Navigation – Plan du site

Fossés, enceintes et peste noire en Afrique de l’Ouest forestière (500-1500 AD)

Réflexions sous canopée
Gérard L. F. Chouin
p. 43-66

Résumés

L’histoire de la zone forestière de l’Afrique de l’Ouest avant le xve siècle demeure mal connue. Malgré des découvertes archéologiques majeures au xxe siècle, la région n’a pas suscité le même intérêt de la part de la communauté scientifique que les régions sahariennes et sahéliennes, notamment en termes de processus d’urbanisation. Pourtant, de la Côte d’Ivoire au Nigéria, des systèmes complexes de talus et de fossés attestent la montée en puissance de réseaux de villes et de territoires retranchés à l’époque médiévale. L’étude de la ­chronologie, de l’expansion, de l’agencement et de l’abandon de ces enceintes, qui remplissaient pro­bablement différentes fonctions, a le potentiel de changer radicalement notre perception de l’histoire de la région sur la longue durée. L’article suggère qu’un abandon massif des enceintes se produisit au xive siècle, peut-être en lien avec la pandémie mondiale de peste noire.

Haut de page

Texte intégral

1La zone forestière tropicale et subtropicale qui s’étend en Afrique de l’Ouest, le long du Golfe de Guinée, demeure une vaste friche du point de vue de l’archéologie et de l’histoire sur la longue durée. Dans une synthèse récente sur l’histoire médiévale de l’Afrique François-Xavier Fauvelle (2013) ne lui consacre aucun chapitre et seuls quelques passages portent sur la fin du xve siècle. De fait, les processus qui ont mené les hommes à s’ins­taller durablement, et à prospérer dans la zone ­forestière au cours des trois derniers millénaires, demeurent très mal connus. Il en est de même pour les systèmes politiques originaux conçus dans cet environnement transformé, les formes d’occupation de l’espace et les stratégies de subsistance. Pourtant, une série de découvertes aussi spectaculaires qu’isolées, réalisées pendant la période coloniale et au lendemain des indépendances, établit l’exis­tence dans cette zone de ­systèmes sociopolitiques élaborés. C’est particulièrement le cas au Nigéria durant les premier et deuxième millénaires de notre ère, où sont attestées une maîtrise avérée des métallurgies du bronze et du fer et des pratiques agraires adaptées à l’environnement forestier tropical.

L’archéologie de l’Afrique forestière sur la longue durée : perspectives critiques

2Les chefs-d’œuvre artistiques redécouverts en Occident à l’occasion d’une expédition dirigée en 1910 par Leo Frobenius à Ile-Ife, en pays ­yoruba, suivie de multiples missions archéologiques, ont fait l’objet en 2010 d’une exposition remar­quable au British Museum de Londres (Kuba & Ham­bolu 2010 ; Drewal & Schildkrout 2010). Les objets réunis à cette occasion ont été rattachés à une période qui précéderait l’ouverture du ­commerce atlantique dans le sud-ouest du Nigéria, c’est-à-dire antérieure au derniers tiers du xve siècle. Ils forment un assemblage à l’esthétique ­raffinée qui suggère l’existence, derrière les savoir-faire technologiques et les gestes techniques parfai­tement maîtrisés, d’une société profon­dé­ment ancrée dans l’espace forestier et ses marges, hiérarchisée et structurée par des groupes d’ar­tisans spécialisés au service d’un pouvoir sacré.

  • 1  Fouillées par Th. Shaw à Igbo-Ukwu dans les années 1960 (Shaw 1970, 1977).

3À l’est du fleuve Niger, au cœur de l’actuel pays igbo (sud-est du Nigéria), la cache d’objets en bronze et la tombe d’un dignitaire du ixe siècle1 sont autant d’évidences que l’aire forestière de l’Afrique de l’Ouest abritait, dès le premier mil­lénaire de notre ère, des sociétés dépositaires de savoir-faire technologiques et d’un répertoire ico­no­graphique dont la sophistication et l’originalité ont nourri bien des discussions académiques. La culture matérielle mise au jour indique que cet espace était connecté à des réseaux de commerce à longue distance jusque-là insoupçonnés (voir, entre autres, Sutton 1991, 2001 ; Craddock & Picton 1986 ; Craddock et al. 1997 ; Insoll & Shaw 1997).

4La fouille du site d’Igbo-Ukwu fit suite à une découverte fortuite, et aucun site similaire n’a depuis été mis au jour – tout du moins de façon scientifique et connue – dans le sud-est du Nigéria. Igbo-Ukwu demeure une trouvaille exceptionnelle, nimbée dans son superbe isolement. Sur l’étagère du spécialiste, les deux somptueux volumes signés Thurstan Shaw portent encore beau dans leur jaquette, mais on les ouvre sans bien savoir comment les intégrer dans une histoire de l’Afrique où la forêt est représentée comme un espace ­primaire – en termes botaniques – et donc primitif – en termes sociopolitiques – perpétuant ainsi l’op­position entre « Nature » et « Culture ». Igbo Ukwu est de fait un révélateur de ce que nous ne savons rien ou si peu du passé médiéval des zones fores­tières de l’Afrique de l’Ouest, pas même au Nigéria, pourtant l’un des rares pays à s’être doté d’une capacité à penser et à enseigner l’archéologie tout autant qu’à mener des recherches de terrain (Ogundiran 2002). D’une certaine manière, la découverte de ces objets, et d’autres encore telle la statuaire Nok qui les précède de près d’un mil­lénaire – mais dans une autre aire géographique (centre du Nigéria actuel) –, a eu un effet pervers sur la recherche archéologique. L’intérêt et les ­ressources se sont trouvées concentrées sur les objets plutôt que sur les contextes de leur pro­duction, sur leurs fonctions et, éventuellement, leur sortie de la mémoire collective.

5Un tel effet aurait pu être contrebalancé par l’émergence d’une archéologie ouest-africaine ­sortie de l’ornière coloniale et capable de prendre à bras le corps l’énorme défi que représente la ­production d’un discours alternatif et/ou com­plémentaire à celui de l’historien sur le passé du continent. Plus de trente ans après que Merrick

6Posnansky (1982) ait vu s’esquisser cette possi­bilité, et malgré des initiatives fortes et des efforts individuels courageux, il semble bien que cet envol annoncé n’ait pas eu lieu partout ou n’ait pas encore porté les fruits escomptés. Dans la zone fores­tière, seul le Ghana, dans une certaine mesure, avec son unique département d’archéo­logie (devenu récemment « département d’archéologie et d’études patrimoniales ») rattaché à l’université du Ghana-Legon, pourrait faire figure d’exception du fait d’un vrai dynamisme et d’une certaine rigueur scientifique qui ne se démentent pas depuis le début des années 2000. Pour le reste, hormis l’archéologie sénégalaise dont le dynamisme rassure, l’archéologie contemporaine produite en Afrique demeure très largement une curiosité. Ses reflets surannés n’ont malheureu­sement guère d’impact sur l’historiographie du continent, tout particulièrement dans la zone forestière où les recherches demeurent, pour le mieux, à l’état de friches abandonnées depuis des décennies. Peuvent en témoigner deux lieux pris au hasard : le musée du département d’archéologie de l’uni­versité d’Ibadan, le plus souvent fermé au public, et le musée national de Benin City, qui tous deux se visitent à la lampe de poche, dans une atmosphère davantage propre au recueil­lement qu’à l’émulation intellectuelle.

  • 2  Cette comparaison se veut strictement relative, dans la mesure où les données archéologiques manqu (...)
  • 3  http://mauny.hypotheses.org/ sous la direction de Fabrice Melka.
  • 4  Pour Niani, par exemple Fauvelle-Aymar 2012.

7En contraste avec cette relative indigence de la recherche archéologique sur la longue durée dans le golfe de Guinée, les zones saharienne et sahé­lienne ont fait l’objet de projets mieux planifiés. Ces derniers ont permis l’élaboration graduelle d’un discours historique problématisé et argumenté sur l’histoire de l’occupation humaine ­depuis le Néolithique, dans ces espaces à la fois complémentaires et si différents de la zone guinéenne2. Raymond Mauny est un bon exemple de ces défricheurs des « rivages » du Sahara. Ses cahiers de notes tenus entre 1942 et 1962, et qui font actuellement l’objet d’une publication en ligne3, témoignent de la vitalité de la recherche historique et archéologique française africaniste durant cette période fondatrice (Mauny 1961). Les grandes cités médiévales des franges sep­tentrionales et méridionales du Sahara, et celles qui avaient fleuri le long des routes caravanières, sortirent des sables et prirent leur place dans ­l’histoire globale. Koumbi Saleh et Tegdaoust, Gao et Niani, autant de noms familiers pour les historiens et archéologues de l’Afrique. Ils sont les témoins – véritables ou imaginés4– d’une urbanisation nourrie par le commerce et le développement de grands ensembles politiques tels que les états du Ghana, du Mali ou du Songhai, redécouverts et étudiés par R. Mauny et ses successeurs.

  • 5  Voir la liste de publications sur le site du projet Ounjougou coordonné par Eric Huysecom : http:/ (...)

8Parmi ces derniers, Jean Devisse, historien médiéviste de formation, mena à partir de 1958 ses premières études historiques et archéologiques scientifiques dans la zone sahélienne, particu­lièrement à Tegdaoust. Dans le chantier école qu’il y créa fut formée toute une génération d’archéo­logues et d’historiens africanistes français et francophones et généré un ensemble de connaissances unique pour l’histoire urbaine en Afrique de l’Ouest (par exemple Robert et al. 1970, 1983 ; Vanacker 1979 ; Polet 1985 ; Robert-Chaleix 1989). Les travaux de J. Devisse inspirèrent une série de projets archéologiques dont ceux de Susan et Roderick McIntosh à Jenne-Jenno (1980, 1981, 2004), une ville ancienne du delta intérieur du Niger occupée entre le iiie siècle BC et le xive siècle AD. Depuis, les travaux se sont succédé dans le Sahel, particulièrement dans les anciens sites d’habitat des vallées des fleuves Sénégal et Niger (voir, entre autres, Chavane 1985 ; Bocoum 2000 ; Insoll 2003 ; Bedaux et al. 2005 ; McIntosh 1999a ; Bocoum & McIntosh 2002). L’intérêt des chercheurs s’est aussi concentré sur d’autres sites, en dehors des vallées des grands fleuves sahéliens, comme peuvent en témoigner des travaux dans la région du lac Tchad (Connah 1981), la région dogon de la falaise de Bandiagara au Mali5 ou encore au nord du Burkina Faso (Petit et al., Dueppen 2011) et le nord du Bénin.

9Même si beaucoup reste à faire pour appré­hender plus finement l’histoire humaine dans les zones sahariennes et sahéliennes, on ne peut qu’être frappé par le contraste entre cette relative abondance de projets dans ces régions et le peu de recherches archéologiques dans la zone guinéenne, où pourtant abondent des vestiges matériels prometteurs. Bien entendu, la dégradation de la situation sécuritaire depuis la fin des années 2000, qui a conduit entre 2011 et 2013 à la fermeture – ou au mieux à la suspension – des programmes de recherche internationaux dans le Sahel, et l’incapacité de la plupart des états de la région à encourager l’émergence d’équipes de recherches nationales, a remis en cause cette dynamique ­largement financée par des missions inter­na­tionales, particulièrement européennes et amé­ricaines. Mais cette évolution n’a pas pour autant conduit à un retournement de situation en faveur de la recherche archéologique dans les zones guinéennes.

10Ce déficit est en partie dû au fait que les ­chercheurs ont longtemps pensé la forêt tropicale comme un environnement peu propice au développement de sociétés « complexes ». La déforestation et la transformation de la forêt en une zone cultivable par l’homme ont longtemps été appréhendées comme des phénomènes relativement récents, faisant suite à l’ouverture du commerce atlantique (Goody 1971 ; Wilks 1993). Pour la période pré­cédant le xve siècle, la zone forestière était pensée comme une zone grise, un « désert » sans grand intérêt, peuplé de groupes de chasseurs-cueilleurs, eux-mêmes souvent relégués au ban de l’histoire (Chouin 2012).

