Navigation – Plan du site

Le site acheuléen de Kef Sefiane

Un pavement d’origine anthropique dans le massif des Aurès (Algérie)
Nour-Eddine Saoudi
p. 13-25

Résumés

L’Algérie nord-orientale est connue pour avoir livré des traces importantes d’un peuplement paléolithique ancien et inférieur. Les sites d’In-Hanech près de la ville de Sétif (Arambourg 1949 ; Sahnouni 1985) et du plateau de Mansourah à Constantine (Camps 1964, 1974) constituent en effet autant de preuves et de jalons de cette occupation humaine. La région de N’gaous, près de Batna, a offert une autre opportunité d’installation aux groupes préhistoriques comme en témoigne la présence de plusieurs sites, notamment du Paléolithique inférieur, scellés dans des dépôts de sources. L’un d’entre eux, Kef Sefiane, aux assemblages lithiques sans caractères originaux, induit cependant par son contexte sédimentaire et son agencement dans l’espace de nouvelles perspectives sur le plan paléo-environnemental et surtout sur celui du rapport de l’homme à son milieu. Ainsi, les fouilles menées sur ce site acheuléen ont permis le dégagement d’un appareillage à galets, dont les spécificités de morphologie et d’agencement permettent d’envisager son aménagement par l’homme.

Haut de page

Texte intégral

Le cadre naturel

1Les gisements de N’gaous et de Kef Sefiane se situent dans les monts des Belezma à l’extrémité occidentale du massif des Aurès (fig. 1). Le relief, constitué essentiellement de calcaires, dolomies, marnes et marnes calcaires, représente la terminaison péri-anticlinale complexe et faillée des monts de Batna-Belezma. Les versants, à pentes faibles et larges au nord et abruptes et accidentées au sud, offrent une grande dissymétrie. Les altitudes s’élèvent rapidement vers l’est : 1 742 m au Djebel Ech Cheffa et 2 100 m au Djebel Refaâ. Ces monts de Batna-Belezma ferment à l’ouest la dépression du Chott el Hodna dont la subsidence avérée a été déterminante quant à l’évolution de la région au cours du Quaternaire. En contrebas des Hautes Plaines constantinoises, cette longue dépression fermée est occupée en son centre par une sebkha, qui sert de niveau de base aux oueds de la région et dont le fond est à moins de 400 m. Elle est dominée par un arc montagneux reliant l’Atlas tellien à l’Atlas saharien : Monts du Hodna, Monts des Belezma, Monts de Ouennougha. Cette série de synclinaux et d’anticlinaux de direction ENE (Guiraud 1990) constitue de véritables châteaux d’eau qui alimentent les aquifères plio-pléistocènes. Dans la partie sud du Chott el Hodna, les reliefs du Zab notamment, moins vigoureux et plus larges, permettent aux influences climatiques sahariennes d’être largement prégnantes et dominantes.

Figure 1 – Carte de localisation des sites du Paléolithique inférieur de N’gaous et de Kef Sefiane dans le massif des Aurès

Figure 1 – Carte de localisation des sites du Paléolithique inférieur de N’gaous et de Kef Sefiane dans le massif des Aurès

© Saoudi

2Si dans la plaine les marnes sont recouvertes le plus souvent par des épandages détritiques et, en son centre, par de vastes remblaiements limoneux et sablonneux, les zones de piémont se caractérisent par contre par une sédimentation résultant de deux types de dépôts : des accumulations détritiques et des dépôts de carbonates (travertins, tufs) dus à la présence de sources.

3C’est dans ce contexte sédimentaire de piémont, et plus précisément dans la partie occidentale des monts des Belezma, qu’ont été découverts en 1976 les sites de N’gaous et de Kef Sefiane par J.S. Magagnosc et Y. Bellion (Bellion 1976). Le matériel lithique est contenu dans des formations de travertins. Plusieurs études (dont Amara 1981) ont reconnu l’âge acheuléen de ces industries. La reprise des travaux par nos soins se fixait comme objectif, outre l’établissement de la stratigraphie du site de Kef Sefiane, l’étude du contexte anthropique de cette occupation du Paléolithique inférieur en relation avec le contexte naturel environnemental (fig. 2 et 3).

