Navigation – Plan du site
Note

La problématique des « tumulus pierriers » au Mali

Kléna Sanogo et Nafogo Coulibaly
p. 101-112

Résumés

Au début du xxe siècle furent découvertes, dans plusieurs régions du sud et du centre du Mali, des structures composées d’un cercle de pierres latéritiques entourant un tertre surmontant une chambre souterraine creusée dans la latérite. Elles furent considérées successivement comme des « habitats troglodytes », des mines d’extraction du minerai de fer, des silos à grains, avant d’être attribuées par les archéologues, en 1961, à des hypogées servant de lieux de sépultures multiples. Depuis cette date, ces structures sont entrées dans le vocabulaire archéologique en Afrique de l’Ouest sous le nom générique de « tumulus pierriers ». Dès lors, toute structure ayant la même apparence extérieure a été considérée comme un tumulus. Cependant les recherches menées depuis 1979, tant par des archéologues que par des historiens, des sociolinguistes ou des spécialistes de la tradition orale, semblent indiquer qu’il s’agirait, en fait, de monuments très divers : habitats pour brigands, tumulus, hypogées recouverts d’un amas de terre ou de pierres, monuments rituels ou autres. La faible quantité de datations ne permet pas encore aujourd’hui de situer chaque type de structure dans un cadre chronologique. En attendant de ­collecter de nouvelles données, il convient donc de parler simplement de « cercles pierriers » puisqu’il est encore impossible de déterminer leur nature avant la fouille. Les futures recherches devront avoir comme impératif premier d’identifier des indices fonctionnels distinctifs en surface lors de prospections.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Au Mali, le Cercle est la circonscription administrative ; ailleurs, il correspond à la préfecture.

1Au début du xxe siècle furent découvertes dans les régions sud et centre du Soudan français – actuelle République du Mali –, surtout dans le Cercle1 de Bougouni et à Bamako (fig. 1), des structures composées d’un cercle de pierres latéritiques entourant un tertre édifié au-dessus d’une chambre. Elles donnèrent lieu à plusieurs interprétations. Ainsi Mousnié Lompré, qui le premier les signala, les qualifia « d’habitats troglodytes » en se basant sur l’étroitesse du puits d’accès à la chambre (Lompré 1912). Mais dès 1913, Maurice Delafosse, qui faisait alors autorité, déclara sans aucune forme de preuve à l’appui, qu’il s’agissait certainement de mines d’extraction de minerai de fer datant du xixe siècle (Delafosse 1913).

Figure 1 – Carte de répartition des cercles pierriers au Mali

Figure 1 – Carte de répartition des cercles pierriers au Mali

2En ce qui concerne les monuments du Mali, cette version persista jusqu’en 1949, date à laquelle Michel Aris effectua les premières fouilles à Tienra, toujours dans le Cercle de Bougouni. Pour la première fois il évoqua des « tombeaux anciens » (Aris 1950). Viviane Pâques, après ses fouilles à Ténémakana et à Dalabany, en 1951, concluait également en faveur de « tombeaux de chef de la Société Secrète du Jo (dio) », société qu’elle était alors en train d’étudier (Pâques 1954). Il s’avère par ailleurs intéressant de noter que les populations actuelles de cette région désignent ces structures par l’appellation « trou de diable ».

L’intervention des archéologues

3Aucune de ces descriptions précédentes n’est le fait d’archéologues. Il a fallu attendre le concours de la section Préhistoire-Archéologie de l’Institut Français d’Afrique Noire (IFAN) de Dakar pour déterminer la vraie nature de ces monuments. C’est en effet Raymond Mauny, alors chef de cette section qui, sur la base des découvertes faites à Bamako par Georges Szumowski (responsable du Centre IFAN de Bamako), révèle qu’il s’agissait en fait d’hypogées recouverts de tumulus (Mauny 1961). Il en esquisse les caractéristiques principales, à savoir des cercles de pierres à l’intérieur desquels se trouve un amas de terre ou de pierres surmontant la chambre et dont le puits d’accès se trouve en dehors du cercle.