11Les travaux de James Fairhead et Melissa Leach (Fairhead & Leach 1998 ; Leach & Fairhead 2002) ont montré que, quelle que soit l’échelle de durée, les phénomènes de déforestation et de ­reforestation ne sont pas des processus linéaires dans le temps en Afrique. Par ailleurs, la présence humaine n’implique pas systématiquement la ­disparition de la forêt, tout comme la présence de la forêt n’indique pas toujours l’absence de présence humaine. Au contraire, il peut y avoir corrélation entre anciens sites d’habitat et formations arborées, de telle façon que ces dernières ont pu être conceptualisées comme marqueurs de sites archéologiques. Les forêts sacrées du sud de l’actuelle République du Bénin, ont été identifiées par Dominique Juhé-Beaulaton comme objets d’histoire et marqueurs d’anciens sites historiques (Juhé-Beaulaton & Roussel 1998 ; Juhé-Beaulaton 1999). Ces travaux ont été confirmés par mes recherches archéologiques dans un ensemble de forêts sacrées situé au sud du Ghana, sur les ­terroirs de quatre villages du Komenda-Edina-Eguafo-Abrem (KEEA), district de la Central Region (Chouin 2002a, 2002b, 2008, 2012 ; fig. 1). Quatre forêts sacrées, sélectionnées sur un échantillon de quelque 70 sites, ont livré du matériel archéologique évoquant, le plus souvent sans ambiguïté, l’existence en ces lieux d’habitats ­occupés puis abandonnés à différentes périodes.

Figure 1 – Localisation des forêts sacrées fouillées par l’auteur dans le district Komenda-Edina-Eguafo-Abrem (KEEA), région centrale, Ghana

Figure 1 – Localisation des forêts sacrées fouillées par l’auteur dans le district Komenda-Edina-Eguafo-Abrem (KEEA), région centrale, Ghana

© G. Chouin

12Le site le plus ancien semble être Nana Asaba, au cœur du réseau lagunaire qui s’étend autour du village côtier de British Komenda. L’unique date radiométrique obtenue pour ce site (Beta-212919, tabl.1) place son occupation entre les iiie et viie siècles de notre ère (Chouin 2009 : 615-617). Le site de Nana Bosomtwi, qui s’étend au nord-ouest du village actuel de Nsadwer, dans cette même zone lagunaire, montre pour sa part un niveau ancien datant de la seconde moitié du second millénaire (Beta 212921, Beta 212922 ; tabl. 1), et un autre, riche en matériels importés et en artefacts typiques du xviie siècle, qui semble lié à une activité de production de fer (Chouin 2009 : 618-620). Pour la première fois en Afrique subsaharienne, l’archéologie confirmait clairement que les forêts sacrées, qui parsèment les ­terroirs très variés du golfe de Guinée, n’étaient pas des reliques de la grande forêt primaire pré-atlantique parfois imaginée, mais qu’au contraire, elles étaient d’origine anthropique et, plus encore, des lieux de mémoire liés à d’anciens sites d’habitat (Chouin 2009 : 469-519).

Tableau 1 – Datations radiométriques obtenues à Nana Asaba et NsadwerBosomtwi

Référence de l’échantillon

Âge 14C conventionnel

Âge calibré (68 %, 1 σ)

Probabilité

Âge calibré (95,4 %, 2 σ)

Probabilité

Beta-212919

(Asaba)

1620 ± 90 BP

340-544 AD

1

235-621 AD

1

Beta-212921

(Bosomtwi)

720 ± 40 BP

1258-1297 AD

1374-1376 AD

0,970219

0,029781

1221-1308 AD

1362-1386 AD

0,884361

0,115639

Beta-212922 (Bosomtwi)

1220 ± 40 BP

724-739 AD

771-875 AD

0,112016

0,887984

685-892 AD

1

Réalisées par le laboratoire Beta Analytic et affinés suivant le programme CALIB Rev. 6.1.1, écrit par le Quaternary Isotope Laboratory de l’Université de Washington et maintenu par Paula et Ron Reimer (Reimer et al., 2004)

13Aujourd’hui, l’aire forestière de l’Afrique de l’Ouest peut donc être considérée comme un ensemble écologique et anthropique dynamique, constamment modifié et impacté par les sociétés qui s’y sont établis sur plusieurs millénaires. Depuis au moins 3000 ans, elle a sans cesse été exploitée, , en partie défrichée, cultivée, tout en regagnant du terrain dès que l’homme lui en laissait la possibilité. L’idée en soi n’est pas nouvelle (voir par exemple Richards 1996) mais elle a bien du mal à s’imposer, parce qu’elle bou­leverse un ordre des choses imposé par l’imaginaire colonial depuis plus d’un siècle, sans compter que les archéologues, au cours des deux dernières décennies, n’ont pas suffisamment versé de nouvelles pièces au dossier. Des sociétés pré-­atlantiques qui se sont succédé sous la canopée, on ne perçoit semble-t-il la brillance – pour reprendre le terme utilisé par Graham Connah (1987 : 121) – qu’au travers de rares mais remarquables vestiges documentés il y a déjà plus de trente ans à Igbo-Ukwu, Ile-Ife ou Benin City.

14D’autres travaux, moins spectaculaires et surtout disséminés dans l’espace et dans le temps, tels que ceux menés au Ghana par l’auteur sur le site d’Akrokrowa (Chouin 2009 : 521-597 ; Chouin & DeCorse 2010), par James Boachie-Ansah (2008/ 2009, 2010) sur les sites de Ngyedum et Asaman, autour de Brakwa, et au Nigéria par Patrick Darling (1984, 1997, 1998, 2001), confirment que la zone forestière présente, en dehors des grands sites, une forte concentration de vestiges archéologiques monumentaux. L’étude de ces derniers pourrait contribuer à renouveler de façon drastique l’historiographie de la région. Le temps semble être venu de laisser de côté l’approche ­particulariste de chaque site et de réfléchir sur l’ensemble de ces données à une échelle régionale. C’est l’objet de cette contri­bution : proposer une direction générale, une ­stratégie de recherche pour réinvestir l’espace ­scientifique largement abandonné depuis les travaux pionniers des années 1960.

  • 6  Entre autres, G. Connah (2001), un exemple de l’une de ces grandes synthèses sur l’histoire de l’A (...)
  • 7  Ce que G. Connah (2007 : 39) appelle “a seamless account of human endeavour”.

15Inspirée d’une démarche issue de l’archéologie historique développée pour l’Afrique de l’Ouest par Graham Connah6et Christopher DeCorse (2001), et augmentée par Akin Ogundiran (2005, 2009), Cameron Monroe (2007, 2011) ou encore Neil Norman (2008, 2009), cette redécouverte repose sur la possibilité de générer un discours his­torique7sur la zone forestière pendant la période médiévale et moderne, en favorisant le dia­logue entre les épistémologies propres à l’histoire, à l’anthropologie et à l’archéologie. Elle s’appuie sur la déconstruction de l’historiographie existante, qui tend à marginaliser l’existence même d’une histoire du Golfe de Guinée avant l’ouverture du commerce atlantique (voir par exemple Chouin 2012), et entend reconstruire une histoire régionale alternative, sur deux millénaires. Dans cette nouvelle perspective, l’arrivée des Européens au xve siècle et l’ouverture du commerce atlantique apparaissent non plus comme des points d’origine mais plutôt comme des moments entre continuité et transition, à replacer dans une histoire globale. Pour ce faire, le projet suit un fil conducteur jusquelà insuffisamment exploité : l’existence dans les paysages forestiers d’aujourd’hui de vestiges monu­mentaux associés à d’anciens sites d’habitat. Présents sous la forme d’enceintes souvent entourées de profonds fossés, ils sont les témoins d’un processus d’urbanisation dont les modalités et la chronologie n’ont été que très superficiellement étudiées (Connah 2008).

Le fait urbain en Afrique forestière aux époques médiévale et moderne : pistes de réflexion

  • 8  G. Connah, communication personnelle, juin 2013.

16Les connaissances sur les processus d’urbanisation en Afrique forestière sont aujourd’hui extrêmement limitées. Que de tels processus aient pu y avoir lieu avant l’arrivée des Européens, n’est parfois pas même imaginé dans une Afrique de l’Ouest où l’ancienneté du fait urbain est relati­vement peu relayée dans le discours scientifique malgré l’existence de quelques monographies ­historiques et archéologiques qui en attestent le développement. Des villes telles que Kumasi, Ile-Ife, Ijebu Ode ou Benin City, sont plusieurs fois centenaires, mais si certaines avaient fasciné par leur taille les voyageurs européens, leur caractère urbain fut souvent « nié par le colonisateur » (Connah 1987 : 121, 2001 : 144 ; Perrot 1999). L’ou­vrage de synthèse publié en 1987 par G. Connah et intitulé « Precolonial cities and States in Tro­pi­cal Africa: an archaeological perspective » demeure aujourd’hui une tentative isolée de lever le voile sur la réalité et l’ancienneté des processus d’urbanisation dans la zone forestière. L’état de l’art qui me sert, plus de vingt ans plus tard, pour pré­senter ce projet n’est guère différent de celui qui existait au moment où G. Connah rédigeait son ouvrage. Les avancées dans ce domaine de recherche restent donc extrêmement limitées, contrairement au succès de l’ouvrage de G. Connah, réimprimé dix fois entre 1987 et 19998.

17Du point de vue de l’archéologie, l’Afrique de l’Ouest forestière n’a pour le moment pas fait l’objet de recherche spécifique sur le fait urbain, planifiée ou qui dépasse un cadre strictement local (Connah 2000). Dans toute la zone, le concept d’ar­chéologie urbaine simplement n’existe pas, ou bien se trouve cantonné géographiquement à quelques villes du littoral liées à des établissements africains ou afro-européens des époques moderne ou contemporaine en relation avec le monde atlantique (DeCorse 2001 ; Kelly 1995 ; Monroe 2007, 2011 ; Norman 2009). Il est vrai que la diversité sémantique associée au concept de « ville », rend difficile sa traduction en termes qui puissent être testés par l’archéologue qui travaille dans la zone forestière tropicale. Même s’il est clair, comme l’établit fortement une synthèse récente et provocatrice menée par l’équipe de Paul Sinclair (2010) à Uppsala, que « l’urbanité » ou « l’esprit urbain » est un fait cognitif global, il connaît également des variations conceptuelles infinies sur l’échelle du temps et de l’espace.

18Si le fait urbain est donc cognitivement lar­gement partagé par des sociétés éloignées les unes des autres, il n’y a par contre pas de réalité urbaine intangible et résistante à une définition globale. Il y a, au contraire, une réalité fortement imbriquée dans un contexte historique et géographique donné, soumis à l’interaction de nombreux facteurs, eux aussi dynamiques. Il existe bien entendu de nombreuses définitions de la ville, et des caractéristiques qui la séparent d’autres formes d’habitat groupé, ce que Catherine Coquery-Vidrovitch a qualifié, non sans raison, de « sempiternel et inso­luble thème » (2006 : 1091). Il faut dire que ces définitions, souvent ancrées dans des modèles issus de l’antiquité grecque ou proche-orientale (Manyanga et al. 2010), pour intéressantes qu’elles soient, sont difficilement transposables à l’Afrique forestière et à des périodes éloignées pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites. Les dépôts archéologiques y suivent des processus géomorphologiques très différents de ceux que l’on connaît sur le pourtour de la Méditerranée ou dans les zones arides du Sahel ou de l’Orient, et l’expression de l’architecture monumentale – l’une des conditions souvent citée du caractère urbain – s’y exprime autrement. Quant au concept de « cluster-city » développé par S. et R. McIntosh à partir du cas particulier de Jenne-Jenno et d’autres sites urbains du delta intérieur du Niger, il se révèlera peut-être une piste de recherche utile (McIntosh S. K. 1999a ; McIntosh S. K. 1999b ; McIntosh R. 2000a).

  • 9  Ce dernier terme est utilisé exclusivement par Roger Blench dans une contribution récente (sous-pr (...)

19De fait, une réflexion théorique approfondie sur le fait urbain dans la zone forestière de l’Afrique de l’Ouest est plus que jamais nécessaire, mais ne peut se tenir que sur la base de la réévaluation des données existantes et, surtout, de la collecte de nouvelles données empiriques produites par l’archéo­logie. Il est en effet probable que l’envi­ronnement forestier/tropical exerce sur le fait urbain une pression bien particulière. Notre point de départ, sur le terrain, est l’existence, à travers toute la zone étudiée, de constructions monu­mentales qualifiées selon les auteurs d’« enceintes », de « remparts », de « fossés », de « murs » ou, en anglais, « earthworks », « earthenbanks and ditches », « entrenchements »,« causeways », « moats », « ditches and walls » et plus récemment « rammed-­earthwalls »9. Il s’agit plus précisément de vestiges de talus de forme souvent ellipsoïdale, simples ou complexes, associés à des fossés de 5 à 20 mètres de profondeur. Ces enceintes ont des périmètres allant de quelques centaines de mètres à plus de cent kilomètres. Tandis que beaucoup délimitent des sites d’habitat, certaines enserrent des terres agricoles et des pâturages, et d’autres encore pourraient marquer les limites territoriales d’entités politiques disparues.

