Navigation – Plan du site

Pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : décryptages et révisions

Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Alain Gallay
p. 67-84

Résumés

À l’occasion de la fouille du site de Wanar, la reprise, dans une problématique anthropologique, de quelques documents anciens sur le mégalithisme sénégambien montre la complexité et la variabilité des pratiques funéraires. Des indices directs et indirects de constructions présentes autour du ou des cadavres profonds peuvent être interprétés comme de possibles « maisons des morts ». Dans au moins un cas, des arguments anthropologiques existent pour un maintien de l’accès à la structure funéraire. Des morts d’accompagnement sont présents dans certains monuments, mais cela ne semble pas être la majorité des cas rencontrés. Ailleurs, des fosses relativement étroites contiennent de nombreux corps « frais » déposés simultanément, avec une impos­sibilité d’identifier un sujet principal qui ­correspond peut être à une réelle absence. Pour d’autres cas encore, des ossements humains en position secondaire, situés dans de grandes fosses ou des fosses étroites de type silo, se superposent aux restes partiels et difficilement lisibles de sépultures primaires. Toutes ces observations nous amènent à élaborer de nouveaux modèles de fonctionnement pour ces structures funéraires.

Haut de page

Texte intégral

Données de la recherche

Premier état de la documentation

1Les données anthropologiques disponibles et publiées concernent dix cercles mégalithiques (dont deux « doubles »), deux « tumulus pierriers », deux « cercles pierriers » et trois « tumulus », selon la typologie autrefois proposée par les chercheurs qui en ont fouillé le plus grand nombre à Sine-Ngayène, Tiékène-Boussoura, Kodiam et Sara-Diouldé (1974 ; Thilmans & Descamps et al. 1980). Le monument de Mbolop Tobé fut étudié par l’équipe d’A. Gallay (Gallay et al. 1982). Trois autres monuments de Sine Ngayène furent également fouillés par Augustin Holl et Hamady Bocoum (Holl & Bocoum 2006 ; Holl et al. 2007). S’y ajoutent quatre autres monuments en cours de fouilles sur le site de Wanar. Tous ces travaux ont donné lieu à des publications dans lesquelles l’anthropologie tient une place non négligeable quant aux interpré­tations proposées.

Hypothèses interprétatives

2Le modèle élaboré par G. Thilmans et C. Descamps proposait de voir dans ces monuments la sépulture d’un personnage important accompagné d’un nombre plus ou moins abondant de personnes « sacrifiées » à l’occasion de son inhumation (Thilmans et al. 1980). Le creusement de la fosse sépulcrale (dont la présence est dans la grande majorité des cas seulement déduite à défaut d’avoir été observée) est suivi par le dépôt d’un défunt considéré comme principal. On ­installe ensuite les sujets supposément « sacrifiés » dans la masse du comblement, puis enfin on construit les architectures funéraires. Tous ces gestes procèderaient d’un même geste funéraire. Dans la publication de Mbolop Tobé, A. Gallay maintient ces bases interprétatives (Gallay et al. 1982). Précisons qu’aucun «tumulus» n’avait été fouillé de façon aussi détaillée avant celui de Santhiou Kohel.

3La fouille récente d’A. Holl et de H. Bocoum à Sine Ngayène II a mis au jour dans le double cercle mégalithique 27 des dépôts humains constitués exclusivement d’ossements en position secondaire. Il en est de même pour les fouilles en cours sur les monuments I et XIX de Wanar, mais avec une différence importante dont nous parlerons plus loin. Dans des travaux plus récents, A. Gallay introduit la notion de morts d’accompagnement développée par Alain Testart (Testart 2004a, 2004b). Les « sacrifiés » décrits par de G. Thilmans et C. Descamps deviennent alors des « accompagnants », placés dans une perspective d’anthropologie sociale ­élargie (Gallay 2006, 2010, 2011b). Il s’appuie pour cela sur une analyse extrêmement documentée des sociétés précoloniales en Afrique de l’Ouest sub-saharienne (Gallay 2010, 2011a).

Un renouvellement en cours des bases documentaires

4Les observations effectuées sur les contextes de dépôts, et la mise en œuvre d’une méthodologie appropriée pour l’étude des restes humains, nous amènent à modifier notre compréhension de ces structures. À Wanar, la mise en oeuvre de la fouille à la fin de la saison des pluies permet de lire les stratigraphies. Parallèlement, l’application des méthodes de l’anthropologie de terrain déve­loppées par Henri Duday (Duday 1995, 2006 ; Duday et al. 1990) permet une lecture plus fine des restes humains, en particulier des milieux de décomposition du cadavre. De plus, une révision critique des anciens travaux nous amène à pon­dérer l’homogénéité et la contemporanéité de ­certaines séquences sépulcrales.

5La mise en évidence du dépôt de cadavres au sein de fosses de type silo supposait l’existence d’un espace vide, accessible pendant quelque temps au moins avant d’être totalement comblé ; ce fait est corroboré à Wanar par les études anthropologique et taphonomique des ossements humains sur le terrain. Parallèlement, l’idée s’est peu à peu imposée que le dispositif architectural en pierre bâti au-dessus du sol pourrait lui même avoir été construit un peu à l’image d’une maison des morts (Laporte et al. 2012). Déjà trente ans auparavant certains auteurs avaient tenté d’établir un parallèle avec des pratiques sépulcrales encore en vigueur aujourd’hui localement et qui s’accompagnent d’un déplacement du toit ou de la maison du défunt (Becker & Martin 1982). Une révision des données disponibles pour d’autres sites du mégalithisme sénégambien suggère effectivement la présence de structures en matière périssable déli­mitant un espace vide autour du ou des cadavres, en dessous du niveau du sol, dans la fosse où ils furent déposés.

Premiers indices

6En reprenant la littérature et les documents à notre disposition, plusieurs sites semblent livrer des arguments qui vont dans ce sens : nous rappellerons ces données déjà présentées à l’occasion du XIIIe Congrès de l’Association Archéologique Panafricaine de Préhistoire et des Disciplines Associées (PANAF) qui s’est tenu à Dakar en 2010, en nous concentrant sur les deux exemples les plus indiscutables. Des indices existent également dans les monuments 8, 10 et 18 de la nécropole de Tiékéné Boussara (Thilmans & Descamps 1975).

Une « maison funéraire » aux parois en pierre : le monument 1 de Tiékène Boussara

7Il s’agit d’un cercle mégalithique de 8 m de diamètre qui comporte 35 monolithes, avec une pierre lyre frontale présente dans le secteur est-sud-est (Thilmans & Descamps 1974 : 449). Au centre du cercle de pierres, et à 0,60 m de profondeur, une double rangée de monolithes dressés a été mise au jour. Orientée est-ouest, elle comprend 5 et 4 pierres respectivement sur ses côtés sud et nord (Thilmans & Descamps 1974 : 454). De longueurs différentes, elles ont été implantées de manière à ce que leur partie supérieure soit strictement à l’horizontale, délimitant ainsi un espace de 1,60 m sur 0,80 m dans lequel avait été déposé un unique sujet.

  • 1  Rappelons que lorsqu’un cadavre se décompose en espace vide, on ne retrouve pas tous ses os en dés (...)

