Navigation – Plan du site

Les gravures rupestres d’anthropomorphes du Dhar Néma

Mauritanie sud-orientale
Sylvie Amblard-Pison, Thibault Vallette, Hélène Jousse, Chloé Albaret et Alain Person
p. 67-84

Résumés

Dans la zone-refuge du Dhar Néma (Mauritanie), les gravures rupestres d’anthropomorphes participent à la compréhension des modes de vie des populations de la seconde moitié de l’Holocène. Ces représentations, dont l’état de conservation souligne l’urgence de leur étude, ont été relevées à Gedida (DN48), Tounfrin (DN60) et au Tarf el Rjeimat (DN71). L’analyse stylistique de ces ensembles, schématiques ou semi-schématiques, a permis de dégager deux styles. Hommes et femmes piquetés sur ces rochers portent parfois des attributs, céphaliques ou autres, ou sont représentés juchés sur des animaux. L’interprétation des scènes de vie, réalisée en tenant compte du contexte rupestre immédiat de chaque gravure, dépeint des populations où l’élevage et la chasse jouent un rôle important. La comparaison avec les ensembles régionaux proches des Dhars Tichitt et Oualata a montré de grandes similitudes dans les techniques de représentations, les styles et les scènes. Ceci a permis d’identifier deux périodes principales qui montrent la persistance de l’occupation humaine dans ces zones-refuges. La plus ancienne, qui regroupe la majorité des gravures, correspond à la période d’occupation néolithique de la région avec des hommes associés à des bœufs, des oryx ou, sur le Dhar Néma, à des girafes. Dans la plus récente, d’âge post-néolithique, figurent chevaux et autruches.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Sur les falaises (Dhars) de Mauritanie sud-orientale, les vestiges d’occupation humaine de la seconde moitié de l’Holocène abondent. Les villages aux murs construits en pierres sèches sur les pentes et le rebord des escarpements en sont les témoignages les plus marquants (Mauny 1951 ; Munson 1971 ; Amblard 1984 ; Holl 1986 ; Amblard-Pison 2006). D’autres habitats, sans constructions lithiques et de grandes dimensions, existent également dans le Baten, dépression au pied de la falaise. Dans cette zone-refuge (Person et al. 1995, 1996, 2006) d’environ 800 kilomètres de long sur quelques dizaines de kilomètres de large, les hommes du Néolithique ont en effet trouvé tout ce qui était nécessaire pour subvenir à leurs besoins et ceci pendant près de deux millénaires.

2Les figurations rupestres d’anthropomorphes restent rares dans le Sud-Est mauritanien. Un petit nombre a été identifié sur les falaises de Tichitt et de Oualata (Monod 1938 ; Mauny 1954 ; Munson 1971 ; Amblard 1993 ; Amblard-Pison 2006). À l’instar des autres gravures, les anthropomorphes se rattachent à deux groupes chronologiquement distincts, contemporains ou postérieurs à l’occupation néolithique des villages (Amblard & Vernet 1984). Plus à l’Ouest, le Dhar Tagant n’a jusqu’à présent pas livré de gravures (Ould Khattar 1995).

3La rareté de ce type de représentations dans ces régions rend d’autant plus intéressantes les découvertes d’anthropomorphes de la mission Néma entre 2005 et 2007 (fig. 1). Ces ensembles, qui se situent dans le prolongement sud du Dhar Oualata, se trouvent dans la zone d’occupation néolithique du Dhar Néma, à proximité du village actuel de Gedida et du relief de Tounfrin ; ils ont été appelés respectivement DN48 et DN60. Deux anthropomorphes isolés ont été aussi découverts en 2009 à proximité du Tarf el Rjeimat, sur le site enregistré DN71. La comparaison de ces figurations avec celles des Dhars septentrionaux de Tichitt et de Oualata et des régions maliennes permet d’aborder sous un autre angle les mouvements de populations de ces zones climatiques sensibles du Sahara/Sahel dans la seconde moitié de l’Holocène.

Figure 1 – Carte de situation des stations rupestres de Gedida (DN48) et de Tounfrin (DN60) et des gravures du Tarf el Rjeimat (DN71)

Figure 1 – Carte de situation des stations rupestres de Gedida (DN48) et de Tounfrin (DN60) et des gravures du Tarf el Rjeimat (DN71)

Les stations rupestres de Gedida (DN48) et de Tounfrin (DN60) et les gravures du Tarf el Rjeimat (DN71)

Caractéristiques générales et indices chronologiques

4Les deux premières stations sont distantes d’un peu moins de 12 km et 65 km séparent Gedida du Tarf el Rjeimat (fig. 1). Elles regroupent exclusivement des gravures. Celle de Gedida, qui s’étend sur quelque 3000 m2 (fig. 2), en compte près de 200. Au milieu de nombreux bovins, girafes, quadrupèdes indéterminés et figures géométriques nous avons relevé la présence de quinze anthropomorphes. À l’instar des autres représentations rupestres, ces anthropomorphes sont regroupés sur des blocs de dolérite polygonaux aux arêtes érodées. L’altitude moyenne de la station rupestre, identique à celle de l’habitat, est de 221 m. Sa contemporanéité avec l’habitat néolithique de Gedida, dont elle représente une des limites, reste difficile à établir. L’iconographie du site comprenant des bovidés témoigne toutefois d’un âge au moins aussi ancien que celui du Néolithique dans la région.

Figure 2 – Vue d’ensemble de la station rupestre de Gedida

Figure 2 – Vue d’ensemble de la station rupestre de Gedida

© A. Person

5Le groupe de Tounfrin (fig. 3) est plus restreint avec 58 gravures sur environ 400 m2. Cinq anthropomorphes ont été relevés sur les blocs de dolérite de dimensions plurimétriques et à surface plane de l’éboulis des pentes inférieures du relief. À quelque 220 m d’altitude, ils dominent d’une vingtaine de mètres une grande enceinte circulaire délimitée par un mur en pierres sèches. Ils étaient associés ou non à des quadrupèdes (dont des bovins) et/ou à des figures géométriques. Cet ensemble a été réalisé lors de deux périodes bien distinctes dans lesquelles supports utilisés (blocs ou dalles), sujets représentés (quadrupèdes ou lignes et figures géométriques) et patines (foncée ou claire) diffèrent. La plus récente n’est constituée que de 8 groupes de lignes et figures géométriques. La grande majorité des gravures (50) se rattache effectivement à la période la plus ancienne regroupant les anthropomorphes et de nombreux quadrupèdes, essentiellement des bovins. Comme à Gedida, la présence de ces derniers indique une contemporanéité avec l’occupation néolithique de la région. Les gravures trop érodées ne pouvant être attribuées avec certitude à des anthropomorphes n’ont pas été retenues : c’est le cas de trois gravures à Gedida et d’une à Tounfrin. Dans ces deux ensembles, par rapport aux autres sujets représentés, essentiellement de bovins, les anthropomorphes sont en faibles proportions : 7,5 % à Gedida et 8,6 % à Tounfrin.

