Navigation – Plan du site
Nouvelles

Un vase « néolithique » en céramique dans l’Anti-Atlas marocain

Christian Dugast et Gérard Gouraud
p. 49-52

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Récipient qui nous a été remis en mars 2010 par Lahoucine Bouffi, guide marocain.
  • 2 Le canyon est situé sur un plateau du versant sud de l’Anti-Atlas, à environ 160 km au sud d’Agadir (...)

1Un récipient en céramique découvert par un nomade1 à l’intérieur d’un abri rocheux peu profond (fig. 1, 2) soulève un certain nombre de questions. L’abri est situé à une vingtaine de mètres en surplomb du cours d’eau qui coule dans le canyon d’Amtoudi, au lieu-dit « Boulakouass »2. La station debout y étant impossible, il semble donc n’avoir pu servir que de halte. Le vase se trouvait en position retournée sous quelques centimètres de sédiments ; aucun autre mobilier n’a été signalé à proximité immédiate. Dans le voisinage existent d’autres abris, des tumulus et de nombreuses gravures rupestres (bovidés, spirales et chars). À une dizaine de kilomètres en contrebas, dans la vallée et autour de la palmeraie, ont été repérés de nombreux autres sites à gravures, des polissoirs, un gisement à microlithes, de nombreux tessons et des sites à gros débitage levallois autour des éminences où abondent les gravures.

Description

  • 3 S’il s’agit de traces de passage au feu, elles restent, selon l’auteur de la découverte, antérieure (...)

2De petit format (96 mm de haut pour un diamètre maximum de 140 mm), ce récipient à fond conique est de couleur beige avec des nuances ocre/orangé et des plages noirâtres3 (fig. 1). Son ouverture évasée a un diamètre de 130 mm. La céramique est de bonne qualité et très solide, avec des parois épaisses de 6 mm (au niveau du bord) à 16 mm (à celui du fond). Le dégraissant minéral est composé de sable et de quartz finement pilé. Le bord est plat, simple, voire très légèrement arrondi par endroits. Le fond, très épais, a été abîmé lors de sa découverte. Il existe une asymétrie dans la forme comme dans l’agencement des décors et la distribution des éléments de préhension.

Figure 1 – Récipient en céramique d’Amtoudi, ses faces diamétralement opposées et sa section

Figure 1 – Récipient en céramique d’Amtoudi, ses faces diamétralement opposées et sa section

© V. Dugast et © G. Gouraud

Figure 2 – Falaise du canyon d’Amtoudi avec position de l’abri

Figure 2 – Falaise du canyon d’Amtoudi avec position de l’abri

© V. Dugast

3Les décors, qui occupent les deux tiers supérieurs du bol, consistent en deux séries de motifs séparés par un sillon. Dans la partie supérieure, un bandeau horizontal est limité de chaque côté par des cannelures : l’une à peine visible et discontinue longe l’ouverture du récipient, l’autre bien marquée dessine de larges ondulations conférant à la frise une largeur très variable (18 à 30 mm). Entre ces deux sillons, un décor géométrique de triangles hachurés, inversés alternativement, donne à la frise un aspect en chevrons. Lorsque le bandeau est large, le décor est « foisonnant » avec des triangles plus allongés et irréguliers ; inversement, quand le bandeau s’amincit, le décor devient plus symétrique voire géométrique avec des triangles proches de l’équilatéral.

4Du sillon inférieur prennent naissance des motifs verticaux imprimés à l’aide d’un outil à deux dents. Ces points disposés en lignes forment des arborescences hautes de 30 à 40 mm qui descendent en guirlande vers la base du récipient. À l’exemple du bandeau supérieur, le décor de la panse est très variable d’une face à l’autre. Les motifs verticaux sont plus rectilignes et disjoints quand le bandeau est mince (décor symétrique) ; ils deviennent « arborescents » sur l’autre face en regard du motif « foisonnant » de la frise horizontale.

5Deux anses funiculaires externes opposées – oreilles perforées, de faible diamètre (3,5 mm) – sont disposées verticalement dans la moitié supérieure du vase, mais nettement en dessous de la frise en chevrons. À l’exemple de la panse à laquelle elles sont accolées, elles sont abondamment décorées par impression. À l’intérieur du décor en chevron, quatre boutons au relief peu marqué (3 mm), régulièrement espacés sur le pourtour du bol, sont perceptibles à la jonction de deux structures triangulaires : deux au-dessus des anses funiculaires et deux autres à mi-distance.

Comparaisons et tentative d’attribution culturelle

6L’absence de contexte archéologique immédiat, mais aussi la décoration du vase, rendent toute interprétation tant sur le plan chronologique que culturel difficile. Par ailleurs, dans cette région où gravures rupestres et tumulus ont essentiellement retenu l’attention, les éléments de comparaison demeurent rares – et les nombreux tessons de céramique retrouvés dans la vallée, à environ 5 km en contrebas de l’abri diffèrent par leurs décors.

7Au cours des années 1970/1980, quelques chercheurs se sont intéressés au bassin du Draa. À environ 80 km à l’est d’Amtoudi, dans la région d’Akka, le site néolithique de l’Adrar N’Metgourine renferme des céramiques à anses funiculaires externes (Grébénart 1995) et certains tessons (Grébenart & Simoneau 1975 ; Grébénart 1972, 1997) portent des décors rappelant celui du bandeau supérieur du vase présenté ici ; la grande majorité reste cependant plus proche de ceux collectés près de la palmeraie, en contrebas de l’abri.

