Navigation – Plan du site

Utilisation de la céramique d’origine somono et peul chez les pêcheurs bozo du Delta intérieur du Niger (Mali)

Alain Gallay
p. 45-84

Résumés

Les Bozo sont des pêcheurs semi-nomades du Delta intérieur du Niger (Mali) n’ayant pas de potières. La présente étude ethnoarchéologique analyse les conditions d’acquisition et d’utilisation par cette ethnie d’une céramique d’origine extérieure, somono et peul, dans le cadre de la vie domestique journalière et de l’extraction et conservation de l’huile de poisson. Elle permet de réaliser un modèle de diffusion de la poterie utilitaire au sein d’une population à mode de production spécialisé dans le contexte d’une économie à « marchés périphériques » et d’une situation de proto-urbanisation.

Haut de page

Texte intégral

1Les Bozo ne possédant pas de potières utilisent prioritairement une céramique d’origine somono et, dans une moindre mesure, peul.

2Nous voudrions répondre, au moins partiellement, aux questions suivantes :

  • Existe-t-il des différences dans les inventaires céramiques des concessions entre établissements permanents et temporaires ? Quels sont les types de récipients particulièrement liés aux établissements temporaires ?

  • Quels sont les types de récipients plus directement liés au traitement et à la consommation du poisson ? Existe-t-il notamment des récipients spécifiques pour l’extraction de l’huile de poisson et sa conservation (grandes jarres distinctes des jarres utilisées pour la conservation de l’eau) ?

  • Quelle est l’origine « ethnique » des poteries utilisées par les Bozo et quel en est le mode d’acquisition ?

  • Existe-t-il des différences entre les inventaires céramiques des Bozo et des Somono ?

3La forme logiciste assez inhabituelle (fig. 1) adoptée pour présenter nos résultats est destinée à en faciliter la lecture en distinguant ce qui est important (en italiques) de commentaires plus larges.

Figure 1 – Schéma logiciste de l’étude

Figure 1 – Schéma logiciste de l’étude

P01 à P015 : observations de base. P1 à P38 : propositions dérivées. P39 à P45 : règles ethnoarchéologiques.

© MESAO

4Dans cette optique les propositions initiales dites Po (en l’occurrence Po1 à Po15) sont des données acceptées comme telles sans justification. Elles peuvent donc comporter à la fois des observations et des données plus ou moins hypothétiques considérées (provisoirement) comme acceptées. Les propositions P sont par contre jugées dérivées selon des modalités diverses. Le niveau le plus élevé (propositions P39 à 45) correspond aux conclusions de l’étude, centrées sur des régularités ou tendances générales, ce que les adeptes de ce type de présentation nomment, peut-être un peu abusivement, des « règles ».

5Ce point de vue se veut une contribution aux nouvelles idées pour observer les processus techniques évoquées par François Sigaut (2010).

Contexte économique et technique

6Ces propositions donnent la définition du contexte social, économique et politique du déclanchement des règles proposées pour rendre compte de la céramique d’un groupe de pêcheurs semi nomade ne fabriquant pas lui-même de la céramique.

Structure ethnique

Po1. Les Bozo, les Somono et les Peul occupent les mêmes zones géographiques du Delta intérieur.

7Le Delta intérieur du Niger amont, lac Débo compris, est occupé par trois populations dis tinctes dominantes : les Bozo, les Somono et les Peul. Les autres groupes ethniques comme les Bambara (présents sur les marges deltaïques méridionales) restent totalement marginaux (Gallais 1980, 1984 ; Fay 1995, 1997).

8Les Bozo sont essentiellement des pêcheurs qui pratiquent un semi-nomadisme de pêche saisonnier et cultivent accessoirement un peu de riz. Ils sont considérés dans les traditions comme les premiers occupants de la région. C’est la seule population de toute la Boucle du Niger (Delta et ses marges, Pays dogon) qui ne fabrique pas de céramique. On peut distinguer chez les Bozo trois groupes dialectaux et coutumiers : les Sorogo, les Tiéyé et les Kélenga.

9Les Somono, plus nombreux que les Bozo, constituent un ensemble qui a été considéré soit comme un groupe ethnique à part entière, soit comme une caste des Bozo. La constitution du groupe, issu de populations hétérogènes, semble remonter à l’Empire du Mali (1240-1360) qui avait besoin d’un corps de piroguiers pour assurer le trafic fluvial sur le Niger. Les Somono cultivent le riz et pratiquent, comme les Bozo, une pêche semi-nomade avec un équipement matériel (types de nasses, de barrages, de filets) différent de celui des Bozo. Les potières somono, qui se disent soit femmes de forgerons, soit somono, soit femmes de forgerons somono, fabriquent une céramique sur moule posé sur tournette. Selon J. Daget (1949) les Somono seraient une caste des Bozo, ce qui serait en accord avec leur monopole sur la production céramique. Le fait que les Somono puissent aujourd’hui occuper des chefferies de village (Sahona), ce qui est interdit aux gens de castes, milite par contre plutôt en faveur d’un groupe ethnique autonome. Une alliance de type senankuya (parenté à plaisanteries) lie Bozo et Somono.

10Les Bozo et les Somono se distinguent par leurs techniques de pêche. Les Somono utilisent de grands filets barrant les bras d’eau. Les Bozo ont le monopole des barrages de nasses et pêchent à l’épervier et à l’hameçon ainsi qu’avec des filets fixés à des perches (Daget 1949 ; Quensière 1994).

11Les Peul sont des éleveurs qui paraissent s’être sédentarisés au xixe siècle peu avant l’instauration de l’Empire peul du Maassina. Les femmes de plusieurs castes peul (tisserands, boisseliers, cordonniers) fabriquent une céramique distincte de celle des Somono par martelage sur forme concave ou moulage sur poterie retournée (Ba & Daget 1984).

12Ces trois populations occupent des zones de peuplement qui se recouvrent et habitent souvent dans les mêmes villages (Aoré, Kakagna). Les Bozo sont donc tributaires des Somono et des Peul pour l’acquisition des céramiques dont ils ont besoin pour leur usage quotidien et le traitement du poisson.

Po2. Les Bozo et les Somono parlent la même langue.

13Les Bozo et les Somono parlent le bozo. Le bozo est une langue ou un continuum linguistique de la famille nigéro-congolaise et du sous-groupe mandé WNW, proche du soninké. Il est parlé au Mali, ou sa variante bozo-tiéyaxo a le statut de langue nationale (Heine & Nurse 2004). Le Bozo est considéré comme une langue autochtone d’origine ancienne.

Po3. Les Bozo et les Somono ne se marient pas entre eux. Ce sont deux groupes ethniques nettement endogames.

14Les Bozo et les Somono ne se marient pas entre eux, ce qui est également une caractéristique générale des relations entre « nobles » et gens de caste en Afrique de l’Ouest, une coutume qui peut affecter aussi de façon plus lâche, les relations entre certains groupes ethniques. Les Bozo ont développé des parentés à plaisanterie avec les Dogon.

Céramique

Po4. Les modalités de façonnage de la préforme (techniques génériques) et les supports utilisés pour le montage de la céramique sont de bons marqueurs des identités sociales et ethniques.

15Les travaux développés par l’Université de Genève montrent que les modalités de façonnage de la préforme constituent le meilleur marqueur de l’identité de caste et/ou d’ethnie des potières dans toute la Boucle du Niger, Pays dogon compris.

16Dans la Boucle du Niger les traditions céramiques se distinguent en effet les unes des autres d’abord par les techniques génériques en relation avec le façonnage de la préforme. Ces techniques se différencient également par les supports utilisés lors du montage et les outils du façonnage. Ces distinctions sont revendiquées par les potières comme un moyen de particulariser leur artisanat face à celui de potières n’appartenant pas à leur propre groupe culturel (Gallay et al. 1998 ; Gallay 2005, 2012a ; Mayor 2010, 2011 ; Huysecom & Mayor 1993 ; Ceuninck 1993, 1994, 2000 ; Virot 2005).

Po5. La céramique somono se caractérise spécifiquement par la technique générique du moulage sur forme concave.

17Les techniques de montage permettent de distinguer, dans la tradition somono, deux sous-ensembles géographiquement distincts :

  • un sous-ensemble méridional : le montage s’effectue selon la technique générique du moulage sur forme concave, où la première phase ne concerne que le fond de la céramique. Celui-ci est moulé à la main dans un petit moule d’argile cuite, placé sur une tournette lestée de sable. Les supports, tournettes et moules, conçus spécialement pour ce travail et souvent décorés, sont très caractéristiques de la tradition. Les racloirs-peignes métalliques et les peignes-poinçons de bois utilisés dans la décoration sont également spécifiques.

  • un sous-ensemble septentrional : deux techniques génériques distinctes permettent d’amorcer le montage d’une céramique. La première est identique à celle qui est utilisée par les Somono du Sud. La seconde, d’inspiration peul et probablement d’origine récente, fait appel au pilonnage sur forme concave ; la première phase de montage y permet d’obtenir une poterie pratiquement complète. Le pilonnage s’effectue au moyen d’un percuteur d’argile de type peul. Le support utilisé prend la forme d’une réplique en argile non cuite, plus massive, du moule de bois peul. Les instruments spécifiques sont, comme au sud, la tournette à profil en S et le moule d’argile cuite. S’y ajoutent plus spécifiquement le percuteur d’argile et le moule d’argile crue dont la forme est propre aux Somono du Nord. Les peignes-poinçons de bois sont par contre absents.

18La cuisson s’effectue, comme partout dans la Boucle du Niger, au contact direct du combustible.

Économie

Po6. Les Bozo et les Somono forment deux groupes de pêcheurs semi-nomades pratiquant des pêches techniquement un peu différentes.

19La variabilité du milieu et des ressources entraîne deux types de comportements chez les pêcheurs : la poursuite du poisson, synonyme de déplacements dans des campements temporaires, et /ou l’utilisation d’une panoplie d’engins de pêche permettant d’exploiter différents biotopes et espèces au cours d’une même année (fig. 2). La vulnérabilité du poisson augmente à la décrue et à l’étiage. La dissémination du poisson à la crue, de forts courants et une végétation importante sont des facteurs limitant la pêche (Quensière 1994).

Figure 2 – Mayel Togoro

Figure 2 – Mayel Togoro

Barrage de nasses bozo. On distingue sur la rive un village à occupations temporaires avec toits à double pan couverts de chaume.

© MESAO, 28 novembre 1992

20Le poisson frais est consommé frit, grillé ou bouilli. Dans ce cas il est mêlé au riz. Jusqu’aux dernières décennies, du fait de la faiblesse des infrastructures de communication et faute de moyens de conservation appropriés, les trois-quarts environ de la production étaient commercialisés sous forme transformée, par fumage, braisage et, dans une moindre mesure, par séchage. Quatre procédés, exclusivement en mains féminines (l’homme a, lui, le monopole de la pêche), entrent en ligne de compte pour le traitement du poisson.

  • Le fumage : il peut durer jusqu’à trois jours selon l’espèce, la taille et le marché ciblé. La méthode généralement répandue est le fumage à chaud au-dessus d’une enceinte basse circulaire construite en banco, qui cuit et sèche partiellement le poisson alors recouvert d’une natte. Le fumage est réservé aux poissons les plus gros. Il est arrêté dès que le poisson est cuit (fig. 3). La conservation du poisson fumé est très limitée, surtout en saison chaude.

  • Le séchage : le poisson, laissé à pourrir pendant un jour ou deux, soit dans des jarres, soit immergé au bord de l’eau, est très souvent séché au soleil sur un lit de paille pour faciliter sa conservation et surtout sa commercialisation en toute saison (fig. 4). Les plus petits poissons, comme les tinèni (Alestes nigrilienatus), ne sont même pas vidés. Le séchage s’applique à la presque totalité des espèces rencontrées. Il s’agit plus souvent d’un condiment que d’un aliment.

Figure 3 – Camp de Diaré Ndiré, rive sud du lac Débo

Figure 3 – Camp de Diaré Ndiré, rive sud du lac Débo

Four de fumage du poisson. Les casiers rectangulaires de vannerie servent pour le conditionnement du poisson fumé.

© MESAO

Figure 4 – Camp de Diaré Ndiré, rive sud du lac Débo

Figure 4 – Camp de Diaré Ndiré, rive sud du lac Débo

Séchage du poisson sur lit d’herbes.

© MESAO

21La durée de conservation varie de trois à six mois dans les campements de pêche. La conservation du poisson séché est bonne à condition d’éviter l’envahissement par les moisissures en hivernage. Dans les magasins et les lieux de stockage, de grosses pertes peuvent être dues aux insectes. On prévient les dégâts par un mélange de piment et de sel.

  • Le braisage : cette technique est généralement pratiquée sur le Polypterus et sur les poissons de petite taille sur une litière de paille que l’on enflamme.

  • La friture : elle concerne généralement l’espèce Brycinus leuciscus pour faciliter sa conservation et son transport sur de longues distances. Elle permet de donner une valeur marchande à cette espèce très recherchée sur les différents marchés.

  • L’extraction de l’huile : les espèces sujettes à l’extraction d’huile sont l’Alcestes nigrilineatus (tinèni) et le Brycinus leuciscus. C’est la principale source de matière grasse utilisée en milieu pêcheur dans les préparations culinaires. La technique traditionnelle consiste en la fermentation du poisson et l’extraction de l’huile dans de l’eau bouillante 1. Les poissons sont traités soit frais, soit après une fermentation préalable de 24 à 48 heures destinée à ramollir les tissus. Ces derniers sont placés dans de grandes jarres remplies d’eau et portés à ébullition sur des feux de bois. Une partie de l’huile monte à la surface et est recueillie à l’aide de petites calebasses. Le poisson est ensuite écrasé pour exprimer l’huile restante. Le résidu de fabrication, une bouillie fine renfermant écailles et arrêtes, est versé dans de grandes jarres ou des cuvettes creusées dans le sol, puis additionné d’eau. Au bout d’un jour ou deux, une petite quantité d’huile surnage encore, qui est recueillie ; mais celle-ci, très impure et malodorante, ne peut servir qu’à l’éclairage. L’huile est conservée dans des calebasses, plus rarement dans des poteries pour le transport de l’eau. Elle est utilisée pour les usages culinaires et pour enduire les harpons (Daget 1949).