8C’est cette structure qui nous avait en premier interpellé lors de nos travaux bibliographiques : quelle pouvait être la fonction de ces monolithes implantés au fond de la fosse, si ce n’est de protéger le défunt déposé entre les deux rangées de pierres ? Nous proposons donc d’interpréter ces vestiges comme ceux d’une construction qui limite et protège le dépôt funéraire. Elle pourrait avoir supporté une couverture en matériaux périssables, telle une véritable « maison funéraire ». Après comblement de la fosse (ici encore une fois supposée), le remplissage par les sédiments d’infiltration de l’espace vide qui résulte de cette construction, et le colmatage total du corps lui-même, a été probablement progressif. On peut ainsi comprendre ce que les auteurs décrivent au niveau des restes osseux et qui semblait paradoxal : le maintien de connexions pour certaines parties du squelette, qui ont dû être rapidement recouvertes de sédiment, et le déplacement en dehors du volume ­initial du cadavre pour d’autres parties (membres inférieurs, crâne) pour lesquelles le comblement semble avoir été différé1.

Une protection en matériaux périssables pour les défunts : le monument n° 9 de Tiékène Boussoura 

9Il s’agit d’un cercle de pierres dressées doublé d’un péristalithe (13 monolithes pour le cercle interne, 26 pour le cercle externe) qui possède une double ligne frontale (Thilmans & Descamps 1975 : 284). Six squelettes ont été découverts sous ce monument, deux en profondeur, un enfant situé un peu plus haut, et trois autres sujets en position plus superficielle. Les sujets profonds et centraux sont très imbriqués (Thilmans & Descamps 1975 : 292). Ils ont tous les deux leur tête au sud-est. Le premier apparaît couché sur le dos, membre supérieur droit en abduction, le gauche le long du corps, les membres inférieurs en « losange » (cuisses en abduction, genoux fléchis). Le second individu repose sur le côté droit, mem­bres supérieurs et inférieurs fléchis. Plusieurs superpositions osseuses montrent que l’on a d’abord installé le sujet déposé sur le côté, puis celui allongé sur le dos : genou gauche superposé au bassin, jambe droite sur la partie proximale des jambes, et bras gauche sur les avant-bras et les coudes.

10Quelques observations posent problème : les déplacements du tibia gauche du sujet déposé sur le dos par rapport à l’extrémité distale du fémur homolatéral (il est situé plus bas par effet de porte-à-faux sur le bassin du deuxième sujet) ; le glissement du tibia droit par rapport à la fibula homolatérale et la présence d’une forte disjonction face-calvarium. Ce sujet ayant été déposé en second, son agencement ne peut avoir été perturbé. Il existait donc fort probablement autour de cette sépulture une structure en matériaux putrescibles qui a ménagé, au moins pendant un certain temps, des espaces vides à l’origine de ces déplacements.

11Quatre autres squelettes ont été mis au jour dans ce monument : ceux d’un enfant de 11 ans, une quinzaine de centimètres plus haut que les sujets centraux mais au nord du cercle, d’un individu situé au sud-est des deux sujets profonds, et de deux autres en périphérie au sud et à l’est ; ces trois derniers individus sont superficiels. Comme à Sarré Diouldé, l’interprétation proposée est celle d’un cône de terre recouvrant le dispositif sépulcral construit au fond d’une large fosse : le sujet déposé plus près du « centre » du monument se trouve de fait plus haut que les trois autres déposés en périphérie. Si l’on suit cette ­proposition, on peut dès lors imaginer que ces trois sujets sont des accompagnants, à l’instar de l’enfant, assez proche des deux sujets centraux, et qui aurait été déposé au cours de la construction du tertre.

12De même qu’à Tiékéné Boussara, la présence d’une structure bâtie en matériaux périssables autour des deux sujets les plus profonds peut être ainsi attestée. En revanche, l’inter­prétation comme « accompagnants » des trois ­individus situés plus haut dans le remplissage et de l’enfant reste largement tributaire de la mor­phologie de creusements et de modes de comblement qui n’ont pas été directement observés sur le terrain.

Le tumulus de Mbolob Tobé à Sathiou Kohel

13De tels éléments nous ont amenés à reprendre en détail l’étude de la sépulture dégagée par A. Gallay sur le site de Santhiou Kohel, non loin du site de Sine Ngayène. Il s’agit d’une fosse à comblement tumulaire (n° 43), entourée de quatre fossés concentriques, dont le plus externe mesure 24 m de diamètre. Elle est précédée à l’est d’une unique pierre frontale à bouton (Gallay et al. 1982).

14La fosse sépulcrale contenait trois inhumations centrales et profondes, extrémités céphaliques orientées à l’est : elles étaient accompagnées d’un chien décapité (fig. 1). La qualité du travail de ­terrain et la documentation disponible permettent de décrypter en détail les données de la fouille, en particulier la chronologie des dépôts humains.

Figure 1 – Monument de Mbolop Tobé : sépulture centrale renfermant trois individus et un chien

Figure 1 – Monument de Mbolop Tobé : sépulture centrale renfermant trois individus et un chien

Photo © A. Gallay ; DAO J.-P. Cros

  • 2 Déduction faite d’après la position des membres inférieurs et des extrémités proximales des deux f (...)
  • 3 L’étude précise de la position du corps du chien a été réalisée par Jean-Paul Cros, aidé de Lisand (...)

15Le premier sujet déposé est le n° 2, dont il ne subsiste que le membre inférieur gauche et quelques restes du pied droit, le tout dans une position compatible avec un dépôt couché sur le côté gauche, genoux fléchis. En même temps (ou rapidement après) on a déposé le sujet n° 1 : ses membres inférieurs, croisés au niveau des jambes (liées ?), ont été installés sur ceux du premier sujet, le reste de son corps probablement superposé à lui. Ce sujet n° 1 était certainement couché sur le dos et légèrement sur le côté gauche2, mais il ne reste presque rien du haut des deux corps. Des restes crâniens très partiels, situés à distance cohérente avec la position initiale supposée de sa tête, pourraient appartenir tout aussi bien à l’un ou l’autre des individus. Un chien décapité accompagne ces deux sujets : son crâne et tout ou partie de sa patte arrière droite sont partiellement engagés sous les pieds des deux sujets, alors que le reste de son corps, à distance, est allongé ventre contre terre à l’avant des deux cages thoraciques (fig. 1 ; position détaillée en annexe)3.

16Un troisième sujet, le n° 3 du plan, est également présent : ne sont conservés que ses membres inférieurs, genoux fléchis. Il a été installé certainement couché sur le côté gauche, contre le premier individu déposé, et parallèle à lui, juste derrière, avec une flexion similaire des genoux. Cette inhumation a entraîné le déplacement d’une fibula et d’un humérus appartenant aux premiers inhumés, ossements que l’on retrouve pour le premier sous le tibia gauche, et pour le second entre les jambes de ce troisième individu : la fibula est celle du sujet 2, il s’agit de la droite ; l’humérus peut appartenir au sujet 1 ou au sujet 2. Les données de la fouille montrent donc des déplacements osseux qui ne peuvent être expliqués que par la mobilisation de certaines parties du corps largement décomposé des deux premiers inhumés lors du dépôt plus tardif d’un nouvel arrivant. Le dépôt de l’individu n° 3 s’est donc fait très à distance de l’installation des premiers sujets, à un moment où la décomposition avait déjà grandement fait son œuvre. On ne peut expliquer autrement le déplacement de ces deux os, et le fait qu’ils aient été trouvés « intégrés » dans les jambes du dernier individu déposé.

  • 4 En dehors du déplacement et de la position aberrante de la fibula et de l’humérus, pour les autres (...)

