Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et mention de quelques mémoires de masters soutenus en 2013

Les enjeux et les voies de la conservation et de la « patrimonialisation » des architectures anciennes du Mali et du Nigéria : Djenné, Kano, Sukur et Ushafa

Ishanlosen Odiaua
p. 121-124

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat en Histoire de l’Art soutenue le 23 octobre 2013. Université Paris I, Panthéon Sorbonne. Direction : Jean Polet.

Texte intégral

1Cette thèse étudie les architectures anciennes du point de vue de leur environnement socio­politique. Elle présente les diverses facettes relatives à la conservation architecturale dans quatre agglomérations – Djenné, Kano, Sukur (fig. 1) et Ushafa – du Mali et du Nigéria. Un éventail de facteurs qui concourent à – ou au contraire bloquent – la sauvegarde du patrimoine archi­tectural en Afrique de l’Ouest, ont ainsi été identifiés.

Figure 1 – La résidence (ghai tlidi) du chef à Sukur

Figure 1 – La résidence (ghai tlidi) du chef à Sukur

© I. Odiaua

2L’étude des contextes physiques et historiques, dans lesquels émerge l’architecture du Sahel et des savanes ouest-africaines, démontre que la situation géographique n’est pas le seul facteur déterminant en matière de conservation. En effet, l’histoire l’explique en grande partie par le rôle joué par les échanges transsahariens avec l’Afrique du Nord, l’emprise des empires des savanes, la pénétration coloniale et la globalisation récente des formes et techniques de construction. Toutefois cette histoire est impulsée par des moteurs beaucoup trop puissants pour être contrôlés par de simples efforts de sauvegarde. Ces architectures anciennes subsistent encore parce qu’elles continuent à être mises en œuvre et que certaines ont été conservées grâce aux efforts collectifs des communautés locales selon des coutumes traditionnelles.

3Cinq facteurs, d’ordre socio-économique ou sociopolitique plutôt que techniques, ont ainsi joué : la vigueur de l’identité culturelle, la permanence de l’utilisation selon la fonction d’origine, la créativité des artisans et l’adaptabilité du ­patrimoine bâti, la capacité de mobilisation sociale et l’économie porteuse capable de financer l’entretien.

4Les principes de la patrimonialisation, importés par la France et la Grande-Bretagne lors de la période coloniale, ont modelé les contextes dans lesquels ces deux pays ont pris le relais pour ­établir le cadre de protection de leur patrimoine. En général, les interventions coloniales, en marge du patrimoine bâti traditionnel, ont plutôt eu un impact sur le patrimoine mobilier et les objets archéologiques. En revanche, elles ont introduit immédiatement le risque d’une réduction de l’iden­tification culturelle des populations hôtes à leur patrimoine, voire une perte d’appropriation de ce patrimoine par celles-ci. Les grands ins­truments internationaux de patrimonialisation ont été ­développés dès le début du xxsiècle, mais les chan­gements les plus marquants n’eurent lieu qu’après la deuxième guerre mondiale. La patrimonialisation favorise la conservation architec­turale en prenant le relais lorsque les facteurs énoncés ci-dessus, assurant traditionnellement la continuité du patrimoine, se trouvent affaiblis.

5Dès leur accession à l’indépendance, le Mali et le Nigéria ont progressivement défini leurs cadres patrimoniaux et participé à la mise en œuvre des instruments internationaux. La patrimoniali­sation de sites tels que Djenné et Sukur, notamment leur inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’unesco, leur a donné une visibilité internationale. Ce « label» leur a permis de mobiliser des ressources financières et des compétences, tout en stimulant des activités touristiques aux retombées économiques non négligeables. Toutefois, de sérieuses « pathologies » en découlent et annulent une grande partie de ces bénéfices, notamment : des solutions étrangères aux communautés ou au pays concerné – signes d’un manque de compréhension des systèmes patrimoniaux locaux –, la non prise en considération des pratiques et institutions traditionnelles, la déres­ponsabilisation des populations hôtes et le décou­ragement de l’ingéniosité locale, une absence de consensus sur la responsabilité de chacun – source de frustration et de conflits sociaux –, une faible retombée des recettes du tourisme sur les populations locales entraînant la création d’enclaves commerciales de peu d’impact sur l’économie locale, et une commercialisation de l’identité culturelle pouvant à terme la dénaturer.