Figure 3 – Station rupestre de Tounfrin dominant le site d’habitat, avec au premier plan, un bovidé gravé

Figure 3 – Station rupestre de Tounfrin dominant le site d’habitat, avec au premier plan, un bovidé gravé

© A. Person

6Au Tarf el Rjeimat, la « station » ne comporte que deux anthropomorphes, dont un juché sur un équidé, et une autruche gravés sur la même paroi rocheuse (fig. 9). Ils sont isolés dans le chaos rocheux des colluvions grossières de bas de pente, à environ 700 m à l’ouest d’un village construit en pierres sèches. La présence d’un cheval comme monture de l’un des anthropomorphes atteste d’une période postérieure au Néolithique. En ce qui concerne le second personnage, dont la représentation est plus érodée, son graphisme le rattacherait plutôt aux périodes néolithiques des gravures des deux autres stations.

Techniques de représentation et état de conservation

7Toutes les gravures d’anthropomorphes identifiées jusqu’à présent sur les rochers du Dhar Néma, et analysées ici, ont été réalisées par piquetage de la roche. Le procédé de représentation utilisé consiste presque exclusivement en un piquetage plein du personnage : corps, tête et membres. Les limites du piquetage des silhouettes sont parfois imprécises. La surface endo-périgraphique est ainsi couverte de petites cupules juxtaposées. Aucune trace d’incision n’a été identifiée. Sur les anthropomorphes R89 (fig. 5) et R106 (fig. 6) de Gedida, l’alternance de zones piquetées et de plages quadrangulaires vierges de retouches est à l’origine de dessins quadrillés. Une trentaine de figures géométriques montrant des quadrillages de ce type ont été par ailleurs observées à l’intérieur de cette station. Cette technique rappelle celle qui a été utilisée plus au nord-ouest sur le Dhar Tichitt, notamment pour le grand bovin du village v.72 (Amblard et al. 1981/1982).

Figure 4 – Gedida

Figure 4 – Gedida

R25, R26 et R27, groupe de trois personnages entourés de quadrupèdes et de figures géométriques ; R35, R36, R37 et R38, groupe de quatre personnages ; R41, anthropomorphe isolé et quadrupèdes

© A. Person. Relevés S. Amblard-Pison

Figure 5 – Gedida

Figure 5 – Gedida

R69 et R75,anthropomorphes et vaches ; R79 et R80, très érodés, chacun derrière un bovin ; R89, à attribut céphalique et figure géométrique en grille à ses côtés

© A. Person (haut) et T. Vallette (centre et bas). Relevés S. Amblard-Pison

Figure 6 – Gedida

Figure 6 – Gedida

R106, anthropomorphe à attribut céphalique et vêtement à motifs

© T. Vallette. Relevé S. Amblard-Pison

8À Gedida, seuls 40 % des anthropomorphes rupestres sont en bon état de conservation et permettent de suivre nettement les contours du personnage. Sur les autres personnages de cette station, l’état de conservation reste moyen, voire mauvais comme dans le cas de R38 (fig. 4) où seuls les membres inférieurs, un bras et une partie du corps sont visibles. La desquamation de la roche, provoquée par la variation de température et les infiltrations des précipitations occasionnelles, a entraîné la destruction partielle de certaines gravures : le pied du personnage de R25 (fig. 4) a ainsi été emporté et dans les cas de R79 et R80 (fig. 5) la tête et l’un des bras ou les deux ont disparu. À cela s’ajoute surtout l’érosion éolienne qui use progressivement la gravure, effaçant d’abord les têtes et les membres supérieurs. Les membres inférieurs, gravés plus près du sol, sont les mieux conservés. Excepté pour les personnages R106 et R184 (fig.  6 et 7), les fissures des blocs ont été évitées et les plages vierges de défauts préférées pour y figurer les anthropomorphes. En ce qui concerne les personnages R79 et R80 (fig. 5), desquamation et fissures sont postérieures aux gravures. Le corps de R184 (fig. 7) longe la fissure peu profonde en cet endroit, soulignant encore son aspect longiligne ; cette même fente traverse la partie supérieure du personnage et l’une des jambes, sans abîmer le piquetage, ce qui souligne l’antériorité de la fissure par rapport à la gravure.

Figure 7 – Gedida

Figure 7 – Gedida

R184, anthropomorphe portant un oryx dans un environnement de girafes

© A. Person. Relevé S. Amblard-Pison

9À Tounfrin, l’état de conservation est également médiocre, mais l’érosion des gravures reste relativement uniforme. Dans le cas de R36 (fig. 9) c’est le personnage devant l’animal qui est très mal conservé. Cette gravure témoigne, d’une part, de la reprise d’une ancienne figure postérieurement à la desquamation d’une partie du support initial et, d’autre part, d’une superposition partielle par ajout d’un anthropomorphe. Ce nouvel ensemble a été obtenu par surcreusement de la paroi desquamée (adjonction d’une tête à cornes) et piquetage de la paroi non desquamée (ajout d’un dos, d’une patte arrière et d’une queue). Quant à la gravure R26 à droite de R25 (fig. 8), qui a subi une importante érosion, elle n’a pu être relevée.

Figure 8 – Tounfrin

Figure 8 – Tounfrin

R24, R25 et R26 (en retrait gauche de R25), groupe d’anthropomorphes

© H. Jousse. Relevés S. Amblard-Pison

10Au Tarf el Rjeimat la tête de l’anthropomorphe et celle du quadrupède sur lequel il est juché sont également très érodées (fig. 9).

Figure 9 – Tounfrin

Figure 9 – Tounfrin

R36, Homme devant un bœuf ; R40, homme monté sur un animal à cornes et à pis ; Tarf el Rjeimat (en bas), cavalier « post-néolithique » chassant une autruche et anthropomorphe

© A. Person. Relevés S. Amblard-Pison

11Cet état général de conservation, qui n’est pas propre aux seuls anthropomorphes, a posé parfois des problèmes de « lecture ». À la vision directe de l’œil sur le terrain s’est donc ajoutée celle de l’objectif photo, visions complémentaires et non destructives de l’œuvre comme le souligne J.-L. Le Quellec (1998). Les relevés ont ainsi été réalisés à partir des clichés photographiques, pris sous des angles variés et à différents moments de la journée, joints aux observations directes de terrain. Cela nous a permis, entre autres à Gedida, d’identifier sur photo un personnage très particulier, R106 (fig. 6), qualifié sur le terrain d’ensemble de grilles parfois reliées entre elles ou à un grand ovale quadrillé très érodé, accompagné d’un possible phallus. Ces difficultés d’identification sur place sont sans doute liées au fait qu’il était gravé sur une face déjà fissurée d’un bloc et était de dimensions nettement supérieures à celles des autres gravures.

12D’une manière générale, parmi les représentations d’anthropomorphes, la patine ne permet pas de distinguer de chronologie. En revanche, l’intensité de l’altération des gravures est variable en fonction de l’orientation des parois. À Gedida, les gravures se trouvant sur des pans inclinés sont en effet bien mieux conservées que celles se trouvant sur des pans horizontaux. Sur cette station, les anthropomorphes qui sont sur les mêmes parois que d’autres gravures ne présentent pas de différences de patine et semblent donc se rattacher à la même période que ces dernières.