17Ces inhumations décalées dans le temps impliquent le maintien de l’accès aux corps, donc au fond de la fosse, et l’absence du premier tertre de recouvrement au moins pendant plusieurs semaines. Il faut donc ajouter une phase à l’histoire de ce monument de Mbolob Tobé : celle d’une structure en matériaux périssables qui protégeait les deux premiers corps déposés et les restes du chien, véritable « maison des morts », et également le maintien d’un espace de circulation qui a permis d’accéder à cet espace funéraire pour y déposer un nouvel arrivant4.

18Le sujet n° 1, déposé en second mais inscrit dans le même geste funéraire que celui opéré pour le sujet qu’il recouvre, peut être envisagé comme un accompagnant ; de plus, la position croisée des jambes laisse supposer la présence de liens. Le statut du dernier déposé n’est pas évident : ce n’est probablement pas un accompagnant car nous nous situons longtemps après les premières inhumations. Il s’agit peut-être d’un proche du sujet n° 2 qui a été volontairement déposé également en position couchée sur le côté gauche, derrière lui et tout contre. Mais on pourrait imaginer que ce troisième individu soit un sujet véritablement sacrifié (et pas un accompagnant) au moment où on décide de condamner cette structure en la recouvrant de terre, dans l’hypothèse bien sûr où ces gestes sont contemporains…

19Il existe donc diverses phases de construction des fossés : la première au fond de la fosse, dont les matériaux vont servir à l’édification du tertre central et à la condamnation de la structure. À cette occasion, on détruit certainement la maison funéraire, dont aucune trace n’a été mise en évidence au cours de la fouille. Puis sont creusés ­successivement quatre fossés concentriques. Le temps écoulé entre ces différentes phases est très difficile à appréhender, mais il semble s’agir d’actes « planifiés ».

20La mise en place de la pierre frontale est probablement contemporaine du dernier des quatre fossés puisqu’elle tient compte de cette structure la plus excentrique. Elle a été érigée alors que le fossé externe était encore largement ouvert. Les tessons d’une poterie rituelle à pâte blanche et à fond perforé, déposée à son pied, se trouvaient en effet épars sur son sol d’érection et au fond du fossé. Plus tard, les restes d’une seconde poterie rituelle à pâte rouge se sont trouvés dispersés entre le pied de la frontale et la surface du fossé presque totalement comblé. Par leur moindre ­fragmentation, ces deux poteries se distinguent clairement du reste du matériel trouvé dans la masse des tumulus successifs.

21On notera que la fouille de la sépulture ­centrale, trop limitée en surface, n’a pas permis de mettre en évidence d’éventuelles structures construites qui auraient pu être signalées par des trous de poteaux. Par contre, aucune fosse n’a été décelée et l’on peut admettre que les corps ont été déposés à la surface du sol. L’hypothèse d’un édifice funéraire temporaire a d’autre part l’avantage de ­fournir une explication éventuelle au sujet des très nombreux tessons de céramiques dispersés dans la masse des tumulus, une situation qui avait beaucoup intrigué les fouilleurs. On peut en effet se demander si ce matériel n’est pas issu de poteries déposées dans ou autour de la construction provisoire, poteries qui auraient été volontai­rement détruites et dispersées au moment de la construction des tumulus.

Implications quant à la variabilité des pratiques funéraires

22Nous savons que l’hypothèse de G. Thilmans et C. Descamps faisait de ces structures des sépultures de personnages importants entourés de « sacrifiés ». Mais nous allons voir qu’il existe en fait une grande diversité des modes funéraires. En effet, une reprise des données disponibles dans la bibliographie, comme le fruit des derniers travaux effectués sur le terrain, mettent en exergue un plus grand éventail des pratiques funéraires associées au mégalithisme sénégambien que l’on ne pouvait l’imaginer jusqu’à présent.

23Le tableau 1 montre la grande variabilité des cas rencontrés dans les monuments étudiés à ce jour. Le modèle « sujet principal central et profond » avec beaucoup d’individus « périphériques et plus superficiels » n’existe pas. Sur une vingtaine de monuments pris en compte dans cette analyse (1/1000 des monuments recensés à ce jour dans l’aire sénégambienne), moins de la moitié d’entre eux seulement recouvre une sépulture individuelle en position centrale, avec la présence d’un sujet périphérique dans un cas sur deux ! Quatre autres monuments contiennent plusieurs sujets centraux (2 ou 3) avec la présence, dans trois cas sur quatre, de 2 à 7 sujets périphériques ou plus superficiels. Trois monuments protègent un nombre beaucoup plus élevé (une dizaine ou plusieurs dizaines) de sujets imbriqués avec, dans deux cas sur trois, un nombre très variable de sujets périphériques ou superficiels.

Tableau 1 – Monuments fouillés en Sénégambie avec le nombre, le type et l’emplacement des dépôts funéraires

Sépulture individuelle + (M. funéraire)

Sujet central et/ou profond

Sujets périphériques et/ou superficiels

Ossements en position secondaire

Grande Fosse

Fosse étroite

Accompag.

T.Boussoura 1

?

T.Boussoura 4

1

1

?

T.Boussoura 6

1

1

?

T.Boussoura 8

1

1

?

T.Boussoura 9

2 (M. funéraire)

4

+

T.Boussoura 10

1

1

?

T.Boussoura 18

+

T.Boussoura 19

+

S.Ngayène 01

+

S.Ngayène 02

+

Mbolop Tobé

3 (2+1)

1

+

S.Ngayène 25

24 (1? +16+7)

4

2?

+

S.Ngayène 27

+++

probables

S.Ngayène 28

59

1

S.Ngayène 32

3 (1+2?)

7 (2+5)

?

Kodiam 17

2

2

+

Saré Diouldé

11

44

1 probable

?

Wanar I

1 ou 2

+++

2

J.-P. Cros

24Trois monuments enfin ne semblent recouvrir que des ossements en position secondaire. Nous allons insister un peu sur ce point, car le ­monument I de Wanar a livré des informations nouvelles à ce sujet. Le cercle double 27 de Sine Ngayène a été le premier à livrer cette information. Mais l’implication anthropologique sur le terrain ne semble pas avoir été véritablement suffisante, au vu des éléments publiés, pour pouvoir mettre en évidence des indices très tenus de connexion, ou la présence, au moins au fond de certaines fosses, de témoins fugaces de sépultures primaires ou de parties de corps en connexion. On ne peut donc exclure que nous soyons dans un type de fonctionnement proche de celui que nous envisageons pour le monument I de Wanar.

  • 5 La fouille du monument XIX de Wanar s’est terminée en 2012 ; son étude étant encore en cours, c’es (...)

25À Wanar (fig. 2), les travaux effectués sur le cercle avec péristalithe I montrent que les nombreux ossements en position secondaire contenus dans l’une des fosses (fig. 3) se superposent aux restes très partiels de deux individus profonds (fig. 4) : une étude fine de la position des ossements conservés oriente vers des dépôts primaires de corps probablement entiers, ou tout au moins de parties de corps en connexion5.

