Navigation – Plan du site

Files de pierres dressées dans le sud de l'Éthiopie et au nord du Kenya

Roger Joussaume
p. 85-99

Résumés

Les travaux de deux équipes américaines dans les années 1970 et 2000 ont fait connaître plusieurs sites à lignes de pierres dressées près du lac Turkana au nord du Kenya. Les plus anciens sont datés du début du IIIe millénaire avant notre ère, d’autres de la deuxième moitié du premier millénaire avant J.-C. Ils furent l’œuvre d’une société de pasteurs qui aurait connu la céramique. Dans le Sidamo, au sud de l’Éthiopie, les stèles phalliques des pays Gedeo et Sidama forment fréquemment des alignements plus ou moins longs, parfois associés à un petit tumulus allongé recouvrant une fosse qui semble avoir été une tombe. À Waheno, cette fosse contenait une hache polie, des microlithes en obsidienne et des tessons de céramique. Ces sites attribués aux xe-xiie siècles de notre ère, pourraient être en rapport avec la mise en place de l’agriculture régionale. Au sud du lac Chamo, en Éthiopie, les actuels habitants, Konso et Gewada, élèvent encore des pierres à certaines occasions. L’étude de leur organisation sociale et de leurs coutumes funéraires permet d’élargir le débat sur les fonctions des files de pierres ailleurs dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans l’Ouest de la France, comme en Bourgogne, en Corse, en Suisse ou au Portugal, pour ne prendre que ces exemples, des pierres ont été ­dressées en files plus ou moins rectilignes, courbes, voire sinueuses, parfois dès le Néolithique ancien et même le Mésolithique final selon certains auteurs. Rares sont les explications réellement satisfaisantes attribuées à leur fonction car elles résultent souvent d’une interprétation subjective. Dans la Péninsule arabique, au Yémen en par­ticulier, ainsi qu’en Afrique de l’Est (Kenya et Éthiopie) des files de pierres ont aussi été dressées au moins dés le iiie millénaire avant notre ère et parfois jusqu’à nos jours. Cette actualité du phénomène est importante car elle apporte un éclairage sur des fonctions possibles de telles files de pierres dressées et permet surtout de ne pas nous avancer trop vite dans des conclusions fonctionnelles de tels monuments quand on n’en sait rien.

2Nous n’allons traiter dans les lignes qui suivent que de trois cas. Le premier, au Kenya, qui conduira vers une explication astronomique d’une ligne de pierres dressées, interprétation récemment remise en question grâce à de nouvelles découvertes et fouilles. Le second, à propos de stèles phalliques mal datées en Éthiopie, montrera le rapport possible de lignes de pierres avec un tertre funéraire. Quant au troisième, qui s’adresse à des sociétés actuelles du sud de l’Éthiopie, il devrait permettre d’élargir le champ du questionnement que l’on se pose généralement en présence de files de pierres dressées un peu partout dans le monde et pour lesquelles nous ne possédons aucune donnée.

Pierres dressées « Namoratunga » des bords du lac Turkana au Kenya

3Au nord-ouest du Kenya, la population locale appelle « Namoratunga » des sites de pierres dressées dont certains sont en relation avec des tombes (Soper & Lynch 1977). Trois sites Namoratunga furent découverts non loin du lac Turkana (Lynch & Robbins 1978) : deux sont à un kilomètre l’un de l’autre, au sud-ouest du lac près de Lokori, et un troisième plus petit à environ 200 km au nord des deux premiers, près de Kalokol.

  • 1 Des cercles de pierres dressées limitant une surface empierrée nous sont également connus au Somali (...)

4Situés en zone volcanique érodée sans culture, les deux sites de Lokori sont des cimetières de 162 cercles de pierres dressées juxtaposées pour l’un et de 11 seulement pour l’autre1. Les cercles se jouxtent fréquemment et plusieurs d’entre eux présentent des gravures de motifs variés sur quelques unes de leurs pierres dont certaines dépassent 2 m de hauteur au-dessus du sol. Ces cercles mesurent entre 1,20 m et 4,40 m de diamètre. L’intérieur est rempli de dalles posées à plat sur une épaisseur pouvant atteindre 2 m, recouvrant fréquemment une grosse dalle qui ferme la fosse sépulcrale. Chaque fosse contient un seul corps en position fléchie sur le côté droit. Aucun artefact n’a été découvert dans les tombes où seuls quelques fragments de dents de bœufs et de moutons furent recueillis. Il s’agirait donc d’un peuple de pasteurs. À noter que les cercles de pierres du site de Lothagam nord pourraient correspondre à des tombes comparables à celles de Lokori et Kalokol.

5Le site non loin de Kalokol présente le même type de tombes et les mêmes gravures mais il s’y trouve aussi un ensemble de 19 pierres dressées formant plusieurs lignes sur une plateforme qui entraînent les auteurs dans des considérations astronomiques intéressantes. En effet, en 1973, A. Legesse a noté que certains peuples couchitiques, les Borana en particulier, installés des deux côtés de la frontière entre le Kenya et l’Éthiopie, utilisent un système calendaire basé sur 7 étoiles ou constellations en conjonction avec différentes phases de la lune, pour calculer une année de 354 jours partagée en 12 mois. Pouvait-on alors envisager que les sites Namoratunga aient eu une implication astronomique de cet ordre ? En 1979, Paul Gunther, de l’Institut d’astrophysique de Bonn, a calculé l’azimut de ces 7 étoiles et constellations et conclu que Namoratunga 3 avait dû servir d’observatoire entre 450 et 130 avant J.-C. (Lynch & Donahue 1980). Robert Soper a mis ces résultats en doute en 1982 (Soper 1982). En 1983, L. Doyle de la N.A.S.A. et E. Frank firent une nouvelle série de mesures sur les sites qu’ils étudièrent avec T. Wilcox des « Research and development laboratories » à Culver City, Los Angeles (Doyle & Wilcox 1986). Ils considèrent que, jusqu’à preuve du contraire, les pierres dressées du site Namoratunga 3 servaient à marquer les alignements des étoiles du calendrier Borana 300 ans avant J.-C. Une datation sur os recueilli à Lokori (Hildebrand et al. 2011) correspondait relativement bien avec ce qu’avaient déduit L. Doyle et J. Wilcox de l’étude des files de pierres du site de Kalokol.

6De récents travaux sur de nouveaux sites à pierres dressées de l’ouest du lac Turkana viennent tempérer ces observations dans la mesure où des datations beaucoup plus anciennes ont été obtenues. Peut-être faudrait-il séparer chronologiquement les tombes circulaires des sites à files de pierres dressées ce qui expliquerait les décalages obtenus : ce n’est là qu’une hypothèse.

7À Jarigole (Nelson 1995), à l’est du lac, le site est formé d’une plateforme ovalaire d’environ 1000 m2 supportant un tumulus circulaire et 28 pierres dressées provenant d’environ 2 km. Plus de 40 000 artefacts y furent recueillis dont des tessons de poteries ainsi que des figurines en terre cuite représentant des animaux sauvages et domestiques, des éclats de roches diverses, des perles en coquilles d’œuf d’autruche et autres. Des coquillages en provenance de l’Océan Indien prouvent des échanges à longue distance. C. Nelson y a reconnu une céramique particulière dite « Nderit », avec de nombreux bols, abondamment décorée d’impressions et d’incisions, identique à celle découverte sur un site à pierres dressées de Lothagam sur la bordure ouest du lac Turkana. Cette céramique est datée vers le milieu du iiie millénaire (Hildebrand et al. 2011) sur le site de Dongodien, peu éloigné au nord de Jarigole. À Lokori, pas plus qu’à Kolakol, B. Lynch et H. Robbins ne signalent de céramiques de type Nderit accompagnant les tombes bordées en surface par un cercle de pierres dressées.