  • 10  Visibilité toute relative cependant (Chouin 2012 : 28-32). Sur la question de la visibilité des si (...)

20D’un point de vue archéologique, ces marqueurs sont les seuls qui soient profondément inscrits dans le paysage – donc visibles10 – et constituent en même temps une caractéristique partagée, une condition de dialogue possible avec les définitions de la ville développées par les chercheurs pour d’autres aires spatio-temporelles. En effet, ces ­vestiges sont potentiellement associables à l’idée de monumentalité, de pouvoir, de concentration démographique et de construction d’un espace affichant sa différence vis-à-vis de son environnement immédiat : autant de critères qui reviennent fréquemment dans les discussions typologiques sur le fait urbain. À ce jour, seul un nombre infime de ces enceintes a été identifié par les archéo­logues entre la Côte d’Ivoire et le Nigéria (fig. 2). Un panorama rapide en est proposé ici.

Figure 2 – Aire de distribution des sites à enceinte de la zone forestière dans l’état actuel des connaissances

Figure 2 – Aire de distribution des sites à enceinte de la zone forestière dans l’état actuel des connaissances

Sources : D. Kiyaga-Mulindwa 1978 ; J. Polet & B. Saison 1981 ; G. Chouin 2009 ; J. Boachie-Ansah 2010 ; R. Blench 2013 ; © G. Chouin

Distribution des enceintes médiévales et modernes en Afrique de l’Ouest forestière : état des lieux, débats et chronologies

Enceintes de Côte d’Ivoire

  • 11  À ma connaissance, la carte sommaire publiée par J. Polet et B. Saison (1981 : 53) est le seul doc (...)

21Dans le sud-est de la Côte d’Ivoire, de nombreuses enceintes ont été signalées dans la région d’Agboville dès les années 1940 (Billy 1941, 1942) puis de nouveau en 1951 (Holas 1951). À la fin des années 1960, de nouveaux sites ont été repérés suite au défrichage de larges pans de forêt pour faire place à des plantations de tecks (Perrot 1968-69 ; Grandin 1968-69 ; Triaud 1968). D’autres, similaires à ceux décrits à Agboville et auxquels ne se rattache aucune tradition historique, ont été mentionnés par Claude-Hélène Perrot dans le cadre de ses recherches sur les Anyi-Ndenye (Perrot 1982 : 53-55). Ce type d’implantation semble donc être largement répandu, même s’il n’a été jusqu’à présent que peu étudié par les archéologues11.Deux enceintes de la région d’Agboville firent cependant l’objet de courtes campagnes de fouilles en 1968 et 1971 (Polet 1974 : 29 ; Polet & Saison 1981). Aucune datation au radiocarbone n’a pu être effectuée, car les échantillons étaient de taille insuffisante pour pouvoir être datés avec les méthodes existantes à l’époque (Polet & Saison 1981 : 55).

22La chronologie des sites – décrits comme non stratifiés – a donc été déduite essentiellement de l’interprétation des traditions orales des populations locales affirmant avoir trouvé les enceintes à leur arrivée au xviiie siècle. Elle fut confirmée par la présence sur les sites d’un nombre important de fragments de pipes en terre de facture locale, connues pour avoir circulé dans l’hin­terland forestier à partir de la seconde moitié du xviisiècle. Sur cette base, les enceintes de la Séguié ont été provisoirement datées de la fin du xviie ou du début du xviiie siècle (Polet & Saison 1981 : 55). Depuis 1971, à ma connaissance, aucun de ces sites n’a fait l’objet de nouvelles recherches archéologiques, et les données publiées par Jean Polet et Bernard Saison sont les seules disponibles pour servir de base à leur éventuelle réinterprétation. Leur similitude avec les sites à enceintes du Ghana méridional nous permet cependant de comparer utilement ces données avec celles, plus fournies, réunies de l’autre côté de la frontière et de les replacer dans un cadre régional.

Enceintes du Ghana

23La partie méridionale du Ghana est sans doute la région pour laquelle la réflexion sur l’urbani­sation ancienne est la plus avancée aujourd’hui, notamment suite aux fouilles que j’y ai conduites (Chouin 2009). L’enceinte d’Akrokrowa (fig. 3 et 4), identifiée dans l’une des forêts sacrées du pays Abrem (KEEA district, Central Region, Ghana), a fait l’objet d’une campagne de sondages au début des années 2000. Elle a permis d’établir, pour la première fois, une chronologie solide du développement d’un site à enceinte, depuis sa fondation vers le viie ou viiie siècle de notre ère jusqu’à son abandon au xive siècle (Chouin 2009 ; Chouin & DeCorse 2010).

Figure 3 – Localisation du site à enceinte d’Akrokrowa (Abrem Berase, Central Region, Ghana) en grande partie inclus dans la forêt sacrée du même nom

Figure 3 – Localisation du site à enceinte d’Akrokrowa (Abrem Berase, Central Region, Ghana) en grande partie inclus dans la forêt sacrée du même nom

Trois sites d’habitats distincts marquent l’espace : le village actuel, son site précédent occupé au xixe siècle et abandonné au début du xxe et le site médiéval fondé vers le viiie siècle et déserté au xive

© G. Chouin

  • 12  Pour une présentation détaillée des résultats, voir Chouin 2009 : 544-548.
  • 13  En 1934, des géologues de la Gold Coast Geological ­Survey, intrigués par les nombreuses enceintes (...)
  • 14  « Les enceintes sont des sites d’habitats fortifiés construits par les Akwamu dans la seconde moit (...)

24Cette chronologie12 est basée sur la datation AMS de quatre échantillons de charbon extraits de la colonne stratigraphique d’un sondage effectué dans la couche de remplissage du fossé. Elle a entraîné dans son sillage un réexamen critique approfondi des rapports de fouilles d’enceintes effectuées au Ghana entre 1953 – date de la première fouille professionnelle13 d’une enceinte à Kokobin, dans la vallée de la Birim, par Oliver Davies (1961) – et 1978, année où David Kiyaga-Mulindwa acheva sa thèse sur les enceintes de cette même vallée à l’université John Hopkins. La lecture du rapport de fouille de Kokobin, publié en 1961 par Oliver Davies, montre que ce dernier n’a probablement pas fouillé le fossé associé à l’enceinte, se contentant d’ouvrir une tranchée dans la levée d’argile et un sondage à l’intérieur du site. En 1953, O. Davies n’avait pas accès à la datation radiométrique et à l’instar de J. Polet (1974) en Côte d’Ivoire, la présence de fragments de pipes sur le site l’induisit à accepter une suggestion d’Ivor Wilks selon laquelle « the entrenchments are fortified settlements built by the Akwamu in the second half of the seventeenth century to resist pressure from Akim to the west »14.

Figure 4 – Profil de l’enceinte avec restitution du fossé originel en partie comblé et dont la stratigraphie témoigne de plus d’un demi-millénaire d’occupation

Figure 4 – Profil de l’enceinte avec restitution du fossé originel en partie comblé et dont la stratigraphie témoigne de plus d’un demi-millénaire d’occupation

© G. Chouin

25Quelques deux décennies plus tard, D. Kiyaga-Mulindwa semble lui aussi avoir été captif d’une certaine manière de penser l’histoire du Ghana précolonial dans les années 1970-80. Il proposa une interprétation de l’archéologie des enceintes de la vallée de la Birim basée sur la fiction d’un « ethnocide », le remplacement d’une population autochtone (Atetefo) par des envahisseurs akan (Atwea) en lien avec l’expansion de la traite des esclaves dans l’arrière-pays de la Côte de l’Or (Kiyaga-Mulindwa 1982). Cette théorie était liée à la présence, dans la stratigraphie des enceintes fouillées, de deux niveaux d’occupation distincts. Ils se caractérisaient chacun par un type de ­céramique particulier : la plus ancienne, d’allure ­érodée, rugueuse au toucher, de couleur orangée ; la plus récente, d’allure similaire à la céramique liée aux populations akan dans le présent ethnographique et caractérisée par des carénations et une surface polie de couleur noire.

  • 15Un processus de transformation et d’expérimentation dans la production céramique.

26Le scénario paraissait donc tout écrit : une population autochtone menacée par des migrants engagés dans la traite des esclaves avait tenté de fortifier ces sites d’habitat avant d’être éventuellement submergée et déportée en masse vers la côte où les attendaient les navires négriers européens. De fait, ce passage d’un type de céramique à un autre est observable dans toute la zone forestière du Ghana, où il marque une transition plus où moins nette entre la période pré-atlantique et les xviie/xviiie siècles. Ce passage, qui semble se faire graduellement à partir de 1600, est aujour­d’hui interprété plutôt, comme le résultat d’une « period of transformation and experimentation in ceramic production »15 (DeCorse 2001 : 121), en lien avec l’ouverture du commerce atlantique.

27La transition, si clairement enregistrée dans la stratigraphie des sites de la vallée de la Birim, n’est donc pas le reflet d’un remplacement de population mais marque plutôt deux épisodes d’occupation séparés par une période d’abandon.

28D. Kiyaga-Mulindwa avait vu juste sur un point : la construction des enceintes est bien associée à la période d’occupation la plus ancienne. Il est par contre peu probable que la construction et l’abandon des sites se soient produits pendant la période moderne, puisqu’aucun matériel importé ni aucune pipe ne sont associés à cette strate ­d’occupation ancienne.

  • 16  Cette information m’a été confirmée quelques mois plus tard par l’auteur, J. Boachie-Ansah (commun (...)

29L’hypothèse qui émerge de cette relecture est donc celle d’une construction, puis d’un abandon, avant l’ouverture du commerce atlantique. Cette hypothèse est confirmée par la réinterprétation de quatre dates radiométriques obtenues par D. Kiyaga-Mulindwa sur le site de Monsa. Dans une discussion détaillée de ces dates, recalibrées pour l’occasion, nous avons montré qu’elles n’étaient pas opposées à l’hypothèse d’une construction des enceintes au cours du premier millénaire de notre ère (Chouin & DeCorse 2010 : 129-133). La réé­valuation critique des travaux précédents, et la comparaison avec les données issues du site d’Akrokrowa, dévoilent un nouveau scénario ­marqué par ce qui paraît être deux constantes : 1) la fondation des enceintes à partir du milieu du ­premier millénaire de notre ère ; 2) leur abandon avant l’ouverture du commerce atlantique avec parfois des épisodes de réoccupation plus tardifs. Depuis, des travaux similaires conduits par J. Boachie-Ansah sur une série d’enceintes de la région de Brakwa (Central Region) ont abouti à des conclusions similaires. Elles se fondent sur des datations radiométriques (Ua-38354 à 38357) relatives à l’enceinte d’Asaman qui, toutes, indiquent une occupation du site antérieure au début du second millénaire (Boachie-Ansah 2009)16.

30L’intérêt spécifique du site d’Akrokrowa est de ne jamais avoir été réoccupé après son abandon au xive siècle. Il offre donc une topographie et une stratigraphie non perturbées par des occupations ultérieures. La comparaison des sites d’Akrokrowa et de Monsa est intéressante dans la mesure où elle permet d’entrevoir des différences majeures dans l’utilisation de l’espace par les communautés qui ont construit les enceintes, puis par celles qui s’y installèrent plus tardivement, sans doute à partir des xve et xvie siècles. Ces différences concernent tout d’abord la circulation entre l’extérieur et l’intérieur de l’enceinte. À Akrokrowa, on observe que le fossé est continu et qu’il n’y a pas de passage aménagé au travers de l’enceinte. L’idée des communautés qui ont construit ces struc­tures était donc bien de rendre difficile le passage de l’extérieur vers l’intérieur, ou tout du moins de circonscrire l’espace habité d’une césure ininterrompue. Les fossés originaux ne faisaient pas moins de 5 mètres de profondeur et l’enceinte (voire les enceintes) d’argile ajoutait encore un obstacle supplémentaire. Des passerelles en matière végétale garantissaient peut-être l’accès. Les sites réoccupés à des périodes postérieures ont, quant à eux, été systématiquement réamé­nagés par le comblement de certaines parties du fossé, de façon à en faciliter et pérenniser l’accès. Il y a là une conception différente de l’utilisation de l’espace qui répond de toute évidence à des interprétations distinctes de la fonction des enceintes, et sans doute aussi de la façon d’ap­préhender l’environnement dans son ensemble. D’un point de vue archéologique, la présence de comblements observés sur un site à enceinte doit faire penser immédiatement à la possibilité d’une histoire complexe sur la longue durée.

