Navigation – Plan du site

Premières données sur le matériel céramique de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal)

Adrien Delvoye, Luc Laporte, Hamady Bocoum, Jean-Paul Cros, Mahmoud Diallo, Vincent Dartois, Mathieu Lejay, Laurent Quesnel et Francis Bertin
p. 73-92

Résumés

Les fouilles menées depuis 2005 sur la nécropole mégalithique de Wanar, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, ont permis de caractériser la complexité des pratiques funéraires et des dispositifs architecturaux. Cet article présente les premières données concernant les céramiques issues des campagnes de fouille 2005 et 2008. Les positions stratigraphiques des poteries déposées en façade orientale de cercles mégalithiques sur plusieurs sites sont étudiées, amenant à une considération nouvelle de la durée d’utilisation de ces monuments. Enfin une interprétation est proposée pour une poterie découverte en 2005 à Wanar, notable de part sa taille, sa morphologie et probablement sa fonction.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Fruit d’une collaboration entre la France (L. Laporte, UMR 6566, CNRS) et le Sénégal (H. Bocoum, IFAN), les fouilles archéologiques engagées depuis 2008 sur la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal) contribuent peu à peu à enrichir les connaissances accumulées depuis plusieurs décennies sur le mégalithisme sénégambien (Thilmans et al. 1980 ; Gallay 1982 ; Holl et al. 2007 ; Gallay et al. 2010). Au fil de ces travaux, la place occupée par l’étude des céramiques a été croissante. Les fouilles conduites antérieurement à celles de Wanar, focalisées sur l’espace sépulcral interne aux cercles de pierres dressées, n’ont bien souvent abordé la périphérie des monuments que par le biais de sondages. Pourtant, dans ces zones, des dépôts de vases en place ont souvent été décelés. Des fouilles extensives, comme celles que nous avons réalisées à Wanar, sont encore très rares. Les campagnes 2005 et 2008 ont été mises à profit pour une présentation liminaire du mobilier céramique (Delvoye 2010).

  • 1 Pour une discussion sur les provinces archéologiques au Sénégal voir : Garenne-Marot & Polet (1997) (...)
  • 2 Le terme de tumulus peut toutefois induire quelques confusions en ce qu’il ne distingue pas toujour (...)

2Les études concernant la céramique protohistorique au Sénégal se sont d’abord attachées à son rôle de marqueur culturel et chronologique pour contribuer à la construction de périodisations à travers le pays (fig. 1). Plus récemment, les tenants d’une approche ethnoarchéologique ont soulevé plutôt la question des mécanismes sociaux de la production et des modalités de diffusion ou d’emprunt des techniques de fabrication et de répertoires décoratifs entre groupes ethno-linguistiques (Gueye 1995 ; Gelbert 2003). D’autres recherches ont affiné la description des corpus (Sall 2005). La construction de sériations régionales du mobilier céramique reste toutefois une approche nécessaire à l’avancée des connaissances sur les cultures anciennes dans un pays comme le Sénégal1. La séquence chronologique et culturelle la mieux documentée et la plus discutée est celle proposée pour les grandes buttes de la vallée du fleuve Sénégal. Plus de deux millénaires s’en dégage pour cette région qui est aussi la plus éloignée géographiquement de notre zone d’étude  (fig. 1.1 ; Thilmans & Ravisé 1980 ; Bocoum 2000 ; Bocoum & McIntosh 2002). D’autres régions, notamment dans l’est du pays, commencent tout juste à être explorées. Rares également sont les fouilles qui ont concernées les tumuli2 du centre ouest du Sénégal (Joire 1955 ; Thilmans & Descamps 2006). Dans cette zone, l’essentiel des informations sur la céramique provient de prospections de surface : au nord, la récurrence des décors cannelés rappelle les céramiques de la vallée du fleuve Sénégal, tandis qu’au sud d’autres éléments (fig. 1.2) ne sont pas sans évoquer les corpus des amas coquilliers du delta du Saloum ou ceux des sites mégalithiques (McIntosh & McIntosh 1993).

Figure 1 – Aperçu des céramiques archéologiques issues des quatre « provinces » archéologiques du Sénégal telles qu’elles furent présentées par B. Chavane en 1985

Figure 1 – Aperçu des céramiques archéologiques issues des quatre « provinces » archéologiques du Sénégal telles qu’elles furent présentées par B. Chavane en 1985

1 : Céramique de la vallée du fleuve Sénégal (Thilmans et Ravisé 1980 : 97-98).
2 : Céramique des tumulus du centre-ouest (zone sud, Région IV ; McIntosh et McIntosh 1993 : 95).
3 : Vases à bords à embase du delta du Saloum (Thilmans 1997 : 29, publié sans échelle).
4 : Poteries déposées en façade orientale du cercle 28 de Siné-Ngayène (Gallay et al. 2010 : 44). (DAO : A. Delvoye)

DAO : A. Delvoye

3Les amas et tumulus coquilliers se concentrent autour de l’estuaire des grands fleuves qui se jettent dans l’Atlantique. Linares de Sapir (1971) étudia huit amas dans le delta du fleuve Casamance. Dans le delta du Saloum très peu de travaux ont eu lieu depuis les fouilles effectuées par G. Thilmans et C. Descamps, sur les sites de Dioron-Boumak, Faboura et Ndiamon-Badat. Ces auteurs placent l’édification des amas entre le IVe siècle avant J.-C. et le XIVe siècle après J.-C., tandis que celle des tumulus s’inscrirait dans une période plus courte : entre les VIIIe et XIVe siècles de notre ère (Descamps et al. 1974 ; Thilmans & Descamps 1982 ; Ba et al. 1997). On y trouve des céramiques avec un bord à embase. Ces poteries à pâte blanche et engobe rouge sont dégraissées à la coquille. Leur panse est hémisphérique ou globulaire (fig. 1.3). Plus précisément, G. Thilmans distingue la « Famille de Dioron-Boumak », caractérisée par ses bords à embase, de celle dite de « Palmarin », où la variété des formes est plus importante (Thilmans 1997). L’aire de répartition des monuments mégalithiques sénégambiens occupe une très grande partie de la rive septentrionale du bassin versant du fleuve Gambie, en amont de son estuaire. Bien qu’explorés depuis la fin du XIXe siècle, ces monuments ont vu leur étude fortement marquée, à partir des années 1970 au Sénégal, par les fouilles de G. Thilmans et C. Descamps (Thilmans et al. 1980), puis par celles d’A. Gallay (Gallay et al. 1982). Trois zones (occidentale, centrale et orientale) ont été alors distinguées au sein de cette vaste aire mégalithique.

4La pratique de dépôts céramiques à l’est des cercles de pierres dressées ne semble être attestée que sur les sites mégalithiques de la zone occidentale (fig. 1.4). En dehors de ces dépôts, le mobilier céramique provient principalement de contextes dont la stratigraphie n’est pas toujours lisible sur le terrain : il s’agit surtout de tessons, souvent très fragmentés, retrouvés à différentes profondeurs au cours des fouilles pratiquées à l’intérieur de chaque cercle. G. Thilmans et C. Descamps ont constaté sur le matériel céramique issu de leurs fouilles des variations formelles et décoratives au sein des assemblages des trois zones. Les céramiques carénées, à bords droits et lèvre pincée, fortement présentes sur les sites mégalithiques des zones centrale et occidentale, deviennent minoritaires dans la zone orientale au profit de bords coudés. Les céramiques à bords à embase recouvertes d’un engobe rouge sont rapprochées, à Siné-Ngayène, de productions céramiques provenant des amas coquilliers du delta du Saloum. Cette catégorie n’est que très faiblement représentée à Tiékiène-Boussoura et Kodiam pour être totalement absente dans l’aire orientale, à Saré-Diouldé. De même, les décors d’impressions à la roulette et incisés dominent le corpus des décors dans l’aire centrale. Leur proportion est plus faible dans la zone occidentale, concurrencés alors par des décors « en grains de maïs », qui semblent réalisés à l’aide d’une roulette de fibre plate pliée (et non tressée comme le laissait suggérer G. Thilmans (Thilmans et al  1980 : 39 ; Thilmans & Ravisé 1980 : 102 ; Haour et al. 2010 : 169-176). Ce dernier type de décor est le plus fréquent dans l’aire orientale, suivi par les décors à la roulette, alors que les incisions y sont minoritaires. Nous verrons que, globalement, le mobilier recueilli à Wanar, dans la zone occidentale, ne déroge pas à ce premier état des lieux dressé à la fin des années 1970 par G. Thilmans et C. Descamps.

