Navigation – Plan du site
Résumés de thèses et mention de quelques mémoires de masters soutenus en 2013

Les groupes culturels du Néolithique et de l’Âge du Fer des régions de Louga, Thiès et Saint Louis (Sénégal) (du vimillénaire avant J.-C. au vie siècle après J.-C.)

Approches taphonomique et archéologique
Sandrine Deschamps
p. 113-116

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat en Anthropologie, Ethnologie, Préhistoire soutenue le 22 mars 2013. Université Paris I, Panthéon Sorbonne. Direction : Sylvie Amblard-Pison

Texte intégral

1Entre Dakar et Saint-Louis existe un secteur de dunes rouges ogoliennes fixes qui participe des zones margino-littorales. L’origine de nos recherches dans cette région nord-occidentale du Sénégal résulte d’un double constat : la quasi absence de documentation sur la zone littorale et ses marges pour le début de l’Holocène et la nécessité de comprendre le contexte de conser­vation que représente ce système dunaire fixe dit « ogolien ». C’est donc à la fois selon une démarche archéologique et taphonomique que les sites ont été abordés.

2L’enjeu de notre recherche a été de poser un premier jalon « heuristique » et de dresser, à l’issue de plusieurs campagnes de terrain, un inventaire liminaire des différents groupes holocènes présents dans ce secteur. Décrits au travers de leur culture matérielle, organisés d’un point de vue chronologique, ils ont aussi été comparés avec les autres ensembles déjà identifiés. Parallèlement, les contextes de découverte difficiles – que sont ceux du système dunaire ogolien – ont bénéficié, grâce à ces travaux, d’un nouvel éclairage qui nous a permis de dresser une typologie des sites rencontrés. Enfin, une réflexion en termes d’anthropologie écologique a été entamée interrogeant ainsi la répartition des sites dans le paysage en rapport avec des ressources ou des activités spécifiques.

3Le dispositif méthodologique devait être à la fois simple, efficace et particulièrement rigoureux puisque la thèse repose essentiellement sur nos propres données de terrain et que celles-ci ont été collectées avec peu de moyens. Il a consisté en une prospection pédestre systématique de la zone ­étudiée, en fonction de topo-séquences variées accompagnées de sondages manuels, ainsi qu’en une analyse typo-techno-économique de la culture matérielle, l’essentiel du corpus étant composé d’éléments lithiques et de céramique. Une attention particulière a été portée à l’enregistrement des données issues des ramassages et des sondages, complétées par des observations d’ordre sédimentaire et géomorphologique afin d’éclairer le contexte de conservation.

4Ce sont 475 hectares qui ont été ainsi pros­pectés, sur lesquels nous avons inventé 52 sites, dont 12 ont été retenus pour l’étude.

  • 1 Sites dont tous les éléments de la culture matérielle ont été déplacés, glissant le long d’une pent (...)

5L’archéologie du secteur dunaire sahélien a jusqu’à présent été négligée et ce au profit des fonds de vallées considérés comme plus favorables à la conservation des vestiges. Un des enjeux de notre étude était de démontrer que la zone dunaire n’était pas « sinistrée » archéologiquement. Ainsi, avec la mise en place de méthodes adaptées, il s’est avéré tout à fait possible de prospecter, puis de fouiller, des sites issus de ces contextes. En réalité, il n’existe pas « un » mais « des » contextes de conser­vation. À l’issue de nos recherches, une typologie des différents cas prospectés a été proposée : les sites de surface/sub-surface quelque soit leur degré de conservation, les palimpsestes horizontaux, les sites déplacés 1, les sites en stratigraphie à occupations unique ou multiple avec dilatation des niveaux et les sites à palimpsestes horizontaux en surface mais à stratigraphie conservée.

6L’interaction homme/milieu est au cœur de bon nombre de programmes de recherches ­actuellement à travers le monde. Ces préoccupations d’ordre environnemental, en plus d’être associées à un contexte contemporain (préoccupations d’ordre climatique, prophétie millénariste, etc.), répondent au développement des collaborations interdisci­plinaires entre géoarchéologues et archéologues. Notre double approche, à la fois archéologique et taphonomique, place les données géographiques, climatiques et environnementales au cœur du discours puisque les différentes phases de l’Holocène ont eu de grandes incidences sur les peuplements et sur la conservation des sites. C’est pourquoi nous avons proposé un nouvel éclairage des données archéologiques recueillies par nos prédé­cesseurs afin de les mettre dans une perspective de recherches inédite qui, loin de tomber dans les travers de l’écologie culturelle, replace l’homme dans sa dimension écologique.

