Navigation – Plan du site

Recherches archéologiques à Dungo (Angola)

Un site de charognage de baleine de plus d’un million d’années
Manuel Gutierrez, Claude Guérin, Claudine Karlin, Maria da Piedade de Jésus, Maria Helena Benjamim, Anne-Élisabeth Lebatard, Didier L. Bourlès, Régis Braucher et Laetitia Leanni
p. 25-47

Résumés

Les sites de Dungo IV et V, au sud de Baia Farta, province de Benguela, en Angola, apportent des connaissances nouvelles sur le Paléolithique ancien de cette partie du pays. Si les modes de vie ne peuvent être évoqués à Dungo IV qu’à travers l’étude du matériel lithique, à Dungo V, de nombreuses pièces taillées ont été trouvées intimement mêlées au squelette d’une baleine. Cette association démontre, de manière indubitable, la pratique du charognage de mammifère marin à cette période ancienne du Paléolithique. Dans un contexte dépourvu de volcanisme, l’approche de la chronologie ne pouvait se faire qu’en s’appuyant sur des méthodes utilisant de nouveaux critères de datation. La méthode, présentée ici, est basée sur l’âge d’enfouissement des pièces lithiques de Dungo IV. Elle a permis de déterminer que ces pièces ont été enfouies il y a un à deux millions d’années. Il s’agit donc d’un Paléolithique très ancien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les recherches archéologiques conduites par une équipe franco-angolaise dans la province de Benguela se sont concentrées depuis 1993 dans la région de Dungo, à 5 km au sud de Baia Farta. Nous présentons ici les derniers résultats de ces recherches qui incluent un historique des recherches, une brève notice sur la formation qui a pris la forme d’un chantier école de fouille archéologique, une nouvelle approche chronologique, l’analyse de la faune trouvée sur place, ainsi qu’une analyse tracéologique du matériel lithique.

2Du point de vue de la recherche archéologique, l’Angola a une longue histoire. Celle-ci commence avec les ramassages de surface pratiqués dès la fin du xixe siècle et jusqu’à aujourd’hui (Gutierrez 2001). Elle met en œuvre aussi des recherches méthodiques par sondages et fouilles. La pratique du ramassage de surface a permis d’établir des cartes archéologiques régionales, puis une carte nationale, montrant l’importance des vestiges et suggérant, vraisemblablement, une longue durée d’occupation sur l’ensemble du territoire. Toutefois, si ces cartes sont indicatrices des recherches conduites sur des zones spécifiques, elles ne reflètent pas la réalité des occupations humaines anciennes. Quand on regarde le nord-est du pays, par exemple, on constate la présence d’un très grand nombre de sites paléolithiques qui reflète l’importance des recherches conduites dans cette région depuis les années 1940, en particulier autour du Musée de Dundo. La quasi-inexistence de sites archéologiques dans le sud-est traduit, elle, l’absence de recherches, de prospections et de fouilles dans cette partie du pays et nullement l’absence d’occupations humaines anciennes. Il faut donc lire les cartes archéologiques disponibles comme étant le résultat des recherches aléatoires liées à la présence humaine actuelle.

3La recherche contemporaine n’échappe pas à cette règle et la présence de centres de recherche, universités ou musées dans certaines villes, détermine en grande partie les choix des archéologues. Pour le cas exposé dans cet article, l’existence du Musée National d’archéologie de Benguela se trouve à l’origine de la création d’une équipe franco-angolaise de recherches archéologiques. Dans un premier temps, c’est la recherche régionale qui a montré la pertinence d’une implantation dans la région de Baia Farta. Que les sites soient proches de la ville n’a pas été étranger au choix du terrain de recherche. Ce choix fut ensuite conforté par la découverte progressive de la richesse des vestiges mis en évidence.

Recherche et formation : la pratique de la discipline sur le terrain1

  • 1 Dans la plupart des pays, la pratique dirigée de la fouille archéologique est conçue dans un cadre (...)

4Nous ne saurions commencer cette présentation de l’apport de Dungo à la préhistoire ancienne de l’Afrique, sans évoquer la place que ce site tient dans l’organisation structurelle de l’archéologie angolaise. Nous avions traité de cette question il y a plus de 7 ans (Gutierrez et al. 2002), aussi ne ferons-nous qu’un simple rappel.

5Alors même que le pays est ravagé par la guerre, un homme se bat pour que soit maintenu un souffle de recherche : à la tête de son équipe, Luis Pais Pinto, directeur du Musée de Benguela, organise autour de sa ville des prospections et des ramassages de surface. En 1976, devenu Musée National d’Archéologie, cette institution peut servir de base à une archéologie qui tente d’associer pratique et théorie. Mais ce n’est qu’à partir des années 1990 qu’une coopération avec le laboratoire d’Archéologie africaine, à tutelle CNRS et Université Paris I, donne corps à un programme dont la fouille des sites de Dungo va constituer le cœur.

6Dans un premier temps, avec l’aide du Ministère des Affaires Étrangères et du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Angola, des échanges se mettent en place. Des chercheurs français viennent exposer leurs travaux pour que, au-delà des simples ramassages de surface, s’ouvre un imaginaire du possible d’où puisse émerger un programme de recherche adapté au contexte local. Dans un deuxième temps, des membres du Musée viennent en France se former à la pratique sur de grands sites d’archéologie programmée ou préventive. Enfin, quelques-uns entreprennent à la Sorbonne une formation à la recherche à travers des travaux de doctorat afin de pouvoir assurer des responsabilités dans la recherche archéologique angolaise.

7Nous ne pouvions nous contenter de ces échanges qui d’un côté restaient abstraits et de l’autre limitaient le nombre de ceux qui pouvaient accéder à une pratique de la discipline. Aussi, à côté de cette formation méthodologique et théorique, l’exploitation du site de Dungo prit toute sa place dans la formation à l’archéologie de terrain en Angola même.

Les objectifs du programme sont doubles

8Vis-à-vis des étudiants, outre un renforcement de la coopération franco-angolaise, se mettent en place des accords avec l’université de Benguela stipulant que cette dernière inclue dans son cursus universitaire un stage de fouille. Il s’agit de sensibiliser les étudiants à la protection de leur patrimoine, qu’ils se destinent ou non à la recherche. Ce pourquoi, à la fouille elle-même, s’ajoutent des visites de sites souvent en proie aux déprédations. À travers une prise de contact avec le sol archéologique, nous cherchons à leur faire comprendre combien la précision de notre travail est essentielle pour assurer la crédibilité de nos résultats et permettre une reconstruction fiable de l’histoire. Par ailleurs, ce n’est que dans ce contact avec le terrain que pourront émerger les archéologues angolais de demain.

9Ce chantier s’ouvre à des archéologues angolais d’autres provinces que celle de Benguela, mais aussi à des chercheurs africains des pays voisins. Chacun venant participer à la formation ou acquérir de nouvelles connaissances, c’est une communauté ouverte à l’échange qui se construit. Que le site inscrive l’Angola comme haut lieu de l’histoire de l’humanité et que des jeunes de Benguela participent à son exploitation jouent un rôle essentiel dans ce programme.

Sur le terrain, la formation se développe sur deux axes

10Chaque stagiaire doit apprendre tous les aspects du travail archéologique ; chacun, quelque soit son statut hors du chantier, doit s’essayer à manipuler la station topographique, à pousser la brouette, à reconnaître au bout de son grattoir le changement de sédiment qui annonce un niveau différent, à dresser le plan d’un sol à forte dénivellation, sans oublier le traitement du matériel prélevé. Parallèlement, des discussions théoriques sur le bord du chantier ouvrent vers une histoire du passé angolais et tentent par exemple de répondre aux interrogations de ceux que trouble cette incursion dans le lointain passé humain au regard de leurs croyances religieuses. Ces débats profitent des compétences présentes, par exemple une leçon de taille expérimentale à l’ombre d’un buisson par un doctorant français ou un cours de géologie dans les gorges du fleuve Dungo que domine le site de Dungo, par un professeur de Luanda.

11Il s’agit aussi, à partir de notre expérience de l’école de fouille que le préhistorien André Leroi-Gourhan a conçue sur le site magdalénien de Pincevent (Seine-et-Marne), d’aider à la formation des cadres angolais de cette école afin qu’ils en assurent le suivi. Comment préparer un travail collectif avec tous les membres du Musée de façon à ce que chacun trouve sa place, comment mener parallèlement une fouille de qualité et un enseignement pratique qui ne laisse personne en route, comment organiser le travail en traquant l’incompréhension des novices, comment conduire la chaîne opératoire du terrain au musée sans oublier une étape ou s’arrêter en cours de route. L’objectif est que cette « école » soit angolaise : l’ensemble de l’équipe du Musée de Benguela a conscience de l’importance du site, et de sa responsabilité dans son exploitation, comme de sa responsabilité vis-à-vis de la communauté scientifique africaine et des générations à venir. C’est pour cela qu’elle peut tenir toute sa place dans l’archéologie africaine en s’appuyant sur l’exploitation de sites aussi exceptionnels que Dungo (fig. 1).

Figure 1 – Aspect du «  chantier école  » de Dungo en 2002

Figure 1 – Aspect du «  chantier école  » de Dungo en 2002

© M. Gutierrez

12Des aléas politiques ont mis en sommeil ce programme dont les premières années avaient été un succès. Mais la volonté de tous les participants semble avoir eu raison des difficultés et tout porte à croire que, dès cette année, ce travail collectif va pouvoir redémarrer.

Les recherches à Baia Farta

13Les recherches archéologiques conduites dans la province de Benguela et plus précisément sur les sites de Dungo, au sud de Baia Farta, s’inscrivent dans un projet de recherche élaboré avec le Musée de Benguela à partir des travaux de terrain réalisés par les membres de ce musée, travaux eux-mêmes inspirés des recherches publiées il y a une cinquantaine d’années. En effet, depuis la fin des années 1950, plusieurs auteurs rendaient compte de l’existence de matériel lithique d’origine anthropique dans la région (Neto 1961 ; Soares de Carvalho 1960 ; Ervedosa 1980). Ils indiquaient la « présence de belles pièces d’industrie paléo lithique » dans des niveaux considérés comme des paléo-plages. Pour certains d’entre eux, il s’agissait de plages soulevées par une activité tectonique, tandis que pour d’autres ces plages témoignaient seulement des niveaux plus élevés de la mer.

14En ce qui concerne les sites où nous travaillons actuellement, Dungo IV en particulier, les cotes sont de 90-100 mètres par rapport à la mer (fig. 2).

Figure 2 – Le site de Dungo IV au sommet de la colline

Figure 2 – Le site de Dungo IV au sommet de la colline

© M. Gutierrez

Stratigraphie des sites de Dundo

– Dungo IV

15Le choix du site Dungo IV résulte ainsi d’informations d’origine diverse. Les géologues indiquaient que du matériel lithique se trouvait sur des niveaux de conglomérat recouverts par du sable. Des prospections et des sondages, réalisés à différents niveaux ont permis de reconnaître la stratigraphie globale du site. Nous avons alors pu choisir, au bord d’une terrasse de 100 mètres, un endroit qui permettait d’avoir toute la stratigraphie sans avoir à rencontrer une trop épaisse couche de sable au-dessus du niveau du conglomérat. Il faut préciser que ce niveau de sable peut atteindre, en effet, par endroit, plusieurs mètres, ce qui rend à terme la fouille dangereuse.

16Le site de Dungo IV présente ainsi quatre niveaux stratigraphiques. Une couche stérile de sable rouge de surface est suivie d’une couche de sable à granulométrie plus grosse contenant du matériel lithique. Vient ensuite un niveau de gros galets qui tantôt est séparé du conglomérat par une fine couche de sable, tantôt est directement à son contact.