Po7. Les Bozo et les Somono cultivent également le riz et, plus rarement, le mil.

22Les Bozo et les Somono cultivent dans toute la zone d’inondation deux types de riz : l’Oriza glaberrima, considéré comme domestiqué localement, et l’Oriza sativa, d’origine asiatique, importé récemment. Le riz paddy est formé des caryopses encore entourés des deux glumelles, grandes et coriaces. Les cultures du mil et du sorgho s’ajoutent à la riziculture sur les marges méridionales du Delta.

Po8. Les Bozo et les Somono se situent dans une économie à marchés périphériques.

23L’économie traditionnelle de l’Afrique de l’Ouest n’est pas une économie primitive. On y observe des échanges marchands par l’intermédiaire de monnaies. La situation peut être qualifiée d’économie à « marchés périphériques » (Bohannan & Dalton 1962). À l’économie d’autosubsistance, fonctionnant sur le mode de l’échange et de la redistribution, se superposent des échanges marchands qui pouvaient utiliser traditionnellement plusieurs types de monnaies de commodité (cauris, lingots de fer, pagnes, poudre d’or, etc.), mais qui fonctionnent actuellement avec une monnaie d’État, les CFA (Gallay sous presse).

24L’économie marchande (Testart 2007) prend plusieurs formes institutionnelles séparées selon que les lieux des transactions affichent une vocation locale, régionale ou internationale. La commercialisation de la poterie se développe sur les marchés locaux hebdomadaires où les potières vendent directement leur production au consommateur. Ce système assure une redistribution des poteries des différentes traditions en principe indépendante de la structure ethnique, l’acheteur pouvant acquérir des poteries de traditions distinctes (par exemple somono et peul) sur un même marché (Gallay 2010a). Les inventaires des concessions montrent néanmoins un bonne concordance entre l’origine des poteries et l’ethnie des occupants.

Corpus

  • 2 MESAO : Mission ethnoarchéologique suisse en Afrique de l’Ouest.

Po9. Les missions ethnoarchéologiques menées dans le Delta intérieur du Niger par la MESAO 2 (Université de Genève) ont permis de récolter un corpus de 1052 poteries bozo et somono.

25Entre 1988 et 1993, 1052 poteries ont été dessinées et des enquêtes menées quant à leurs provenances et leurs fonctions. Les résultats indiquent qu’elles étaient issues de 10 établissements totalisant 14 concessions bozo et somono recensées de manière exhaustive (tabl. 1). Quelques unes de ces poteries sont présentées en fin d’article par catégories fonctionnelles (fig. 22 à 27).

Tableau 1 – Établissements bozo-somono du Delta intérieur du Niger, Mali (Lac Débo et Delta amont) ayant fait l’objet d’enquêtes de la MESAO

Villages

Types d’établissements

Concessions

Nombre de poteries bozo

Nombre de poteries somono

Kobassa

Village permanent

C1 Somono

40

C3 Somono*

104

C4 Bozo

58

C5 Somono*

67

Bango

Village permanent

C1 Somono*

72

C2 Somono*

47

Taitogola

Campement à occupation temporaire

C1 Bozo

15

C2 Bozo

23

Dagaselini

Établissement à occupation temporaire (abandonné)

C diverses Bozo

5

Aoré

Village permanent

C1 Bozo

89

Aoré-campement

Établissement à ocupation temporaire

C1 Somono*

22

C Diverses

7

Kakagna-Bozo

Village permanent

C1 Somono*

123

C2 Bozo

46

Diaré Ndiré

Campement volant, rives du Débo

C1 à 3 Bozo

(93)**

Sahona

Village permanent

C1 Somono

237

C2 Somono

6

C3 Somono*

4

C4 Somono

3

Kokri-Bozo

Village permanent : emplacement d’extraction d’huile de poisson

--

++

--

TOTAUX

10 établissements

14 concessions

236 + 93

732

N poteries

968 + 93

*concessions de potières ; **comptages des origines seules

Typologie fonctionnelle de l’habitat

Po10. Les caractéristiques architecturales et topographiques des établissements permettent de proposer un classement fonctionnel de ces derniers en relation avec les impératifs de la pêche, communs aux Bozo et aux Somono.

26Le Delta intérieur du Niger offre une large gamme d’établissements comportant une grande variabilité architecturale. Cette variabilité est en relation à la fois avec le mode de vie et avec l’origine ethnique des occupants. L’habitat permanent dense bozo et somono se distingue nettement de l’habitat peul, plus aéré, où coexistent huttes de paille, bâtiments en dur et grands enclos pour le bétail comme à Aoré (Brasseur 1968 ; Locati & Spini 1984).

Po11. Le semi-nomadisme est en relation avec les concentrations saisonnières de poisson présentes en période de basses eaux, notamment dans les parties aval du Delta amont.

27Toute la vie économique du Delta intérieur est conditionnée par la crue saisonnière du Niger due aux pluies tombées pendant l’hivernage en Guinée sur le Fouta Djalon, où le fleuve trouve sa source. Le cycle de la pêche est le reflet exact de ces variations saisonnières.

  1. Hautes eaux (septembre-octobre) : l’occupation se fait en villages permanents. La période peu favorable aux activités de pêche (morte saison) correspond à l’achèvement des labours commencés au mois de mars. Cela s’observe notamment au sud, dans les zones amont du Niger et dans le Djenneri. L’aspect de la plaine inondée est celui d’une prairie verdoyante où les poissons et les pirogues peuvent circuler en tous sens. C’est la période de ponte. Les pêches se limitent en zone amont et autour des lacs.

  2. Décrue (novembre) : il y a persistance de l’occupation des villages permanents. La récolte du riz a lieu en octobre. C’est le début des migrations et de la pêche aux tinèni (Alestes nigrilineatus) pour la fabrication de l’huile. Les premiers barrages bozo apparaissent aux débouchés des marigots sur les lits mineurs (fig. 2).

  3. Décrue (décembre-mars) : les villages permanents continuent à être occupés et les établissements temporaires sont réinvestis. Pêche dominante et récolte des variétés tardives de riz (décembre) peuvent entrer en concurrence. On observe une migration vers le nord, notamment le long du Diaka, un effluent du Niger. Pêche au tinèni jusqu’à fin mars

  4. Étiage (avril-juin) : les villages permanents et camps temporaires sont encore habités. C’est la période des grandes pêches collectives dans les lits mineurs du fleuve. Les familles migrent vers les zones encore en eau et plus particulièrement vers le secteur des lacs (lac Débo, lac de Korienzé), où l’on rencontre de fortes concentrations de pêcheurs, certains campements pouvant atteindre plusieurs kilomètres de long. Les poissons sont en période de disette et de stress. Les pêches cessent au plus fort de l’étiage qui correspond à la mise en culture du riz (mars à juin selon les variétés).

  5. Saison des pluies, crue du Niger (juillet-août) : les familles abandonnent les établissements temporaires et retournent dans les habitats permanents. On sème le riz. Les terres émergées sont progressivement envahies par les eaux et les activités piscicoles se réduisent au minimum.

Po12. Les types d’habitats sont au nombre de quatre : les villages permanents, les habitats temporaires, les camps temporaires et les camps volants.

28La variabilité architecturale des habitats bozo et somono est essentiellement en relation avec la mobilité induite par les stratégies saisonnières de pêche qui impliquent des déplacements d’une partie de la population.

P1. Les villages permanents sont caractérisés par une architecture compacte de maisons de banco à toit plat, dans des zones qui peuvent parfois être éloignées des bras d’eau.

29Nos données proviennent des observations effectuées en cours de mission et, ici plus particulièrement, de six établissements, soit trois villages dans le Delta amont (Kobassa, Sahona et Koki-Bozo) et trois villages dans le Delta aval (Bango, Aoré et Kakagna).

Kobassa, village permanent

(13° 48’ 16,78’’ lat. N, 4° 36’ 37,48’’ long. W)

30– Économie : pêche, riziculture et culture du mil.

31– Architecture : village permanent circulaire avec place centrale sur laquelle donne une mosquée et la concession du chef de village. Le cimetière des enfants se trouve juste à côté de la mosquée. Le village est entouré de grandes fosses d’extraction d’argile pour les constructions, remplies d’eau, mais interdites d’accès aux vaches des troupeaux peul de la région. Un second cercle est occupé par des jardins alimentés par des puits. Sur leurs bordures externes de grandes jarres sont installées pour abreuver les troupeaux en saison sèche. Au-delà se trouvent les champs de mil. La cuisson de la céramique est entreprise à l’extérieur du village sur l’espace libre situé entre les maisons les plus extérieures et les fosses d’extraction de l’argile (fig. 5).

Figure 5 – Le village bozo et somono de Kobassa, Delta méridional

Figure 5 – Le village bozo et somono de Kobassa, Delta méridional

© MESAO

32– Peuplement : bozo et somono. Le village de parler bozo (et secondairement bamana) a été fondé il y a cinq générations par Sinali Kabirentao (Somono) qui occupe aujourd’hui la chefferie du village. La population se rattache à diverses familles : quatre somono (Karibentao, Niafo, Kuntao et Tommo), une somono Nyentao de forgerons (Numu) et potières, cinq bozo (Kayentao, Djenepo, Sempana, Karibentao et Tommo) et une marka d’origine bwa (Diarra).

33– Concessions enquêtées :

  • 3 Le premier patronyme est celui de l’épouse, le second, entre parenthèses, celui du mari.

34*1, concession somono située en périphérie du village occupée par Fatuma Niafo (Kabirentao) 3, troisième femme du chef de village ;

35*2, concession marka (non prise en compte) par B. Touré (Diarra) ;

36*3, concession somono numu située en périphérie du village par le chef de famille Sinali Nyentao, numu, et sa femme potière somono, Awa Kabirentao (Nyentao) ;

37*4, concession bozo par le chef de famille Sinali Karibentao et sa femme Kwama Djenepo (Kabirentao).

Bango, village permanent

(15° 09’ 58,84’’ lat. N, 4° 00’ 59,08’’ long. W)

38– Économie : culture du riz et pêche.

39– Architecture : petit village permanent aux constructions serrées, construit sur une butte de terre à l’abri des inondations qui encerclent le village en périodes de crues (fig. 6).

Figure 6 – Le village bozo et somono permanent de Bango dans la zone d’inondation

Figure 6 – Le village bozo et somono permanent de Bango dans la zone d’inondation

© MESAO

40– Peuplement : somono et bozo. Le chef de village, de patronyme Bilakoro, est somono. Le village comprend deux patronymes somono (Bilakoro et Nyentao/Niando), quatre patronymes bozo (Kossubo, Traoré, Korguo et Tientao) et un patronyme de forgerons/potières (Samasseku). Les femmes somono Bilakoro et Nientao qui ont épousé des forgerons font également de la céramique.

41– Concessions enquêtées :

42*1, concession somono située en bordure du village occupée par le chef de famille B. Niando et son épouse potière F. Samasseku (Niando)

43*2, concession somono par S. Sammasseku, forgeron somono, et son épouse potière A. Nientao (Samasseku) et Y. Samasseku, forgeron somono et son épouse potière F. Bilakoro (Samasseku).

Aoré, village permanent

(15° 31’ 16,47’’ lat. N, 4° 18’ 42,85 long. W)

44– Économie : pêche et plus récemment pêche et agriculture pour les Bozo, élevage (chèvres, moutons, vaches) pour les Peul.

45– Architecture : gros village permanent situé sur la rive droite du Niger, composé nettement de deux parties. Au nord, se concentrent les concessions peul et rimaïbé, aux corps d’habitations espacés logés dans de grandes enceintes, dont certaines occupées par du bétail (zones foncées sur la figure 7). Au sud, le tissu urbain occupé par les pêcheurs se resserre avec des maisons quadrangulaires à toits plats (fig. 7).

Figure 7 – Plan du village permanent d’Aoré en bordure du Niger au sortir du lac Débo

Figure 7 – Plan du village permanent d’Aoré en bordure du Niger au sortir du lac Débo

On distingue clairement la partie de l’agglomération occupée par les pêcheurs somono et bozo (en bas) et la partie occupée par les Peul, plus aérée et comprenant des parcs à bestiaux (en haut). Les zones brunes indiquent les emplacements fréquentés par le bétail. Points noirs : huttes peul en matériaux légers.

Plan d’après Google Earth

46– Peuplement : principalement bozo et peul. La chefferie du village est en mains bozo (famille Kontao). Le village est occupé par des familles bozo (de patronymes Pamenta, Kementao, Tanapo, Djentao, Salamenta et Kenta), peul (Bolo, Bari et Cissé), peul tisserands (Djiga, Sango, Kassé, Bocum), rimaibé (Tambura et Coulibay), une famille cissao réunissant forgeron et potière (décédée) et des Djokaramé, commercants, (de patronymes Dao et Bocum et Marka de patronyme Mangassi).

47– Concessions enquêtées :

48*1, concession peul, habitée par T. Sango (Bocum), potière veuve d’un tisserand (non prise en compte dans l’article).

49*2, concession bozo, de grande dimension, occupée par quatre frères (dont un décédé) de patronyme Tanapo, leurs six fils et leurs seize épouses respectives. Les deux premières épouses de l’aîné possèdent à elles seules pratiquement toute la céramique. Les jarres et les pieds de lits sont par contre mieux répartis.

Kakagna-Bozo, village permanent avec quartier peul et quartier Bozo-somono

(14° 55’ 11,79’’ lat. N, 4° 19’ 36,65’’ long. W)

50– Économie : pêche et riziculture, un peu de maïs, pas de mil. Toute la céramique « somono » du quartier bozo est fabriquée par des potières somono sensu stricto, sauf une famille de Somono forgerons. L’huile de poisson peut être conservée dans des poteries à col étroit d’origine peul, utilisées primairement pour le transport de l’eau (londe, londe darnamare), apparemment parce qu’elles sont moins poreuses. Depuis 45 ans, les potières somono montent également leurs céramiques sur moule d’argile crue (probablement inventé dans la région de Bango) et peuvent donc produire elles-mêmes des récipients de stockage. La fonction des londe et des londe Darnamare chez les Peul n’est pas le stockage de l’huile mais le transport de l’eau. La fonction d’un récipient peut donc dépendre du contexte économique et de l’opposition élevage/pêche.