4En 1973 et 1974, les fouilles effectuées par Gerhard Liesegang et Kléna Sanogo sur dix hypogées et quatre sites d’habitat associés auxdits hypogées à Famambougou (Cercle de Bougouni ; fig.1) ont permis de mieux caractériser ces monuments et même de dater ceux de cette zone entre le vie et le xie siècle AD (Liesegang & Sanogo 1977 ; Sanogo & Priakhine 1980). Ces chambres funéraires, d’environ 3 m de diamètre, sont creusées dans la carapace latéritique et l’on y accède par un puits, large d’environ 0,60 m et profond de 0,70 m à 1 m, avec des marches, et prolongé par une petite porte d’entrée dans la chambre funéraire. Ces puits d’accès, fermés par deux ou trois dalles en dolérite, sont généralement situés à l’ouest ou au sud de la chambre funéraire et à l’extérieur du tertre qui ne recouvre donc que cette dernière (fig. 2). La chambre proprement dite est destinée à des enterrements multiples. Les squelettes apparaissent étendus sur le dos, la tête orientée vers la porte, vers l’ouest ou le sud selon les cas. À l’extérieur, ces monuments sont marqués par des cercles de pierres latéritiques placées en une, deux ou trois rangées superposées, rarement plus, entourant un tertre de hauteur variable. En général ces hypogées sont regroupés en vastes nécropoles situées sur des plateaux latéritiques, non loin des sites d’habitat.

Figure 2 – Profil d’un hypogée (Do74-I-18.T.9) de la zone de Bougouni (Mali)

Figure 2 – Profil d’un hypogée (Do74-I-18.T.9) de la zone de Bougouni (Mali)

© ISH Bamako

5Les travaux ultérieurs (Togola 1982 ; Simaga 2006, 2011 ; Camara 2005) ont permis d’appro­fondir les connaissances sur ces monuments, notamment par l’établissement d’une typologie et la détermination approximative de leur zone d’implantation (fig. 1) : Bamako (Sénou, Yirimadio, Quartier tsf, Dialakoro, Sirakoro, Bankoni, Missabougou), Kayes (Kita, Nioro), Koulikoro (Dioila, Banamba, Kati, Dialakoroba, Doukourakoro), Sikasso (Kadiolo, Koumantou, Kolondiéba, Massala, Fourou, Bougouni, Sanso, Sélingué, Yanfolila, Zégoua).

6Après 1961 et les travaux de R. Mauny, toute structure composée d’un cercle de pierres et d’un tertre était donc automatiquement assimilée à un hypogée. Cependant, les fouilles effectuées sur des structures apparemment semblables, entre 1979 et 1983, par une équipe de l’Institut des Sciences Humaines de Bamako (ish) sur le plateau de Ntondomo (Diarrabougou, Cercle de Koulikoro, fig. 3), ont écorné cette homogénéité apparente. En effet, elles ne comportent ni chambre funéraire, ni puits d’accès. En revanche existe, au centre du tertre, au même niveau que celui où reposent les cercles, une sorte de caveau sépulcral mesurant environ 2,10 m de long, 1,30 m de large et 1 m de profondeur ; il ne contient cependant aucun reste de squelette ou autre vestige, ce qui amena les auteurs des fouilles à les identifier comme des cénotaphes (Raimbault & Sanogo 1991).

Figure 3 – Plan des tumulus A et B sur le site de NTondomo-Diarrabougou (Koulikoro)

Figure 3 – Plan des tumulus A et B sur le site de NTondomo-Diarrabougou (Koulikoro)

© ISH Bamako

7Puis en 1995, une autre équipe de l’ish procéda à des fouilles sur des monuments semblables à Nioro (fig. 1), à la différence qu’ici les cercles de pierres et les tertres sont en pierres schisteuses et gréseuses. Ces structures ne recouvrent pas non plus des hypogées et sont en outre extrêmement pauvres en mobilier : les deux structures fouillées n’ont livré que trois broyeurs, six tessons de ­poterie très érodés et un fragment de pipe. Les populations locales les dénomment « monuments Ormans », en référence à des hordes de brigands d’origine marocaine qui auraient semé la terreur dans le Haut-Sénégal au cours des premières décennies du xviiie siècle (Abitbol 1979).

À la recherche de la vraie nature des différents types de monuments

8La remise en cause de l’idée d’identification exclusive de ce genre de monument aux hypogées était ainsi lancée, même si on pensait pouvoir encore qualifier les nouveaux types de monuments de « nécropoles » notamment à cause de leur extrême pauvreté en mobilier domestique. Mais ce processus, ainsi que la recherche de leur vraie nature, commença avec la découverte des cercles pierriers de Boron (fig. 1).

