutitti supportant des bases de stèles et deux stèles encore dressées

Figure 6 – Tumulus à l’extrémité nord du site de Chelba-Tutitti supportant des bases de stèles et deux stèles encore dressées

© R. Joussaume

Figure 7 – Relevé du sondage 1

Figure 7 – Relevé du sondage 1

DAO J.-P. Cros

14Les quatre sondages, à peu de distance les uns des autres (fig. 3), furent choisis en fonction de ce que chaque surface contenait de visible et pouvait donc apporter comme renseignements :

  • S 1 : 8 m x 7 m = 56 m2 (11 stèles).

  • S 2 : 4 m x 3 m = 12 m2 (1 seule stèle de 4,90 m de long, cassée en deux morceaux, dont la base était encore en place)

  • S 3 : 8 m x 6 m = 48 m2 (15 stèles effondrées). Quelques stèles à la périphérie du quadrilatère fouillé ont également été dégagées.

  • S 4 : dégagement périphérique d’une stèle chutée de 5 m de longueur, parmi les plus grosses du site, pour mettre en évidence son calage de petites pierres.

15Actuellement 116 m2 regroupant 31 stèles, ont été étudiés ce qui représente une très petite partie de la surface enclose (près de 17 000 m2).

Sondage 1

16Le sondage 1 (fig. 7 à 8) contenait 10 stèles abattues, numérotées de 1 à 10, et la base verticale d’une onzième (n° 11). Quatre d’entre elles, marquées d’une étoile sur le relevé, portent une gravure (n° 2, 6, 8 et 10), celle de la n° 6 est tout à fait exceptionnelle (fig. 10). Dans cet espace quadrangulaire, la terre a été enlevée sur une vingtaine de centimètres d’épaisseur, jusqu’à un niveau compact gris produit de l’altération du sol dans lequel les stèles ont été plantées. Chaque stèle non déplacée, c’est-à-dire chutée sur place, possède sa fosse d’implantation et les restes des pierres de calage. Cette fosse est relativement peu profonde compte tenu de la taille de la stèle et son diamètre légèrement plus large que celui de la pierre qu’elle doit recevoir. Généralement la fosse possède un côté abrupt et une pente douce du côté diamétralement opposé. La pierre devait donc être amenée du côté de la pente jusqu’à venir buter contre la paroi en face puis redressée à la main avec des bois et des cordes pour les plus petites, probablement à l’aide d’un chevalet pour les plus grandes, mais ce n’est qu’une supposition, d’autres techniques nécessitant la mise en place de plateformes plus ou moins élevées pouvant également être envisagées.

Figure 8 – Les stèles du sondage 1 en cours de fouille

Figure 8 – Les stèles du sondage 1 en cours de fouille

© R. Joussaume

Figure 9 – Les stèles du sondage 1 redressées après la fouille

Figure 9 – Les stèles du sondage 1 redressées après la fouille

© R. Joussaume

Figure 10 a – La stèle 6 du sondage 1, dont la base n’a pas été retrouvée, a été redressée en avant des autres stèles

Figure 10 a – La stèle 6 du sondage 1, dont la base n’a pas été retrouvée, a été redressée en avant des autres stèles

Très bien préparée, cette stèle porte une gravure exceptionnelle (10 b)

© R. Joussaume

Figure 10 b

Figure 10 b

© R. Joussaume

17La stèle ayant été dressée pour venir s’appuyer sur le bord abrupt de la fosse, le bourrage de petites pierres qui constitue le calage ne forme généralement pas une couronne complète autour du pied de la stèle dressée ; il en occupe seulement les trois-quarts du pourtour (fig. 11 a et b). Nous ne savons pas encore d’où proviennent ces petites pierres de calage de forme arrondie. Elles pourraient avoir été prélevées dans les cours d’eau en contrebas du site. On soulignera le faible volume représenté par ces petites pierres pour maintenir les stèles verticales qui pouvaient alors chuter très facilement sous l’assaut du bétail venu s’y frotter. Il était également aisé de les renverser volontairement. C’est ce que nous pensons qu’il est advenu à la plupart d’entre elles peut-être à la suite de l’adoption de l’Islam et du Christianisme dans la région aux xiiixive siècles de notre ère. Il est possible que ce soit plus tôt encore, quand certains sites furent réutilisés par d’autres cultures à stèles anthropomorphes, voire antérieurement même, quand les coutumes funéraires se sont modifiées. Il y a cependant des liens qui réunissent tous les types de stèles du sud de l’Éthiopie jusque dans le Mänz, largement au nord d’Addis-Abeba, en particulier dans les signes gravés que l’on retrouve de nos jours encore chez quelques peuples nilotiques, Dinka, Ari et Nyangatom ou Bumé (Joussaume 2007 : 216).