5Un nouveau tournant vient d’être marqué par la publication de la monographie des fouilles effectuées dans les années 1980 sur le site de Mbolop Tobé (Gallay et al. 1982 ; Gallay et al. 2010). De cette étude découle une proposition de périodisation (Gallay 2010b) qui intègre également les données publiées concernant de nouveaux travaux sur les nécropoles de Siné-Ngayène (Holl et al. 2007). Ainsi verrait-on, vers la première moitié du premier millénaire de notre ère, associées à une première phase d’édification de cercles mégalithiques et de tombelles, apparaître de grandes poteries à profil discontinu et col rentrant, dont la panse cylindrique est couverte d’impressions. Les petits vases carénés à panse hémisphérique seraient plutôt à mettre en rapport avec une deuxième phase qui débuterait autour de l’an mil, au cours de laquelle interviendraient les échanges, notamment de productions céramiques, avec le delta du Saloum. Une troisième phase, qui commence vers le XVe siècle de notre ère, est corrélée ici aux tumulus disposant d’une pierre frontale (Gallay 2010b). Nous ferons remarquer que, de cette dernière proposition, découle l’idée que l’érection de pierres frontales puisse ne pas être systématiquement contemporaine de celle des cercles de pierres dressées (Gallay et al. 1982).

Présentation du corpus étudié

Fouilles sur la nécropole de Wanar

6Depuis quelques années, nos travaux sur le site de Wanar contribuent à modifier les connaissances sur les architectures mégalithiques sénégambiennes (Laporte et al. sous presse). Les premiers résultats ont ainsi montré que les cercles de pierres dressées constituent la façade de monuments circulaires qui pouvaient tout aussi bien avoir été construite en pierres sèches, pour partie ou totalement (Laporte et al. 2009 ; Laporte et al. sous presse). La mise en évidence de phases de construction par l’étude de leur implantation dans les niveaux stratigraphiques conduit à distinguer, d’une part, les architectures en élévation et ce qui ressort du comblement tumulaire et, d’autre part, différents types de creusements contenant des restes humains à différents niveaux (Cros et al  sous presse). On peut donc désormais situer plus précisément la place de chaque ensemble mobilier en rapport avec l’histoire singulière de chaque lieu : depuis le creusement d’une première fosse sépulcrale jusqu’aux différents états dans la ruine du dispositif monumental. Nous avons par ailleurs souligné la fragilité des éléments de chronologie absolue disponibles, car principalement obtenus à partir d’échantillons de charbon de bois. L’un des individus, dont les ossements ont été déposés au sein de l’une des deux fosses sous-jacente du monument I de Wanar, est décédé aux XIe ou XIIe siècles de notre ère, date similaire aux deux autres obtenues sur ossements, à Siné-Ngayène.

Étude du corpus céramique

7Les travaux de terrain réalisés en 2008 ont porté sur deux monuments mégalithiques de la nécropole de Wanar (I et XIX), toujours en cours de fouille (fig. 2). Quelques sondages ont concerné également les carrières associées à cette nécropole. Ceux effectués en 2005, portaient sur les monuments I et XIV. Ces différentes opérations ont permis de recueillir 1031 fragments de céramique, pour un poids total de 17,8 kg. Au sein de cet ensemble nous différencierons les nombreux vestiges céramiques, très fragmentaires, pris dans les comblements tumulaires internes aux cercles de pierre, et les poteries archéologiquement complètes, déposées de manière intentionnelle et systématique en façade orientale des monuments. Signalons également sur le monument I, parmi ces dépôts « rituels », la présence d’une terre cuite (vase 2-4, fig. 12), inédite au Sénégal, dont on ne sait s’il faut la considérer, au vu de ses dimensions (environ 55 cm de hauteur), comme un récipient en céramique ou plutôt comme une terre cuite architecturale. Nous y reviendrons par la suite. Les fragments découverts appartenant à cette poterie pèsent 6,7 kg.

Figure 2 – Plan de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal) et figuration des monuments I et XIX, fouillés en 2008, et du monument XIV, sondé en 2005

Figure 2 – Plan de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal) et figuration des monuments I et XIX, fouillés en 2008, et du monument XIV, sondé en 2005

Relevés topographiques : R. Bernard ; DAO : L. Laporte

8À ce décompte s’ajoutent 1248 fragments de terre cuite architecturale (TCA), pour un poids total de 33,5 kg (fig. 3). Tous les fragments de terre cuite architecturale, et la plupart des tessons (90%), proviennent seulement de deux monuments ou de leurs abords. Le monument XIX a livré 614 tessons, soit presque deux fois plus que le monument I qui n’en a livré que 374. La fragmentation est toutefois plus importante dans le premier cas, car les poids de mobilier céramique correspondants sont à peu près égaux, soit entre 5 et 6 kg. En ce qui concerne le monument I, la très grande majorité des pièces a été recueillie aux abords du cercle de pierres dressées et de son péristalithe (336 tessons). En revanche, les pièces du monument XIX sont issues à parts presque égales de la masse tumulaire interne (271 tessons) et des abords du cercle de pierres dressées (343 tessons). Ce même monument XIX concentre près de 95% du nombre total de fragments de terres cuites architecturales, avec 1175 pièces. La plupart (954 fragments) sont originaires de la masse tumulaire interne au cercle de pierres dressées, à l’exception des pièces qui ont fluées vers l’extérieur, avec les masses sédimentaires correspondantes, lors de la ruine du monument (fig. 4). C’est l’ensemble de cette collection qui a servi de base à un travail universitaire sur la céramique provenant du site de Wanar (Delvoye 2010). Un tel décompte est toutefois provisoire. Nous le considérerons comme un premier échantillonnage.

Figure 3 – Répartition des fragments et poids du mobilier par zone de fouille dans la nécropole de Wanar.

Figure 3 – Répartition des fragments et poids du mobilier par zone de fouille dans la nécropole de Wanar.

A : céramique ; B : terres cuites architecturales.

DAO : A. Delvoye et L. Laporte

Figure 4 – Monument XIX

Figure 4 – Monument XIX

A : diagramme de correspondance des passes ; B : répartition des fragments de céramique et de terre cuite architecturale (TCA) entre zone interne et zone externe ; C : répartition des poids de céramique et de TCA entre zone interne et zone externe ; D : évolution du nombre de fragments de céramique et de TCA par passe ; E : évolution du nombre de fragments de céramique et de TCA par passe ; F : évolution des poids de céramique et de TCA par passe ; G : évolution des poids de céramique et de TCA par passe.

DAO : A. Delvoye et L. Laporte

Premier aperçu du répertoire formel

  • 3 La position (basse ou haute) de la carène sur le vase, induisant un col et une épaule plus ou moins (...)

