Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et mention de quelques mémoires de masters soutenus en 2013

Recherches archéologiques dans le delta intérieur du Niger : archéologie et environnement d’un site religieux à l’époque des empires : Natamatao (Mali)

Bourahima Ouedraogo
p. 117-120

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat en, Anthropologie, Ethnologie, Préhistoire soutenue le 31 janvier 2013. Université Paris I, Panthéon Sorbonne. Direction : Jean Polet.

Texte intégral

1Le site de Natamatao est une butte artificielle sablo-argileuse, située à l’ouest du delta intérieur du Niger (14°28’N et 05°04’W) près de Thial. La découverte de ce site est liée au contexte du pillage général qui sévissait dans la région au début des années 1990, pillages qui ont permis d’extraire du site plusieurs centaines de sculptures anthropomorphes et zoomorphes en terre cuite, des jarres funéraires, diverses poteries, des meules, des objets en fer et en cuivre, etc.

2C’est dans ce contexte et dans celui de valorisation du patrimoine que des recherches ont été menées sur le site de Natamatao et dans ses environs de 2001 à 2006, non seulement pour élucider la nature de la butte mais aussi pour respecter l’engagement pris par les autorités auprès des populations de faire des recherches officielles. Ces fouilles ont été accompagnées de prospections qui ont recensé 44 sites archéologiques dans les alentours de la butte. Par ailleurs, une série d’enquêtes menée dans les villages a permis la récupération de centaines d’objets pillés, qui n’avaient pas été mis sur le marché de l’art et que les populations gardaient par-devers eux, et leur dépôt au Musée National du Mali à Bamako. Des enquêtes systématiques auprès des anciens ­pilleurs du site ont rendu possible la reconstruction de l’histoire du pillage, la détermination et localisation précise des éléments arrachés au site et de présenter, sur plan, les informations enregistrées par la mémoire. Le contexte de la plupart de ces objets arrachés au site a pu être déterminé grâce à une confrontation des données archéologiques aux rensei­gnements oraux ainsi enre­gistrés. À cet égard, les témoignages des anciens pilleurs, recueillis après l’instauration d’un climat de confiance, apparaissent comme une source d’information fiable, et validée en grande partie par la recherche archéologique proprement dite.

3La butte de Natamatao englobe deux entités distinctes dont la vie est commune : d’une part, une zone à la fonction « symbolico-religieuse » à l’est et au nord et, d’autre part, une occupation de type habitat au sud-ouest et au centre.

4Dans cette zone d’habitation, bien que nous n’ayons trouvé ni traces de mur ni plan de maison, le bâti était sans doute à base de terre sablo-­argileuse (briques crues) et de matériaux périssables. Les nombreux fragments de gouttières témoignent de l’existence de maisons avec toiture en terrasse. Les premières installations humaines, implantées sur une éminence naturelle non plane, ne sont connues que par leur céramique dite « fine ware » à Djenné-Djeno et « delta ware » à Dia. Susan McIntosh et Kevin MacDonald ont émis l’hypothèse que ce type de céramique pourrait ­provenir du Sahara à travers la région du Méma, au nord de Natamatao. C’est au cours de la deuxième occupation, entre 1155 et 1316 AD, que la culture matérielle se diversifie. La céramique est alors en rupture radicale avec celle du niveau I et est d’avantage homogène avec celles des trois niveaux suivants. Nous ignorons les raisons de ce changement radical, rupture mise aussi en ­évidence sur le site de Djenné-Djeno. Cet habitat a alors cohabité avec des activités métallurgiques, mais aucun four n’y a été trouvé en fouille bien que nous ayons constaté d’importants témoins d’une activité de réduction dans les environs du site, incluant aussi bien la métallurgie primaire que la métallurgie secondaire.

5D’une façon générale, la culture matérielle mise au jour dans ces trois niveaux trouve son ancrage dans le delta intérieur du Niger, au cœur des formations politiques successives de la région. L’important commerce transsaharien qui a soutenu ces entités politiques a permis l’introduction de nombreux produits venant du nord du Sahara. De longues barres de laiton découvertes à Natamatao (fig. 1) constituent l’illustration la plus tangible, et la plus spectaculaire aussi, de la consommation de produits d’origine nord-africaine dans le delta intérieur, aux xiie/xiiie siècles. À Natamatao, ces barres de laiton, ces lingots, ont servi de matière première mais aussi, associées en dépôt aux outils de la forge, elles ont fait l’objet d’une « sacralisation » car elles ont été découvertes dans le secteur principal de la butte, qui est « religieux ».