8Des petits sondages prospectifs ont été ­effectués sur quatre sites à pierres dressées, tous localisés à l’ouest du lac Turkana, par un groupe de recherche américain : « The Later Prehistory of West Turkana (LPWT) » en 2007-2008 (Hildebrand et al. 2011). Deux de ces sites se trouvent près de Lothagam et les deux autres un peu plus au sud aux environs de Kalokol.

9À Lothagam Nord, une plateforme de 30 m de diamètre contient trois pierres dressées. À l’est, devant une interruption de l’anneau de pierres qui cerne la plateforme, neuf cercles de pierres dressées jointives pourraient correspondre aux tombes des sites Namoratunga de H. Robbins et B. Lynch. Cinq petits cairns et un plus gros se dressent au sud des cercles. Sur la plateforme ont été recueillies de la céramique de type Nderit et des obsidiennes. Dans un sondage effectué près de la ligne de pierres, des perles en œuf d’autruche sont datées vers 3000 av. J.-C. (Hildebrand et al. 2011) alors qu’un ossement crânien humain a été trouvé à 60 cm de profondeur. Il peut signaler une tombe ou uniquement un éventuel dépôt symbolique en ce lieu. Le matériel archéologique recueilli est abondant pour ce qui concerne les tessons de poteries qui appartiennent à une centaine de vases, mais l’industrie lithique est assez faiblement représentée, limitée à des restes de débitage micro­lithique. Parmi les vestiges osseux on signale une dent de bovidé.

10À environ 1 km du site précédent, Lothagam Ouest est constitué de deux lignes de pierres dressées légèrement courbes qui enserrent une surface contenant cinq autres pierres dressées. Quatre petits cairns s’alignent du nord au sud, à droite de cette surface bordée à l’est et à l’ouest par les alignements curvilinéaires, alors que deux autres petits tumulus occupent l’espace sud-ouest. Un sondage a permis une datation au fond d’une fosse vers 2900 av. J.-C. (Hildebrand et al. 2011), âge comparable à celui obtenu à Lothagam Nord. L’industrie lithique est peu abondante et assez proche du site précédent. S’y ajoute une grande armature triangulaire allongée à dos abattu, mais ni céramiques, ni perles et aucune tombe ne fut mise au jour. On peut donc envisager que ces deux sites voisins aient été complémentaires et aux fonctions différentes au début du iiie millénaire avant J.-C.

11À Kalokol, sur un monticule très bas, 19 pierres ont été dressées accompagnant deux petits cairns. Une date sur œuf d’autruche situe une occupation vers 2400 av. J.-C. Céramique Nderit et industrie lithique y sont absentes.

12Enfin à Manemanya, à environ 1 km du site de Kalokol, se trouve en ensemble de 9 pierres tombées et de 4 autres dont 3 encore dressées à quelque distance des premières. Un tesson de céramique Nderit y fut recueilli ainsi que des restes osseux humains dans une fosse. La datation sur une perle en œuf d’autruche est un peu plus récente que la précédente : 2250 av. J.-C. (Hildebrand et al. 2011). Un débitage lithique sans outils définis a été ramassé sur le site.

13Ce couple de monuments Kalokol/Manemanya est donc assez comparable à celui de Lothagam Nord et Sud, mais 500 ou 600 ans plus tardif.

14Les investigations conduites, limitées à un ou deux sondages de 1 m2 sur chaque site, ne sont pas suffisantes pour fournir des précisions quant à la fonction de chacun de ces monuments. Quelques indications peuvent toutefois être soulignées. C’est ainsi que des ossements humains ont été trouvés à Lothagam Nord et à Manemanya. Ils peuvent correspondre à des sépultures ou plutôt à des dépôts volontaires de quelques os. Ces deux sites ont également livré de la poterie Nderit et des perles en œuf d’autruche. On note des datations assez différentes au début et dans la deuxième moitié du iiie millénaire avant J.-C., qui pourraient cependant correspondre à une même culture caractérisée par la poterie Nderit.

15Les deux autres sites, Kalokol et Lothagam Ouest présentent un même écart chronologique, au même moment du iiie millénaire avant J.-C. que Lothagam Nord et Manemanya. Mais ici pas de céramiques, ni perles en œuf d’autruche ou ossements. Leur fonction paraît donc différente et l’hypothèse de lieux de rassemblement à l’oc­casion de cérémonies a été émise par les auteurs de l’étude.

16La période de mise en place de tous ces sites, qui semblent assez nombreux régionalement, paraît être liée, d’après les vestiges recueillis, à une époque de pastoralisme qui n’aurait pas encore connue l’agriculture, dont on ne sait trop quand elle est apparue dans le sud de l’Éthiopie et le nord du Kenya. Cependant, suivant les chercheurs, les animaux domestiques apparaîtraient dans la région du lac Turkana au iiie millénaire av. J.-C. L’agriculture n’aurait été connue qu’à la fin du premier millénaire de notre ère dans le nord du Kenya (Hildebrand et al. 2011). Si l’on devait accepter ce modèle, les pasteurs du pourtour du lac Turkana seraient des peuples mobiles qui auraient fabriqué de la poterie et utilisé une industrie microlithique. Parés de perles en coquilles d’œuf d’autruche, au cours du iiie millénaire avant J.-C. ils auraient déposé leurs morts dans des monuments circulaires faits de dalles dressées juxtaposées et se seraient réunis à certaines occasions sur de grandes plateformes sur lesquelles ils dressaient des files de pierres et déposaient quelques os humains.

17Comment expliquer la différence d’environ 2000 ans entre l’attribution astronomique de la deuxième moitié du premier millénaire avant notre ère pour la file de pierres dressées de Namoratunga 3 non loin de Kalokol, et les datations du iiie millénaire avant J.-C. obtenues lors de l’étude de nouveaux sites ? De nouvelles fouilles plus étendues devraient permettre de résoudre cette énigme et apporter des renseignements sur les sociétés de l’époque qui sont considérées par les chercheurs comme hiérarchisées du seul fait qu’elles dressaient des pierres qui ont nécessité une main d’œuvre importante pour leur transport et leur mise en place. Nous allons voir avec les Gewada et les Konso du sud de l’Éthiopie que des sociétés sans chef peuvent réaliser de grands travaux collectifs, comme élever de grosses murailles ou dresser des pierres de plusieurs tonnes à certaines occasions.

Stèles phalliques du Sidamo en Éthiopie

18De nombreux sites à stèles phalliques ont été recensés dans le Sidamo (Azaïs & Chambard 1931 ; Anfray 1982 ; Abyot Seyfu Debede 2007) et nous avons étudié ceux de Tuto Fela (Joussaume 2007, 2012) et de Tutitti en pays Gedeo (Joussaume et al. 2010). Dans un récent travail universitaire, Anne-Lise Goujon aidée de Sintayehu Gobezie ont établi une carte de répartition, accompagnée du plan de plusieurs des sites à stèles phalliques de cette région Gedeo, travail qui devrait être élargi à tout le territoire à stèles phalliques dans un proche avenir (Goujon 2013).