9 Les formes céramiques peuvent être appréhendées à partir de l’étude de 7 vases archéologiquement complets et de 59 fragments caractéristiques (bords ou carènes)3. Deux des vases écrasés sur place avaient été déposés en façade orientale du monument I. Il s’agit d’un bol et d’un vase à profil segmenté par une carène basse (fig. 5 n° 1 et 2). Les cinq autres (un bol et quatre écuelles à carène haute ; fig. 5 n° 3-7) ont été recueillis en façade orientale du monument XIX.

Figure 5 – Vases retrouvés en situation de dépôt sur la façade est du monument I (n°1 et 2) et du monument XIX (n°3 à 7)

Figure 5 – Vases retrouvés en situation de dépôt sur la façade est du monument I (n°1 et 2) et du monument XIX (n°3 à 7)

Dessin : A. Delvoye et L. Laporte ; DAO : L. Quesnel

10Sur l’ensemble du corpus, les bords rentrant dominent (20 exemplaires), à part égale avec les bords évasés (19 exemplaires) et au détriment des bords droits (15 exemplaires). Les bords rentrants ne sont toutefois majoritaires qu’au sein de l’ensemble provenant du monument I (11/27 pièces), à côté des bords droits (9/27 pièces). En revanche les bords évasés sont majoritaires au sein de l’ensemble provenant du monument XIX (11/29 pièces). Dans tous les cas, les lèvres sont majoritairement arrondies, avec 33 exemplaires sur 59. On notera la présence de 3 lèvres épaissies, sur des bords rentrants, et de 2 lèvres plates, sur un bord droit ou évasé.

11Les vases carénés figurent parmi les formes les plus emblématiques du mégalithisme sénégambien. Dans la nécropole de Wanar, parmi les 59 éléments dont la forme a pu être identifiée, 20 appartiennent à des vases carénés : 15 sont issus du monument XIX (12 fragments de col et 3 de carène) et 5 du monument I (4 fragments de col et 1 de carène). Lèvres effilées et arrondies sont ici représentées à part égale pour les deux monuments. Malgré une faible représentativité, le col des céramiques carénées est surtout associé à des bords droits (3/4), pour le monument I, alors que cette même classe formelle est majoritairement liée à des bords évasés (9/12), pour l’ensemble du corpus. La carène peut-être réalisée de deux façons distinctes, pour obtenir au final des formes similaires (fig. 6.A). Dans certains cas, elle résulte de la jonction du col et de la partie inférieure du vase (fond arrondi et panse), façonnés séparément (CC.T1). Dans d’autres cas, il s’agit d’un colombin modelé, seulement appliqué sur la face externe d’un vase à ouverture rétrécie (CC.T2). Cette observation, inédite, suggère l’existence de deux chaînes opératoires distinctes, l’une cherchant à imiter un répertoire formel sans toutefois en adopter les techniques de montage qui lui sont propres.

Figure 6

Figure 6

A : montage des vases à col carénés sur bol (CC.T1) ou par ajout externe de matière (CC.T2) ; B : montage des vases à bord à embase par ajout du ressaut interne (BE.T1), du ressaut externe (BE.T2) ou par montage de l’embase sur un bord rentrant (BE.T3).

DAO : A. Delvoye

12 Les bords à embase présentent deux branches montantes divergentes qui sont destinées à soutenir un couvercle. Actuellement, seule une faible part de l’assemblage (5 pièces) a été recueillies à Wanar. Pourtant, trois modalités d’exécution de l’embase ont été observées, suivant que l’un des ressauts, interne et/ou externe, est ajouté soit directement sur la lèvre du récipient, soit un peu en retrait d’un bord éversé ou rentrant (fig. 6.B). Bien que signalés sur de nombreux sites mégalithiques (Thilmans et al. 1980 : 57, 69), les bords à embase sont plutôt considérés comme caractéristiques des productions du delta du Sine-Saloum (Thilmans & Descamps 1982). Ils y sont surtout associés à des céramiques engobées de couleur rouge, généralement sur une pâte blanche. Ces considérations posent donc la question d’éventuels transferts stylistiques et techniques entre régions (voire entre sites) mais amènent également à considérer la place des techniques de montage des poteries au sein des corpus de céramiques archéologiques.

Les pâtes : types et répartition

13 Différents types de pâtes sont facilement observables à l’œil nu au sein de cet assemblage céramique. Elles contrastent par leur couleur, noire, blanche ou rouge, mais aussi par leur texture ou par la présence d’inclusions plus ou moins fines ; autant de critères qui, assurément, ne rendent pas compte des seules atmosphères de cuisson, mais probablement aussi des sources d’approvisionnement et des techniques mises en œuvre pour la préparation de l’argile. 356 tessons ont été ainsi été décrits pour le monument I, et 609 pour le monument XIX. Dans une première approche, on se contentera de distinguer trois grands groupes. Plus de 80% du corpus est représenté par des tessons à pâte noire, à l’échelle globale mais aussi à celle de chacun des deux ensembles originaires des monuments I (296 tessons) et XIX (511 tessons). Les céramiques à pâte blanche représentent environ 15% du total, avec 60 tessons provenant du monument I et 80 du monument XIX. Les 18 tessons à pâte rouge, largement minoritaires dans le monument XIX, sont absents du monument I (fig. 7a).

Figure 7

Figure 7

A : répartition générale des types de pâtes entre les monuments I et XIX ; B : répartition des types de pâtes au sein du monument XIX ; 1 et 2 : répartition par passe dans la zone interne ; 3 et 4 : évolution par passe dans la zone externe ; 5 : évolution du critère « engobe rouge » par passe (P.) dans la zone externe ; 6 : évolution du critère « engobe rouge » sur pâte blanche, pâte rouge et pâte noire par passe dans la zone externe.

DAO : A. Delvoye et L. Laporte

14 La stratigraphie du monument XIX nous offre la possibilité d’observer l’évolution de la fréquence des types de pâte au fil des évènements, à l’intérieur (247 tessons) comme à l’extérieur (264 tessons) du cercle de pierres dressées. Les tessons à pâte noire restent toujours majoritaires en nombre. Cependant leur proportion relative est plus élevée dans le niveau supérieur (passe 1), avec une décroissance progressive au fur et à mesure que l’on descend dans la stratigraphie. À l’extérieur du cercle de pierres dressées, les tessons à pâtes blanches sont surtout concentrés dans les niveaux supérieurs et intermédiaires (passes 1, 1’ et 2). Quelques tessons à pâte rouge sont également présents dans les passes 1’ et 2, mais ils sont totalement absents des niveaux sous-jacents. Ces derniers éléments de stratigraphie sont antérieurs, postérieurs ou contemporains des différentes phases d’effondrement du monument mégalithique adjacent. À l’intérieur du cercle de pierres dressées, il s’agit en revanche du remplissage d’une fosse au comblement tumulaire. Ici, les tessons à pâtes blanches n’apparaissent qu’en passe 3-5 et ceux à pâtes rouges en passe 4-6. Leur proportion augmente ensuite jusqu’en passe 8-9, vers la base de la stratigraphie mise au jour en 2008 (fig. 7b 1-4).

15 Les céramiques à engobe rouge ont été exclusivement localisées aux abords du monument XIX. Près de la moitié de ces tessons (18/40) proviennent du niveau supérieur (passe 1). Il s’agit presque exclusivement de tessons à pâte blanche (fig. 7b 5-6). Ces tessons engobés à pâte blanche laissent ensuite la place à une proportion accrue de tessons à pâte rouge, puis à pâte noire, dans les niveaux intermédiaires (passes 1’ et 2). Tous sont absents des niveaux profonds de la stratigraphie (passes 7-10).

