Navigation – Plan du site
Résumé et mention de quelques mémoires de Master soutenus en 2012 (Université de Paris 1, France)

La céramique de l’aire mégalithique senégambienne à travers le cas de la nécropole de Wanar (Sénégal)

Étude des répertoires formels, décoratifs et approche technologique
Adrien Delvoye
p. 113-115

Entrées d’index

Mots-clés :

céramique

Keywords :

pottery

Index géographique :

Sénégal/Senegal
Haut de page

Notes de la rédaction

Mémoire de master 2 en archéologie préhistorique et protohistorique spécialité archéologie africaine soutenu le 7 Juin 2012. Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Direction : Manuel Gutierrez et Luc Laporte

Texte intégral

  • 1 Phénomène placé entre le ive siècle avant J.-C. et le xvie ­siècle de notre ère (Thilmans et al. 19 (...)

1Inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2006, la nécropole mégalithique de Wanar est l’objet d’un programme de coopération scientifique avec le Sénégal depuis 2005. Les recherches en cours permettent d’actualiser les connaissances sur le mégalithisme sénégambien 1, mais également de reconsidérer la notion même de temporalité liée à ces architectures et aux pratiques funéraires qui leur sont associées (Laporte et al. 2012).

2À l’issue de nos propres travaux de terrain un corpus de plusieurs milliers d’éléments céramique a pu être rassemblé. En procédant à l’étude des répertoires morphologiques et décoratifs et par une approche technologique de ce mobilier, notre objectif était double : d’une part caractériser la variété de l’assemblage céramique de la nécropole de Wanar et, d’autre part, replacer cet ensemble dans le cadre général du mégalithisme sénégambien par l’établissement d’une sériation qui sera confrontée au modèle récemment proposé par A. Gallay (2010).

3Pour la première fois, une étude quantifiée s’appuyant sur un important corpus et sur des critères précis laisse voir la diversité des productions céramiques des sites funéraires mégalithiques sénégambiens. À côté des vases à épaulement caréné, très représentés sur ces sites, se retrouvent coupes, bols et gobelets ou des poteries de plus grandes dimensions, tels les vases à panse cylindrique. La question de réseaux d’échanges et/ou d’innovations avec les amas et tumulus coquilliers du delta du Saloum se pose d’ores et déjà par la présence de vases à bord à embase, caractéristiques de cette région littorale.

4Très répandues en Afrique de l’Ouest, les impressions à la roulette constituent l’essentiel du répertoire décoratif des céramiques de la nécropole de Wanar. Aussi, en écho aux récents travaux d’une équipe internationale sur le sujet (Haour et al. 2010), une analyse des impressions au sein de notre corpus démontre la variété des outils employés. Au sein du corpus les roulettes végétales sont nettement majoritaires. Parmi celles-ci, deux types dominent : les roulettes de cordelette torsadée et celles de fibres plates pliées. La présence avérée de roulette de bois sur la nécropole de Wanar agrandit l’aire d’utilisation de cet outil en Afrique de l’Ouest (Livingstone-Smith 2007).

5Champs d’étude jusque-là inexploité dans le cadre des architectures mégalithiques sénégambiennes, la technologie céramique et l’approche qui en a été faite permettent d’aborder un large éventail de choix techniques. Dépassant ainsi la notion générique de « montage aux colombins », plusieurs modalités de montage ont pu être mises en évidence, parfois pour une même classe morphologique.

6Apport majeur de notre étude, l’établissement d’une sériation de ce mobilier céramique se basant sur les étapes de ruine des monuments mégalithiques fait ressortir une situation plus nuancée que le modèle précédemment établi par A. Gallay (2010.). Suivant que l’on se place dans une phase contemporaine de l’érection des monuments (phase I), ou bien postérieurement à une première ou deuxième étape de ruine des architectures (phases II et III), on note la prédominance, l’apparition ou bien encore l’arrêt de certaines productions.

7Ce travail a consisté aussi en une réflexion sur les niveaux stratigraphiques de dépôts de céramiques en façade orientale des architectures mégalithiques : l’échelle temporelle dans laquelle se situent ces dépôts n’ayant en effet jusque-là jamais été abordée, ou implicitement condensée à une seule unité de temps. En positionnant ces ensembles par rapport aux évènements de ruine des architectures, la diachronie de ces dépôts est clairement perceptible. Si quelques éléments sont effectivement contemporains de l’érection des monuments, et peuvent à juste titre être qualifiés de « rituels » (fig. 1), l’essentiel des dépôts, en intervenant après un premier, voire un second épisode de ruine des monuments, semble revêtir un rôle commémoratif (fig. 2). Correspondant à des moments particuliers de la « vie » des monuments, ces différents dépôts renvoient également à des classes morphologiques ainsi qu’à des registres décoratifs particuliers. En effet, après la phase I où ils sont caractérisés par des jarres et d’importants vases à épaulement caréné à pâte blanche et engobés de rouge, la phase II est marquée par la prédominance des bols, gobelets et vases à épaulement caréné à décor de lignes cannelées. En phase III ces motifs disparaissent au profit de bandeaux d’impressions à la roulette sur des vases à épaulement caréné.