  • 2 Équipe qui effectuait des recherches sur le royaume Sosso de Sunba-N’Golo (Soumangourou Kante [1185 (...)

9En effet, en 2002, une équipe pluridisciplinaire de l’ISH, composée d’historiens, d’archéologues, de socio-linguistes et de spécialistes de la tradition orale2 découvrit, dans la commune rurale de Boron (Cercle de Banamba), plusieurs concentrations de cercles de pierres sur divers plateaux latéritiques. Vus de l’extérieur, ces constructions, tant par leur apparence extérieure que par leur localisation, semblaient proches des hypogées fouillés à Famambougou. Cependant les populations locales les dénomment « Tiaka so », c’est-à-dire maison ou habitat des Tiakas, une population de brigands « coupeurs de route » (Sow 2010). La tradition orale ne situe pas ces Tiakas dans le temps.

  • 3 Dans les cercles de Banamba (26), de Koulikoro (5), de Kati (2) et de Nioro (5).

10Dès 2004, l’Institut des Sciences Humaines entreprit donc un long et fastidieux processus de fouilles archéologiques sur ces monuments, non seulement dans le Cercle de Banamba, mais aussi dans ceux de Koulikoro, de Kati et de Nioro. Depuis, 38 structures ont été fouillées3 (Sissoko et al. 2003-2006 ; Sanogo et al. 2007-2013). Nous présentons ici les premières conclusions obtenues à l’issue de ces recherches.

11Dans le Cercle de Banamba, les fouilles ont été effectuées sur trois sites, tous dans la commune rurale de Boron : Boron, Sanamba et Mékèlè (fig. 1).

12– Le site de Boron, à 4 km au sud-ouest du village du même nom sur la route de Sanamba, compte au total treize cercles de pierres dont huit ont été fouillés. Nous avons subdivisé ces structures en grandes (8 m-9 m de diamètre), moyennes (4,5 m-8 m de diamètre) et petites (2,20 m-4,50 m de diamètre). Leur hauteur varie entre 0,20 m et 1,25 m, lorsqu’elles ne sont pas totalement les­sivées par l’érosion (fig. 4).

Figure 4 – Structure en pierres de la zone de Boron (Banamba)

Figure 4 – Structure en pierres de la zone de Boron (Banamba)

© ISH Bamako

  • 4 Ly.4373 (OXA) : 80 ± 30 BP soit AD 1690-1926 (toutes les dates ont été calibrées à 2 sigmas avec Ox (...)

13Les fouilles ont permis de faire les constats suivants : les cercles de pierres comportent une à cinq rangées de pierres latéritiques superposées, liées entre elles par une couche de banco ; le rang de base repose également sur une couche de banco étalée sur le substrat naturel constitué par une plaque en dolérite ou en latérite. Le remblai – en terre, gravillons, sable et petits blocs de pierres latéritiques – présente une stratigraphie presque homogène, exception faite de la fine couche superficielle noire qui est le dépôt actuel. Les autres couches ne diffèrent entre elles que par leur ­couleur ou leur consistance, selon la nature de l’élément prédominant. Ces structures comportent toutes au centre une sorte de pilier de soutè­nement en gravillons et en terre très compactés (fig. 5). Leur caractéristique principale est leur extrême pauvreté en vestiges archéologiques. Seuls quelques rares tessons de poterie très érodés ont été découverts. L’une des structures (butte n° 2) a livré des échantillons de charbons à 41 cm de profondeur qui ont été datés posté­rieurement à 1690 après J.-C.4

Figure 5 – Cercle de pierres en cours de fouilles sur le site de Boron (Banamba)

Figure 5 – Cercle de pierres en cours de fouilles sur le site de Boron (Banamba)

© ISH Bamako

14Les prospections menées dans les environs immédiats n’ont permis de découvrir aucune trace de site d’habitat. Ces structures ne sont pas des monuments funéraires ou rituels. Il s’agit vraisemblablement de structures d’habitat aux murs en pierres effondrés à l’intérieur de la construction et dont l’éventuelle partie supérieure aurait été faite en matériaux périssables, chaume ou bois, rayonnant autour d’un pilier central en banco pierreux compacté. Il est enfin intéressant de noter que le site de Boron, avec ses treize buttes, est l’un des complexes les plus petits du genre.