  • 4 In courriel 9 mai 2010

8Des quatre phases évolutives du Néolithique ancien du nord du Maroc définies par Jean-Pierre Daugas et Abdelaziz El Idrissi (Daugas & El Idrissi 2008 ; El Idrissi 2012), ce serait la phase C qui semblerait à Jean-Pierre Daugas4 avoir produit des céramiques les plus proches de celle d’Amtoudi. Néanmoins, cette appartenance à un Épicardial d’inspiration andalouse ou portugaise, comme celui identifié dans la région de Casablanca (5500 à 4800 avant notre ère), l’interpellait. En effet, une localisation très au sud et si loin de la côte témoignerait alors d’une dynamique expansionniste remarquable – jusqu’à aujourd’hui jamais envisagée – des populations épicardiales, et un seul vase ne saurait suffire à l’attester.

Conclusion

9Le vase d’Amtoudi, découverte unique et excentrée, pose problème et reste difficilement attribuable aux cultures néolithiques – voire plus récentes – de cette région. Le fait que ce récipient entier soit isolé, en un endroit peu spacieux, sa position retournée et le soin apporté à son décor, rendent plausible l’utilisation de l’abri comme « cache », l’intention du dépositaire étant de revenir. Des exemples de caches ont déjà été signalés en d’autres lieux du Sahara. Tout ceci souligne l’importance de poursuivre des recherches en ce secteur de l’Anti-Atlas marocain de façon à le situer chronologiquement et à appréhender les éventuelles influences (andalouses, telliennes, sahariennes) dont témoignerait notamment son décor.

Nous remercions (+) Jean-Pierre Daugas, Roger Joussaume Danilo Grébenart et Jean-Loïc Le Quellec pour leurs conseils et remarques pertinentes mettant en exergue toutes les incertitudes liées à cette découverte.

Haut de page

Bibliographie

Daugas J-P., El Idrissi A., Ballouche A., Marinval P. & Ouchaou B. (2008) – Le Néolithique ancien au Maroc septentrional : données documentaires, sériation typochronologique et hypothèses génétiques. Bulletin de la société préhistorique française, 105 (4) : 787-812.

El Idrissi A. (2012) – Le Néolithique du Maroc : État de la question. In : Actes del Vème Congrés Internacional Xarxes al Neolític : 333-341.

Grebenart D. (1975) – Matériaux pour l’étude de l’Épipaléolithique et du Néolithique du littoral du Maroc saharien. In : Actes du colloque d’Aix-en-Provence sur l’Epipaléolithique méditerranéen (juin 1972), Paris, CNRS : 151-188.

Grebenart D. (1995) – Le Néolithique de l’Adrar n’Metgourine (région d’Akka, Maroc). In : R. Chenorkian (éd.), L’Homme méditerranéen, Aix-en-Provence, Université de Provence : 101-112.

Grebenart D. (1997) – La Préhistoire du Sahara marocain septentrional et de ses bordures montagneuses. État des recherches en 1997, bibliographie. Préhistoire Anthropologie Méditerranéenne, 6 : 121-140.

Grebenart D. & Simoneau A. (1975)Poterie à anse funiculaire « sous-cutanée » de l’Adrar n’Metgourine (bassin du Draâ, Maroc). Notes africaines, 148 : 101-102.

Haut de page

Notes

1 Récipient qui nous a été remis en mars 2010 par Lahoucine Bouffi, guide marocain.

2 Le canyon est situé sur un plateau du versant sud de l’Anti-Atlas, à environ 160 km au sud d’Agadir et à 100 km de la côte.

3 S’il s’agit de traces de passage au feu, elles restent, selon l’auteur de la découverte, antérieures à son exhumation.

4 In courriel 9 mai 2010

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 1 – Récipient en céramique d’Amtoudi, ses faces diamétralement opposées et sa section
Crédits © V. Dugast et © G. Gouraud
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 2 – Falaise du canyon d’Amtoudi avec position de l’abri
Crédits © V. Dugast
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dugast et Gérard Gouraud, « Un vase « néolithique » en céramique dans l’Anti-Atlas marocain », Afrique : Archéologie & Arts, 11 | 2015, 49-52.

Référence électronique

Christian Dugast et Gérard Gouraud, « Un vase « néolithique » en céramique dans l’Anti-Atlas marocain », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 10 décembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/529 ; DOI : 10.4000/aaa.529

Haut de page

Auteurs

Christian Dugast

dugast.ch@gmail.com – UMR 6566 CNRS, Université de Rennes 1
Bâtiment 24-25 Campus de Beaulieu, 263 avenue du général Leclerc,
campus de Beaulieu,
CS 74205,
35042 Rennes Cedex

Gérard Gouraud

gouraudg@orange.fr – UMR 6566 CNRS, Université de Rennes 1
Bâtiment 24-25 Campus de Beaulieu, 263 avenue du général Leclerc,
campus de Beaulieu,
CS 74205,
35042 Rennes Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org