Figure 2 – Monument I de Wanar

Figure 2 – Monument I de Wanar

Vue générale (à partir du sud) du cercle mégalithique avec péristalithe avec ses deux fosses centrales en cours de fouille

© L. Laporte

Figure 3 – Monument I de Wanar

Figure 3 – Monument I de Wanar

Ossements en dépôt secondaire dans les deux fosses ; à l’ouest, les ossements ont été déposés dans un contenant rigide ou semi-rigide

DAO J.-P. Cros

Figure 4 – Monument I de Wanar

Figure 4 – Monument I de Wanar

a) les restes partiels des sépultures primaires du fond de la fosse ouest avec présence d’effets de paroi ; b) plan interprétatif des dépôts primaires du fond de la fosse ouest

DAO S. Djouad

Place et critères de présence des morts d’accompagnement dans cette diversité des pratiques funéraires

26A. Testart donne quelques clefs de lecture en ce sens. La principale est la présence d’une « asymétrie, souvent lourde, fréquemment repérable à plusieurs niveaux de l’analyse » (Testart 2004a : 182). Cette asymétrie est la marque d’une ­hiérarchie et implique donc qu’il existe un sujet « principal » : il sera le plus fréquemment masculin, associé à des accompagnants souvent plus jeunes, quelquefois nombreux, dans des positions « anormales » par rapport à la structure funéraire et/ou à l’individu principal. Ceci est valable pour les cas où un personnage important est accompagné par des gens de condition inférieure ou par des dépendants : selon leur « proximité hiérarchique avec le défunt », ils seront inhumés à son contact ou proche de lui, ou de plus en plus à distance dans la tombe, quelquefois dans des structures satellites. Les enquêtes ethnologiques confirment ­souvent ce modèle : dans les cas où il existe de nombreux accompagnants, ils sont organisés selon une hiérarchie stricte, qui est la même que celle qui existait entre eux du temps de leur vivant (Testart 2004a). Ceci se traduit souvent par des dépôts en cercles successifs, allant des proches du défunt jusqu’aux esclaves. Les premiers seront placés au contact du défunt, les esclaves de case ou récupérés lors de razzias déposés dans le comblement, toujours en périphérie et plus superficiels.

  • 6 C’est la veuve qui meurt de désespoir à la mort de son époux, et qui l’accompagne volontairement d (...)

27Tout ce que nous venons de décrire ne concerne que l’accompagnement dit hiérarchique. Mais il en existe un autre, non hiérarchique, plus rare, qui sera beaucoup plus difficilement repérable quand il ne sera pas associé au premier, parce qu’il n’existe aucune raison dans son cas d’y trouver une asymétrie : il concernera des sépultures multiples « symétriques » qui contiennent deux sujets (très rarement plus) inhumés simultanément. Il faut évoquer dans ces cas-là des pratiques de type « sati »6, mais il existe d’autres hypothèses : enfant tué au décès de la mère et inhumé avec elle, mariage posthume, couple de guerriers, ­combattants victimes de guerre qui peuvent dans certains cas être inhumés ensemble… (Testart 2004a : 186/193).

Les sépultures sénégambiennes au regard de ces critères

  • 7 Seul le cas de funérailles en deux ou plusieurs temps peut poser question ; si on dépose un sujet (...)

28Plusieurs critères vont être testés : présence d’un sujet principal et asymétrie de la sépulture qui en découle, âge et sexe du sujet principal quand ces données sont disponibles, identification, nombre et emplacement dans la sépulture du ou des sujets « accompagnants ». Mais la première question à laquelle il va falloir essayer de répondre avant toutes les autres, concerne la simultanéité des inhumations. Elle est capitale et de la réponse que l’on va y apporter découle toute la suite de l’analyse. La simultanéité des dépôts funéraires ne témoigne pas de façon absolue en faveur d’un accompagnement, mais, par contre, s’il existe la preuve que les inhumations ont été étalées dans le temps, l’accompagnement peut être réfuté7.

Simultanéité des dépôts

29Pour toutes les fouilles effectuées au début des années 1970 le contexte des dépôts n’est que très rarement connu. Parfois, quand de nombreux individus ont été inhumés, des effets de paroi peuvent signaler l’existence de fosses (fig. 5). Mais lorsque nous sommes en présence d’un petit nombre de sujets, il est souvent impossible de l’affirmer.

Figure 5 – Monument 1 de Saré Diouldé

Figure 5 – Monument 1 de Saré Diouldé

Photo, plan et coupe montrant les individus profonds contenus dans une fosse et la présence d’un effet de paroi circulaire

D’après G. Thilmans & C. Descamps 1980, repris et complété par A. Gallay

  • 8 Le crâne apparaît par son sommet, le reste du sujet étant allongé sur le dos.

30La présence de telles fosses associées distinctement à chaque sujet ne peut pas être totalement exclue pour les quatre monuments de Tiékéné Boussara (Thilmans & Descamps 1975) qui présentent seulement deux individus inhumés à des hauteurs différentes. Les monuments 4, 6 et 8 montrent un sujet « central et profond » et un sujet périphérique, toujours plus superficiel ; le monument 10 contient un sujet central et ­profond associé à un autre sujet installé également près du centre du monument, mais à plus de 1,50 m au-dessus ! De ce point de vue, on peut seulement dire que la position de la tête et celle du rachis cervical de l’individu profond du monument 88 impliquent leur appui sur le bord d’une fosse qui n’a pas été vue à la fouille. Pour ces quatre monuments, nous n’avons donc pas la certitude de la contemporanéité des dépôts. En particulier, nous ignorons si les sujets superficiels pourraient, ou non, avoir été introduits secon­dairement dans des fosses creusées depuis le haut. Mais nous verrons plus loin que de faibles indices d’accompagnement existent pour ces monuments.

31Dans les monuments 17 de Kodiam et 9 de Tiékène Boussoura, deux sujets centraux et profonds ont été déposés simultanément. Ils sont presque parfaitement superposés à Kodiam (Thilmans et al. 1980 : 87), inhumés dans des ­positions différentes à Tiékène Boussoura, où une maison funéraire protégeait probablement les défunts. Deux autres sujets, périphériques et superficiels, ont été dégagés près de la paroi interne du cercle mégalithique à Kodiam ; il s’agit d’individus immatures. À Tiékène Boussoura 9 un sujet immature, à 1,55 m de profondeur, et trois autres sujets adultes, mais placés à une faible profondeur, ont été découverts en périphérie du monument. Là encore, aucun contexte de dépôt n’est connu pour ces individus « satellites ». 

32Les monuments de Mbolop Tobé et de Sine Ngayène 32 recouvrent trois sujets profonds auxquels se rajoutent pour le second sept individus plus superficiels répartis en deux groupes en ­comprenant chacun cinq et deux. L’étude anthropologique a prouvé la simultanéité des deux premières inhumations pour Mbolop Tobé. Pour Sine Ngayène 32, la contemporanéité des dépôts semble plus assurée pour les deux groupes de cinq et deux sujets superficiels que pour les trois individus profonds. En effet, le sujet le plus bas, armé, se situe au moins 20 cm au-dessous des deux autres sujets profonds pour lesquels un dépôt simultané semble assuré. Une fois de plus, aucun creusement n’ayant été repéré à la fouille, il est impossible de trancher définitivement. Nous reviendrons sur ce monument un peu plus loin.