Figure 11 a et b – Pierres de calage et fosse de la stèle 10 du sondage 1

Figure 11 a et b – Pierres de calage et fosse de la stèle 10 du sondage 1

© R. Joussaume

Sondage 2

18Le sondage 2 concerne une seule stèle phallique longue de 4,90 m, cassée en deux morceaux et dont la base était encore en place. Nous avons procédé au décapage de 12 m2 (4 m x 3 m) autour de cette base de stèle afin de mettre en évidence la couronne de pierres de calage, puis nous avons vidé progressivement la fosse, dans laquelle la stèle était implantée, de ses petites pierres auprès desquelles de nombreuses obsidiennes ont été recueillies (fig. 17). La relation absolue entre les pierres de calage et les obsidiennes n’a pu être établie mais de fortes présomptions jouent en sa faveur. Nous devrons nous en assurer par une fouille élargie en profondeur autour de cette stèle. S’agit-il d’un dépôt volontaire de ces obsidiennes dans la fosse de calage de la grande stèle où cette perforation du sol a-t-elle traversé un niveau archéologique plus ancien qui contenait cette industrie lithique à base de segments et de trapèzes ?

Sondage 3

19Le sondage 3 a été pratiqué à quelques mètres à l’ouest du sondage 2 (fig. 3). Nous avons décapé une surface de 48 m2 (6 m N-S pour 8 m E-O). Cette surface contenait 16 stèles chutées. Nous y avons ajouté les stèles 17 et 18 au bord extérieur sud-est de la surface étudiée, alors que la base de la stèle 16 se trouve dans le même secteur et la stèle en place n° 19 sur le bord nord (fig. 12 et 13). En dehors de la stèle 10 qui semble avoir été déplacée, nous avons retrouvé la fosse de calage en rapport avec chaque stèle ce qui implique qu’elles sont tombées sur place. Les chutes se sont faites de manière aléatoire dans toutes les directions. L’implantation des fosses ne montre aucune répartition préférentielle contrairement au sondage 1 où les stèles formaient un alignement général nord-sud, que nous avons eu l’occasion de retrouver ailleurs sur le site. Les stèles 3, 5 et 9, cassée en deux morceaux qui sont restés dans le prolongement l’un de l’autre, montrent qu’elles se sont brisées lors de la chute et sont restées en l’état, alors que la partie supérieure de la stèle 16 a été déplacée. Les déplacements de stèles sont donc relativement peu importants.

Figure 12 – Stèles du sondage 3

Figure 12 – Stèles du sondage 3

© R. Joussaume

Figure 13 – Relevé de la position des stèles du sondage 3

Figure 13 – Relevé de la position des stèles du sondage 3

DAO J.-P. Cros

Sondage 4

20Le but de ce sondage autour de cette grande et grosse stèle couchée était de mettre son calage en évidence. Il montre une proportion de petites pierres plus importante que pour les stèles plus petites tout en restant très faible par rapport à la masse de cette stèle (fig. 14). La fouille n’a pas été conduite plus loin en profondeur.

Figure 14 – Grande stèle phallique de près de 5 m de longueur

Figure 14 – Grande stèle phallique de près de 5 m de longueur

© R. Joussaume

21Dans tous les cas, aucune tombe n’a été découverte en association avec une stèle alors que 70 monolithes de moins de 2,50 m de hauteur ont été redressés après que la fouille ait permis de retrouver leur fosse d’implantation et leurs pierres de calage (fig. 15).