19Au sud de Wenago, Tuto Fela est un vaste cairn formé de la juxtaposition et de l’entassement de très nombreux petits cairns qui préservent chacun une tombe simple ou multiple et maintiennent à la verticale un grand nombre de stèles en relation avec les tombes. Beaucoup de ces pierres dressées sont des stèles phalliques en réemploi, souvent transformées en stèles anthropomorphes. Un site à stèles phalliques qui se trouvait sur ce point haut a donc été détruit par ceux qui ont progressivement édifié ce tumulus vers les xiie-xiiie siècles de notre ère.

20Lors de nos premières prospections, nous avions remarqué que plusieurs de ces sites étaient constitués de files de pierres dressées parfois accom­pagnées d’un tertre bas. En 1925, François Azaïs accompagné de Roger Chambard (Azaïs & Chambord 1931) ont entrepris la fouille d’un tertre allongé couvert de 45 stèles phalliques à Waheno, éperon dominant le lac Abaya à 4,5 km d’Alata, à l’ouest de Hagere Selam dans le Sidama. Le site se prolongeait dans un bois où Azaïs dénombra 82 autres stèles dont 10 étaient encore debout, les autres couchées, beaucoup étant cassées. La taille des stèles, dont il souligne qu’elles sont soigneusement élaborées, varie de 1 m à 4,50 m de longueur et plusieurs portent des signes gravés, cupules d’où partent des rayons rectilignes ou arciformes, décor traditionnel des stèles phalliques en pays Sidama et Gedeo. Ils effectuèrent une tranchée dans le tertre, parallèle à une file de 26 pierres dressées orientée est-ouest. Une « tombe » fut alors mise au jour qui contenait des fragments de poteries et « une superbe hache polie, pointue d’un côté et tranchante de l’autre » (Azaïs & Chambord 1931 : 226) accompagnés de nombreuses obsidiennes. Aucune tombe ne fut trouvée en association avec la file des 26 pierres dressées. F. Azaïs pensa alors que les stèles phalliques n’avaient aucun rapport avec des tombes d’autant qu’il signale que « depuis 18 mois, le dedjazmatch Baltcha a fait faire aussi des fouilles ailleurs auprès d’autres pierres phalliques. On a creusé jusqu’à 3 m de profondeur, et nulle part n’a été trouvé de cadavre, mais seulement des pierres gravées de signes cruciformes et quelques ossements » (Azaïs & Chambord 1931 : 228). Il ne serait pas impossible cependant que ces stèles phalliques, qui ne marquent aucune tombe reconnue, aient un rapport avec ce tertre qui pourrait avoir contenu la tombe d’un personnage important longtemps vénéré, vénération marquée par l’apport de nouvelles pierres dressées en files au cours du temps, voire au moment du dépôt du corps dans la fosse recouverte par le tertre.

21Quelques kilomètres au sud de Tuto Fela, le promontoire de Chelba-Tutitti, dominant lui aussi largement son environnement, était hérissé d’un très grand nombre de stèles phalliques dont quelques unes atteignaient 8 à 9 m de haut. Beaucoup de ces pierres sont aujourd’hui cassées, déplacées, entassées et l’on estime leur nombre à environ 1500 à l’origine, ce qui en fait le site à pierres dressées le plus imposant d’Afrique. Les sondages que nous y avons pratiqués montrent que dans ce fouillis de pierres existent de nombreux petits alignements. Il en est ainsi des huit pierres du sondage 1 dont nous avons retrouvé les fosses de calage qui indiquent une ligne générale nord-sud. Ces fosses sont très peu profondes et le calage de petites pierres n’était déposé que sur les trois-quarts du pourtour de la stèle, l’autre partie s’appuyant directement sur le bord de la fosse. Aucune tombe ne fut découverte en relation avec ces stèles dans tous les sondages entrepris. Au cours du vidage de calages de quelques grosses stèles longues de 4 à 5 m, il nous a été donné de trouver une industrie lithique microlithique essentiellement en obsidienne parfois abondante en microlithes géométriques. Globalement, on y remarque de nombreux segments et trapèzes ainsi que quelques triangles. Il ne nous est pas possible d’affirmer que ces pièces soient en association ­originelle avec les stèles mais il est surprenant de constater que les trois fouilles qui ont été pratiquées sur des sites à stèles phalliques (Whaheno, Tuto Fela et Tutitti) ont toutes livré ce même type de matériel et que dans les trois cas des lames de haches polies y ont également été découvertes. Il est bien difficile de dater cette industrie en obsidienne dans une région où ce « verre des volcans » est encore largement utilisé de nos jours par certains peuples, comme grattoir pour préparer les peaux ou comme couteau pour découper la viande en particulier. Nous ne savons même pas à quel moment les premières plantes (l’ensète en particulier) ont été cultivées dans le sud de l’Éthiopie alors que le pastoralisme, comme nous l’avons vu dans le nord du Kenya, pourrait avoir été pratiqué dès le début du iiie millénaire avant notre ère. À cette période le niveau des lacs était beaucoup plus haut que de nos jours comme le prouve la situation élevée des gravures rupestres de bovidés à dos plat (bos africanus) dans les falaises de Chabbé près de Dilla, ou le site d’Asa Koma à Djibouti où l’eau du lac Abbé, aujourd’hui à des kilomètres de là, baignait le pied du site de pêcheurs-éleveurs. Rien n’est connu non plus de la période d’apparition des haches polies dont on ne sait d’ailleurs pas à quel moment elles ont cessé d’être utilisées, probablement remplacées par des outils en fer. De ce fait, la datation des premières stèles phalliques pourrait être plus ancienne de quelques siècles qu’on ne le dit (Joussaume 2007) à partir d’une date, vers le xie-xiie siècle de notre ère, obtenue sur une planche qui obturait un puits sépulcral du cimetière sous-jacent au tumulus de Tuto Fela. Ce cimetière utilisait des stèles ­phalliques, sans doute récupérées sur le site, pour marquer l’emplacement de certaines tombes en puits.

22Au nord du site de Chelba Tutitti apparaissait un petit tertre allongé au bord duquel deux stèles étaient encore dressées. À la surface de ce tertre bas, de nombreuses bases de stèles cassées à ce niveau, dépassaient du monument formant quelques lignes difficilement perceptibles. Nous avons pratiqué la fouille d’une grande partie du tumulus jusqu’au niveau du sol en place. Près d’une centaine de bases de stèles et de stèles effondrées furent mises en évidence, dont certaines sur le socle rocheux lui-même impliquent que les terres du tumulus aient été apportées secondairement à leur dressage sur le site (fig. 1, 2 et 3). Il se pourrait que ce tumulus soit l’œuvre des Italiens qui occupèrent les lieux en 1936, produit du rejet des déblais de tranchées de fondation d’un bâtiment qu’ils édifièrent ici à ce moment-là.

