Navigation – Plan du site
Thèse et Master soutenus en 2011

Poterie et histoire au temps des grands empires ouest-africains

Étude technologique de l’assemblage céramique de Koumbi Saleh (Mauritanie vie-xviie siècles)
Barbara Van Doosselaere
p. 93

Entrées d’index

Mots-clés :

poterie

Keywords :

pottery

Index géographique :

Mauritanie/Mauritania, Koumbi Saleh
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat en Anthropologie, Ethnologie, Préhistoire soutenue le 4 juillet 2011, Université Paris I, Panthéon Sorbonne. Direction : Jean Polet

Texte intégral

1Les études céramiques reposent encore bien ­souvent sur l’analyse des seules variables morphologiques et ornementales des récipients. Formes et décors sont ainsi considérés comme des témoins privilégiés de l’identité des communautés anciennes. Il résulte généralement de ce type d’approche métho­dologique une continuité stylistique pré­conçue. Cette dernière caractérise la plupart des ­assemblages céramiques issus des grands centres urbains historiques ouest-africains, qui se sont déve­loppés entre le ve siècle de notre ère et le xviisiècle. Celle dont témoigne la céramique exhumée à Koumbi Saleh (Mauritanie), capitale présumée de l’empire de Ghana, qui constitue, à ce titre, l’une des cités historiques les plus importantes, en est l’un des exemples les plus emblé­matiques.

2Dans le but d’interroger cette continuité, une étude technologique de cette céramique fut entreprise. La chaîne opératoire s’est imposée dans cet effort de reconstitution technique comme une trame analytique efficace. Les différentes étapes de la chaîne opératoire de production céramique ont été reconstituées au travers de plusieurs analyses archéométriques (microscopie optique à transmission, diffraction des rayons X, microscopie électronique à balayage EDS, analyse ­phytolithique, radiographie), appliquées à un corpus issu des ­collections archéologiques de Koumbi Saleh.

3Par là, il a été possible de différencier plusieurs productions. Trois d’entre elles sont d’origine locale ; deux, d’origine exogène, s’ancrent dans le Delta Intérieur du Niger (Mali), ainsi que le Haut Niger (Mali, Sénégal, Guinée). Les résultats ­révèlent, par ailleurs, que ces productions locales et ces filières d’importation subissent de profondes trans­formations dans le courant des xie et xve siècles.

4La reconstitution des procédures techniques montre, en définitive, que l’assemblage céramique exhumé à Koumbi Saleh est loin d’être caracté­risé par sa continuité. Ces résultats, qui méri­teraient d’être étoffés par des analyses plus approfondies, ont conduit l’auteur à discuter de l’impact des proces­sus historiques connus sur les sphères de ­pro­duc­tion et de consommation céramiques. Cette question renvoie à des interactions sociales complexes. Celles-ci sont liées à des phénomènes ­historiques d’ordre politique et économique, qui opèrent à l’échelle régionale. Ainsi, l’expansion Mande et le commerce aurifère ont-ils très cer­tainement favorisé la circulation des produits céramiques mais aussi celle des artisans.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/654/img-1.png
Fichier image/png, 235k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Van Doosselaere, « Poterie et histoire au temps des grands empires ouest-africains », Afrique : Archéologie & Arts, 7 | 2011, 93.

Référence électronique

Barbara Van Doosselaere, « Poterie et histoire au temps des grands empires ouest-africains », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://aaa.revues.org/654

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org