33À Saré Diouldé, onze sujets profonds imbriqués étaient contenus dans une fosse non décelée à la fouille, mais déduite de la présence de magnifiques effets de paroi circulaires (fig. 5). Quarante-quatre autres sujets, périphériques pour la plupart, super­ficiels pour d’autres, étaient ­également présents dans ce monument. Pour les fouilleurs, les onze sujets profonds ont été inhumés simultanément, puis les sujets satellites l’ont été par petits groupes (six inhumations doubles, une triple, une quadruple) : « la disposition en voûte et la position souvent tangentielle des sujets périphériques ont été conditionnées par la structure en tumulus du monument principal » (Thilmans et al. 1980 : 105). Ce monument, unique dans le corpus actuellement disponible pour la Séné­gambie, est emblématique. Il a depuis le début frappé les esprits. C’est d’abord lui qui avait ­suggéré l’hypothèse de « sacrifices humains » à G. Thilmans et à C. Descamps et, depuis lors, il contribue à donner l’image de l’accompagnement de masse. Au-delà de l’interprétation qui en est proposée, la succession des faits, avancée par les auteurs de la fouille, reste tout à fait plausible. Dans l’hypothèse de morts d’accompagnement, il est toutefois impossible de repérer un sujet ­principal dans le groupe des onze sujets profonds. Bien d’autres scénarios sont envisageables. Par exemple, quelle était la nature de la fosse qui semble avoir contenu les onze sujets profonds ? À quelles pratiques funéraires pourrait-elle être associée ? Celles-ci seraient-elles du même ordre que les gestes identifiés depuis peu sur le site de Wanar ? Et convient-il de les dissocier partiellement ou totalement du dépôt des sujets supérieurs et périphériques ? Le dépôt des 44 sujets « satellites » pourrait alors tout aussi bien être la conséquence d’un événement exceptionnel.

34Deux autres monuments recouvrent soit 24 sujets profonds répartis en deux groupes, et 4 sujets super­ficiels (Sine Ngayène 25), soit 59 sujets qui semblent déposés dans une même fosse, peut-être de type silo (Sine Ngayène 28). Pour les inhumations profondes du monument 25 de Sine Ngayène (fig. 6), les auteurs de la fouille concluent à des inhumations simultanées, en deux groupes nord et sud de seize et sept individus, la « transition » se faisant par un dernier sujet, le n° 9, en position centrale dans le monument, accompagné d’un riche dépôt métallique. Celui-ci est partiellement recouvert par les deux groupes précédemment cités (Thilmans et al. 1980 : 46-49). Il est vrai que l’imbrication extrême des corps rend fort probable cette interprétation de dépôt simultané en deux groupes, peut-être autour de l’individu n° 9. Quatre individus, tous en position assise, ont été trouvés dans les niveaux plus superficiels. Pour le monument 28 du même site, la fréquence des connexions préservées pour un aussi grand nombre de squelettes contenus dans une même fosse permet de privilégier le dépôt simultané de cadavres entiers.

Figure 6 – Monument 25 de Siné Ngayène

Figure 6 – Monument 25 de Siné Ngayène

Plan et photo-montage montrant le probable sujet central (C) entouré de deux groupes de sujets

D’après Thilmans & Descamps 1980, repris par A. Gallay ; dessin de M. Sarr repris et complété par A. Gallay

35Enfin deux monuments contiennent en majorité des ossements en situation secondaire (Sine Ngayène 27, Wanar I) ; les travaux sont encore en cours pour le site de Wanar, mais il sera certai­nement impossible de statuer sur la simultanéité ou pas des inhumations des individus profonds, au moins partiellement en connexion, situés sous les dépôts d’ossements en position secondaire, vu l’état de conservation des restes osseux.

36La simultanéité des dépôts peut donc tout autant concerner deux sujets profonds et centraux, comme à Kodiam, Tiékéné Boussara 9 ou à Mbolob Tobé, mais également deux ou plusieurs sujets dits «superficiels et périphériques», comme à Sine Ngayène 32. Nous avons vu également que le nombre de sujets déposés simultanément dans une même fosse est par ailleurs très variable.

Difficultés à mettre en évidence un sujet principal

37À Tiékène Boussoura, on peut identifier un sujet principal pour les monuments 4, 6, 8, 9 et 10 : il s’agit de l’individu situé au centre du monument. Dans le cercle 9, un sujet est couché sur le dos, l’autre sur le côté, dans une posture de « soumission ». À Mbolop Tobé, il peut s’agir du premier des deux individus déposés avec les restes d’un chien dans un premier temps au fond de la grande fosse. Pour Sine Ngayène 25, le sujet n° 9, qui est central et qui possède un important dépôt d’armes associé, pourrait être un éventuel candidat. Mais on peut aussi intégrer dans la discussion le sujet n° 13, lui aussi armé, et qui semble en relation privilégié avec le groupe nord. On aurait ainsi un défunt auquel est dédiée la sépulture, accompagné de ses esclaves et d’un dépendant possédant lui-même ses propres esclaves (Gallay 2010).

38Toujours à Sine Ngayène, pour le monument 32, le sujet 1, le plus profond des trois et associé à un dépôt métallique, pourrait être identifié comme sujet principal (Thilmans et al. 1980 : 31-33) ; au moins 20 cm de sédiment le sépare des deux individus 2 et 3 situés au-dessus. Mais il se présente paradoxalement dans la même position que le sujet 2 : mains ramenées sur le bas ventre, jambes fléchies et pieds jointifs, comme s’il avait existé des liens. Les seules différences tiennent à leur position de dépôt (sur le ventre pour le sujet 1, sur le dos pour le sujet 2), et leur orientation (nord/sud pour le sujet 1, contrairement aux deux sujets du dessus qui sont globalement est/ouest).

39Il paraît encore plus difficile de trancher en faveur de l’un ou l’autre des deux sujets inhumés simultanément et strictement superposés au centre du monument 17 de Kodiam (les deux autres sujets découverts en périphérie sont des immatures). Pour nous, malgré l’absence de données sur le sexe des sujets, un accompagnement non hiérarchique tel que nous l’avons défini plus haut est probable pour ce site.

40Pour le monument 28 de Sine Ngayène, aucun sujet central n’est identifiable, il n’en existe peut-être pas. Quant à Saré Diouldé, nous avons vu qu’il n’était pas possible à identifier et qu’on pouvait même émettre des doutes sur son existence (fig. 5). L’asymétrie qui permettrait de distinguer un sujet principal est surtout liée à la position du corps, comme à Kodiam ou à Tiékéné Boussara (monument 9). Elle peut dépendre aussi de la présence d’un dépôt directement associé, métallique comme à Sine Ngayène (sujet 9, monument 25) ou animal comme à Mbolop Tobé. Le sujet le plus profond du monument 32 de Sine Ngayène, également associé à un dépôt métallique, présente pourtant une position similaire à celle de l’individu que l’on aurait tendance à qualifier d’accompagnant au sein de la sépulture double qui le surmonte. En dehors de ces quatre cas particuliers, seule la position relative des défunts dans le monument suggère l’existence d’un sujet principal et d’un accompagnant, pour les monuments 4, 6, 8 et 10 de Tiékéné Boussara. Aucune asymétrie n’a pu être détectée, en l’état des données disponibles, lorsque le nombre de sujets inhumés simultanément dépasse deux per­sonnes, en dehors du monument 25 de Sine Ngayène déjà cité.

41Quelques données sur le sexe et l’âge au décès des sujets inhumés semblent effectivement aller dans le sens de l’accompagnement : dans les quatre cas où il existe un seul sujet profond et un seul sujet périphérique, à Tiékéné Boussara, le sexe du sujet « principal » est masculin les rares fois où il a pu être déterminé (monuments 8 et 10). Pour les monuments 4, 6 et 10 de cette même nécropole, le sujet principal est plus âgé que les « accompagnants » profonds et superficiels. On ne dispose pas de telles informations pour le monument 17 de Kodiam, ni pour le cercle 9 de Tiékéné Boussara, pour Sine Ngayne 25 et pour Mbolop Tobé.

Synthèses et résultats

Les données archéologiques en notre possession valident-t-elles les données historiques connues ?