Figurer 15 – En fin de chantier, 70 stèles de moins de 2,50 m de hauteur ont été manuellement redressées

Figurer 15 – En fin de chantier, 70 stèles de moins de 2,50 m de hauteur ont été manuellement redressées

© R. Joussaume

Les stèles et leurs gravures

22L’extrémité supérieure des stèles phalliques est de forme hémisphérique, et peut donc être nommée « gland », soulignée par une gorge ou par un (fig. 16), voire deux, trois ou quatre bourrelets parallèles (Sede Buchisa, Sede Mercatho I, au sud de Yirga Chefe). Il arrive que ce bourrelet soit incisé de traits parallèles verticaux sur son pourtour que l’on retrouve sur d’autres sites régionaux (Sakara Soddo, 40 km au sud de Yirga Chefe). La partie supérieure du gland est parfois marquée d’une incision transversale (le méat) qui indique une bonne observation anatomique de la part des auteurs.

Figure 16 – Extrémités de deux stèles phalliques

Figure 16 – Extrémités de deux stèles phalliques

© R. Joussaume

23Les gravures incisées apparaissent assez fréquemment sur les stèles de Chelba-Tutitti (fig. 17). Elles sont souvent très discrètes, faites d’une cupule d’où partent des traits plus ou moins rayonnants, droits ou arciformes. Elles peuvent occuper un espace poli de la stèle, associées à de la peinture rouge. Elles sont parfois doubles sur une même stèle. Il arrive que les rayons supérieurs, qui forment généralement des groupes de quatre, s’incurvent de part et d’autre de la cupule centrale alors que ceux du bas, groupés à l’horizontale, forment une sorte de pied au symbole. Dans ce cas, on retrouve un schéma tout à fait comparable à ce que l’on connaît sur plusieurs types de stèles du Soddo, appelé parfois signe végétaliforme, et jusque dans le Mänz. Il n’est pas impossible que ce signe particulier, que nous aurions tendance à assimiler à un symbole de vie, ait traversé l’espace et le temps puisqu’il se retrouve à l’identique dans des scarifications des peuples Bumè, Ari et Dinka du sud-ouest de l’Éthiopie comme nous l’avons déjà souligné.

Figure 17 – Signes gravés sur des stèles de Chelba-Tutitti

Figure 17 – Signes gravés sur des stèles de Chelba-Tutitti

© R. Joussaume

24Sur une stèle trois signes sont incisés. Les deux supérieurs, placés en opposition sur un même niveau, sont formés de lignes courbes emboîtées alors que le niveau inférieur montre un point d’ou partent deux séries de 5 lignes incisées parallèles et obliques dirigées vers le haut du fût de la stèle. Un décor identique se retrouve sur une stèle de Jemjemo non loin de Tuto Fela. On peut établir un certain rapprochement entre les signes formés de lignes courbes emboîtées et le décor actuellement unique qui apparaît sur la stèle 6 du sondage 1 de Chelba-Tutitti (fig. 10 a et b) sans que nous puissions pour autant leur donner un sens quelconque.

Obsidiennes, hache polie, céramiques

25Au cours des différents sondages de cette campagne de fouille à Chelba-Tutitti, il nous a été donné de trouver quelques vestiges archéologiques dans les terres de la surface étudiée semblant parfois en association avec les stèles.

26Si les sondages 1 et 3 ont livré des obsidiennes assez nombreuses, elles sont toutefois assez disparates alors que le petit sondage 2 (fig. 18), lié à l’étude du calage de la stèle, a livré un nombre important de microlithes ainsi que des grattoirs, lames et lamelles, par paquets, qui posent la question d’une association avec cette grande stèle. Les microlithes sont essentiellement des triangles et des trapèzes. La plupart de ces derniers sont à troncatures concaves. Ils paraissent correspondre à des dépôts volontaires et semblent appartenir à une phase très évoluée de ce type d’outillage pouvant se situer en parallèle à des périodes historiques de régions situées plus au nord. L’étude stratigraphique de l’abri d’Akirsa dans le Wolayta, qui fut longuement occupé au Late Stone Age, ne permet pas actuellement de situer chronologiquement cette industrie à trapèzes qui paraît postérieure à toute la séquence reconnue sur ce site toujours en cours de fouille (Poisblaud 2001). Il nous faudra approfondir cette étude particulière et assez fondamentale d’autant que des découvertes comparables ont été faites sur le site à stèles de Tuto Fela (Poisblaud B. in Joussaume 2007 : 165 à 168) comme sur le tumulus à stèles de Waheno par F. Azaïs au début du siècle dernier comme nous allons le voir.