Figure 1 – Chelba-Tutitti : ensemble des stèles mises en évidence après enlèvement des terres du tertre

Figure 1 – Chelba-Tutitti : ensemble des stèles mises en évidence après enlèvement des terres du tertre

Plusieurs lignes de pierres apparaissent, plus particulièrement celle qui borde l’ensemble en haut du cliché

© R. Joussaume

Figure 2 – Chelba-Tutitti : stèles partiellement recouvertes par le tertre dont un témoin est visible (à gauche), associé à une pierre dressée

Figure 2 – Chelba-Tutitti : stèles partiellement recouvertes par le tertre dont un témoin est visible (à gauche), associé à une pierre dressée

Au premier plan se distingue une file courbe de stèles à partir de celle encore en place

© R. Joussaume

Figure 3 – Chelba-Tutitti : alignement sur la grande stèle dressée décorée, de bases de pierres dressées qui limitent à l’est l’ensemble des stèles de ce secteur

Figure 3 – Chelba-Tutitti : alignement sur la grande stèle dressée décorée, de bases de pierres dressées qui limitent à l’est l’ensemble des stèles de ce secteur

La section transversale de la moitié du tertre apparaît au pied de la stèle en place

© R. Joussaume

23Parmi ces stèles, l’une entière, ainsi que deux fragments, portent des traces de peinture bien préservées par le niveau de terre qui les surmontait. Sur la stèle entière des séries espacées de quatre ou cinq bandes étroites de peinture blanche, parallèles entre elles et orthogonales à l’axe longitudinal de la stèle, occupent toute la hauteur du monolithe. Les deux fragments sont décorés de bandes rouges parallèles qui recoupent une bande verticale de même couleur. Nous aurons la surprise de retrouver ce même décor sur une stèle actuelle du peuple Gewada (cf. infra). Ces stèles seraient-elles plus récentes que nous l’avons suggéré précédemment et les microlithes trouvés appartiendraient-ils à un niveau d’occupation ancienne que les stèles auraient perforé au cours de leur installation ? Cela n’a rien de moins sûr !

24Une fosse fut mise au jour sous ce tumulus. Elle contenait quelques infimes fragments osseux indéterminables et indatables. Des obsidiennes, des fragments de deux lames de haches polies et quelques tessons de poteries furent recueillis à proximité de cette fosse sans que nous puissions juger du rapport réel qui existe entre tous ces éléments et la structure.

25Il est assez difficile d’établir un lien chronologique entre toutes ces petites files de pierres dressées, les pierres dressées isolées et la fosse. Peut être, comme nous l’avons suggéré pour le site de Waheno, s’agissait-il d’un haut lieu lié à la sépulture d’un personnage de haut rang qui aurait été honoré sur le long terme par le dressage de stèles phalliques. Nous ne nous aventurerons pas plus loin sur les voies de l’interprétation… Toujours est-il que nous n’avons aucune explication sur les files de pierres dressées directement associées ou plus ou moins éloignées de la fosse.

26Nous ne décrirons pas ici toutes les files actuellement connues de pierres dressées dans cette région d’autant qu’aucune n’a encore fait l’objet de fouilles, mais nous nous attarderons quelque peu sur une file de pierres phalliques qui présente des caractères exceptionnels.

27À environ 40 km au sud de Yrga Chaffé, sur le territoire de Gedeb en pays Gedeo, le site de Sakaro Sodo est constitué d’une file courbe d’une quarantaine de stèles phalliques dressées sur 64 m de longueur (fig. 4). Elle est orientée nord-sud (fig. 5) et s’allonge à quelques centaines de mètres à l’est de la route qui conduit au Kenya. Aucune fouille officielle n’y a encore été pratiquée.

Figure 4 – Sakaro Soddo : file de stèles phalliques, de 64 m de long, dont plusieurs sont encore debout

Figure 4 – Sakaro Soddo : file de stèles phalliques, de 64 m de long, dont plusieurs sont encore debout

© R. Joussaume

Figure 5 – Sakaro Soddo : plan du site à stèles phalliques en pays Gedeo à une altitude de 2 370 m

Figure 5 – Sakaro Soddo : plan du site à stèles phalliques en pays Gedeo à une altitude de 2 370 m

La file de stèles mesure 64 m de long

Relevé de Sintayehu Gobezie et A.-L. Goujon, DAO de A.-L. Goujon, 2013

28Plusieurs stèles cassées en deux ou trois morceaux gisent sur le sol. Parmi celles qui sont ­dressées, certaines présentent trois ou quatre bourrelets parallèles près de leur sommet arrondi qui sont plus ou moins ornés d’incisions verticales. Il en est une autre dont trois lignes incisées parallèles cernent partiellement la partie supérieure. L’incision inférieure s’infléchit vers le bas de la face la plus étroite de la stèle avant de s’arrondir pour remonter rejoindre son autre extrémité. De part et d’autre, deux zigzags verticaux, gravés dans le fût de la colonne (fig. 6), ressemblent à deux serpents comme il s’en trouve rarement sur des stèles éthiopiennes (Amorigé dans le Sodo à l’est du lac Abyata). Une autre pierre, couchée sur le sol, présente des gravures inhabituelles d’un cercle pointé et de courtes incisions parallèles (fig. 7). Nous ne pouvons juger de l’ancienneté de ce décor dont on ne connaît aucun parallèle parmi les stèles phalliques régionales. Après quelques sondages, la fouille complète, et suffisamment élargie, d’un tel site permettrait sans doute de se faire une idée beaucoup plus précise de ces files de pierres et de leur fonction.

Figure 6 – Sakaro Soddo : deux serpentiformes gravés sur la partie haute d’une stèle phallique

Figure 6 – Sakaro Soddo : deux serpentiformes gravés sur la partie haute d’une stèle phallique

© R. Joussaume

Figure 7 – Sakaro Soddo : Motifs gravés sur une stèle chutée

Figure 7 – Sakaro Soddo : Motifs gravés sur une stèle chutée

© R. Joussaume

29Nous savons désormais que les stèles phalliques n’étaient pas, à l’origine, dressées pour marquer une tombe individuelle mais plutôt en rapport avec une tombe principale, celle d’un personnage important, peut-être le fondateur du clan. D’autres ont pu être des marqueurs particuliers aux abords d’un habitat comme à Ofa-Sere dans le Wolayta. Quand elles sont trouvées en association avec une tombe, comme dans le niveau sous-jacent au tumulus de Tuto Fela, elles semblent être en réemploi, encore transformées par la suite en stèles anthropomorphes. Nous pouvons alors envisager soit l’évolution d’une même culture à stèles ­phalliques vers les stèles anthropomorphes, soit une nouvelle population venue occuper une partie du territoire des premiers. Mais d’où viendraientils ?

30Il reste donc de nombreuses questions entourant les différentes stèles du Sidamo et de longues études à entreprendre sur ce sujet.

Pierres dressées chez les Konso et les Gewada d'Éthiopie

31Les Konso et les Gewada sont deux peuples frères qui vivent dans les montagnes au sud du lac Chamo.