15– À Sanamba, à 1,5 km du site de Boron, il a été dénombré 480 buttes. La fouille de six structures (grandes, moyennes et petites) a permis d’établir une similitude avec les structures de Boron, avec cependant plus de tessons de poterie (dix-neuf) et la présence de trois pointes de flèches en fer. Ces découvertes ont été faites non pas à l’intérieur des structures mais dans leurs alentours immédiats. Aucun matériau datable n’a pu être recueilli. La prospection n’a pas non plus abouti à la découverte d’autres sites d’habitat dans le secteur. Les structures de pierres de Sanamba et de Boron semblent s’apparenter au même type.

  • 5 ETH-45927 : 905 ± 25 BP soit AD 1030-1210 ; ETH-45928 : 905 ± 25 BP soit AD 1030-1210.

16– À Mékèlè, situé à 5 km du village de Boron sur la route Boron-Djomadji et à 1,5 km au nord-ouest de ce dernier village, douze des 532 buttes encore visibles ont été fouillées. A priori ces structures semblaient identiques à celles des deux sites précédents. Cependant elles comportaient beaucoup plus de matériel archéologique que les autres. En effet, 86 tessons de poterie y ont été mis au jour, quatre vases entiers (fig. 6) dont l’un contenait une pointe de flèche, treize pointes de flèches en fer (fig. 7) – découvertes pour la plupart dans les mêmes conditions qu’à Sanamba, à l’extérieur des structures bâties – et un crâne humain isolé dans une petite fosse, à 1,06 m de profondeur, au centre de la butte n° 11. Dans cette même butte ont été prélevés deux échantillons de charbon, l’un dans le banco sur lequel reposaient les pierres de la base du cercle et l’autre à 53 cm de profondeur dans le remblai. Les datations obtenues font remonter ce complexe aux xie-xiiie siècles ap. J.-C.5.

Figure 6 – Petits vases en céramique prélevés à Mékèlé

Figure 6 – Petits vases en céramique prélevés à Mékèlé

© ISH Bamako

Figure 7 – Types de pointes de flèches découvertes à Sanamba et Mékélé (Banamba)

Figure 7 – Types de pointes de flèches découvertes à Sanamba et Mékélé (Banamba)

© ISH Bamako

17La quantité et la qualité de ces vestiges laissent très peu de doute quant à la nature du site qui s’apparente à un habitat, même si le crâne humain semble évoquer ici un rite. Les petits murs qui relient entre elles les différentes buttes, difficilement perceptibles à Boron et à Sanamba, apparaissent de façon claire à Mékèlé (fig. 8). Cependant, si les datations obtenues sont confirmées, il sera difficile d’admettre qu’il s’agisse d’habitats de bandits « coupeurs de route » (cf. supra) puisque toutes les sources sont unanimes à reconnaître que cette période des xiie-xive siècles, qui correspond à celle de la domination de l’Empire du Mali, a été une période de sécurité totale dans la région. En revanche, la datation de Boron correspond en effet à cette période d’insécurité.

Figure 8 – Structures fouillées avec murs de liaison entre les cercles sur le site de Mékèlé,

Figure 8 – Structures fouillées avec murs de liaison entre les cercles sur le site de Mékèlé,

© ISH Bamako

  • 6 À une soixantaine de kilomètres au nord-est de Bamako.

18Dans le cercle de Koulikoro une première fouille a concerné une butte du site n° 7 de Doumba6. Cette zone a fait l’objet de nombreux pillages de la part des chercheurs de trésor qui en auraient extrait plusieurs statuettes anthropomorphes et zoomorphes. Les populations locales dénomment d’ailleurs ces sites « Sagajigipilasi » c’est-à-dire la place du bélier, pour signifier qu’ils renferment généralement des statuettes en terre cuite dont la forme rappelle celle d’un bélier. Cependant ces structures ont la même apparence extérieure que tous les autres cercles pierriers.