42Au terme de cette étude, on voit se dégager la complexité et la variabilité de ces pratiques funéraires. À l’image relativement codifiée, donnée par les hypothèses de G. Thilmans, C. Descamps et B. Khayat, émerge petit à petit tout un éventail de pratiques. De nouvelles observations stratigraphiques nous ont d’abord permis de substituer progressivement à un schéma unique, monophasé et assez standardisé, un fonctionnement comportant plusieurs séquences. Et nous avons vu aussi que la phase sépulcrale elle-même n’est pas toujours analysable en un seul geste funéraire. Parallèlement, nous avons mis en évidence, dans quelques cas, des indices directs et indirects de constructions présentes autour du ou des cadavres déposés sur le fond de la fosse sépulcrale. Nous proposons de les interpréter comme de possibles « maisons des morts ». Dans un cas, des arguments anthropologiques plaident pour un maintien de l’accès à ces structures funéraires.

43Pour résumer, sur un corpus d’une vingtaine de monuments, cinq recouvrent des sépultures individuelles : Tiékène Boussoura 1, 18, 19 et Sine Ngayène 1 et 2. Ces deux dernières montrent des personnages richement dotés en matériel, en particulier métallique. Quatre autres monuments ne contiennent qu’un seul individu en position centrale avec un deuxième sujet « périphérique ». Pour ces quatre monuments (Tiékène Boussoura 4, 6, 8, 10), l’accompagnement n’est pas exclu, mais l’ignorance des contextes de dépôt ne permet pas d’être plus affirmatif. La présence de morts d’accompagnement peut être envisagée dans quatre cas seulement (Tiékène Boussoura 9, Mbolop Tobé, Sine Ngayène 25 et Kodiam 17). Enfin trois monuments (Sine Ngayène 27 et 28, Wanar I) montrent soit des dépôts simultanés de corps, de parties du cadavre, ou /et des dépôts d’ossements en position secondaire avec, à Wanar, présence de restes de sépultures primaires au fond des fosses.

44Enfin, dans les deux cas où il existe de nombreux sujets profonds avec plusieurs sujets périphériques ou superficiels, les dépôts de corps sont certainement simultanés, mais très variables dans leur nombre. L’analyse des restes humains présents dans le comblement montre un groupe très important d’individus à Saré Diouldé, mais ils ne sont que quatre à occuper cette position dans le monument 25 de Sine Ngayène (fig. 5 et 6). Pour le monument de Saré Diouldé, la présence d’un grand nombre de sujets inhumés simultanément dans la fosse centrale et, au moins pour une grande part de ceux qui ont été installés en cercle à la périphérie du monument, nous fait envisager ­l’accompagnement, et ce malgré la non visibilité du sujet principal.

Les données historiques sur l’accompagnement

45Les travaux sur les pratiques funéraires liées au mégalithisme sénégambien s’inscrivent dans un contexte historique plus général qui valide globalement la pratique de l’accompagnement, au moins à certaines périodes et dans certaines zones géographiques adjacentes (Basden 1938, ; Bowdich 1819 ; Ellis 1887 ; Rattray 1927 ; Roscoe 1911). Cette dernière est en effet mentionnée dans les sources historiques dès le xie siècle, mais les données les plus nombreuses concernent le xviie siècle. Ces sources ne permettent malheureusement pas toujours de savoir si les individus mis à mort sont effectivement incorporés aux sépultures (Gallay 2010, 2011b, 2013). Les études réalisées sur les sociétés précoloniales en Afrique de l’Ouest, dans une perspective d’anthropologie sociale élargie, ont permis de caractériser la structure des sociétés pour lesquelles cette ­pratique de l’accompagnement est attestée, et ce depuis de lointaines périodes.

46Ce sont d’abord certaines sociétés lignagères et parmi elles celles qui possèdent beaucoup ­d’esclaves. Ailleurs, il s’agit également de proto-chefferies et de chefferies. Cette pratique est également attestée dans quelques sociétés dites « royales ». Les plus anciens témoignages remontent à ­l’empire du Ghana au xie siècle, les plus récents semblent concerner les Seerer du Sénégal au tout début du xxe siècle. Un des rares témoignages directs concerne le royaume de l’Ashanti. Il date de 1873 : deux observateurs européens décrivent la fureur des proches du défunt et la terreur qui s’empare des esclaves au décès d’un prince de sang royal, ainsi que le nombre très élevé d’esclaves et de ­prisonniers de guerre mis à mort à cette ­occasion (Ellis 1887 ; Rattray 1927). Mais l’ac­com­pagnement n’a pas toujours mobilisé autant de personnes : il peut ne concerner que des épouses et des concubines, et/ou quelques esclaves. « L’am­pleur des massacres ne traduit pas la puissance d’un royaume, mais le pouvoir de son roi… » (Testart 2004a : 100).

Conclusions

47L’interprétation des dépôts funéraires découverts dans les monuments de Sénégambie est bien entendu tributaire de la nature des données qui furent enregistrées sur le terrain. Mais on ne ­saurait en vouloir à nos prédécesseurs d’avoir effectué leurs propres observations en fonction de pro­blématiques qui n’étaient pas de celles qui, aujourd’hui, concourent à l’actualité de la recherche ! Des incertitudes sur la présence ou non de fosses, sur le contexte des dépôts ou concernant le milieu de décomposition des cadavres, seront forcément de nature à limiter nos propres interprétations. La présence de fosses sépulcrales, en particulier, n’est aujourd’hui documentée que pour trois des monuments fouillés dans toute l’aire sénégambienne, par exemple. De plus, la mise en exergue de constructions en matières périssables autour du cadavre, au moins dans certains cas, nous oblige à essayer de définir plus précisément le ­statut de chaque individu.

48Apporter la preuve archéologique de l’existence de morts d’accompagnement dans ces monuments de Sénégambie n’est donc pas toujours chose facile. Certains individus peuvent bien pouvoir être ­qualifiés d’accompagnants, mais pour d’autres, dont l’installation semble s’être faite à distance de l’acte funéraire initial, il faut envisager probablement différents statuts : « sacrifiés » pour certains, voire sépultures « classiques » pour d’autres ? Pour les monuments qui contiennent de nombreux sujets inhumés, les difficultés que l’on a à appréhender les séquences de dépôt ouvrent la voie à des interprétations alternatives : en particulier massacres de populations ou épidémies. Par ­ailleurs, en l’état actuel des données disponibles, les dépôts d’ossements humains en position secondaire semblent ne concerner que la partie ouest de la zone mégalithique, alors que les indices d’accom­pagnement se concentrent surtout dans la zone centrale, en particulier au travers de l’exemple de la nécropole de Tiékéné Boussara. S’agit-il d’un état de la recherche ou d’un véritable fait archéologique ? L’avancée des connaissances dans nos disciplines est marquée par des cycles récurrents : après une phase d’acquisition des informations dans les années 1970 et 1980, suivie par l’intégration de ces données dans des modèles explicatifs plus larges au cours des années 2000, se fait jour désormais la nécessité de tester la validité des modèles précédents, comme leur variabilité intrinsèque, par un retour aux données de terrain.

Haut de page

Bibliographie

Basden G. T. (1938) – Niger Ibos. Seeley service, Londres.

Becker C. & Martin V. (1982) – Rites de sépultures pré­islamiques au Sénégal et vestiges protohistoriques. Archives suisses d’anthropologie générale, vol 46, p. 261-293.

Bowdich Th. E. (1819) – Mission form Cape Coast Castle to Ashantee, with a statistical account of that kingdom, and geographical notices of other parts of the interior of Africa. John Murray, Londres.