6En effet, la fonction première de la butte, fonction localisée à l’est et au nord, est matérialisée par des dépôts de plusieurs centaines de sculptures en terre cuite disposées en file indienne (toutes pillées) séparées parfois par des boules d’ocre rouge, par des dépôts d’animaux décarnisés et enduits d’ocre rouge, datés de 1443-1647 AD, des poteries à la fonction religieuse, des jarres funéraires, etc. Le caractère « symbolico-­religieux » du site est exceptionnel et fait de Natamatao un type de site unique dans la littérature archéologique et ethnologique du delta intérieur du Niger.

Figure 1 – Trois lingots de laiton

Figure 1 – Trois lingots de laiton

© B. Ouedraogo

7Les animaux cérémonieusement déposés à Natamatao constituent un témoignage archéo­logique rarissime. Cette pratique illustre par­faitement l’importance des chevaux dans les sociétés anciennes, tant évoquée par les sources historiques, importance qui s’exprime aussi dans l’ico­nographie de la statuaire du delta intérieur. À Natamatao, la statuaire en terre cuite, associée aux dépôts d’animaux, comporte des représen­tations anthropomorphes – dans des positions variées –, zoomorphes et d’autres combinant figures anthropomorphes et zoomorphes. Les ­statuettes, semble-t-il, ont été trouvées à deux niveaux distincts. Les plus anciennes, contem­poraines du niveau II de la zone d’habitat (1155-1316 AD), sont du style dit « de Tenenkou » par le marché de l’art (fig. 2). Les plus récentes, contemporaines des dépôts d’animaux (1443-1647 AD) et du niveau III de la zone d’habitat, sont celles du style dit « de Djenné » (fig. 3).

Figure 2 – Deux sculptures dites « de style Tenenkou »

Figure 2 – Deux sculptures dites « de style Tenenkou »

© B. Ouedraogo

Figure 3 – Deux sculptures de têtes dites « de style Djenné»

Figure 3 – Deux sculptures de têtes dites « de style Djenné»

© B. Ouedraogo

8Jusqu’à ces découvertes exceptionnelles, le schéma de l’évolution des populations du delta intérieur au cours des deux millénaires de notre ère s’articulait autour de la notion d’urbanisation, urbanisation dynamisée par le commerce régional et transsaharien ainsi que par la diffusion de ­l’Islam. Le modèle élaboré par S. et R. McIntosh, et repris par Téreba Togola pour le Méma, au nord de Natamatao, appelé urbanisation en grappe (clusters), articule de petits sites spécialisés dans des productions complémentaires autour d’un site majeur. Cette distribution implique, selon eux, que ces sites étaient intégrés dans une hiérarchie urbaine… Dans cette vision et ce modèle d’organisation des populations anciennes, de même que dans l’historiographie des recherches archéo­logiques du delta intérieur, les auteurs ne mettent jamais l’accent sur la dimension religieuse des sociétés anciennes alors que l’ethnographie, elle, en a fait, de façon massive, son thème favori.

9Les découvertes de Natamatao permettent donc d’attirer l’attention sur la question de la religion dans l’histoire du delta intérieur. Les traces de pratiques cultuelles, décrites par les anciens pilleurs (disposition particulière de plusieurs centaines de sculptures) y apparaissent entre le milieu du xiie et le début du xive. Elles y ont perduré, comme l’attestent, plus tard, des statuettes dites du « style de Djenné » coexistant avec des dépôts d’animaux décarnisés datés entre le milieu du xve et le milieu du xviie (mais l’absence totale de pipes fait préférer une datation « haute »).