Les gravures anthropomorphes

Répartition et environnement rupestre immédiat

13Les anthropomorphes de la station rupestre de Gedida (fig. 2) sont répartis sur quatre ensembles formés de blocs. Le nombre de personnages gravés y varie de 1 à 8. Du Nord au Sud, l’on distingue :

  • Un ensemble rocheux gravé sur toutes ses faces et qui porte huit anthropomorphes (R25, R26, R27, R35, R36, R37, R38 et R41). Il mesure dans ses axes est-ouest 4 m et nord-sud 6,50 m. Sur le bloc et la face orientés sud-est figurent les trois anthropomorphes R25, R26 et R27 (fig. 4). Les personnages R26 et R27 sont au même niveau, R25 est légèrement en dessous. Sur cette même paroi se trouvent trois quadrupèdes indéterminés et trois figures géométriques (deux quadrillages rectangulaires et un triangle). Sur le bloc et la face est de ce même ensemble quatre autres anthropomorphes ont été relevés (R35, R36, R37 et R38 ; fig. 4). Ils sont disposés pratiquement en ligne, par groupes très proches de deux. L’état de dégradation avancée du support ne permet pas d’interpréter les lignes piquetées entre R36 et R37 : s’agit-il d’un autre anthropomorphe ? Un quadrupède indéterminé et deux lignes piquetées parallèles figurent sur cette même paroi, au-dessus des personnages. Enfin, sur le bloc et la face ouest, R41 (fig. 4) est situé sous deux quadrupèdes.

  • À 2,20 m à l’ouest de cet ensemble, a été gravé l’anthropomorphe R184 (fig. 7). Il se trouve sur la face est du bloc à trois faces. Au-dessus et associé directement à lui figure un oryx. Derrière ce dernier et dans la même direction courent trois girafes à robe marquée. Sur ce même panneau, on note également une grille de 2x4 cases au-dessus de l’oryx et au-dessous des girafes un signe composé de 3 demi-droites piquetées de même origine divergeant vers la base du bloc. Les faces sud et sommitale du bloc portent chacune un quadrupède qui, sur cette dernière, voisine avec une girafe.

  • Plus au sud a été gravé l’anthropomorphe R106 (fig. 6), sur le bloc nord-ouest d’un groupe de sept blocs à faces sommitales très érodées et face gravée unique.

  • À l’ouest du précédent, un autre ensemble divisé en 3 blocs en regroupe cinq (R69, R75, R79, R80, R89 ; fig. 5). Il mesure 181 cm d’axe est-ouest et 183 cm d’axe nord-sud. Le bloc sud-ouest porte sur sa face ouest deux anthropomorphes R69 et R75 associés chacun à une vache, dont l’une à robe quadrillée, et à deux croix. Sur le bloc nord-ouest et la face de même orientation, deux anthropomorphes en partie érodés, R79 et R80, figurent chacun à l’arrière d’une vache de même style qu’ils semblent accompagner. Sur le bloc est, divisé par une fissure peu profonde coupant une vache en deux, figure un anthropomorphe (R89) proche d’une grille de 2x4 cases. Sur ce même bloc s’observent trois vaches et un quadrupède, deux grilles, deux figures géométriques, un oryx et une série de 10 cupules.

14L’emplacement des gravures dépend avant tout de la qualité du support disponible puisqu’on ne note pas d’orientation préférentielle. Plusieurs cas de regroupements de personnages sur la même paroi s’observent : à Gedida, des associations de deux, trois ou quatre personnages et à Tounfrin, trois des cinq anthropomorphes identifiés sont présents sur le même panneau (R24, R25, R26 ; fig. 8), non associés à des animaux. Il existe aussi dans les deux stations des anthropomorphes isolés.

Dimensions et attitudes des individus

15À Gedida, mise à part une gravure, les personnages ont une hauteur moyenne de 15,4 cm (6,5-21 cm) pour une largeur de 8,7 cm (5-14,7 cm), avec deux figures d’une hauteur inférieure à 10 cm. Le rapport moyen entre hauteur et largeur est de 2 (1-3). Les personnages étant le plus souvent représentés les bras tendus à l’horizontale de part et d’autre du corps, il n’est pas étonnant de voir ce rapport si important. Seule la représentation R106 (fig. 6) montre des dimensions imposantes. Elle mesure 51,7 cm de haut pour une largeur de 24 cm.

16Parmi les anthropomorphes de Tounfrin, deux sont montés sur des animaux (fig. 9) et leurs dimensions ne peuvent être données que monture comprise, ce d’autant plus que les jambes se fondent avec le ventre de l’animal. Les proportions apparaissent bien gardées entre l’homme et l’animal. Plus larges que hautes, ces gravures mesurent dans leur ensemble respectivement 34,6 x 21,8 cm (R36) et 36 x 30 cm (R40). Quant aux trois anthropomorphes gravés sur la même dalle (fig. 8), bien que l’état de conservation de R26 ne permette pas de réelles mesures, ils sont tous de taille différente et plus grands que ceux de Gedida : R24 a 22,3 cm de haut et 11 cm de large et R25, nettement plus imposant, 38,3  x 13,3 cm.

17Au Tarf el Rjeimat (fig. 9), l’anthropomorphe et le quadrupède, indissociables, mesurent 50 cm de long sur 40 cm de large. Le personnage situé au-dessous mesure 20 cm de haut sur 6 cm de large.

18Les personnages sont le plus souvent dessinés en aplat, en position statique. Cependant quelques gravures de Gedida se distinguent (fig. 4) :

  • R25 semble se diriger vers sa gauche comme en témoignent la partie basse du corps en léger profil (3/4), montrant le postérieur à gauche, et son bras gauche dessiné légèrement en contrebas de l’autre, la pointe du pied et la tête étant également dirigées vers cette direction.

  • R27, de profil, sauf les jambes, se dirige vers sa droite. Sa tête à angle droit au bout d’un long cou, son unique bras et le fléchissement au niveau du bassin indiquent le mouvement et la direction. Tous deux sont en fait tournés vers R26 (cf. infra). R89 (fig. 5) regarde vers la gauche, la tête de profil, mais est en position statique

  • Les deux personnages de Tounfrin juchés sur des animaux, et celui du Tarf el Rjeimat (fig. 9), dans la même attitude, se dirigent vers la gauche.

19Mis à part le fait que ces orientations soulignent le caractère non statique de certains personnages, ces rares indications ne permettent pas de participer à la discussion sur l’orientation des œuvres rupestres lancée par J.-L. Le Quellec (1998). Lors de l’étude des autres éléments rupestres de ces stations, ces quelques notes prendront peut-être tout leur sens.