Figure 18 – Industrie lithique du sondage 2, associée à la base d’une grande stèle

Figure 18 – Industrie lithique du sondage 2, associée à la base d’une grande stèle

© R. Joussaume

27Une autre découverte à souligner est celle d’un talon de hache polie qui rappelle ceux recueillis par notre équipe à Tuto Fela et la pièce entière découverte par F. Azaïs dans le même tumulus de Waheno sur lequel se dressaient 45 stèles phalliques.

28Enfin, nous avons également recueilli des tessons de poteries d’âge bien difficile à déterminer. Certains nous paraissent assez récents alors que d’autres pourraient être plus anciens, peut-être associés aux stèles du site mais cela reste très conjectural.

Les fouilles de F. Azaïs en 1925 du tumulus de Waheno dans le Sidama

29Au début du siècle dernier, au cours de leurs recherches archéologiques en Éthiopie, François Azaïs accompagné de Roger Chambard (Azais & Chambard 1931) ont entrepris la fouille d’un tertre allongé couvert de 45 stèles phalliques à Waheno, éperon dominant le lac Abaya situé à 4,5 km d’Alata, à l’ouest de Hagere Selam dans le Sidama. Le site se prolongeait dans un bois où Azaïs dénombra 82 autres stèles dont 10 étaient encore debout, les autres couchées, beaucoup étant cassées. La taille des stèles, dont il souligne qu’elles sont soigneusement élaborées, varie de 1 m à 4,50 m de longueur et plusieurs portent des signes gravés, cupules d’où partent des rayons rectilignes ou arciformes, décor traditionnel des stèles phalliques en pays Sidama et Gédéo. Neuf photographies des fouilles ont été publiées en 1931 dont deux sont reproduites ici (fig. 19) avec le plan que donnent les auteurs (fig. 20).

Figure 19 – Fouilles du tumulus de Waheno en 1925 dans le Sidama par F. Azaïs et R. Chambard

Figure 19 – Fouilles du tumulus de Waheno en 1925 dans le Sidama par F. Azaïs et R. Chambard

Clichés F. Azaïs

Figure 20 – Plan des fouilles de F. Azaîs et R. Chambard (1931 : 227)

Figure 20 – Plan des fouilles de F. Azaîs et R. Chambard (1931 : 227)

30Dans la tranchée est-ouest n°1 creusée à 3 m au nord du groupe rectiligne de 26 stèles, suivant Azaïs, une « tombe » fut mise au jour qui contenait des fragments de poteries et « une superbe hache polie, pointue d’un côté et tranchante de l’autre » accompagnés de nombreuses obsidiennes. Il est regrettable que tout cela ait aujourd’hui disparu. On notera cependant cette association céramique-hache polie-obsidiennes que l’on retrouve à Chelba-Tutitti comme à Tuto-Fela (Joussaume 1995, 2007). Il est important de noter aussi que, comme à Chelba-Tutitti, le tumulus est associé à un grand nombre d’autres stèles phalliques plantées à l’extérieur du monument.