Les décors : motifs et techniques

16Parmi l’assemblage céramique des monuments I et XIX, trois catégories de décors ont été distinguées : les impressions couvrantes, les lignes incisées horizontales à obliques et les décors minoritaires rassemblant cannelures, croisillons, cercles et motifs en vaguelettes (fig. 8 et 9). Avec 163 éléments, la première de ces trois catégories représente les trois quarts des tessons décorés. Elle nous renvoie à la technique d’impression à la roulette. S’il est certain que l’emploi de la roulette recouvre une vaste gamme de motifs, directement à lier au type d’outil utilisé (voir par ex. Hurley 1979 ; Soper 1985 ; Haour et al. 2010), notre analyse ne les envisage pour le moment que comme un ensemble technique.

Figure 8 – Répartition des décors entre les monuments I et XIX

Figure 8 – Répartition des décors entre les monuments I et XIX

DAO : A. Delvoye et L. Laporte

Figure 9 – Aperçu du répertoire décoratif présent sur les céramiques de Wanar (Campagne 2005-2008)

Figure 9 – Aperçu du répertoire décoratif présent sur les céramiques de Wanar (Campagne 2005-2008)

DAO : A. Delvoye

17Les décors d’impressions couvrantes constituent 85% du répertoire décoratif pour l’ensemble issu du monument I, où ils sont exclusivement réalisés sur des tessons à pâte noire. Ils ne représentent que 65% pour celui du monument XIX. Seuls 4 tessons portant des décors de lignes incisées, tous à pâte blanche, appartiennent à l’ensemble céramique du monument I, alors que ces mêmes décors constituent près d’un quart du répertoire décoratif de celui du monument XIX. Dans les deux cas, les autres types de décors comptent pour environ 10% du total. Aux abords du monument XIX, les fragments de vases décorés d’impressions couvrantes sont de plus en plus fréquents au fur et à mesure que l’on descend dans la stratigraphie. Tous les autres types de décors se concentrent préférentiellement dans les niveaux supérieurs et intermédiaires (passes 1, 1’ et 2). Dans la masse tumulaire interne au cercle de pierres dressées, et à une exception près provenant de la passe 1, seuls les décors d’impressions couvrantes ou de lignes incisées sont représentés (fig. 10 et 11).

Figure 10 – Répartition des types de décors du monument XIX par passe entre zone externe (A et B) et zone interne (C et D)

Figure 10 – Répartition des types de décors du monument XIX par passe entre zone externe (A et B) et zone interne (C et D)

DAO : A. Delvoye et L. Laporte

Figure 11 - Mise en perspective des types de décors suivant différents paramètres

Figure 11 - Mise en perspective des types de décors suivant différents paramètres

A : opposition entre pâtes blanches et autres types de pâtes, tous monuments confondus ; B : par monument, en excluant les pâtes blanches ; C : par monument, en ne considérant que les pâtes blanches.

DAO : A. Delvoye et L. Laporte

Variabilité interne du corpus

18L’ensemble du corpus étudié est très homogène. Ses caractéristiques sont de même nature que celles déjà décrites pour les ensembles céramiques provenant d’autres nécropoles mégalithiques de la zone occidentale du mégalithisme sénégambien, comme celles de Siné-Ngayène (Thilmans et al. 1980) ou de Mbolop Tobé (Gallay et al. 1982, 2010). On remarquera toutefois que la part accordée aux grands récipients dont la panse est souvent couverte d’impressions à la roulette a sans doute été un peu sous-estimée par rapport à celle des petits vases carénés, généralement retrouvés écrasés sur place près de la façade orientale du dispositif monumental. La proximité immédiate du monument I n’a livré que les fragments de 5 vases carénés. Parmi ces derniers, le seul profil complet correspond à un vase à carène basse. Les bords rentrants y sont majoritaires et 85% des tessons décorés présentent des impressions couvrantes à la roulette. Pour le corpus du monument XIX, de tels décors ne comptent que pour 65% du total, alors qu’un quart du répertoire décoratif est composé de lignes incisées. Les bords évasés y sont majoritaires et les vases carénés matérialisés par au moins 15 individus à carène haute. N’oublions pas toutefois qu’il s’agit d’un premier échantillonnage : la fouille de ces deux monuments n’étant pas encore achevée.

19Si les petits vases carénés et les grands récipients couverts d’impressions constituent l’essentiel du corpus, d’autres productions existent également, caractérisées notamment par leur type de pâte ou la présence d’une engobe rouge. Seuls quatre décors de lignes incisées ont été recueillis aux abords du monument I. Ils sont tous sur des tessons à pâte blanche, en apparence absente du comblement tumulaire de la fosse sépulcrale correspondante. Les niveaux fouillés en 2008 aux abords du monument I correspondent stratigraphiquement aux niveaux supérieurs (passe 1) et intermédiaires (passes 1’ et 2) dégagés, la même année, aux abords du monument XIX. Les vestiges présents dans ces niveaux sont postérieurs à l’effondrement des murettes intercalaires qui, alternant avec chaque monolithe, constituaient l’élévation de la façade du monument mégalithique. Les monolithes effondrés reposent en revanche sur les seuls niveaux intermédiaires. Ils recouvrent directement certaines des céramiques écrasées en place, toutes situées à l’interface des passes 1’ et 2 (fig. 4). La passe 1’ contient la plus grande diversité des types de pâtes et de décors en stratigraphie. Elle semble donc pouvoir être mise en relation avec une activité cérémonielle postérieure à un premier effondrement du dispositif monumental. En revanche, parmi les quelques tessons à engobe rouge recueillis sur ce monument, ceux à pâte blanche sont les seuls représentés dans la passe 1 qui est le niveau supérieur. Or ce sont ces mêmes vases à pâte blanche et engobe rouge, portant parfois des bords à embase, qui sont souvent rapprochés des productions du delta du Saloum. Cette production serait surtout abondante à un moment où le monument XIX était déjà totalement ruiné.

  • 4 L’attribution de cette céramique exceptionnelle de Wanar comme pouvant être une poterie faîtière no (...)

20Evoqué précédemment, le vase 2-4, dégagé incomplet au pied d’un des monolithes constituant le péristalithe du monument I, présente une base conique se poursuivant par un col légèrement bombé (le col étant alors devenu la base du vase). Sa surface extérieure est marquée par trois séries de trois cordons appliqués à profil triangulaire (fig. 12). À titre d’hypothèse de travail signalons que le rôle de poteries morphologiquement similaires dans un dispositif architectural est indiqué par Ch. Seignobos (1990) dans une étude sur les poteries faîtières de populations camerounaises des Monts Mandara4. Fabriquées sur commande, ces poteries mélangent à la fois fonction utilitaire (maintien de la partie supérieure d’une toiture conique) et fonction symbolique (manifestation du pouvoir hiérarchique). Ch. Seignobos (1990 : 164-165) a par ailleurs observé l’emploi d’une poterie faîtière (« duvumogi ») sur le tertre marquant la tombe du père d’un chef forgeron Njegn. Rappelons que selon nos observations à Wanar, la partie centrale des cercles mégalithiques était dominée par une masse tumulaire ayant aujourd’hui totalement ou en partie colluvionné vers l’extérieur selon les monuments. Au Mali (région de Sévaré), un vase funéraire d’une hauteur de 43,5 cm pour un diamètre maximal de 24,5 cm et un poids de près de 5 kg présente également une base conique de même que des cordons appliqués de section triangulaire (Tra deserto e savana : 1993 : 75).

