Navigation – Plan du site

Notes sur Ndéba, une enceinte fortifiée à la frontière du Cameroun et du Nigéria

Réflexions préliminaires entre archéologie et histoire
Report on Ndeba, a linear earthwork in the Cameroon-Nigeria borderlands. Preliminary discussions situated between archaeology and history
Geoffroy de Saulieu, David Zeitlyn, Bienvenu Denis Nizésété et François Ngouoh
p. 39-48

Résumés

L’étude du site fortifié de Ndéba dans la région mambila du Cameroun (Adamaoua) laisse ressortir deux phases successives d’occupation : l’une datée du premier millénaire de notre ère, l’autre, marquée par la construction du fort, appartiendrait à la fin du xixe siècle, voire au début du xxe. Cet établissement est un témoin intéressant de la période d’insécurité généralisée qui couvre tout le xixe siècle, et qui est déjà connue par les sources historiques. Dans un tel contexte, peut-on le considérer comme l’illustration d’une manifestation de prise d’indépendance politique par une petite communauté de l’ouest du Cameroun central ? Cette réflexion est sans doute trop précoce, mais elle cherche à s’orienter vers une interrogation encore non résolue sur les antécédents de ce témoin archéologique visible et sur son enracinement éventuel dans le temps long.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cameroun/Cameroon, Nigéria/Nigeria, Ndéba
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’enceinte de Ndéba se trouve dans le village de Somié, dans la région de l’Adamaoua, à proximité de la route reliant Ndu (région du Nord-Ouest) à Banyo (fig. 1). Cet axe longe la frontière nigériano-camerounaise qui, au niveau de Somié, suit globalement le tracé de la crête de la Dorsale camerounaise. C’est au pied de cette crête que naît la plaine Tikar, qui s’étend vers le sud. Si les zones de plaine étaient originellement recouvertes de forêts plus ou moins sèches et de savanes arborées, le versant sud de la Dorsale restait plus densément boisé ; il a subi depuis quelques années d’importants défrichements.

2La population de Somié est aujourd’hui essentiellement mambila. Cette communauté est étudiée depuis les années 1980 par David Zeitlyn (1992, 1994 ; Zeitlyn et al. 2000). De même que les langues kwanja, wute et wawa, la langue mambila fait partie du groupe mambiloïde, branche non bantoue du bantoïde (Connell 2000 ; Blench 2006). Si la majorité des Mambila est localisée au Nigéria, leur présence au Cameroun correspond à la limite sud du groupe. Leur origine fait débat : il est généralement admis que leur arrivée au Cameroun est récente, mais il est difficile de le prouver. D’après les traditions orales, les Mambila de cette région camerounaise seraient venus du Nigéria, en au moins quatre vagues, durant le xixe siècle ; mais rien n’exclut réellement des vagues de peuplement plus anciennes, voire une origine locale. Les quatre groupes successifs du xixe siècle se seraient appelés Liap, Ndeba, Njerep et Mvop. D’après les données actuelles, ces différentes vagues se seraient succédé en se faisant concurrence, tout en repoussant peu à peu les Tikar vers le sud. Les Mvop, derniers arrivés, auraient pris le dessus sur les autres groupes, à tel point que la majorité des Mambila de la région de Somié s’en réclame aujourd’hui. Or, le site archéologique que nous avons étudié porte le nom de Ndéba, et fait explicitement référence au deuxième groupe des Mambila (Zeitlyn et al. 2000 ; Zeitlyn & Connell 2003) qui seraient venus vivre en plaine Tikar.

  • 1 Les « lamidats foulbé » (dont les dirigeants sont des « lamido ») étaient de petits royaumes musulm (...)

3Durant la seconde moitié du xixe siècle, la situation politique au sud-ouest du plateau de l’Adamaoua est dominée par les rivalités et des guerres entre les lamidats1 foulbé de Kontcha, Tibati et Ngaoudéré à l’est. À l’époque où le lamidat de Banyo prend son indépendance de celui de Kontcha, les Allemands arrivés au sud Cameroun se frayent un chemin vers le nord et arrivent à Banyo au tout début du xxe siècle. Chaque lamidat prélevait alors le tribut sur les populations de son territoire (souvent sous forme d’esclaves) et entreprenait des raids esclavagistes sur ses marges de manière à étendre son influence (Gausset 1998, 2010 ; Hurault 1975 ; Mohamadou 1986, 1991).

  • 2 Njoya 1952 : 144-145, Voir aussi le rapport inédit de l’administration coloniale de Banyo A.N.Y. : (...)

4Les Mambila apparaissent dans l’histoire de Banyo de manière secondaire. Ils sont principalement mentionnés parce que l’un des premiers lamido mourut à Ribao en 1893 après un raid contre les Mambila : il s’agirait soit d’Usmanu, soit de Hamma Gabdo (Njoya 1952 : 144-145 ; Mohamadou 1978 : 173)2.