51– Architecture : gros village permanent comprenant deux quartiers séparés par une dépression sans construction. Le tissu urbain reste également dense dans les deux quartiers quoique légèrement plus espacé dans la partie peul. Cette dernière, plus vaste, ne comprend pas de larges enclos à bestiaux comme à Aoré. Son architecture ne se distingue de l’architecture bozo que par la présence de huttes circulaires en paille dans les cours. Il n’existe qu’un seul enclos à bestiaux en limite du quartier. Quelques bâtiments modernes se trouvent au nord-est du quartier bozo. Trois grandes fosses d’extraction d’argile sont également visibles au nord de ce quartier et un second groupe de trois fosses au nord du quartier peul. Une aire de cuisson commune aux deux quartiers se trouve directement à l’ouest du village en bordure du marigot longeant le village (fig. 8).

Figure 8 – Village permanent de Kakagna

Figure 8 – Village permanent de Kakagna

Aire de cuisson de la céramique commune aux potières somono et peul. Au premier plan construction d’un tas de cuisson par des potières somono.

© MESAO

52– Peuplement : le quartier bozo comprend des Bozo de patronymes Tiemuga, Kuntao, Kunontao, et Napogu et des Somono de patronymes Kéwé, Bilakoro, Suburio et une famille de somono-forgeron Samasseku. Les potières sont des Kéwé et des Suburio. La chefferie du quartier est détenue par la famille somono Kéwé. Les Bozo et les Somono ne se marient pas entre eux. Le quartier abrite également quelques familles de Bella.

53– Concessions enquêtées (quartier bozo) :

54*1, concession somono, occupée par une famille Kéwé, des potières K. Numetao (Kéwé) et F. Kéwé (Kéwé).

55*2, concession bozo, par la famille de D. Kuntao et son épouse D. Tcharo (Kuntao).

Sahona, village permanent

(14° 20’ 05,38’’ lat. N, 4° 22’ 34,51’’ long. W)

56– Économie : pêche à laquelle s’ajoutent aujourd’hui la culture du riz et celle du maïs. Le 20 décembre on assiste au départ des grandes pirogues pour les pêches collectives près du lac Débo.

57– Architecture : gros village permanent se développant linéairement sur la rive gauche du Niger et s’organisant autour d’un noyau central circulaire probablement ancien. Une architecture à toits plats est dominante (fig. 9).

Figure 9 – Village permanent de Sahona, Delta Sud

Figure 9 – Village permanent de Sahona, Delta Sud

Poteries diverses (dont des jarres de mariage richement décorées), tournettes et moules entreposés sur le toit de la concession de la potière somono F. Kayentao (Tapo).

© MESAO

58– Peuplement : familles bozo (de patronymes Naïssiri, Maïsié, Tomontao, Kontao et Traoré) et somono (Tapo et Nientao) et une famille de Somono-forgeron de patronyme Tapo.

  • 4 Les trois autres concessions visitées n'ont fait l'objet que d'enquêtes superficielles.

59– Concessions enquêtées 4 :

60*1, concession somono occupée par le chef de famille, Mama Tapo, mari de F. Kayentao (Tapo), ses quatre frères et F. Kayentao (Tapo, homonyme), épouse du deuxième frère.

Kokri-Bozo, village permanent

(13° 57’ 31,00’’ lat. N, 5° 30’ 49,90’’ long. W)

Village permanent situé sur la rive droite du Niger.

61– Économie : présence d’une zone réservée à l’extraction de l’huile de poisson sur le terre-plein situé entre le village et le Niger. Trois zones se succèdent en direction du fleuve (fig. 10 et 11) :

  • une zone de 14 foyers composés le plus souvent de trois briques de terre crue autour desquelles sont abandonnées de très grosses jarres et des jarres à eau de formes diverses ainsi que quelques poteries pour transporter l’eau ;

  • une zone de 17 fosses bordant la zone des foyers du côté du Niger ; les fosses sont parfois limitées par une léger bourrelet de terre et présentent un remplissage boueux, provenant de la décantation d’un liquide, et délimitent la zone de décantation de l’huile après ébullition des poissons fermentés.

  • au niveau d’un léger talus, une zone de rejets de restes de poissons (arêtes et écailles).

Figure 10 – Village permanent de Kokri Bozo, Delta Sud en bordure du Niger

Figure 10 – Village permanent de Kokri Bozo, Delta Sud en bordure du Niger

Plan de la zone d’extraction de l’huile de poisson comprenant des foyers et des fosses de décantation pour les résidus liquides issus de la cuisson, l’huile une fois prélevée (croquis de terrain)

62– Architecture : gros village permanent sur la rive droite du Niger.

63– Peuplement : Bozo.

64– Concessions enquêtées : visite simple lors de la remontée en pirogue du Niger à l’occasion d’une mission de collecte de céramiques.

Figure 11 – Village permanent de Kokri Bozo

Figure 11 – Village permanent de Kokri Bozo

Zone d’extraction de l’huile de poisson comprenant des foyers, des fosses de décantation et de nombreuses grandes jarres de formes diverses pour la cuisson du poisson.

© MESAO

P2. Les habitats temporaires sont caractérisés par de petites maisons de banco quadrangulaires à toits de chaume à double pans, alignées le long des bras d’eau.

65À part les observations effectuées lors des trajets des missions, nos données proviennent plus particulièrement de deux établissements, l’un situé près d’Aoré, l’autre, Dagaselini près de Bango, abandonné au moment de notre visite. Ce type d’établissement est très commun au sud du lac Débo.

Aoré camp, établissement à occupation temporaire

(15° 31’ 25,14’’ lat. N, 4° 18’ 56,64’’ long. W)

66– Économie : pêche et jardinage.

67– Architecture : village occupé temporairement, situé à 200 m du village permanent sur la rive droite du Niger, sous juridiction de ce dernier. Le village est habité entre décembre et septembre, soit toute l’année à l’exception des trois mois de la période des hautes eaux où les familles retournent en pirogue dans leurs villages d’origine, les hautes eaux permettant les déplacements des grandes pirogues. Le camp présente une quinzaine de maisons rectangulaires à toits de paille à double pan et une mosquée à ciel ouvert (fig. 13). De petites enceintes quadrangulaires aux murs hauts de 1,5 m environ sont probablement des enceintes de séchage du poisson. Le camp est entouré d’arbres. On distingue à la périphérie une dizaine d’enclos pour des jardins situés en avant du camp, directement au bord du Niger (fig. 12).

Figure 12 – Plan du village occupé temporairement d’Aoré, proche du village permanent

Figure 12 – Plan du village occupé temporairement d’Aoré, proche du village permanent

L’organisation des petits bâtiments quadrangulaires parallèlement au Niger est caractéristique de ce type d’établissement.

Plan d’après Google Earth

Figure 13 – Village occupé temporairement d’Aoré

Figure 13 – Village occupé temporairement d’Aoré

Le toit à double pan recouvert de paille est caractéristique de ce type d’établissement.

© MESAO

68– Peuplement : familles somono venant de Kwakuru (4° 30’/14° 13’), Kolenzé (4° 37’/14° 14’), Nu (4° 54’/14° 10’) et Taga-Bozo (4° 57’/14° 18’), de patronymes Kontao et Paitao. Le faible nombre de patronymes en relation avec la dispersion des villages permanents d’origine fait penser à un établissement réservé à ces deux lignages. D’autres Bozo et Somono issus d’autres villages sont répartis dans des campements proches, mais distincts, notamment sur la rive gauche du Niger.

69– Concessions enquêtées :

70*1, concession somono occupée par B. Kontao (non forgeron) et sa femme potière U. Kontao (Kontao). U. Kontao est la seule potière du campement et peut travailler sur place pour ravitailler les familles du campement.

71Toute la céramique et les jarres à extraction de l’huile de poisson du campement restent sur place au moment de l’abandon du camp, alors que la vaisselle de métal, notamment les marmites métalliques pour la cuisson, est emportée.

72La zone d’inondation au niveau de laquelle le Niger diverge en de nombreux bras avant de se jeter dans le lac Débo comprend de nombreux établissement temporaires, pour la plupart bozo (fig. 14).

Figure 14 – Carte du Delta intérieur au sud du lac Débo, dans la zone où le Niger se ramifie en de multiples bras

Figure 14 – Carte du Delta intérieur au sud du lac Débo, dans la zone où le Niger se ramifie en de multiples bras

Les zones grisées signalent les régions situées hors d’atteinte des crues saisonnières. Trois villages produisent dans la zone de la céramique : Bango (tradition somono), Sindégué (tradition peul) et Daramané (tradition bambara du Nord). Les points noirs signalent quelques uns des établissements temporaires occupés par les pêcheurs bozo et somono

Dagaselini, établissement à occupation temporaire

(Localisation fig. 14)

73– Économie : pêche.

74– Architecture : l’établissement, abandonné, regroupe trois maisons de banco à toits de chaume à double pan, dont une écroulée, alignées parallèlement au bras d’eau. Sur la berge se trouvent quatre fours pour le fumage du poisson. Quatre structures de banco quadrangulaires sont d’interprétation plus difficile sur la base de la documentation récoltée. La plus petite, proche des quatre fours, pourrait avoir été utilisée pour le séchage du poisson (fig. 15).

Figure 15 – Plan du village temporaire abandonné de Dagaselini

Figure 15 – Plan du village temporaire abandonné de Dagaselini

L’une des trois maisons est effondrée. Présence de quatre fours de fumage du poisson et d’un bâtiment quadrangulaire servant probablement au stockage du poisson. Quelques poteries sont abandonnées sur le sol, notamment aux environs des fours.

Croquis de terrain

75– Peuplement : établissement occupé par des Bozo.

76– Concessions enquêtées : la poterie gisait autour de fours pour fumer le poisson, à l’exception d’une jarre à eau de type « jarre du docteur » présente dans l’une des pièces d’une maison.

P3. Les camps temporaires sont caractérisés par de grandes huttes oblongues recouvertes de nattes le long des bras d’eau.

77Nos données proviennent d’un seul établissement, Taitogola près de Bango.

Taitogola, campement à occupation temporaire

(Localisation voir carte fig. 14)

78– Économie : camp de pêche utilisant harpons, filets et nasses, mais pas de barrages construits.

79– Architecture : campement de huttes de paille à occupation temporaire comprenant six unités d’habitation dont trois associées à un enclos extérieur. Les ruines de trois cases quadrangulaires construites de briques de terre crue et une petite mosquée non couverte complètent l’agglomération. Les grandes pirogues familiales sont amarrées le long de la berge du chenal. Le cam-pement est occupé chaque année depuis au moins quatre générations entre la décrue et le début des nouvelles crues, peu après les premières pluies (fig. 16).

Figure 16 – Camp temporaire bozo de Taïdogola et longues pirogues servant aux déplacements à longue distance

Figure 16 – Camp temporaire bozo de Taïdogola et longues pirogues servant aux déplacements à longue distance

© MESAO

80La case A de la concession 1, de forme oblongue et à entrée latérale, comprend un lit près duquel se situe une jarre à eau. L’autre extrémité, où se trouvent trois jarres à eau, sert de séchoir à poissons. La palissade incurvée externe délimite un espace où l’on trouve deux fours à fumer le poisson, trois foyers portatifs et une grande jarre pour faire macérer le poisson. Du poisson sèche également sur le sol (fig. 17).

Figure 17 – Plan du camp temporaire bozo de Taïdogola et détail de l’aménagement de la case A

Figure 17 – Plan du camp temporaire bozo de Taïdogola et détail de l’aménagement de la case A

Les foyers permanents pour la cuisine sont remplacés par des foyers en céramique portatifs.

Croquis de terrain

81La case B de la concession 2, de forme oblongue et à entrée latérale, comprend également deux fours à fumer le poisson et un petit foyer culinaire de terre avec deux emplacements de cuisson, près de l’entrée de la case. La case sert d’abri pour les moutons, alors que la hutte voisine fonctionne comme habitation.

82– Peuplement : Bozo. Le chef du village de patronyme Tomota et six familles de patronyme Tomota et Niumanta y vivent.

83– Concessions enquêtées :

84*1 (case A), concession bozo, occupée par une femme seule, F. Niumianta.

85*2 (case B), concession bozo, par M. Tomota et sa famille.

P4. Les camps volants observés le long du lac Débo sont caractérisés par des huttes sommaires recouvertes de paille ou de nattes. Pas d’information sur l’éventail fonctionnel.

86Ces camps peuvent être le fait d’une ou deux familles ou, au contraire, rassembler un très grand nombre de pêcheurs lors des grandes pêches collectives.

Diaré Ndiré, campement volant

(15° 16’ 52,39’’ lat. N, 4° 05’ 22,91’’ long. W)

87Nos données proviennent d’un seul établissement situé sur la rive méridionale du lac Débo, Diaré Ndiré.

88– Économie : pêche et traitement du poisson.

89– Architecture : le camp volant visité en décembre 1990 dépendait du camp de base de Kiéké. Les deux familles alors présentes, originaires du village permanent de Nouhoum Peul (ou Nohoum Daga), sont établies sur les rives du Débo pour trois mois. Ce camp dépendait d’un village à occupation temporaire, Kiéké, composé de cases rectangulaires en banco à toits à double pan, occupé pendant cinq mois, de novembre à mars, par des Bozo originaires de divers villages. La pêche comprend donc deux étages d’habitats temporaires : un village en dur occupé temporairement au nord d’Aïré Soroba et des camps itinérants en bordure du Débo. Trois villages bozo sont établis le long du bras d’eau partant d’Airé Soroba au sud rejoignant le Débo au nord et sont identifiables sur Google Earth :

  • village sur rive gauche
    15° 16’ 30.77’’ N/4° 04’ 06.99’’ W ;

  • village sur rive droite
    15° 15’ 16.32’’ N/4° 03’ 50.40’’ W (= Kiéké) ;

  • village à l’embranchement du chenal d’Airé Soroba et du chenal principal
    15° 14’ 59.67’’ N/4° 03’ 54.40’’ W.