Figure 12 – Comparaison du vase 2-4 du monument I (sondage 1) à gauche, avec des poteries faîtières du Cameroun, à droite

Figure 12 – Comparaison du vase 2-4 du monument I (sondage 1) à gauche, avec des poteries faîtières du Cameroun, à droite

D’après C. Seignobos 1990 : 165

DAO : L. Quesnel et A. Delvoye

21En conclusion de cette analyse du corpus céramique, nous souhaitons insister sur l’importance de ce type d’étude détaillée et chiffrée pour la connaissance de la céramique de l’aire mégalithique sénégambienne car elle repose sur un ensemble de plusieurs milliers de tessons. Or, s’il est vrai que la fouille des monuments correspondants est en cours et que certaines campagnes doivent encore être traitées, ces premiers résultats méritent, il nous semble, d’être portés à la connaissance de la communauté scientifique. Nos discussions et conclusions s’appuieront sur ces points qui semblent désormais acquis.

Discussions

22La présence de céramiques déposées en façade orientale des monuments circulaires et aux abords des lignes de pierres frontales figure comme une constante pour les sites localisés à l’ouest de l’aire mégalithique. Pour ces dépôts cérémoniels, ou résiduels, de récipients céramiques associés aux cercles mégalithiques la construction de sériations chronologiques est bien moins aisée que pour les puissantes stratigraphies des amas coquilliers dans les estuaires et les buttes anthropiques de la vallée du fleuve Sénégal. C’est pourtant pour ces premiers que la périodisation des vestiges matériels a connu les plus récents renouvellements avec à la fois la publication de fouilles déjà anciennes et de travaux récents (Gallay et al. 1982 ; Holl et al. 2007). À Wanar, les stratigraphies mises en évidence et l’éclairage nouveau sur le fonctionnement du dispositif monumental permettent de replacer dans leur contexte des productions céramiques qui n’avaient jusqu’alors été perçues qu’au travers des seules et rares formes entières déposées en façade des monuments. En conséquence cela tendait à négliger l’apport potentiel de l’ensemble des éléments, fragmentés mais très abondants, présents de façon résiduelle dans les comblements tumulaires internes aux cercles.

23Ainsi les poteries découvertes écrasées sur place, déposées à proximité les unes des autres, ont souvent été traitées comme un ensemble cohérent alors qu’au sein de ces ensembles il fut parfois distingué des céramiques dites « cultuelles » et d’autres dites « utilitaires » du fait de leurs dimensions (Thilmans et al. 1980 : 152). Cette interprétation d’ordre fonctionnel renvoie d’abord à des répertoires formels et décoratifs distincts. À Siné-Ngayène (cercles 25, 28, 32 et 27), comme à Mbolop Tobé (cercle 15) et à Wanar (cercles I et XIX), les dépôts dits « rituels » sont composés d’une majorité de vases à profil segmenté par une carène et d’un nombre plus réduit de bols, parfois représentés par un seul exemplaire. Le cas du cercle 25 de Siné-Ngayène est unique puisque l’on y dénombre huit bols pour six vases à cols carénés. Les vases carénés présentent soit des décors de cannelures, soit des bandeaux d’impressions à la roulette, encadrés par des incisions ou des cannelures. Les décors de cannelures semblent devoir être associés à des vases à carène basse tandis que les impressions en registre et décors incisés se retrouvent plutôt sur des vases à carène haute. En revanche, la plupart des bols ne sont pas décorés. Quelques-uns de ces éléments adoptent les décors des vases carénés. Sur ces derniers la présence de cannelures au niveau du diamètre maximal a été interprétée, selon les auteurs, comme correspondant ou non à une carène.

24À Mbolop Tobé, les relevés d’altitude pourraient suggérer (malgré la fragmentation et la dispersion des tessons) que les bols ont été déposés antérieurement aux vases carénés, à l’exception du pot 1 (Gallay et al. 2010 : 77). Ces derniers portent des décors d’impressions à la roulette, encadrés d’incisions. Le cercle XIX de Wanar présente un schéma similaire. On retrouve ces mêmes types de décors sur les vases à carène haute recueillis au sommet de la stratigraphie. Leur dépôt succède à celui d’un bol et de céramiques à profil segmenté, décorées de cannelures ou d’incisions.

25Malheureusement, les données disponibles dans la publication de Siné-Ngayène (Holl et al. 2007) ne permettent pas de prolonger ces observations, soigneusement consignées par A. Gallay (1982 ; 2010). En revanche, l’étude des cercles 25, 28 et 32 de Siné-Ngayène par l’équipe de G. Thilmans nous renseigne sur la position de ces poteries de grandes dimensions (alors qualifiées « d’utilitaires » en raison même de leurs dimensions), sur l’absence de perforation volontaire des fonds et sur la présence de traces de suie indiquant un passage au feu sur la paroi externe de certains exemplaires (Thilmans et al. 1980 : 40-41, 57, 69-71). Il s’agit de vases à ouverture rétrécie dont la panse est recouverte d’impressions à la roulette. Dix-neuf poteries ont été dégagées à l’est du monument 28 (principalement des bols et des vases carénés), dont douze autour des trois monolithes médians de la file de pierres frontales et quatre entre cette file et le monument circulaire, entre 20 et 40 cm de profondeur. Deux grandes poteries, considérées comme « utilitaires », gisaient toutefois à 60 cm de profondeur, au sud de la concentration précédente. Leur ouverture était dirigée vers le haut contrairement aux récipients précédents, systématiquement posés sur leur embouchure. Tous les fragments d’un troisième vase de grande taille ont été recueillis dans des dépôts supérieurs qui pourraient avoir été remaniés. Malgré des niveaux de découvertes identiques ou légèrement supérieurs à ceux des dépôts dits « rituels », les auteurs qualifient ces grandes poteries comme « appartenant à la civilisation mégalithique, mais abandonnés par ceux qui les utilisèrent avant que le cercle n’ait été dressé » (Thilmans et al. 1980 : 70).

26Cependant, les dépôts de céramiques en façade orientale des cercles mégalithiques sont généralement associés à une phase contemporaine de la fin de la mise en place des architectures mégalithiques. Leur position stratigraphique dans les sites fouillés ces dernières décennies permet d’apporter quelques nouveaux éléments de chronologie relative. À Wanar, un niveau d’effondrement de nodules latéritiques a été dégagé en périphérie du monument XIX. Les nodules composaient originellement des murettes élevées entre chaque monolithe du cercle mégalithique. Les céramiques écrasées en place gisaient quelques centimètres au-dessus de ce niveau d’effondrement. Leur dépôt est donc postérieur à une première dégradation du dispositif monumental. Il ne s’agit que d’une première étape dans la dégradation de cette architecture, car certaines de ces céramiques sont par ailleurs scellées sous le fût couché d’un monolithe dont la base est encore en place au sein du cercle de pierres dressées.

27Dans le cercle 15 de Mbolop Tobé (Santhiou Kohel), une structure qui semble en tout point similaire à celle que nous venons de décrire à Wanar, est interprétée comme un « dallage de 30 cm de large, constitué d’un seul niveau de cailloux sur lequel pouvaient reposer les céramiques dont on a retrouvé les gros tessons plus ou moins en place dans ce dallage […] » (Gallay et al. 2010 : 85). À Mbolop Tobé, certains fragments de céramique entrent en contact avec les nodules latéritiques composant la paroi effondrée, alors que plusieurs centimètres de sédimentation les séparent dans le cas précédemment cité. De même que sur le monument XIX de Wanar, les céramiques déposées en façade orientale du cercle 15 de Mobop Tobé sont ensuite recouvertes par le fût effondré de monolithes initialement dressés en façade du monument circulaire.

28Ces deux exemples suggèrent que le(s) dépôt(s) des vases se place(nt) dans un temps plus ou moins long après une première dégradation du monument et avant une seconde étape qui voit le basculement de certains monolithes.