5On trouve un écho de cet évènement dans l’historiographie mambila. Un des premiers chefs mvop était connu sous le nom de Tchokmo (du mambila Cɔk mòn, littéralement « mes vêtements »). Il s’agissait en réalité d’un surnom rappelant son allégeance au lamido de Banyo à l’occasion d’un voyage où un ensemble élaboré de tuniques lui avait été offert. Certaines cartes en gardent le souvenir puisque le village de Somié est parfois noté Tchokmo ou Tchokmon.

6L’historiographie mambila de la plaine Tikar se concentre principalement sur les différentes vagues par lesquelles les Mambila y sont venus. Mais si l’on admet la portée régionale des raids et l’insécurité qui s’en suivit, il est surprenant que les Fulbé et que les forts soient si peu importants dans l’histoire mambila. L’une des explications réside dans le fait que les chefs Mvop soumis à Tchokmo acceptèrent l’autorité de Banyo. Deux hypothèses sont alors envisageables : soit ils n’ont pas creusé leurs propres forts (ils pourraient être antérieurs), soit ils ne les ont pas considérés comme un symbole important dans leurs récits.

  • 3 Nicodeme Mial a également travaillé avec B. Connell.

7Les sources principales sont Nicodeme Mial et Charles Mbe (ou Mgbe), qui ont tous deux travaillé étroitement avec David Zeitlyn entre 1985 et respectivement 2003 et 19983. L’une des raisons pour lesquelles nous leurs accordons une grande valeur est qu’ils ont spontanément rassemblé des textes écrits, avant même que David Zeitlyn ne débute son propre travail ethnographique à Somié. David Zeitlyn a également travaillé durant des années sur l’histoire mambila avec de nombreuses personnes âgées de Somié et d’autres villages. C’est sur la base de cette recherche qu’une synthèse générale a pu être élaborée, en tentant d’être aussi clair que possible lorsque des convergences solides entre informateurs – voire des divergences – apparaissaient.

8Le fort de Ndéba consiste en un important aménagement défensif situé juste sur le piémont (fig. 1). Il s’agit d’un vaste fossé très bien conservé associé à un talus (fig. 2), ensemble formant une structure trapézoïdale de plus de 200 m de large faisant penser à un ancien village retranché. Contrairement au Nigéria tout proche, il n’y a pas actuellement ce que l’on pourrait appeler une « archéologie des forts et des enceintes » au Cameroun. Les rares indications dont nous disposons proviennent de travaux ethnographiques ou de prospections archéologiques non publiées. Ainsi l’on sait qu’il en existe de nombreux exemples dans la plaine Tikar, le plus proche étant au lieu-dit « lycée technique de Bankim ». Des vestiges sont aussi présents en pays bamoun, par exemple derrière l’hôpital de Foumbam, ainsi que dans les Grassfields, sous des formes plus diverses (Nkwi & Warnier 1982 ; Warnier 1985 : 271, 2009 : 149-164). La région mambila du Cameroun possède également des traces de ces aménagements militaires connus localement. La tradition fait mention de nombreux forts avec fossé, comme à Kuti, Tor-Luo et Duabang, tous situés dans un rayon de quelques kilomètres autour de Somié (Zeitlyn et al. 2000).

Fig. 1 – Situation de l’enceinte fortifiée de Ndéba, sur le piémont, à quelques kilomètres au nord du village actuel de Somié

Fig. 1 – Situation de l’enceinte fortifiée de Ndéba, sur le piémont, à quelques kilomètres au nord du village actuel de Somié

Fig. 2 – Fossé et talus intérieur de l’enceinte de Ndéba

Fig. 2 – Fossé et talus intérieur de l’enceinte de Ndéba

Le fossé faisait initialement 2,5 m de profondeur, tandis que le talus intérieur dépassait probablement un mètre.

© David Zeitlyn

9Dès les années 2000, David Zeitlyn organise avec le soutien financier de la British Academy une première étude archéologique qu’il confie à Rigobert Tueché. Après son décès prématuré, Bienvenu Denis Nizésété lui succède et poursuivra ces recherches jusqu’en 2005. Les travaux ont consisté en de nombreuses prospections, en études ethnoarchéologiques sur la céramique et en fouilles, notamment dans le site de Ndéba (Nizésété & Zeitlyn 2008 ; Nizésété 2013). Ces dernières se concentrent alors à l’intérieur de l’enceinte et révèlent des concentrations et des étalements de tessons de céramique suggérant la présence ancienne de nombreux établissements domestiques. Les sondages indiquent tous une stratigraphie simple et fournissent des charbons en majorité datés entre les ier et vie siècles de notre ère (Tabl. 1). Ces dates ont tout de suite posé problème. En effet, comment des aménagements en terre auraient-ils pu se conserver aussi parfaitement durant plus de 1800 ans ? Mais c’est aussi pour une autre raison que ces dates ont attiré notre attention : dès le début de notre ère de nombreux phénomènes urbains fortifiés apparaissent en Afrique de l’Ouest forestière (Connah 1987 ; Chouin, 2014), de la Côte d’Ivoire au Nigéria voisin ; l’enceinte de Ndéba pouvait-elle faire partie de ce grand phénomène urbain endogène ?