Figure 2 – Vue générale de Kef Sefiane

Figure 2 – Vue générale de Kef Sefiane

Les formations sont régulièrement inclinées en direction du niveau de base régional : le Chott el Hodna. Au centre de la photo, dépôts hydromorphes

© Saoudi

Figure 3 – Glacis et terrasses alluviales du piémont occidental des monts de Belezma

Figure 3 – Glacis et terrasses alluviales du piémont occidental des monts de Belezma

© Saoudi

Les séries pléistocènes de Kef Sefiane

4Il est d’intérêt d’aborder toute reconstitution environnementale au travers (entre autres) de paramètres géomorphologiques et stratigraphiques. Ces outils sont en effet déterminants pour une approche initiale des grands bouleversements climatiques à l’échelle du Quaternaire, à des fins de reconstitution paléogéographique. Le résultat, lié aux nombreuses observations de terrain, montre la réorganisation de la géographie, modelée par une succession de creusements (érosion) et de remblaiements (sédimentation). Ainsi ont été élaborées des chronologies relatives, affinées grâce aux méthodes isotopiques construites sur les cycles climato-sédimentaires. Cette première approche, établie presque exclusivement sur les traces d’impact direct des agents de dynamique externe sur la morphologie, nous permet une première lecture du paysage. En conséquence, les paliers successifs identifiés, leur importance, leur étendue, leur composition, mais aussi le rapport des pentes qui les individualisent, seront tous témoins des spécificités des phases climatiques auxquelles ils sont rattachés.

5Dans le cadre de l’étude environnementale de la région de N’gaous, la partie occidentale des monts du Belezma nous offre une opportunité stratigraphique supplémentaire : il s’agit des formations travertineuses qui ceinturent ces monts. Ces dépôts de sources, épais de plusieurs mètres, se présentant en dalles compactes dans leur partie sommitale, introduisent des précisions dans le scénario de l’évolution quaternaire de la région de N’gaous. La particularité première montre que la sédimentation travertineuse et tuffeuse n’est pas inféodée à la dynamique externe (climat) mais résulte des résurgences d’eau, nombreuses dans ce château hydrologique que constituent les monts des Belezma. En formant de véritables replats topographiques d’extension variable, ces niveaux s’inscrivent dans les processus d’édification du paysage sans pour autant être assimilés à des paliers climatiques car leur mise en place est liée aux nombreuses résurgences d’eau. De ce fait, l’idée d’un décalage chronologique entre les terrasses climatiques et celles résultant des débits de sources est envisageable. Cette hypothèse pourrait permettre d’affiner davantage les analyses sur les cycles climato-sédimentaires de la région. En raison de la particularité sédimentaire de cette dernière, seules seront abordées les séries carbonatées des travertins.

  • 1 Carte géologique de N’gaous au 1/50.000° – Feuille n° 199.

6Pour le Pléistocène, cinq grandes phases d’édification de ces formations y ont été reconnues. Les spécificités sédimentaires induisent de manière remarquable, depuis le début du Quaternaire jusqu’à nos jours, l’amenuisement régulier des débits des aquifères de la région, voire la disparition de certaines sources. Quelques unes subsistent encore (Boumaggar, N’gaous, fig. 4) et constituent l’essentiel de l’alimentation en eau de la région, tout en permettant la formation d’une maigre sédimentation pulvérulente tuffeuse carbonatée. Les entablements les plus anciens, notés T4 et T31 (Ballais et al. 1983), se présentent sous la forme de grandes dalles sommitales accusant près d’une quinzaine de mètres d’épaisseur. Dans la masse, des chenaux fossiles apparaissent. Si certains convergent vers les talwegs actuels, d’autres, en raison de leurs orientations différenciées, induisent l’existence d’exutoires divergents. Des traces d’hydromorphie sont évidentes sur certaines buttes du piémont occidental des monts des Belezma. La sédimentation fine, pulvérulente, argilo-calcaire qui les caractérise, ainsi que la configuration de leur réceptacle en auge, traduiraient l’existence de petites dépressions lacustres.