31Au cours de la fouille « à 2 m de profondeur dans le remplissage de terre d’une cuvette du sol », un fragment de fémur ainsi que d’autres os furent recueillis. Rien n’indique qu’ils aient été humains. D’autres ossements non identifiés furent découverts lors de la poursuite de la fouille qui « obligea à renverser plusieurs colonnes à l’aide de cordes et de leviers… Le tumulus complètement éventré ne donne rien… La plupart des colonnes ont été abattues ; le sol a été fouillé sous leur base à plus d’un mètre… L’idée que nous avions eue d’abord d’une nécropole n’offre plus aucune vraisemblance » (Azaïs & Chambard 1931 : 226-228). Azaïs signale également : « depuis 18 mois, le dedjazmatch Baltcha a fait faire aussi des fouilles ailleurs auprès d’autres pierres phalliques. On a creusé jusqu’à 3 m de profondeur, et nulle part n’a été trouvé de cadavre, mais seulement des pierres gravées de signes cruciformes et quelques ossements ». Ce texte relatant ces différentes fouilles peut laisser envisager que quelques tombes ont été partiellement détruites par l’acidité du sol et que les ossements recueillis, en très mauvais état de conservation, n’ont pu être déterminés par les fouilleurs qui n’avaient pas de connaissances suffisantes en anthropologie physique.

Perspectives

32A la suite de cette campagne de fouille, nous devons nous rendre à l’évidence que chaque stèle phallique dressée à Chelba Tutitti ne marque pas l’emplacement d’une tombe, ce que des indices antérieurs auraient dû nous laisser imaginer tant à Tuto Fella qu’à Ofa Séré en particulier. Des ossements, dont au moins un semble humain, furent découverts par la mission Azaïs en 1925 dans le tertre de Waheno. On notera que les stèles qui le recouvrent débordent très largement à l’extérieur de la surface du monument. Des obsidiennes et une hache polie y furent également recueillies. Nous semblons être dans une configuration comparable à celle du site de Tchelba-Tutitti. Il n’est pas impossible qu’une fouille précise du long tumulus situé à l’extrémité nord du site nous conduise aussi à y découvrir des ossements et d’autres vestiges archéologiques qui signeraient le but funéraire de la structure. Celle-ci pourrait être le point d’ancrage de l’extension du site vers le sud qui pourrait alors correspondre à une longue tradition « cérémonielle » en rapport avec l’existence première de cette sépulture. Ce n’est là qu’une hypothèse qui mérite d’être vérifiée d’autant que nous avons déjà eu l’occasion de trouver des tumulus allongés bas associés à d’autres sites à stèles phalliques comme à Golecha Chaltu non loin au sud de Fisiha Genet par exemple, où deux files parallèles de stèles phalliques dressées semblent liées à un tel monument.

Haut de page

Bibliographie

Abyiot Seifu Debede (2007) – Le site à stèles de Chelba-Tutitti. Mémoire de master de l’université d’Addis-Abeba.

Anfray F. (1982) – Les stèles du Sud, Shoa et Sidamo. Annales d’Éthiopie, t. 12.

Azaïs F. & Chambard R. (1931) – Cinq années de recherches archéologiques en Éthiopie. éd. P. Geuthner, Paris.

Chollet V. et Neuville H. (1905) – Note préliminaire sur les mégalithes observés dans le Soddo (Abyssinie méridionale). Bulletin de la Société Philomatique de Paris, p. 86-100.

Jensen Ad. E. (1936) – Im Lande des Gada. In : Hellmut Wohlenberg, Vorgeschichtliche Megalithen in Südabessinien. Éd. Trecker et Schroder, Stuggart, p. 448-483.

Joussaume R. (sous la direction de) (1995) – Tiya-L’Ethiopie des mégalithes ; Du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique. Éd. Association des Publications Chauvinoises, Chauvigny.

Joussaume R. (sous la direction de) (2007) – Tuto Fela et les stèles du sud de l’Éthiopie. Éd. Recherches sur les civilisations, Paris.

Joussaume R. (2009) – Le mégalithisme dans le nord du Rift. In : Hirsch B. & Roussel B., Le Rift est-africain ; Une singularité plurielle, IRD éditions, Paris, p. 333-341.

Poisblaud B. (2001) – Premier sondage dans l’abri gravé d’Akirsa (Wolayta, Éthiopie). Afrique : Archéologie et Arts, n°1, p. 67-82.