17Du point de vue de la fouille archéologique, plusieurs choix méthodologiques ont été opérés. Le premier est celui de la surface des carrés de fouille : nous avons choisi de faire des carrées de grandes dimensions 10 m x 10 m pour avoir une vision la plus large possible de l’espace fréquenté ou occupé par les hommes du passé. Ensuite, nous avons opté pour la fouille fine, seule capable, à notre avis, de fournir des informations sur ces groupes ou sociétés du passé.

  • 2 Il est fort possible que pour des archéologues habitués à travailler dans de bonnes conditions, en (...)

18Ces choix sont indicateurs de notre conception palethnologique de la préhistoire, qui implique que nous ne nous limitions pas à la seule étude typologique du matériel, mais que nous cherchons aussi et surtout à reconnaître les activités humaines à travers l’étude des sites et des productions2.

19Ainsi, avons-nous mis en évidence, à Dungo IV, sur les 100 m2 du carré M10, deux niveaux archéologiques bien distincts. Le plus récent pourrait correspondre aux industries acheuléennes citées par nos prédécesseurs ; outre la présence de bifaces, un ensemble d’éclats, regroupés autour d’un grand bloc, correspond apparemment à un poste de débitage. Le niveau le plus ancien, celui à galets, qui se trouve au contact du conglomérat, présente une grande quantité de pièces lithiques, parmi lesquelles les choppers constituent le vestige majeur. Ils ont souvent été façonnés sur des galets semblables à ceux présents à proximité, ce qui conduit à supposer que les tailleurs ont utilisé la matière première disponible à portée de leurs mains.

20Les vestiges lithiques sont importants et la fouille méthodique permet d’avancer l’hypothèse de l’existence de deux faciès distincts. Mais, force est de constater que Dungo IV n’a livré jusqu’à présent que du matériel lithique.

  • 3 En ce qui concerne la nature des sédiments, il y a dans la littérature archéologique africaniste un (...)

21Aucun fragment osseux, résidus alimentaire ou technique, n’a été trouvé. L’absence de matières périssables pouvait correspondre à une question de taphonomie liée à la nature des sédiments3, ou à la position du site à proximité de la mer et en bordure d’un fleuve. À la fin des années 1990, il nous a paru que si nous voulions trouver de l’os, il nous fallait chercher de l’os. C’est avec cet objectif que nous avons entrepris la prospection d’une vaste cuvette identifiée comme un paléo-lac qui, par sa forme et sa position en réserve par rapport à la mer et au fleuve, présentait, à notre avis, les conditions idéales de conservation de ce type de vestige (fig. 3).

Figure 3 – Aspect du paléo lac

Figure 3 – Aspect du paléo lac

© M. Gutierrez

– Dungo V

22La découverte de nombreux fragments osseux, en surface et à faible profondeur, nous conduisit à ouvrir un nouveau chantier dans la région du paléo lac. Dungo V offrait un assemblage de vestiges où se mêlaient du matériel osseux et de nombreuses pièces lithiques.

23La fouille de Dungo V nous permit de mettre en évidence l’existence de restes osseux en connexion anatomique sur une longueur de près de 6 mètres, qui correspondaient aux vestiges de la tête et d’une partie de la colonne vertébrale d’une baleine (Gutierrez et al. 2001). Le mammifère marin est venu s’échouer sur la rive sud du paléo-lac, qui est, dans les faits, un bras de mer ou une vaste lagune maritime. La présence d’un peu plus de 50 pièces lithiques à l’intérieur de l’animal, entre les vertèbres et les côtes, laisse peu de place au doute sur l’exploitation de cette ressource providentielle : des hommes, équipés de choppers et de grands éclats, se sont adonnés au charognage de cette masse importante, et peut-être inattendue, de viande. Par ailleurs le matériel lithique de Dundo V est similaire à celui trouvé dans le niveau le plus ancien de Dungo IV.

24La présence de nombreux restes de faune marine, Pecten, huîtres, Rotula orbiculus, mélangés à du matériel lithique confirme cette association entre hommes et faune marine. Il s’agit bien d’une plage que les hommes ont occasionnellement occupée ou, pour le moins, sur laquelle ils sont venus, laissant des traces de leur passage. La présence de faune marine, et en particulier l’existence de coquilles d’huître, allait nous permettre de développer deux axes de recherche. D’une part, il devenait possible d’identifier une manière d’exploiter l’environnement et d’acquérir des produits de la mer par charognage de gros gibier échoué ou ramassage de coquillages ; d’autre part nous pouvions développer une première approche chronologique de Dungo V et, probablement, des occupations de l’ensemble de la région.

– Dungo XII

25Le site de Dungo XII se trouve face à celui de Dungo IV, sur la rive gauche du fleuve Dungo à environ 100 mètres d’altitude par rapport au niveau actuel de la mer. Le site occupe une position topographique privilégiée, comme Dungo IV, face à la mer, en bordure d’un fleuve et en hauteur.

26Lors d’une campagne de prospection réalisée alors que nous travaillions déjà à Dungo IV, nous avons trouvé de nombreuses pièces lithiques en surface, dont de grands bifaces, qui nous ont conduit à programmer une nouvelle campagne de prospection et de sondages. La campagne de terrain conduite en 2008 a permis de réaliser deux sondages de 9 m2 chacun. Le premier a été réalisé à 50 mètres de la bordure de la colline côté mer et à la même distance côté fleuve, le deuxième un peu plus vers l’intérieur à une centaine de mètres de chaque bord de la colline.

27Les résultats sont très importants car ils montrent une forte similitude avec les données de Dungo IV, en particulier. Ainsi, le niveau du sommet est constitué de sable rouge sans matériel archéologique, puis les premiers éclats se trouvent dans le niveau sous-jacent et la plus grande concentration de matériel archéologique, 30 pièces lithiques, se trouve dans le niveau de base en contact avec le conglomérat. Ainsi, outre la richesse potentielle du site, les sondages effectués à Dungo XII permettent d’envisager une stratigraphie proche de celle de Dungo IV.

La chronologie de Dungo

28La datation des niveaux de plages (soulevées ou en place selon les géologues) ne faisant pas l’objet d’un consensus, c’est aussi la datation des niveaux de Dungo qui se trouve en question. Pour certains auteurs, il s’agit de plages soulevées datant du Quaternaire, tandis que pour d’autres, la hauteur de ces plages ne serait pas le résultat d’une activité tectonique identifiable dans le temps et serait donc sans rapport avec la chronologie.

29Pour M. Neto (1961), par exemple, les plages soulevées de la région de Baia Farta seraient datées du Pléistocène et résulteraient d’une activité tectonique (Gutierrez 2008). Tandis que pour Soares de Carvalho (1960), il s’agit de terrasses quaternaires et la base des hautes terrasses se trouverait directement sur des dépôts tertiaires, soit le conglomérat, contenant du matériel lithique. Sans dater directement les vestiges lithiques, Soares de Carvalho semble penser que leur situation conduirait à les placer entre la fin du Tertiaire et le début du Quaternaire. Enfin, M. Feio (1960) essaye de comparer les terrasses de la province de Benguela avec des niveaux marins européens pour établir un cadre chronologique. Il pense qu’à 175 mètres de hauteur, les terrasses sont contemporaines du Calabrien, tandis que celles se trouvant entre 93 et 95 mètres seraient contemporaines du Sicilien I. Il indique que le matériel lithique trouvé sur place se trouve sur un niveau de conglomérat qui « doit être Calabrien ».

Des mesures U/Th

30C’est dans ce contexte de datations relatives que nous avons entrepris une approche chronologique différente qui passe par la datation en laboratoire. Le problème qui s’est posé d’emblée est celui de l’objet qui pouvait se prêter aux méthodes actuelles de datation. C’est à Gif-sur-Yvette qu’un début de réponse nous a été apporté, quand J.-L. Reyss nous a proposé de faire des mesures U/Th sur des coquilles d’huître qui se trouvaient dans les niveaux archéologiques de Dungo V. La datation obtenue est de 350 000 ans pour le niveau contenant le squelette du rorqual, niveau qui comporte également de nombreuses pièces lithiques. Cette première date est très importante car elle établit pour la première fois un cadre chronologique vérifiable. Toutefois, la date obtenue correspond aussi aux limites de la méthode. Aussi, pouvons-nous argumenter que les vestiges de Dungo V avaient très probablement plus de 350 000 ans, mais, il est vrai, sans savoir exactement à quel âge nous arrêter.

Datation par durée d’enfouissement

31La publication par une équipe du Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (CEREGE) d’Aix-en-Provence (Lebatard et al. 2008) de la datation absolue de sédiments argilo-sableux tchadiens (Erg du Djourab, nord du bassin du lac Tchad) où furent découverts de nombreux restes fossilifères dont le crâne de Toumaï (Sahelanthropus tchadensis ; Brunet et al. 2002) nous a conduit à envisager la possibilité d’une autre approche chronologique. Cette équipe avait utilisé pour réaliser ces datations le béryllium 10 (10Be) produit dans l’atmosphère lors de l’interaction entre le rayonnement cosmique et les atomes atmosphériques d’oxygène et d’azote. Toutefois, en l’absence de dépôts sédimentaires appropriés, il est rapidement apparu que cette approche ne pouvait être appliquée à Dungo IV et V et qu’il était préférable dans le contexte archéologique de ces sites d’utiliser la méthode de datation par durée d’enfouissement détaillée ci-dessous.

  • 4 Les quatre pièces datées proviennent d’une faille profonde du conglomérat à la base du carré M10 à (...)

32L’âge de quatre outils en quartz (fig. 4 et 5) provenant du site de fouille Dungo IV4 (12° 40’ 02’’ S, 13° 09’ 1717 E) a donc été établi grâce à la méthode de datation par durée d’enfouissement. Cette technique, développée depuis une dizaine d’années afin de déterminer l’âge d’enfouissement de substrats contenant des minéraux siliceux et préalablement exposés au rayonnement cosmique (ex : Granger & Muzikar 2001), est basée sur la décroissance radioactive relative de l’26Al (aluminium 26) et du 10Be (béryllium 10). Ces deux nucléides, dits nucléides cosmogéniques, s’accumulent en effet au sein (production in situ) du minéral quartz (SiO2) avec un rapport de production 26Al/10Be = 6,8 suite à des réactions nucléaires induites essentiellement sur les atomes de silicium (Si) et d’oxygène (O) présents dans les roches exposées à la surface de la croûte terrestre par les particules énergétiques issues du rayonnement cosmique. La concentration initiale de ces nucléides cosmogéniques dans les dépôts et roches de surface dépend dès lors non seulement du temps d’exposition au rayonnement cosmique du minéral d’intérêt mais également du taux d’érosion affectant la roche hôte (Gosse & Philips 2000). Le rayonnement cosmique étant très efficacement atténué par la croûte terrestre, l’enfouissement de la surface préalablement exposée sous quelques mètres de dépôts induit une réduction du flux des particules énergétiques efficaces suffisante pour rendre la production de l’26Al et du 10Be négligeable. En l’absence de production, les concentrations initiales de chacun des nucléides cosmogéniques commencent dès lors à décroître du fait de la désintégration radioactive qui est fonction de leur demi-vie respective, soit pour l’26Al : 0,717 ± 0,017 Ma (Millions d’années ; Granger 2006) et pour le 10Be : 1,387 ± 0,012 Ma (Korschinek et al. 2010 ; Chmeleff et al. 2010). La concentration en 26Al diminue donc environ 2 fois plus vite que celle en 10Be et le rapport 26Al/10Be décroît exponentiellement avec une demi-vie apparente de 1,48 Ma. Cette méthode offre donc un moyen de dater des minéraux de quartz enfouis entre 100 ka (cent mille ans) et environ 5 Ma (Granger & Muzikar 2001).