7Nous avons établi un inventaire critique des datations 14C disponibles en Sénégambie pour les périodes néolithique et protohistorique permettant de s’interroger sur la classification de certains sites dans l’une ou l’autre des périodes. Cela nous a conduit à réinterroger les deux concepts que sont le Néolithique et la Protohistoire et leur emploi dans le contexte sénégalais. La mise en perspective de certains de nos résultats permet d’alimenter la discussion depuis longtemps entamée sur l’adéquation du terme néolithique aux réalités africaines. En effet, tous les éléments de la définition « classique » du Néolithique ne sont pas attestés de façon synchrone au Sénégal occidental dans les groupes identifiés au cours de nos recherches.

Nouvelles réflexions sur le Néolithique nord-occidental du Sénégal

8Le Néolithique le plus ancien au Sénégal est situé aux alentours de 5500 BP, soit pendant la période de transgression dite du Nouakchottien. Deux des sites étudiés (sites 48 et 51) semblent dater d’un stade antérieur au Nouakchottien, de « la petite phase sèche » entre 8000 BP et 6800 BP. La datation obtenue pour le site 51 est ainsi de 5910-5710 cal BC (6920 ± 50 BP, Poz-33162). Ce recul dans le temps remet en question un schéma de pensée visant à considérer le Sénégal comme étant vide de populations entre 18000 BP et 5500 BP. Le stade humide du Nouakchottien ne serait donc plus le seul moment propice aux installations humaines : les études palynologiques avaient déjà mis en évidence des conditions climatiques favorables au moins dès 12000 BP. Même si pour le moment les datations obtenues sur les sites archéologiques ne sont pas aussi anciennes, force est de constater que des occupations peuvent être antérieures au Nouakchottien sur le littoral sénégalais.

9Le Néolithique microlithique dunaire est l’un des faciès les mieux documentés du Sénégal tout en restant finalement peu connu. La découverte d’un très grand site dans la région de M’Boro (fig. 1) permet de percevoir une occupation sur un temps long et d’entamer une réflexion sur sa chronologie interne. Par ailleurs, la répartition géographique des sites et leurs caractéristiques ont permis d’entrevoir un fonctionnement socio-économique particulier.

Figure 1 – Site 1, secteur de M’Boro

Figure 1 – Site 1, secteur de M’Boro

Vue d’un épandage consécutif à un ruissellement de type « glacis » et à l’effondrement de bloc de la coupe

© S. Deschamps

10L’orientation de l’économie de subsistance des sites néolithiques microlithiques dunaires semble se faire vers l’exploitation des ressources végétales (domestiques ou sauvages) pour les sites localisés dans l’hinterland. En effet peu de coquilles, notamment de Senilia senilis, se retrouvent dans ces contextes. A contrario, certains amas coquilliers (essentiellement composés de Senilia senilis), situés sur la bande littorale entre Kayar et M’Boro, présentent une industrie lithique rattachable au Néolithique microlithique dunaire. De quelle nature pourrait être le rapport entre les amas coquilliers et les sites sur dunes ? Est-elle fonction­nelle dans le cadre de zones d’activités complémen­taires : site d’activité spécialisé (traitement des coquilles) et site d’habitat principal dans les dunes ? S’agit-il d’un rapport saisonnier dans le cadre d’une mobilité sur un petit territoire et en fonction de critères restant à déterminer ? Chronologique ? Dans le cadre d’une avancée progressive des hommes néolithiques depuis la côte vers l’hinterland ou bien dans le sens inverse ?

Les différents groupes de l’Âge du Fer

11Trois groupes à la culture matérielle distincte à l’intérieur d’un même territoire et d’une même période chronologique ont été mis en évidence :

  •  un premier possédant des récipients céramique aux formes simples, fermées ou ouvertes, et formes à col, aux côtés d’une industrie lithique à éclats et de vestiges métallurgiques ;

  • un second dans lequel les formes de ­récipients en céramique sont toujours simples et fermées et accompagnées, soit d’une industrie sur os, soit d’industries lithique ou sur coquillage. Son industrie lithique a été obtenue selon une chaine opératoire simple ayant pour objectif la production d’éclats, à l’exemple du premier groupe. Contrai­rement à ce dernier cependant il semble avoir compensé la pénurie de matière première lithique par le développement d’une industrie sur os et coquillages ;

  • un troisième groupe composé de formes céramiques fermées simples aux bords rentrant et lèvres éversées, aux décors couvrants très caractéristiques et techniques de montage homogène, particulièrement pour les bords. Des exemples de recyclage d’industrie lithique ancienne y figurent à côté d’une production lithique de l’Âge du Fer.