Figure 4 – Source principale de N’gaous

Figure 4 – Source principale de N’gaous

© Saoudi

7Les séries travertineuses qui reposent en discordance sur les marnes gypseuses d’âge miocène, se présentent sous un double aspect :

  • d’une part, une stratigraphie verticale offrant une succession d’évènements de modalités de mise en place, évoluant entre des sédimentations qui dénotent une fluctuation des débits des sources riches en carbonate sourdant au pied des monts des Belezma (Savorin 1906). Elle se traduit par la variation des séquences de précipitations qu’entrecoupent des phases de diminution des apports tuffeux, dans lesquelles s’intercalent des niveaux à gravillons et sables.

  • d’autre part, une variabilité altitudinale des « terrasses » de travertins dont l’étagement semble en indiquer une autre, liée aux conditions climatiques générales responsables de l’intervention de facteurs de dynamique externes du couple érosion/sédimentation. Cependant, l’agencement dans le paysage de ces entablements et leur projection vers le niveau de base, dont ils restent tributaires, sont incompatibles avec une pente d’écoulement régulièrement inclinée vers le niveau de base régional : le Chott el Hodna. Les forts indices de déclivité, notamment pour les niveaux anciens T4 et T3, par rapport aux niveaux inférieurs plus récents, indiquent en effet que la région a subi les effets de la tectonique, dont le moteur demeure la subsidence du Chott (fig. 5).

Figure 5 – Coupe synthétique Est-Ouest de Kef Sefiane

Figure 5 – Coupe synthétique Est-Ouest de Kef Sefiane

Variabilité altitudinale des entablements travertineux

© Saoudi

Le niveau T4

8Nous nous intéresserons particulièrement à ce niveau en raison tout d’abord de sa large distribution dans l’espace géographique tant au niveau du site de Kef Sefiane que de celui de N’gaous, mais également de sa richesse en industrie lithique d’âge acheuléen. Immédiatement en contrebas de T3, l’entablement T4 accuse des épaisseurs différenciées, de 1,50 m à plus de 8 m de puissance, et une sédimentation se caractérisant par des dépôts variés en fonction des transects étudiés. Reposant presque toujours immédiatement sur des marnes gypseuses du Miocène, par l’intermédiaire d’une importante surface de ravinement aux dépens du substrat plastique, cet entablement traduit morphologiquement l’importante phase d’érosion antérieure à sa mise en place. Dans certaines zones, cette transition se fait par l’intermédiaire d’un niveau à galets.

9La coupe type de Kef Sefiane, T4 (fig. 6), levée et analysée, montre qu’elle correspond à une véritable entité polygénique dont la mise en place se caractérise par des conditions sédimentaires et aquifères variables. Les strates d’origine travertineuse sont dominantes mais apparaissent cependant des faciès différenciés dans lesquels s’intercalent des épisodes où l’amenuisement des apports carbonatés de source est évident. Ces épisodes, à lentilles argileuses ou à gravillons, représentent des stades d’apport sédimentaire lié au ruissellement en nappe avant que n’interviennent de nouveaux phénomènes de précipitations carbonatées (Magnin et al 1991).

Figure 6 – Coupe type du complexe travertineux pléistocène moyen de Kef Sefiane

Figure 6 – Coupe type du complexe travertineux pléistocène moyen de Kef Sefiane

*A, niveau supérieur : 1, terre brune à nodules calcaires ; 2, niveau terreux grisâtre ; 3, niveau pulvérulent à nodules calcaires et à bifaces ; 4, niveau encroûté à gravillons ; 5, encroûtement travertineux ;
*B, niveau moyen : 6, dalle de travertin gris-jaunâtre ; 7, sédiment tuffeux, niveau à bifaces ; 8, niveau argileux ; 9, niveau sableux ;
*C, niveau inférieur : 10, dalle de travertins ; 11, niveau pulvérulent à tubulures et à nodules calcaires ; 12, niveau pulvérulent à nodules, gravillons et concrétions calcaires ; 13, niveau pulvérulent tuffeux à tubulures, graviers et galets ; 14, niveau pulvérulent tuffeux à matrice carbonatée fine ; 15, encroûtement travertineux à matrice fine à galets et bifaces ; 16, marnes gypseuses miocènes

© Saoudi

10Ce niveau T4 semble avoir connu trois grandes phases de formation, liées aux conditions climatiques mais également aux débits des sources carbonatées.