Figures 4 et 5 – Pièces lithiques datées de Dungo IV

Figures 4 et 5 – Pièces lithiques datées de Dungo IV

© M. Gutierrez

33La méthode de datation par âge d’enfouissement, d’abord utilisée pour dater des graviers de quartz dans des grottes afin d’établir des taux d’incision d’une rivière (Granger & Muzikar 2001), a ensuite été appliquée avec succès sur plusieurs sites d’intérêt paléontologique et archéologique. En effet, cette méthode a permis de dater les sites à hominidés de la grotte de Sterkfontein en Afrique du Sud à ~4,1 Ma (Partridge et al. 2003), puis de celle de Sima del Elefante à Atapuerca en Espagne à ~1,1 Ma (Carbonell et al. 1996). Plus récemment, elle a été employée sur un site de l’Acheuléen précoce, proche de la ville de Windsorton en Afrique du Sud, pour déterminer l’âge de la formation de Rietputs, estimée entre 1,2 et 1,7 Ma (Gibbon et al. 2009). Enfin, sur le site de Zhoukoudian en Chine, elle a entraîné une remise en question de l’âge de l’Homo erectus ou « homme de Pékin », qui est désormais estimé à ~0,8 Ma (Guanjun Shen et al. 2009).

34Cette méthode de datation consiste tout d’abord en une phase de broyage des échantillons et de purification physico-chimique des quartz qui les constituent. Les minéraux quartz ainsi isolés sont ensuite décontaminés lors d’une série de dissolution séquentielle dans de l’acide fluorhydrique (HF) afin d’éliminer toute contribution autre que celle résultant de la production in situ. Environ 40 g de quartz ainsi décontaminés subissent enfin une dissolution totale dans HF. Après ajout d’une quantité connue d’entraîneur 9Be, les éléments dissous dans la solution obtenue sont fixés sur des résines échangeuses d’ions permettant ensuite de séparer par chromatographie successivement le béryllium puis l’aluminium. Enfin, séparément et pour chacun de ces éléments, les hydroxydes obtenus suite à des précipitations en milieu basique sont oxydés et les oxydes résultants conditionnés pour la mesure des rapports isotopiques 10Be/9Be et 26Al/27Al auprès de l’instrument national spectromètre de masse par accélérateur ASTER (Aix-en-Provence). Les concentrations en 27Al nécessaires aux calculs des concentrations en 26Al à partir des mesures des rapports 26Al/27Al ont été mesurées au CEREGE par ICP-OES. Par ailleurs, les concentrations en 26Al (tabl. 1) sont normalisées au standard interne SM-AL-12 dont la valeur nominale de (7,401 ± 0,064)10-12 a été calibrée relativement à des standards primaires dans le cadre d’une campagne internationale de calibration croisée (Merchel & Bremser 2004, 2005). Les concentrations en 10Be (tabl. 1) sont normalisées au standard de référence NIST SRM 4325 auquel, suite aux travaux de Nishiizumi et al. (2007), est assignée une valeur du rapport 10Be/9Be de (2,79 ± 0,03)10-11. Les incertitudes analytiques reportées à ±1σ incluent :

Tableau 1 – Concentrations en 26Al et 10Be produits in situ et âges d’enfouissement

Échantillons

26Al] (106 at g-1)

[10Be] (106 at g-1)

[26Al]/[10Be]

Âge d’enfouissement (Ma)

DUNGO IV-1389

1.898

±

0.066

0.546

±

0.017

3.477

±

0.164

1.124

±

0.087

DUNGO IV-1397

3.935

±

0.136

1.033

±

0.034

3.811

±

0.180

0.771

±

0.083

DUNGO IV-1420

1.265

±

0.059

0.603

±

0.017

2.097

±

0.115

2.014

±

0.094

DUNGO IV-1426

0.529

±

0.023

0.178

±

0.006

2.978

±

0.163

1.623

±

0.108

Les incertitudes (±1σ) incluent seulement les incertitudes analytiques et ne peuvent être utilisées que pour comparer des âges d’enfouissement

  1. la variabilité instrumentale établie de manière conservatrice à 0,5% suite à des mesures répétées sur le long terme de matériaux références,

  2. l’erreur statistique liée au nombre d’événements détectés,

  3. pour le 10Be, la propagation de l’incertitude associée à la correction du bruit de fond instrumentale et chimique mesurée à (2,94 ± 0,58)10-15,

  4. pour l’26Al, la propagation de l’incertitude associée à la mesure de la concentration en 27Al. Les concentrations obtenues pour ces deux éléments permettent de calculer un rapport 26Al/10Be propre à chaque échantillon et par conséquent de déterminer l’âge d’enfouissement correspondant (tabl. 1). Les incertitudes associées aussi bien aux rapports qu’aux âges résultent de la propagation des incertitudes précédemment reportées et décrites.

35Ces données sont présentées sur un graphique (fig. 6) montrant l’évolution du rapport des concentrations 26Al/10Be en fonction de la concentration en 10Be. Trois champs limités par deux courbes apparaissent alors. Au-dessus et à droite des courbes se trouve la « zone interdite » où les résultats ne peuvent être géologiquement interprétés. Entre les deux courbes, l’îlot des états stationnaires englobe l’ensemble des possibilités pour des échantillons de surface ayant subi une simple exposition au rayonnement cosmique et affectés par différents taux d’érosion. La zone située au-dessous des courbes correspond à la zone où les résultats ne peuvent être interprétés qu’en invoquant un épisode d’enfouissement.

Figure 6 – Evolution du rapport 26Al/10Be en fonction des concentrations en 10Be pour les objets en quartz du site Dungo IV, Région de Baia Farta, Angola

Figure 6 – Evolution du rapport 26Al/10Be en fonction des concentrations en 10Be pour les objets en quartz du site Dungo IV, Région de Baia Farta, Angola

La courbe supérieure noire et épaisse correspond à des roches exposées au rayonnement cosmique pendant des temps finis sous des conditions érosives nulles. La courbe inférieure noire et épaisse correspond à des roches dont les durées d’exposition sont infinies pour des taux d’érosion finis. La zone grisée inclut toutes les surfaces en cours d’érosion. Les courbes noires fines caractérisent des durées d’enfouissement entre 0,7 et 2,1 Ma. Les courbes grises indiquent différents taux d’érosion

© A.-E. Lebatard

36Les résultats obtenus pour chacun des quatre outils ont été reportés sur ce graphique (fig. 6). Ils situent clairement les outils dans la zone d’enfouissement. Ces résultats suggèrent un enfouissement plus ancien que 0,69 Ma et plus récent que 2,11 Ma, et une vitesse d’érosion de la surface exposée au-dessus de ces outils comprise entre 4,20 m/Ma et 0,75 m/Ma. Les âges d’enfouissement obtenus pour ces quatre objets en quartz (tabl. 1) sont répartis entre 0,77 ± 0,08 Ma pour le plus jeune (Dungo IV-1397) et 2,01 ± 0,09 Ma pour le plus vieux (Dungo IV-1420). Les âges d’enfouissement mesurés dans cette étude sont relativement proches de ceux déterminés pour la Formation de Rietputs (contenant des artefacts de l’Acheuléen précoce en Afrique du Sud, Gibbon et al. 2009) et de ceux estimés sur le site acheuléen de Bouri dans le Middle Awash en Ethiopie (Clark et al. 2003). Ces travaux représentent la première estimation d’âges d’enfouissement de sites archéologiques situés dans l’Ouest africain. Il est a noter que les taux d’érosion définis pour la surface exposée au-dessus des outils sur le site de Dungo IV sont très faibles.

Dungo v : site de charognage d’un rorqual

Description du rorqual

37Le squelette de la baleine est uniformément recouvert d’une croûte calcaire épaisse et très dure. Bien que très fragmenté il est en connexion partielle pour sa partie antérieure (fig. 7), qui s’étend sur près de 6 mètres de la pointe du rostre jusque vers le milieu ou la fin de la partie lombaire de la colonne vertébrale ; cette partie comporte 4 segments plus ou moins alignés E -W :

  • Le crâne couché sur sa face dorsale est dépourvu de sa mandibule ; son axe longitudinal est orienté N 240 ; la face occipitale, qui fait un angle de 45° avec le toit crânien, est partiellement brisée et détachée ; le toit crânien présente une surface régulière, sans relief particulier ; le rostre est très fragmenté, il lui manque presque toute sa moitié droite ; le crâne est long d’au moins 2,5 m, dont 1,5 m pour le rostre qui s’étend vers l’avant sans courbure dans l’alignement du toit crânien ; la largeur du rostre à sa base dépasse 95 cm et son épaisseur à ce niveau est d’environ 10 cm sur le bord latéral, ce qui est considérable.

Figure 7 – Baleine (Balaenoptera sp.) de Dungo V : vue de l’avant du squelette

Figure 7 – Baleine (Balaenoptera sp.) de Dungo V : vue de l’avant du squelette

© M. Gutierrez

  • Un tympanique droit isolé (fig. 8) a été retrouvé à 3 m en aval du crâne. Il est long de 100 mm pour un diamètre transversal de 59 mm et une hauteur supérieure à 72 mm. La forme générale est ovoïde ; la face inférieure est ovalaire, très faiblement convexe et faiblement carénée. L’os est morphologiquement très semblable à trois tympaniques de Balaenoptera prisca du Pliocène de Montpellier décrits par M. Gennevaux & F.  Roman (1922 : 33-34), mais il est d’un tiers plus gros. En dehors de sa taille il ne s’en distingue guère que par son bord postérieur presque rectiligne et sa face interne moins renflée, munie d’une dépression supéro-médiane moins marquée.

Figure 8 – Balaenoptera sp. de Dungo V : os tympanique droit

Figure 8 – Balaenoptera sp. de Dungo V : os tympanique droit

© M. Gutierrez

  • La partie la plus postérieure du crâne, détachée du calvarium, et les vertèbres cervicales réunies en un seul bloc par la croûte calcaire. Sur le bord nord de ce bloc apparaît une petite apophyse verticale que nous considérons comme l’apophyse coronoïde d’une hémimandibule.

  • Le thorax qui compte une bonne douzaine de vertèbres dont plusieurs regroupées en connexion ; une douzaine de côtes sont présentes côté sud, les 3 ou 4 premières plus grosses, encore articulées et perpendiculaires à la colonne, les suivantes regroupées en faisceau plus ou moins parallèle à la colonne ; il n’y a que deux côtes au Nord, plus ou moins recouvertes par des vertèbres isolées disposées à plat ; le diamètre transversal moyen des côtes, dont la section est ronde ou en ellipse épaisse, est en moyenne de 60 à 70 mm, la valeur maximale observée est 101 mm ; toutes les côtes sont tronçonnées (aucun tronçon ne dépasse 25 cm) mais souvent ressoudées en place.

  • La partie lombaire compte une quinzaine de vertèbres dont les huit premières sont en connexion, formant un ensemble orienté N 280 ; la neuvième est détachée vers le Sud, et disposée à plat ; les trois dernières constituent un bloc orienté N 340. La vertèbre que nous considérons comme neuvième lombaire (L9) a un centrum long de 114 mm en face ventrale, dont l’articulation postérieure est large de 198 mm et haute de 173 mm ; la hauteur totale de la vertèbre, qui ne possède pas de neurépine, atteint 270 mm ; les apophyses latérales sont cassées mais paraissent courtes.