90Diaré Ndiré présente moins d’une dizaine de constructions de paille et de nattes et fours circulaires bas pour fumer le poisson qui est également séché au soleil sur des lits de paille (fig. 18). Le camp affiché par Google Earth au même emplacement remonte à l’année 2006 et présente par contre une occupation beaucoup plus importante. On distingue sur la photo aérienne un minimum de 150 corps d’habitation qui doivent être des huttes rectangulaires couvertes de nattes. Ces corps d’habitation s’organisent autour d’aires centrales carrées réunissant jusqu’à une dizaine de huttes correspondant probalement à des regroupements familiaux. Les « concessions » sont édifiées en une longue ligne parallèle au rivage du lac Débo. Entre la ligne des constructions et le rivage se distinguent quelques taches rectangulaires brunâtres qui pourraient signaler la présence d’anciennes occupations. En arrière des constructions nous distinguons de vastes taches noires de cendres provenant soit de feux en relation avec l’extraction de l’huile de poisson (en admettant que cette opération ait lieu ici même), soit, plus probablement, du braisage de poisson sur litière de paille, une technique utilisée pour le poisson de petite taille.

Figure 18 – Diaré Ndiré. Camp bozo volant sur la rive sud du lac Débo

Figure 18 – Diaré Ndiré. Camp bozo volant sur la rive sud du lac Débo

© MESAO

91Un peu plus à l’intérieur des terres se distingue une série de taches claires rondes, occupées en leur centre par une probable construction quadrangulaire, qui doivent être des séchoirs à poissons. Ces constructions sont apparemment moins nombreuses que les « concessions », ce qui implique une gestion collective des séchoirs. L’absence de taches noires aux environs de ces constructions montre que ces dernières sont en relation avec le séchage et non le fumage.

92– Peuplement : camp de 1990 occupé par deux familles bozo de patronyme Tenetao et Kontao. Les familles étaient très nombreuses en 2006, date de l’image satellite. Cette année-là, le grand nombre de constructions parlait en faveur de pêches collectives regroupant des familles venant de plusieurs villages permanents distincts.

93– Concessions enquêtées : en 1990, seul un décompte général des poteries a été effectué.

Typologie fonctionnelle de la céramique

Po13. Il est possible de proposer une typologie des céramiques associant des caractéristiques morphologiques et fonctionnelles.

94Plusieurs expériences nous ont montré que l’on pouvait élaborer des typologies fonctionnelles de la céramique en croisant des caractéristiques dimensionnelles et des fonctions.

95L’identification de la fonction des poteries constitue, pour l’archéologue, un enjeu important. Au plan ethnoarchéologique la construction de typologies rendant compte de la fonction de certains objets utilitaires peut être un objectif, parmi d’autres, des recherches menées sur le terrain. Pendant longtemps l’ethnologue s’était contenté de prendre pour base de sa réflexion les catégories indigènes. Nous avons nous-même illustré ce point de vue pour la poterie soninké de Mourdiah et Goumbou et pour celle des Dogon du Sarnyéré (Gallay 1970 ; Gallay & Sauvain-Dugerdil 1981). R. Bedaux (1986a, b) adopte le même point de vue lorsqu’il rend compte du classement des poteries de la tradition Dogon A dans une perspective qu’il donne comme « ethnoarchéologique », mais qui n’est en fait que purement descriptive car ce type d’approche est peu instructif pour l’archéologue. Il reste notamment d’une faible utilité du fait d’une trop grande contextualisation des observations et de l’imprécision des classes indigènes et des dénominations qui en résultent en termes purement fonctionnels. Les classes de récipients établies par nos interlocuteurs, qui mélangent des critères distinctifs hétéroclites, se révèlent ainsi vite totalement inadaptées à l’objectif retenu et peu opératoires. Ces classements indigènes se développent selon des axes multiples et souvent hétérogènes et les utilisateurs n’ont pas obligatoirement une vision claire des relations entre formes et fonctions. Un récipient donné peut d’autre part répondre à des fonctions secondaires plus ou moins anecdotiques dont les enquêtes rendent compte au même titre que les fonctions les plus communes. La rationalisation et l’explicitation des catégories indigènes sur le plan de l’intrinsèque aboutissent ainsi à une impasse. Conscient de ces difficultés nous avons donc tenté de résoudre cette question d’une autre façon en remaniant les catégories fonctionnelles indigènes de façon à ce qu’elles puissent s’adapter à des critères d’identifications extrinsèques simples, utilisables au niveau archéologique (Gallay 2012b).

96Au plan extrinsèque fonctionnel nous avons retenu, sur la base de nos observations, un nombre limité de catégories, soit : marmites pour cuire la sauce ou le mil, coupes pour cuire les galettes de céréales, bols pour les ablutions, jattes pour laver ou se laver, jarres pour transporter l’eau, jarres pour conserver l’eau, grandes jarres. Ces catégories très générales ont le mérite d’être simples et utilisables dans des contextes ethniques variés. Elles rendent compte clairement de l’éventail des utilisations potentielles des récipients dans la vie domestique (pour une discussion sur cette position voir Gallay 2012b).

P19. La morphologie des récipients n’entre pas en ligne de compte dans les définitions des classes fonctionnelles.

  • 5 Cf. la position prise au niveau archéologique dans ­Gallay 1977.

97Cette typologie laisse au second plan les variations morphologiques des profils et l’adjonction possible d’anses ou de pieds, qui n’ont aucune incidence sur la fonctionnalité des récipients. Le cas des divers types de jarres à eau somono est particulièrement démonstratif de cette situation5.

P20. Les proportions des poteries culinaires de formes simples (classe 1) permettent de définir des classes significatives au plan fonctionnel.

98Les partitions proposées permettent d’obtenir des classes typométriques cohérentes en se fondant sur seulement trois mesures : le diamètre de l’ouverture, le diamètre maximum de la panse et la hauteur. L’ensemble des céramiques obéit à deux gabarits distincts de proportions repérables aussi bien sur les rapports hauteur/diamètre de l’ouverture que sur les rapports diamètre de l’ouverture/diamètre maximum.

  • Hauteur/diamètre de l’ouverture (fig. 19) : le premier axe regroupe les poteries pour transporter l’eau et les jarres à eau ; le second les poteries pour les ablutions, les poteries de cuissons, les poteries pour laver ou se laver et les grandes jarres, soit des poteries proportionnellement moins hautes.

  • Diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20) : toutes les poteries se situent en deçà de l’axe défini par les poteries pour les ablutions dont le diamètre maximum se confond avec le diamètre de l’ouverture. Proche de cet axe, nous trouvons des poteries à ouverture proportionnellement large (poteries de cuissons, poteries pour laver ou se laver et grandes jarres). S’écartant de cet axe se situent des poteries à ouverture proportionnellement plus étroite : poteries pour transporter l’eau et les jarres à eau.

Figure 19 – Typométrie des poteries culinaires de formes simples : rapport hauteur sur diamètre de l’ouverture

Figure 19 – Typométrie des poteries culinaires de formes simples : rapport hauteur sur diamètre de l’ouverture

1. Transport de l’eau ; 2. Jarres à eau ; 3. Ablutions ; 4. Cuisson ; 5. Couscoussiers ; 6. Laver et se laver ; 7. Grandes jarres ; 7 (1a). Grandes jarres de type 1a

Figure 20 – Typométrie des poteries culinaires de formes simples : rapport diamètre de l’ouverture sur diamètre maximum

Figure 20 – Typométrie des poteries culinaires de formes simples : rapport diamètre de l’ouverture sur diamètre maximum

1. Transport de l’eau ; 2. Jarres à eau ; 3. Ablutions ; 4. Cuisson ; 5. Couscoussiers ; 6. Laver et se laver ; 7. Grandes jarres ; 7 (1a). Grandes jarres de type 1a

P21. Les poteries pour transporter l’eau servent à aller puiser de l’eau au fleuve et/ou aux puits.

99On remarquera une proportion particulièrement importante de poteries non somono dans cette catégorie, soit 14 poteries sur 45 (31 %), dont 12 de tradition peul et 2 de tradition sonraï. Ce phénomène paraît général et pourrait venir de la difficulté de monter des poteries à parois particulièrement minces et col étroit par moulage sur forme concave qui procède par creusement et étirement d’une motte d’agile. Le même phénomène est observé à propos des poteries de tradition Dogon D recourant au creusage de la motte, une technique proche de la technique somono. Dans cette tradition, les poteries pour transporter l’eau sont le plus souvent des poteries de tradition C, aux parois plus minces, utilisant notamment le pilonnage sur forme convexe (Gallay 2012b). La démonstration de cette régularité, amplement constatée sur le terrain, nécessiterait une étude particulière qui sort du cadre de cet article.

100Morphologie

101Il s’agit de poteries à fond rond et ouverture étroite.

102Le rapport hauteur/diamètre de l’ouverture (fig. 19) montre un bon regroupement des points. Les poteries possèdent une ouverture particulièrement étroite. La dispersion des mesures augmente avec les plus grandes dimensions.

103Le rapport diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20) souligne le caractère particulièrement étroit de l’ouverture qui apparaît clairement sur le diagramme diamètre ouverture/diamètre maximum. On peut distinguer deux types principaux :

  • type 1 : jarres pour transporter l’eau, à col étroit et fond rond ;

  • type 2 : jarres à transporter l’eau pour les enfants. Les gabarits de ces dernières sont significativement plus petits. On y observe la présence d’un pied et de deux petites anses latérales. Ces poteries typiquement somono sont, selon nos sources, produites à Bango et à Kotaka. La poterie sans pied d’origine peul 2137 s’inscrit dans le gabarit du type 2, mais doit être rattachée au type 1 car elle n’est pas donnée comme liée aux jeux d’enfants.

104Comparaison avec les autres types

105Les poteries pour transporter l’eau sont particulièrement bien ségrégées par rapport aux autres catégories de poteries sur les deux diagrammes.

106Fonctions

107Sur 45 poteries, 32 (71 %) sont considérées comme liées au transport de l’eau, une (2137) au transport et à la conservation de l’eau.

108Quelques poteries ont des fonctions différentes. La fonction contenir de l’huile de poisson (2 exemplaires) doit retenir l’attention. Les fonctions cuire l’eau (3 exemplaires), cuire les médicaments (2 exemplaires) témoignent par contre d’une utilisation exceptionnelle de ce type de poterie pour la cuisson.

109Les autres utilisations sont anecdotiques : contenir des céréales, du sel ou de l’argile (3 exemplaires). Enfin un exemplaire n’a pas de fonction identifiée.

P22. Les jarres pour conserver l’eau permettent d’avoir des réserves pour la préparation des repas quotidiens. Elles peuvent également servir pour la conservation des céréales, riz et surtout mil.

110Morphologie

111Les jarres destinées à conserver l’eau dans les concessions pour les usages domestiques présentent des formes hautes et relativement étroites.

112En ce qui concerne le rapport hauteur /diamètre de l’ouverture (fig. 19), l’on constate que le gabarit prolonge, en plus grand, celui des poteries utilisées pour le transport de l’eau avec un même rapport hauteur/diamètre de l’ouverture.

113Le même rapport se retouve pour le rapport diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20), mais la plus grande dimension des poteries permet d’accéder facilement au contenu, par exemple à l’aide d’un gobelet, ce qui n’est pas le cas pour les poteries plus petites utilisées pour le transport de l’eau. Ces jarres présentent une certaine variabilité dans leurs formes, qui n’influence pas leur fonctionnalité déterminée par le gabarit. Il existe cinq sous-types :

  • type 1 : fond simple, bord rentrant simple ;

  • type 2 : pied, bord rentrant, deux anses (jarre du docteur) ;

  • type 3 : fond simple, bord éversé simple ;

  • type 4 : pied, col évasé ;

  • type 5 : pied, bord rentrant simple.

114Comparaison avec les autres types

115Le gabarit est bien isolé avec un très faible recouvrement sur les poteries de transport de l’eau vers 30 cm de hauteur et 20 cm de diamètre d’ouverture.

116Fonctions

117Sur 89 poteries de ce gabarit, 69 (77,5 %) sont utilisées pour la conservation de l’eau. La conservation temporaire du mil s’affiche comme une utilisation secondaire non négligeable avec 8 poteries (9 %) et un cas pour les céréales, mil ou riz. L’utilisation de ce type de poteries en relation avec la conservation du poisson ou de l’huile de poisson reste par contre anecdotique (2 cas). Dans deux cas des jarres ont été utilisées pour la cuisson de l’eau. D’autres utilisations sont également anecdotiques : contenir de l’argile (3 cas), de la potasse (1 cas), du son de mil (1 cas), des effets personnels (1 cas).

118Enfin, trois exemplaires étaient réutilisés, ouvertures enterrées, comme calages de foyer.

P23. Les bols à ablutions, en relation avec la prière islamique, servent également pour se laver les mains avant les repas. Ils sont aussi utilisés pour le filage du coton.

119Morphologie

120Ces poteries sont morphologiquement très homogènes. Elles présentent toutes un pied et une panse évasée assez rectiligne. Le diamètre de l’ouverture se confond la plupart du temps avec le diamètre maximum.

121Le rapport hauteur/diamètre de l’ouverture (fig. 19) indique que ces poteries sont les plus petites du répertoire. Elles forment un ensemble homogène ne dépassant guère 15 cm de haut et possédant un diamètre d’ouverture situé, à quelques exceptions près, entre 10 et 25 cm.

122Le rapport diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20) montre une dispersion qui prend une configuration exceptionnelle par rapport au reste du corpus du fait de l’équivalence entre diamètre maximum et diamètre de l’ouverture. On obtient en effet une droite quasi parfaite contrairement aux nuages de points caractérisant les autres types de poteries.