19En revanche la fouille a permis de déceler une différence fondamentale : il s’agit ici d’un amoncellement de terre et de gravillons recouvrant une fosse mesurant 1,32 m (est-ouest), 0,70 m (nord-sud) et 0,70 m de profondeur (fig. 9). La fosse était vide mais l’amoncellement contenait beaucoup de tessons de poterie ; par ailleurs, aucune statuette n’a été découverte. Tout ceci ajouté au contexte général du lieu nous amène à conclure vraisemblablement en faveur de tumulus à vocation funéraire et non de structures d’habitat.

Figure 9 – Structure en pierres avec fosse dans la zone de Doumba (Koulikoro)

Figure 9 – Structure en pierres avec fosse dans la zone de Doumba (Koulikoro)

© ISH Bamako

20Une seconde fouille a concerné deux structures du site de Kojalan (fig. 1) dans la commune rurale de Sirakorola, voisine de celle de Doumba, à 5 km au nord-ouest du village de Sirakorola. Elles ont subi beaucoup de dégradations tant de l’homme que de la nature, à telle enseigne qu’il en reste très peu de chose. Les multiples pillages ont laissé, en surface, les restes de grands vases (au fond percé) ayant les caractéristiques d’urnes funéraires. Au centre de l’une des deux structures, gisaient encore les restes d’un de ces vases. La fouille n’a permis de découvrir ni squelette, ni vase funéraire complet, mais la constitution interne des buttes les rapproche nettement de celles de Doumba. Il s’agit donc ici plutôt de monuments funéraires mais très différents de ceux recouvrant des hypogées dans leur conception, ou alors de monuments utilisés à des fins rituelles.

21Une troisième fouille, toujours dans la Commune Rurale de Sirakorola, a concerné deux structures du site de N’Gabakoro (fig. 1), sur un plateau latéritique surplombant le village du même nom à environ 2 km au sud-ouest. Ce site est constitué de 787 cercles ou structures de pierres. Les deux structures fouillées, beaucoup plus proches de celles de la zone de Boron dans leur apparence, puis, après la fouille, dans leur contenu, ont fourni 473 tessons de poterie, une pointe de flèche en fer et une tige de fer d’une longueur de 14 cm et d’une épaisseur de 8 mm. De même qu’à Sanamba et à Mékèlè, la plupart de ce matériel a été trouvé non pas à l’intérieur des structures, mais dans leur pourtour immédiat. Par ailleurs, à l’instar de Mékèlé, un crâne humain gisait dans une petite fosse de 80 cm de diamètre située au centre de la butte n° 1, à 1,63 m de profondeur (le sol naturel commençant à 1,24 m) (fig. 10). En outre, au centre de la butte n° 2, sous une concentration compacte de gravillons, a été découverte une fosse d’environ 1,50 m de diamètre dans laquelle fut extraite, à une profondeur de 1,72 m, une bague en cuivre de 2 cm de diamètre.

Figure 10 – Restes de crâne humain à N’Gabakoro

Figure 10 – Restes de crâne humain à N’Gabakoro

© ISH Bamako

22Il existe trois différences entre ces deux constructions de N’Gabakoro et celles des environs de Boron : pas de trace de pilier central à N’Gabakoro, mais au centre une concentration compacte de petits cailloux sous laquelle est ­apparue une fosse dans la butte n° 2. Ensuite, le cercle de pierres de ce même site est renforcé, à l’intérieur comme à l’extérieur, par une structure dont la largeur varie entre 1,60 m et 2,20 m selon les secteurs (fig. 11), et qui est édifiée en pierres de dimensions moindres. Enfin, le site de N’Gabakoro comporte de très grandes structures pouvant atteindre environ 20 m de diamètre. Il n’est pas certain qu’elles soient de la même nature que les autres cercles de pierres.

Figure 11 – Plan et coupe du tumulus n°1 à N’Gabakoro

Figure 11 – Plan et coupe du tumulus n°1 à N’Gabakoro

Entre des blocs de pierres latéritiques, couche de terre superficielle grise, recouvrant une couche de gros blocs rougeâtres compactés et une couche de gravillons rougeâtres friables ; en pointillés, fosse comblée de gravillons

© ISH Bamako

  • 7 ETH-45926 : 360 ± 25 BP soit AD 1450-1640.