38Au-delà de ces 4 segments se trouve à 3 m au SE un ensemble de 7 vertèbres disposées à plat, correspondant aux dernière lombaires et aux premières caudales. L’une d’entre elles, isolée, possède un centrum long de 95 mm en face ventrale, dont l’articulation postérieure est large de 200 mm et haute de 181 mm ; la hauteur totale de la vertèbre atteint 285 mm pour une largeur maximale estimée à 440 mm ; la neurépine est courte et inclinée en arrière, les apophyses latérales épaisses sont inclinées vers le bas.

39Des débris osseux se trouvent concentrés au NE et au N de la partie en connexion. Parmi eux ont été recueillis le tympanique isolé et un fragment de mandibule. Ce dernier présente une section semi-elliptique convexe latéralement dont le diamètre transversal atteint 66 mm pour une hauteur de 140 mm ; le canal dentaire est bien visible. Nous n’avons pas retrouvé d’éléments du squelette des membres.

Détermination

40En dépit de sa croûte calcaire de recouvrement et de ses très nombreuses fractures, le squelette de baleine de Dungo V nous autorise une détermination générique :

41Le fragment de mandibule édenté, plan médialement et convexe latéralement, la nette symétrie bilatérale du crâne et l’aspect de la face ventrale du rostre montrent que nous avons affaire à un Mysticète. L’alignement de la face dorsale du rostre, qui est rectiligne, avec le toit crânien, la platitude de ce dernier ainsi que la largeur du rostre à sa base plaident en faveur d’un représentant de la famille des Balaenoptéridés, qui compte deux genres vivants, Balaenoptera et Megaptera, apparus au Miocène supérieur ou au Pliocène ancien, et un certain nombre de genres fossiles souvent mal définis (Bourdelle & Grassé 1955 ; Dechaseaux 1961 ; de Muizon & Guérin 1996 ; Deméré et al, 2005) ; l’apophyse coronoïde de l’hémimandibule conforte notre attribution familiale. L’allure générale du crâne correspond bien au genre Balaenoptera mais pas du tout au genre Megaptera. La morphologie du tympanique et la section de l’os dentaire confirment notre détermination générique (Van Beneden & Gervais 1880).

42Nous sommes donc en présence d’un rorqual (genre Balaenoptera Lacépède, 1804), dont la longueur devait dépasser une douzaine de mètres puisque dans ce genre le crâne représente 20 à 24 % de la longueur totale (Deméré 1986).

43Reste à déterminer l’espèce. K. H. Barnard (1954) considère qu’actuellement 5 espèces de rorquals sont présentes au large des côtes du Sud de l’Afrique, sur lesquelles elles sont susceptibles de s’échouer : Balaenoptera musculus Linné, 1758, B. physalus Linné, 1758, B. borealis Lesson, 1828, B. brydei Olsen, 1912 et B. acutorostrata Lacépède, 1804. Elles existent au moins depuis le Pléistocène, le genre étant connu depuis le Pliocène ancien. Toutes ont une répartition quasi mondiale (Carwardine 1996 ; Wandrey 1999). Les deux premières sont nettement plus grandes que la baleine de Baia Farta mais leur rostre est beaucoup plus mince en arrière de ses bords latéraux ; les trois dernières sont plus petites et leurs os sont par ailleurs plus graciles.

44Les révisions des Balaenoptera fossiles par T. A Deméré (1986), puis des Balaenoptéroïdes par Deméré et al. (2005), retiennent une douzaine d’espèces pour le Plio-Pléistocène de l’Atlantique Nord et de la Méditerranée.

45Six sont définies dans le Pliocène de la région d’Anvers en Belgique :

  • Balaenoptera borealina Van Beneden, 1880, du Pliocène (Zanclien) de la région d’Anvers en Belgique ; l’espèce est maintenue dans le genre Balaenoptera par Deméré et al. (2005).

  • « Balaenoptera » garopii (Van Beneden, 1872) du Pliocène (Zanclien) de la région d’Anvers en Belgique, doit être attribuée selon Deméré et al. (2005) au genre Plesiocetus dont il constituerait l’espèce-type.

  • B. rostratella Van Beneden, 1880 du Pliocène (Zanclien) de la région d’Anvers en Belgique ; l’espèce est maintenue dans le genre Balaenoptera par Deméré et al. (2005). La taille serait du même ordre que celle de l’actuel B. acutorostrata.

  • B. minutis (Van Beneden, 1880) du Pliocène (Zanclien) de la région d’Anvers en Belgique ; l’espèce est maintenue dans le genre Balaenoptera par Deméré et al. (2005).

  • B. similis (Van Beneden, 1872) du Pliocène (Zanclien) de la région d’Anvers en Belgique ; c’est une petite espèce, qui est maintenue dans le genre Balaenoptera par Deméré et al. (2005).

  • B. sibbaldina Van Beneden, 1880 du Pliocène (Zanclien) de la région d’Anvers en Belgique ; l’espèce est maintenue dans le genre Balaenoptera par Deméré et al. (2005). La taille est celle d’un rorqual bleu actuel.

46Cinq proviennent du Pliocène d’Italie :

  • « Balaenoptera » capellinii (Brandt, 1873), du Pliocène (Plaisancien) de San Lorenzo ; doit être attribuée selon Deméré et al. (2005) au genre Cetoteriophanes. Pour ces même auteurs C. capellinii pourrait être congénérique, voire conspécifique, de « B. » cortesii portesii.

  • Balaenoptera cortesii (Fischer, 1829), du Pliocène (Plaisancien) du Monte Zago pourrait être un Balaenoptera d’après Deméré et al. (2005). C’est une petite espèce dont la mandibule est longue d’environ 115 cm.

  • « Balaenoptera » cortesii portisii Sacco, 1890, du Pliocène (Plaisancien) de Montafia en Italie. Pour Deméré et al. (2005) ce taxon synonyme de « Balaenoptera » floridana du Pliocène d’Amérique du Nord doit être placé dans un genre nouveau, à définir.

  • « Balaenoptera ». cuvieri (Fischer, 1829), du Pliocène (Plaisancien) du Monte Pulgnasco ; appartient selon Deméré et al. (2005) à un genre nouveau, à définir. Un squelette complet constituant l’holotype de l’espèce mesurait 7 m de long.

  • « Balaenoptera » galstadii (Strobel, 1875), du Pliocène (Plaisancien) de Cortandone. appartient selon Deméré et al. (2005) à un genre nouveau d’Eschrichtiidae, à définir. La taille est petite.

47Une autre espèce, Balaenoptera prisca (Gervais, 1855), longue de 7 à 8 m et dont T.A. Deméré ne parle pas, a été découverte en France, dans le Pliocène de Montpellier (Gennevaux & Roman 1922). Le binôme n’a rien à voir avec Balaenoptera prisca (Leidy, 1851), résultant d’une nouvelle combinaison de Balaena prisca Leidy, 1851 réalisée par Cope en 1868, puis attribué ultérieurement à d’autres genres. C’est donc le taxon de Gervais qui a priorité.

48« Balaenoptera » floridana Kellog, 1944 est définie dans le Mio-Pliocène de Floride. Elle appartient selon Deméré et al. (2005) à un genre nouveau, à définir, et serait synonyme de B. cortesii portisii.

49Enfin trois autres taxons sont définis chacun à partir d’une bulle tympanique incomplète dans le Pléistocène (Red Crag) de Felixstow (Suffolk, Angleterre) : Balaenoptera definata (Owen, 1844), B. emarginata (Owen, 1844) et B. gibbosa (Owen, 1844). Tous trois sont considérés par Deméré et al. (2005) comme des nomina dubia car fondés sur des restes non diagnostiques.

50Selon les données de Deméré (1986) et Deméré et al. (2005), sept de ces espèces sont trop petites pour correspondre à la baleine de Dungo V : « Balaenoptera » cuvieri est bien plus petit. Balaenoptera minutis, B. similis, B. cortesii, « B. » gastaldii et B. prisca ont toutes des dentaires dont la longueur montre que leurs crânes sont bien plus courts. B. rostratella est plus petit. « B. » cortesii portisii a un crâne plus court de 1/5 que celui de Dungo. Plesiocetus garopi et surtout Balaenoptera sibbaldina sont plus gros. Le rostre étroit et les petites bulles tympaniques de Cetotheriophanes capellinii ne permettent pas de lui rapporter la baleine de Dungo V. Enfin Balaenoptera borealina est trop mal définie pour qu’une comparaison soit possible : Deméré et al. (2005) estiment que, faute d’holotype désigné et de caractères anatomiques diagnostiques, « its recognition as a valid taxon is suspect ». Il n’est donc pas possible, dans l’état actuel de nos connaissances, d’attribuer le rorqual de Dungo V à une des espèces de Balaenoptéroïdes plio-quaternaires présentement connues. Nous la désignons donc Balaenoptera sp.

Les Cétacés du Plio-Pléistocène d’Afrique

51Très peu de choses sont connues sur les Cétacés du Plio-Pléistocène de l’ensemble de l’Afrique, et L.G. Barnes & E. Mitchell (1978), s’ils recensent quelques trouvailles, ne donnent aucune détermination, même générique, pour toute cette période. Dans le Pliocène d’Afrique du Sud, Q.B. Hendey (1970) signale à Langebaanweg la présence d’au moins une espèce de Cétacé dans la carrière E, représentée par des vertèbres dont la plus grosse atteint la taille d’une vertèbre d’orque (Orcinus orca) long de 5 à 6 m, et par un cubitus dont les dimensions et proportions correspondent à un Balaenoptera borealis de près de 14 m.

52Quelques gisements paléolithiques avec des restes de Cétacés sont par ailleurs signalés en Afrique australe, comme Cape Hangklip et Klasies River Mouth :

53Cape Hangklip, au SW du Cap, a livré une industrie de l’Acheuléen tardif (120 000 à 140 000 ans). C’est un site secondaire partiellement enfoui dans des sables consolidés qui recouvrent la plage fossile haute de 60 pieds, soit 18 m ; il y existe une faune avec des Mammifères marins, mais rien n’a été publié à son sujet (Mabbutt 1951 ; Gatehouse 1955 ; Sampson 1972). R.P. Gatehouse (1955) note que Cape Hangklip correspond aux deux niveaux de plages fossiles de 60 et 25 pieds, soit 20 et 8 m, beaucoup plus bas donc -et a fortiori bien plus récentsque le niveau de 60 m de Dungo V.

54Klasies River Mouth (Eastern Cape province) est un ensemble de grottes et d’abris-sous-roche du Middle et du Late Stone Age (Klein 1976 ; Singer & Wymer 1982 ; Binford 1984). Dans les Upper and Lower Middens de la Cave I (LSA, 5000 à 1000 ans BP), on trouve des restes de consommation humaine ; par ordre décroissant, il s’agit surtout de poissons, oiseaux, coquillages, et aussi de grands mammifères terrestres (dont 6 espèces d’antilopes), de buffles et d’hippopotames ; les phoques ne sont pas rares ; on trouve incidemment des dauphins et des baleines échoués. Dans le site KRM 1, les restes d’au moins 13 dauphins et deux ou trois baleines ont été découverts dans les couches du Middle Stone Age (Klein 1976, repris par Singer & Wymer 1982 et Binford 1984) ; pour R.G. Klein (1980), ces niveaux, qui datent d’une centaine de milliers d’années, constituent grâce à leur grand nombre de restes de pinnipèdes, manchots et coquillages le plus ancien témoignage d’une exploitation humaine systématique des ressources marines. G. Isaac (1971) estime quant à lui qu’on ne connaît pas de traces de l’exploitation de ressources marines en Afrique avant le Pléistocène supérieur et l’Holocène.