29À Siné-Ngayène, G. Thilmans (Thilmans et al. 1980 : 43) signale qu’« immédiatement en dehors des monolithes du cercle [25], sur une bande en couronne d’environ 50 cm de large, furent également trouvés quelques blocs, jusqu’à 60 cm de profondeur ». De tels vestiges peuvent être aussi associés à l’effondrement de murettes, par ailleurs dégagées entre les monolithes du cercle. En façade de ce monument, les céramiques dites « cultuelles » gisaient à une profondeur de 50 à 60 cm, soit au même niveau ou un peu au-dessus de cet effondrement. Notons que le plan de G. Thilmans (Thilmans et al. 1980 : 58, fig. 34) positionne deux bols (76-3-4 et 76-3-9) sur la base d’une pierre frontale sectionnée. Il paraît alors difficile de suivre les auteurs quand ils indiquent que « certaines poteries [76-3-4 et 76-3-9] ont […] été refoulées par le déversement vers l’est de ce même monolithe » (Thilmans et al. 1980 : 58).

30Dans les cas où la façade du monument circulaire est uniquement composée de monolithes jointifs, comme pour le monument I de Wanar, ou lorsque nulle murette n’est identifiée entre les monolithes pourtant espacés d’un même cercle de pierres dressées, à l’exemple du monument 32 de Siné-Ngayène, l’observation de la stratigraphie ne permet pas de relever des témoignages similaires sur la déterioration physique des monuments. En ce qui concerne le monument I de Wanar, rappelons seulement que le vase 2-4 était scellé par l’effondrement de l’un des monolithes du cercle interne, comme le furent aussi les dépôts céramique retrouvés en façade du monument XIX.

31Les fouilles conduites sur le cercle 27 de Siné-Ngayène rendent compte d’une situation plus complexe (Holl et al. 2007). Si la compréhension des séquences architecturales et de dépôt des poteries n’est pas rendue aisée par le choix d’une fouille en cadrans, notons que les céramiques en place se concentrent au nord du monument, entre deux cercles de pierres dressées. Le dépôt de ces céramiques, essentiellement à profil segmenté par une carène, semble ainsi précéder « an installation made of piled laterite blocks » (Holl et al. 2007 : 145) dont les dimensions et le pendage, croissant vers l’extérieur, pourraient indiquer un niveau d’effondrement de nodules latéritiques. Au même niveau que la structure empierrée, furent trouvées deux céramiques à panse ovoïde à hémisphérique et col rentrant, ainsi que la partie supérieure d’une céramique de grande taille à bord rentrant.

Conclusion

32Au sein de la céramique protohistorique du Sénégal, les poteries carénées sont emblématiques du mégalithisme sénégambien. Les exemplaires les mieux conservés ont été recueillis devant la façade orientale de cercles de pierres dressées et parfois autour des pierres frontales. Les dépôts d’éléments céramiques apparaissent ainsi souvent postérieurs à une première ruine du monument circulaire, donc dissociés dans le temps des pratiques sépulcrales, mais des schémas alternatifs ne sont pas à exclure. À l’avenir l’organisation de ces dépôts et leur positionnement stratigraphique sera à vérifier systématiquement, afin de les mettre en relation de façon précise avec le phasage général de chacun des monuments. Il en va de même pour les productions de la frange occidentale de l’aire mégalithique si souvent rapprochées de celles des amas coquilliers du delta du Saloum. À Wanar, elles sont essentiellement présentes dans les niveaux supérieurs. Les interprétations diffèrent ensuite suivant la durée que l’on prête à de telles séquences et sur l’occurrence ou non de rites commémoratifs. Ceux-ci peuvent être seulement décalés dans le temps par une même population, mais ils pourraient tout aussi bien signaler une réappropriation de ruines prestigieuses par un autre groupe humain. Toutes ces poteries sont d’ailleurs absentes des dépôts funéraires.

33Dans le cadre d’une étude beaucoup plus générale des sociétés contemporaines de la formation des premiers grands états en Afrique de l’Ouest, A. Gallay (2010a, 2011) situe dans le delta du Saloum les premières transformations de la société qui s’imposeront ensuite dans ce que nous appelons aujourd’hui l’aire du mégalithisme sénégambien. Celui-ci serait lui-même antérieur aux nécropoles tumulaires qui, seules, s’étendent plus largement vers la côte occidentale du Sénégal. À ce sujet les questionnements engagés par A. Gallay sur une antériorité/postériorité des cercles mégalithiques par rapport aux tumulus méritent encore d’être discutés. L’ensemble du raisonnement a aussi pour trame de fond une sériation du mobilier céramique qui débouche sur la proposition d’une nouvelle périodisation du mégalithisme sénégambien. Une telle proposition paraît globalement en contradiction avec celles formulées précédemment par G. Thilmans et C. Descamps (1980 : 154-155) qui faisaient naître le mégalithisme sénégambien dans la zone centrale de son aire de répartition. Mais il est vrai que les éléments de chronologie absolue qui semblaient alors plaider en ce sens sont peu nombreux.

34En revanche, cette étude du mobilier céramique recueilli sur le site de Wanar fait apparaître une plus grande complexité que celle initialement appréhendée tant sur le plan des modalités de dépôt des ensembles de références que sur les différents choix techniques observables pour une même catégorie formelle Ainsi la piste de transferts techniques pour la réalisation de styles formels d’apparence similaire, comme les vases carénés ou les poteries à bord à embase, ouvre la voie à de nouvelles approches. Il en est de même de l’étude détaillée des outils utilisés pour la réalisation des décors imprimés. Le modèle proposé par A. Gallay (2010b) a le mérite d’être présenté sur la base d’un argumentaire susceptible d’être ou non validé, point par point. Les conclusions de notre étude suggèrent que des ajustements seront peut-être nécessaires en ce qui concerne la sériation du mobilier céramique. Dans les années à venir, celle-ci devra être confrontée à toute la variabilité des situations qui semble se dégager des travaux les plus récents sur le mégalithisme sénégambien.

Nous tenons à remercier tous ceux qui ont collaboré au projet Wanar, élaboré à la suite de l’expertise UNESCO de R. Joussaume et avec l’accord du Ministère de la Culture du Sénégal. Les missions ont bénéficié de subventions du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, à Paris (dès 2005) et de l’Université de Rennes I (2008-2011). Un grand merci également à J.-L. Le Bras à l’Ambassade de France à Dakar, C. Becker et C. Descamps pour leur accueil et à J. Polet, L. Garenne-Marot, M. Gutierrez et H. Pioffet pour leurs conseils.

Haut de page

Bibliographie

Ba M., Descamps C. & Thilmans G. (1997) – Fouille d’un tumulus à Ndiamon-Badat (Îles du Saloum, Sénégal). In : G. Thilmans (eds.), Fouilles et dégradation dans les îles du Saloum, Saint-Louis, Lille, Liège, 3, p. 1-14.

Bocoum H. (2000) – L’âge du fer au Sénégal, Histoire et Archéologie. IFAN Ch. A. Diop/ CRIAA, Dakar/Nouakchott.

Bocoum H. & McIntosh S. K. (2002) – Fouilles à Sincu-Bara, moyenne vallée du Sénégal. CRIAA/IFAN, Nouakchott/Dakar.

Chavanne B. (1985) – Villages de l’ancien Tekrour. Recherches archéologiques dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal. Éd. Karthala /CRA, Paris.

Cros J.-P., Laporte L., Bocoum H., Delvoye A., Diallo M., Lejay M., Bernard R., Dartois V. & Quesnel L. (sous presse) – Wanar : pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien. Volet II – Etude anthropologique et comparaisons. In : Actes du XIIIe Congrès international PANAF-SAFA (Dakar), novembre 2010, Dakar.