123Comparaison avec les autres types

124Dans les diagrammes hauteur/diamètre de l’ouverture, le gabarit des bols à ablutions recouvre en partie les gabarits occupés par les poteries de cuisson et les poteries pour laver et se laver, et ceci pour les dimensions les plus faibles de ces deux classes. Dans les diagrammes diamètre ouverture/diamètre maximum, la ligne des poteries pour les ablutions forme la limite supérieure de l’extension de ces deux catégories. Ce double recouvrement montre que l’on doit incorporer aux types la présence du pied comme élément discriminant de la classe. Ce critère morphologique supplémentaire reste néanmoins insuffisant puisque la plupart des poteries pour laver possèdent également un pied (types 1 et 4).

125Fonctions

126Sur 51 poteries de ce gabarit, 37 (72,6 %) sont utilisées pour les ablutions en relation avec la prière ou pour se laver les mains à l’occasion des repas. Les bols à ablutions sont également utilisés pour le filage du coton, soit comme récipient pour le talc (5 cas) ou comme base de fuseau (1 cas). Les autres utilisations sont anecdotiques : contenir de la bouillie (1 cas), du colorant (1 cas), des médicaments (1 cas), pour recueillir de la potasse (3 cas), pour transporter des braises (1 cas), comme mangeoire pour les poules (1 cas).

P24. Les poteries de cuisson sont destinées à la cuisson du riz et du mil et à celle des sauces.

127Les poteries de cuisson sont toutes destinées à aller sur le feu. Elles ont tendance à être remplacées aujourd’hui par des marmites en fonte d’aluminium fabriquées à Bamako.

128Morphologie

129Le rapport hauteur /diamètre de l’ouverture (fig. 19) montre que les poteries sont bien regroupées entre 6,5 et 30 cm de hauteur et entre 12,5 et 33,5 cm de diamètre d’ouverture.

130En ce qui concerne le rapport diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20), le regroupement est net en deçà d’un rapport 1/1 entre les deux mesures.

131Comparaison avec les autres types

132La ségrégation est bonne avec toutes les autres classes à l’exception des bols à ablutions, des poteries pour laver et se laver et des couscoussiers. On observe une superposition avec les poteries à ablutions pour les rapports hauteur/diamètre d’ouverture mais une ségrégation meilleure pour le rapport diamètre ouverture/diamètre maximum qui montre un regroupement dans la zone située en partie inférieure de la ligne définie par les poteries à ablutions. Une superposition partielle existe également avec les poteries pour laver ou se laver, les poteries de cuisson étant décalées vers les petites dimensions. Les poteries à cuire se superposent totalement aux couscoussiers, une situation attendue puisque les couscoussiers ne sont qu’une variété de poteries de cuisson présentant des perforations.

133Fonctions

134On dispose d’un corpus de 107 poteries. Les poteries de cette classe sont destinées à aller sur le feu. Les utilisations notées concernent la cuisson des aliments en général, du riz et des sauces destinées soit au riz, soit aux semoules de mil. La cuisson des médicaments est mentionnée 7 fois. La cuisson du poisson n’est mentionnée que deux fois car ce dernier intervient essentiellement dans la confection des sauces. On notera également l’absence de référence à la cuisson du mil qui est cuit à la vapeur dans les couscoussiers. Une utilisation secondaire au niveau du service (servir de la bouillie, de la crème ou du lait) n’est mentionnée que 6 fois. On retrouve ces poteries, ouvertures en bas, comme calages de foyers (8 observations). Ces poteries sont utilisées par les potières pour contenir de l’eau, de l’ocre, des engobes, de la chamotte (10 cas). Les autres utilisations secondaires sont anecdotiques.

P25. Les poteries à fonds perforés servent pour cuire le mil à la vapeur, plus rarement comme filtre à potasse.

135Leur fond est simple à perforations multiples.

136Morphologie

137Le rapport hauteur/diamètre de l’ouverture (fig. 19) montre un regroupement des couscoussiers dans la fourchette 10-30 cm de hauteur et 15,4 cm de diamètre d’ouverture à l’exception de deux très grandes poteries (n139 et 2985).

138En ce qui concerne le rapport diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20), le regroupement est bon avec corrélation des deux mesures. On peut distinguer quatre sous-types :

  • type 1 : bord rentrant simple

  • type 2 : bord rentrant segmenté

  • type 3 : bord épaissi (type dit « bol du tisserand », mabwe kwalu en peul)

  • type 4 : bord éversé.

139Comparaison avec les autres types

140La ségrégation est excellente à l’exception d’un recouvrement partiel avec le vases à ablutions pour les couscoussiers les plus petits et le total recouvrement avec les poteries à cuire déjà noté.

141Fonctions

142On dispose d’un corpus de 22 exemplaires Les couscoussiers sont destinés à cuire le mil à la vapeur. Une utilisation secondaire comme filtre à potasse est mentionnée dans 3 cas (7,3 %).

P26. Les poteries pour laver et se laver sont également utilisées pour le service des repas.

143Morphologie

144On notera que les poteries de type 1 possédant un pied sont réparties aléatoirement dans les deux nuages de points et ne correspondent donc pas à des dimensions particulières.

145Le rapport hauteur/diamètre de l’ouverture (fig. 19) indique que le regroupement est bon à l’exception des poteries 0187 et 2640 qui correspondent aux deux seuls exemplaires du sous-type 4.

146Le rapport diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20) témoigne également de la pertinence du regroupement et d’un rapport assez constant entre les deux mesures. Quatre types se distinguent :

  • type 1 : pied, bord rentrant simple ;

  • type 2 : fond simple, bord rentrant simple ;

  • type 3 : fond aplati, bord rentrant simple ;

  • type 4 : pied, bord évasé rectiligne.

147Comparaison avec les autres types

148En ce qui concerne le rapport hauteur/diamètre de l’ouverture, la ségrégation est généralement bonne. Mais on observe au niveau hauteur/diamètre de l’ouverture un recouvrement partiel avec les bols à ablutions pour les formes les plus petites, ce qui n’est pas étonnant pour deux types de poteries en relation avec la propreté. Ce recouvrement est moindre pour le rapport diamètre maximum/diamètre de l’ouverture. Un certain recouvrement avec les poteries de cuisson et les couscoussiers s’observe pour les formes les moins hautes au niveau du rapport hauteur/diamètre de l’ouverture. Les poteries pour laver témoignent par contre d’une bien meilleure corrélation des deux mesures diamètre maximum/diamètre de l’ouverture par rapport aux poteries à cuire de dimensions beaucoup plus variables, phénomène qui se retrouve pour les couscoussiers.

149Le rapport diamètre maximum/diamètre de l’ouverture indique que le recouvrement avec les bols à ablutions est moindre.

150Fonctions

151La fonction laver et se laver est donnée pour toutes les poteries. L’utilisation secondaire de ces poteries au niveau du service des repas est mentionnée 22 fois sur un corpus de 44 poteries (50 %) avec 13 cas pour servir la bouillie, 3 pour la crème, 3 pour le lait, 2 pour le riz et 1 pour le mil. Les autres utilisations secondaires sont anecdotiques.

P27. Les grandes jarres sont utilisées pour faire gonfler le riz et pour extraire l’huile de poisson.

152Morphologie

153Il s’agit essentiellement de récipients à ouverture relativement large de très grandes dimensions.

154Le rapport hauteur/diamètre de l’ouverture (fig. 19) indique un bon regroupement. On distingue néanmoins un ensemble isolé qui se démarque par une hauteur plus marquée par rapport à une ouverture relativement étroite qui correspond au type 1a. Cet ensemble regroupe les 5 grandes jarres 2683, 2700, 2706, 2722 et 3051. Nous lui avons associé la jarre 0091 dont le statut est très particulier, puisque qu’il s’agit d’une jarre très ancienne (plus de 100 ans) qui peut être considérée comme étrangère au corpus des céramiques contemporaines de l’enquête.

155Pour le rapport diamètre de l’ouverture/diamètre maximum (fig. 20), le même ensemble correspondant au type 1 a est également parfaitement isolé. Deux poteries de la classe principale paraissent très petites, soit 0224 et 0227. Leur hauteur n’est pas connue et il est impossible de dire si elles possèdent un pied qui les rapprocherait des bols à ablutions. Quatre types se distinguent :

  • type 1 : bord rentrant simple ; deux poteries de cette classe ont des fonds perforés et se rattachent à la classe des très grands couscouciers (poteries 0016 et 0203) ;

  • type 1a : bord rentrant simple, ouverture étroite et base en « chapeau de gendarme » ;

  • type 2 : bord rentrant segmenté et base en « chapeau de gendarme » ;

  • type 3 : bord éversé.

156Comparaison avec les autres types

157La ségrégation est bonne avec toutes les classes à l’exception des jarres de type 1a qui se trouvent dans la marge de variation des jarres à eau. On notera la proximité des deux plus petits exemplaires (0224 et 0227) avec les bols à ablutions les plus grands pour ce qui est du rapport diamètre maximum/diamètre de l’ouverture. Il s’agit dans les deux cas de poteries dont la hauteur est inconnue et dont le bord est coudé vers l’intérieur.

158Fonctions

159Les grandes jarres sont essentiellement utilisées pour « mouiller et faire gonfler le riz » avec 10 cas sur 34 informations (29,4 %). Le trempage du riz fait partie du processus de son traitement culinaire. Il permet de réduire le temps de cuisson et de rendre le riz plus nutritif. L’étuvage traditionnel consiste à faire tremper le riz paddy pendant une nuit, voire plus, dans de l’eau à température ambiante, puis à le faire bouillir ou le passer à la vapeur à 100°C de façon à gélatiniser l’amidon lorsque le grain gonfle jusqu’à ce que la balle, la glumelle et la paléa commencent à se séparer. Le riz étuvé est alors refroidi et séché au soleil avant l’entreposage ou la cuisson6. Les grandes jarres sont également utilisées par les potières somono pour conserver de l’argile ou de la chamotte avec 9 cas (26,5 %). L’extraction de l’huile de poisson occupe le troisième rang avec 6 cas (17,6 %). Il s’agit ici de la technique traditionnelle qui a longtemps consisté en la fermentation du poisson et l’extraction de l’huile dans de l’eau bouillante. Les autres cas sont anecdotiques. Les jarres de type 1a sont liées à l’extraction de l’huile de poisson sauf 3051, utilisée comme jarre à eau.

P28. Il est possible de définir des utilisations principales et des utilisations secondaires

160Les données précédentes montrent qu’il est possible de distinguer pour chaque classe morphologique des utilisations principales, dont la dénomination de la classe rend compte, et des utilisations secondaires, mais néanmoins importantes. D’autres utilisations mentionnées lors des enquêtes restent par contre anecdotiques et peuvent être écartées (tabl. 2).

Tableau 2 – Fonctions principales et secondaires des poteries utilitaires

Utilisation principale

Utilisation secondaire

Transport eau

Transporter l’eau

Chauffer de l’eau ou cuire des médicaments

Transporter l’huile de poisson

Jarres à eau

Conserver l’eau

Conserver temporairement le mil

Ablutions

Ablutions pour la prière

Contenir du talc pour le filage du coton

Laver

Laver, se laver

Servir de la bouillie

Servir de la crème ou du lait

Servir du mil ou du riz

Cuire

Cuisson des aliments

Cuisson du riz

Cuisson des sauces

Cuisson des médicaments

Servir de la bouillie

Servir de la crème ou du lait

Contenir de l’eau, des colorants ou des engobes pour la poterie

Couscoussier

Cuisson du mil

Filtre à potasse

Grandes jarres

Mouiller et faire gonfler le riz

Extraire l’huile de poisson

Conserver l’argile et la chamotte pour la poterie

Grandes jarres type 1a

Extraire l’huile de poisson

Conserver l’eau

P29. Les formes des poteries non culinaires (classe 2) suffisent par contre à définir des types fonctionnels.

161Le classement de poteries non culinaires de formes complexes (classe 2) pose par contre moins de problèmes car les caractéristiques formelles des objets permettent d’identifier immédiatement la fonction des poteries.

P30. Les poteries non culinaires de formes complexes (classe 2) sont des ustensiles associés à des processus de combustion, des objets en relation avec le confort ménager ou la cuisine et des ustensiles de potières.

162Nous trouvons dans cette catégorie :

  • des ustensiles associés à des processus de combustion : foyer, brasero, brûle parfum, lampes ;

  • des objets en relation avec le confort ménager : tabourets, pieds de lits, poids de moustiquaires, lave pieds, urinoirs ;

  • des objets en relation avec la cuisine : couvercles, moules à galettes, gargoulette, bouteilles ;

  • des éléments d’architecture : gouttières ;

  • des ustensiles de potières : moules, tournettes, percuteurs.

Répartition ethnique des classes typologiques

P31. Les répartitions des types fonctionnels des céramiques dans les deux groupes ethniques (Somono et Bozo) restent comparables.

163On notera néanmoins quelques différences dans ces proportions (tabl. 3) :

  • 1, la plus grande proportion de jarres chez les Bozo (17,5 % contre 6,7 %) reste inexplicable ;

  • 2, l’absence de lampes, de poids de filets, de gargoulettes et de bouteilles chez les Bozo est probablement due à la faible représentation absolue de ces types et n’a donc pas de signification ;

  • 3, l’absence de poids de moustiquaires et de brûle-parfum chez les Bozo est plus intéressante puisqu’il s’agit d’objets souvent richement décorés offerts lors des mariages ; on rejoint ici les données de la proposition Po14 ; cette coutume est propre aux Somono et ne concerne pas les Bozo ;

  • 4, l’absence d’outils de potières chez les Bozo s’explique dans le contexte de production présenté dans ce travail.