Les différents styles d’anthropomorphes

20Le nombre réduit de gravures d’anthropomorphes présenté ici ne correspond pas à un échantillon mais à la réalité du terrain. Dans les stations rupestres de Gedida et de Tounfrin, étudiées de façon exhaustive, elles n’y représentent effectivement qu’un pourcentage inférieur à 9 % par rapport aux autres sujets figurés. Parmi les 20 anthropomorphes, schématiques ou semi-schématiques, de ces deux stations, auxquels se rajoutent les deux personnages du Tarf el Rjeimat, l’on décèle néanmoins la présence de deux groupes définis par leur style :

211. – Le style longiforme en regroupe le plus grand nombre. Il est présent à Gedida (R25, R26, R27, R36, R38, R69, R75, R89, R106 et R184) et se rapporte à toutes les gravures d’anthropomorphes de Tounfrin et à celles du Tarf el Rjeimat. Il se caractérise par des personnages au corps longiligne, au buste matérialisé par un piquetage en forme de rectangle allongé. Chaque partie du corps, quelle que soit son épaisseur réelle, est indiquée par un trait piqueté de même largeur. Les hanches sont souvent marquées (ex : à Gedida, R26 et R36 ; fig. 4). La tête est soit indiquée par un piquetage de même épaisseur que celui du corps qu’il prolonge (le cou et la tête étant alors confondus), soit par un cou, de même épaisseur que le corps, supportant une tête plus arrondie (R36 et R75 à Gedida et R24, R25 et R40 à Tounfrin ; fig. 8 et 9). Dans le cas de R75 (fig. 5), la tête est plus réaliste, de type mégacéphale, marquée par le piquetage d’une plage grossièrement circulaire portée sur un cou formant un angle aigu au-dessus des épaules. L’un des coudes est indiqué.

22Des cas de superpositions s’observent dans ce groupe. À Gedida, R184 (fig. 7) porte sur ses épaules un oryx. L’extrémité de l’un de ses bras est en contact direct avec l’une des pattes antérieures de l’animal, l’autre bras avec l’une des pattes arrière. Bien que la patine qui recouvre les deux sujets soit d’intensité similaire, le piquetage de l’une des pattes avant recouvre celui du bras de l’homme. Ceci indique que la gravure de l’animal a été réalisée après celle de l’anthropomorphe, une partie de la tête de l’homme étant ainsi cachée. Mais quelque soit le laps de temps qui a existé entre la réalisation de chacune de ces deux gravures, le résultat final est qu’elles forment un « tout » comme le confirment les points de contact entre l’homme et l’animal (bras tenant les pattes). À Tounfrin existe aussi un autre cas de superposition (R36, fig. 9) qui concerne une scène avec homme et animal (cf. supra) ; l’homme n’est surtout identifiable que par ses jambes et son sexe. Un premier quadrupède, dont la tête est partie avec la desquamation de la roche, a été transformé en un nouvel animal devant (ou sur) lequel se trouve un personnage. Les pattes de l’animal initial ont été surcreusées et il y a eu surimposition d’un homme, au sexe marqué, aux contours de la tête très mal définis et érodés. L’animal initial au corps indiqué par un seul trait piqueté a été transformé en un animal au corps matérialisé dans sa partie antérieure par une bande de piquetage pour le dos et une autre pour le ventre laissant entre elles une plage allongée de roche vierge. La surface desquamée où se trouvait la première tête a été à nouveau piquetée pour en réaliser une nouvelle. La forme trapue de la tête, le cou épais, la corpulence de l’animal et ses cornes courbes correspondent aux caractéristiques d’un bovin. Mais contrairement à la gravure R184 (fig. 7) reprise et superposition sont postérieures à la desquamation partielle de l’animal initial.

23À l’intérieur de ce groupe longiforme certains personnages, présents à Gedida, sont plus « sophistiqués ». Ils portent des attributs céphaliques et les détails des visages sont soulignés. R89 (fig. 5) a, au bout d’un long cou, une tête au profil montrant nez et menton. Sur la gravure R106 (fig. 6), les organes sensoriels sont indiqués sur la face : les yeux et le nez, par deux plages vierges de piquetage, et de probables lobes d’oreilles ou ornements, par des traits piquetés. Les attributs céphaliques sont représentés de profil. Celui de l’anthropomorphe R89 est en forme de bonnet recourbé vers l’avant et peut s’apparenter à un casque qui pourrait être mis en rapport avec l’objet qu’il tient à la main et avec celui qui figure à ses côtés, d’éventuels boucliers. Dans le cas de R106, il semble que nous soyons plutôt en présence d’un vêtement aux mêmes motifs quadrillés que celui du corps. Mais il est possible qu’il s’agisse aussi simplement, dans les deux cas, de coiffures à l’architecture élaborée.

242. – Le style bréviforme est présent à Gedida (R35, R37, R41, R79 et R80). Les personnages ont un corps plus trapu, au buste non matérialisé, où seule la taille est marquée par un angle, plus ou moins aigu formé par le point de contact de la jambe et du bras, de chaque côté du personnage. La tête est indiquée par une simple prolongation du piquetage du corps, de même épaisseur, dépassant des épaules, cou et tête étant alors confondus. Les membres, toujours bien détachés du corps, sont le plus souvent courts et épais.

Caractéristiques communes et individuelles

25Tous les anthropomorphes, hormis les personnages montés sur un animal, sont représentés debout et la majorité de face. Bras et jambes sont bien détachés du corps et leur dessin correspond à un trait piqueté de même largeur que le corps. Ils sont absents sur R106 (fig. 6) qui porte un vêtement, mais deux protubérances arrondies au bas de ce dernier suggèrent les jambes. Le plus souvent les pieds ne sont pas figurés et les jambes se terminent par un arrondi, voire un simple arrêt rectiligne du piquetage de la jambe. R26 (fig. 4) montre cependant un pied gauche rentrant vers l’intérieur, l’angle droit avec la jambe marquant ainsi la cheville. La position des bras est variable : horizontale à angle droit avec le corps (ex : R25, R89), moins écartée formant un angle aigu avec le corps (R69 à Gedida et R24 à Tounfrin) ou parallèle au corps comme ceux du personnage R25 de Tounfrin. Les épaules sont parfois marquées. Elles sont carrées sur le personnage R25 (fig. 8) de Tounfrin, matérialisées par une plage plus large entre la base du cou, le buste et les bras. Seule la représentation d’une main a été notée à Gedida sur R36 (fig. 4) où elle est dessinée en aplat (sorte de « moufle » à trois protubérances) utilisant une cupule de la paroi rocheuse.

26Quoiqu’il ne soit pas toujours facile de déterminer le sexe des anthropomorphes rupestres, certains cas sont bien nets. Ces identifications faites à partir de caractéristiques précises attestent ainsi la présence d’hommes et de femmes parmi ces groupes. Les représentations ithyphalliques sont toutes différentes. À Gedida, le long trait piqueté verticalement entre les jambes du personnage R69 (fig. 5) pourrait se rapporter à un sexe masculin détaché du corps. Sur le même site s’observe une gravure en forme de T, probable phallus dessiné en aplat mais n’appartenant pas au personnage R106 en direction duquel il est orienté (fig. 6). À Tounfrin, le sexe correspond à un petit trait piqueté entre les jambes de R36 (fig. 4).

27L’absence de sexe matérialisé peut tout aussi bien être interprétée comme un homme schématisé (R75 ; fig. 5) ou comme une femme. Cependant, certaines gravures semblent indiquer que nous sommes bien en présence de femmes. En témoignent notamment la présence de hanches bien accentuées et un entrejambe large marqué par une légère protubérance arrondie à Gedida (R79, fig 5) et à Tounfrin (R24, fig. 8). Sur le personnage R106 (fig. 6) aux hanches soulignées par l’ampleur du vêtement, deux protubérances verticales de l’habit de part et d’autre du buste paraissent indiquer les seins. Quant à la cupule piquetée entre les jambes de R36 (fig. 4) à Gedida, personnage aux hanches bien marquées, elle ne peut être attribuée à l’un ou l’autre sexe avec certitude. L’état de conservation de la figure ne permet pas de dire avec certitude si cette cupule est attenante ou non puisque seul un impact de piquetage la relie au personnage.