Duday H. (1995) – Anthropologie de terrain, archéologie de la Mort. In : La mort, Passé, Présent, Conditionnel, Groupe Vendéen d’Etudes Préhistoriques. Actes du Colloque de la Roche-sur-Yon, 18-19 juin 1994, G.V.E.P., La Roche-sur-Yon, p. 33-58.

Duday H. (2006) – Lezioni di archeotanatologia. Archeologia funeraria e anthropologia di camp. Soprintendenza archeo­logica di Roma et École Française de Rome, Roma.

Duday H., Courtaud P., Crubezy E., Sellier P. & Tillier A.-M. (1990) – L’anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires. Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n. s., t. 2, n° 3-4, p. 29-49.

Ellis A. B. (1887) – The Tshi-speaking peoples of the Gold Coast of West Africa. Chapman & Hall, Londres.

Gallay A. (2006) – Le Mégalithisme sénégambien, une approche logistique. In : C. Descamps & A. Camara (éds), Senegalia, Études sur le patrimoine ouest-africain, Sépia, Saint-Maur-des-Fossés, p. 205-223.

Gallay A. (2010) – Rites funéraires mégalithiques séné­gambiens et sociétés africaines précoloniales : quelles compatibilités ? Bulletin et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. 22, n° 1-2, p. 84-102.

Gallay A. (2011a) – De mil, d’or et d’esclaves. Le Sahel précolonial. Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. Le Savoir Suisse, Lausanne.

Gallay A. (2011b) – Les sociétés mégalithiques. Presses Poly­techniques et Universitaires Romandes, coll. Le Savoir Suisse, 2e édition, Lausanne.

Gallay A. (2013) – Approche cladistique et classification des sociétés ouest-africaines : un essai épistémologique. Journal des Africanistes, t. 82, n° 1-2, p. 209-248.

Gallay A., Gervaise G. & Curdy P. (1982) – Mbolop Tobé (Santhiou Kohel, Sénégal). Contribution à la connaissance du mégalithisme sénégambien. Archives Suisses d’Anthropologie Générale, t. 46, n° 2, p. 217-259.

Holl A. & Bocoum H. (2006) – Variabilité des pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : le cas de Siné-Ngayène. In : C. Descamps & A. Camara (éds), Senegalia, Études sur le patrimoine ouest-africain, Sépia, Saint-Maur-des-Fossés, p. 224-234.

Holl A., Bocoum H., Dueppen S. & Gallagher D. (2007) – Switching mortuary codes and ritual programs : the Double-monolith-Circle from Siné-Ngayène, Sénégal. Journal of African Archeology, vol. 5, n° 1, p. 127-148.

Jouenne P. (1918) – Les monuments mégalithiques du Sénégal. Bulletin du Comité d’Etudes Historiques et Scientifiques d’Afrique de l’Ouest, vol. 1, p. 57-86.

Laporte L., Bocoum H., Bernard R., Bertin F., Dartois V., Delvoye A., Diop M., Kane A. & Quesnel L. (2009) – Le site mégalithique de Wanar (Sénégal). Note préliminaire sur un nouveau programme de coopération entre la France et le Sénégal. Afrique, Archéologie & Arts, n° 5, p. 99-108.

Laporte L. , Bocoum H., Cros J.-P., Delvoye A., Bernard R., Diallo M., Diop M., Kane A., Dartois V., Lejay M., Bertin F. & Quesnel L. (2012) – Megalithic monumentality in Africa : from graves to stone circles at Wanar, Senegal. Antiquity, t. 86, p. 1-19.

Martin V. & Becker C. (1974a) – Vestiges protohistoriques et occupation humaine au Sénégal. Annales Démo­graphiques Historiques, p. 403-429.

Ozanne P. (1965) – The Anglo-Gabian stone circles expedition. Research review, t. 1 n° 2, p. 32-36.

Rattray R. S. (1927) – Religion and art in Ashanti. Clarendon Press, Oxford.

Roscoe J. (1911) – The Baganda. Macmillan, Londres.

Testart A. (2004 a) – Les morts d’accompagnement : la servitude volontaire 1. Errance, Paris.

Testart A. (2004 b) – L’origine de l’État : la servitude volontaire 2. Errance, Paris.

Thilmans G. & Descamps C. (1974) – Le site mégalithique de Tiékène-Boussoura (Sénégal). Fouilles de 1973-1974. Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, t. 36, p. 447-496.

Thilmans G. & Descamps C. (1975) – Le site mégalithique de Tiékène-Boussoura (Sénégal). Fouilles de 1974-1975, Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, t. 37, p. 259-306.

Thilmans G., Descamps C. & Khayat B. (1980) – Protohistoire du Sénégal. Recherches archéologiques, t. I : les sites mégalithiques. Mémoire de l’IFAN, Dakar, 91.

Tood J. L. & Wolbach G. B. (1911) – Stones circles in the Gambia. Man, n° 96, p. 161-164.

Haut de page

Annexes

Description détaillée de la position du chien

Les données de fouille montrent que nous sommes bien en présence d’un seul animal, un chien, qui se présente en trois parties : le corps, la tête et une patte arrière à distance du reste du corps : chacune de ces parties est globalement en position anatomique (fig. 1 et 7).

Figure 7 – Monument 1 de Mbolop Tobé, dessin et interprétation des restes du chien

Figure 7 – Monument 1 de Mbolop Tobé, dessin et interprétation des restes du chien

D’après Gallay et al. 1982, interprétation J.-P. Cros

L’identification certaine des différentes parties du corps d’après le plan ou les photos, est délicate, mais on observe que le corps sans tête du chien repose sur l’individu 1 : présence sur le fémur gauche d’éléments des pattes arrières et du ­bassin. Certains éléments de cette partie du corps sont également situés sur le genou gauche du sujet n° 2. Puis, dans l’alignement, on trouve les vertèbres lombaires et une partie des thoraciques. Un peu plus loin, cette fois partiellement sous les quelques restes d’un avant-bras (qui peut ­appartenir au sujet 1, voire éventuellement au sujet 2) peuvent être reconnus : des éléments de côtes et peut-être les pattes avant. Ce chien reposait dans le même axe que les deux sujets, partie antérieure du corps vers l’est.

Son crâne, très à distance, se présente par son côté gauche, et est à la fois sous les pieds du même sujet 1 et sous le pied gauche du sujet 2. Un fémur, probablement le droit, est situé sous les quelques restes du pied droit du premier sujet déposé. Nous ne pouvons prouver sur les documents en notre possession que toute la patte arrière était présente.

Le chien et les individus 1 et 2 sont donc intimement liés ; le corps du chien repose en partie sur la cuisse et sous l’avant-bras d’un des deux sujets, mais aussi sur le genou de l’autre (fig. 8). Rappelons cependant que si l’identification anatomique précise des os du chien est probable, elle n’est pas absolue, et que l’avant-bras humain peut appartenir éventuellement au sujet 2. Toutefois ces incertitudes ne changent en rien les conclusions que l’on peut tirer de ces observations.

Figure 8 – Schéma montrant les positions respectives du corps du chien par rapport aux deux premiers sujets déposés

Figure 8 – Schéma montrant les positions respectives du corps du chien par rapport aux deux premiers sujets déposés

© A. Gallay

Compte tenu de l’imbrication des restes osseux et de la persistance des connexions anatomiques visibles ou supposées, il faut conclure que les sujets 1 et 2, la tête, la patte arrière et le corps du chien ont été déposés simultanément. L’état de conservation des os a empêché une étude précise des premières vertèbres cervicales du chien à la recherche des traces de la décapitation. Mais ce que l’on observe ne peut absolument pas être la conséquence de déplacements secondaires. Par exemple, le corps du chien, très à distance de la tête, lui « tourne le dos », c’est la croupe du chien qui est la plus proche de son crâne.