23Dans la butte n° 2 de N’Gabakoro, à une profondeur de 0,93 m a été collecté un échantillon de charbon dont la datation fait remonter le site aux xvie-xviie siècles ap. J.-C.7. Cette date renforce, à cette étape des recherches, l’idée du rapprochement des cercles de pierres de N’Gabakoro avec ceux de la zone de Boron.

  • 8 Mission Mandé Mali, janvier-février 2011, rapport annuel, Université de Paris I-ISH.

24Dans le Cercle de Kati, deux structures ont été fouillées sur le site de Wanda (fig. 1), non loin du village de Lemouroussanzan, dans la commune rurale de Néguéla. Ici, les cercles de pierres possèdent plusieurs caractéristiques qui les distinguent des autres. La différence fondamentale réside dans leur localisation : édifiés sur un plateau latéritique, ils surplombent une cuvette où se trouve l’ancien site de Wanda d’où seraient ­partis les premiers clans malinkés pour fonder l’Empire Mandé8.

25Rappelons d’abord que, jusqu’ici, seuls les hypogées ont été mis en rapport avec des sites d’habitat proches. Toutes les structures de Wanda sont de taille moyenne et leur intérieur remblayé avec de la terre et des cailloux, alors qu’ailleurs il n’y a que de la terre (fig. 12). Les pierres de base du cercle sont directement posées sur le sol naturel. Une pierre dressée en dolérite a été observée au centre de l’une de ces buttes. Quant au matériel, il se distingue non seulement par sa quantité, mais aussi par sa présence à l’intérieur des structures. Il consiste en 32 pointes de flèches en fer, 19 tiges de pointes de flèches en fer, un objet en fer non déterminé, une pièce de serrure et une grande quantité de tessons de poteries miniatures. Il a également été découvert à la base de la butte n° 1 (sous les pierres) le fond d’un petit vase percé d’un trou de 1 cm de diamètre. À la dif­férence de celles retrouvées ailleurs, les pointes de flèches comportent au centre d’une face, une nervure, ce qui leur permet de vriller une fois ­décochées, entraînant ainsi une pénétration plus facile et plus profonde au niveau de la cible (fig. 13).

Figure 12 – Structure en pierres fouillée à Wanda (Kati)

Figure 12 – Structure en pierres fouillée à Wanda (Kati)

© ISH Bamako

Figure 13 – Type de pointes de flèches prélevées sur le site de Wanda (Kati)

Figure 13 – Type de pointes de flèches prélevées sur le site de Wanda (Kati)

© ISH Bamako

26La présence d’une stèle, de tessons de poterie miniatures et surtout du fond percé d’un vase, ainsi que la proximité d’un site d’habitat et l’absence de toute trace d’inhumation incitent à suggérer que nous sommes en présence de monuments rituels.

27Dans le Cercle de Nioro, cinq cercles pierriers ont été fouillés sur le site d’Arifounda (fig. 1). Sur la route de Nioro à Kayes, entre les villages de Séoundé et de Arifounda, sur près de 10 kilomètres se trouvent plusieurs complexes constitués de centaines de buttes de pierres schisteuses, ­donnant l’impression de nécropoles (fig. 14). C’est sur l’un d’entre eux, situé à 2 km au sud-est du village de Arifounda, que se sont déroulées les fouilles. Toutes les buttes y sont de taille moyenne ou grande.

Figure 14 – Structures en pierres de Séoundé (Nioro)

Figure 14 – Structures en pierres de Séoundé (Nioro)

© ISH Bamako

28Ces structures sont très pauvres en matériel : seuls quatre broyeurs en granit, un morceau de pipe et six tessons de poterie très érodés ont été découverts. Au milieu de la butte n° 2 est planté un gros bloc schisteux d’environ 1 m de haut et 70 cm de diamètre. Selon toute vraisemblance ce bloc servait de pilier de soutènement de la structure.

29Au vu de l’architecture et du contenu de ces monuments, nous pouvons affirmer qu’il s’agit plutôt de sites d’habitat, absents d’ailleurs des environs immédiats. Les restes d’une épaisse muraille également en pierres restent cependant encore visibles, mais ces vestiges se poursuivent largement au-delà de la zone des complexes de cercles pierriers. En réalité, nous n’avons pas pu en découvrir les limites. Mais il est difficile, voire hasardeux, d’établir une quelconque relation avec les populations « Ormans » qui, apparemment, ne se sont jamais établies de façon durable dans la zone. En revanche, la relation peut être faite avec certains cercles pierriers des environs de Boron et de Sirakorola. La seule grande différence est constituée par la nature du matériau de construction : d’une part des pierres latéritiques, d’autre part des pierres schisteuses.