Les Konso

32Sur un territoire montagneux d’environ 2 300 km2, entre 1 500 et 2 000 m d’altitude, habitent près de 220 000 Konso. Divisés en 9 clans, ils sont répartis à l’intérieur de petites agglomérations qui peuvent compter parfois plus de 3 000 habitants. Ils vivent essentiellement d’agriculture qu’ils pratiquent sur des terrasses à flanc de montagnes soutenues par des murs en pierre sèche. Ces « villes » présentent la particularité d’être entourées de murailles de 2 à 7 m de hauteur et de plusieurs mètres d’épaisseur, percées de deux ou trois entrées. Ces places fortes autonomes, sont situées sur les hauteurs, points ­stratégiques qui permettaient de prévenir une attaque. (Hallpike 1972 ; Joussaume & Metasabia Bekele 2002-2003 ; Metasabia Bekele 2007 ; Shinohara 1993 ; Tornay 1972).

Organisation sociale

33Les Konso forment une société patriarcale et patrilocale divisée en 9 clans ayant chacun son chef religieux (poqolla), intermédiaire entre les hommes et les puissances divines dont Wak est le dieu du ciel. Il existe deux types de poqolla. Un poqolla mulga dans chaque quartier de chaque ville et trois poqolla tuma pour l’ensemble du territoire konso. Ces derniers vivent isolés dans leur enclos à l’écart des villes. Le fils aîné hérite de la charge à la mort de son père. Le plus important des trois poqolla tuma est le Kalla. Son autorité est uniquement religieuse et coutumière dans la mesure où il fait respecter les règles traditionnelles de la société. Il n’a aucun pouvoir sur l’administration des villes. Le poqolla tuma et sa femme sont enterrés dans leur forêt, près de leur enclos familial, mais les hommes et les femmes occupent deux cimetières séparés de quelques centaines de mètres.

34Les hommes des 9 clans sont répartis dans l’ensemble des villes actuellement au nombre de 34. Ils forment une société sans état. C’est le fils aîné qui hérite de son père auprès duquel il vit jusqu’au moment de sa mort où il le remplacera comme chef de famille. Les autres garçons quit­teront l’enclos familial et iront s’installer ailleurs dans la ville après leur mariage.

35La société se compose d’agriculteurs (Etenta), qui forment la classe supérieure, et d’artisans (Hawda), classe inférieure dont les membres, sans terre (tisserands, forgerons, potiers, tanneurs, bouchers), ne peuvent se marier qu’entre eux. Ces derniers ne deviendront donc pas des héros et, n’ayant pas de terre, sont enterrés dans la forêt commune près de la ville. On notera que ceux qui fabriquent les wakas (statues en bois) appartiennent à la classe dominante des fermiers. Les deux groupes, comme des membres de tous les clans, se retrouvent dans une même ville, ­marquant ainsi la complémentarité qui existe entre eux.

36Les hommes (aucune femme) sont répartis en quatre classes d’âges selon un système complexe appelé helta. De manière très schématique nous retiendrons que les enfants n’ont aucun pouvoir ; les jeunes hommes forment une génération (hela) subdivisée en deux sub-hela. Ce sont les hommes des sub-hela qui effectuent les travaux collectifs : entretien des murailles de la ville, des nombreuses terrasses agricoles, des abreuvoirs pour les animaux, des aires de battage et des routes. Ils veillent en particulier à la sécurité. Un conseil des anciens administre la ville. Ses membres sont élus parmi les hommes de la génération dégagée de leurs obligations guerrières et d’entretien. La quatrième classe est formée par les vieux qui n’ont plus aucune responsabilité.

Pierres dressées

  • 2 Nous utilisons le terme « ville » dans la mesure où ces agglomérations sur leur territoire sont aut (...)

37L’intérieur de la ville2 est parcouru de ruelles très étroites entre des murs plus ou moins hauts surmontés de fortes palissades de bois qui limitent des quartiers composés de groupes de maisons et de greniers sur pilotis. Les petites huttes circulaires au toit de chaume que surmonte un épi de faîtage fait d’une poterie défoncée, se pressent les unes contre les autres dans une enceinte familiale. Chacune d’elles est ceinturée d’une solide ­palissade, implantée obliquement dans un muret de pierre sèche, dans laquelle est pratiquée une ouverture très étroite. Ce passage, limité en largeur à celui d’un bœuf, est obstrué tous les soirs par des barres de bois transversales superposées.

38Il existe une place publique (mora) par quartier et une grande mora principale sur laquelle se dresse un haut genévrier sacré dressé là pour 18 ans, à l’occasion de la prise de responsabilité d’une classe d’âge. Sur cette place, sont alignées des pierres dressées à section polygonale. Elles peuvent dépasser 2,50 m de hauteur au-dessus du sol pour un poids de plusieurs tonnes. Ce sont des colonnes de basalte prismatiques naturelles détachées des falaises environnantes. Elles ont été transportées là, parfois sur plusieurs kilomètres, par des hommes de la deuxième classe d’âge.

39Deux types de pierres sont dressés en pays konso, dont le deuxième se subdivise en deux groupes :

  • Les dega hela, que l’on peut traduire par « pierres de générations », sont installées sur les places publiques, dressées à l’occasion du remplacement de la classe d’âge qui avait en charge la sécurité et l’entretien de la ville, par une autre. Ces changements s’effectuent tous les 7 et 11 ans pour les deux sub-hela d’une même génération (hela) qui, elle, ne sera remplacée par une autre qu’au bout de 18 ans. Ce remplacement de hela au bout de 18 ans est marqué par le dressage sur la place principale d’un grand genévrier et d’une stèle pour une génération méritante. Cet événement est associé à une cérémonie, accompagnée de chants et de danses sur la place, qui n’a lieu qu’à la suite de la mort, par les gens du hela, d’un lion ou d’un léopard dont la tête et la queue seront accrochées dans un arbre sacré au bord d’un chemin.

  • Les dega diruma sont des pierres dressées qui marquent un fait valorisant collectif ou individuel : ce sont donc des « pierres de mérite ou d’héroïsme ». Ainsi une guerre gagnée sur un ennemi sera l’occasion de dresser une pierre sur la place publique dans la suite de celles qui y sont déjà. Ces colonnes basaltiques marquantes d’un fait méritant collectif, associées aux dega hela générationnelles, forment ainsi une file de pierres dressées.

40À la mort d’un héros (hedalita) – qui se reconnaît de son vivant à ce qu’il porte une plume ­d’autruche sur la tête, des anneaux métalliques aux oreilles, aux bras et aux doigts, ainsi que des colliers de perles en ivoire et une clochette –, une dega diruma est placée près de sa tombe. Cet homme est reconnu méritant par toute la communauté, soit parce qu’il a tué un ou plusieurs ennemis au combat – l’assassinat n’est pas reconnu comme un acte héroïque, même si le mort appartient à un peuple ennemi – soit parce qu’il a occis un lion ou une panthère, voire un buffle ou un éléphant quand il en existait encore dans la région. Ces tombes de héros sont situées sur un côté de la grande place publique ou à l’entrée des villes, voire tout simplement dans les champs, au bord des ­chemins, à la vue de tous. Les dega diruma individuelles sont dressées sur la tombe du héros en même temps que des statues en bois, dites waka, mais alors que ces dernières témoignent de la reconnaissance des enfants envers leur père, c’est la reconnaissance du héros par toute la ville qui est marquée par la pierre dressée.