11La plus ancienne se caractérise par une dalle sommitale massive et compacte à nodules calcaires, dont la variabilité de puissance n’est en rien liée à des phénomènes d’érosion mais plutôt à des chenaux fossiles différenciés, exploités par cette sédimentation. Cette dalle fossilise des sédiments pulvérulents dont certains contiennent des traces de tubulures creuses ou des empreintes de feuilles. Certains horizons sous-jacents sont nourris de concrétions et de nodules calcaires cimentés par une matrice carbonatée.

12La partie moyenne de la coupe est scellée également par une dalle de travertin surmontant, comme pour la partie inférieure, des sédiments carbonatés pulvérulents, tuffeux, mais également des passées argilo-sableuses lenticulaires.

13La partie supérieure sans dalle sommitale présente une sédimentation pulvérulente avec des horizons encroûtés à gravillons et à nodules calcaires. La dernière séquence travertineuse, immédiatement au-dessous des horizons terminaux de la coupe, contient du matériel lithique paléolithique inférieur (fig. 7).

Figure 7 – Coupe type de Kef Sefiane, T4.

Figure 7 – Coupe type de Kef Sefiane, T4.

Entablement de travertins sur marnes miocènes

© Saoudi

14Trois niveaux à bifaces, riches en industrie lithique du Paléolithique inférieur, caractérisent les formations T3 et T4. Une fouille systématique reste à accomplir, cependant des récoltes ont été effectuées pour étude typologique et technologique.

Le niveau inférieur

15L’industrie exhumée, rapportée à l’Acheuléen archaïque (Amara 2007), comprend des bifaces, choppers et chopping tools (fig. 8), percuteurs et sphéroïdes. Les pièces bifaciales sont façonnées presque exclusivement sur galets calcaires au percuteur dur. Épais et d’aspect massif, les bifaces sont de type triangulaire et, presque tous, à base réservée ; ils sont dominants dans le cortège industriel. Les choppers et chopping tools ont été obtenus sur galets calcaires de forme arrondie à oblongue.

Figure 8 – Matériel lithique acheuléen du niveau inférieur

Figure 8 – Matériel lithique acheuléen du niveau inférieur

a, biface à base réservée ; b, chopping tool

D’après Amara 2007

Le niveau moyen

16Élaborée sur une matière première calcaire, l’industrie lithique récoltée (une trentaine de pièces) comprend des bifaces lancéolés (fig. 9), amygdaloïdes, cordiformes, triangulaires et triédriques. Ces outils se distinguent aussi par le support utilisé : galets mais également éclats et plaquettes calcaires. Accompagnant ce cortège industriel, nous rencontrons également des hachereaux et des chopping tools. Sur certaines pièces, une technique proto-Levallois semble avoir été reconnue (Amara 2007). Lors des fouilles effectuées dans ce niveau, outre les pièces précédemment mentionnées, des éclats en silex aménagés en racloir ont été rencontrés. Nous noterons la quasi-généralisation de la base réservée des pièces lithiques façonnées. Il s’agirait ainsi d’un faciès acheuléen moyen. Ce niveau acheuléen contenu dans un contexte tuffeux, au-dessous d’une dalle travertineuse, revêt une importance capitale car sa conservation par scellement carbonaté nous permet de saisir des instantanés de l’homme acheuléen en relation avec son environnement. Cette question sera développée ultérieurement.

Figure 9 – Matériel lithique acheuléen du niveau moyen

Figure 9 – Matériel lithique acheuléen du niveau moyen

a, biface lancéolé ; b, hachereau

D’après Amara 2007

Le niveau supérieur

17Ce niveau archéologique semble être le prolongement du niveau moyen de la coupe type de Kef Sefiane. Il présente pratiquement les mêmes caractéristiques techniques relevées précédemment, notamment la présence de bifaces lancéolés mais également celle de bifaces amygdaloïdes et de racloirs (fig. 10). D’après A. Amara (2007), ce niveau archéologique est à rapprocher d’un Acheuléen évolué. L’étude typologique des séries lithiques menée par T. Sahed (2011) sur le site de N’gaous place son industrie dans les stades VII et VIII de la chronologie marocaine (Biberson 1961) et confirme le caractère évolué de l’industrie acheuléenne de ce locus.