Tableau 1 – Datations au radiocarbone effectuées sur le site de Ndéba

N° de laboratoire

Niveau (profondeurs à partir des sols actuels)

Âge AMS

BP

Âge calibré

2 sigma

*Ly-3766(OxA)

-15 cm

éch. 1, sondage 2

1725 ± 30

AD 245-389

*Ly-3767(OxA)

éch. 2, sondage 2

1670 ± 30

AD 258-428

*Ly-3768(OxA)

-35 cm

éch. 3, sondage 2

1790 ± 30

AD 133-330

*Ly-3769(OxA)

-25 cm

éch. 4, sondage 2

1700 ± 30

AD 253-406

*Ly-3770(OxA)

-35 cm

éch. 5, sondage 2

1740 ± 30

AD 236-386

*Ly-3771(OxA)

-15-25 cm

sondage 3

65 ± 25

AD 1694-1919

*Ly-3772(OxA)

-25-43 cm

sondage 3

1525 ± 30

AD 428-604

*Ly-3773(OxA)

-30 cm

sondage 3

1770 ± 30

AD 138-345

*Ly-3774(OxA)

« autour du pot »

éch. 6

1695 ± 30

AD 255-412

*Ly-3775(OxA)

-36 cm

sondage 2

1710 ± 30

AD 251-397

*Pta-9273

couche 103

1940 ± 35

37 BC-AD 130

*GrA-26175

couche 104

1715 ± 35

AD 244-398

**Poz-66605

couche SII-2

-30 cm

115 ± 30

AD 1680-1939

**Poz-66604

couche SII-2

-60-70 cm

1770 ± 30

AD 138-345

**Poz-66603

couche SIII-4

-100-110 cm

130 ± 30

AD 1675-1942

**Poz-66606

couche SI-1

-130 cm

115 ± 30

AD 1680-1939

* Nizésété 2013, ** cette étude. Calibrations d’après C. Bronk Ramsey (2009), logiciel OxCal v4.2.4

  • 4 Par David Zeitlyn, Geoffroy de Saulieu et François Ngouoh.

10En dépit du fait que les travaux archéologiques réalisés en 2013 sur le site de Ndéba4 soient restés inachevés pour des raisons sécuritaires, ils permettent d’envisager un réexamen de l’ensemble des données, tant archéologiques qu’ethnohistoriques(Nizésété & Zeitlyn 2008 ; Zeitlyn 1994, 1994, 2005 ; Zeitlyn et al. 2000 ; Zeitlyn & Connell 2003).

Dater la construction de l’enceinte fortifiée

L’enceinte fortifiée

11Le site de Ndéba correspond à une enceinte vaguement trapézoïdale de 270 m de long sur 230 m de large (fig. 1). Installé sur un terrain plat, il est dépourvu de point d’eau. Seul un ruisseau intermittent coule à 200 m au nord, en dehors de l’enceinte. Son axe longitudinal est orienté nord-ouest / sud-est. Dans son état actuel l’ouvrage se compose d’un fossé de près de 2 m de profondeur et d’un talus de plus de 1,5 m de haut (fig. 2). Aucune entrée n’est clairement attestée car le fossé n’est jamais interrompu. Par contre le talus est absent en un endroit, au sud-est de l’enceinte. Il est donc possible d’imaginer qu’à cet emplacement était aménagé un système de planches ou de troncs permettant de clore l’ensemble, mais facilement amovibles en cas d’attaque. À l’intérieur de l’enceinte, ainsi que sur les talus, de nombreux tessons de poterie sont visibles.

12L’enceinte elle-même se trouve à 400 m de la ligne de piémont. Après une pente à 45° sur 20 m, des petits plateaux aux versants peu inclinés s’étendent sur 150 m de large environ, avant de céder la place à des pentes à nouveau plus fortes, où l’on distingue notamment le pic rocheux de Tor-Guanveh (Gwanwe en orthographie mambila). Or, au pied de ce rocher, qui aurait pu constituer un refuge inexpugnable, un versant faiblement incliné abrite un site, révélé dès les prospections des années 2000, avec un abondant matériel céramique et des meules aménagées dans des rochers naturels. Ce site archéologique se trouve à 700 m au nord-est de l’enceinte et a fourni des vestiges appartenant à la même tradition céramique que Ndéba.