41Les statues en bois peintes en rouge, mélange de sang, de terre et de beurre, hautes de 1 m à 1,50 m au-dessus du sol, sont alignées par groupes plus ou moins importants sur la tombe du valeureux défunt. Le personnage central représente le héros. Il se reconnaît par sa haute stature, son sexe proéminant qu’il tient parfois d’une main, des rangées de colliers qui représentent ceux en ivoire qui, de son vivant, marquaient son statut social de héros, et de bracelets, ainsi que par une coiffure sur le devant de laquelle se dresse un objet en forme de phallus, le helecha (ou kalasha). Ce ­symbole phallique, marque de dignité et de pouvoir, n’est autorisé au héros que s’il a atteint la génération des anciens. Un héros décédé trop jeune ne peut l’avoir sur le waka qui le représente sur sa tombe. Actuellement, certains grands dignitaires portent encore cet attribut à quelques occasions, tant chez les Konso que chez leurs voisins Gewada, Borana et Gedeo. Il s’agit d’une pièce métallique en forme de phallus. Ils sont fabriqués par les forgerons konso, qui les vendent aux autres peuples du voisinage, même ceux qui ont été leurs ennemis. Cette pièce est maintenue sur le devant de la tête par un pied taillé dans un coquillage ou dans une défense en ivoire, quand il n’est pas direc­tement moulé dans le même métal. Il est fixé sur l’avant de la tête par une lanière de cuir.

42À côté de la statue du héros se trouvent ses femmes (ou plus rarement son unique femme) aux seins pendants. Sur une même ligne, d’autres ­personnages asexués sont autant d’ennemis tués au combat et émasculés par le héros. Ils ne portent aucun attribut particulier. Des lances et un bouclier représentent les armes du héros placées à son niveau. Les animaux sauvages plus ou moins stylisés, taillés dans des branches d’arbres, sont ceux tués par le héros (lions, léopards, crocodiles, buffles, éléphants, singes, etc.), placés sur le sol devant la ligne des personnages. Enfin, aux pieds du défunt, de petites pierres dressées de différentes dimensions indiquent le nombre et la taille des terrains qu’il possédait.

43Les coutumes funéraires liées au héros marquent la reconnaissance collective par la pierre dressée devant sa tombe et la reconnaissance familiale par l’alignement de statues en bois placées en arrière de la pierre au niveau du puits funéraire, le waka du héros était planté dans l’orifice de la tombe. Elles sont différentes pour un chef coutumier, le poqolla, dont la tombe est creusée dans la forêt où il rejoint ses ancêtres qui l’ont précédé dans la fonction et qui sont ses ainés familiaux. À sa mort, le corps d’un poqolla, qui est encore considéré comme malade, est pris en charge par des membres de la classe des artisans qui l’installe dans une petite hutte circulaire. Là, il sera embaumé après qu’on lui ait enlevé les viscères qui seront placées dans une poterie, enfouie dans le sol de la maisonnette. Il sera progressivement momifié. Jusqu’à récemment, il fallait attendre 9 ans, chiffre en rapport avec les 9 clans konso, avant de faire connaître officiellement la mort du poqolla. C’est le moment de procéder à son inhumation dans une cellule latérale creusée au fond d’un puits circulaire. Le corps est descendu à l’aide d’une très longue corde de fibres végétales dont l’extrémité est attachée à sa statue en bois (waka) plantée sur la tombe. Le monde des morts, souterrain, reste ainsi relié à celui des vivants sur terre. À côté du waka, représentant le poqolla décédé, est dressé un bâton annelé marquant les 9 clans, c’est le bâton du poqolla tuma. Il signale l’autorité du plus haut des poqolla, chef spirituel de l’ensemble des Konso. Un second bâton annelé indique par ses anneaux le nombre de poqolla disparus depuis qu’existe l’institution. Le décompte de ces anneaux, comme celui des pierres de générations d’une même ville, qui toutes portent un nom, permet de penser que le peuple Konso s’est ainsi organisé il y a environ 500 à 700 ans, rejoignant les dates les plus récentes obtenues pour les sites à stèles fouillés dans le sud de l’Éthiopie. Les traditions konso semblent donc être, avec des évolutions probables, dans le prolongement de coutumes qui existaient régionalement et auxquelles participaient, depuis de longs siècles déjà, ceux qui dressaient des stèles.

Exemple actuel de transport et de dressage d’une pierre en pays Konso

44Des estimations ont été publiées au sujet des moyens mis en œuvre dans le passé et du temps nécessaire pour le transport et le dressage manuels des pierres des monuments mégalithiques dans différents pays du monde et plus spécialement pour ceux de l’ouest du lac Turkana au Kenya ­précédemment évoqués (Hildebrand et al. 2011). Rien ne remplace cependant l’observation directe telle que nous allons la présenter maintenant.

45En pays Konso (Éthiopie), Metasebia Bekele a assisté à un tel exercice à l’occasion de la mise en place d’une pierre dressée qui devait marquer la fin du temps de service d’une classe d’âge (Metasebia Bekele 2007 :116-123). Nous résumons ici l’essentiel de l’opération qui fut entièrement filmée par son équipe.

  • 3 On ne nous dit malheureusement pas comment un tel équipage a pu monter dans les ruelles très étroit (...)

46La pierre à transporter était un prisme basaltique long de 2,60 m dont le poids fut estimé à 2,5 tonnes. Un brancard est aménagé à l’aide de cinq perches de bois longues de 3,60 m. Trois des perches sont disposées sur le sol dans le sens de la longueur de la pierre et les deux autres transversalement. La pierre, roulée sur le brancard, est solidement arrimée avec des cordes. Environ 200 personnes participèrent à son transport sur près de 5 km pour atteindre la fosse creusée sur la place publique de l’agglomération muraillée où elle devait être dressée (Dokatu). Au cours de son voyage, la pierre, transportée par 25 à 30 ­personnes à la fois, selon la coutume, ne devait pas toucher le sol. Le changement de porteurs se fit à tour de rôle selon un rythme bien établi tout en se déplaçant. Il ne fallut que 1 h. 15 pour effectuer le trajet, accompagné de chants et de danses par tous les hommes3.

47La fosse qui devait recevoir la pierre était profonde de près de 90 cm. Placée dans la file des autres pierres déjà dressées sur la place, la colonne de basalte sera donc haute de 1,70 m au-dessus du sol.

48Arrivée devant la fosse sur laquelle elle est ­alignée, la pierre est déposée sur le sol. Elle est alors désunie de son brancard et seule une perche transversale est maintenue à sa partie supérieure. C’est grâce à elle que les hommes levèrent l’extrémité supérieure de la pierre, aidés d’une autre équipe qui la poussait par l’intermédiaire d’une perche en bois. En même temps, deux autres équipes de part et d’autre tiraient en avant sur des cordes fixées à la pierre jusqu’à ce que celle-ci atteigne la position verticale, calée dans sa fosse avec des pierres.

  • 4 Cas des pierres dressées actuellement qui peuvent donc toutes être érigées par cette technique.

49C’est une technique que nous avons de nombreuses fois utilisée pour redresser dans leur fosse d’origine des pierres tombées avec le temps à Tiya, à Tuto Fela et à Chelba Tutitti. Elle est facile à mettre en œuvre pour des pierres qui ne dépassent pas 2,50 m de longueur4 mais nous ne savons pas quels ont été les moyens employés pour dresser des pierres de 5, 6 voire 8 et 9 m de longueur, cas de certaines stèles phalliques du Sidamo (Éthiopie). Il fallait très certainement construire des échafaudages ou aménager des rampes ce qu’il faudra rechercher lors de futurs études de terrain.