12La présence d’industrie lithique sur des sites de l’Âge du Fer de la moyenne vallée du Sénégal est avérée dans les inventaires de diverses ­publications mais, jusqu’à présent, elle a été considérée comme intrusive. Il semble pourtant qu’en marge des grands centres d’innovations, dans des régions pauvres en minerai ou en artisans sachant les transformer, la persistance de la taille de silex ait pu être une option satisfaisante. Par ailleurs, lors de l’analyse de l’industrie lithique des sites du troisième groupe, il est apparu qu’une activité de recyclage d’industrie plus ancienne (néolithique) a eu lieu en marge de leur propre production. Cela confirme la récurrence du comportement et la pérennité de l’usage des silex taillés dans des sociétés largement postérieures au Néolithique.

La localisation des sites sur les dunes

13En considérant le biais archéologique que peut représenter la difficile prospection des zones de dépressions en contexte dunaire – puisque ce sont des zones d’accumulation –, il demeure une dichotomie spatiale entre les sites localisés toujours en position haute et leur absence dans les dépressions. Ce phénomène est d’autant plus surprenant que pour les périodes plus récentes (historique, contemporaine, subactuelle), les sociétés humaines se sont installées indifféremment sur les reliefs ou en contrebas de ceux-ci.

14D’après les études palynologiques et sédimentologiques, les dépressions interdunaires sont soit des milieux lacustres fermés, soit des zones à mangroves. Dans le secteur étudié et pour la période post-nouakchottienne, il est probable que les dépressions interdunaires étaient remplies d’eau douce, voire d’eau plus salée à certains moments, mais pas de mangroves. La végétation aurait été alors de type arbustif et herbacé à composante plutôt sèche.

15Les dépressions interdunaires ainsi que les paléovallées ont représenté des sources d’accès facile pour les matières argileuses servant à la confection de la céramique. Les matières siliceuses sont moins accessibles. Les gisements sont situés au sud des sites étudiés, soit dans les régions de Thiès et de Dakar. Cela explique le développement d’industries sur bois, os et ivoire au nord du pays et implique une circulation des matériaux par le biais d’échanges ou de déplacements réguliers.

16La position en bas de pente, dans les ­dépressions, est peu favorable à l’habitat humain, notamment lors des épisodes pluvieux abondants, mais éga­lement d’un point de vue stratégique (vision à courte distance). Par contre ces zones basses sont propices à l’élevage du bétail et à l’agriculture. Les résultats des études carpologiques (site de Sincuu Baaraa) attestent la culture du millet à côté de baobabs et d’herbes sauvages. Les analyses menées sur les restes de faune (sites de Sincuu Baaraa, Walaldé, Kaskas) indiquent la prédominance de la faune domestique (dominée par les ovidés) sur la faune sauvage.

En conclusion

17Les résultats obtenus permettent de changer la vision que l’on a de ces zones sahéliennes à la taphonomie complexe. Il est démontré qu’il est désormais possible d’intervenir sur ces sites surtout lorsque ceux-ci sont menacés de destruction. Cette zone, qui jusque-là demeurait presque inconnue, témoigne d’une richesse culturelle importante montrant la succession ainsi que la coexistence de divers groupes culturels au moins depuis le vie millénaire avant J.-C. Nos recherches futures s’attacheront à mieux définir les successions chronologiques observées sur certains sites tout en interrogeant d’un point de vue anthropologique plus large la nature même des économies de ces groupes. Elles pourraient être fondées sur une complémentarité et donc associées à un fractionnement dans l’espace des activités humaines.

Haut de page

Notes

1 Sites dont tous les éléments de la culture matérielle ont été déplacés, glissant le long d’une pente.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 1 – Site 1, secteur de M’Boro
Légende Vue d’un épandage consécutif à un ruissellement de type « glacis » et à l’effondrement de bloc de la coupe
Crédits © S. Deschamps
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Deschamps, « Les groupes culturels du Néolithique et de l’Âge du Fer des régions de Louga, Thiès et Saint Louis (Sénégal) (du vimillénaire avant J.-C. au vie siècle après J.-C.) », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 113-116.

Référence électronique

Sandrine Deschamps, « Les groupes culturels du Néolithique et de l’Âge du Fer des régions de Louga, Thiès et Saint Louis (Sénégal) (du vimillénaire avant J.-C. au vie siècle après J.-C.) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 31 juillet 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/348

Haut de page

Auteur

Sandrine Deschamps

UMR 7041, ArScAn, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre cedex (France), sandrine.deschamps@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org