Figure 10 – Matériel lithique acheuléen du niveau supérieur

Figure 10 – Matériel lithique acheuléen du niveau supérieur

a, biface lancéolé ; b, racloir

D’après Amara 2007

Conclusion partielle

18À ce stade de l’étude, plusieurs remarques peuvent être faites et des résultats tenus pour acquis pour l’ensemble des niveaux décrits. L’on constate ainsi :

  • la quasi-systématisation de l’utilisation d’une matière première calcaire ;

  • la présence d’une base réservée sur une très grande majorité des pièces façonnées ;

  • la fréquence de l’amputation distale des pièces bifaciales, par cassure, dont certaines extrémités distales ont été retrouvées ;

  • la coexistence dans un même niveau de pièces de facture et de technique différentes : des bifaces obtenus au percuteur dur et à base réservée, épais et globuleux, accompagnent ainsi des pièces plus minces, façonnées sur l’ensemble de leur surface au percuteur doux.

19Seules la présence de racloirs dans les niveaux supérieurs et la reconnaissance sur certains bifaces d’un débitage proto-Levallois (Amara 2007) sont des éléments discriminants de différenciation technologique et chronologique, particulièrement entre le niveau archéologique inférieur et ceux de la partie supérieure de la coupe type de Kef Sefiane.

Découverte d’une structure acheuléenne

20La reprise des travaux s’est orientée vers une étude systématique du site par l’ouverture d’une fouille (fig. 11), sur la butte T4, de la coupe principale de Kef Sefiane. Parallèlement à celle-ci, il a été procédé à une récolte de toutes les pièces lithiques qui, à une distance de quelque 200 m de la coupe, tapissent la surface démantelée de ce locus jusqu’à une sorte d’éperon barré se terminant en falaise (fig. 12). L’étude du matériel récolté a porté sur 113 bifaces, 2 hachereaux, 4 éclats et 2 nucléus. Les bifaces lancéolés sont les plus abondants aux côtés de triangulaires, sub-triangulaires et rares ovalaires. Façonnés au percuteur dur à partir de galets calcaires, les bifaces, dont plus du tiers sont à base réservée, présentent des tranchants sinueux. Seules quelques pièces ont fait l’objet d’un ravivage au percuteur tendre. L’étude en cours s’attache à préciser la question des bifaces amputés de leur extrémité distale.

Figure 11 – Vue générale de la fouille

Figure 11 – Vue générale de la fouille

© Saoudi

Figure 12 – Éperon barré

Figure 12 – Éperon barré

© Saoudi

Une structure acheuléenne particulière

21Une fouille a été effectuée dans la partie moyenne de la coupe type de Kef Sefiane. Si la progression de celle-ci dans les séquences sédimentaires supérieures était aisée, il a fallu procéder au démantèlement de la dalle de travertin pour atteindre la couche archéologique. Une première surface de 25 m2 a été dégagée ; la progression horizontale de la fouille laissant apparaître rapidement un niveau à galets, il a été décidé d’étendre celle-ci à une aire plus grande de 50 m2 (fig. 11) Cette extension de la fouille a confirmé l’observation d’un « sol » à peu près plan formé de galets naturels (fig. 13 à 15). Pris dans une gangue tuffeuse jaunâtre, les galets sont disposés à plat. Ils se caractérisent par leur juxtaposition jointive et leur homogénéité de calibre. De dimensions comprises entre 8 et 12 cm, ces galets, exclusivement calcaires, présentent pour la plupart un émoussé lié à leur origine fluviatile ; certains montrent cependant des surfaces naturelles plus anguleuses. Par ailleurs, les éléments rencontrés, à l’exception de certains à morphologie arrondie, possèdent des faces planes, dont l’assemblage forme une surface régulière. Dans ce contexte, certaines zones sont occupées par du matériel archéologique, des bifaces en l’occurrence, dont la particularité est d’être à troncature distale (fig. 16) et d’avoir, pour quelques uns d’entre eux, encore des arêtes vives. Ces pièces taillées après usage semblent remplir la même fonction d’éléments de dallage que les galets naturels. Elles s’inscrivent dans le cadre de cet appareillage et n’ont d’autre fonction que celle de servir d’élément de « puzzle » à cet édifice.