De Sapir L. (1971) – Shell middens of lower Casamance and problems of Diola protohistory. West African Journal of Archaeology, vol. 1, p. 23-54.

Delvoye A. (2010) – La céramique de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal) : approche des styles formels, décoratifs et techniques – Campagnes 2005 et 2008. Mémoire de Master 1, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, vol. I et II, Paris.

Descamps C., Thilmans G. & Thommeret J. (1974) – Données sur l’édification de l’amas coquillier de Dioron Boumak (Sénégal). Bulletin de liaison – ASEQUA, n° 41, p. 67-83.

Gallay A. (2010a) – Rites funéraires mégalithiques sénégambiens et sociétés africaines précoloniales : quelles compatibilités ? Bulletin et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 22, p. 84-102.

Gallay A. (2010b) – Sériation chronologique de la céramique mégalithique sénégambienne (Sénégal, Gambie). 700 cal BC–1700 cal. AD. Journal of African Archaeology, vol. 8, n° 1, p. 99-129.

Gallay A. (2011) – Les fouilles de Mbolop Tobé (Sinthiou Kohel, Sénégal) dans le contexte du mégalithisme sénégambien. Tome 2c : Le mégalithisme dans son cadre ethnohistorique et anthropologique. www.archeo-gallay.ch/1_01PlanSite.htm.

Gallay A., Gervaise P. & Curdy P. (1982) – Mbolop Tobe (Sinthiou Kohel, Sénégal) contribution à la connaissance du Mégalithisme Sénégambien. Archives suisses d’anthropologie générale, vol. 46, n° 2, p. 247-259.

Gallay A., Pignat G. & Curdy P. (2010) – La nécropole de Mbolop Tobe (Sinthiou Kohel, Sénégal) dans le contexte du mégalithisme sénégambien. Tome 1 : Les fouilles 1980-81 dans leur cadre archéologique régional, vol. 1a et b. www.archeo-gallay.ch/1_01PlanSite.htm.

Garenne-Marot L. & Polet J. (1997) – Préjugés et subjectivité dans l’approche des sites médiévaux ouest africains : tumulus ou sites d’habitats ? Le cas de Sintiou Bara, Moyenne vallée du fleuve Sénégal, Sénégal. Dossiers et Recherches sur l’Afrique, n° 4, p. 31-51.

Gelbert A. (2003) – Traditions céramiques et emprunts techniques : études ethnoarchéologique dans les haute et moyenne vallées du fleuve Sénégal. Ed. Maison des Sciences de l’Homme – Epistèmes, coll. Référentiels, Paris.

Gueye N. S. (1995) – Poteries et peuplements de la moyenne vallée du fleuve Sénégal du XVIe au XXe siècle : approches ethnoarchéologique, archéologique ethnohistorique. Thèse de doctorat, 2 vol. Université Paris X, Nanterre.

Haour A., Manning K., Arazi N., Gosselain O., Gueye N. S., Keita D., Livingstone Smith A., McDonald K., Mayor A., McIntosh S. & Vernet R. (2010) – African pottery roulettes : past and present : techniques, identification and distribution. Oxbow Books, Oxford.

Holl A. F. C., Bocoum H., Dueppen S. & Gallagher D. (2007) – Switching mortuary codes and ritual programs : the double-monolith-circle from Sine-Ngayene, Senegal. Journal of African Archaeology, vol. 5, n° 1, p. 127-148.

Hurley W.M. (1979) – Prehistoric cordage : identification of impressions on pottery. Aldine manuals on archaeology, vol. 3, Washington, Taraxacum.

Joire J. (1955) – Découvertes archéologiques dans la région de Rao (Bas-Sénégal). Bull. IFAN, série B, t. 17, n° 3-4, p. 249-333.

Laporte L., Bocoum H., Bernard R., Bertin F., Dartois V., Delvoye A., Diop M., Kane A. & Quesnel L. (2009) – Le site mégalithique de Wanar (Sénégal). Note préliminaire sur un nouveau programme de coopération entre la France et le Sénégal. Afrique : Arts et Archéologie, vol. 5, p. 99-108.

Laporte L., Bocoum H., Delvoye A., Cros J.-P., Diallo M., Lejay M., Bernard R., Dartois V. & Quesnel L. (sous presse a) – Wanar : une nécropole mégalithique de l’aire sénégambienne sous le signe de la dualité. Volet I – Analyse des dispositifs architecturaux. In : Actes du XIIIe Congrès international PANAF-SAFA (Dakar), novembre 2010, Dakar.

Laporte L., Bocoum H., Cros J.-P., Delvoye A., Bernard R., Diallo M., Diop M., Kane A., Dartois V., Lejay M., Bertin F. & Quesnel L. (sous presse b)  – African megalithism : from graves to ruined megalithic monuments, throught the example of Wanar (Senegal). Antiquity.

McIntosh S. K. & McIntosh R. J. (1993) – Field Survey in the tumulus zone of Senegal. African Archaeological Review, vol. 11, p. 73-107.

Richard F. G. (2009) – Historical and dialectical perspectives on the archaeology of complexity in the Siin-Saalum (Senegal) : Back to the future ? African Archaeological Review, vol. 26, n° 2, p. 75-135.

Sall M. (2005) – Traditions céramiques, identités et peuplement en Sénégambie. Ethnographie comparée et essai de reconstitution historique. Cambridge Monographs in African Archaeology 63, BAR International Series 1407.

Seignobos C. (1990) – Note sur les poteries faîtières du Nord-Cameroun. In : D. Barreteau & H. Tourneux (eds), Relations interethniques et culture matérielle dans le bassin du lac Tchad. Actes du IIIe colloque Méga-Tchad, Paris, sept. 1986, ORTSOM, p. 157-174.

Soper R. (1985) – Roulette décoration on african pottery : technical considerations, dating and distributions. African Archaeological Review, vol. 3, p. 29-51.

Thilmans G., Descamps C. & Khayat B. (1980) – Protohistoire du Sénégal : les sites mégalithiques. Tome I, Mémoires de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, n° 91, IFAN, Dakar.

Thilmans G. & Ravisé A. (1980) – Protohistoire du Sénégal : Sintiou-Bara et les sites du fleuve. Tome II, Mémoires de l’Institut Fondamentale d’Afrique Noire, n° 91, IFAN, Dakar.

Thilmans G. & Descamps C. (1982) – Amas et tumulus coquilliers du Delta du Saloum. In : Recherches scientifiques dans les parcs nationaux du Sénégal. Mémoire de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, n° 92, IFAN, Dakar, p. 31-50.

Thilmans G. (1997) – Sauvegarde de certains amas coquilliers du Saloum. In : G. Thilmans (ed.), Fouilles et dégradation dans les îles du Saloum. Saint-Louis – Lille – Liège, 3, p. 22-29.

Thilmans G. & Descamps C. (2006) – Fouille d’un tumulus à Ndalane (région de Kaolack, Sénégal). In : C. Descamps & A. Camara (dir.), Senegalia. Études sur le patrimoine ouest-africain. Sépia, Saint-Maur-des-Fossés. p. 239-249.

Tra deserto e savana : elementi di cultura materiale lungo il Niger [esposizione] (1993) – Come, Pinacoteca Civica, 18 diciembre 1993 – 20 febbraio 1994.