Tableau 3 – Répartition des types fonctionnels de poteries chez les Bozo et les Somono

Bozo N (234)

Bozo %

Somono N (702)

Somono %

Formes en proportions équivalentes dans les deux groupes

Pieds de lit

68

29,1 %

77

11 %

Jarres à eau

41

17,5 %*

47

6,7 %

Cuire

23

9,8 %

85

12 %

Transporter l’eau

16

6,8 %

28

4 %

Couvercles

12

5,1 %

60

8,6 %

Tabourets

10

4,3 %

36

5,1 %

Foyers

9

3,8 %

14

2 %

Laver

8

3,4 %

38

5, %

Moules à galettes

6

2,6 %

5

0,7 %

Ablutions

6

2,6 %

45

6,4 %

Braseros

5

2,1%

9

1,3 %

Couscoussiers

4

1,7 %

16

2,3 %

Lave pieds

3

1,2 %

7

1 %

Urinoirs

2

0,9 %

1

0,1 %

Grandes jarres

2

0,9 %

22

3,1 %

Gouttières

1

0,4 %

3

0,4 %

Encriers

1

0,4 %

4

0,6 %

Formes rares, absentes chez les Bozo

Lampes

--

--

2

0,3 %

Poids de filet

--

--

2

0,3 %

Gargoulettes

--

--

2

0,3 %

Bouteilles

--

--

4

0,6 %

Poteries de mariage souvent décorées réservées aux Somono

Poids de mousticaire

--

--

8

1,1 %*

Brûle parfum

--

--

9

1,3 %*

Outils de potières réservés aux Somono

Moules argile crue

--

--

8

1,1 %*

Percuteurs de potière

--

--

9

1,3 %*

Tournettes de potières

--

--

19

2,7 %*

Moules de potières

--

--

106

15,1 %*

Poteries diverses non comptabilisées (fonctions incertaines et divers)

17

36

*différences jugées significatives et susceptibles d’une explication

P32. Toutes ces formes (poteries d’usage commun) partagées entre Bozo et Somono peuvent être mises en relation avec l’unité du mode de vie exprimée par une langue commune le bozo.

164Le partage de la plupart des formes d’usage commun (classes 1a et 2a) entre Bozo et Somono est l’expression d’une grande proximité des modes de vie des deux groupes, proximité qui s’exprime également au niveau d’une langue commune, le bozo. Nous sommes ici en présence d’un trait fondamental des sociétés traditionnelles de la Boucle du Niger dont les particularismes « ethniques » reposent à la fois sur des spécialisations artisanales et économiques et sur la langue.

Décors au peigne et au poinçon

165Certaines poteries somono sont très richement décorées d’impressions de peigne ou de poinçon, souvent incrustées de kaolin blanc. Il convient donc de préciser le statut de ce type de caractéristique dans la problématique des relations entre poteries utilisées par les Bozo et poteries utilisées par les Somono.

Po14. La tradition céramique Somono présente, à côté de poteries d’usage courant, des poteries richement décorées.

166Le critère « décorés d’impressions de peigne » permet d’isoler parmi les céramiques enregistrées au cours de nos enquêtes, entre 1988 et 1992, dans la zone du Delta intérieur du Niger au Mali un corpus de 86 poteries (fig. 21) rattachables aux classes 1b et 2b (Gallay 2007 ; Galay & de Ceuninck 1998 ; Gallay & Burri sous presse).

Figure 21 – Sahona

Figure 21 – Sahona

Un échantillonnage de poteries somono richement décorées au peigne et incrustées de kaolin blanc. Ces poteries, dites de mariages, ne sont pas diffusées en milieu bozo

© MESAO

P33. Les poteries richement décorées avec investissement technique inhabituel se démarquent des poteries communes tant sur le plan de la fabrication que sur celui des modalités de diffusion et de consommation.

167L’allongement significatif de la chaîne opératoire de montage de certaines poteries, dû à la richesse du décor et au traitement des surfaces antérieur (engobage d’argile) et postérieur (incrustation de kaolin blanc) à la cuisson, permet d’obtenir des poteries stylistiquement particulières dont les modalités de diffusion échappent en grande partie à l’économie de marché et intègrent des modalités de consommation particulières.

P34. Les poteries richement décorées remplissent, en plus des fonctions domestiques, des fonctions sociales en relation avec le mariage et font l’objet de dons.

168Outre des fonctions utilitaires et domestiques en relation avec leur forme, les poteries s’intègrent dans des pratiques sociales particulières en relation avec le mariage : dot de la mariée, cérémonie du mariage, naissance et éducation des enfants. Nous pouvons utiliser pour ce type de poterie le terme de « bien de prestige » quoique cette notion ne s’exprime pas par un terme particulier dans la langue de nos informateurs (Gallay 2010b, 2012a).

P35. Les poteries richement décorées sont propres aux Somono et ne se retrouvent qu’accidentellement chez les Bozo.

169On notera que le corpus des poteries utilisées par les Bozo n’en comprend que 4 richement décorées sur un total de 236, soit seulement 1,7 % du corpus des céramiques bozo (tabl. 4). On peut donc se demander si la diffusion des poteries de mariage ne s’opère pas exclusivement en contexte somono et ne concerne pas alors les Bozo, soit :

Aoré C1 :

poterie 2200,

pied de lit

Kobassa CD :

poterie 205,

jarre à eau

Kobassa CD :

poterie 210,

jarre à eau

Kobassa CD :

poterie 214,

jarre à eau

Tableau 4 – Répartition des poteries de mariage richement décorées dans les concessions bozo et somono

Poteries d’usage courant

Poteries de mariage

Ensemble des poteries

Concessions somono

665 (90,8 %)

67 (9,2 %)

732 (100 %)

Concessions bozo

232 (98,3 %)

4 (1,7 %)

236 (100 %)

Totaux

897 (92,7 %)

71 (7,3 %)

968 (100 %)

P36. La problématique des décors céramiques n’est pas pertinente pour les questions soulevées dans ce travail.

170Cette analyse montre que les décors céramiques qui ne se retrouvent qu’en contexte somono ne constituent pas un point pertinent de l’analyse de la céramique bozo, sauf en tant que caractéristique négative.

Approvisionnement en céramique

Po15. Les Bozo achètent la plus grande partie de leur céramique aux Somono et complètent leurs achats avec une faible proportion de poteries de traditions étrangères, notamment peul.

171La poterie produite par les potières somono est essentiellement achetée à leurs domiciles ou sur les marchés hebdomadaires, mais peut aussi l’être directement auprès des piroguiers lors du transport des poteries des ateliers de fabrication aux lieux de vente sur les marchés (7 cas chez les Somono, 21 chez les Bozo). La forte proportion dite de « production propre » est la marque de la fabrication somono de la poterie consommée par les Bozo et les Somono, mais l’importance du chiffre (85,4 %) n’a pas de signification en elle-même car il s’agit d’un artefact d’enquête dû au choix délibéré de travailler essentiellement auprès des potières. D’une manière générale une très faible proportion de poteries de tradition étrangère se rencontre chez les Somono (3,1 %) et, légèrement plus marquée, chez les Bozo (12,8 %). Ces acquisitions concernent essentiellement la tradition peul, une situation attendue puisque qu’il existe des potières peul dans la zone considérée : 0,8 % pour les Somono et 7 % pour les Bozo (tabl. 5 à 7).

Tableau 5 – Modes d’acquisition des poteries

Concessions

Mode d’acquisition

Somono

Bozo

Totaux

Production propre

625

85.4

--

--

625

Acheté

35

4,8

204

86,5

239

Échangé

3

0,4

--

--

3

Reçu comme don

53

7,2

18

7,6

71

Hérité

4

0,7

1

0,4

5

Trouvé

6

0,8

2

0,9

8

Emprunté

5

0,7

1

0,4

6

Non identifié

1

0,1

10

4,2

11

732

100 %

236

100 %

968

Tableau 6 – Achats auprès de piroguiers

Concessions

Traditions

Somono

Bozo

Totaux

Incertaine

1

0

1

Bambara

0

1

1

Peul

2

2

4

Somono

4

18

22

7

100 %

21

100 %

28

Tableau 7 – Ventilation des traditions céramiques selon l’ethnie occupant la concession

Concessions

Traditions

Somono

Bozo

Totaux

Incertaine

12

1,6 %

12

3,7 %

24

Bambara

5

0,7 %

7

2,1 %

12

Peul

6

0,8 %

23

7,0 %

29

Somono

709

96,9 %

287

87,2 %

996

732

100 %

329

100 %

1061*

*total comprenant les 9 poteries de Diaré Ndiré, où seul un décompte global des céramiques a été effectué

P37. La céramique achetée aux Peul par les Bozo et les Somono concerne essentiellement les poteries pour transporter l’eau.

172Sur 24 poteries d’origine peul, nous observons onze poteries pour transporter l’eau, sept jarres à eau, une poterie de cuisson, un pied de lit et un moule à galettes. Trois poteries de Diaré Ndiré n’ont pas fait l’objet d’enquêtes sur le plan fonctionnel. Pour cet usage, les Bozo et les Somono préfèrent donc aux lourdes poteries somono, les poteries peul à col étroit et parois minces, très légères et peu poreuses. Toutes les grandes jarres utilisées pour extraire l’huile de poisson sont par contre d’origine somono.

Répartition des types céramiques selon les types d'habitat

Habitats permanents

P5. Les corpus des céramiques bozo et somono des habitats permanents servent de référence à l’évaluation de la situation dans les habitats temporaires.

173Les décomptes obtenus dans les inventaires des concessions bozo et somono des habitats permanents servent de référence aux décomptes des habitats temporaires (tabl. 8). À titre indicatif, nous complétons ces données en donnant la composition des cadeaux de mariage d’une potière de Sahona, F. Kayentao (Tapo), qui donne une idée de l’équipement domestique standard d’une femme potière. On notera l’absence de poteries pour transporter l’eau, une forme rarement fabriquée par les potières somono.

Tableau 8 – Décompte des types fonctionnels selon la nature de l’habitat

Référence dot Sahona

%

Habitats permanents

%

Habitats temporaires

%

Camps

%

1

Jarres à eau

6

6

74

8,9

5

14,7

13

34,2

2

Cuire

6

6

53

6,4

3

8,8

5

13,2

3

Grandes jarres

3

3

33

4,0

3

8,8

2

5,2

4

Transporter eau

29

3,5

3

8,8

5

13,2

5

Couvercles

4

4

71

8,6

2

5,9

2

5,2

6

Ablutions

4

4

46

5,5

2

5,9

2

5,2

7

Couscoussiers

2

2

25

3,0

2

5,9

2

5,2

8

Foyers

2

2

14

1,7

3

8,8

5

13,2

9

Braseros

12

1,4

1

2,9

1

2,6

10

Pieds de lit

20

20

135

16.3

7

20,6

1

2,6

11

Moules galettes

11

1,3

2

5,9

12

Moules potières

12

12

118

14,2

1

2,9

13

Tournettes potières

4

4

20

2,4

14

Laver

10

10

46

5,5

15

Tabourets

6

6

42

5,1

16

Lave pieds

11

1,3

17

Poids moust.

12

12

8

1,0

18

Moules argile crue

8

1,0

19

Urinoirs

6

0,7

20

Encriers

4

4

5

0,6

21

Calages foyers

5

0,6

22

Gouttières

4

0,5

23

Bouteilles

2

2

4

0,4

24

Supports foyer

3

0,4

25

Lampes

2

0,2

26

Poids de filet

2

0,2

27

Gargoulettes

2

0,2

28

Percuteurs de potières

9

0,1

29

Brûle parfum

3

3

9

0,1

30

Divers

22

2,65

100

100

829

100

34

100

38

100

Habitats temporaires

P6. Les habitats temporaires occupés par des Somono peuvent, exceptionnellement, présenter des instruments en relation avec le façonnage de la poterie.

174Dans l’habitat temporaire d’Aoré une potière, U. Kontao (Kontao), peut travailler sur place et fournir en poteries les habitants du village. Cette situation justifie la présence occasionnelle d’outils de potières spécifiques, tournettes et moules d’argile cuite, dans ce type d’habitat où ils signalent la présence de familles somono.

P7. On peut pratiquer la céramique dans les villages temporaires.

175La présence d’une activité potière s’explique par la durée relativement longue des séjours dans ce type d’habitat.

Habitats et camps temporaires

P8. Les habitats temporaires (habitats et camps temporaires) présentent globalement un déficit de la variabilité morphologique des poteries portant essentiellement sur les types peu représentés dans les habitats permanents.

176Les types suivants relativement rares dans les habitats permanents sont absents des habitats temporaires, villages de maisons de banco ou de huttes : tabourets, lave pieds, poids de moustiquaires, urinoirs, encriers, gouttières, bouteilles, supports de foyer, lampes, poids de filet, gargoulettes, brûle parfum.

P10. Les habitats temporaires (habitats et camps temporaires) ne présentent pas de tabourets.

177On notera particulièrement l’absence de tabourets en relation avec un confort plus sommaire.

P11. Les habitats temporaires (habitats et camps temporaires) ne présentent pas de poteries pour laver et se laver.

178L’absence de vases pour laver et se laver, qui remplissent des fonctions essentielles dans les habitats puisque ces poteries servent également au service des repas, reste par contre inexplicable.

P9. Les habitats temporaires (habitats et camps temporaires) présentent un excédent de grandes jarres, de jarres à eau, de poteries pour transporter l’eau et de poteries de cuisson.

179Plusieurs catégories fonctionnelles paraissent surreprésentées dans les habitats temporaires par rapport aux habitats permanents : les jarres à eau (14,5 et 34 % contre 8,9 %), les poteries à cuire (8,8 et 13,2 % contre 6,4 %), les grandes jarres (8,8 et 5,2 % contre 4 %), les poteries pour transporter l’eau (8,8 et 13 % contre 3,5 %) et les foyers portatifs (8,8 et 13,2 % contre 1,7 %). L’importance des foyers portatifs dans les habitats temporaires et les camps est décelable sur les plans de Dagasélini (fig. 15) et Taïdogola (fig. 16 et 17).

P12. L’excédent de jarres à eau, pourrait être en relation avec le stockage du riz pour la consommation journalière et/ou la fabrication de l’huile de poisson.

180On peut également penser à une utilisation conjointe avec les grandes jarres dans le processus de fabrication de l’huile de poisson. Cette utilisation n’est mentionnée que deux fois dans nos enquêtes, mais on notera pourtant qu’à Kokri Bozo des jarres à eau côtoyaient de grandes jarres dans la zone d’extraction de l’huile où elles semblaient jouer le même rôle.

P13. L’excédent de grandes jarres est en relation avec la fabrication de l’huile de poisson.

181L’extraction de l’huile de poisson, qui correspond à l’une des principales activités présente dans les établissements temporaires, pourrait expliquer l’importance numérique des grandes jarres.