Figure 13 – Appareillage acheuléen à galets (pavement) après dégagement

Figure 13 – Appareillage acheuléen à galets (pavement) après dégagement

© Saoudi

Figure 14 – Détail du pavement acheuléen

Figure 14 – Détail du pavement acheuléen

© Saoudi

Figure 15 – Détail du pavement aux éléments pris dans la matrice pulvérulente, carbonatée

Figure 15 – Détail du pavement aux éléments pris dans la matrice pulvérulente, carbonatée

© Saoudi

Figure 16 – Biface à troncature distale (au centre) pris dans le pavement acheuléen

Figure 16 – Biface à troncature distale (au centre) pris dans le pavement acheuléen

© Saoudi

Interprétation

22Nous avons tout d’abord tenté d’expliquer la mise en place de ce niveau à galets selon un mécanisme fluviatile. Elle pourrait ainsi correspondre à une phase de rémission des aquifères des monts des Belezma au profit, dans un premier temps, d’une phase d’écoulement fluviatile et de reprises d’érosion. Lors de la diminution de ces écoulements, une nappe de galets se serait déposée, à la façon d’un dépôt d’oued. Cette vision se heurte cependant à certains éléments incompatibles avec des couvertures alluviales conglomératiques, d’origine fluviatile (ou torrentielle) :

  • la couverture à galets rencontrée ici se caractérise par son homogénéité, or dans une nappe naturelle, grossière, les éléments clastiques sont de dimension très hétérogène (fig. 17) ;

  • le pavement réalisé est formé presque exclusivement de galets dont la surface est plane alors que, dans des dépôts d’origine naturelle, toutes les formes peuvent être rencontrées ;

  • l’aire à galets, dont la profondeur est liée à la dimension de ses éléments, se présente sous l’aspect d’un dallage uniforme sur toute la surface dégagée : dans une situation de dépôt, torrentiel en particulier, en raison de la rupture des équilibres entre la charge et le vecteur hydrique, les sédiments sont déposés par paquets, dont les épaisseurs varient en fonction de la microtopographie préétablie ;

  • la morphologie de cette structure et l’assemblage de ses artefacts sont également incompatibles avec une mise en place fluviatile : en effet, les dépôts se présenteraient plutôt dans une sorte d’enveloppe à l’intérieur de laquelle les éléments sédimentaires compressés affecteraient une configuration de type torrentiel ;

  • les sources conglomératiques à galets susceptibles d’alimenter naturellement ce genre de « dépôts » existent bien dans certaines formations, notamment du Miocène inférieur et du Pliocène, mais leur distribution spatiale demeure en retrait par rapport au site archéologique en question ;

  • des éclats en silex ont été par ailleurs retrouvés dans la masse tuffeuse, accompagnant l’appareillage à galets ;

  • enfin, l’intégration dans cet appareillage de bifaces, contemporains au vu de leurs arêtes vives et à cassure distale, semble dans ce contexte obéir à d’autres considérations que celle d’un dépôt naturel remaniant du matériel préhistorique.

Figure 17 – Coupe d’un dépôt torrentiel à galets

Figure 17 – Coupe d’un dépôt torrentiel à galets

© Saoudi

23C’est un véritable appareillage homogène et cohérent qui a pu ainsi être dégagé. Ce dallage, synchrone de l’activation des aquifères responsables de la formation tuffeuse, atteste un environnement d’occupation humaine. En raison de tous les éléments énoncés plus haut, ce véritable pavement est donc à assimiler à une structure d’origine anthropique, d’âge acheuléen. Il correspondrait pour ces latitudes au premier phénomène d’intervention de l’homme sur son environnement.