Le dépôt simultané de ces deux sujets et du chien montre une forte volonté de les lier dans la mort. On peut reconstituer le scénario suivant :

  • décapitation du chien, désarticulation et ­prélèvement de sa patte arrière. Peut-être a-t-on aussi désarticulé les autres pattes ?

  • dépôt de la tête du chien décapité, de sa patte arrière, du sujet 2, puis du sujet 1 (les pieds de ces deux sujets reposent sur la tête du chien) et enfin du corps du chien en partie sur le genou gauche du premier sujet déposé, mais aussi sur la cuisse gauche et sous l’avant-bras du second sujet déposé.

Le fait que certains os de la partie antérieure du corps du chien reposent sous les os de l’avant-bras indique que l’on a placé volontairement cet avant-bras sur le corps du chien (sauf à imaginer que les déplacements osseux observés sont la conséquence des phénomènes de décomposition en espace libre qui ont pu induire ce que l’on observe… : nous ne pouvons formellement l’éliminer, mais c’est peu probable).

Tous ces gestes sont simultanés ou ont été ­réalisés dans un laps de temps très court.

Le chien de Mbolop Tobé : étude anatomique (fig. 9)

Louis Chaix a examiné les restes osseux du chien, particulièrement mal conservés, soit :

  • 111 : incisive 3 supérieure droite,

  • 59 : deux fragments de voûte crânienne,

  • 59 : canine inférieure gauche, DAP au collet : 10,5 mm,

  • 69 : Pm4 inférieure gauche,

  • 72 : M1 inférieure gauche (carnassière), DAP : 22,2 mm, DT : 8,9 mm,

  • 72 : fragment de M2 inférieure gauche.

La figure 9 permet de formuler quelques remarques. Les dents montrent des caractères de robustesse indéniables. On peut supposer qu’elles ont appartenu à un chien du grand groupe des pariahs dont les représentants sont nombreux en Afrique noire.

Figure 9 – Santhiou Kohel, tumulus 43

Figure 9 – Santhiou Kohel, tumulus 43

Comparaisons des dimensions de la molaire inférieure gauche (en haut) et de la canine inférieure gauche (en bas) du chien (étoile) avec quelques autres spécimens dentaires de chiens

Diagrammes L. Chaix

Haut de page

Notes

1  Rappelons que lorsqu’un cadavre se décompose en espace vide, on ne retrouve pas tous ses os en désordre. Certains restent en connexion ou en relation de proximité, d’autres subissent des déplacements : tout dépend de la position de dépôt, du degré de stabilité de la région anatomique concernée, du type de sédiment sur lequel le corps repose, de la présence ou non de vêtements ou de linceuls qui procurent un effet de contention…

2 Déduction faite d’après la position des membres inférieurs et des extrémités proximales des deux fémurs.

3 L’étude précise de la position du corps du chien a été réalisée par Jean-Paul Cros, aidé de Lisandre Bedault, archéo-zoologue (UMR 8215, Trajectoires, de la Sédentarisation à l’État, Nanterre). Nous lui exprimons ici tous nos remerciements.

4 En dehors du déplacement et de la position aberrante de la fibula et de l’humérus, pour les autres restes humains, compte tenu du petit nombre d’éléments présents et de leur état de conservation, les seules zones où l’on peut encore argumenter sur la présence d’un espace vide sont les pieds. Il existe une mise à plat complète du pied gauche du sujet 2 qui, à notre avis, confirme la décomposition en espace vide.

5 La fouille du monument XIX de Wanar s’est terminée en 2012 ; son étude étant encore en cours, c’est la raison pour laquelle nous ne l’avons pas intégré dans cette synthèse.

6 C’est la veuve qui meurt de désespoir à la mort de son époux, et qui l’accompagne volontairement dans la tombe.

7 Seul le cas de funérailles en deux ou plusieurs temps peut poser question ; si on dépose un sujet avec le défunt lors de la cérémonie définitive (donc à distance de la mort biologique du sujet) peut-on considérer qu’il s’agit d’un accompagnant ? On serait tenté de dire oui, mais la discussion et l’argumentaire sortent du cadre de cet article.

8 Le crâne apparaît par son sommet, le reste du sujet étant allongé sur le dos.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 1 – Monument de Mbolop Tobé : sépulture centrale renfermant trois individus et un chien
Crédits Photo © A. Gallay ; DAO J.-P. Cros
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4M
Titre Figure 2 – Monument I de Wanar
Légende Vue générale (à partir du sud) du cercle mégalithique avec péristalithe avec ses deux fosses centrales en cours de fouille
Crédits © L. Laporte
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 3 – Monument I de Wanar
Légende Ossements en dépôt secondaire dans les deux fosses ; à l’ouest, les ossements ont été déposés dans un contenant rigide ou semi-rigide
Crédits DAO J.-P. Cros
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 4 – Monument I de Wanar
Légende a) les restes partiels des sépultures primaires du fond de la fosse ouest avec présence d’effets de paroi ; b) plan interprétatif des dépôts primaires du fond de la fosse ouest
Crédits DAO S. Djouad
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 5 – Monument 1 de Saré Diouldé
Légende Photo, plan et coupe montrant les individus profonds contenus dans une fosse et la présence d’un effet de paroi circulaire
Crédits D’après G. Thilmans & C. Descamps 1980, repris et complété par A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 6 – Monument 25 de Siné Ngayène
Légende Plan et photo-montage montrant le probable sujet central (C) entouré de deux groupes de sujets
Crédits D’après Thilmans & Descamps 1980, repris par A. Gallay ; dessin de M. Sarr repris et complété par A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 7 – Monument 1 de Mbolop Tobé, dessin et interprétation des restes du chien
Crédits D’après Gallay et al. 1982, interprétation J.-P. Cros
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 8 – Schéma montrant les positions respectives du corps du chien par rapport aux deux premiers sujets déposés
Crédits © A. Gallay
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 9 – Santhiou Kohel, tumulus 43
Légende Comparaisons des dimensions de la molaire inférieure gauche (en haut) et de la canine inférieure gauche (en bas) du chien (étoile) avec quelques autres spécimens dentaires de chiens
Crédits Diagrammes L. Chaix
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/299/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Alain Gallay, « Pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : décryptages et révisions », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 67-84.

Référence électronique

Jean-Paul Cros, Luc Laporte et Alain Gallay, « Pratiques funéraires dans le mégalithisme sénégambien : décryptages et révisions », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/299 ; DOI : 10.4000/aaa.299

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Cros

UMR 7041, ArScAn, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, F-92023 Nanterre cedex (France), cros.jeanpaul@sfr.fr

Articles du même auteur dans la revue

Luc Laporte

UMR 6566 du CNRS (CREAAH), Université de Rennes I, Campus de Beaulieu, Laboratoire ArchéoSciences (bât. 24-25), 74205 CS, F-35042 Rennes cedex (France), luc.laporte@univ-rennes.fr

Articles du même auteur dans la revue

Alain Gallay

Université de Genève, Département de Génétique et Évolution, Unité d’Anthropologie, 12 rue Gustave-Revilliod, 1211 Genève 4 (Suisse), alain.gallay@unige.ch,

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org