Les sondages et la datation des couches

13L’objectif de l’intervention menée en 2013 était de dater la construction du complexe fortifié. Il nous a été impossible de poursuivre les recherches de terrain les années suivantes eu égard à la dégradation sécuritaire au nord Cameroun. En 2013, limités par le temps, nous n’avons donc pas pu réaliser de tranchée mais opté pour un système de trois sondages (fig. 3), parfaitement alignés sur 14 m de longueur, et disposés à l’intérieur de l’enceinte (sondage II), sur le talus (sondage III) et dans le fossé (sondage I). La stratigraphie a été notée dans chaque sondage, et l’on a pu prélever du charbon pour les datations, ainsi que du matériel céramique. Les stratigraphies des sondages II et III sont très simples, et ont pu être facilement mises en correspondance les unes avec les autres : le sol antérieur à la construction correspond à un horizon brun rouge (couches SII-5 et SIII-4) avec peu de charbon et de matériel archéologique. Des passées intermédiaires, caractérisées par une granulométrie plus épaisse, apparaissent en haut de cet horizon dans les deux sondages (SII-4 et 3 et SIII-3). Le sédiment constituant le talus, de couleur rougeâtre (5YR5/6 à 5/8) avec charbons et tessons, scelle l’ensemble (SII-2 et SIII-2). La terre de surface mélange racines, charbons, poteries et argile (SII-1 et SIII-1).

Fig. 3 – Stratigraphies des sondages I, II et III avec le positionnement des prélèvements pour datations 14C

Fig. 3 – Stratigraphies des sondages I, II et III avec le positionnement des prélèvements pour datations 14C

14La stratigraphie du sondage I, au fond du fossé, est nettement plus complexe. Elle est constituée par une succession de six couches bien différenciées, dont la plus épaisse se trouve au fond (couche SI-I). Le fait qu’un tesson de jarre de grande taille, trouvé lors de la fouille du fossé (dans la couche SI-III), recolle avec un bord situé en surface sur le talus laisse penser que le dépôt de ces différentes couches s’est réalisé très rapidement. Cette observation est corroborée par les datations AMS (Tabl. 1).

  • 5 Poz-66606, calibration à deux sigma : AD 1801-1939
  • 6 Poz-66603, calibration à deux sigma : AD 1905-1942
  • 7 Poz-66604

15En effet, dans la couche SI-1, à plus de 1,1 m de profondeur depuis le fond actuel du fossé, nous avons prélevé des graines qui ont donné une date calibrée entre 1680 et 1939 de notre ère5. Cette datation est exactement identique à celle d’un charbon provenant du talus (couche SII-2) et désigne vraisemblablement une période de temps située entre le début du comblement et la construction du talus. Un charbon collecté à la limite supérieure du sol antérieur au talus (limite supérieure de la couche SIII-4) a produit une date complémentaire située entre 1675 et 1942 de notre ère6. La présence d’un matériel céramique très dégradé, présentant une pâte différente, nous a également incité à réaliser une datation sur charbon à l’intérieur de la couche 5 du sondage II. Cette dernière7, beaucoup plus ancienne, est comprise entre 138 et 345 de notre ère. Elle confirme une occupation antérieure, sans rapport apparent avec les fortifications.

Le matériel céramique

Fig. 4 – Tessons de poterie provenant des sondages I, II et III

Fig. 4 – Tessons de poterie provenant des sondages I, II et III

a) bord avec décor imprimé à la roulette tressée ; sondage II, 20-40 cm de profondeur, couche 2
b) bord décoré d’incisions profondes réalisées avec une lame métallique ou un bâtonnet fin ; sondage II, 20-40 cm de profondeur, couche 2
c) bord de jarre à col ; sondage III, 0-10 cm de profondeur, couche 1
d) bord de jarre à col ; sondage I, 70-90 cm de profondeur, couche 1
e, f) décor en chevrons obtenus par passage de la roulette sculptée ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche 3
g, h) décor obtenu à la roulette tressée ; sondage I, 70-90 cm de profondeur, couche 1
i) décor en chevrons obtenu à la roulette sculptée ; sondage III, 100-110 cm de profondeur, couche 2
j) goulot de bouteille ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche 3
k) profil de tesson s’adaptant avec le n° 4.12 ; surface
l) profil de tesson ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche III
m) face intérieure avec décor obtenu à la roulette tressée ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche III

16Très peu de matériel céramique a pu être récolté lors de la réalisation des trois sondages. Seuls 33 tessons ont un caractère diagnostique, permettant toutefois de faire quelques observations intéressantes. Le tesson de jarre décoré provenant de la surface (cf. supra ; fig. 4k-m), qui s’ajuste à un fragment issu de la couche SI-3 (-50 à -70 cm de profondeur), est une indication de la rapidité du remplissage du fossé.

17De manière générale, il n’existe pas de différence flagrante entre le matériel de la surface actuelle, et celui qui provient de la terre du talus ou du fossé. Bien au contraire, les pâtes et les cuissons semblent identiques partout. Ce matériel, quoique moins divers, appartient également à la même tradition que celui du site prospecté sur le versant montagneux à 700 m au nord-est (cfinfra). Un goulot de bouteille est à signaler (fig. 4j), ainsi que deux bords de bol (fig. 4a, b). La majorité des tessons semble provenir de jarres de taille modeste (fig. 4c, d) à très importante (fig. 4k). Elles sont décorées et présentent des bords éversés et des lèvres directes à section arrondie, avec les mêmes modalités décoratives et motifs réalisés avec différents instruments :

  • roulette en bois sculpté (wooden carved roulette, suivant la terminologie de A. Haour et al., 2010 : 104) avec des motifs en chevrons (fig. 4e, f) ou des motifs en grains de riz bosselés ;

  • roulette de fibres plates nouées (knotted strip roulette, ibid. : 93 ; fig. 4g, h) y compris à l’intérieur de certains cols de jarre (fig. 4m) ;

  • objet coupant (pointe de couteau ?) pour un tesson décoré d’incisions (fig. 4b).