6Ces architectures anciennes méritent de survivre, d’être transmises et de retrouver leur place dans l’histoire. Elles témoignent d’identités culturelles originales mais aussi d’une autre façon de construire ou de concevoir l’environnement bâti. Cet élément de diversité culturelle contribue à la richesse de l’architecture globale et donc à l’histoire technique et culturelle de l’humanité.

7La patrimonialisation du bâti est devenue un élément intégral de la mondialisation, aboutissant à la nationalisation, ou à la mondialisation, d’un patrimoine auparavant local ou tout au plus limité à un groupe précis. Néanmoins elle demeure une intrusion de l’extérieur dans le local. Ces biens appartenaient autrefois à la communauté, selon le régime propre à sa culture particulière ; aujourd’hui les états imposent un système de ­classement qui leur est étranger. Les intervenants extérieurs, même les mieux intentionnés, tendent à reprendre à leur compte le contrôle du site et la responsabilité des travaux de conservation, allant parfois jusqu’à interdire aux habitants d’en entreprendre. Dès lors l’entretien du bien peut devenir problématique. Alors que les populations locales sont inéluctablement, mais inégalement, concernées par les actions de terrain, les bureaucraties nationales et internationales détiennent les financements et s’en servent pour promouvoir des ­objectifs qui leurs sont propres. Par ailleurs, l’intérêt et l’attention des nouveaux acteurs impliqués dans ce patrimoine ne sont pas toujours inscrits dans la durée.

8Le problème réside donc dans la façon de ­réussir une conservation sur le plan strictement architectural et sur celui du développement ­économique et social. Celle-ci est étroitement ­dépendante des hommes qui y vivent et de leur comportement, par-delà les enjeux techniques de restauration ou de préservation historique. Elle doit prendre en compte les attentes des différents acteurs du secteur, en commençant par les habitants du lieu, détenteurs de ces patrimoines. Chacun injecte dans le débat ses propres idées, sa philosophie et ses sentiments face aux questions « que faut-il conserver ? » et « comment le conserver ? ». L’adhésion de toutes les parties prenantes aux priorités et actions à entreprendre est un ­préalable au succès des actions de terrain, les objectifs culturels, scientifiques et économiques des uns et des autres n’étant pas toujours par­faitement compatibles. Un large processus de consultation, même long et fastidieux, est indispensable. Il doit envisager l’utilisation d’une seule et même langue pour communiquer – les langues régionales étant les seules permettant aux intérêts locaux de s’exprimer et d’être entendus –, et éviter l’usage de termes trop techniques sources de malentendus.

9Bien conservées, ces architectures anciennes serviront dans la construction de l’identité, à l’exemple du Mali où l’architecture soudanienne a été reconnue symbole national. Cette identité peut aussi être développée en un outil stratégique de marketing pour attirer la diaspora et un public plus large. Toutefois, sa valorisation doit d’abord cibler une appropriation et une utilisation par les communautés locales et non une consommation par le marché touristique.

10Le développement de solutions techniques adaptées d’une manière créative est fondamental : doit-on rejeter les nouvelles technologies et matériaux afin de préserver l’« authenticité » et éviter de dénaturer le patrimoine ? ou, au contraire, adop­ter ce qui vient d’ailleurs – en l’adaptant patiemment – aux besoins, moyens, compétences, modes de vie et valeurs d’aujourd’hui ? Les réponses résident encore dans l’écoute et l’appui des communautés détentrices afin de rendre plus attrayants les bâtiments existants et ceux nou­vellement construits dans le style traditionnel, en privilégiant autant que possible des savoir-faire et matériaux locaux.

11L’éducation et la formation sont, à tous les niveaux, fondamentales dans l’appréciation et la transmission des valeurs patrimoniales, éléments indispensables pour la conservation architecturale. L’identité culturelle se cultive et se construit dès le plus jeune âge. Longtemps strictement familiale ou au sein d’une communauté restreinte, l’éducation est aujourd’hui disputée entre l’école et les médias. L’éducation patrimoniale commence certes dans les foyers mais il faut aussi qu’elle soit intégrée dans le circuit dit « formel ». Il est aussi indispensable de développer des compétences techniques nationales, à la mesure des défis patrimoniaux, en incluant des formations sur les matériaux et les techniques de construction issues des cultures locales dans les programmes de formation en architecture et en conservation archi­tecturale et de donner à nouveau l’envie de vivre dans des matériaux et des architectures locales.