28En dehors des attributs céphaliques, ces personnages tiennent à la main des objets qui nous renseignent sur l’identité de leur possesseur. À Tounfrin, l’anthropomorphe R40 (fig. 9) juché sur un bovidé a l’un de ses bras matérialisé par une ligne piquetée, d’épaisseur constante, qui se prolonge jusqu’à l’encolure de l’animal. Sa longueur disproportionnée suggère la tenue en main d’une longe. À l’emplacement de son autre bras a été gravé un objet triangulaire aux seuls contours piquetés qui peut s’apparenter à un lasso, un arc ou bien un bouclier. Un attribut de même type que celui de R40 est visible sur le personnage monté du Tarf el Rjeimat (fig. 9) qui tient une corde de type lasso au-dessus de sa tête. À Gedida, l’anthropomorphe R89 (fig. 5) a son bras droit prolongé par un piquetage en cercle laissant une plage de roche vierge au centre. Doit-on aussi y voir un simple lasso ou un bouclier en relation avec sa coiffure type casque et la gravure immédiatement adjacente ? Le lien direct de cette figure géométrique avec le personnage n’est cependant pas véritablement attesté. Cette « grille » se trouve entre R89, dont elle est la plus proche, et les pattes arrières d’une vache à pis marqué (fig. 5) ; une autre grille se trouve accolée à l’une des pattes antérieures de l’animal.

29Sur le même site, le long trait piqueté rentrant dans la gorge de l’oryx porté sur les épaules du personnage R184 (fig. 7) correspond à une arme de jet. À Tounfrin, le large piquetage arrondi qui prolonge le bras droit du personnage R24 (fig. 8) est plus difficile à interpréter : il peut s’agir d’un panier ou de tout autre objet.

30R40 (fig. 9) semble juché sur une selle puisque le haut de son bassin, indiqué par ses deux jambes écartées est plus haut que le dos de l’animal. La ligne piquetée qui part également de sa taille et est reliée à l’arrière de l’animal suggère la présence d’un bâton. Le piquetage triangulaire à l’avant du cavalier du Tarf el Rjeimat (fig. 9) évoque aussi le pommeau d’une selle. Les représentations de bovins munis de selle et montés ne sont pas fréquentes, les plus anciennes dateraient d’avant 4000 BP dans le Messak libyen (Le Quellec 1998 : 285).

31Certains personnages sont vêtus de pagnes dont le bas est souligné par une ligne piquetée horizontale joignant les deux jambes, délimitant un espace triangulaire non piqueté. Sur R26 (fig. 4) à Gedida, ce triangle est séparé par une ligne verticale formant un décor de deux triangles. Par contre sur R25 (fig. 8) à Tounfrin, le pagne se prolonge à l’arrière du personnage par un quadrilatère aux seuls contours piquetés et le décor est composé d’un triangle et d’un rectangle. Le plus bel attribut vestimentaire est celui qui couvre l’anthropomorphe R106 (fig. 6). Son décor quadrillé a été réalisé par l’alternance de plages piquetées et de plages laissées vierges. Le bas du vêtement suggère une sorte de pantalon large, de type « sarouel » ; un haut qui souligne bien les épaules et une sorte de coiffe aux décors assortis complètent cet habit.

Les gravures anthropomorphes du Dhar Néma dans le contexte général des Dhars de Mauritanie sud-orientale

Interprétation des scènes de vie

32En dehors de leur intérêt stylistique, ces gravures d’anthropomorphes participent à la compréhension des modes de vie des populations qui les ont piquetées sur les rochers. Dans le cas des gravures du Tarf el Rjeimat, il semble s’agir du fait d’un individu isolé. Les autres témoignages portent avant tout sur des individus vivant en société : la scène des trois personnages R25, R26 et R27 à Gedida (fig. 4) évoque une discussion et à Tounfrin les individus de différente taille, R24, R25 et R26 (fig. 8), gravés côte à côte, peut-être une famille. La présence d’hommes et de femmes, parfois en couple comme R35 et R36 à Gedida (fig. 4), renforce encore cette notion de famille. Les habits aux motifs quadrillés (ex. R106, fig. 6) indiquent un souci de se parer et une société où ces préoccupations trouvent leur place.

33À Gedida, le personnage R106 peut être interprété comme participant à une scène d’accouplement symbolique où l’homme ne serait représenté que par son organe sexuel.

34On constate que la proportion d’humains représentés est faible par rapport au fort pourcentage de figurations animales ce qui souligne l’importance culturelle et économique des animaux à l’époque. Aux côtés d’autres indices matériels, ces gravures rupestres accentuent le fait que nous sommes bien dans un contexte d’animaux domestiques et qu’elles sont contemporaines de l’occupation néolithique des habitats. Les restes osseux découverts dans les sites néolithiques du Dhar Néma témoignent par ailleurs de l’abondance des domestiques, en particulier du bœuf qui domine très largement aux côtés de plus rares chèvres, moutons et antilopes (Person et al. 2004). Les hommes gardent les animaux, aux robes et pis souvent marqués, parfois les tiennent par une longe. Ils sont représentés souvent aux côtés de bovins nombreux dans ces deux stations. Ainsi, à Gedida, R69, R75, R79 et R80 (fig. 5) sont associés chacun à un bovin et peuvent être interprétés comme leur gardien, témoignant d’activités d’élevage. Les gravures rupestres du Dhar Néma n’évoquent pas la traction des chars par des bœufs comme sur les Dhars Tichitt et Oualata (Munson & Munson 1969 ; Amblard & Ould Khattar 1993). Cependant à Tounfrin, le personnage R40 (fig. 9) juché sur le dos d’un animal à cornes et à pis témoigne de la présence d’animaux porteurs. Il peut s’agir d’un gardien muni d’un lasso pour rattraper les animaux qui s’éloignent.

35Ces anthropomorphes relatent aussi des activités de chasse. R184 à Gedida (fig. 7) en est un exemple probant et peut être interprété comme un retour de chasse, l’homme porte l’oryx à bout de bras. L’animal paraît en position de vie bien que le trait qui semble l’avoir tué reste fiché dans son poitrail, atteignant ainsi ses parties vitales. Au Sahara, les représentations d’animaux atteints, voire transpercés, par des armes longues de chasse, mais toujours en position de vie, sont fréquentes : on les observe, entre autres, au Fezzan oriental (girafe au cou transpercé par un trait et éléphant dans le dos duquel est fiché un épieu, Ziegert 1967 : pl. 74), dans le Sud marocain (rhinocéros frappé par une lance, Ruhlmann 1939 : 64) et dans le Hoggar (éléphant avec trait dans le dos, Chasseloup-Laubat de F. 1938). L’animal porté par le personnage R.184 est de grande taille, aussi grand que l’homme. Sur la face du bloc où figure cette scène, trois girafes gravées courent dans la même direction, témoignant de l’environnement de savane où l’oryx a été chassé. La grille au-dessus de l’oryx pourrait être mise en relation avec cette activité cynégétique : il s’agirait alors d’un piège. Mais rappelons que les autres « grilles » observées à l’intérieur de la station ne sont pas toujours en relation avec des animaux sauvages. Celle qui se trouve entre R25 et un bovin (fig. 4) peut être vue également comme un lien entre l’anthropomorphe et l’animal. L’essence de ce lien reste toutefois difficile à déterminer. À l’intérieur de la station de Gedida, la variété des modèles des 26 autres grilles isolées, comportant de 2 à 64 cases, se prête à diverses interprétations : pièges ? boucliers ? parcellaires ?… De même, au-dessous des girafes (fig. 7), le signe composé de trois demi-droites piquetées rappellerait les signes en Y majuscule rapportés à des activités cynégétiques dans la culture dite « des chasseurs » du Nil et du Sahara (Leclant & Huard 1980).