Les Gewada

50Les Gewada partagent beaucoup de points communs avec leurs voisins Konso. Les spécialistes pensent d’ailleurs que les Gewada sont en partie à l’origine des Konso. Comme eux, ils sont répartis en 9 clans ayant à leur tête un chef religieux qui, ici, s’appellera Pogolho au lieu de Poqolla. À un clan Konso correspond un clan Gewada. Ils croient aussi en un dieu unique (haliko) et la société se divise en quatre classes d’âge. On note cependant des différences assez marquées dans les coutumes funéraires qui nous intéressent plus spécialement.

51À la mort d’un héros, sa tombe est creusée sur ses terres, signalée par une pierre dressée amé­nagée par les hommes (fig. 8) et non une colonne basaltique comme chez les Konso. Cette pierre peut être peinte de bandes horizontales et ­ver­ticales ce qui n’est jamais le cas chez les voisins. Une deuxième pierre est dressée sur la place du clan, parfois loin de la tombe, dans la suite de celles qui s’y trouvent déjà formant un véritable alignement (fig. 9). Notons que cette deuxième pierre peut être dressée longtemps après la mort du personnage et donc longtemps après la première. Aucune statue en bois n’accompagne ces pierres mais plusieurs pierres sont dressées sur la tombe. À côté de la stèle du héros (hasale), qui atteint souvent plus de 2 m de hauteur, une plus petite représente sa femme ou ses femmes (s’il y en a plusieurs), de part et d’autre de la grande. Une autre pierre, plus petite encore, placée devant la stèle du héros, représente le collier de perles qu’il portait de son vivant, symbole de son héroïsme. Chez les Konso, ce collier est représenté sur le waka au cou de la statue en bois.

Figure 8 – Pierre dressée sur la tombe d’un Gewada récemment décédé

Figure 8 – Pierre dressée sur la tombe d’un Gewada récemment décédé

On y remarque en particulier les peintures rouges de bandes parallèles qui recoupent une bande verticale de même couleur. C’est un décor absolument semblable qui fut trouvé à Chelba-Tutitti sur une stèle associée à la fosse mise en évidence sous le tertre

© J.-P. Cros

Figure 9 – Gewada : alignement de pierres dressées représentant chacune une personne du même clan dont la tombe a été aménagée dans un de ses champs

Figure 9 – Gewada : alignement de pierres dressées représentant chacune une personne du même clan dont la tombe a été aménagée dans un de ses champs

Sur sa tombe est dressée la pierre le représentant, associée à une ou deux autres pierres plus petites qui représente(nt) sa ou ses femmes et à une autre, encore plus petite, placée devant les premières, qui symbolise le collier qu’il portait de son vivant comme marque de son statut

© R. Joussaume

52Pour l’enterrement qui a lieu peu de temps après sa mort, le corps est enduit de beurre et enveloppé d’un tissu de coton de fabrication locale, puis il est descendu dans la tombe et déposé sur une peau de vache étendue sur le sol de la cellule latérale.

53Le Pogolho a droit à plus d’égards. Comme le Poqolla des Konso, son corps sera momifié et plusieurs années pourront s’écouler avant qu’on le descende dans sa tombe, paré d’un vêtement très coloré et enroulé dans une peau de vache. Une plaque de fer l’accompagne dans sa tombe qui est collective dans la mesure où tous les Pogolho d’un même clan sont déposés dans des niches latérales desservies par un même puits.

54Les Gewada enterrent leurs morts la tête tournée vers l’ouest, côté du soleil couchant, celui de la fin du jour, alors que le Konso dans sa tombe regarde du côté opposé à son village.

55Ces deux peuples voisins, qui revendiquent une origine commune décelable dans leur organisation sociale et leurs croyances, ont cependant des coutumes funéraires bien différentes dont les vestiges troubleraient tout archéologue non averti de ces pratiques.

56Comment interpréter ces files de pierres ­dressées chez les Gewada ? Comment comprendre que ­chacune des pierres qui les composent est le cénotaphe d’une tombe aménagée ailleurs dans la nature, signalée par d’autres pierres qui ont un sens bien spécifique ? Comment réaliser que ces tombes ont leur correspondant exact sur le territoire voisin, chez les Konso, où des alignements de pierres dressées sur la place publique ont une tout autre signification liée à une génération honorée ou à une bataille gagnée sur un ennemi ?

Synthèse et conclusion

57Un mégalithisme de pierres dressées est reconnu dès le iiie millénaire avant notre ère autour du lac Turkana au Kenya dont on ignore l’objectif des auteurs. Ce sont des dates équivalentes à celles attribuées à ce même phénomène en péninsule arabique, au Yémen en particulier. Toutefois au Yémen les hommes pratiquaient déjà la métallurgie du bronze dès ce iiie millénaire alors que dans le sud de l’Éthiopie et au nord du Kenya, les peuples sont des pasteurs, éleveurs de bovins, qui se déplacent sur un territoire au rythme des saisons. Ces derniers paraissent n’avoir connu l’agriculture que très tardivement, peut-être pas avant le début de notre ère.

58Dans le sud de l’Éthiopie, une industrie microlithique en obsidienne faite de triangles, de segments et de nombreux trapèzes à bords abattus, paraît associée à des haches polies sur les sites à stèles phalliques dont certains pourraient être antérieurs au xe siècle de notre ère mais restent assez mal datés dans leur ensemble. Ces groupes de stèles, plus ou moins importants, sans doute attachés à un culte phallique (Mattelaer 2000), semblent être en rapport avec la tombe d’un personnage vénéré.

59Enfin, avec les Konso et les Gewada, installés dans les montagnes au sud du lac Chamo, ce sont des peuples d’agriculteurs dont l’histoire remonte à 500 ou 600 ans, qui élèvent encore des pierres à certaines occasions et perpétuent un culte phallique. Les Konso dressent des files de pierres sur leurs places publiques dont les éléments marquent un exploit collectif (gain d’une bataille contre un ennemi, changement de classe d’âge dont le mérite est ainsi reconnu) et une stèle sur la tombe d’un homme valeureux. Les Gewada voisins dressent une pierre dans le prolongement d’autres déjà existantes sur la place du clan, pour signaler un personnage méritant dont la tombe, dans un champ parfois loin de là, est également marquée d’une stèle associée à celle(s) de sa ou ses femmes.

60Ces trois études de cas sont intéressantes pour leur valeur propre mais plus encore, pour ce que peuvent en retenir les archéologues qui ont beaucoup de peine à concevoir qu’une société égalitaire puisse réaliser de grands travaux collectifs comme édifier d’imposantes murailles où des monuments mégalithiques, ou que des biens de prestiges peuvent circuler entre des peuples ennemis comme le kalasha des Konso qui se retrouve jusqu’en pays Borana et Gedeo. Ici seul le mérite est reconnu soit individuel, pour un guerrier par exemple, soit collectif pour toute une classe d’âge qui aura bien accompli son devoir au cours de ses 18 années de charge. Il semblerait que ces sociétés, dites animistes parce que leur dieu n’était pas celui des religions établies, soient passées du pastoralisme à des sociétés agricoles sans jamais avoir connu de hiérarchisation basée sur le pouvoir d’un chef.