Comment rapprocher archéologie et tradition orale ?

Reconstitution du scénario de construction de Ndéba

18Les résultats de notre enquête de terrain permettent d’élaborer un scénario archéologique en trois phases. L’état actuel, ou final, est le fruit de l’abandon du site il y a relativement peu de temps, peut-être 110 ou 150 ans. Ainsi il est tout à fait possible d’envisager que la construction du fort soit contemporaine de l’arrivée des Allemands en 1884, ou juste antérieure. Aujourd’hui, le lieu est cultivé ou pâturé, et régulièrement brûlé dans le cadre des activités agricoles.

19Les données stratigraphiques attestent que le fossé mesurait à l’origine 2,5 m de profondeur (contre 1,5 m à 2 m de profondeur actuellement), mais il a rapidement commencé à se combler. Le talus, construit avec la terre du fossé, possédait probablement une hauteur supérieure à 1 m/1,5 m. Aucune trace de palissade n’est visible, soit que l’érosion ait été trop forte, soit que le sommet du talus ait été surmonté de végétaux épineux et d’arbres. L’essentiel du matériel archéologique récolté date de la période de construction et d’occupation du site retranché.

20Les données archéologiques et stratigraphiques, quoique minces, montrent que le site a eu une occupation bien plus ancienne durant le début du premier millénaire de notre ère. Le matériel céramique associé à cette occupation est malheureusement presque totalement corrodé, et n’est plus diagnostique. L’on remarque toutefois sur la coupe que le sol connaissait déjà un relief marqué avant la phase 2, ce qui n’exclut pas la possibilité qu’il y ait eu un aménagement durant la première phase, qui aurait été encore visible au xixe siècle.

21Les datations obtenues à l’issue des recherches antérieures à 2013 proviennent toutes de sondages réalisés à l’intérieur de l’enceinte (Tabl. 1). Pour éviter la contamination avec les brûlis agricoles actuels, les prélèvements avaient systématiquement été réalisés profondément, ce qui explique que presque toutes les dates obtenues appartiennent à la phase 1. Par contre, la majorité du matériel céramique appartenait à la seconde phase et ne diffère pas du matériel présenté ici. Comme dans les sondages de 2013, les fouilles ont néanmoins montré la présence d’un matériel céramique très érodé attribuable à la phase 1 (Nizésété & Zeitlyn 2008).

Les données historiques relatives à la situation d’insécurité du xixe siècle

22Dans le contexte de raids esclavagistes et de razzias qui caractérisait la fin du xixe siècle et le début du xxe, il est possible d’interpréter ce type de défense comme un dispositif anti-cavalerie. Il se trouve que la mémoire mambila conserve quelques informations à ce sujet. Dans le texte de Charles Mbe on raconte comment les Mvop durent demander l’aide des Foulbé pour réduire les gens de Tor-Luo car « ils ont lutté, [et] ils n’ont pas réussi » (Zeitlyn et al. 2000). Quand les Foulbé sont venus à leur tour, « le premier jour ils n’ont pas réussi ». En effet le narrateur précise que les habitants de Tor-Luo « ont creusé leur tranchée ». L’efficacité du système associant fossé et talus dans ce genre de guerre est évidente, et l’on peut penser que ces techniques furent mises au point dès la fin du xviiie siècle avec le début de l’instabilité inaugurée par les raids tchamba (Nkwi & Warnier 1982 ; Warnier 1984, 1985 ; Fardon 1988 ; Zeitlyn 1996). La suite du récit montre que l’efficacité n’est que relative, car elle permet simplement de supprimer l’effet de surprise. Les Foulbé décident en effet de combler le fossé avec de la paille : « comme le fossé fut rempli, les Foulbés sont venus à cheval pénétrer dans le village. Ils ont arrêté les gens de Tor-Luo » (Zeitlyn et al. 2000 : 94).

23Cette remarque sur l’inefficacité relative des tranchées nous amène à émettre une hypothèse complémentaire. Généralement, les tranchées des hautes terres sont plus petites. Il suffisait aux communautés villageoises de s’installer par exemple sur une crête. Aussi, une tranchée transversale suffisait largement à la défense et avait l’avantage de réduire l’accès, et donc le champ de bataille potentiel. Le site mis en évidence sur le versant montagneux à 700 m de l’enceinte de Ndéba est à cet égard bien plus avantageux pour la défense que le site même de Ndéba. En effet, la pente le préserve d’une charge de cavalerie, et la présence de rochers, notamment du pic de Tor-Guanveh, fournit à proximité un refuge impénétrable.