Conclusion

30Au fur et à mesure du développement des recherches, nos connaissances se précisent donc sur l’architecture et les périodes d’édification de ces structures de pierres. Le problème qui se pose toujours actuellement demeure celui de leurs fonctions. L’hypothèse « d’habitat temporaire » lié à des populations de brigands (Tiaka ou Ormans) est plausible, surtout si on se réfère aux premières datations obtenues à Boron et à N’gabakoro (xve-xviie siècles ap. J.-C), même si on peut se ­demander pourquoi tant d’efforts pour édifier des « gîtes d’étape ». Les structures des environs de Doumba, ainsi que certaines des environs de Sirakorola, correspondraient à des monuments funéraires. Les buttes du Wanda ressemblent par contre plus à des monuments rituels.

31En définitive, ces structures, d’apparence semblable, représentent différentes manifestations de l’histoire et de la culture des populations ayant occupé anciennement ces régions. Il convient donc d’abandonner l’appellation générique de « tumulus pierriers » et de parler de « cercles pierriers » puisqu’il est encore impossible de préciser leur nature avant leur fouille archéologique. Les futures recherches devront permettre de définir des indices distinctifs à la surface.

Haut de page

Bibliographie

Abitbol M. (1979) – Tombouctou et les Arma. De la conquête marocaine du Soudan en 1591 à l’hégémonie de l’Empire Peulh du Macina en 1833. Maisonneuve et Larose, Paris, p. 144-147.

Aris M. (1950) – Fouilles de tombeaux anciens à Tienra (Cercle de Bougouni, Soudan). Notes Africaines, n° 47, p. 65-66.

Bron Ramsey C. (2005) – OxCal Program v.3.10. Radiocarbon Accelerator Unit, University of Oxford.

Camara S. (2005) – Le site d’habitat de Guagula dans la vallée du Sankarani. Études Maliennes, n° 63, p. 18-64.

Delafosse M. (1913) – Au sujet des cavernes artificielles récemment découvertes dans le Cercle de Bougouni. Revue d’Ethnologie et de Sociologie, p. 248-251.

Liesegang G. & Sanogo K. (1977) – Céramique, tombeaux et autres traces de l’âge du fer à Dogo, Cercle de Bougouni, région de Sikasso. Études Maliennes, n° 21, p. 48-56.

Mauny R. (1961) – Tableau géographique de l’Ouest Africain au Moyen Age d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie. Mémoires de l’IFAN, 61, p. 127-129.

PÂques V. (1954) – Bouffons sacrés de la région de Bougouni. Journal de la Société des Africanistes, t. XXIV, n° 1, p. 82-84.

Raimbault M. & Sanogo K. (1991) – Recherches archéologiques au Mali. Karthala, ACCT, Paris.

Reimer P. J., Baillie M. G. L., Bard E., Bayliss A., Beck J. W., Blackwell P. G., Ramsey C. B., Buck C. E., Burr G. S., Edwards R. L., Friedrich M., Grootes P. M., Guliderson T. P., Hajdas I., Heaton T. J., Hogg A. G., Hughen K. A., Kaiser K. F., Kromer B., McCormac F. G., Manning S. W., Reimer R. W., Richard D. A., Southon J. R., Talamo S., Turney C. S. M., Van Der Plicht J. & Weyhenmeyer C. E. (2009) – IntCal 09 and Marine 09 radiocarbon age calibration curves, 0-50,000 years cal BP. Radiocarbon, vol. 51, n° 4, p. 1111-1150.

Sanogo K. & Priakhine A.D. (1980) – La culture archéologique Dogo. Quelques résultats et perspectives. Études Maliennes, n° 1, p. 3-17.

Simaga M. (2011) – À propos des hypogées du Djitoumou et de Kokoun. Études Maliennes, n° 76, p. 5-19.

Sow M. (2010) – Les Caka et leurs territoires : un cas de chefferie atypique. Études Maliennes, n° 73, p. 81-117.