Haut de page

Notes

1 Pour une discussion sur les provinces archéologiques au Sénégal voir : Garenne-Marot & Polet (1997) et Richard (2009).

2 Le terme de tumulus peut toutefois induire quelques confusions en ce qu’il ne distingue pas toujours très clairement les buttes funéraires anthropiques construites sur plusieurs mètres de hauteur, d’une part, et, d’autre part, les comblements tumulaires de larges fosses sépulcrales dépassant à peine au-dessus du sol. Par ailleurs, certains auteurs ont souligné que les grandes buttes anthropiques de la vallée du fleuve Sénégal («tells » et tumulus), classiquement assimilées à d’« anciens villages », furent peut-être un peu hâtivement opposées au caractère supposé systématiquement funéraire des buttes anthropiques rencontrées dans le centre ouest du pays (Garenne-Marot & Polet 1997) : il semble que, dans ces deux régions, se mêlent à la fois sites d’habitat et espaces funéraires (McIntosh & McIntosh 1993).

3 La position (basse ou haute) de la carène sur le vase, induisant un col et une épaule plus ou moins importante, sera précisée. Bien que ces termes restent toutefois à définir pour une étude systématique, nous emploierons ici celui de carène basse lorsque la longueur de l’épaule sera supérieure ou égale à 2,5 cm et présentera une angulation comprise entre 70° et 90° (exemple : vase 1 du monument I, fig. 5.1). Les poteries carénées ne possédant pas ces caractéristiques seront considérées comme possédant une carène haute.

4 L’attribution de cette céramique exceptionnelle de Wanar comme pouvant être une poterie faîtière nous a été proposée par L. Garenne-Marot qui se réfère à cet article.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-1.png
Fichier image/png, 231k
Titre Figure 1 – Aperçu des céramiques archéologiques issues des quatre « provinces » archéologiques du Sénégal telles qu’elles furent présentées par B. Chavane en 1985
Légende 1 : Céramique de la vallée du fleuve Sénégal (Thilmans et Ravisé 1980 : 97-98). 2 : Céramique des tumulus du centre-ouest (zone sud, Région IV ; McIntosh et McIntosh 1993 : 95). 3 : Vases à bords à embase du delta du Saloum (Thilmans 1997 : 29, publié sans échelle). 4 : Poteries déposées en façade orientale du cercle 28 de Siné-Ngayène (Gallay et al. 2010 : 44). (DAO : A. Delvoye)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 2 – Plan de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal) et figuration des monuments I et XIX, fouillés en 2008, et du monument XIV, sondé en 2005
Crédits Relevés topographiques : R. Bernard ; DAO : L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 3 – Répartition des fragments et poids du mobilier par zone de fouille dans la nécropole de Wanar.
Légende A : céramique ; B : terres cuites architecturales.
Crédits DAO : A. Delvoye et L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 4 – Monument XIX
Légende A : diagramme de correspondance des passes ; B : répartition des fragments de céramique et de terre cuite architecturale (TCA) entre zone interne et zone externe ; C : répartition des poids de céramique et de TCA entre zone interne et zone externe ; D : évolution du nombre de fragments de céramique et de TCA par passe ; E : évolution du nombre de fragments de céramique et de TCA par passe ; F : évolution des poids de céramique et de TCA par passe ; G : évolution des poids de céramique et de TCA par passe.
Crédits DAO : A. Delvoye et L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 5 – Vases retrouvés en situation de dépôt sur la façade est du monument I (n°1 et 2) et du monument XIX (n°3 à 7)
Crédits Dessin : A. Delvoye et L. Laporte ; DAO : L. Quesnel
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Figure 6
Légende A : montage des vases à col carénés sur bol (CC.T1) ou par ajout externe de matière (CC.T2) ; B : montage des vases à bord à embase par ajout du ressaut interne (BE.T1), du ressaut externe (BE.T2) ou par montage de l’embase sur un bord rentrant (BE.T3).
Crédits DAO : A. Delvoye
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 7
Légende A : répartition générale des types de pâtes entre les monuments I et XIX ; B : répartition des types de pâtes au sein du monument XIX ; 1 et 2 : répartition par passe dans la zone interne ; 3 et 4 : évolution par passe dans la zone externe ; 5 : évolution du critère « engobe rouge » par passe (P.) dans la zone externe ; 6 : évolution du critère « engobe rouge » sur pâte blanche, pâte rouge et pâte noire par passe dans la zone externe.
Crédits DAO : A. Delvoye et L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 8 – Répartition des décors entre les monuments I et XIX
Crédits DAO : A. Delvoye et L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Figure 9 – Aperçu du répertoire décoratif présent sur les céramiques de Wanar (Campagne 2005-2008)
Crédits DAO : A. Delvoye
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 10 – Répartition des types de décors du monument XIX par passe entre zone externe (A et B) et zone interne (C et D)
Crédits DAO : A. Delvoye et L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Figure 11 - Mise en perspective des types de décors suivant différents paramètres
Légende A : opposition entre pâtes blanches et autres types de pâtes, tous monuments confondus ; B : par monument, en excluant les pâtes blanches ; C : par monument, en ne considérant que les pâtes blanches.
Crédits DAO : A. Delvoye et L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 12 – Comparaison du vase 2-4 du monument I (sondage 1) à gauche, avec des poteries faîtières du Cameroun, à droite
Légende D’après C. Seignobos 1990 : 165
Crédits DAO : L. Quesnel et A. Delvoye
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/641/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Delvoye, Luc Laporte, Hamady Bocoum, Jean-Paul Cros, Mahmoud Diallo, Vincent Dartois, Mathieu Lejay, Laurent Quesnel et Francis Bertin, « Premières données sur le matériel céramique de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal) », Afrique : Archéologie & Arts, 7 | 2011, 73-92.

Référence électronique

Adrien Delvoye, Luc Laporte, Hamady Bocoum, Jean-Paul Cros, Mahmoud Diallo, Vincent Dartois, Mathieu Lejay, Laurent Quesnel et Francis Bertin, « Premières données sur le matériel céramique de la nécropole mégalithique de Wanar (Sénégal) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/641 ; DOI : 10.4000/aaa.641

Haut de page

Auteurs

Adrien Delvoye

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 3 rue Michelet, F-75006 Paris, adrien.delvoye@gmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Luc Laporte

UMR 6566 du CNRS (CREAAH), Université de Rennes 1, Campus de Beaulieu, Laboratoire ArchéoSciences (bât. 24-25), 74205 CS, F-35042 Rennes cedex, luc.laporte@univ-rennes1.fr

Articles du même auteur dans la revue

Hamady Bocoum

IFAN-Direction du Patrimoine, Route de la Corniche ouest, Dakar (Sénégal), hawab@hotmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Jean-Paul Cros

UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe Afrique, Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre Cedex, cros.jeanpaul@sfr.fr

Articles du même auteur dans la revue

Mahmoud Diallo

Université de Genève, Département d’Anthropologie, CP511, 1211 Genève 24 (Suisse), dorishabi@gmail.com

Vincent Dartois

Missions Archéologique Départementale de l’Eure, Site de Gisacum, 8 rue des thermes, F-27930 Le-Vieil-Evreux, vincent.dartois@hotmail.fr

Articles du même auteur dans la revue

Mathieu Lejay

Université Rennes 1, Campus de Beaulieu, Laboratoire ArchéoSciences (bât. 24-25), 74205 CS, F-35042 Rennes cedex, lejay.m@gmail.com

Laurent Quesnel

UMR 6566 du CNRS (CREAAH), Université de Rennes 1, Campus de Beaulieu, Laboratoire ArchéoSciences (bât. 24-25), 74205 CS, F-35042 Rennes cedex, laurent.quesnel@univ-rennes1.fr

Articles du même auteur dans la revue

Francis Bertin

UMR 6566 du CNRS (CREAAH), Université de Rennes 1, Campus de Beaulieu, Laboratoire ArchéoSciences (bât. 24-25), 74205 CS, F-35042 Rennes cedex, francis.bertin@univ-rennes1.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org