31De même, les deux périodes d’occupation se distinguent très clairement par la façon qu’avaient les habitants de disposer de leurs ordures. À Akrokrowa, on n’observe aucun tas d’ordure, ni à l’intérieur ni à l’extérieur de l’enceinte. Tous les déchets produits par les habitants semblent avoir été jetés dans les fossés, lesquels ont été comblés, en un demi millénaire d’occupation sur environ la moitié de leur profondeur, soit à peu près 2,5 mètres (fig. 4). Pour l’archéologue, c’est la garantie d’une stratigraphie d’une ampleur remarquable. Curieusement, les chercheurs semblent être systématiquement passés à côté de ce trésor stra­tigraphique, en concentrant leurs efforts sur l’intérieur des sites et sur les enceintes elles-mêmes. Sur les sites réoccupés ultérieurement, par contre, on constate souvent l’existence d’ordures déposées dans des fosses ou en tas, à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre délimité par l’enceinte, ce qui suggère que la zone d’habitat débordait de la zone délimitée par talus et fossés. Ces derniers ne définissaient donc plus un espace urbain distinct.

32À la lumière de ces éléments, les sites ivoiriens de la région de la Séguié prennent une nouvelle dimension. En effet, tous les éléments rapportés par J. Polet et B. Saison, y compris l’existence de « points de passage » (Polet & Saison 1981 : fig. 2), de plusieurs trous et de tas d’ordures (op. cit. : 53), et la présence de matériels importés aux côtés d’autres lithiques et céramiques assez proches de ceux d’Akrokrowa, devraient nous inciter à pro­poser une nouvelle étude archéologique des sites de la Séguié.

Enceintes du Togo et du Bénin

33Au Togo, très peu d’études ont été consacrées aux enceintes, à l’exception d’un bref rapport présenté sur le site de Notsé par M. Posnansky et P. DeBarros (1979 : 36-39) à l’issue d’une rapide enquête sur les ressources archéologiques du Togo. Cette dernière fut à l’origine des recherches qu’y mena Angèle Aguigah dans le cadre d’une thèse de iiie cycle soutenue en 1986. Ce lieu mythique marque l’origine de la dispersion du peuple ewe, et bien que les travaux d’A. Aguigah aient permis de défricher nos connaissances sur ce site, de nouvelles fouilles seraient nécessaires pour préciser la chronologie des enceintes et des nombreux ­fossés identifiés.

34Le site de Tado, présenté comme le lieu d’origine des fondateurs de Notsé, mériterait lui aussi d’être réévalué. Au Bénin, le site de Savi, connu pour être la capitale du royaume de Hueda (Ouidah) aux xviie et xviiisiècles, a été fouillé par K. G. Kelly et N. L. Norman (Kelly 1995, 1997, 2001 ; Norman & Kelly 2004 : 101 ; Norman 2009). Une série de dépressions, identifiées par ces auteurs sur l’endroit présumé du quartier royal, pourrait être une relique d’anciens fossés associés à un site du premier millénaire, réoccupé et modifié pendant les périodes historiques. Toujours sur le territoire de la République du Bénin, le site de Kétu, non loin de la frontière avec le Nigéria, est également connu pour ses enceintes, mais aucune chronologie n’y a encore été proposée sur la base de recherches archéologiques. Au Togo, comme au Bénin, il est fort probable que des sites à enceinte restent à identifier, à cartographier et à évaluer d’un point de vue archéologique de façon à les intégrer dans une chronologie du processus d’urbanisation et de désurbanisation du Golfe de Guinée.

Enceintes du Nigéria

  • 17Nous traversâmes alors un petit cours d’eau et entrèrent dans une ville d’une étendue prodigieuse (...)

35Finalement, de nombreux complexes d’enceintes ont également été repérés au Nigéria, tout particulièrement dans le quart sud-ouest, dans les aires culturelles yoruba et edo. Le paysage urbain tel qu’on le connaît aujourd’hui en pays yoruba résulte très largement de grands mouvements de population, d’abandon et de recomposition de villes. Ces derniers ont été provoqués par des épisodes de jihad menés par les troupes d’Usman Dan Fodio au début du xixe siècle, précipitant la chute de l’état d’Oyo en 1837, et plongeant la région, pour des décennies, dans la guerre civile (Akinjogbin 1998). Les villes yoruba de cette période étaient souvent entourées d’enceintes comme le décrivent fort bien les frères R. et J. Lander qui traversèrent le pays yoruba de Badagry au Niger en 1830 : « We then crossed a small stream and entered a town of prodigious extent called Bohoo. Its immense triple wall is little short of twenty miles in circuit; but besides huts and gardens, it encloses a vast number of acres of excellent meadow land »17 (Lander 1965 [1832] : 78).

36La recomposition de l’espace régional dans le courant du xixe siècle explique l’existence de nombreuses enceintes abandonnées que seuls connaissent les paysans qui exploitent les terres où elles se trouvent. Très peu de ces sites ont fait l’objet de reconnaissances et des fouilles archéo­logiques n’ont été menées que sur un nombre infime de sites majeurs dans la mémoire collective. Parmi ces derniers, le site urbain d’Ile-Ife est sans doute celui qui a attiré le plus l’attention des ­chercheurs depuis le début du xxe siècle. Ile-Ife occupe une place unique dans les mythes de fondation yoruba comme étant la « source » de cette culture et de tous les états et dynasties qui s’y rattachent, y compris le royaume de Benin City (Akinjogbin 1992). C’est aussi à Ile-Ife que Leo Frobenius exhuma les fameux bronzes qui ont depuis fait la réputation de l’art ancien de cette partie du Nigéria (Kuba & Hambolu 2010). De toute évidence, l’antiquité proclamée de ce site et la force d’attraction de son art, en ont fait un lieu d’attraction particulier pour les archéologues.

37Entre 1938 et la fin des années 1970, pas moins de dix-neuf sites y ont fait l’objet de sondages, dont quatre ont donné lieu à des rapports détaillés et sept ont livré des dates radiométriques (Agbaje-Williams 1987 ; Eyo 1974 ; Garlake 1974, 1977), indiquant une occupation entre le xiie siècle et la période contemporaine. Ile-Ife était entouré par un réseau complexe d’enceintes médiévales et sub-modernes, dont le seul relevé – auquel il manque peut-être une ou plusieurs enceintes extérieures – fut publié par P. Ozanne en 1969 et demeure utile pour ­comprendre leur agencement vis-à-vis du déve­loppement de la ville moderne (fig. 5).

Figure 5 – Projection du relevé des enceintes d’Ile-Ife sur une vue satellitaire Google Maps (10 juillet 2013) du centre de cette ville

Figure 5 – Projection du relevé des enceintes d’Ile-Ife sur une vue satellitaire Google Maps (10 juillet 2013) du centre de cette ville

Sources : P. Ozanne 1969 ; © G. Chouin

38Les différentes enceintes ne sont pas précisément datées et la chronologie générale du ­développement de ce site urbain majeur n’est pas vérifiéee, malgré des hypothèses intéressantes posées par P. Ozanne (1969 : 41-43). La ville moderne d’Ile-Ife recouvre le site historique et le développement de ses infrastruc­tures, couplé au dynamisme de sa démographie, a gravement affecté les ressources archéologiques. Les enceintes et les fossés ne sont quasiment plus visibles et le travail que P. Ozanne effectua dans les années 60 ne serait plus possible aujourd’hui. Symboles de l’ancienneté du déve­loppement urbain d’Ile-Ife, les cours pavées de tessons de poterie, disposés le plus souvent sur la tranche, qui permettraient d’évacuer les eaux apportées par les pluies tropicales, disparaissent rapi­dement (fig. 6) Ils sont emportés par l’érosion, le passage des véhicules et des piétons, ainsi que par les nombreux projets de développement publics et privés. Le pavage préservé dans l’enceinte du musée national (fig. 7) demeure une exception.

Figure 6 – Un fragment de pavement encore visible dans les ruelles d’Ile-Ife, montré par le Dr. Adisa Ogunlolakan

Figure 6 – Un fragment de pavement encore visible dans les ruelles d’Ile-Ife, montré par le Dr. Adisa Ogunlolakan

© C. DeCorse

Figure 7  – Pavement à l’emplacement d’un ancien lieu sacré conservé dans un espace aménagé dans l’enceinte du Musée national d’Ile-Ife

Figure 7  – Pavement à l’emplacement d’un ancien lieu sacré conservé dans un espace aménagé dans l’enceinte du Musée national d’Ile-Ife

© C. DeCorse

  • 18  En 2002, 2004 et 2007 Phillip Ajekigbe fouilla l’abri sous roche d’Agbaku, à l’extérieur des murai (...)

39Old Oyo est un autre site ayant bénéficié de l’attention des archéologues. Capitale de l’un des états yoruba les plus puissants entre le xviie et le début du xixe siècle, Old Oyo a été brutalement abandonné en 1837 après une longue période de déclin. Le site n’a jamais été réoccupé et est aujour­d’hui un parc national. Frank Willett y entreprit des fouilles entre 1956 et 1957 (Willett 1960, 1962) mettant au jour, outre les vestiges de la capitale yoruba, les traces d’une industrie microlithique. On doit à Robert Soper, qui y travailla entre 1973 et 1979, le premier plan des multiples enceintes d’Old Oyo (Agbaje-Williams 1987 : 26 ; Soper & Darling 1980), lequel fut ensuite confirmé et légèrement amendé par Babatunde Agbaje-Williams en 1978 (Agbaje-Williams 2001). Ce dernier y conduisit une campagne de fouille en 1981 (Agbaje-Williams 1990)18. Curieusement, toutes les dates radiométriques obtenues dans différents sondages à Old Oyo s’orientent vers une occu­pation très ancienne du site, entre le viiie et le xive siècle de notre ère. Il n’est donc pas impossible que la fameuse capitale yoruba, connue au xixe siècle sous le nom de Katunga, ait en fait été occupée plus tôt qu’on ne le croit, et réoccupée à plusieurs reprises. Là encore, les enceintes n’ont pas fait l’objet d’une étude précise, et il est donc impossible de dire si une partie au moins d’entre elles peut être d’époque médiévale.

40Benin City, la capitale du puissant royaume edo a été visitée par les Portugais dans les premières années de leur présence dans le Golfe de Guinée, à partir de 1472. L’étude menée par G. Connah (1975) demeure un exemple de projet archéologique dans la zone forestière. Un ensemble de six contextes différents ont été fouillés entre 1961 et 1964. Les dates les plus anciennes remontent au xiiie siècle, mais l’auteur pense que des dates antérieures pourraient être obtenues dans d’autres lieux du site (Connah 2001 : 160). L’enceinte intérieure de Benin City, un monument impres­sionnant de 11,6 kilomètres de circonférence et de 17,6 mètres de dénivelé (entre le fond du fossé et le sommet de l’élévation) a fait l’objet d’une tranchée mais la datation obtenue (xve siècle) devrait être remise en contexte et comparée à d’autres (Connah 1987 : 134). Les travaux de prospection et de cartographie menés par Patrick Darling de 1974 à 1977, ont montré qu’en dehors de ses propres enceintes, Benin City était enserré dans un réseau très dense d’enceintes agglomérées les unes aux autres et structurant le terroir forestier dans la forêt sur plus de 6 500 km², pour une longueur estimée à 16 000 kilomètres (Darling 1984 : 188, 195). Malgré le caractère impres­sionnant de ces monuments (fig. 8), ces travaux n’ont pas été suivis de programmes de recherches archéologiques, et aucune datation radiométrique effectuée à partir d’échantillons prélevés dans une stratigraphie clairement établie n’est venue jusqu’ici alimenter un débat sur la chronologie de ces sites remarquables (Connah 2001 : 162-164). Il est à noter que le fait qu’ils soient aujourd’hui recouverts par la forêt n’est pas sans nous ­rap­peler que cette partie du Nigéria était défrichée à l’époque où ces enceintes étaient fonctionnelles.