24Le souci de l’homme acheuléen vivant sur les bords des lacs de Kef Sefiane, au sol matérialisé par un sédiment pulvérulent déposé par les aquifères des monts des Belezma, a donc été de les stabiliser (Saoudi 2002). Les éléments constitutifs de ce pavement apparaissent avoir été intentionnellement sélectionnés. Des investigations à venir nous permettront de mieux appréhender ce contexte environnemental au travers, notamment, d’analyses micro-morphologiques de la gangue carbonatée de l’appareillage à galets.

Conclusion

25La région de Kef Sefiane se définit par ses grands entablements de travertins exokarstiques d’origine géochimique, dont la mise en place, l’ampleur et la puissance sont commandées par les multiples sources qui ont caractérisé, durant le Quaternaire, le piémont occidental des monts des Belezma. Les plateformes climato-sédimentaires (terrasses alluviales et glacis), les croûtes et encroûtements qui empâtent certaines zones (Vogt 1984), leur pente et la dénivellation qui les caractérisent par rapport au niveau de base, sont, quant à elles, à rattacher à l’évolution durant le Pléistocène du Chott el Hodna lui-même. Une série de lacs locaux va naître dans certaines anciennes dépressions. Au Pléistocène moyen, ces environnements lacustres seront fréquentés par l’homme. Plusieurs niveaux acheuléens scellés dans cette sédimentation tuffeuse et travertineuse ont été reconnus et peuvent avoir une valeur stratigraphique. Un Acheuléen archaïque, que surmonte un Acheuléen moyen, lui-même relayé par un faciès acheuléen évolué y ont été identifiés. L’étude des séries lithiques récoltées de Kef Sefiane, actuellement en cours, devrait nous permettre d’affiner ces premières conclusions.

26Le fait inédit et d’importance singulière est la mise en évidence d’un sol intentionnellement pavé de galets naturels plus ou moins sélectionnés et formant un véritable pavement, jointif et homogène, qui nous permet de supposer un aménagement de l’habitat à l’Acheuléen.

27Les investigations de terrain mais également de laboratoire (analyses micro-morphologiques de la couche grumeleuse à galet, analyse géochimique des carbonates), actuellement en cours, permettront une meilleure connaissance des mécanismes de mise en place de cet appareillage.

Haut de page

Bibliographie

Amara A. (1981) – Contribution à l’étude des formations quaternaires et de la Préhistoire dans le Hodna oriental (Algérie du Nord-Est). Thèse de IIIe cycle, Université de Bordeaux I, Bordeaux.

Amara A. (2007)  Premiers résultats de l’étude de la stratigraphie et du Paléolithique inférieur de N’gaous, Monts des Bellezma (Aurès). Travaux du CNRPAH, nouvelle série, n° 3, p. 21-48.

Arambourg C. (1949)  Présentation d’objets énigmatiques provenant du Villafranchien d’Algérie. Bulletin de la Société Géologique de France, c.r. sommaires des séances, 7, p. 120-122.

Ballais J. J., Bellion Y. & Guiraud R. (1983)  La représentation du Quaternaire sur les cartes géologiques à 1/50.000°. Travaux des Collaborateurs. Bulletin de l’Office National de la Géologie, n° 50, Alger.

Bellion Y. (1976)  Étude géologique et hydrogéologique de la terminaison occidentale des Monts du Bellezma. Thèse de IIIe cycle, Université de Paris IV, Paris.

Biberson P. (1961)  Le Paléolithique inférieur du Maroc atlantique. Publication du Service des Antiquités du Maroc, fasc. 17.

Camps G. (1964)  Recherches récentes sur le Paléolithique inférieur des Hautes Plaines constantinoises. Libyca, t. XII, p. 21-29.

Camps G. (1974)  Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Doin, Paris.

Guiraud R. (1990)  Évolution post-triasique de l’avant-pays de la chaîne alpine en Algérie (d’après l’étude du bassin du Hodna et des régions voisines. Mémoire de l’Office National de la Géologie, Alger.

Magnin F., Guendon J.L., Vaudour J. & Martin P. (1991) Les travertins : accumulations carbonatées associées aux systèmes karstiques, séquences sédimentaires et paléo-environnements quaternaires. Bulletin de la Société Géologique de France, vol. 162, n° 3, p. 585-594.