12Un des principaux défis de la patrimonialisation est de parvenir à impulser un développement économique durable. Idéalement, la conservation du patrimoine fournirait par elle-même un cadre physique stimulant l’économie par le commerce endogène ou le tourisme. Face à une réalité bien différente la solution serait plutôt de l’intégrer dans des programmes de développement économique : les économies locales seraient relancées par des actions ciblées soigneusement mises en œuvre, visant à viabiliser et valoriser ces archi­tectures. Les pratiques traditionnelles ont plus de chances de survivre incluses dans des projets de développement que lorsque les projets de conservation prétendent s’attaquer seuls à promouvoir un développement économique qui ferait vivre le patrimoine bâti. Une dépendance unique de sources externes n’est pas viable à long terme et il faut consacrer plus d’efforts à garantir des revenus générés localement pour assurer les activités de préservation de ces témoins du passé. Cela suppose que tous les acteurs coopèrent étroitement avec d’autres organismes de l’état. En outre, il est nécessaire d’établir des systèmes de financement durables assurant toute activité liée à la protection de l’architecture.

13Les instruments tels que les « études d’impact des projets de développement » peuvent servir à donner un nouveau souffle à des lieux et bâtiments historiques. De tels projets sont l’occasion de tisser une étroite collaboration entre les organismes nationaux responsables de l’urbanisme, des travaux publics ou de la protection du patrimoine, et donc de créer des possibilités de financement intersectoriel. De surcroît, les projets de développement permettent souvent d’améliorer le cadre réglementaire et de faire avancer le travail d’inventaire du patrimoine bâti en conduisant parfois au classement de certains sites. L’efficacité de tels outils dépend, à long terme, de la mise en place de cadres juridiques facilitant la coopération entre les secteurs, afin de favoriser l’intégration de la conservation dans les mécanismes de pla­nification nationale.

14Le temps est venu pour les états africains d’assumer leurs responsabilités face au patrimoine architectural par des engagements politiques allant au-delà de déclarations d’intention d’ordre général. Cela devrait, étant donné la transver­salité de ces architectures, conduire à des concertations entre pays. Une approche pragmatique prenant en compte les spécificités locales ou nationales s’avère nécessaire, de même que la gestion de l’interface entre la tradition et la « modernité » pour obtenir un équilibre permettant la bonne conservation du bâti ouest-africain.

15Enfin, la direction prise par chaque pays dans sa politique patrimoniale doit prendre ses racines dans leurs propres systèmes, les mieux à même de comprendre et évaluer les enjeux locaux et nationaux. Elle aiderait ainsi les jeunes générations à comprendre le développement et les fondements historiques de leur société et de leur propre pays. La promotion de la conservation architecturale, ciblant presque exclusivement un marché tou­ristique externe, peut même être dangereuse comme le montrent les réactions observées à Djenné à l’égard de l’intervention de spécialistes étrangers – quelles que soient leur origine ou leur religion – sans que la population n’ait été consultée. Il est donc nécessaire de la promouvoir d’abord sur les bases d’une coopération et d’une appro­priation locales, sur des stratégies économiques encourageant l’artisanat et autres modes de production, et autour de la construction et de la vie communautaire.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 1 – La résidence (ghai tlidi) du chef à Sukur
Crédits © I. Odiaua
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ishanlosen Odiaua, « Les enjeux et les voies de la conservation et de la « patrimonialisation » des architectures anciennes du Mali et du Nigéria : Djenné, Kano, Sukur et Ushafa », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 121-124.

Référence électronique

Ishanlosen Odiaua, « Les enjeux et les voies de la conservation et de la « patrimonialisation » des architectures anciennes du Mali et du Nigéria : Djenné, Kano, Sukur et Ushafa », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 31 juillet 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/352

Haut de page

Auteur

Ishanlosen Odiaua

1101 New Hampshire Avenue NW (#719), Washington DC 20037 (USA), iodiaua@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org