Navigation – Plan du site
Thèse et Master soutenus en 2011

L’histoire d’Eharir (Tassili n Azjer, Sahara) dans la perception locale de l’art rupestre

Analyse et interprétation dans la perspective ethnoarchéologique
Issak Oukafi Cheikh
p. 94-95

Entrées d’index

Mots-clés :

art rupestre

Keywords :

rock art

Index géographique :

Sahara, Tassili n-Ajjer
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de Master en Arts, Culture et Environnement en Afrique soutenu le 29 septembre 2011, Université de Cologne (Allemagne). Tuteur : Tilman Lenssen-Erz

Texte intégral

1Cette étude fait état de recherches ethno­archéologiques menées par l’auteur dans le village d’Eharir (Tassili n Azjer) et sur les sites d’art rupestre de ses environs (fig. 1), en février et mars 2011. Le fait que la population de cette région considère cet art rupestre (fig. 2) comme étant l’œuvre de ses ancêtres est à l’origine de cette enquête où données archéologiques et méthodes ethnographiques ont été utilisées. La collecte des données archéologiques a été rendue difficile par la topographie accidentée de la région. La mémoire géographique possédée par Al-Hadj Alwateti Exya (71 ans, un des sages du village) et Yahi Assanussi (64 ans, l’un des derniers éleveurs de bœuf dans la région) lui a permis non seulement de retrouver les sites d’art rupestre (fig. 1), mais aussi de redécouvrir la toponymie locale le long des chemins empruntés, information souvent absente des cartes topographiques et géographiques.

Fig. 1 – Paysage typique de la vallée au nord d’Eharir et emplacement des sites d’art rupestre : sur le grand panneau rocheux (au centre) et sur le talus (en arrière-plan)

Fig. 1 – Paysage typique de la vallée au nord d’Eharir et emplacement des sites d’art rupestre : sur le grand panneau rocheux (au centre) et sur le talus (en arrière-plan)

© Issak Oukafi Cheikh

Fig. 2 – Un taureau monté de la phase du Bovidien dans le site de Ti Araghnen

Fig. 2 – Un taureau monté de la phase du Bovidien dans le site de Ti Araghnen

© Issak Oukafi Cheikh

2Le recueil des données d’art rupestre le long de la vallée d’Eharir a été effectué selon une méthode mise au point par T. Lenssen-Erz. Cette collecte a également permis d’obtenir des informations sur l’infrastructure naturelle et la Gestaltung, inter­action de l’homme et de son milieu. Les résultats de ces analyses montrent que l’exploitation des paysages à l’époque préhistorique a apparemment suivi les mêmes critères qu’aujourd’hui ; par ­exemple, les abris des pasteurs actuels sont les mêmes que ceux utilisés jadis. La nature rocheuse du Tassili a imposé l’utilisation de ces petits abris, à capacité réduite, proches les uns des autres, et pouvant ainsi être occupés simultanément. En revanche, dans un espace ouvert, comme par exemple le long des chemins de passage, le choix des populations semble n’avoir dû répondre qu’au critère de beauté du paysage. Généralement, les abris servent en été, malgré l’éloignement important des points d’eau ; ce principe est peut-être toujours suivi par la population actuelle, l’eau restant cependant indispensable à tous.

3Les sources orales, collectées par interviews structurées et non structurées, affirment que les premiers habitants d’Eharir étaient les gens d’Uchir et les Imazzararen (qui vivent toujours à Eharir). Ces deux clans vivaient selon un mode de vie pastoral, essentiellement basé sur l’élevage, la cueillette et la chasse occasionnelle. Le bœuf, animal « star » de cette population, a été abon­damment peint et gravé sur les éléments de l’infrastructure naturelle du Tassili.

4Également d’après ces sources orales, l’arrivée et l’installation de Hayduma (fondatrice du clan des Ihaydamen) à Eharir ont eu un grand effet sur les habitudes des Imazzararen qu’elle trouva sur place. L’art aussi a été affecté par ce contact entre les Imazzararen et les gens d’Uchir d’une part et avec les Ihaydamen d’autre part. L’apparition de vêtements dans l’art rupestre fut l’un des éléments principaux de ces changements, dont la tradition orale se fait l’écho.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 1 – Paysage typique de la vallée au nord d’Eharir et emplacement des sites d’art rupestre : sur le grand panneau rocheux (au centre) et sur le talus (en arrière-plan)
Crédits © Issak Oukafi Cheikh
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Un taureau monté de la phase du Bovidien dans le site de Ti Araghnen
Crédits © Issak Oukafi Cheikh
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Issak Oukafi Cheikh, « L’histoire d’Eharir (Tassili n Azjer, Sahara) dans la perception locale de l’art rupestre  », Afrique : Archéologie & Arts, 7 | 2011, 94-95.

Référence électronique

Issak Oukafi Cheikh, « L’histoire d’Eharir (Tassili n Azjer, Sahara) dans la perception locale de l’art rupestre  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/658

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org