P14. L’excédent de poteries pour transporter l’eau pourrait être en relation avec la conservation de l’huile de poisson.

182L’excédent de poteries pour transporter l’eau est plus difficile à analyser. Nous proposons de les mettre en relation avec la conservation de l’huile de poisson. Cette fonction est mentionnée deux fois dans nos enquêtes. Les poteries pour le transport de l’eau, à col étroit, sont en effet parfaitement adaptées pour le transport des liquides en pirogue alors que les grandes jarres, trop lourdes lorsqu’elles sont pleines et peu manœuvrables, ne sont guère utilisables lors des déplacements. Aucun autre récipient n’est du reste mentionné pour une telle fonction. Selon J. Daget (1949) pourtant, l’huile de poisson est essentiellement transportée dans des calebasses.

P15. L’absence de poteries pour laver et se laver est éventuellement en relation avec un changement de mode de consommation de la nourriture.

183Cette interprétation ne nous convainc guère. L’utilisation secondaire de cette catégorie de poteries pour le service des repas reste en effet relativement marginale car ce sont des calebasses qui remplissent généralement cette fonction de présentation des bouillies et crèmes, alors que les céréales sont servies dans des cuvettes émaillées et les sauces dans des poteries de cuisson.

P16. Les camps temporaires ne présentent pas de pieds de lit en céramique en relation avec des lits permanents.

184Cette absence est en relation avec un aménagement plus léger de l’espace domestique. On dort en effet sur des nattes ou sur des lits à cadres de bois, de confection traditionnelle, recouverts de nattes.

P17. Les camps temporaires n’ont pas d’instruments en relation avec la fabrication de la céramique.

185Cette absence, à laquelle s’ajoutent des constructions n’utilisant pas le banco, permet d’inférer que les fosses d’extraction d’argile qui pourraient exister en relation avec ce type d’établissement doivent servir uniquement à la confection des enceintes pour le fumage du poisson.

P18. Certains artisanats ne sont pas pratiqués dans les camps temporaires qui ne disposent que d’un confort sommaire.

186D’une manière générale les campements temporaires sont caractérisés par un confort plus élémentaire et un déficit de certains artisanats comme la poterie. Ce déficit devrait concerner également le tissage et la forge.

Régularités

187L’approche ethnoarchéologique d’une question ou d’une série de questions nécessite un effort de décontextualisation des inférences. L’habitude est de parler dans ce contexte de « règles », un terme qui peut être jugé abusif dans la mesure où nous restons, en l’état des recherches, dans un contexte susceptible d’être approfondi au plan scientifique (Gallay 2011b).

188Cette décontextualisation concerne aussi bien le contexte de déclenchement des inférences que les inférences elles-mêmes, qui se trouvent alors affranchies de connotations trop régionales et temporelles (Gallay 1992, 2010b, 2011b, 2013).

189Ce parti pris ne fait qu’expliciter la façon dont on utilise habituellement les références ethnographiques lorsqu’on les mobilise pour interpréter des vestiges archéologiques, opérations qui nécessitent obligatoirement la « mise au pluriel de cas singuliers ». Cette situation très particulière doit donc être explicitée pour que l’on puisse correctement en mesurer les dangers et les limites.

190Le processus de décontextualisation se situe sur deux niveaux successifs :

  1. Par rapport au temps. Les sociétés dont nous avons étudié la céramique sont des sociétés « modernes » vivant au xxe siècle dans un état avec une production industrielle, certes limitée, mais bien présente. Elles font partie d’un état souverain, le Mali, possédant ses propres législations et ses propres contraintes ainsi qu’une monnaie d’état, le CFA. Nous admettons pourtant que les phénomènes traditionnels que nous étudions illustrent encore une situation précoloniale identifiable (Gallay 2011a). Nous sommes conscient du caractère risqué de cette position car nous ne sommes pas toujours en position d’évaluer l’impact de la modernité sur les phénomènes étudiés.

  2. Par rapport à l’espace. La seconde question qui se pose est de savoir si les structures mises en évidence ont une quelconque généralité hors du domaine géographique considéré, Delta intérieur du Niger, Boucle du Niger, Mali, Afrique de l’Ouest, autres contextes étrangers. Notre approche ne recherche pas des mécanismes universels. Il est donc nécessaire de préciser le contexte « fonctionnel » dans lequel les phénomènes étudiés ont le plus de chances de se produire.

P38. Le contexte de déclenchement des inférences proposées se situe dans une civilisation traditionnelle, de type proto-urbain, intégrant dans son fonctionnement des groupes ethniques économiquement spécialisés et possédant une économie à marchés périphériques.

191Les principales contraintes du modèle sont les suivantes :

  • une civilisation proto-urbaine : le contexte doit englober des agglomérations démographiquement importantes de caractère multi-ethnique connectées à un réseau commercial local et international ;

  • une spécialisation « ethnique » de l’économie et de l’artisanat : des spécialisations artisanales se combinent à des spécialisations économiques sur des bases sociales pouvant impliquer des groupes ethniques ou des castes indépendantes sur le plan social (castes, classes sociales) ;

  • une économie à marchés périphériques : une économie traditionnelle d’autosubsistance doit se superposer à une économie marchande qui se développe au sein de réseaux à la fois régionaux, locaux et internationaux.

P39. Les groupes de pêcheurs qui ne fabriquent pas de céramique peuvent l’acheter à un groupe producteur A proche sur le plan géographique, économique et ethnique.

192L’extraction de l’huile de poisson requiert des poteries spécifiques. Les groupes de pêcheurs au sein desquels les potières sont absentes doivent donc acheter leurs poteries à des groupes voisins. La connaissance de la poterie induit des besoins qui s’étendent à toutes les catégories fonctionnelles. L’acquisition des poteries par les pêcheurs se concentre sur les groupes producteurs les plus proches sur les plans géographique, économique et ethnique.

P40. Le groupe producteur A privilégié est le groupe linguistiquement identique chez qui il existe des potières.

193L’intercompréhension linguistique entre groupe producteur et groupe consommateur facilite les échanges.

P41. Un autre groupe producteur (B) peut être choisi lorsqu’il s’agit de poteries d’usages spécifiques non produites par le groupe principal A pour des raisons techniques.

194Certaines techniques de fabrication ne permettent pas toujours d’obtenir la totalité des formes requises sur le plan fonctionnel. Dans cette situation certaines poteries spécifiques peuvent être acquises auprès de groupes producteurs socialement et/ou géographiquement plus éloignés.

P42. La céramique remplit le même éventail de fonctions dans la mesure où le groupe producteur A et le groupe récepteur ont le même type d’économie.

195L’économie de production et le mode de vie déterminent largement le spectre fonctionnel de la céramique. Deux groupes ayant le même type d’économie devraient avoir le même éventail large de céramique.

P43. Les types fonctionnels présentent des répartitions particulières selon le type d’habitat.

196Les changements dans l’éventail morphologique des poteries sont en relation avec une certaine spécialisation dans le traitement du poisson, notamment l’extraction de l’huile, et avec un aménagement plus sommaire de l’espace domestique.

P44. Les types fonctionnels en relation avec l’extraction de l’huile de poisson sont surreprésentés.

197Les poteries en relation avec l’extraction de l’huile de poisson sont des jarres de dimensions variées, habituellement utilisées pour la conservation de l’eau. Des poteries à col étroit peuvent être requises pour la conservation et le transport de l’huile.

P45. Les céramiques marquées ethniquement au niveau de l’investissement décoratif restent par contre le fait des groupes producteurs A et B.

198Le décor des céramiques, lorsqu’il est particulièrement sophistiqué, remplit une fonction sociale qui peut être directement liée au groupe producteur. Dans ce cas, les poteries richement décorées échappent à l’économie de marché et font office de biens de prestige. Cette inférence est valable à la fois pour les Somono et, probablement, pour les Peul.

Conclusion

199Notre enquête sur la céramique nous a mené au Mali chez les pêcheurs bozo du Delta intérieur du Niger qui ne fabriquent pas eux-mêmes de la poterie, mais se la procurent en majorité chez les Somono, qui partagent avec eux la même langue, le bozo, et le même style de vie. L’éventail de la céramique utilisée par les Bozo varie en fonction du type d’habitat occupé lors de leurs déplacements liés à la pêche, les habitats temporaires étant caractérisés par une plus forte proportion de poteries liées à l’extraction de l’huile de poisson. Les poteries de mariage richement décorées produites par les potières somono sont par contre absentes chez les Bozo, renforçant le caractère identitaire de cette céramique.

200Aujourd’hui l’ethnoarchéologie est à la mode et de nombreux chercheurs se réfèrent à cette discipline qui, malheureusement, manque d’une base théorique cohérente largement acceptée par la communauté scientifique. L’exemple que nous avons développé ici ne prétend pas proposer un tel cadre – nous l’avons fait ailleurs (Gallay 2011b) – mais simplement explorer, à travers un exemple précis, une des voies empiriques possible pour développer ce type d’approche. Nous ne sommes pas ici à la recherche d’universaux qui permettraient de proposer des règles applicables partout. Notre démarche est beaucoup plus modeste et procède du « pas à pas ». Mais peut-être saura-t-elle ouvrir la voie à d’autres expériences du même type, dont les résultats cumulés pourront, nous l’espérons, déboucher sur un savoir décontextualisé fournissant à l’archéologue quelques clés possibles pour l’interprétation de ses vestiges.

Nos remerciements vont tout particulièrement à nos collègues Eric Huysecom et Anne Mayor qui ont pris une part décisive au succès du programme de recherches ethnoarchéologiques dans le Delta intérieur entre 1988 et 1993, ainsi qu’à tous les participants à ces missions. Toute notre gratitude également à Messieurs Kléna Sanogo, directeur de l’Institut des sciences humaines du Mali et Samuel Sidibé, directeur du Musée national de Bamako. Le financement des recherches a été assuré conjointement par plusieurs instances : Fonds national suisse de la recherche scientifique, Fondation Suisse-Liechstenstein et Université de Genève, que nous remercions, une fois encore, pour leur soutien actif.

Haut de page

Bibliographie

Ba A.H. & Daget J. (1984) L’empire peul du Macina (1818-1833). Les Nouvelles éditions africaines, Abidjan & École des Hautes études en sciences sociales, Paris (réédition de 1962, Mouton, Paris).

Bedaux R.M.A. (1986a) Pottery variation in present day Dogon compounds (Mali) : preliminary results. In : Variation, culture and evolution in African populations. Papers in honour of Dr. H. Villiers, Witwatersrand University Press, Johannesburg, p. 241-248.

Bedaux R.M.A. (1986b) Recherches ethnoarchéologiques sur la poterie des Dogon (Mali). In : H. Fokkens, P. Banga, M. Bierma (eds), Op zoek naar mens en materiële cultuur : feestbundel aangeboden aan J.D. van der Waals. Rijksuniverseit, Groningen, p. 117-146.

Bohannan P. & Dalton G. (1962) – Markets in Africa. Northwestern University African studies, t. 9. Northwestern University Press, Evanston.

Brasseur G. (1968) Les établissements humains au Mali. Institut fondamental d’Afrique Noire, « Mémoires de l’Institut fondamental d’Afrique noire », 83, Dakar,

Ceuninck G. de (1993) Production et consommation de la céramique : l’exemple peul et somono du Delta intérieur du Niger. Origini, t. 17, p. 407-426.

Ceuninck G. de (1994) Forme, fonction, ethnie : approche ethnoarchéologique des céramiques du Delta intérieur du Niger (Mali). In : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique, culturel, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire (14, CNRS-CRA-ERA 36 ; 21-23 oct. 1993 ; Antibes), éd. APDCA, Juan-les-Pins (Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques), p. 161-177.

Ceuninck G. de (2000) La circulation des poteries dans le Delta intérieur du Niger (Mali). In : P. Pétrequin, P. Fluzin, J. Thiriot, P. Benoit (éds), Arts du feu et productions artisanales. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire (20, CNRS-CRA ; 21-23 oct. 1999 ; Antibes). Éds APDCA, Juan-les-Pins (Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques), p. 221-236.

Daget J. (1949) La pêche dans le delta central du Niger. Journal de la Société des africanistes, t. 19, fasc. 1, p. 1-79.

Fay C. (1995) Car nous ne faisons qu’un : identités, équivalences, homologies au Maasina (Mali). In : C. Fay (éd.), Identités et appartenances dans les sociétés sahéliennes. Cahiers des sciences humaines (Paris), t. 31, fasc. 2, p. 427-456.

Fay C. (1997) Les derniers seront les premiers : peuplement et pouvoirs mandingues et peuls au Maasina (Mali). In : M. De Bruijn, H. Van Dijk (éds), Peuls et Mandingues : dialectique des constructions identitaires. Afrika-Studiecentrum, Leyde & Karthala, coll. « Hommes et sociétés », Paris, p. 165-191.

Gallais J. (1980) Le Delta intérieur du Niger et ses bordures : étude de géographie régionale. 2 vol. Swets et Zeitlinger, Lisse (réédition de 1967, Institut fondamental d’Afrique noire, coll. « Mémoires », 79, Dakar).

Gallais J. (1984) – Hommes du Sahel : espaces-temps et pouvoirs : le Delta intérieur du Niger, 1960-1980. Flammarion, coll. « Géographes », 1, Paris.

Gallais A. (1970) La poterie en pays Sarakolé (Mali, Afrique occidentale) : étude de technologie traditionnelle. Journal de la Société des africanistes, t. 40, fasc. 1, p. 7-84.

Gallay A. (1977) Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône : contribution à l’étude des relations Chassey-CortaillodMichelsberg. Huber, coll. « Antiqua », 6, Frauenfeld.

Gallay A. (1992) A propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali) : approche ethnoarchéologique et règles transculturelles. In : Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites, Rencontres int. d’archéol. et d’hist. (12 ; 17-19 oct. 1991 ; Antibes), éd. APDCA (Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques), Juan-les-Pins, p. 67-89.