10Ce monument, ce temple, n’est pas associé à une forte densité humaine de l’environnement proche : il est, au contraire, plutôt isolé. Trop vaste pour être défini comme simple oratoire, il est probablement lié à un ensemble de sites d’habitat de grande extension ayant des pratiques religieuses communes ou fonctionnant sous forme de « réseau ». Il attesterait alors d’une cohésion, voire d’une structuration des populations anciennes autour d’un site majeur dans la partie ouest du delta intérieur, sans que cela ne se traduise for­cément par une hiérarchisation. Les travaux de T. Insoll chez les Talensi, au nord du Ghana actuel, décrivent un tel modèle d’organisation de pratiques religieuses où différents clans, qui ne sont pas hiérarchisés entre eux, unis par des ancêtres communs – réels ou mythiques – sont vénérés par un sacrifice partagé.

11Pour l’instant, les sites constitutifs de ce probable « réseau » autour de Natamatao ne sont pas délimités avec précision. Néanmoins, plus de 40 sites archéologiques y ont été reconnus, dont certains ont livré des sculptures tout à fait cohérentes avec celles de Natamatao. Mais, actuellement, ce dernier est le seul reconnu comme étant strictement religieux. Par ailleurs, la pratique de regrouper des poteries en cercle, évoquée par les anciens pilleurs de Natamatao, est également attestée sur les sites fouillés par G. Szumowski, à l’ouest de Natamatao, dans les années cinquante.

12En dépit, ou à cause de cette dimension si particulière, le site de Natamatao semble inconnu des auteurs arabes qui, généralement, se sont intéressés surtout à l’histoire des élites urbaines et islamisées et au potentiel commercial des régions décrites. Si des signatures matérielles de pratiques religieuses de grande envergure n’avaient pas encore été mises au jour par des fouilles, avant celles de Natamatao, il faut rappeler que le delta intérieur est une région où des quantités de sculptures ont été pillées dans de très nombreux sites archéologiques. Les rares exemplaires trouvés en fouille ont surtout été interprétés comme des objets rituels. Selon Timothy Insoll, les archéo­logues ont tendance à préférer les mots « culte », « rite », au détriment de celui de « religion » à cause de la complexité liée à la définition même d’une religion.

13Mais au-delà de cette fonction religieuse, au sens profond inaccessible, les divers objets tous intacts et souvent jamais été utilisés, qui ont été extraits de la partie nord-est du site, sont des signes des différentes fonctions de la société. Ainsi, meules et molettes, enclumes et marteaux, animaux enduits d’ocre rouge, harpons dans leur carquois portant des traces de broderies, harnachements avec disques de laiton, céramiques, etc., évoquent notamment élevage, forge, pêche, agriculture, travail du cuir et des fibres textiles. Si, dans les environs de Djenné-Djeno, la répartition des espaces d’habitat se fait peut être en fonction des métiers (R. et S. McIntosh), Natamatao symbolise le « vivre ensemble » des différentes fonctions sociales.

14Introduire la religion dans la perception des sociétés qui ne sont connues que par leurs sites oblige à porter un regard neuf à la fois sur les populations anciennes et sur l’approche de ces sites. En effet, il faut rappeler que la butte de Natamatao ne présentait aucun tesson en surface et que l’approche strictement archéologique ne l’aurait pas perçue comme anthropique. C’est l’obstination – rémunérée – des pilleurs qui les a conduits à creuser toute élévation émergeant de la monotonie du delta, sans se poser de questions sur sa nature – anthropique ou naturelle – qui a permis la découverte de ce nouveau type de site portant les traces de pratiques religieuses col­lectives au temps de l’empire du Mali.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 1 – Trois lingots de laiton
Crédits © B. Ouedraogo
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2 – Deux sculptures dites « de style Tenenkou »
Crédits © B. Ouedraogo
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 3 – Deux sculptures de têtes dites « de style Djenné»
Crédits © B. Ouedraogo
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/350/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bourahima Ouedraogo, « Recherches archéologiques dans le delta intérieur du Niger : archéologie et environnement d’un site religieux à l’époque des empires : Natamatao (Mali) », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 117-120.

Référence électronique

Bourahima Ouedraogo, « Recherches archéologiques dans le delta intérieur du Niger : archéologie et environnement d’un site religieux à l’époque des empires : Natamatao (Mali) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 31 juillet 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/350

Haut de page

Auteur

Bourahima Ouedraogo

Institut des Sciences Humaines, Bamako (Mali)

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org