Haut de page

Notes

1 Gisachew Abegaz (2000) - Tuttiti : the astonishing stelae site. Rapport Service Archéologique éthiopien, inédit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-1.png
Fichier image/png, 860k
Titre Figure 1 – Carte de situation de Chelba-Tutitti en Éthiopie
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-2.png
Fichier image/png, 211k
Titre Figure 2 – Courbes de niveaux et emplacement des stèles de Chelba-Tutitti
Légende Le tumulus est marqué par l’élévation située au nord du site
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-3.png
Fichier image/png, 233k
Titre Figure 3 – Relevé topographique partiel des stèles du site de Chelba-Tutitti
Légende Le quadrilatère associé à un cercle, tous les deux limités par une ligne pointillée, marquent l’emplacement des deux églises successives dont la première a été récemment transférée à l’extérieur du site. Les cercles limités par une ligne continue indiquent le lieu où deux maisons étaient encore édifiées en 2009
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-4.png
Fichier image/png, 548k
Titre Figure 4 – Deux « kalasha », symboles phalliques portés sur le front par des personnages honorés et respectés des sociétés Konso, Borana et Guragué du sud de l’Éthiopie
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 5 – La plus haute stèle actuellement dressée sur le site de Chelba-Tutitti
Légende Elle atteint environ 6 m de longueur
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-6.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 6 – Tumulus à l’extrémité nord du site de Chelba-Tutitti supportant des bases de stèles et deux stèles encore dressées
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 7 – Relevé du sondage 1
Crédits DAO J.-P. Cros
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-8.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 8 – Les stèles du sondage 1 en cours de fouille
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-9.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 9 – Les stèles du sondage 1 redressées après la fouille
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-10.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 10 a – La stèle 6 du sondage 1, dont la base n’a pas été retrouvée, a été redressée en avant des autres stèles
Légende Très bien préparée, cette stèle porte une gravure exceptionnelle (10 b)
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-11.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 10 b
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-12.png
Fichier image/png, 539k
Titre Figure 11 a et b – Pierres de calage et fosse de la stèle 10 du sondage 1
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-13.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 12 – Stèles du sondage 3
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-14.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figure 13 – Relevé de la position des stèles du sondage 3
Crédits DAO J.-P. Cros
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-15.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 14 – Grande stèle phallique de près de 5 m de longueur
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-16.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figurer 15 – En fin de chantier, 70 stèles de moins de 2,50 m de hauteur ont été manuellement redressées
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-17.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 16 – Extrémités de deux stèles phalliques
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-18.png
Fichier image/png, 1018k
Titre Figure 17 – Signes gravés sur des stèles de Chelba-Tutitti
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-19.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 18 – Industrie lithique du sondage 2, associée à la base d’une grande stèle
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-20.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 19 – Fouilles du tumulus de Waheno en 1925 dans le Sidama par F. Azaïs et R. Chambard
Crédits Clichés F. Azaïs
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-21.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 20 – Plan des fouilles de F. Azaîs et R. Chambard (1931 : 227)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/719/img-22.png
Fichier image/png, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Joussaume, Jean-Paul Cros et Régis Bernard, « Chelba-Tutitti : site à stèles phalliques du sud de l’Éthiopie », Afrique : Archéologie & Arts, 6 | 2010, 85-100.

Référence électronique

Roger Joussaume, Jean-Paul Cros et Régis Bernard, « Chelba-Tutitti : site à stèles phalliques du sud de l’Éthiopie », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/719 ; DOI : 10.4000/aaa.719

Haut de page

Auteurs

Roger Joussaume

CNRS
UMR 7041 ArScAn
Équipe Afrique
21 allée de l’Université
F-92023 Nanterre Cedex
joussaume.r@wanadoo.fr

Articles du même auteur dans la revue

Jean-Paul Cros

UMR 7041 ArScAn,
Équipe Afrique
21 allée de l’Université
F-92023 Nanterre Cedex
cros.jeanpaul@sfr.fr

Articles du même auteur dans la revue

Régis Bernard

INRAP
Centre d’activités « Les Échoppes »
156 av. Jean Jaurès Bâtiment
F-33600 PESSAC
regis.bernard@inrap.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org