Sahed T.A. (2011) – Contribution a l’étude des bifaces du gisement acheuléen de N’gaous-Hodna oriental. Antropo, 24, 71-87. http://www.didac.ehu.es/antropo

Savornin J. (1906)  La région de N’gaous et ses principales sources. Imprim. A. Mauguin, Blida.

Sahnouni M. (1985)  L’industrie sur galets du gisement villafranchien supérieur de l’Aïn Hanech (Sétif – Algérie orientale). Thèse de IIIe cycle, Université de Paris VI, Paris.

Saoudi N.E. (2002)  Les temps préhistoriques en Algérie. Éditions Dalimen, Alger.

Vogt T. (1984)  Croûtes calcaires : types et genèse : exemple d’Afrique du Nord et de France méditerranéenne. Inst. de géog., lab. de Géog. Phys. en Milieu Tempéré, Université Louis Pasteur, Strasbourg.

Haut de page

Notes

1 Carte géologique de N’gaous au 1/50.000° – Feuille n° 199.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 1 – Carte de localisation des sites du Paléolithique inférieur de N’gaous et de Kef Sefiane dans le massif des Aurès
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 2 – Vue générale de Kef Sefiane
Légende Les formations sont régulièrement inclinées en direction du niveau de base régional : le Chott el Hodna. Au centre de la photo, dépôts hydromorphes
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 – Glacis et terrasses alluviales du piémont occidental des monts de Belezma
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 4 – Source principale de N’gaous
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 5 – Coupe synthétique Est-Ouest de Kef Sefiane
Légende Variabilité altitudinale des entablements travertineux
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 6 – Coupe type du complexe travertineux pléistocène moyen de Kef Sefiane
Légende *A, niveau supérieur : 1, terre brune à nodules calcaires ; 2, niveau terreux grisâtre ; 3, niveau pulvérulent à nodules calcaires et à bifaces ; 4, niveau encroûté à gravillons ; 5, encroûtement travertineux ;*B, niveau moyen : 6, dalle de travertin gris-jaunâtre ; 7, sédiment tuffeux, niveau à bifaces ; 8, niveau argileux ; 9, niveau sableux ; *C, niveau inférieur : 10, dalle de travertins ; 11, niveau pulvérulent à tubulures et à nodules calcaires ; 12, niveau pulvérulent à nodules, gravillons et concrétions calcaires ; 13, niveau pulvérulent tuffeux à tubulures, graviers et galets ; 14, niveau pulvérulent tuffeux à matrice carbonatée fine ; 15, encroûtement travertineux à matrice fine à galets et bifaces ; 16, marnes gypseuses miocènes
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 7 – Coupe type de Kef Sefiane, T4.
Légende Entablement de travertins sur marnes miocènes
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 8 – Matériel lithique acheuléen du niveau inférieur
Légende a, biface à base réservée ; b, chopping tool
Crédits D’après Amara 2007
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 9 – Matériel lithique acheuléen du niveau moyen
Légende a, biface lancéolé ; b, hachereau
Crédits D’après Amara 2007
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 10 – Matériel lithique acheuléen du niveau supérieur
Légende a, biface lancéolé ; b, racloir
Crédits D’après Amara 2007
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 11 – Vue générale de la fouille
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 12 – Éperon barré
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 13 – Appareillage acheuléen à galets (pavement) après dégagement
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 14 – Détail du pavement acheuléen
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 15 – Détail du pavement aux éléments pris dans la matrice pulvérulente, carbonatée
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 16 – Biface à troncature distale (au centre) pris dans le pavement acheuléen
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 17 – Coupe d’un dépôt torrentiel à galets
Crédits © Saoudi
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/402/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nour-Eddine Saoudi, « Le site acheuléen de Kef Sefiane », Afrique : Archéologie & Arts, 8 | 2012, 13-25.

Référence électronique

Nour-Eddine Saoudi, « Le site acheuléen de Kef Sefiane », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/402 ; DOI : 10.4000/aaa.402

Haut de page

Auteur

Nour-Eddine Saoudi

Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) 3 Rue F.D. Roosevelt Alger, Algérie, sanoudz@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org