  • 8 Il ne s’agit pas d’un aménagement postérieur.

24L’investissement considérable que nécessite la réalisation d’une enceinte en terrain plat, comme ici à Ndéba, ne se justifie pas par un réel avantage défensif, comme le montre bien l’extrait cité précédemment. Ndéba pose donc un problème. En outre, l’on remarquera que l’entrée de l’enceinte de Ndéba (du moins l’endroit où la tranchée n’est pas accompagnée d’un talus8), est située au sud-est, c’est-à-dire côté plaine, ce qui constituait un risque supplémentaire. Diverses possibilités d’interprétation sont possibles. Ce dispositif pourrait être destiné à protéger le bétail. Mais cette interprétation ne se prête pas à la superficie importante du fort et à l’absence de point d’eau à l’intérieur. En outre les sources mambila ne mentionnent pas ce type de pratique. La majorité des Mambila sont des cultivateurs et, avant les années 1960, rien n’indique que le bétail était particulièrement important. Par ailleurs, les vestiges de céramiques, nombreux à l’intérieur de l’enceinte, suggèrent la présence d’anciennes habitations.

25La réalisation d’un tel ensemble pourrait aussi témoigner plutôt d’un message politique. Une unité politique qui se sent relativement forte, à l’abri ou sûre d’elle-même, aurait pu signifier par cette architecture son indépendance. Il s’agirait là d’une sorte d’acte posé par une communauté, non pas contre les lamidats – car ceux-ci avait les moyens de prendre les forts comme nous venons de le voir –, mais plutôt par rapport aux autres communautés locales. Dans cette perspective, la réalisation d’une enceinte, tout comme l’expression tirée de la mémoire orale « ils ont creusé leur tranchée », apparaîtrait alors comme la manifestation d’indépendance ou de suprématie d’une communauté politique à un moment donné de son histoire. Le fait que cette indépendance se manifeste par une enceinte complètement fermée n’est pas sans rappeler l’idéologie politique des contenants, symbolisée par le « roi-pot » que Jean-Pierre Warnier (2009) a mis en évidence dans la région voisine des Grassfields.

Conclusion

  • 9 Dont certaines sont conservées par David Zeitlyn.

26Étant donné leurs caractéristiques architecturales et le fait qu’elles s’apparentent à un phénomène déjà répertorié dans l’ouest du Cameroun, on a souvent été tenté d’attribuer ces constructions à des populations antérieures aux Mambila qui occupent actuellement la région. Il pourrait notamment s’agir de Tikar (hypothèse déjà émise dans les notes inédites de Rigobert Tuéché9). Toutefois, comme nous l’avons signalé, ces techniques ne sont pas caractéristiques des Tikar, puisque présentes dans toutes les régions qui furent de près ou de loin menacées par les raids tchamba de la fin du xviiie siècle. En outre, il faut insister sur le fait que cette vision repose sur un postulat non démontré, l’arrivée récente des Mambila. Si les Mambila actuels se réclament de vagues récentes de peuplement, il est possible aussi d’imaginer l’existence d’un substrat mambila local plus ancien.

27Par ailleurs, les styles céramiques ne sont pas très discriminants, et il est souvent bien difficile de les mettre en relation avec les ethnies. Nous voudrions toutefois insister sur le fait que :

  • – la tradition orale mambila mentionne la construction de forts retranchés, ce qui s’inscrit bien dans le contexte d’insécurité généralisé du xixe siècle ;

  • – les datations obtenues pour la construction du fort de Ndéba semblent indiquer une occupation vers la fin du xixe, voire le début du xxe siècle, ce qui plaide nettement en faveur d’une attribution mambila.

28Ainsi, il est possible que Ndéba soit l’un des forts construits à partir des décennies 1880/1890, soit par les Mvop eux-mêmes, soit contre eux (par exemple par les Ndéba), lors de conflits qui les opposent aux autres groupes mambila, et où, semble-t-il, ils reçoivent l’appui de la cavalerie foulbé.

29Mais l’enceinte de Ndéba signalerait quelque chose de plus que la simple insécurité d’une période historique donnée, par exemple la traduction ou la manifestation du programme politique d’une communauté qui se sent assez forte pour prendre le risque de s’exposer ainsi. Dans la perspective de groupes mvop menés par Tchokmo, cette assurance se comprend aussi parce qu’ils ont reconnu la suzeraineté du lamido de Banyo. Pour aller plus loin il faudra donc aussi mieux cerner la nature de l’occupation à l’intérieur du fort, sa durée et son lien avec les sites des versants montagneux.