36La gravure du Tarf el Rjeimat (fig. 9), chronologiquement postérieure aux gravures des deux autres stations, comme l’indique la présence d’un cheval, atteste également d’activités de chasse : l’animal chassé étant l’autruche et le moyen le lasso. Le trait qui relie l’homme au cou de l’animal souligne l’état domestiqué de l’animal.

37Enfin, doit-on considérer l’objet tenu à la main par le personnage R24 (fig. 8) à Tounfrin comme un panier évoquant une scène de cueillette ? Aucun vestige de vannerie n’a été à ce jour découvert sur les sites proches, sans doute à cause d’un problème de conservation. Matériel de broyage, céramique, greniers et vestiges botaniques rendent néanmoins cette hypothèse plausible.

38La présence de boucliers, suggérée par R89 (fig. 5) à Gedida et R40 (fig. 9) à Tounfrin, serait à mettre en relation avec l’évolution des armes liée au problème que pose la gestion humaine d’une zone-refuge.

Similitudes et divergences avec les ensembles régionaux voisins

39Entre ces gravures et les anthropomorphes des Dhars Tichitt et Oualata il existe de nombreuses similitudes. Sur ces falaises septentrionales, les personnages sont également de type schématique et réalisés selon la même technique de piquetage, tous représentés de face, en aplat, bras et jambes bien détachés du corps. Les hommes sont soit isolés, soit en groupe, associés ou non à des bovins (Amblard 1993 ; Amblard-Pison 2006). Le style longiforme est présent entre autres dans le village v.304 (fig. 10) et à l’intérieur du village v.39 où une frise de six personnages a été gravée. Le village v.72 en renferme aussi deux exemplaires accompagnés de vaches aux robes marquées (tachetées ou rayée). Celui qui figure sur un panneau de quatre vaches porte dans sa main gauche un bâton dressé (fig. 10), trait rectiligne parallèle au corps, dont l’extrémité arrondie se trouve à proximité immédiate de la queue d’une des vaches ; son corps allongé semble indiquer le port d’une tunique courte. À ce même style longiligne s’apparente le personnage du village v.12 (Dhar Tichitt) qui tient dans sa main droite un lien le reliant au joug de bœufs tirant un char (Munson & Munson 1969) ; une ligne droite indique le corps et se prolonge au-dessus des bras pour marquer la tête et deux autres traits piquetés, en V renversés, les jambes et les bras. Sur le Dhar Oualata, une représentation humaine ithyphallique est également associée à un char à bœufs dans le village v.313 (Amblard & Ould Khattar 1993), mais elle est d’un style très différent des autres gravures anthropomorphes de la région, y compris de celles du Dhar Néma.

Figure 10 – Gravures d’anthropomorphes à l’intérieur de villages néolithiques du Dhar Tichitt (v.72 et v.113) et du Dhar Oualata (v.304 et v.399)

Figure 10 – Gravures d’anthropomorphes à l’intérieur de villages néolithiques du Dhar Tichitt (v.72 et v.113) et du Dhar Oualata (v.304 et v.399)

Relevés S. Amblard-Pison

40Le personnage R89 (fig. 5) de Gedida présente de nombreuses similitudes avec celui du village v.399 (fig. 10) sur le Dhar Oualata distant de quelque 22 km. Tous deux portent un attribut céphalique. Leur tête, également de profil, est bien libérée du corps par un cou long ou massif. La direction du regard diverge : vers la gauche pour le premier, vers la droite pour le second. La tête de l’anthropomorphe du village v.399 est indiquée par un simple triangle, dont les deux angles à la base représentent le menton et le sommet du crâne et le troisième, à l’arrière de la tête, suggère le port d’un casque. Sur le Dhar Oualata, nous sommes, sans nul doute, en présence d’un guerrier, figuré dans une attitude dynamique ; dans sa main droite, il tient un bouclier décoré de deux bandes transversales et dans sa main gauche un long bâton (possible arme de jet). Son corps, disproportionné par rapport à l’ensemble du personnage, suggère le port d’une tunique (ou autre attribut vestimentaire) dissimulant une partie des jambes. L’identité du personnage R89 apparaît moins explicite. Le cercle piqueté qui prolonge son bras droit peut aussi représenter un bouclier, en rapport avec sa « coiffure ». Rappelons cependant que l’identification même de ces piquetages en cercle ou en triangle en tant que boucliers reste sujette à caution et ne peut être réellement affirmée : en effet, nous ne sommes en présence que de contours délimitant une zone vierge de piquetages à l’intérieur. Pour ces raisons, il peut s’agir aussi de simples lassos, notamment dans le cas de R40 monté sur un animal à cornes. La gravure directement adjacente à R89 se rapproche, par ses dimensions et sa forme, du bouclier gravé du guerrier du village v.399 ; les décors diffèrent, mais ont été réalisés selon la même technique alternant surfaces piquetées et surfaces vierges.

41La gravure du cavalier poursuivant une autruche au Tarf el Rjeimat (fig. 9) ressemble également à de nombreuses représentations relevées sur les rochers des Dhars de Tichitt et de Oualata (Amblard 1993 ; Amblard-Pison 2006). Les animaux sont de style semblable, le corps et les pattes de même épaisseur, et les personnages, centrés au milieu du dos du cheval, matérialisés par une ligne épaisse piquetée. Dans les scènes de chasse aux autruches ou aux oryx, l’homme tient souvent en main une longe le reliant au cou du cheval. Les représentations rupestres soulignent que la chasse au lasso était la pratique la plus courante sur les Dhars Tichitt et Oualata. Sur la gravure du village v.113 (Dhar Tichitt, fig. 10), choisie pour illustrer ici cette comparaison, le lasso est matérialisé par un cercle aux seuls contours piquetés, brandi au-dessus du cavalier. Au Tarf el Rjeimat, le cavalier et sa monture présentent également certaines similitudes avec les peintures de Tihoun Mallouline dans les Daounas au Mali (Raimbault et al 2006). Sur ces dernières, les cavaliers qui ne poursuivent pas d’animaux figurent sur des panneaux à compositions camelines et sur les Dhars Tichitt et Oualata chameaux et cavaliers voisinent souvent. Ces comparaisons soulignent encore le fait que la gravure du Tarf el Rjeimat n’est pas contemporaine des autres gravures de Gedida et Tounfrin.