Figure 1 – Monument XIV : céramiques « rituelles » déposées à une période contemporaine de l’érection du monument (Phase I)

Figure 1 – Monument XIV : céramiques « rituelles » déposées à une période contemporaine de l’érection du monument (Phase I)

Figure 2 – Monument XIX : céramiques « commémoratives » déposées postérieurement à une première ruine du monument (A/ Phase II) ou à une seconde (B/ Phase III)

Figure 2 – Monument XIX : céramiques « commémoratives » déposées postérieurement à une première ruine du monument (A/ Phase II) ou à une seconde (B/ Phase III)

© L. Laporte ; DAO : A. Delvoye

8Par ailleurs, une interprétation est proposée pour une poterie de grande dimension, d’un type jusque-là inconnu au Sénégal, mise au jour à proximité immédiate du monument I de Wanar. Corrélée avec la découverte de nombreux éléments de terre cuite architecturale dans la masse tumulaire interne aux cercles de pierres dressées, sa présence évoque celle des poteries faîtières disposées sur le tertre funéraire de chefs forgerons des monts Mandara au Cameroun (Seignobos 1990). La question de la symbolique de ces monuments comme possibles « maisons des défunts » s’en trouve ainsi posée.

Haut de page

Bibliographie

Gallay A. (2010) – Sériation chronologique de la céramique mégalithique sénégambienne (Sénégal, Gambie). 700 cal BC-1700 cal. AD. Journal of African Archaeology, vol. 8, n°1, p. 99-129.

Haour A., Manning K., Arazi N., Gosselain O., Gueye N.S., Keita D., Livingstone-Smith A., MacDonald K., Mayor A., McIntosh S.K & Vernet R. (2010) – African pottery roulettes : past and present : techniques, identification and distribution. Oxbow Books, Oxford, 180 p.

Laporte L., Bocoum H., Cros J.-P., Delvoye A., Bernard R., Diallo M., Diop M., Kane A., Dartois V., Lejay M., Bertin F. & Quesnel L. (2012) – Megalithic monumentality in Africa : from graves to stone circles at Wanar, Senegal. Antiquity, vol. 86, n°332, p. 409-427.

Livingstone-Smith A. (2007) – Histoire du décor à la roulette en Afrique subsaharienne. Journal of African Archaeology, vol. 5, n°2, p. 189-216.

Seignobos C. (1990) – Note sur les poteries faîtières du Nord-Cameroun. In : D. Barreteau, H. Tourneux (éds), Relations interethniques et culture matérielle dans le bassin du lac Tchad. Actes du IIIe colloque Mega-Tchad, Paris, sept. 1986, ORTSOM, p. 157-174.

Thilmans G., Descamps C. & Khayat B. (1980) Protohistoire du Sénégal : les sites mégalithiques. Tome I. Mémoires de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, n°91, IFAN, Dakar.

Haut de page

Notes

1 Phénomène placé entre le ive siècle avant J.-C. et le xvie ­siècle de notre ère (Thilmans et al. 1980).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 1 – Monument XIV : céramiques « rituelles » déposées à une période contemporaine de l’érection du monument (Phase I)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 2 – Monument XIX : céramiques « commémoratives » déposées postérieurement à une première ruine du monument (A/ Phase II) ou à une seconde (B/ Phase III)
Crédits © L. Laporte ; DAO : A. Delvoye
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/464/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Delvoye, « La céramique de l’aire mégalithique senégambienne à travers le cas de la nécropole de Wanar (Sénégal) », Afrique : Archéologie & Arts, 8 | 2012, 113-115.

Référence électronique

Adrien Delvoye, « La céramique de l’aire mégalithique senégambienne à travers le cas de la nécropole de Wanar (Sénégal) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/464 ; DOI : 10.4000/aaa.464

Haut de page

Auteur

Adrien Delvoye

UMR 7041 ArScan, Équipe « Afrique », MAE - Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre Cedex, France, adrien.delvoye@gmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org