55Enfin Q. B. Hendey (1974 : 53) note que des restes de Cétacés holocènes ne sont pas rares dans les sites archéologiques proches de la côte actuelle, et que d’autres, mêlés à des fossiles terrestres et marins, ont été trouvés à Milnerton près du Cap.

L’exploitation des Cétacés par les Hommes fossiles

56La récupération de restes de Cétacés au cours des temps préhistoriques est attestée sporadiquement. Il n’en demeure pas moins que ces données sont très rares et le sont de plus en plus à mesure qu’on remonte le temps. Par ailleurs certaines déterminations anciennes sont sujettes à caution. F. Poplin (1983) a ainsi vérifié que les prétendus restes de Cétacés découverts dans le Paléolithique ancien du Vallonnet (Alpes-Maritimes) ne sont en fait que « un fragment de calcanéum d’éléphant et une canine d’ours très érodée ». Il a recensé les découvertes pour l’ensemble du Paléolithique français et n’en retient que six dont trois certaines, toutes dans le Paléolithique supérieur.

57À partir de cette période, les Cétacés semblent d’abord avoir servi de source de matière première pour l’industrie osseuse, les dents, notamment de cachalot, sculptées ou non, étant un des principaux produits. Des carcasses ont toutefois été consommées, bien qu’il soit plus difficile d’en trouver trace. G. Clark (1947) se fonde sur des archives historiques britanniques, néerlandaises et scandinaves pour estimer qu’au moins en Europe nord-occidentale la consommation de viande et de lard récupérés sur de grandes baleines échouées a dû être importante au Paléolithique ; à son avis et pour des raisons de développement technologique seuls les petits Cétacés (les marsouins par exemple) ont pu être chassés, et seulement à partir de la fin de cette période, mais les échouages accidentels des grandes espèces ont toujours été fréquents. P.F. Cassoli et al. (1987) et M. Piperno & A. Tagliacozzo (1992) signalent la consommation de Cétacés dans l’Holocène ancien de la grotta dell’Uzzo en Sicile : dans ce site l’activité humaine montre au cours du Mésolithique une exploitation de plus en plus intense des ressources maritimes, essentiellement les poissons et les mollusques mais aussi des dauphins (Delphinus, Grampus et Globicephala) et même des baleines de très grande taille (cachalot et/ou baleinoptère) ; les cétacés proviennent d’un niveau prénéolithique daté de 8130 ± 80 ans BP. Les auteurs établissent à cette occasion une analogie avec des populations aborigènes actuelles d’Australie qui consomment des baleines échouées. D. R. Yesner (1988) fait une remarque du même ordre (concernant les fuégiens modernes) à propos de sites archéologiques des îles Aléoutiennes ou, sur certains d’entre eux, les baleines échouées auraient fourni jusqu’à 60% des ressources alimentaires ; le même auteur fait encore allusion à des sites canadiens où les baleines auraient représenté 90% de l’alimentation humaine.

58Aux périodes historiques l’échouage de « monstres marins » tels que les baleines ou les grands requins a toujours vivement impressionné les populations littorales (Cazeils 1998). On peut facilement imaginer l’émoi qu’a pu provoquer un tel évènement pour des hommes du Paléolithique ancien ignorant tout du milieu océanique. Une telle masse de chair a dû être une source d’alimentation très importante pour une population vivant plus de charognage que de prédation.

59La pratique du charognage par les hommes du Paléolithique ancien est une hypothèse proposée depuis plus d’une vingtaine d’années (Binford 1984 ; Blumenschine 1986 ; Blumenschine & Cavallo 1999). Elle est étayée par la découverte de sites dits « de boucherie » ou « de dépeçage » dans le Paléolithique inférieur d’Afrique, notamment à Olduvai, à l’Est Turkana, à Olorgesailie, à Barogali (Chavaillon et al. 1987), et à Mwanganda (Clark & Haynes 1970). Il s’agit à chaque fois d’un très gros animal, un Proboscidien (Dinotherium à Olduvai FLKN, Palaeoloxodon recki à Barogali) ou un Hippopotame (Koobi Fora-HAS à l’Est Turkana, Banda à Olorgesailie), dont les restes sont étroitement mêlés à des artefacts.

L’exploitation des Cétacés par les occupants de Dungo

60Le site de Dungo V se présente comme une plage à forte pente sur laquelle sont venus s’échouer des Cétacés ; un tel échouage, qui ne paraît pas rare sur la côte sud-ouest de l’Afrique, est fonction de leur écologie, de leur éthologie et de la direction des courants marins ; le phénomène est connu à des périodes beaucoup plus récentes mais plus au sud, notamment en Namibie, où le Courant de Benguela pousse à la côte des carcasses de Cétacés venus de l’Antarctique pour se reproduire dans des eaux moins froides. Une population humaine a pu observer ces échouages à répétition et profiter des ressources carnées arrivant ainsi à sa disposition : l’outillage lithique mêlé aux restes de la Baleine est parfaitement susceptible d’avoir été utilisé pour son débitage et sa consommation.

61Si l’homme préhistorique a souvent utilisé les ressources marines, malacofaune et ichthyofaune (Cleyet-Merle 1990 ; Camps 1998), l’exploitation des mammifères marins demeure peu fréquente ; nous avons eu l’occasion d’aborder ce problème à propos des Siréniens (Faure et al. 1993 ; Jousse et al. 2002). La découverte d’une carcasse subcomplète de rorqual associée à des artefacts très anciens est donc une trouvaille exceptionnelle : c’est, de beaucoup, le plus ancien témoignage de l’exploitation par les Hominidés d’une grande baleine échouée et jusqu’à présent le seul remontant au Paléolithique inférieur.

Le matériel lithique, approche tracéologique

62Le matériel lithique issu des fouilles archéologiques de Dungo est abondant : plus de 2000 pièces ont été enregistrées à Dungo IV et V, dont des bifaces, des choppers, des polyèdres et de nombreux éclats. L’industrie lithique de Dungo IV, en particulier, a été signalée dès les années 1950 par des géologues, puis dans les années 1970 par des archéologues. Toutefois, ces informations étaient souvent le résultat des ramassages de surface où priorité avait été donnée aux objets finis, bifaces en particulier. La fouille fine que nous pratiquons depuis le début des années 1990 a permis de trouver ces objets dans des niveaux stratigraphiques bien distincts et aussi de repérer des éclats groupés autour d’une grande pierre permettant de supposer un débitage sur place. La grande pierre ne présente aucune trace de débitage et elle aurait pu servir de siège pour le tailleur.

63Au-delà de l’existence de pièces lithiques caractéristiques du Paléolithique ancien, choppers et bifaces en particulier, la présence d’un grand nombre d’éclats nous a conduit à nous intéresser de plus près à ces pièces et à les observer en tant qu’éventuels outils. La question qui se posait alors était de savoir si ces éclats avaient été utilisés et, si tel était le cas, dans quel type d’activité. La recherche de traces d’utilisation a ainsi été entreprise, d’abord sur des objets expérimentaux, puis sur des pièces archéologiques.

64Le site de Dungo IV, dont une partie de l’industrie lithique est présentée ici, possède une importante séquence stratigraphique de plus de 2 m de hauteur, avec un niveau pré-Acheuléen à la base, surmonté d’un niveau Acheuléen. L’industrie lithique de Dungo V est associée à des vestiges osseux, ce qui en fait sa singularité. Outre ces deux assemblages, le corpus d’étude comprend des éclats de Dungo XII, site qui se trouve sur la rive gauche du fleuve Dungo, à la même hauteur par rapport au niveau actuel de la mer que Dungo IV.

La recherche tracéologique

65Si l’étude tracéologique sur le silex s’est considérablement enrichie ces dernières années (Keeley 1976, 1977 a et b, 1980 ; Mansur-Franchomme 1983, 1986 ; VauGhan 1981, 1983, 1985 ; Plisson 1985, 1986 ; Beyries 1982 ; Newcomer et al. 1986, entre autres), il n’en est pas de même pour les études et les référentiels expérimentaux relatifs au quartz. De telles études restent rares et confinées à des périodes et des contextes particuliers (Pant 1979 ; Sussman 1987 ; Knutsson 1988).

66La recherche tracéologique et expérimentale sur quartz présentée ici a été initiée afin de répondre à des questions spécifiques sur l’éventuelle utilisation des éclats en quartz pendant le Paléolithique sur les sites de Dungo. Cela passait d’abord par la création d’un référentiel en quartz, puis par l’observation des pièces archéologiques. Nous traiterons ici essentiellement de l’observation tracéologique à faible et fort grossissement, à l’aide d’une loupe binoculaire et d’un microscope optique, sur des éclats en quartz.

Protocole expérimental

67L’expérimentation est une étape indispensable dans les études tracéologiques. Elle permet, à partir d’un échantillon de référence dont toutes les caractéristiques sont connues, la reconnaissance et l’identification des polis d’usage et des différents types de traces présents sur les pièces archéologiques, résultat de leur utilisation. Elle est essentielle à l’interprétation des données archéologiques et à la recherche de la fonction des outils.

68Du point de vue pratique, des galets en quartz filonien de granulométrie différente ont été ramassés dans les environs des sites de Dungo. Ensuite, des éclats en quartz filonien ont été taillés. La chaîne opératoire mise en œuvre est simple, utilisant la percussion lancée avec des percuteurs durs (en quartz et en grès). L’objectif était d’obtenir des éclats semblables à ceux trouvés sur les différents sites de Dungo afin de les utiliser ensuite dans de nombreuses expérimentations. Une soixantaine d’éclats ont ainsi été fabriqués et utilisés.

L’expérimentation

69Pour l’expérimentation, des éclats ont été utilisés pour couper, dépecer, scier, gratter sur une gamme de produits supposés courants à l’époque préhistorique. Il s’agissait, entre autres, de dépecer une chèvre, découper de la viande, racler et scier du bois et couper de l’herbe. D’autres expériences sur les altérations naturelles ou accidentelles ont été réalisées :

  • transport des éclats dans un sac pendant un mois ;

  • abrasion dans l’eau avec du sable pendant 10, 15 et 20 jours ;

  • abrasion en frottant les pièces avec du sable sec et d’autres avec du sable humide à grain grossier ;

  • lustré par immersion dans un petit drainage d’eau courante pendant deux semaines ;

  • piétinement d’éclats, répandus en surface et mélangés à du gravier, pendant 8 jours

70Au total environ 60 expériences ont été réalisées avec des variables diverses ; ont été pris en compte, notamment, le type d’action, la matière travaillée, le temps d’utilisation, l’angulation de la partie active de l’outil (tabl. 2 et 3). Les outils expérimentaux ont ensuite été observés à la loupe et au microscope métallographique à des grossissements pouvant aller de 10 à 600.