Figure 8 – Une partie de l’enceinte de Benin City (échelle donnée par l’auteur).

Figure 8 – Une partie de l’enceinte de Benin City (échelle donnée par l’auteur).

Notez les traces laissées par un engin de chantier et qui témoignent des dangers auxquels sont confrontés ces monuments

© C. DeCorse

  • 19  Je remercie Michael Prime et Guus Hak pour m’avoir fourni des données cartographiques inédites con (...)

41Au nord de Lagos, en pays ijebu, une autre enceinte, connue sous le nom de Sungbo’s Eredo, a fait l’objet d’un relevé assez précis réalisé par P. J. Darling (1997, 1998, 2001 : 122-136). D’une longueur estimée à environ 185 kilomètres de long, elle délimite une aire totale d’environ 1025 km². Elle est marquée par un fossé dont la profondeur varie entre 5 et 20 mètres19. Il est par ailleurs probable que cette enceinte ne soit qu’une petite partie d’un réseau beau­coup plus vaste, comme semblent l’in­diquer des vestiges isolés de murs et de fossés cartographiées par P. J. Darling à l’intérieur et à l’extérieur de l’en­semble (fig. 9).

Figure 9 – Localisation de l’enceinte de Sungbo Eredo par rapport à Lagos

Figure 9 – Localisation de l’enceinte de Sungbo Eredo par rapport à Lagos

Notez la présence de petites portions d’enceintes qui laissent présager l’existence d’autres talus et fossés

Sources : documents inédits communiqués par Michael Prime et Guus Hak, dont une carte de l’enceinte de P. Darling intitulée « Sungbo’s Eredo, Ijebu. 1.100 year old kingdom Boundary rampart » ; © G. Chouin

  • 20  Ce travail s’effectue sous la supervision du Pr. Aremu.

42Deux sondages ont été réalisés sur l’enceinte entre 2011 et 2013 par Joan-Mary Ogiogwa dans le cadre de sa thèse de doctorat à l’université d’Ibadan20 (fig. 10). La coupe stratigraphique obtenue montre clairement un cœur fait de plusieurs couches de sable séparées par des surfaces légèrement durcies, comme si le sable avait été mouillé ; l’ensemble était recouvert d’une épaisse carapace d’argile compacte qui garantissait l’im­per­méa­bilité et donc la durabilité de l’ouvrage (fig. 11).

Figure 10 – Joan-Mary Ogiogwa et David Aremu devant le sondage effectué en 2011 sur l’enceinte de Sungbo Eredo

Figure 10 – Joan-Mary Ogiogwa et David Aremu devant le sondage effectué en 2011 sur l’enceinte de Sungbo Eredo

Notez la forme convexe de l’enceinte et la formation boisée qui recouvre la partie non défrichée

© G. Chouin

Figure 11 – Structure interne de l’enceinte de Sungbo Eredo montrant une superposition de couches de sable recouvertes d’une épaisse couche d’argile assurant à l’ouvrage imperméabilité et durabilité

Figure 11 – Structure interne de l’enceinte de Sungbo Eredo montrant une superposition de couches de sable recouvertes d’une épaisse couche d’argile assurant à l’ouvrage imperméabilité et durabilité

© J.-M. Ogiogwa

  • 21  J.-M. Ogiogwa, communication personnelle, juillet 2013.

43Les travaux de J.-M. Ogiogwa devraient ­pouvoir contribuer à résoudre la ­question de la chronologie de l’enceinte puis­qu’elle a pu prélever un nombre non négligeable d’échantillons de ­charbons et de coques de noix de palme calcinées. Pour le moment, deux dates AMS ont été obtenues : Beta-346665 et Beta-34666621. La première mesure, établie sur la base d’un échantillon recueilli dans le talus entre 140 et 150 cm de profondeur, donne une date calibrée à 2σ entre 1185 et 1275 et à 1σ entre 1220 et 1260 de notre ère. Il est donc très probable que l’échantillon remonte au xiiie siècle. Mais commenter une date obtenue à partir d’un échantillon pris dans la masse d’un talus reste délicat et, ­malheu­reu­sement, aucune comparaison n’est possible car la seconde date étant aberrante, ­l’in­terprétation de la première reste sujet à caution. On peut cependant la comparer, avec prudence, aux seules dates publiées à ce jour, que l’ont doit à P. J. Darling. Elles nous orientent toutes vers une construction de l’édifice au cours de la seconde moitié du ­premier millénaire ou au début du second mil­lénaire AD (Aremu 2002 : 69 ; Darling 1997 : 127 ; tabl. 2). Malheureusement, les échantillons à ­partir desquels ces dernières ont été ­obtenues ne proviennent pas semble-t-il de contextes parfaitement contrôlés et décrits, et de nouvelles séries radiométriques seront nécessaires pour établir définitivement la chronologie de ce monument. Dans le même temps, il n’est pas impossible d’imaginer qu’un monument de cette envergure ait été constamment remodelé plusieurs siècles durant la période médiévale.

Tableau 2 – Datations radiométriques en relation avec l’enceinte de Sungbo Eredo

Référence de l’échantillon

Âge 14C conventionnel

Âge calibré

(68 %, 1 σ)

Probabilité

Âge calibré (95,4 %, 2 σ)

Probabilité

Ketu I WSU 4635

1180 ± 180 BP

672-997 AD

1004-1012 AD

0,978051

0,021949

543-1218 AD

1

Ketu II WSU 4819

880 ± 50 BP

1150-1217 AD

1048-1086 AD

1123-1138 AD

0,601269

0,295248

0,103483

1034-1229 AD

1231-1243 AD

0,958842

0,012978

Ijebu-Ode Outer Town Wall

WSU 4814

1015 ± 190 BP

863-1216 AD

826-840 AD

784-786 AD

0,964942

0,02893

0,006128

654-1298 AD

1372-1377 AD

0,99817

0,00183

Oke-Eri

Beta-346665

800±30 BP

1220-1260 AD

1

1185-1275 AD

1

Les résultats ayant été ajustés par le logiciel Calib Rev 6.1.0 sont quelque peu différents de ceux publiés par P. Darling (1997) et obtenus par J.-M. Ogiogwa (pour Beta-346665)

44Les enceintes d’Ile-Ife, de Benin City, d’Old Oyo et de Sungbo Eredo sont les plus connues. Il en existe cependant de nombreuses autres que les archéologues redécouvrent parfois au cours de leurs travaux de prospection. En mai 2012, un examen des thèses et mémoires de master sou­tenus au département d’archéologie de l’uni­versité d’Ibadan a été mené à ma demande par Yetunde Hassan dans la perspective d’y retrouver des mentions d’enceintes. Cet inventaire a permis d’identifier plusieurs enceintes citées dans ces travaux inédits (tabl. 3). D’autres ont fait l’objet de publications ou sont mentionnées cursivement dans des articles. Ma base de données, toujours en cours de constitution, comptait ainsi 21 sites répertoriés à la fin du mois de mai 2013, en plus des sites bien connus mentionnés ci-dessus et des quelque 400 sites prospectés par P. J. Darling en pays ishan et benin.

Tableau 3 – Mentions d’enceintes dans des thèses et mémoires inédits du département d’anthropologie et d’archéologie de l’université d’Ibadan (1986-2007)

État

Ville la plus proche du site

Site à enceinte

Référence

Benue State

Alloma

Alloma

Alaji 1986

Ekiti State

Ise-Ekiti

Ese

Fasakin 1987

Enugu State

Nsukka

OkpeIgarra

Alaji 1986

Kwara State

Ipo-land

Gbagede

Usman 1987

Kwara State

Obo Aiyegunle

Ipole Hill Top

Aremu 1990

Ogun State

Orile-Keesi

Orile-Keesi

Odunbaku 2007

Osun State

Ilesha

Ilesha

Fasoyin 2007

Osun State

Orile-Owu

Orile-Owu

Adegoke 2000

Osun State

Ipole

Ipole-Ijesa

Ogundiran 1990

Osun State

Ila-Orangun

Ila-yara

Akpobasa 1994

Oyo State

Akanran

Labiyi

Adekola 1996

Oyo State

Ijaye-orile

Ijaye

Olayinka 1997

45Il n’existe à ce jour aucune datation pour ces centaines d’enceintes répertoriées, qui forment dans le paysage autant de palimpsestes diffici­lement déchiffrables. Certes, il ressort du peu de travaux disponibles que l’urbanisation et la structuration du terroir ne sont pas le résultat d’un processus historique récent, mais sont, au contraire, un phénomène ancré dans le premier et le début du second millénaire de notre ère. Dans le sud-ouest du Nigéria, cependant, l’utilisation d’enceintes a perduré jusqu’au xixe siècle, aube de la période coloniale, ce qui contribue à brouiller l’interprétation de ces monuments dont la tradition orale s’empare, les reclassant trop souvent dans un passé moins lointain. Il est probable que des enceintes construites au premier millénaire, puis abandonnées, aient été réoccupées et amé­nagées à des périodes plus récentes. D’autres ont pu être construites ou ajoutées aux plus anciennes durant les périodes historiques, dans des contextes et suivant des modalités techniques très ­différentes, comme P. Ozanne (1969) l’a bien ­montré à Ile-Ife. Il y a là un projet archéologique régional d’envergure ainsi qu’une réflexion d’ensemble à mener sur la chronologie et les processus d’ur­banisation dans la zone forestière de l’Afrique de l’Ouest pendant les périodes médiévales, modernes et contemporaines. Lors d’une visite du site d’Orile-Owu en mai 2013, j’ai été frappé par la ressemblance (à plus grande échelle) entre ­l’enceinte inté­rieure de cette ville historique des xviiie-xxe siècle et celle du site d’Akrokrowa (fig. 12). En l’état actuel de nos connaissances, nous ne sommes pourtant pas capable de donner un sens historique à cette similitude qui pourrait aussi bien traduire la diffusion à l’époque médiévale d’un modèle sociétal propre à l’espace forestier, qu’un exemple de continuité dans la longue durée de la manière de concevoir et de penser la ville dans la zone guinéenne.

Figure 12 – Profil de l’enceinte et du fossé du site d’Orile-Owu (état d’Osun, Nigéria), témoignant du manque de visibilité en milieu forestier

Figure 12 – Profil de l’enceinte et du fossé du site d’Orile-Owu (état d’Osun, Nigéria), témoignant du manque de visibilité en milieu forestier

Les pointillés soulignent le profil du fossé.

© G. Chouin

Pour une interprétation multifonctionnelle des enceintes

46Au Ghana, la fonction des enceintes a été débattue dans les années 1970 sur la base des pro­fils des levées de terre et des fossés, entre les partisans d’une fonction défensive – contre les intrusions venues de l’extérieur – et leurs contradicteurs qui mettaient en avant leur possible caractère carcéral – pour prévenir la fuite de personnes enfermées – (Chouin 2009 : 578-580). Les mesures effectuées à Akrokrowa montrent que plusieurs types de profils peuvent exister sur un même site, notamment du fait de processus géomorphologiques complexes qui n’ont pas affecté uniformément tout le pourtour des talus (fig. 13). Le profil actuel des enceintes n’est donc pas une donnée fiable pour discuter la fonction originelle de ces édifices. Au Nigéria, un tel débat n’a pas eu lieu, la plupart des spécialistes s’accordant sur leur caractère défensif (entre autres Aremu 2002).