42Si l’on considère l’ensemble du corpus rupestre des Dhars Tichitt, Oualata et Néma, parmi lequel les anthropomorphes sont bien intégrés, l’on constate que les bovins sont représentés suivant les mêmes techniques. Des différences néanmoins restent bien marquées : absence de sabots bisulques sur le Dhar Néma alors qu’ils sont caractéristiques des Dhars septentrionaux. Les girafes, présentes au Nord par de très rares gravures non intégrées aux villages, sont fréquentes à Gedida. Quant aux anthropomorphes identifiés en nombre à Gedida, ils demeurent exceptionnels au Nord sauf lorsqu’ils se rattachent à la période dite « post-néolithique » et sont alors cavaliers ou chameliers.

43Les différences entre les gravures d’anthropomorphes du Dhar Néma et celles des Dhars Tichitt et Oualata résident surtout dans leur localisation par rapport aux habitats. Sur le Dhar Néma, elles sont proches des habitats, constituant l’une des limites de celui de Gedida, mais non intégrées directement. Par contre, sur les Dhars Tichitt et Oualata elles sont réparties à l’intérieur même des concessions villageoises où elles ont été rapportées directement aux occupants de ces villages (Amblard & Vernet 1984). En conséquence, sur le Dhar Néma où de nombreux éléments attestent déjà de liens avec ces falaises septentrionales, les gravures de Gedida et Tounfrin apparaissent aussi contemporaines de cette même occupation néolithique des Dhars de Mauritanie sud-orientale. Les anthropomorphes R89 (qui peut être rapproché de celui du village v.399) et R106 semblent à part, voire anachroniques, dans l’ensemble des gravures de cette région des Dhars. Cependant, leurs caractéristiques graphiques les rapprochent plus des gravures de la période d’occupation néolithique. Le cavalier du Tarf el Rjeimat se rattacherait par contre à la seconde période identifiée sur les Dhars Tichitt et Oualata, postérieure donc à l’occupation néolithique, où les anthropomorphes ne sont matérialisées que par un petit trait piqueté perpendiculaire au dos des chevaux qu’ils montent.

44Les témoignages iconographiques dont nous disposons pour l’Adrar des Iforas au Mali (Dupuy 1991) ne nous permettent pas de rattacher les gravures d’anthropomorphes du Dhar Néma de manière évidente à celles de cette région. Peut-être pourrions-nous voir une relation entre la tête de l’anthropomorphe R106 et les deux personnages à tête bilobée de la phase moyenne de l’Adrar des Iforas, mais la comparaison s’arrête là.

Conclusion

45La rareté des représentations humaines néolithiques dans ces régions a été à l’origine de leur étude spécifique. La fragilité de ces témoignages rupestres soumis à une forte érosion éolienne renforçait cette notion d’urgence. L’analyse approfondie des gravures d’anthropomorphes du Dhar Néma, sans apport sur le plan anthropologique (personnages très stylisés), a montré qu’elles participent de façon active à la compréhension des modes de vie de ces sociétés. Nous avons pu ainsi approcher des idées et des thèmes que les autres vestiges archéologiques ne permettent plus de renseigner. Ainsi, nous ne disposions d’aucun témoignage sur les vêtements de ces populations et l’hypothèse de l’usage de paniers ne peut être avancée que par l’observation de ces gravures.

46Sur les parois rocheuses, hommes et femmes sont représentés, souvent en groupe, peut-être en famille. Ces gravures retracent une société où les animaux, chassés ou élevés, tenaient une place prépondérante. Elles nous renseignent aussi sur les techniques de chasse. La présence de l’oryx porté par le personnage R184 (fig. 7) confirme bien son appartenance à la culture des populations néolithiques du Dhar Néma. En effet, si certains restes d’autruches (non datés) peuvent être plus récents, les vestiges de faune identifiés sur les sites sont compatibles avec les représentations rupestres ; à l’intérieur d’un habitat néolithique (DN4), une fosse datée sur charbons de bois de 3765 ± 35 BP (2280-2060 ans cal bc, Pa.2153) a livré du bœuf en abondance, de plus rares caprinés et quelques éléments de faune sauvage, dont de l’oryx (Person et al. 2004).

47Les concordances de traitement graphique avec les gravures des Dhar Tichitt et Oualata nous fournissent un parallèle chronologique intéressant. Sur le Dhar Néma, les hommes ont également gravé les rochers au cours d’au moins deux périodes bien distinctes : néolithique et post-néolithique. À l’exemple d’autres indices matériels (matériel lithique, céramique, habitat en village…), ces gravures soulignent la cohérence des cultures néolithiques de ces zones refuges du Sud-Ouest saharien dans la seconde moitié de l’Holocène.

48La gravure de cavalier du Tarf el Rjeimat montre que des populations devenues nomades ont continué à être attirées dans ces régions. Son style, comparable à celui des gravures des Dhars septentrionaux, indique encore une cohésion des cultures post-néolithiques. La poursuite de prospections plus systématiques sur les rochers potentiellement utilisables par les graveurs du Dhar Néma permettra sans doute d’affiner la comparaison avec les gisements septentrionaux.

Haut de page

Bibliographie

Amblard S., Hugot H.-J. & Vernet R. (1981-82) - Deux importantes découvertes sur le site d’Akreijit (Dhar Tichitt, République Islamique de Mauritanie). L’Anthropologie, t. 85, n° 1, p. 125-128.

Amblard S. (1984) - Tichitt-Walata, République Islamique de Mauritanie. Civilisation et industrie lithique. A.D.P.F., éditions Recherche sur les Civilisations, mémoire n° 35, Paris.

Amblard S. & Vernet R. (1984) - Des gravures rupestres intégrées à une structure d’habitat : l’exemple d’Akreijit (R. I. Mauritanie). Journal des Africanistes, t. 54, n° 1, p. 67-78.

Amblard S. (1993) - Les gravures rupestres du Hodh septentrional (Mauritanie sud-orientale). In : «Actes du Colloque International : L’arte e l’ambiente del Sahara preistorico : dati e interpretazioni (Milan, 24-27 octobre 1990)». Memorie de la Societa Italiana di Scienze Naturali e del Museo Civico di Storia Naturale di Milano, vol. XXVI, fasc. II, p. 41-51.

Amblard S. & Ould Khattar M. (1993) - Deux nouveaux chars rupestres dans le Sud-Est mauritanien. Dossiers et Recherches sur l’Afrique, n° 1, p. 143-155.

Amblard-Pison S. (2006) - Communautés villageoises néolithiques des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie). British Archaeological Reports, International Series 1546, Archaeopress, Oxford.

Chasseloup-Laubat de F. (1938) – Art rupestre au Hoggar (Haut-Mertoutek). Plon, Paris.

Dupuy C. (1991) - Les gravures rupestres de l’Adrar des iforas (Mali) dans le contexte de l’art saharien ; Une contribution à l’histoire du peuplement pastoral en Afrique septentrionale du Néolithique à nos jours. Thèse, Université de Provence Aix-Marseille I, 2 t.