Tableau 2 – Les activités expérimentales d’utilisation

Matière travaillée

Type d’action

Angle

Temps d’utilisation

Morphologie du tranchant

Retouche

21

Dépeçage d’une chèvre

dépecer

--

4,30 min

Naturel droit

non

22

Dépeçage d’une chèvre

Peler, couper, dépecer

--

14 min

Naturel convexe irrégulier

non

23

Dépeçage d’une chèvre

Peler, couper, dépecer

--

16,35 min

Naturel convexe irrégulier

non

24

Dépeçage d’une chèvre

Peler, couper, dépecer

--

21,37 min

Naturel concave-convexe

non

25

Dépeçage d’une chèvre

Peler, couper, dépecer

--

41 min

Naturel convexe régulier

non

53

Viande, vache

couper

60°

15 min

Naturel droit

non

54

Vache, viande

couper

45°

20 min

Naturel convexe

non

55

Vache, viande

couper

90°

30 min

Naturel droit

non

46

Bois sec

raclage

45°

1 h 58

Naturel convexe

non

47

Bois frais

racler 

70°

2 h

Naturel convexe

non

48

Bois frais

peler et racler

60°

16 min

Naturel droit

non

49

Herbes sauvages

couper

35°

5 min

Naturel droit

non

50

Herbes sauvages

couper

45°

10 min

Naturel droit

non

51

Herbes sauvages

couper

60°

15 min

Naturel droit

non

52

Herbes sauvages

couper

27°

20 min

Naturel droit

non

Les résultats

71Les traces d’utilisation sont présentes sur les éclats expérimentaux en quartz et elles sont identifiables ; certaines sont plus facilement reconnaissables que d’autres.

Les traces laissées par les outils expérimentaux

– Le dépeçage d’une chèvre :

72Les 5 outils en quartz avec des tranchants acérés ont été utilisés pendant des durées différentes (tabl. 2). L’observation au microscope ne montre pas de traces reconnaissables, sauf pour la pièce utilisée pendant 41 minutes pour dépecer. Un arrondi très léger du bord a été observé et, en un endroit, un poli peu développé, avec des microécaillures (fig. 9 b, c et d).

Figure 9 – Expérimentations

Figure 9 – Expérimentations

a) éclat en quartz utilisé pendant 41 minutes pour enlever la peau et dépecer une chèvre ; b) arrondi très léger du bord d’un éclat en quartz utilisé pour le dépeçage, observation à la loupe binoculaire, grossissement 40 ; c) et d) microécaillures et micropoli indifférencié, résultat du dépeçage, observation au microscope grossissement 200 ; e) et f) micropoli sur éclat en quartz résultant de la découpe de viande de bœuf, grossissement 200

© M. da P. de Jésus

73Sur le tranchant des éclats utilisés pour la découpe de trois kilos de viande de bœuf s’observent deux types de micropolis, sans stries ou écaillures : un micropoli mat très compact bifacial (fig. 9 e) en certains endroits du tranchant et un micropoli moins développé (fig. 9 f).

– La découpe d’herbe :

74Les éclats employés pour couper de la matière végétale molle présentent des traces sur les deux côtés du tranchant. Plus le temps de travail augmente, plus ces traces sont visibles. L’observation au microscope montre que le micropoli se développe très lentement, qu’il est marginal, homogène, luminescent et peu développé. Quelques stries sont présentes en lignes courtes étroites, superficielles, parallèles au tranchant, ainsi que quelques stries perpendiculaires, bifaciales. L’arrondi du bord est peu prononcé.

– Le raclage du bois :

75Après avoir travaillé du bois, un micropoli lumineux et métallique est apparu sur les outils en quartz. Il est peu étendu et variable dans son développement dû, en partie, à la dureté du bois et au taux de silice. Plus le bois est siliceux, plus le développement du poli est important. Les premières stries qui se forment sont larges et peu profondes. Après environ vingt minutes d’utilisation sur un bois d’épineux frais apparaissent, en faible quantité, des stries étroites et profondes. Les microécaillures sont abondantes, de dimensions variables et de morphologie irrégulière. Elles peuvent être bifaciales ou alternes dans les deux mouvements. Le tranchant et les arêtes des négatifs sont rarement arrondis.

Les altérations naturelles et accidentelles

– Manipulation et transport

76L’observation des éclats soumis au « transport » montre qu’ils conservent une apparence fraîche sans stigmates d’utilisation, ni poli, ni esquillement. À la loupe binoculaire et au microscope, des micros traces ont été remarquées : quelques écaillures et microécaillures dans les parties plus fines du tranchant. Ces traces peuvent être facilement confondues avec les traces d’utilisation proprement dites.

– Piétinement

77L’observation des éclats soumis à un piétinement indique la présence de microécaillures sur les tranchants de quatre d’entre eux. Ces traces sont placées de façon désordonnée, différant ainsi des microécaillures d’utilisation. Sur les six autres pièces, les microécaillures sont distribuées sur le reste de la surface, d’une façon tout aussi désordonnée. Les stries sont abondantes et visibles de façon régulière sur toutes les faces. Cependant, aucun micropoli n’a été observé sur le tranchant.

– Abrasion

78Après avoir agité dans un récipient des éclats expérimentaux avec de l’eau et du sable (tabl. 3), des traces d’abrasion sont apparues. Il s’agit de stries étroites et superficielles orientées dans tous les sens, accompagnées d’un émoussé des arêtes. Le frottement des pièces avec du sable mouillé ou sec a provoqué des stries larges et étroites, orientées en tout sens, ainsi qu’un émoussé plus prononcé des arêtes.

Tableau 3 – Les activités expérimentales d’altération naturelles et technologiques

Type d’altération

Temps

Retouche

Morphologie tranchant

Matière première

1 à 20

Eclats débités fraichement, transportés dans un sac en cuir

30 jours

non

--

Quartz

26 à 35

Eclats débités, piétinés en surface avec du gravier

8 jours

non

--

Quartz

36

Eclat dans l’eau brassé avec du sable

10 jours

non

Naturel convexe

Quartz

37

Eclat dans l’eau brassé avec du sable

15 jours

non

Naturel convexe

Quartz

38

Eclat dans l’eau brassé avec du sable

20 jours

non

Naturel droit

Quartz

39

Abrasion frotté avec du sable grossier, sec

10 min

non

Naturel convexe

Quartz

40

Abrasion frotté avec du sable grossier, humide

10 min

non

Naturel convexe

Quartz

41 à 45

Lustrés par immersion dans cours d’eau

15 jours

non

--

Quartz

79Ces premiers résultats montrent sur des éclats en quartz la présence de traces d’utilisation qui varient selon les matériaux travaillés (viande, bois, herbacées) et aussi selon le temps d’activité. Ils permettent d’émettre des hypothèses quant à l’origine probable des traces d’usure et des comparaisons avec le matériel lithique archéologique.

Les traces visibles sur les pièces archéologiques de Dungo

  • 5 Les pièces lithiques proviennent de trois sites différents : Dungo XII sur la rive gauche du fleuve (...)

80Le corpus global est composé de 1298 éclats dont 89,5% sont en quartz. Sur l’ensemble du corpus, 140 pièces archéologiques ont été analysées : 100 pièces proviennent du site de Dungo IV, 19 de Dungo V et 21 de Dungo XII5.

81Sur les 140 étudiées, 65 pièces (soit 46,4% du total) présentent des traces probables d’utilisation. Ces 65 pièces ont été observées à la loupe binoculaire et au microscope. Dans l’échantillon soumis à l’analyse microscopique, 32 éclats (22,9%) montrent des surfaces d’usure discernables le long de certaines parties de leurs bords (fig. 10).

Figure 10 – Les éclats de Dungo observés au microscope à 200 X

Figure 10 – Les éclats de Dungo observés au microscope à 200 X

a) Micropoli sur éclat de Dungo V, semblable au micropoli résultat d’expérience de découpe de viande. b) Micropoli indifférencié et stries perpendiculaire au bord sur éclat de Dungo V. c) Microécaillures et stries fines et courtes sur éclat en quartz de Dungo XII, sondage 1. d) micropoli lumineuse sur éclat en quartz de Dungo IV, carré M10

© M. da P. de Jésus

82Sur les autres pièces, les traces d’usure étaient incertaines. L’analyse au microscope a révélé des surfaces marquées de stigmates semblables à ceux trouvés sur les pièces expérimentales soumises à des expériences d’altération naturelle et accidentelle. Ceci est probablement dû à des phénomènes ultérieurs à la fouille. Aussi, ces pièces ont été écartées provisoirement de la présente étude.

83Sur le petit groupe de pièces archéologiques ainsi constitué d’éclats avec traces d’usure, nous observons que la plupart des bords utilisés sont plus ou moins droits et continus ou bien convexes. Ces bords, par ailleurs relativement minces, forment un angle aigu. Parmi les traces observées des stries indiquent que les outils ont dû servir à couper/racler, lisser. Une bonne partie des éclats présente des microécaillures (exemple fig. 10 c). Les micropolis observés sont soit de tonalité mate, soit lumineux. Toutefois, ils ne sont pas très étendus.

Discussion

84Le résultat le plus important de cette étude réside dans le fait que les traces d’usure sur l’industrie en quartz peuvent être identifiées par une observation au microscope avec des grossissements allant jusqu’à plus de 100. Cependant, quelques activités laissent des traces d’usage sur la surface des outils de quartz qui sont plus diagnostiques et facilement reconnaissables que d’autres. Si l’observation montre qu’il est possible de voir des traces d’utilisation sur des objets expérimentaux, la plupart des traces sur les objets archéologiques ne sont pas très caractéristiques, pour deux raisons. La première est que, probablement, les éclats n’ont pas été utilisés pendant une période suffisamment longue, peut-être en raison de l’abondance d’éclats résultat de l’abondance de matière première sur place. La deuxième est que la superposition de traces d’altération taphonomique cache les traces d’utilisation réelle.

85Aussi les chances de localiser les bords utilisés s’en trouvent réduites à cause de la présence de traces postérieures au dépôt (stries, microécaillures, traces d’abrasion, patine...). Ces traces parasites créent une distorsion et masquent les traces réelles d’usure. Il convient donc d’observer une certaine prudence dans l’interprétation des outils qui proviennent d’un contexte archéologique sableux et ancien comme c’est le cas de l’industrie lithique de Dungo.

86Néanmoins, sur les 32 éclats examinés, 12 présentent des traces d’utilisation identifiables : 2 éclats ont pu être utilisés pour couper de la matière molle (viande par exemple), 3 autres pour travailler le bois et le reste de l’échantillon, 7 pièces portent des traces d’utilisations sur des matériaux indéterminés.

87Il semble ainsi nécessaire d’élargir le corpus d’étude et d’affiner l’analyse pour arriver à des conclusions plus précises sur les objets archéologiques.

Conclusion

88Les liens indissociables entre recherche et formation se traduisent par la pratique de la fouille archéologique dans un cadre d’enseignement qui dans la plupart des pays est connu comme chantierécole de fouille archéologique. La pratique de la discipline liée à la formation universitaire est, en conséquence, l’une des seules voies susceptibles de promouvoir l’archéologie et lui assurer un développement local.

89Les recherches conduites sur les sites de Dungo ont permis de mettre en évidence l’existence d’une importante industrie lithique que l’on peut désormais placer stratigraphiquement. À Dungo IV, les niveaux II et III correspondent respectivement à l’Acheuléen et au Pré-acheuléen. Ainsi, grâce à la fouille méthodique, c’est à l’Acheuléen que peut être attribué une concentration de déchets de taille permettant d’affirmer que le débitage eût lieu à ce poste de travail.

90La découverte de deux baleines échouées sur des plages du paléo-lac montre que la conservation des restes osseux dans la zone de Dungo est une réalité. La présence de choppers et d’éclats en quartz entre les os du squelette de l’une des baleines indique que l’industrie lithique était utilisée pour le dépeçage du cétacé. L’association de ces vestiges signifie sans ambiguïté le charognage des gros mammifères marins échoués qui participent alors de l’alimentation des populations anciennes de cette partie de l’Afrique.