Figure 13 – Profils de l’enceinte d’Akrokrowa, levés dans différentes sections du monument et sur lesquels s’observe la variabilité de la hauteur des talus intérieurs et extérieurs

Figure 13 – Profils de l’enceinte d’Akrokrowa, levés dans différentes sections du monument et sur lesquels s’observe la variabilité de la hauteur des talus intérieurs et extérieurs

© G. Chouin

47À partir des sondages réalisés sur le site d’Akrokrowa au Ghana et de la réinterprétation des données existantes, j’ai proposé une interprétation multifonctionnelle des enceintes incluant des aspects défensifs – contre les hommes mais peut-être surtout contre les éléphants de forêt – pratiques, symboliques et rituels (Chouin & DeCorse 2010 : 138-142). Sur la base des données topographiques qu’il a rassemblées dans le cadre de sa prospection détaillée des enceintes des pays ishan et edo, P. J. Darling distingue les constructions entourant des communautés urbaines de celles délimitant des territoires. En étudiant le profil des enceintes, la profondeur des fossés par rapport aux élévations qui les dominent, l’éventuel remaniement des monuments et la manière dont ceux-ci sont juxtaposés ou connectés, il suggère une histoire du développement urbain et territorial inscrite dans le paysage, et qui pourrait être interprété en termes d’organisation sociale et politique (Darling 1997 ; Connah 2000). Les données rassemblées par P. J. Darling, incomplètes et pourtant déjà si impressionnantes, sont uniques dans la région. Dans la majorité des cas, le travail de prospection n’a pas même été ébauché et il est probable que, d’ici quelques décennies, l’on pourra analyser le parcellaire médiéval du sud-ouest du Nigéria.

48Tandis que l’écriture de l’histoire de cette ­partie de l’Afrique avant le xve siècle demeure à l’état de page blanche, l’existence d’un tel réseau dynamique d’enceintes semble être en mesure d’enrichir nos connaissances. L’étude de leur élargissement – par ajout d’éléments successifs englobant une portion toujours plus importante du territoire jusqu’à rencontrer l’enceinte voisine –, croisée avec l’analyse de la culture matérielle et des vestiges organiques laissés par ces sociétés, permettrait de modéliser une histoire politique et sociale jusque-là insaisissable et de rappeler que le politique demeure au cœur des processus urbains (Fourchard 2011).

Peste noire, effondrement sociopolitique et processus de désurbanisation : des hypothèses à tester

49Mon hypothèse selon laquelle la zone forestière aurait été pourvue à la fin du premier millénaire d’un tel réseau d’enceintes, bien en place et en expansion, pose cependant le problème de sa dispa­rition. De la Côte d’Ivoire au Nigéria, il est clair qu’il n’y a pas véritablement de continuité entre la dynamique urbaine observée au tournant du premier millénaire et celle des sociétés des périodes historiques. Certes l’esprit urbain ­persiste dans la zone forestière, comme l’atteste l’existence de grandes villes avant la conquête coloniale, mais l’on observe pourtant une rupture. Ainsi, au Ghana, on note non seulement un arrêt de la construction d’enceintes avant le xve siècle, mais aussi leur abandon à grande échelle, semble-t-il au xive siècle, parallèlement à une repousse de la forêt. Au Nigéria, P. J. Darling s’étonne lui aussi de cet abandon d’apparence soudaine et du système si perfectionné des enceintes territoriales (iya) à une période indéterminée. Il constate que ces évènements ont dû se dérouler dans des temps suffisamment lointains pour que la forêt dense reprenne ses droits sur le terroir et que la mémoire des iya et des communautés qui les construisaient ne disparaissent (Darling 1994 : 34). En pays yoruba, si la tradition des villes encloses semble avoir persisté, la disparition de certains savoir faire artisanaux, comme le travail du bronze, avant le xve siècle, dans une ville telle qu’Ile-Ife, laisse à penser qu’il y a eu des périodes de rupture, de discontinuité, voire de désurbanisation. Il n’est pas impossible que, sous l’apparence de la continuité, se cachent en fait des pratiques et des ­techniques de construction bien différentes. Les murs des villes yoruba du xixe siècle seraient ainsi davantage liés à ceux des cités musulmanes du nord qu’aux enceintes ancestrales de la zone forestière.

50Dans un article récent (Chouin & Decorse 2010 : 143), et sur la base de données qui demeurent encore extrêmement fragmentaires, nous avons émis l’hypothèse d’un possible phénomène de désurbanisation en lien avec un accident démographique dû à l’épidémie de peste noire et à ses occurrences dans la seconde moitié du xivsiècle en Afrique subsaharienne. Cette hypothèse est basée sur le fait que cette épidémie a eu un impact considérable sur les populations pour lesquelles nous disposons de sources écrites, tant en Asie, en Europe qu’en Afrique du Nord. Elle a notamment entraîné dans cette dernière région des phé­nomènes de désurbanisation à grande échelle. Nous ne voyons donc aucune raison pour laquelle sa propagation eut été endiguée aux frontières de l’Afrique sub-saharienne, cette dernière étant connectée, au travers de multiples réseaux, au reste du monde (Fauvelle-Aymar 2013).

51Cette hypothèse, déjà évoquée par Merrick Posnansky (1987 : 17) et plus récemment par Derek Welsby pour la Nubie médiévale (2002 : 109), pour fascinante qu’elle soit, méritera d’être étayée au moyen d’un projet pluridisciplinaire. Celui-ci devra à la fois réévaluer les sources écrites disponibles pour l’Afrique du xive siècle, modéliser la faisabilité épidémiologique d’une diffusion de cette maladie en Afrique et repenser les nombreux exemples d’abandon de sites urbains importants à travers le continent africain à cette période. Il comprendra aussi la soumission d’échantillons biologiques, issus d’individus provenant de fosses communes connues en Afrique pour cette période, au verdict de la paléochimie moléculaire. Des analyses seront conduites prochainement sur un échan­tillon des restes de 40 individus retrouvés par G. Connah dans une fosse commune située dans l’enceinte de l’ancien palais royal de Benin City (Connah 1975) et conservés dans les réserves du département d’archéologie et d’anthropologie de l’université d’Ibadan. Cet ensemble d’opé­rations permettra de contribuer au renforcement du faisceau de présomptions qui soutient cette hypothèse.

52Dans l’attente, notre hypothèse, basée sur les dernières recherches menées dans le domaine de l’effondrement sociétal part du principe suivant : la perte de 30 à 60% de la population sur une très courte période a pu entraîner un phénomène d’abandon massif des sites à enceintes et la transformation radicale des structures socio­politiques et religieuses associées. Tandis que la nature reprenait rapidement ses droits sur les terres abandonnées – phénomène également ­documenté en Europe –, les survivants se seraient regroupés suivant des modalités différentes autour de nouveaux sites sacrés, de nouvelles croyances, selon des hiérarchies et des structures sociales remodelées. Cette transformation aurait eu lieu avant l’ouverture du commerce atlantique et pourrait expliquer, en partie, la façon dont l’Afrique s’y inscrivit. D’une certaine manière, même le commerce des hommes qui allait devenir la plaie ouverte de l’Afrique moderne pourrait être repensé comme une conséquence lointaine de l’effondrement d’un modèle sociétal, peu à peu remplacé par un autre, et dominé par de nouvelles élites prédatrices. Celles-ci s’imposèrent entre les xve et xvie siècles en s’appuyant notamment sur les opportunités offertes par l’ouverture du commerce atlantique.

Je remercie Adisa Ogunlakan d’avoir accepté de me servir de guide dans la ville d’Ile-Ife qu’il connaît si bien. Tous mes remerciements vont également à Nana Agyeman Kyiriwia Kodie IV, Omanhene d’Abrem, pour avoir rendu la fouille d’Akrokrowa possible.

Haut de page

Bibliographie

Agbaje-Williams B. (1987) – Ife, Old Oyo and Benin: A Chronological Consideration in the Light of Recent Archaeological Work at Old Oyo. Nigeria Magazine, vol. 55, n° 4, p. 23-31.

Agbaje-Williams B. (1990) – Oyo Ruins of NW Yorubaland, Nigeria. Journal of Field Archaeology, vol. 17, p. 367-373.

Agbaje-Williams B. (2001) – Systematic interval survey: a strategy for meaningful and purposeful archaeological investigation. Nigerian Heritage, vol. 10, p. 71-84.

Aguigah D. A. (1986) – Le site de Notse, « Contribution à l’archéologie du Togo ». Thèse de doctorat de iiie cycle, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris.

Akinjogbin I. A. (1992) – The Cradle of a Race: Ife from the Beginning to 1980. Sunray Publications, Port-Harcourt.

Akinjogbin I. A. (1998) – War and peace in Yorubaland, 1793-1893. Heinemann Educational Books, Ibadan.

Aremu D. A. (1990) – The archaeology of Northeast Yorubaland Kwara State, with emphasis on early techniques of metalworking. PhD thesis, Department of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Aremu D. A. (2002) – Saving Sungbo’s Eredo: A Challenge to Nigerian Archaeologists. West African Journal of Archaeology, vol. 32, n° 2, p. 63-73.

Bedaux R. M. A., Polet J., Sanogo K. & Schmidt A. M. (2005) – Recherches archéologiques à Dia dans le delta intérieur du Niger (Mali) bilan des saisons de fouilles 1998-2003. CNWS Publications, Leiden.

Billy E. D. (1941) – Sites anciens de Côte d’Ivoire. Notes Africaines, n° 10, p. 23.

Billy E. D. (1942) – Encore des sites anciens de Côte d’Ivoire. Notes Africaines, n° 13, p. 22-23.

Blench R. (sous presse) – The Uses of the Past: tracking the restructuring of ethnicity from local publications in Nigeria. In: F. Richard & K. MacDonald (eds), From Invention to Ambiguity: The Persistence of Ethnicity in Africa, Left Coast Press, Walnut Creek, California.

Boachie-Ansah J. (2008/2009) – Pottery Traditions of the earthworks of Southern Ghana: Test Excavation at the site of Ngyeduam. West African Journal of Archaeology, vol. 38-39, p. 1-37.

Boachie-Ansah J. (2009) – Excavations at an Earthwork Site at Asaman and Their Implications for the Archaeology of the Forest Areas of Southern Ghana. Paper presented at African Archaeology Network, Mombasa.

Boachie-Ansah J. (2010) – Who were the Builders of the Earthworks in the Forest of Southern Ghana? Studies in the African Past. The Journal of the African Archaeology Network, vol. 8, p. 6-37.

Bocoum H. (2000) – L’âge du fer au Sénégal : histoire et archéologie. IFAN-CRIAA, Dakar, Nouakchott.

Bocoum H. & McIntosh S. K. (2002) – Fouilles à Sincu Bara, moyenne vallée du Sénégal. CRIAA-Université de Nouakchott IFAN/Cheikh AntaDiop, Nouakchott, Dakar.

Chavane B. A. (1985) – Villages de l’ancien Tekrour : recherches archéologiques dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal. Karthala-CRA, Paris.

Chouin G. L. (2002a) – Sacred groves as historical and archaeological markers in Southern Ghana. Ghana Studies, vol. 5, p. 177-196.

Chouin G. L. (2002b) – Sacred Groves in History: Pathways to the Social Shaping of Forest Landscapes in Coastal Ghana. IDS Bulletin, vol. 33, n° 1, p. 39-46.

Chouin G. L. (2008) – Archaeological Perspectives on Sacred Groves in Ghana. In: C. Nyamweru & M. Sheridan (eds), African Sacred Groves: Ecological Dynamics and Social Change, University of Ohio Press, James Currey et Unisa Press, Oxford, Athens & Pretoria, p. 178-194

Chouin G. L. (2009) – Forests of power and memory: An archaeology of sacred groves in the Eguafo polity, Southern Ghana (c. 500-1900 A.D.). PhD thesis, Syracuse University, Syracuse.

Chouin G. L. (2012) – The ‘Big Bang’ theory reconsidered: Framing early Ghanaian History. Transactions of the Historical Society of Ghana, new series, vol. 14, p. 13-40.

Chouin G. L. & DeCorse C. R. (2010) – Prelude to the Atlantic Trade: New Perspectives on Southern Ghana’s Pre-Atlantic History (800–1500). The Journal of African History, vol. 51, n° 2, p. 123-145.

Connah G. (1975) – The archaeology of Benin: excavations and other researches in and around Benin City, Nigeria. Clarendon Press, Oxford.

Connah G. (1981) – Three thousand years in Africa : man and his environment in the Lake Chad region of Nigeria. Cambridge University Press, Cambridge, New York.

Connah G. (1987) – African civilizations: precolonial cities and states in tropical Africa : an archaeological perspective. Cambridge University Press, Cambridge, New York.

Connah G. (2000) – African city walls. A neglected source? In: D. M. Anderson & R. Rathbone (eds), Africa’s urban past, James Currey, Oxford, p. 36-51.

Connah G. (2001) – African civilizations: An archaeological perspective. Second edition, Cambridge University Press, Cambridge.

Connah G. (2007) – Historical archaeology in Africa: An appropriate concept? African Archaeological Review, vol. 24, n° 1/2, p. 35-40.