30Les dates comprises entre le iie et le viie siècle de notre ère (Tabl. 1) obtenues par Bienvenu Denis Nizésété et David Zeitlyn (Nizésété & Zeitlyn 2008 ; Nizésété 2013), jointes à celle de 2013 dans les couches stratigraphiques antérieures à la construction de l’enceinte actuelle, constituent un axe de recherche à explorer, que la situation sécuritaire actuelle nous a malheureusement empêché de poursuivre. Il faudra mieux identifier cette occupation ancienne qui pose de nombreuses questions. Le fort actuel fut-il délibérément, ou non, installé sur un site antérieur ? Si le fort actuel de Ndéba procédait effectivement d’un discours politique de l’indépendance d’une communauté, visible par l’archéologie, s’enracinait-t-il aussi dans un processus plus ancien ou une mémoire antérieure ? Il va sans dire qu’une réponse positive à ces interrogations lancinantes remettrait en question l’arrivée supposée récente des groupes mambila dans la région.

Nos remerciements vont à Pascal Nlend, Gérard Chouin, Christine Oberlin et Sylvie Amblard-Pison pour leur aide précieuse et leurs suggestions. Les recherches initiales de David Zeitlyn, menées en collaboration avec Rigobert Tueche puis Bienvenu D. Nizésété, ont été soutenues par la British Academy (subvention LRG : 31709).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Blench R. (2006) – Archaeology, Language, and the African Past. Lanham, Altamira Press.

Bronk Ramsey C. (2009) – Bayesian analysis of radiocarbon dates. Radiocarbon, 51 (1) : 337-360.

Chouin G. (2014) – Fossés, enceintes et peste noire en Afrique de l’Ouest forestière (500-1500 AD). Réflexions sous canopée. Afrique : Archéologie & Arts, 9 : 43-66 ; http://aaa.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/aaa.284.

Connah G. (1987) – African civilizations: precolonial cities and states in tropical Africa: an archaeological perspective. Cambridge, New York, Cambridge University Press.

Connell B. (2000) – The Integrity of Mambiloid. In : E. Wolff, Proceedings of WOCAL97 (Second World Congress of African Linguistics), Köln, Rüdiger Köppe Verlag.

Fardon R. O. (1988) – Raiders and Refugees. Trends in Chamba Political Development 1750-1950, Smithsonian series in ethnographic enquiry. Washington D.C., Smithsonian Institution Press.

Gausset Q. (1998) – Historical Account or Discourse on Identity? A Rexamination of Fulbe Hegemony and Autochthonous Submission in Banyo. History in Africa, 25 : 93-110.

Gausset Q., (2010) – Constructing the Kwanja of Adamawa (Cameroon). Essay in Fractal Anthropology. Berlin, Lit Verlag.

Haour A., Manning K., Arazi N., Gosselain O., Gueye N. S., Keita D., Livingstone-Smith A., Macdonald K., Mayor A., Mcintosh S. & Vernet R. (2010) – African Pottery Roulettes Past and Present. Techniques, Identification and Distribution. Oxford, Oxbow Books.

Hurault J. M. (1975) – Histoire du Lamidat Peul de Banyo. Outre-Mer, Acadamie Sciences.

Mohamadou E. (1978) – Fulbe Hooseere : les Royaumes Foulbe du Plateau de L’Adamaoua au xix esiècle. Tokyo, ILCAA.

Mohamadou E. (1986) – Traditions d’Origine des peuples du centre et de l’ouest du Cameroun. Tokyo, ILCAA.

Mohamadou E. (1991) – Traditions Historiques des Peuples du Cameroun Central. Vol 2 : Ni-zoo, Vouté et Kondja. Tokyo, ILCAA.

Nizesete B. D. (2013) – Apport de l’archéologie à l’histoire du Cameroun. Le sol pour mémoire. Paris, L’Harmattan.

Nizesete B. D. & Zeitlyn, D. (2008) – Sites d’occupation ancienne à Somié, un village Mambila du Cameroun : étude archéologique. Les Annales de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines de Ngaoundéré, Université de Ngaoundéré : 37-78.

Njoya Sultan de Foumban (1952) – Histoire et Coutumes des Bamun (Redigée sous la direction du sultan Njoya. Traduction du Pasteur Henri Martin). Yaoundé, Institut Français de l’Afrique Noire.

Nkwi P. & Warnier J.-P. (1982) – Elements for a history of the Western Grassfields. Yaoundé, Publication of the Department of Sociology, University of Yaoundé.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Warnier J.-P. (1984) – Histoire du Peuplement et genèse des paysages dans l’Ouest Camerounais. Journal of African History, 25 (4) : 395-410.
DOI : 10.1017/S0021853700028450

Warnier J.-P. (1985) – Echanges, développement et hiérarchies dans le Bamenda précolonial (Cameroun). Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesbaden.

Warnier J.-P. (2009) – Régner au Cameroun. Le Roi-Pot. Paris, éditions Karthala.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Zeitlyn D. (1992) – Un fragment de l’histoire des Mambilas : un texte du Duabang. Journal des Africanistes, 62 (1) : 135-150.
DOI : 10.3406/jafr.1992.2342

Zeitlyn D. (1994) – Sua in Somié. Mambila Traditional Religion. Vol. 41, Collectanea Instituti Anthropos. Sankt Augustin, Academia Verlag.