91Des mesures U/Th réalisées à Gif-sur-Yvette sur des coquilles d’huître, provenant des niveaux archéologiques de Dungo V, ont montré un âge minimum de 350 000 ans pour ce site. Les données préliminaires obtenues au CEREGE d’Aixen-Provence, grâce à l’approche basée sur la durée d’enfouissement des pièces lithiques de Dungo IV, indiquent une fourchette de temps beaucoup plus importante et placent les activités des hommes du Paléolithique ancien de cette partie de l’Angola entre 0,69 et 2,11 millions d’années. L’histoire des occupations humaines ou pré-humaines s’avère donc beaucoup plus longue que celle que les anciennes chronologies laissaient penser.

Haut de page

Bibliographie

Barnard K.H. (1954) – A guide book to South African whales and dolphins. South African Museum, guide n° 4.

Barnes L.G. & Mitchell E. (1978) – Cetacea. In : Maglio V.J. & Cooke H.B.S. (eds), Evolution of African Mammals. Harvard University Press, Cambridge (Mass.), p. 582-602.

Beyriès S. (1982) – Comparaison de traces d’utilisation sur différentes roches siliceuses. Studia Praehistorica Belgica, 2, p. 235-240.

Binford L. (1984) – Faunal remains from Klasies River Mouth. Academic Press, New York.

Blumenschine R. (1986) – Early Hominid scavenging opportunities. British Archaeological Reports, International Series 283, Archaeopress, Oxford.

Blumenschine R. & Cavallo J. (1999) – Nos ancêtres, des charognards? Pour la Science, Dossier hors-série janvier, p. 44-50.

Bourdelle E. & Grassé P.P. (1955) – Ordre des Cétacés. In : Grassé P.P. (éd.), Traité de Zoologie, t. XVII, fasc. 1, Masson édit., Paris, p. 341-450.

Brunet M., Guy F., Pilbeam D., Mackaye H.T., Likius A., Ahounta D., Beauvilain A., Blondel C., Bocherens H., Boisserie J.-R., de Bonis L., Coppens Y., Dejax J., Denys Ch., Duringer Ph., Eisenmann V., Fanone G., Fronty P., Geraads D., Lehmann T., Lihoreau F., Louchart A., Mahamat A., Merceron G., Mouchelin G., Otero O., Pelaez Campomanes P., Ponce de León M., Rage J-C., Sapanet M., Schuster M., Sudre J., Tassy P., Valentin X., Vignaud P., Viriot L., Zazzo A. & Zollikofer Ch. (2002) – A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa. Nature, vol. 418, p. 145–151.

Camps G. (éd.) (1998) – L’Homme préhistorique et la mer. Actes du 120e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence octobre 1995, éd. du CTHS, Paris.

Carbonell E., Bermudez de Castro J.M., Parès J.M., Pérez-Gonzalez A., Cuenca-Bescos G., Ollé M., Mosquera A., Huguet R., van der Made J., Rosas A., Sala R., Vallverdu J., Garcia N., Granger D.E., Martinon-Torres M., Rodriguez X.P., Stock G.M., Vergès J.M., Allué E., Burjachs F., Caceres I., Canals A., Benito A., Diez C., Lozano M., Mateos A., Navazo M., Rodriguez J., Rosell J. & Arsuaga J.L. (1996) – The first hominin of Europe. Nature, vol. 452, p. 465469.

Carwardine M. (1996) – Baleines, dauphins et marsouins. Coll. L’Oeil Nature, Bordas édit., Paris.

Cassoli P.F., Piperno M. & Tagliacozzo A. (1987) – Dati paleoeconomici relativi al processo di neolitizzazione alla grotta dell’Uzzo (Trapani). In : Il Neolitico in Italia, Atti XXVI riunione scientifica Istit. Ital. Preistoria e Protostoria (Florence, nov. 1985), vol. II, p. 809-817.

Cazeils N. (1998) – Les monstres marins. Editions Ouest-France.

Chavaillon J., Boisaubert J.L., Faure M., Guérin C., Ma J.L., Nickel B., Poupeau G., Rey P. & Said Ahmed Warsama (1987) – Le site de dépeçage pléistocène ancien à Elephas recki de Barogali (République de Djibouti): nouveaux résultats et datation. C. R. Acad. Sci. Paris, t. 305, série II, p. 1259-1266.

Chmeleff J., von Blackenburg F., Kossert K. & Jackob D. (2010) – Determination of the 10Be half-life by multicollector ICP-MS and liquid scintillation counting. Nuclear Instruments and Methods in Physics Research, section B, vol. 268, p. 192-199.

Clark G. (1947) – Whales as an economic factor in Prehistoric Europe. Antiquity, t. 21, p. 84-104.

Clark J.D. & Haynes C.V. (1970) – An Elephant butchery site at Mwanganda’s village, Karonga, Malawi. World Archaeology, vol. 1, n° 3, p. 390-411.

Clark J. D., Beyene Y., WoldeGabriel, G., Hart, W. K., Renne, P. R., Gilbert, H., Defleur, A., Suwa, G., Katoh, S., Ludwig, K. R., Boisserie, J-R., Asfaw, B. & White, T. D. (2003) – Stratigraphic, chronological and behavioural contexts of Pliestocene Homo sapiens from Middle Awash, Ethiopia. Nature, vol. 423, p. 747751.

Cleyet-Merle J.J. (1990) – La Préhistoire de la pêche. Coll. des Hespérides, Errance édit, Paris.

Dechaseaux C. (1961) – Cetacea. In : J. Piveteau (éd.), Traité de Paléontologie, t. VI, vol. 1, Masson édit., Paris, p. 831-886.

Deméré T.A. (1986) – The fossil whale Balaenoptera davidsoni (Cope, 1872), with review of other Neogene species of Balaenoptera (Cetacea : Mysticeti). Marine Mammal Science, vol. 2, n° 4, p. 277-298.

Deméré T.A., Berta A. & McGowen M.R. (2005) – The taxonomic and evolutionary history of fossil and modern Balaenopteroid Mysticetes. Journal of Mammalian evolution, vol. 12, n° 21/2, p. 99-143.

Ervedosa C. (1980) – Arqueologia Angolana. Ministerio de la Culture, Luanda.

Faure M., Guérin C. & Raimbault M. (1993) – L’exploitation des Siréniens à travers le temps. In : Actes du IVe colloque international «  L’homme et l’animal  » et 13e rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes « Exploitation des animaux sauvages à travers le temps », Antibes (octobre 1992), APDCA édit., Juan-les-Pins, p. 307-317.

Feio M. (1960) – As praias levantadas da regiao do Lobito e da Baia-Farta. Garcia de Orta, vol 8, n° 2.

Gatehouse R.P. (1955) – The prehistoric site at Cape Hangklip. Transactions of the Royal Society of South Africa, vol. 34, p. 335-344.

Gennevaux M. & Roman F. (1922) – Monographie paléontologique de la faune de Vertébrés des Sables de Montpellier. I Les Baleinoptères. Travaux du Laboratoire de Géologie de la Faculté de Sciences de Lyon, fasc. 2, mém. 2, p. 13-40.

Gibbon R.J., Granger D.E., Kuman K. & Partridge T.C. (2009) – Early Acheulean technology in the Rietputs Formation, South Africa, dated with cosmogenic nuclides. Journal of Human Evolution, vol. 56, p. 152-160.

Gosse J.C. & Philips F.M. (2001) – Terrestrial in situ cosmogenic nuclides : theory and application. Quaternary Science Reviews, vol. 20, p. 1475-1560.

Granger D.E. (2006) – A review of burial dating methods using 26Al and 10Be. In : Siame L.L., Bourlès D.L. & Brown E.T., (eds.), In Situ-Produced Cosmogenic Nuclides and Quantification of Geological Processes, Geological Society of America Special Paper 415, p. 1-16.

Granger D.E. & Muzikar P.F. (2001) – Dating sediment burial with in situ-produced cosmogenic nuclides : theory, techniques, and limitations. Earth and Planetary Science Letters, vol. 188, p. 269-281.

Guanjun Shen, Xing Gao, Bin Gao & Granger D.E. (2009) – Age of Zhoukoudian Homo erectus determined with 26Al/10Be burial dating. Nature, vol. 458, p. 198-200.

Gutierrez M., (2001) – La préhistoire de l’Angola : des précurseurs à aujourd’hui. Afrique Archéologie & Arts, n° 1, p. 16-29.

Gutierrez M., Guérin C., Léna M. & Jesus M. P. Da (2001) – Exploitation d’un grand cétacé au Paléolithique ancien: le site de Dungo V à Baia Farta (Benguela, Angola). C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes, t. 332, p. 357-362.

Gutierrez M., Karlin C., Guérin C., Vosges J., Léna M., Jesus M. P. de & Valongo P. (2002) – Le chantier école de fouilles archéologiques de Baia Farta (Benguela, Angola). Afrique Archéologie & Arts, n° 2, p. 107-108.

Gutierrez M. (2008) – Recherches archéologiques en Angola. Préhistoire, art rupestre, archéologie funéraire. L’Harmattan éd., Paris.

Hendey Q.B. (1970) – A review of the geology and palaeontology of the Plio/Pleistocene deposits at Langebaanweg, Cape Province. Annals of the South African Museum, vol. 56, part 2, p. 75-113.

Hendey Q.B. (1974) – The late Cenozoic Carnivora of the South-Western Cape Province. Annals of the South African Museum, vol. 63, p. 1-369.

Isaac G. (1971) – The diet of early man: aspects of archaeological evidence from lower and middle Pleistocene sites in Africa. World Archaeology, vol. 2, n° 3, p. 278-299.

Jousse H., Faure M., Guérin C & Prieur A. (2002) – Exploitation des ressources marines au cours des Ve-IVe millénaires: le site à dugongs de l’île d’Akab (Umm Al-Qaiwain, Émirats Arabes Unis). Paléorient, vol. 28/1, p. 43-60.

Keeley L.H. (1976) – Microwear on flint : some experimental result. In : Second International Symposium on flint (8-11 mai 1975), Maastricht, Staringia, n° 3, p. 49-59.

Keeley L.H. (1977a) – An experimental study of microwear traces on selected British Palaeolithic implenents. Thèse, D. Phil., Université d’Oxford.

Keeley L.H. (1977b) – The Function of Palaeolithic flint Tool. Scientific American, vol. 237, n° 5, p. 108-126.

Keeley L. H. (1980) – Méthodes d’analyse technique, spatiale et fonctionnelle d’ensemble lithiques. Helinium, XX, p. 209-259.

Keeley R.G. (1976) – The mammalian fauna of the Klasies River Mouth, southern Cape Province, South Africa. South African Archaeological Bulletin, n° 31, p. 75-98.

Klein R.G. (1980) – The interpretation of mammalian faunas from stone-age archaeological sites, with special reference to sites in the Southern Cape Province, South Africa. In : A.K. Behrensmeyer & A.P. Hill (eds.), Fossil in the making, Vertebrate taphonomy and Paleoecology, The University of Chicago Press édit, Chicago, p. 223-246.

Knutsson K. (1988) – Chemical etching of wear features on experimental quartz tools. In : Archaeology Conference, B.A.R. International Series, 256, Oxford.

Korschinek G., Bergmaier A., Faestermann T., Gerstmann U. C., Knie K., Rugel G., Wallner A., Dillmann I., Dollinger G., Lierse von Gosstomski Ch., Kossert K., Maiti M., Poutivtsev M. & Remmert A. (2010) – A new value for the 10Be half-life by Heavy-Ion Elastic Recoil detection and liquid scintillation counting. Nuclear Instruments and Methods in Physics Research, section B, vol. 268, p. 187-191.