Connah G. (2008) – Urbanism and the archaeological visibility of African complex societies. Journal of African Archaeology, vol. 6, n° 2, p. 233-241.

Coquery-Vidrovitch C. (2006) – De la ville en Afrique noire. Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 61, n° 5, p. 1087-1119.

Craddock P. T. & Picton J. (1986) – Medieval Copper Alloy Production and West African Bronze Analyses (Part II). Archaeometry, vol. 28, p. 3-32.

Craddock P. T., Ambers J., Hook D. R., Farquhar R. M., Chikwendu V. E., Umeji A. C. & Shaw T. (1997) – Metal Sources and the Bronzes from Igbo-Ukwu, Nigeria. Journal of Field Archaeology, vol. 24, n° 4, p. 405-429.

Darling P. J. (1984) – Archaeology and history in southern Nigeria : the ancient linear earthworks of Benin and Ishan. B.A.R, Oxford.

Darling P. J. (1997) – Sungbo’s Eredo: Africa Largest Monument. The Nigerian Field, vol. 62, p. 113-129.

Darling P. J. (1998) – Sungbo’s Eredo, southern Nigeria. NyameAkuma, vol. 49, p. 55-61.

Darling P. J. 2001 – Past Shifts of Desert and Forest across Nigeria. African Legacy. Report, Bournemouth.

Davies O. (1961) – Excavations at Kokobin and the Entrenchments in the Oda Area. In: O. Davies (ed.), Archaeology in Ghana, Thomas Nelson & Sons Ltd, London, p. 14-26.

DeCorse C. R. (2001) – An Archaeology of Elmina. Africans and europeans on the Gold Coast, 1400-1900. Smithsonian Institution Press, Washington & New York.

Drewal H. J. & Schildkrout E. (2010) – Kingdom of Ife. Sculptures from West Africa. British Museum Press and Museum for African Art, London & New York.

Dueppen S. A. (2012) – Egalitarian Revolution in the Savanna. The Origins of a West African Political System. Equinox, Sheffield (UK) and Bristol (CT, USA).

Eyo E. (1974) – Recent Excavations at Ife, and Owon and their implications for Ife, Owo and Benin Studies. PhD thesis, University of Ibadan, Ibadan, Nigeria.

Fairhead J. & Leach M. (1998) – Reframing Deforestation. Global Analyses and local realities: studies in West Africa. Routledge, London & New York.

Fauvelle-Aymar F.-X. (2012) – Niani Redux. A final rejection of the identification of the site of Niani (Republic of Guinea) with the capital of the kingdom of Mali. Palethnology of Africa, vol. 4, p. 235-252.

Fauvelle-Aymar F.-X. (2013) – Le Rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain. Alma, Paris.

Fourchard L. (2011) – Between World History and State Formation: New perspectives on Africa’s Cities. Journal of African History, vol. 52, p. 223-248.

Garlake P. S. (1974) – Excavations at Obalara’s Land, Ife, Nigeria. West African Journal of Archaeology, vol. 4, p. 111-148.

Garlake P. S. (1977) – Excavations on the Woye Asiri family land in Ife, Western Nigeria. West African Journal of Archaeology, vol. 7, p. 57-96.

Goody J. (1971) – Technology, tradition, and the state in Africa. Oxford University Press, London.

Grandin, G. (1968-9) – Présentation du site de La Séguié. Bulletin des Instituts de Recherche de l’Université d’Abidjan, vol. 2, p. 10-14.

Holas B. (1951) – Note préliminaire sur les vestiges d’un peuplement ancien dans la région d’Aboudé (Cercle d’Agboville, Côte d’Ivoire). Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 2, n° 4-6, p. 234-242.

Insoll T. (2003) – The archaeology of Islam in sub-Saharan Africa. Cambridge University Press, Cambridge & New York.

Insoll T. (2008) – Archaeology in the University of Ghana, Legon. A Survey of Emic Perspectives on its Profile and Future, with an Etic Commentary. In: T. Insoll (ed.), Current Archaeological Research in Ghana, Archaeopress, BAR International Serie 1847, Cambridge.

Insoll T. & Shaw T. (1997) – Gao and Igbo-Ukwu: Beads, Interregional Trade, and Beyond. The African Archaeological Review, vol. 14, n° 1, p. 9-23.

Juhé-Beaulaton D. (1999) – Arbres et bois sacrés : lieux de mémoire de l’ancienne Côte des Esclaves. In : J.-P. Chrétien & J.-L. Triaud (éds), Histoire d’Afrique: enjeux de Mémoire, Karthala, Paris, p. 101-118.

Juhé-beaulaton D. & Roussel B. (1998) – À propos de l’historicité des forêts sacrées de l’ancienne Côte des Esclaves. In: M. Chastenet (éd.), Plantes et paysages d’Afrique. Une histoire à explorer, Karthala-CRA, Paris, p. 353-373.

Kelly K. G. (1995) – Transformation and continuity in Savi, a West African trade town: an archaeological investigation of culture change on the coast of Bénin during the 17th and 18th centuries. University of California, Los Angeles.

Kelly K. G. (1997) – The archaeology of African-European interaction: investigating the social roles of trade, traders, and the use of space in the seventeenth and eighteenth century Hueda Kingdom, Republic of Bénin. World Archaeology, vol. 28, p. 351-369.

Kelly K. G. (2001) – Change and Continuity in Coastal Bénin. In: C. R. DeCorse (ed.), West Africa during the Atlantic Slave Trade: Archaeological Perspectives, Leicester University Press, London & New York, p. 81-100.

Kiyaga-Mulindwa D. (1978) – The Earthworks of the Birim Valley, Southern Ghana. Ph.D. Johns Hopkins University, Baltimore.

Kiyaga-Mulindwa D. (1982) – Social and Demographic Changes in the Birim Valley, Southern Ghana, c. 1450 to c. 1800. The Journal of African History, vol. 23, n° 1, p. 63-82.

Kuba R. & Hambolu M. (eds) (2010) – Nigeria 100 Years Ago.Through the Eyes of Leo Frobenius and His Expedition Team. Frobenius Institute, Frankfort.

Lander R., Lander J. & Hallett R. (1965) – The Niger journal of Richard and John Lander. Praeger, New York.

Leach M. & Fairhead J. (2002) – Changing Perspectives on Forests: Science/Policy Processes in Wider Society. IDS Bulletin, vol. 33, n° 1, p. 1-12.

Mauny R. (1961) – Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Age, d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie. IFAN, Dakar.

Manyanga M., Pikirayi I & Chirikure S. (2010) – Concep­tualising the Urban Mind in Pre-European Southern Africa : Rethinking Mapungubwe and Great Zimbabwe. In : P. Sinclair et. al. (eds), The Urban Mind. Cultural and Environmental Dynamics, Uppsala Universitet, Uppsala, p. 573-590.

McIntosh S. K. (1999a) – A tale of two floodplains: comparative perspectives on the emergence of complex societies and urbanism in the Middle Niger and Senegal Valleys. In: P. Sinclair, Proceedings of the Second World Archaeological Congress Intercongress, Mombasa, Uppsala University, Uppsala.

McIntosh S. K. (1999b) – Beyond chiefdoms: pathways to complexity in Africa. Cambridge University Press, Cambridge, New York.

McIntosh R. J. (2000a) – Clustered Cities of the Middle Niger. Alternative Routes to Authority in Prehistory. In: D. M. Anderson & R. Rathbone (eds), Africa’s Urban Past, James Currey, Oxford, p. 19-35.

McIntosh R. J. (2000b) – Western representations of urbanism and invisible African towns. In: S. K. McIntosh (ed.), Beyond Chiefdoms. Pathways to Complexity in Africa, Cambridge University Press, Cambridge, p. 56-65.

McIntosh.S. K. & McIntosh R. J. (1980) – Prehistoric inves­tigations in the region of Jenne, Mali a study in the deve­lopment of urbanism in the Sahel, B.A.R, Oxford.

McIntosh.S. K. & McIntosh R. J. (1981) – The Inland Niger Delta before the Empire of Mali evidence from Jenne-Jeno. Journal of African History, vol. 22, n° 1, p. 1-22.

McIntosh R. J. & McIntosh S. K. (2004) – Results of recent excavations at Jenné-jeno and Djenné, Mali. In: K. Sanogo & T. Togola (eds), Proceedings of the Eleventh Congress of the Pan-African Association for Prehistory and Related Fields, Institut des Sciences Humaines, Bamako, p. 469-481.

Monroe J. C. (2007) – Continuity, Revolution, or Evolution on the Slave Coast of West Africa? Royal Architecture and Political Order in Pre-colonial Dahomey. The Journal of African History, vol. 48, n° 3, p. 349-373.

Monroe J. C. (2011) – Urbanism on West Africa’s Slave Coast. Archaeology sheds new light on cities in the era of the Atlantic slave trade. American Scientist, vol. 99, n° 5, p. 400-409.

Norman N. L. (2008) – An Archaeology of West African Atlanticization: Regional Analysis of the Huedan Palace Districts and Countryside (Bénin), 1650-1727. Ph.D. thesis, University of Virginia, Charlottesville, Virginia.

Norman N. L. (2009) – Hueda (Whydah) country and town: Archaeological perspectives on the rise and collapse of an Atlantic countryside and entrepôt. International Journal of African Historical Studies, vol. 42, n° 3, p. 387-410.

Norman N. L. & Kelly G. (2004) – Landscape politics: the serpent ditch and the rainbow in West Africa. American Anthropologist, vol. 106, p. 98-110.

Odunbaku J. B. (2007) – Aspects of settlement history of egba-keesi, Abeokuta, South western Nigeria. Ph.D thesis, Depart­ment of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Ogundiran A. (2002) – Archaeology, Historiographic Traditions, and Discourses of Development. In: T. Falola (ed.), Nigeria in the Twentieth Century, Carolina Academic Press, Durham, p. 13-35.

Ogundiran A. (2005) – Four Millennia of Cultural History in Nigeria (ca. 2000 B.C.-A.D. 1900): Archaeological Pers­pectives. Journal of World Prehistory, vol. 19, p. 133-168.

Ogundiran A. (2009) – Frontier Migrations and Cultural Transformations in the Yoruba Hinterland, ca 1575-1700: The Case of Upper Osun. In: T. Falola & A. Usman (eds), Movements, Borders, and Identities in Africa, University of Rochester Press, Rochester, p. 37-52.

Ozanne P. (1969) – A new Archaeological Survey of Ife. ODU, New series, vol. 1, p. 28-45.

Perrot C.-H. (1968-9) – Comment fut découvert le site de la Séguié. Bulletin des Instituts de Recherche de l’Université d’Abidjan, vol. 2, p. 6-9.

Perrot C.-H. (1982) – Les Anyi-Ndenye et le pouvoir au 18ème et 19ème siècles. CEDA et Publications de la Sorbonne, Paris.

Perrot C.-H. (1999) – Kumasi et les Britanniques. La capitale ashanti niée par le colonisateur. In: J.-P. Chrétien & J.-L. Triaud (éds), Histoire d’Afrique. Les enjeux de mémoire, Karthala, Paris, p. 143-172.

Petit L. P., Czerniewicz M. V. & Pelzer C. (eds.) (2011) – Oursihu-beero a medieval house complex in Burkina Faso, West Africa. SidestonePress, Leiden.

Polet J. (1974) – Fouille d’enceintes à la Séguié (S. P. d’Agboville). In : Les populations communes de la Côte d’Ivoire et du Ghana. Actes du Colloque Interuniversitaire de Bondoukou, Documents IHAA, Abidjan, p. 27-43.

Polet J. (1985) – Tegdaoust IV. Fouille d’un quartier de Tedgaoust (Mauritanie Orientale) urbanisation, architecture, utilisation de l’espace construit. Éditions Recherche sur les Civilisations, Paris.

Polet J., Saison B. (1981) – Enceintes fortifiées de la Séguié (Côte d’Ivoire). Recherche, Pédagogie et Culture, vol. 55, p. 52-55.

Posnansky M. (1982) – African Archaeology Comes of Age. World Archaeology, vol. 13, n° 3, p. 345-358.

Posnansky M. (1987) – Prelude to Akan civilization. In: E. Schildkrout (ed.), The Golden Stool: Studies of the Asante Center and Periphery, American Museum of Natural History, New York, p. 14-22.