Haut de page

Bibliographie

Anfray F. (1982) – Les stèles du sud. Shoa et Sidamo. Annales d’Éthiopie, t. XII, p. 5-225.

Azais R. P. & Chambard R. (1931) – Cinq années de Recherches Archéologiques en Éthiopie ; Province du Harar et Éthiopie méridionale. Librairie Orientaliste Paul Geuthner, 2 vol., Paris.

Cros J.-P., Bernard R. & Joussaume R. (2006) – Tumulus et pierre dressées dans la région de Las Geel (Somaliland). Afrique : Archéologie & Arts, n° 4, p. 109-124.

Doyle L. & Wilcox J. (1986) – Statistical Analysis of Namoratunga: An Archæ oastronomical Site in Sub-Saharan Africa ? Azania, vol. XXI, p. 125-129.

Hallpike C. R. (1972) – The Konso of Ethiopia; A study of the Values of a Cushitic People. Oxford University Press.

Hildebrand E. A., Shea J. J. & Grillo K. M. (2011) – Four middle Holocene pillar sites in West Turkana, Kenya. Journal of Field Archaeology, vol. 36, n° 3, p. 181-200.

Joussaume R. (2007) – Tuto Fela et les stèles du sud de l’Éthiopie. ADPF, éd. Recherches sur les civilisations, Paris.

Joussaume R. (2012) – Les cimetières superposés de Tuto Fela en pays Gédéo (Ethiopie), et quelques réflexions sur le site de Chelba-Tutitti. In : Fauvelle-Aymar Fr.-X. (dir.), Palethnologie de l’Afrique, P@lethnologie, n° 4, p. 87-110.

Joussaume R., Cros J.-P. & Bernard R. (2010) – Chelba-Tutitti : site à stèles phalliques du sud de l’Éthiopie. Afrique : Archéologie & Arts, n° 6, p. 85-100.

Joussaume R. & Metasebia Bekele (2002-2003) – Méga­lithisme chez les Konso (Éthiopie). Afrique : Archéologie & Arts, n° 2, p. 85-96.

Lynch B. M. & Donahue R. (1980) – A statistical Analysis of Rock-Art sites in Northwest Kenya. Journal of Field Archaeology, vol. 7, p. 75-85.

Lynch B. M. & Robbins L. H. (1978) – Namoratunga: the First Archaeoastronomical Evidence in Sub-Saharan Africa. American Association for Advencement of Science, vol. 200, p. 766-768.

Mattelaer J. J. (2000) – Le phallus dans l’art et la culture. Groeninghe Éditions, Pana.

Nelson C. M. (1995) – The Work of the Koobi Fora Fiels School at Jarigole Pillar site. Kenya Past and Present, n° 27, p. 6-12.

Shinohara T. (1993) – The Symbolic Meaning of the Pot on the Roof. A Case Study of the Konso in Southern Ethiopia. Japan Association for Nilo-Ethiopian Studies, n° 1, p. 57-73.

Soper R. (1982) – Archaeoastronomical Cushites: Some Comments. Azania, vol. XVII, p. 145-165.

Soper R. & Lynch M. (1977) – The Stone-circle Graves at Ng’amoritung’a, Southern Turkana District, Kenya. Azania, vol. XII, p. 193-208.

Tornay S. (1972) – Compte rendu de Hallpike C. R. (1972), The Konso of Ethiopia; A study of the Values of a Cushitic People, Oxford University Press, L’Homme, t. 12, n° 3, p. 133-138 (www.persee.fr).

Mémoires universitaires inédits

Abyot Seifu Debede (2007) – Le site à stèles de Chelba-Tutitti. Mémoire de master de l’université d’Addis-Abeba.

Goujon A.-L. (2013) – Mégalithes en pays Gedeo, master de l’université de Lyon.

Metasebia Bekele (2007) – Pierres dressées et coutumes funéraires dans les sociétés Konso et Gewada du sud de l’Éthiopie, Thèse de l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, Paris.

Haut de page

Notes

1 Des cercles de pierres dressées limitant une surface empierrée nous sont également connus au Somaliland, n’ayant encore fait l’objet d’aucune investigation (Joussaume 2007 : fig. 236 ; Cros et al. 2006).

2 Nous utilisons le terme « ville » dans la mesure où ces agglomérations sur leur territoire sont autonomes, dirigées par un conseil des anciens choisi parmi les membres de la troisième génération.

3 On ne nous dit malheureusement pas comment un tel équipage a pu monter dans les ruelles très étroites de la ville fortifiée.

4 Cas des pierres dressées actuellement qui peuvent donc toutes être érigées par cette technique.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 1 – Chelba-Tutitti : ensemble des stèles mises en évidence après enlèvement des terres du tertre
Légende Plusieurs lignes de pierres apparaissent, plus particulièrement celle qui borde l’ensemble en haut du cliché
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 2 – Chelba-Tutitti : stèles partiellement recouvertes par le tertre dont un témoin est visible (à gauche), associé à une pierre dressée
Légende Au premier plan se distingue une file courbe de stèles à partir de celle encore en place
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 3 – Chelba-Tutitti : alignement sur la grande stèle dressée décorée, de bases de pierres dressées qui limitent à l’est l’ensemble des stèles de ce secteur
Légende La section transversale de la moitié du tertre apparaît au pied de la stèle en place
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 4 – Sakaro Soddo : file de stèles phalliques, de 64 m de long, dont plusieurs sont encore debout
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 5 – Sakaro Soddo : plan du site à stèles phalliques en pays Gedeo à une altitude de 2 370 m
Légende La file de stèles mesure 64 m de long
Crédits Relevé de Sintayehu Gobezie et A.-L. Goujon, DAO de A.-L. Goujon, 2013
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 6 – Sakaro Soddo : deux serpentiformes gravés sur la partie haute d’une stèle phallique
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Figure 7 – Sakaro Soddo : Motifs gravés sur une stèle chutée
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 8 – Pierre dressée sur la tombe d’un Gewada récemment décédé
Légende On y remarque en particulier les peintures rouges de bandes parallèles qui recoupent une bande verticale de même couleur. C’est un décor absolument semblable qui fut trouvé à Chelba-Tutitti sur une stèle associée à la fosse mise en évidence sous le tertre
Crédits © J.-P. Cros
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 9 – Gewada : alignement de pierres dressées représentant chacune une personne du même clan dont la tombe a été aménagée dans un de ses champs
Légende Sur sa tombe est dressée la pierre le représentant, associée à une ou deux autres pierres plus petites qui représente(nt) sa ou ses femmes et à une autre, encore plus petite, placée devant les premières, qui symbolise le collier qu’il portait de son vivant comme marque de son statut
Crédits © R. Joussaume
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/313/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Joussaume, « Files de pierres dressées dans le sud de l'Éthiopie et au nord du Kenya », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 85-99.

Référence électronique

Roger Joussaume, « Files de pierres dressées dans le sud de l'Éthiopie et au nord du Kenya », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://aaa.revues.org/313 ; DOI : 10.4000/aaa.313

Haut de page

Auteur

Roger Joussaume

UMR 7041, ArScAn, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre cedex (France), Joussaume.r@orange.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org