Lebatard A-E., Bourlès D.L., Duringer Ph., Jolivet M., Braucher R., Carcaillet J., Schuster M., Arnaud N., Monié P., Lihoreau F., Likius A., Mackaye H.T., Vignaud P. & Brunet M. (2008) – Cosmogenic nuclide dating of Sahelanthropus tchadensis and Australopithecus bahrelghazali : Mio-Pliocene hominids from Chad. Proceedings of the National Academy of Sciences (USA), vol. 105, p. 3226-3231.

Mabbutt J.A. (1951) – Cape Hangklip – a study in coastal geomorphology. Transactions of the Royal Society of South Africa, vol. 34, p. 17-24.

Mansur-Frachomme M.E. (1983) – Traces d’utilisation et technologie lithique : exemples de la Patagonie. Thèse de 3cycle, Université de Bordeaux I.

Mansur-Frachomme M.E. (1986) – Microscopie du matériel lithique préhistorique : traces d’utilisation, altérations naturelles, accidentelles et technologiques : exemples de Patagonie. Cahiers du Quaternaire, 9.

Merchel S. & Bremser W. (2004) – First international 26Al interlaboratory comparison – Part I. Nuclear Instruments and Methods in Physics Research, section B, vol. 223-224, p. 393-400.

Merchel S. & Bremser W. (2005) – First international 26Al interlaboratory comparison – Part II. Nuclear Instruments and Methods in Physics Research, section B, vol. 239, p. 317226.

Muizon C. de & Guérin C. (1996) – Les Mammifères marins. In : C. Guérin & M. Patou-Mathis (eds.), Les grands mammifères plio-pléistocènes d’Europe. Masson édit., Paris, p. 231-242.

Neto M. (1961) – As bacias sedimentares de Benguela e Moçamedes. Boletim dos Serviços de Geologia e Minas, n° 3.

Newcomer M., Grace R. & Unger-Hamilton R. (1986) – Investigating microwear polish with blind test. Journal of Archaeological Science, vol. 13, n° 3, p. 203-217.

Nishiizumi K., Imamura M., Caffe M.W., Southon J.R., Finkel R.C. & McAninch J. (2007) – Absolute calibration of 10Be AMS standards. Nuclear Instruments and Methods in Physics Research, section B, vol. 58, p. 403-413.

Pant R.K. (1979) – Étude des traces d’utilisation des outils lithiques. Dossiers de l’Archéologie, n° 36, p. 86-89.

Partridge T.C., Granger D.E., Caffee M.W. & Clarke R.J. (2003) – Lower Pliocene hominid remains from Sterkfontein. Science, vol. 300, p. 607-612.

Piperno M. & Tagliacozzo A. (1992) – Sfruttamento delle risorce marine alla grotta dell’Uzzo. In : A. Guidi & M. Piperno (eds.), Italia Preistorica, Laterza, p. 97-102.

Plisson H. (1985) – Etude fonctionnelle d’outillages lithiques préhistoriques par l’analyse des micro-usures : recherche méthodologique et archéologique. Thèse de doctorat, Université de Paris I, Paris.

Plisson H. (1986) – Analyse des polis d’utilisation sur le quartzite. In : Early Man News, Parts I and II, 9/10/11, p. 47-49.

Poplin F. (1983) – La dent de cachalot sculptée du Mas d’Azil, avec remarques sur les autres restes de Cétacés de la Préhistoire française. In : F. Poplin (ed.), La faune et l’Homme préhistoriques, Mémoire de la Société préhistorique française, t. 16. p. 81-94.

Sampson C.G. (1972) – The stone age industries of the Orange River Scheme and South Africa. National Museum, Bloemfontein, Mém. n° 6.

Singer R. & Wymer J. (1982) – The Middle Stone Age at Klasies River Mouth in South Africa. The University of Chicago Press, Chicago.

Soares de Carvalho M. (1960) – Alguns problemas dos terraços quaternarios do littoral de Angola. Boletim dos Serviços de Geologia e Minas (Luanda), n° 2.

Sussman C. (1987) – Résultat d’une étude des microtraces d’usure sur un échantillon d’artefacts d’Olduvai (Tanzanie). L’Anthropologie, t. 91, n° 2, p. 375-380.

Sussman C. (1988) – A microscopic analysis of use-wear and polish formation on experimental quartz tools. BAR IS 395.

Van Beneden P.J. & Gervais P. (1880) – Ostéographie des Cétacés vivants et fossiles. Arthus Bertrand édit., Paris.

Vaughan P.C. (1981) – Lithic microwear experimentation and the functional analysis of a lower Magdalenian stone tool. PH. D., University of Pennsylvanie, Philadelphie.

Vaughan P.C (sous-presse) – La fonction des outils préhistoriques. In : Human uses of flint and chert, Proceedings of the Fourth international flint symposium (1983), Cambridge Univ. Press, Cambridge.

Vaughan P.C. (1985) – Use wear analysis of flacked stone tools. Thèse de 3e cycle. University of Arizona Press, Tucson, Arizona.

Wandrey R. (1999) – Guide des mammifères marins du monde. Delachaux & Niestlé édit., Lausanne.

Yesner D.R. (1988) – Effects of prehistoric human exploitation on Aleutian sea mammal populations. Arctic Anthropology, vol. 25, n° 1, p. 28-43.

Haut de page

Notes

1 Dans la plupart des pays, la pratique dirigée de la fouille archéologique est conçue dans un cadre théorique et pratique appelé « chantier-école de fouille archéologique ».

2 Il est fort possible que pour des archéologues habitués à travailler dans de bonnes conditions, en Europe par exemple, ces indications puissent paraître anodines, voire l’évidence même. Mais pour l’Angola et pour de nombreux pays africains, la mise en œuvre de nos méthodes constituait une première.

3 En ce qui concerne la nature des sédiments, il y a dans la littérature archéologique africaniste une croyance devenue progressivement théorie. Elle consiste à dire que le pH trop acide des sols en Afrique centrale et australe serait responsable de la disparition du matériel osseux ancien. Et, puisque inexistence il y avait, il devenait inutile de rechercher du matériel osseux. Ne cherchant pas, on ne trouve pas et, en apparence, la « théorie » se trouve confirmée.

4 Les quatre pièces datées proviennent d’une faille profonde du conglomérat à la base du carré M10 à Dungo IV. D’autres tentatives de datation sont prévues aussi bien sur le conglomérat que sur d’autres pièces lithiques. Ce qui permettra également de confirmer ces 4 premiers âges d’enfouissement.

5 Les pièces lithiques proviennent de trois sites différents : Dungo XII sur la rive gauche du fleuve Dungo, Dungo IV et V sur la rive droite. Pour l’instant il n’y a pas de corrélation stratigraphique précise entre ces trois sites. Toutefois, les caractéristiques topographiques de Dungo IV et Dungo XII sont similaires et les niveaux de base reposent sur un niveau de conglomérat comparable.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-1.png
Fichier image/png, 464k
Titre Figure 1 – Aspect du «  chantier école  » de Dungo en 2002
Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 2 – Le site de Dungo IV au sommet de la colline
Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 3 – Aspect du paléo lac
Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figures 4 et 5 – Pièces lithiques datées de Dungo IV
Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-5.png
Fichier image/png, 461k
Titre Figure 6 – Evolution du rapport 26Al/10Be en fonction des concentrations en 10Be pour les objets en quartz du site Dungo IV, Région de Baia Farta, Angola
Légende La courbe supérieure noire et épaisse correspond à des roches exposées au rayonnement cosmique pendant des temps finis sous des conditions érosives nulles. La courbe inférieure noire et épaisse correspond à des roches dont les durées d’exposition sont infinies pour des taux d’érosion finis. La zone grisée inclut toutes les surfaces en cours d’érosion. Les courbes noires fines caractérisent des durées d’enfouissement entre 0,7 et 2,1 Ma. Les courbes grises indiquent différents taux d’érosion
Crédits © A.-E. Lebatard
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-6.png
Fichier image/png, 172k
Titre Figure 7 – Baleine (Balaenoptera sp.) de Dungo V : vue de l’avant du squelette
Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 8 – Balaenoptera sp. de Dungo V : os tympanique droit
Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-8.png
Fichier image/png, 173k
Titre Figure 9 – Expérimentations
Légende a) éclat en quartz utilisé pendant 41 minutes pour enlever la peau et dépecer une chèvre ; b) arrondi très léger du bord d’un éclat en quartz utilisé pour le dépeçage, observation à la loupe binoculaire, grossissement 40 ; c) et d) microécaillures et micropoli indifférencié, résultat du dépeçage, observation au microscope grossissement 200 ; e) et f) micropoli sur éclat en quartz résultant de la découpe de viande de bœuf, grossissement 200
Crédits © M. da P. de Jésus
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-9.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 10 – Les éclats de Dungo observés au microscope à 200 X
Légende a) Micropoli sur éclat de Dungo V, semblable au micropoli résultat d’expérience de découpe de viande. b) Micropoli indifférencié et stries perpendiculaire au bord sur éclat de Dungo V. c) Microécaillures et stries fines et courtes sur éclat en quartz de Dungo XII, sondage 1. d) micropoli lumineuse sur éclat en quartz de Dungo IV, carré M10
Crédits © M. da P. de Jésus
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/694/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Gutierrez, Claude Guérin, Claudine Karlin, Maria da Piedade de Jésus, Maria Helena Benjamim, Anne-Élisabeth Lebatard, Didier L. Bourlès, Régis Braucher et Laetitia Leanni, « Recherches archéologiques à Dungo (Angola) », Afrique : Archéologie & Arts, 6 | 2010, 25-47.

Référence électronique

Manuel Gutierrez, Claude Guérin, Claudine Karlin, Maria da Piedade de Jésus, Maria Helena Benjamim, Anne-Élisabeth Lebatard, Didier L. Bourlès, Régis Braucher et Laetitia Leanni, « Recherches archéologiques à Dungo (Angola) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://aaa.revues.org/694 ; DOI : 10.4000/aaa.694

Haut de page

Auteurs

Manuel Gutierrez

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 7041 ArScAn
Équipe Afrique
21 allée de l’Université
F-92023 Nanterre Cedex
manuel.gutierrez@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur dans la revue

Claude Guérin

Université Claude Bernard, Lyon 1
Faculté des sciences et technologies
Département sciences de la terre
Bât. Géode, 43 Bd du 11 Novembre 1918
F-69622 Villeurbanne Cedex
claude.guerin@univ-lyon1.fr

Claudine Karlin

CNRS
UMR 7041 ArScAn
Équipe Ethnologie Préhistorique
21 allée de l’Université
F-92023 Nanterre Cedex
claudine.karlin@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur dans la revue

Maria da Piedade de Jésus

Musée national d’archéologie
Benguela, Angola

Maria Helena Benjamim

Musée national d’archéologie
Benguela, Angola

Articles du même auteur dans la revue

Anne-Élisabeth Lebatard

Université d’Aix-Marseille
CEREGE-UMR6635 du CNRS
Europole méditerranéen de l’Arbois
B.P. 80
F-13545 Aix en Provence cedex 04
lebatard@cerege.fr

Didier L. Bourlès

CEREGE-UMR6635 du CNRS
Europole méditerranéen de l’Arbois
B.P. 80
F-13545 Aix en Provence cedex 04
bourles@cerege.fr

Régis Braucher

CEREGE-UMR6635 du CNRS
Europole méditerranéen de l’Arbois
B.P. 80
F-13545 Aix en Provence cedex 04
braucher@cerege.fr

Laetitia Leanni

Université d’Aix-Marseille
CEREGE-UMR6635 du CNRS
Europole méditerranéen de l’Arbois
B.P. 80
F-13545 Aix en Provence cedex 04
leani@cerege.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org