Posnansky M. & De Barros P. L. F. (1979) – An archaeological Reconnaissance of Togo, August 1979. Ministère de l’Éducation Nationale et de la Recherche Scientifique, République du Togo.

Reimer P. J., Baillie M. G. L., Bard E., Bayliss A., Beck J. W., Bertrand C. J. H., Blackwell P. G., Buck C. E., Burr G. S., Cutler K. B., Damon P. E., Edwards R. L., Fairbanks R. G., Friedrich M., Guilderson T. P., Hogg A. G., Hughen K. A., Kromer B., McCormac F. G., Manning S. W., Ramsey C. B., Reimer R. W., Remmele S., Southon J. R., Stuiver M., Talamo S., Taylor F. W., van der Plicht J. & Weyhenmeyer C. E. (2004) – IntCal04 Terrestrial radiocarbon age calibration, 0-26 cal kyr BP. Radiocarbon, vol. 46, n° 3, p. 1029-1058.

Richards P. (1996) – Forest indigenous peoples: concept, critique and cases. Proceedings of the Royal Society of Edinburgh, Section B: Biology, vol. 104, p. 349-365.

Robert D., Robert S. & Devisse J. (1970) – Tegdaoust I. Recherches sur Aoudaghost. Arts et Métiers Graphiques, Paris.

Robert S., Robert-Chaleix D. & Devisse J. (1983) – Tegdaoust III. Recherches sur Aoudaghost Campagnes 1960-1965 enquêtes générales. Éd. Recherche sur les civilisations, Paris.

Robert-Chaleix D. (1989) – Tegdaoust V. Recherches sur Aoudaghost Une concession médiévale à Tegdaoust implantation, évolution d’une unité d’habitation. Éd. Recherche sur les civilisations, Paris.

Robion-Brunner C. (2010) – Peuplements des forgerons et traditions sidérurgiques : vers une histoire de la production du fer sur le plateau de Bandiagara (pays dogon, Mali) durant les empires précoloniaux. Africa Magna Verlag, Francfort.

Shaw T. (1970) – Igbo-Ukwu; an account of archaeological discoveries in eastern Nigeria. Northwestern University Press, Evanston (Illinois).

Shaw T. (1977) – Unearthing Igbo-Ukwu : archaeological discoveries in eastern Nigeria. Oxford University Press, Ibadan & New York.

Sinclair P., Nordquist G., Herschend F., Isendahl C. & Wrang l. (2010) The Urban Mind: Cultural and Environ­mental Dynamics. African and Comparative Archaeology, Department of Archaeology and Ancient History, Uppsala University, Uppsala.

Soper R. C. & Darling P. J. (1980) – The Walls of Oyo Ile. West African Journal of Archaeology, vol. 10, p. 61-81.

Sutton J. E. G. (1991) – The International Factor at Igbo-Ukwu. The African Archaeological Review, vol. 9, p. 145-160.

Sutton J. E. G. (2001) – Igbo-Ukwu and the Nile. The African Archaeological Review, vol. 18, n° 1, p. 49-62.

Usman A.A. (1987) – The early settlement history of Ipo-land: A preliminary archaeological investigation (Kwara State, Nigeria). M. Sc thesis, Department of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Vanacker C. (1979) – Tegdaoust II. Recherches sur Aoudaghost. Fouille d’un quartier artisanal. Mémoire de l’Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique, n° 2, Nouakchott.

Welsby D. A. (2002) – The medieval kingdoms of Nubia: pagans, Christians and Muslims along the Middle Nile. British Museum Press, London.

Wilks I. (1993) – Forests of Gold: Essays on the Akan and the Kingdom of Asante. Ohio University Press, Athens.

Willett F. (1960) – Investigation at Old Oyo, 1956-7: an interim report. Journal of the Historical Society of Nigeria, vol. 2, n° 1, p. 59-77.

Willett F. (1962) – The microlithic industry from Old Oyo, Western Nigeria. In : G. Mortelmans & J. Nenquin, Actes du IVe Congrès panafricain de préhistoire et d’étude du quaternaire, Tervuren, p. 261-273.

Mémoires universitaires inédits

Adegoke B. A. (2000) – An investigation of defensive ditches and embankments as tourist attractions: A case study of Orile-owu in South-western Nigeria. B.Sc., thesis, Depart­ment of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Adekola K.O. (1996) – Ethno-archaeological investigation of Labiyi settlement site in Ona Ara local government area of Oyo State. M.Sc. thesis, Department of Archaeology and Anthro­pology, University of Ibadan, Nigeria.

Akpobasa J. J. (1994) – Settlement Studies of Ila-Yara Osun State. An ecological approach. M.Sc thesis, Department of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Alaji A. E. (1986) – An archaeological survey of Alloma Earthworks. M.Sc thesis, Department of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Fasakin P.I. (1987) – An archaeological reconnaissance and historical reconstruction of an abandoned settlement site: Ese in Ise-Ekiti as a case study. M.Sc. thesis, Department of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Fasoyin O. E. (2007) – Defences system in pre-colonial Yorubaland: A case study of Ilesha. B.Sc thesis, Department of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Ogundiran A. O. (1990) – An archaeological reconnaissance and historical reconstruction of Ipole-Ijesa. M.Sc thesis, Department of Archaeology and Anthropology, Uni­versity of Ibadan, Nigeria.

Olayinka O. J. (1997) – A preliminary ethnoarchaeological work in Ijaye-Orile, Oyo State. M.Sc thesis, Department of Archaeology and Anthropology, University of Ibadan, Nigeria.

Haut de page

Notes

1  Fouillées par Th. Shaw à Igbo-Ukwu dans les années 1960 (Shaw 1970, 1977).

2  Cette comparaison se veut strictement relative, dans la mesure où les données archéologiques manquent également cruellement dans de nombreuses zones sahéliennes et saha­riennes (par exemple F.-X. Fauvelle Aymar 2012 : 243). Dans cet article, on se limitera aux deux derniers millénaires.

3  http://mauny.hypotheses.org/ sous la direction de Fabrice Melka.

4  Pour Niani, par exemple Fauvelle-Aymar 2012.

5  Voir la liste de publications sur le site du projet Ounjougou coordonné par Eric Huysecom : http://www.ounjougou.org/. On notera notamment l’ouvrage de Caroline Robion-­Brunner (2010).

6  Entre autres, G. Connah (2001), un exemple de l’une de ces grandes synthèses sur l’histoire de l’Afrique perçue du point de vue de l’archéologue, et G. Connah (2007), ses réflexions sur l’archéologie historique en tant que discipline appliquée à l’Afrique.

7  Ce que G. Connah (2007 : 39) appelle “a seamless account of human endeavour”.

8  G. Connah, communication personnelle, juin 2013.

9  Ce dernier terme est utilisé exclusivement par Roger Blench dans une contribution récente (sous-presse).

10  Visibilité toute relative cependant (Chouin 2012 : 28-32). Sur la question de la visibilité des sites urbains en Afrique, voir aussi McIntosh R. 2000b.

11  À ma connaissance, la carte sommaire publiée par J. Polet et B. Saison (1981 : 53) est le seul document proposant une synthèse des connaissances sur le sujet.

12  Pour une présentation détaillée des résultats, voir Chouin 2009 : 544-548.

13  En 1934, des géologues de la Gold Coast Geological ­Survey, intrigués par les nombreuses enceintes de cette région, y effectuèrent 50 sondages (Chouin 2009 : 522-533).

14  « Les enceintes sont des sites d’habitats fortifiés construits par les Akwamu dans la seconde moitié du XVe siècle pour résister à la pression des Akim vers l’ouest. » Cette suggestion de I. Wilks fut ajoutée par O. Davies (1961) sous la forme d’une note à la fin de son chapitre sur la fouille de Kokobin.

15Un processus de transformation et d’expérimentation dans la production céramique.

16  Cette information m’a été confirmée quelques mois plus tard par l’auteur, J. Boachie-Ansah (communication personnelle 8 octobre 2009).

17Nous traversâmes alors un petit cours d’eau et entrèrent dans une ville d’une étendue prodigieuse appelée Bohoo. Sa triple muraille immense mesure un peu moins de vingt mille de long ; mais en plus de huttes et de jardins, il enferme également un grand nombre d’acres d’excellentes prairies.

18  En 2002, 2004 et 2007 Phillip Ajekigbe fouilla l’abri sous roche d’Agbaku, à l’extérieur des murailles d’Oyo dans le cadre de son projet doctoral.

19  Je remercie Michael Prime et Guus Hak pour m’avoir fourni des données cartographiques inédites concernant ce site.

20  Ce travail s’effectue sous la supervision du Pr. Aremu.

21  J.-M. Ogiogwa, communication personnelle, juillet 2013.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Figure 1 – Localisation des forêts sacrées fouillées par l’auteur dans le district Komenda-Edina-Eguafo-Abrem (KEEA), région centrale, Ghana
Crédits © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Figure 2 – Aire de distribution des sites à enceinte de la zone forestière dans l’état actuel des connaissances
Crédits Sources : D. Kiyaga-Mulindwa 1978 ; J. Polet & B. Saison 1981 ; G. Chouin 2009 ; J. Boachie-Ansah 2010 ; R. Blench 2013 ; © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 3 – Localisation du site à enceinte d’Akrokrowa (Abrem Berase, Central Region, Ghana) en grande partie inclus dans la forêt sacrée du même nom
Légende Trois sites d’habitats distincts marquent l’espace : le village actuel, son site précédent occupé au xixe siècle et abandonné au début du xxe et le site médiéval fondé vers le viiie siècle et déserté au xive
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 4 – Profil de l’enceinte avec restitution du fossé originel en partie comblé et dont la stratigraphie témoigne de plus d’un demi-millénaire d’occupation
Crédits © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 – Projection du relevé des enceintes d’Ile-Ife sur une vue satellitaire Google Maps (10 juillet 2013) du centre de cette ville
Crédits Sources : P. Ozanne 1969 ; © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 6 – Un fragment de pavement encore visible dans les ruelles d’Ile-Ife, montré par le Dr. Adisa Ogunlolakan
Crédits © C. DeCorse
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Figure 7  – Pavement à l’emplacement d’un ancien lieu sacré conservé dans un espace aménagé dans l’enceinte du Musée national d’Ile-Ife
Crédits © C. DeCorse
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 8 – Une partie de l’enceinte de Benin City (échelle donnée par l’auteur).
Légende Notez les traces laissées par un engin de chantier et qui témoignent des dangers auxquels sont confrontés ces monuments
Crédits © C. DeCorse
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 9 – Localisation de l’enceinte de Sungbo Eredo par rapport à Lagos
Légende Notez la présence de petites portions d’enceintes qui laissent présager l’existence d’autres talus et fossés
Crédits Sources : documents inédits communiqués par Michael Prime et Guus Hak, dont une carte de l’enceinte de P. Darling intitulée « Sungbo’s Eredo, Ijebu. 1.100 year old kingdom Boundary rampart » ; © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 10 – Joan-Mary Ogiogwa et David Aremu devant le sondage effectué en 2011 sur l’enceinte de Sungbo Eredo
Légende Notez la forme convexe de l’enceinte et la formation boisée qui recouvre la partie non défrichée
Crédits © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 11 – Structure interne de l’enceinte de Sungbo Eredo montrant une superposition de couches de sable recouvertes d’une épaisse couche d’argile assurant à l’ouvrage imperméabilité et durabilité
Crédits © J.-M. Ogiogwa
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Figure 12 – Profil de l’enceinte et du fossé du site d’Orile-Owu (état d’Osun, Nigéria), témoignant du manque de visibilité en milieu forestier
Légende Les pointillés soulignent le profil du fossé.
Crédits © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 13 – Profils de l’enceinte d’Akrokrowa, levés dans différentes sections du monument et sur lesquels s’observe la variabilité de la hauteur des talus intérieurs et extérieurs
Crédits © G. Chouin
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/284/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard L. F. Chouin, « Fossés, enceintes et peste noire en Afrique de l’Ouest forestière (500-1500 AD) », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 43-66.

Référence électronique

Gérard L. F. Chouin, « Fossés, enceintes et peste noire en Afrique de l’Ouest forestière (500-1500 AD) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/aaa.284

Haut de page

Auteur

Gérard L. F. Chouin

Lyon G. Tyler Department of History, 304 James Blair Hall, The College of William & Mary, P.O. Box 8795, Williamsburg, Virginia 23187-8795 (USA), glchouin@wm.edu

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org