Zeitlyn D. (1996) – Eldridge Mohammadou on Tikar Origins. Journal of the Anthropological Society of Oxford, 26 (1) : 99-104.

Zeitlyn D. (2005) – Words and Processes in Mambila Kinship: the Theoretical Importance of the Complexity of Everyday Life. Lanham, Lexington Books, Rowman & Littlefield.

Zeitlyn D., Mial N. & Mbe C. (2000) – Trois études sur les mambila de Somié, Cameroun. Boston, Boston University African Studies Center, Groupe de Recherches sur l’Afrique Francophone.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Zeitlyn D. & Connell B. (2003) – Ethnogenesis and Fractal History on the African Frontier: Mambila-Njerep-Mandulu. Journal of African History, 44 (1) : 117-38.
DOI : 10.1017/S002185370200823X

Haut de page

Notes

1 Les « lamidats foulbé » (dont les dirigeants sont des « lamido ») étaient de petits royaumes musulmans probablement fondés au milieu du xixe siècle lorsque le Jihad Sokoto a atteint l’Adamaoua. Dans la région de Somié, située au sud de l’Adamaoua, ils reconnaissaient la suzeraineté du sultan de Ngaoundéré.

2 Njoya 1952 : 144-145, Voir aussi le rapport inédit de l’administration coloniale de Banyo A.N.Y. : 2AC 8550. Banyo rapport de tournée 1950 ; Mohammadou 1978 : 173.

3 Nicodeme Mial a également travaillé avec B. Connell.

4 Par David Zeitlyn, Geoffroy de Saulieu et François Ngouoh.

5 Poz-66606, calibration à deux sigma : AD 1801-1939

6 Poz-66603, calibration à deux sigma : AD 1905-1942

7 Poz-66604

8 Il ne s’agit pas d’un aménagement postérieur.

9 Dont certaines sont conservées par David Zeitlyn.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 1 – Situation de l’enceinte fortifiée de Ndéba, sur le piémont, à quelques kilomètres au nord du village actuel de Somié
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2 – Fossé et talus intérieur de l’enceinte de Ndéba
Légende Le fossé faisait initialement 2,5 m de profondeur, tandis que le talus intérieur dépassait probablement un mètre.
Crédits © David Zeitlyn
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 – Stratigraphies des sondages I, II et III avec le positionnement des prélèvements pour datations 14C
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4 – Tessons de poterie provenant des sondages I, II et III
Légende a) bord avec décor imprimé à la roulette tressée ; sondage II, 20-40 cm de profondeur, couche 2 b) bord décoré d’incisions profondes réalisées avec une lame métallique ou un bâtonnet fin ; sondage II, 20-40 cm de profondeur, couche 2 c) bord de jarre à col ; sondage III, 0-10 cm de profondeur, couche 1d) bord de jarre à col ; sondage I, 70-90 cm de profondeur, couche 1e, f) décor en chevrons obtenus par passage de la roulette sculptée ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche 3g, h) décor obtenu à la roulette tressée ; sondage I, 70-90 cm de profondeur, couche 1 i) décor en chevrons obtenu à la roulette sculptée ; sondage III, 100-110 cm de profondeur, couche 2 j) goulot de bouteille ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche 3 k) profil de tesson s’adaptant avec le n° 4.12 ; surfacel) profil de tesson ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche IIIm) face intérieure avec décor obtenu à la roulette tressée ; sondage I, 50-70 cm de profondeur, couche III
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/517/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffroy de Saulieu, David Zeitlyn, Bienvenu Denis Nizésété et François Ngouoh, « Notes sur Ndéba, une enceinte fortifiée à la frontière du Cameroun et du Nigéria », Afrique : Archéologie & Arts, 11 | 2015, 39-48.

Référence électronique

Geoffroy de Saulieu, David Zeitlyn, Bienvenu Denis Nizésété et François Ngouoh, « Notes sur Ndéba, une enceinte fortifiée à la frontière du Cameroun et du Nigéria », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 10 décembre 2015, consulté le 30 mai 2016. URL : http://aaa.revues.org/517 ; DOI : 10.4000/aaa.517

Haut de page

Auteurs

Geoffroy de Saulieu

geoffroy.desaulieu@ird.fr – IRD, UMR IRD-MNHN 208, B.P. 1857 Yaoundé, Cameroun

David Zeitlyn

david.zeitlyn@anthro.ox.ac.uk – Université d’Oxford, Institut of Social and Cultural Anthropology, School of Anthropology and Museum Ethnography, 51/53 Banbury Road Oxford, OX2 6PE, Grande-Bretagne

Bienvenu Denis Nizésété

nizesete@gmail.com – Université de Maroua, département des Beaux-Arts et des Sciences du Patrimoine de l’Institut Supérieur du Sahel, B.P. 46 Maroua, Cameroun

François Ngouoh

ngouoh@yahoo.fr – Université de Yaoundé 1, département d’Art et d’Archéologie, B.P. 337, Yaoundé, Cameroun

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org