Manuscrits universitaires, rapports et documents inédits

Lompré M. (1912) – Notes sur les habitations de troglodytes dans le Cercle de Bougouni (à l’est, sud-est du Cercle). Archives de la section préhistoire-archéologie, IFAN, XV-5, MAL 826 bis.

Simaga M. (2006) – Etude comparative entre concentrations d’hypogées du Djitoumou et du Kokoun. Mémoire de Maîtrise, FLASH, Université de Bamako, Bamako.

Sissoko F., Sanogo K., Diallo A. A., Bengaly A., Coulibaly N., Traore B. A. & Kalapo Y. (2003-2006) – Rapports semestriels de l’Institut des Sciences Humaines, Bamako.

Sanogo K., Keita D., Coulibaly N., Diallo A. A., Traore B. A., Ouedraogo I., Togola B., Traore F., Togo G. & Kalapo Y. (2007-2013) – Rapports semestriels de l’Institut des Sciences Humaines, Bamako.

Togola T. (1982) – Inventaire analytique des sites archéologiques du Cercle de Bougouni. Mémoire, École Normale Supérieure de Bamako, p. 35-45.

Haut de page

Notes

1 Au Mali, le Cercle est la circonscription administrative ; ailleurs, il correspond à la préfecture.

2 Équipe qui effectuait des recherches sur le royaume Sosso de Sunba-N’Golo (Soumangourou Kante [1185-1235]). La défaite de Soumangourou Kante face à Soundiata Keita, en 1235, marque le début du fameux empire du Mali.

3 Dans les cercles de Banamba (26), de Koulikoro (5), de Kati (2) et de Nioro (5).

4 Ly.4373 (OXA) : 80 ± 30 BP soit AD 1690-1926 (toutes les dates ont été calibrées à 2 sigmas avec OxCal v.4.2 (Reimer et al. 2009 ; Bronk Ramsey 2005).

5 ETH-45927 : 905 ± 25 BP soit AD 1030-1210 ; ETH-45928 : 905 ± 25 BP soit AD 1030-1210.

6 À une soixantaine de kilomètres au nord-est de Bamako.

7 ETH-45926 : 360 ± 25 BP soit AD 1450-1640.

8 Mission Mandé Mali, janvier-février 2011, rapport annuel, Université de Paris I-ISH.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 1 – Carte de répartition des cercles pierriers au Mali
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Figure 2 – Profil d’un hypogée (Do74-I-18.T.9) de la zone de Bougouni (Mali)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 3 – Plan des tumulus A et B sur le site de NTondomo-Diarrabougou (Koulikoro)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 4 – Structure en pierres de la zone de Boron (Banamba)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 5 – Cercle de pierres en cours de fouilles sur le site de Boron (Banamba)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 6 – Petits vases en céramique prélevés à Mékèlé
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 7 – Types de pointes de flèches découvertes à Sanamba et Mékélé (Banamba)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 8 – Structures fouillées avec murs de liaison entre les cercles sur le site de Mékèlé,
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 9 – Structure en pierres avec fosse dans la zone de Doumba (Koulikoro)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 10 – Restes de crâne humain à N’Gabakoro
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 11 – Plan et coupe du tumulus n°1 à N’Gabakoro
Légende Entre des blocs de pierres latéritiques, couche de terre superficielle grise, recouvrant une couche de gros blocs rougeâtres compactés et une couche de gravillons rougeâtres friables ; en pointillés, fosse comblée de gravillons
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 12 – Structure en pierres fouillée à Wanda (Kati)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 13 – Type de pointes de flèches prélevées sur le site de Wanda (Kati)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 14 – Structures en pierres de Séoundé (Nioro)
Crédits © ISH Bamako
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/330/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kléna Sanogo et Nafogo Coulibaly, « La problématique des « tumulus pierriers » au Mali », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 101-112.

Référence électronique

Kléna Sanogo et Nafogo Coulibaly, « La problématique des « tumulus pierriers » au Mali », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://aaa.revues.org/330 ; DOI : 10.4000/aaa.330

Haut de page

Auteurs

Kléna Sanogo

Institut des Sciences Humaines, Bamako (Mali), klesanog@gmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Nafogo Coulibaly

Institut des Sciences Humaines, Bamako (Mali)

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org