Holl A. (1986) - Economie et société néolithique du dhar Tichitt (Mauritanie). Éditions A. D. P. F., éditions Recherche sur les Civilisations, mémoire n° 69, Paris.

Leclant J. & Huard P. (1980) - La culture des chasseurs du Nil et du Sahara. Paris, Arts et Métiers Graphiques / Alger, Mémoire du CRAPE, n° XXIX, 2 t.

Le Quellec J.-L. (1998) - Art rupestre et préhistoire du Sahara. Éditions Payot et Rivages, Paris.

Mauny R. (1951) - Villages néolithiques de la falaise (Dhar) Tichitt-Oualata. Notes Africaines, n° 50, p. 35-42.

Mauny R. (1954) - Gravures, peintures et inscriptions rupestres de l’ouest africain. IFAN, Initiations africaines, n° 11, Dakar.

Monod Th. (1938) - Contribution à l’étude du Sahara occidental (Gravures, peintures et inscriptions rupestres). Larose, Comité d’Etudes historiques et scientifiques de l’A.O.F., Paris.

Munson P.J. & Munson C.A. (1969) - Nouveaux chars à bœufs rupestres du Dhar Tichitt (Mauritanie). Notes Africaines, n° 122, p. 62-63.

Munson P. J. (1971) - The Tichitt tradition : a later prehistoric of the S. Western Sahara. Ph. D. thesis, University of Urbana Champaign (Ann Arbor, University microfilms international, 1979).

Ould Kattar M. (1995) - La fin des temps préhistoriques dans le Sud-Est mauritanien. Thèse, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris.

Person A., Saoudi N.E. & Amblard S. (1995) - Nouvelles recherches, objectifs et premiers résultats sur le paléoenvironnement holocène des sites archéologiques de la région des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie sud-orientale). Journal de la Société des Africanistes, t. 65, fasc. 2, p. 9-29.

Person A., Amblard-Pison S., Saoudi N.E., Saliège J.-F. & Gérard M. (1996) - Les Dhars de la Mauritanie sud-orientale : environnements refuges sahariens au Néolithique. Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, t. 5, p. 119-134.

Person A., Ibrahim T., Jousse H., Finck A., Albaret C., Garenne-Marot L., Zeitoun V., Saliège J.-F. & Ould M’Heimam S. (2004) - Environnement et marqueurs culturels en Mauritanie sud-orientale : le site de Boû Khzâmâ (DN4). Premiers résultats et approche biogéochimique. In : Bazzna A. & Bocoum H. (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Bilan et perspectives. éditions Sépia, Paris, p. 195-213.

Person A., Jousse H., Maurer A.-F. & Vallette T. (2006) - Les sites du Néolithique final du Dhar Néma (Mauritanie) : relation peuplement et environnement. In : Sénégalia : Actes du Colloque international : Anthropologie, Archéologie, Muséologie en Afrique de l’Ouest. Hommage à Guy Thilmans. Dakar, p. 297-307.

Raimbault M., Jousse H., Person A. & Sanogo K. (2006) - Deux nouvelles stations rupestres du « Camélin récent » dans le Faguibine et les Daounas (Sahel malien). Sahara, vol. 17, p. 121- 128.

Ruhlmann A. (1939) – Les recherches de préhistoire dans l’extrême sud marocain. Publication du Service des Antiquités du Maroc, Rabat.

Ziegert H. (1967) – Dor el Gussa und Gebel Ben Ghnema, Zur nachpluvialen Besiedlungsgeschichte des Ostfezzan. Steiner, Wiesbaden.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-1.png
Fichier image/png, 398k
Titre Figure 1 – Carte de situation des stations rupestres de Gedida (DN48) et de Tounfrin (DN60) et des gravures du Tarf el Rjeimat (DN71)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Figure 2 – Vue d’ensemble de la station rupestre de Gedida
Crédits © A. Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 3 – Station rupestre de Tounfrin dominant le site d’habitat, avec au premier plan, un bovidé gravé
Crédits © A. Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 4 – Gedida
Légende R25, R26 et R27, groupe de trois personnages entourés de quadrupèdes et de figures géométriques ; R35, R36, R37 et R38, groupe de quatre personnages ; R41, anthropomorphe isolé et quadrupèdes
Crédits © A. Person. Relevés S. Amblard-Pison
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-5.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Figure 5 – Gedida
Légende R69 et R75,anthropomorphes et vaches ; R79 et R80, très érodés, chacun derrière un bovin ; R89, à attribut céphalique et figure géométrique en grille à ses côtés
Crédits © A. Person (haut) et T. Vallette (centre et bas). Relevés S. Amblard-Pison
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-6.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Figure 6 – Gedida
Légende R106, anthropomorphe à attribut céphalique et vêtement à motifs
Crédits © T. Vallette. Relevé S. Amblard-Pison
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-7.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 7 – Gedida
Légende R184, anthropomorphe portant un oryx dans un environnement de girafes
Crédits © A. Person. Relevé S. Amblard-Pison
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-8.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 8 – Tounfrin
Légende R24, R25 et R26 (en retrait gauche de R25), groupe d’anthropomorphes
Crédits © H. Jousse. Relevés S. Amblard-Pison
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 9 – Tounfrin
Légende R36, Homme devant un bœuf ; R40, homme monté sur un animal à cornes et à pis ; Tarf el Rjeimat (en bas), cavalier « post-néolithique » chassant une autruche et anthropomorphe
Crédits © A. Person. Relevés S. Amblard-Pison
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-10.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Figure 10 – Gravures d’anthropomorphes à l’intérieur de villages néolithiques du Dhar Tichitt (v.72 et v.113) et du Dhar Oualata (v.304 et v.399)
Crédits Relevés S. Amblard-Pison
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/710/img-11.png
Fichier image/png, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Amblard-Pison, Thibault Vallette, Hélène Jousse, Chloé Albaret et Alain Person, « Les gravures rupestres d’anthropomorphes du Dhar Néma », Afrique : Archéologie & Arts, 6 | 2010, 67-84.

Référence électronique

Sylvie Amblard-Pison, Thibault Vallette, Hélène Jousse, Chloé Albaret et Alain Person, « Les gravures rupestres d’anthropomorphes du Dhar Néma », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/aaa.710

Haut de page

Auteurs

Sylvie Amblard-Pison

CNRS
UMR 7041 ArScAn,
Équipe Afrique
21 allée de l’Université
F-92023 Nanterre Cedex
sylvie.amblard-pison@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur dans la revue

Thibault Vallette

UMR 7041 ArScAn
Équipe Afrique
21 allée de l’Université
F-92023 Nanterre Cedex
thibault.vallette@wanadoo.fr

Articles du même auteur dans la revue

Hélène Jousse

Muséum national d’Histoire naturelle
UMR 7209
Département Écologie et Gestion de la Biodiversité
CP 56, 55 rue Buffon
F-75005 Paris
jousse.helene@gmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Chloé Albaret

Arkéo Fabrik
F-79800 Exoudun
chloe.albaret@laposte.net

Articles du même auteur dans la revue

Alain Person

Université Paris VI Pierre et Marie Curie,
Laboratoire de Biominéralisations et Paléoenvironnements,
4 Place Jussieu,
F-75230 Paris cedex 05, France
alain.person@upmc.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org