Gallay A. (2005) Céramiques, styles, ethnies : les traditions céramiques du Delta intérieur du Niger (Mali) entre ethnologie et archéologie. In : B. Martinelli (éd.). L’interrogation du style : anthropologie, technique et esthétique, Colloque du CNRS : Style et expressions stylistiques approches ethnologiques (17-19 novembre 1999, Collège de France, Paris), Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, p. 97-115.

Gallay A. (2007) Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali) : essai de délimitation archéologique d’une territoire ethnique. The Arkeotek Journal, t. 1 (http://www.thearkeotekjournal.org/).

Gallay A. (2010a) Les mécanismes de diffusion de la céramique traditionnelle dans la boucle du Niger (Mali) : une évaluation des réseaux de distribution. In : C. Manen, F. Convertini, D. Binder, I. Sénépart (éds), Organisation et fonctionnement des premières sociétés paysannes : structure des productions céramiques (Séance SPF, Toulouse, mai 2007), Mémoires de la Société préhistorique française, p. 265-281.

Gallay A. (2010b) Une approche anthropologique de la notion de bien de prestige. Numéro spécial consacré aux Actes du 12e colloque sur les Alpes dans l’Antiquité (Yenne, Savoie, 2-4 octobre 2009). Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines (Aoste), t. 21, p. 29-44.

Gallay A. (2011a) De mil, d’or et d’esclaves : le Sahel précolonial. Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Le savoir suisse, histoire », Lausanne.

Gallay A. (2011b) Pour une ethnoarchéologie théorique. Errance, Paris.

Gallay A. (2012a) Potières du Sahel : à la découverte des traditions céramiques de la boucle du Niger (Mali). Infolio, Gollion.

Gallay A. (2012b) Anthropologie, ethnohistoire, ethnoarchéologie du fer : quelle place accorder au discours des acteurs ? In : B. Martinelli & C. Robion (éds), Métallurgie du fer et sociétés africaines. Colloque d’Aix en Provence (Aix en Provence, 23-24 avril 2010), Archaeopress, coll. « BAR, International series », Oxford, p. 245-258.

Gallay A. (2013) Les fondements théoriques de l’ethnoarchéologie vus à travers une pratique africaine. 5° convegno di etnoarcheologia. : etnoarcheologia come ricerca di campo (Roma, 13-14 maggio 2010).

Gallay A (sous presse) Biens de prestige et richesse en Afrique de l’Ouest. 9colloque annuel, international et interdisciplinaire de la Maison René Ginouvès, Archéologie et ethnologie, Nanterre, 6-8 juin 2012.

Gallay A. & Burri E. (sous presse) Chaînes opératoires de montage et fonctions sociales : les poteries de mariage somono (Mali). In : Pottery function and ceramic technology, European association of archaeologists, Annual meeting, Oslo, 14-18 septembre 2011.

Gallay A. & Ceuninck G. de (1998) Les jarres de mariage décorées du Delta intérieur du Niger (Mali) : approche ethnoarchéologique d’un bien de prestige. In : B. Fritsch, M. Maute, I. Matuschik, J. Müller, C. Wolf (eds), Tradition und Innovation : prähistorische Archäologie als historische Wissenschaft : Festschrift für Christian Strahm, M. Leidorf, coll. « Internationale Archäologie, Studia honoraria », 3, Rahden, p. 13-30.

Gallay A., Huysecom E. & Mayor A. (1998) Peuples et céramiques du Delta intérieur du Niger (Mali) : un bilan de cinq années de missions (1988-1993), P. von Zabern, coll. « Terra Archaeologica, monographies de la Fondation Suisse-Liechtenstein pour les recherches archéologiques à l’étranger », 3, Mainz.

Huysecom E., & Mayor A. (1993) Les traditions céramiques du delta intérieur du Niger : présent et passé. In : J. Devisse, J. Polet & S. Sidibé (éds), Vallées du Niger. Editions de la réunion des musées nationaux, Paris, p. 297-313.

Gallay A. & Sauvain-Dugerdil C. (1981) Le Sarnyéré Dogon : archéologie d’un isolat, Mali. Éd. ADPF, coll. « Recherche sur les grandes civilisations », Mémoires, 4, Paris.

Heine B. & Nurse D. (2004) Les langues africaines. Karthala, Paris.

Locati A. & Spini S. (1984) L’architettura del paese del Bozo : strumenti di produzione, spazi di relatione e materializzazione del mito. Storia della città : rivista internationale di storia urnaba e territoriale. Electa periodici, t. 25, p. 11-131.

Mayor A. (2010) Outils de potières au Mali : chaînes opératoires et traditions techniques. Bulletin de la société préhistorique française, t. 107, fasc. 4, p. 643-666.

Mayor A. (2011) Traditions céramiques dans la boucle du Niger : ethnoarchéologie et histoire du peuplement au temps des empires précoloniaux. Journal of African archaeology, coll. « Journal of African archaeology monograph series, t. 7, peuplement humain et paléoenvironnement en Afrique de l’Ouest » 2, Francfort.

Quensiére J. (1994) La pêche dans le Delta central du Niger : approche pluridisciplinaire d’un système de production halieutique. ORSTOM & Karthala, Paris

Sigaut, F. (2010) Les approches par l’objet : forme, fonctionnement, fonction : les approches en termes de processus, Techniques et cultures, 10, p. 54-55.

Testart A. (2007) Critique du don : essai sur la circulation non marchande. Errance, Syllepse, coll. « Matériologiques », Paris.

Virot C. (2005) La poterie africaine : les techniques céramiques en Afrique noire. Éditions Argile, coll. « granit », 31, Banon.

Haut de page

Annexes

Figure 22 – Types de poteries de tradition somono

Figure 22 – Types de poteries de tradition somono

Vases pour transporter l’eau (00666 « pour les enfants »), pour les ablutions et couscoussiers

Figure 23 – Types de poteries de tradition somono

Figure 23 – Types de poteries de tradition somono

Jarres pour conserver l’eau, types 1 (00285), 2 (00108), 3 (00638 et 02140), 4 (02719) et 5 (00232). La poterie peinte 02140 est une production peul

Figure 24 – Types de poteries de tradition somono

Figure 24 – Types de poteries de tradition somono

Grandes jarres pour l’extraction de l’huile de poisson

Figure 25 – Types de poteries de tradition somono

Figure 25 – Types de poteries de tradition somono

Poteries pour laver et se laver, types 1 (00551 et 03141), 2 (00628 et 02753), 3 (00169) et 4 (00187)

Figure 26 – Types de poteries non culinaires de formes complexes de tradition somono

Figure 26 – Types de poteries non culinaires de formes complexes de tradition somono

Foyers portatifs (02750), brasero (02185), brasero-foyer (00612), brûles-parfums (00644 et 03146), support de marmite pour foyers installés dans les pirogues (00615), couvercle (00568) et moules à galettes (00625 et 00173)

Figure 27 – Types de poteries non culinaires de formes complexes de tradition somono

Figure 27 – Types de poteries non culinaires de formes complexes de tradition somono

Gargoulette (00641), bouteille (00637), gouttière (00557), lave-pieds (02737), support de lit (02754), tabouret (02745), encriers (03136 et 02145) et poulailler (00168)

Haut de page

Notes

1 http://www.fao.org/fishery/countrysector/FI-CP_ML/fr

2 MESAO : Mission ethnoarchéologique suisse en Afrique de l’Ouest.

3 Le premier patronyme est celui de l’épouse, le second, entre parenthèses, celui du mari.

4 Les trois autres concessions visitées n'ont fait l'objet que d'enquêtes superficielles.

5 Cf. la position prise au niveau archéologique dans ­Gallay 1977.

6 Renseignements Anne Mayor, cf. http://www.fao.org/docrep/T0567F/T0567F0a.htm

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 1 – Schéma logiciste de l’étude
Légende P01 à P015 : observations de base. P1 à P38 : propositions dérivées. P39 à P45 : règles ethnoarchéologiques.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2 – Mayel Togoro
Légende Barrage de nasses bozo. On distingue sur la rive un village à occupations temporaires avec toits à double pan couverts de chaume.
Crédits © MESAO, 28 novembre 1992
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 3 – Camp de Diaré Ndiré, rive sud du lac Débo
Légende Four de fumage du poisson. Les casiers rectangulaires de vannerie servent pour le conditionnement du poisson fumé.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 4 – Camp de Diaré Ndiré, rive sud du lac Débo
Légende Séchage du poisson sur lit d’herbes.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 5 – Le village bozo et somono de Kobassa, Delta méridional
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 6 – Le village bozo et somono permanent de Bango dans la zone d’inondation
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 7 – Plan du village permanent d’Aoré en bordure du Niger au sortir du lac Débo
Légende On distingue clairement la partie de l’agglomération occupée par les pêcheurs somono et bozo (en bas) et la partie occupée par les Peul, plus aérée et comprenant des parcs à bestiaux (en haut). Les zones brunes indiquent les emplacements fréquentés par le bétail. Points noirs : huttes peul en matériaux légers.
Crédits Plan d’après Google Earth
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 8 – Village permanent de Kakagna
Légende Aire de cuisson de la céramique commune aux potières somono et peul. Au premier plan construction d’un tas de cuisson par des potières somono.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 9 – Village permanent de Sahona, Delta Sud
Légende Poteries diverses (dont des jarres de mariage richement décorées), tournettes et moules entreposés sur le toit de la concession de la potière somono F. Kayentao (Tapo).
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 10 – Village permanent de Kokri Bozo, Delta Sud en bordure du Niger
Légende Plan de la zone d’extraction de l’huile de poisson comprenant des foyers et des fosses de décantation pour les résidus liquides issus de la cuisson, l’huile une fois prélevée (croquis de terrain)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 11 – Village permanent de Kokri Bozo
Légende Zone d’extraction de l’huile de poisson comprenant des foyers, des fosses de décantation et de nombreuses grandes jarres de formes diverses pour la cuisson du poisson.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 12 – Plan du village occupé temporairement d’Aoré, proche du village permanent
Légende L’organisation des petits bâtiments quadrangulaires parallèlement au Niger est caractéristique de ce type d’établissement.
Crédits Plan d’après Google Earth
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 13 – Village occupé temporairement d’Aoré
Légende Le toit à double pan recouvert de paille est caractéristique de ce type d’établissement.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 14 – Carte du Delta intérieur au sud du lac Débo, dans la zone où le Niger se ramifie en de multiples bras
Légende Les zones grisées signalent les régions situées hors d’atteinte des crues saisonnières. Trois villages produisent dans la zone de la céramique : Bango (tradition somono), Sindégué (tradition peul) et Daramané (tradition bambara du Nord). Les points noirs signalent quelques uns des établissements temporaires occupés par les pêcheurs bozo et somono
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 15 – Plan du village temporaire abandonné de Dagaselini
Légende L’une des trois maisons est effondrée. Présence de quatre fours de fumage du poisson et d’un bâtiment quadrangulaire servant probablement au stockage du poisson. Quelques poteries sont abandonnées sur le sol, notamment aux environs des fours.
Crédits Croquis de terrain
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 16 – Camp temporaire bozo de Taïdogola et longues pirogues servant aux déplacements à longue distance
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 17 – Plan du camp temporaire bozo de Taïdogola et détail de l’aménagement de la case A
Légende Les foyers permanents pour la cuisine sont remplacés par des foyers en céramique portatifs.
Crédits Croquis de terrain
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 18 – Diaré Ndiré. Camp bozo volant sur la rive sud du lac Débo
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 19 – Typométrie des poteries culinaires de formes simples : rapport hauteur sur diamètre de l’ouverture
Légende 1. Transport de l’eau ; 2. Jarres à eau ; 3. Ablutions ; 4. Cuisson ; 5. Couscoussiers ; 6. Laver et se laver ; 7. Grandes jarres ; 7 (1a). Grandes jarres de type 1a
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 20 – Typométrie des poteries culinaires de formes simples : rapport diamètre de l’ouverture sur diamètre maximum
Légende 1. Transport de l’eau ; 2. Jarres à eau ; 3. Ablutions ; 4. Cuisson ; 5. Couscoussiers ; 6. Laver et se laver ; 7. Grandes jarres ; 7 (1a). Grandes jarres de type 1a
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Figure 21 – Sahona
Légende Un échantillonnage de poteries somono richement décorées au peigne et incrustées de kaolin blanc. Ces poteries, dites de mariages, ne sont pas diffusées en milieu bozo
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 22 – Types de poteries de tradition somono
Légende Vases pour transporter l’eau (00666 « pour les enfants »), pour les ablutions et couscoussiers
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 23 – Types de poteries de tradition somono
Légende Jarres pour conserver l’eau, types 1 (00285), 2 (00108), 3 (00638 et 02140), 4 (02719) et 5 (00232). La poterie peinte 02140 est une production peul
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 24 – Types de poteries de tradition somono
Légende Grandes jarres pour l’extraction de l’huile de poisson
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 25 – Types de poteries de tradition somono
Légende Poteries pour laver et se laver, types 1 (00551 et 03141), 2 (00628 et 02753), 3 (00169) et 4 (00187)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 26 – Types de poteries non culinaires de formes complexes de tradition somono
Légende Foyers portatifs (02750), brasero (02185), brasero-foyer (00612), brûles-parfums (00644 et 03146), support de marmite pour foyers installés dans les pirogues (00615), couvercle (00568) et moules à galettes (00625 et 00173)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 27 – Types de poteries non culinaires de formes complexes de tradition somono
Légende Gargoulette (00641), bouteille (00637), gouttière (00557), lave-pieds (02737), support de lit (02754), tabouret (02745), encriers (03136 et 02145) et poulailler (00168)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/431/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gallay, « Utilisation de la céramique d’origine somono et peul chez les pêcheurs bozo du Delta intérieur du Niger (Mali) », Afrique : Archéologie & Arts, 8 | 2012, 45-84.

Référence électronique

Alain Gallay, « Utilisation de la céramique d’origine somono et peul chez les pêcheurs bozo du Delta intérieur du Niger (Mali) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/431 ; DOI : 10.4000/aaa.431

Haut de page

Auteur

Alain Gallay

Université de Genève, Département de Génétique et Évolution, Unité d’Anthropologie, 12 rue Gustave-Revilliod, 1211 Genève 4, Suisse, alain.gallay@unige.ch

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org