Navigation – Plan du site

In memoriam Jean Chavaillon (1925-2013)

Manuel Gutierrez, Arlette Berthelet et Philippe Soulier
p. 9-11

Texte intégral

1Jean Chavaillon, géologue et préhistorien, ancien directeur de recherches au CNRS nous a quittés le 21 décembre 2013 à l’âge de 88 ans. Il était né le 25 mars 1925 à Saint-Amand-Montrond, dans le Cher.

2La formation universitaire et la carrière de Jean Chavaillon sont riches et diversifiées : il obtient le diplôme de docteur en pharmacie à la faculté de Paris en 1949 en même temps qu’il participe aux fouilles archéologiques à Arcy-sur-Cure (Yonne) sous la direction d’André Leroi-Gourhan. En parallèle il mène des études de géologie avec Henriette Alimen et devient docteur ès-sciences de l’université de Paris en 1964 avec une thèse sur les formations quaternaires du Sahara nord-occidental. On peut ajouter à ce riche parcours des formations en ethnologie, zoologie, filmologie…

3Les missions de terrain font partie intégrante de sa vie professionnelle. Ainsi, à partir de 1955, il réalise de nombreuses missions de recherche au Sahara et participe à des fouilles archéologiques en Espagne (1957), des recherches en Grèce (1962 à 1964), en Turquie (1965 à 1967), en Éthiopie (à partir de 1965) dans la vallée de l’Omo (1967 à 1976), à Djibouti (1986 à 1992), en Angola (1993). Mais c’est sans doute son terrain en Éthiopie qui a le plus marqué sa carrière aussi bien par sa durée, vingt-et-un ans, de 1965 à 1981 et de 1990 à 1995, que par l’importance des résultats ­scientifiques.

4Avant d’aborder ses recherches en Éthiopie, il faut rappeler son attachement institutionnel. Intégré au CNRS en 1954, il crée à la fin des années 1960 – en rapport avec ses travaux à l’est du continent africain –, la RCP 230, puis le Laboratoire de recherches sur l’Afrique Orientale, l’UPR 311 en 1986, ancêtre de notre équipe de recherches Afrique, Sociétés et environnement (UMR 7041). Cette dernière est aujourd’hui intégrée à l’équipe ArScAn-Ethnologie préhistorique, fondée par André Leroi-Gourhan et à laquelle Jean Chavaillon participa à ses débuts. Il fut aussi président de la Société préhistorique française et membre du comité de lecture de la Fondation Fyssen.

5Ses recherches en Éthiopie et plus particu­lièrement dans l’ensemble archéologique de Melka Kunturé commencent peu après sa découverte par G. Dekker en 1963. C’est ainsi qu’une équipe franco-éthiopienne, formée en 1965 et dirigée par Jean Chavaillon, commence prospections, sondages et fouilles archéologiques qui vont montrer la richesse et l’extension du site, de part et d’autre de la rivière Awash, sur une longueur de plus de 6 kilomètres. L’impressionnante épaisseur de la stratigraphie et l’intrication de dépôts fluviatiles et volcaniques ont permis de mettre en évidence l’existence de nombreux niveaux d’occupation mais aussi de les caler chronologiquement avec précision. Les niveaux les plus anciens sont attribués à l’Odolwayen et datés de 1,8 million ­d’années, et les plus récents, après l’Acheuléen final (200 000 ans), attribués au Late Stone Age. Outre l’industrie lithique, des fragments osseux humains, Homo erectus et Homo sapiens, ont été mis en évidence. La faune est aussi très présente et des sites de boucherie ont été fouillés. Il fut également aux côtés de Yves Coppens lors des fouilles du site de la vallée de l’Omo, près du lac Turkana.

6L’aspect le plus remarquable et l’apport fon­damental de l’équipe dirigée par Jean Chavaillon est d’avoir introduit une notion ethnologique aux données de Melka Kunturé pour des périodes très anciennes de la préhistoire. Ainsi la notion de changement de civilisation lors du Paléolithique ne s’appuie plus exclusivement sur l’industrie lithique et ses variantes mais intègre d’autres paramètres comme l’organisation du sol, l’équi­pement technique, la vie économique. À l’intérieur de chaque paramètre, l’emplacement des sites, le type de structure, les aires d’activité, l’outillage lithique et osseux, le type de gibier et son uti­lisation, le tableau de chasse, parmi d’autres, constituent les éléments d’analyse d’une société. Logiquement il postule que c’est seulement lorsqu’un nombre suffisant d’éléments, techniques et genres de vie, se sont transformés au point de déséquilibrer l’ensemble que le changement de culture se réalise. On comprend aisément que pour Jean l’étude de la préhistoire n’était pas l’analyse d’un tas de cailloux.

Prospection à Tchitandalucua (Angola)

Prospection à Tchitandalucua (Angola)

Jean Chavaillon 2e à gauche

© M. Gutierrez

7Les activités de Jean Chavaillon ne s’arrêtent pas à la recherche de terrain. Du point de vue universitaire il anima pendant des années un séminaire de préhistoire et d’archéologie africaines aux côtés de Jean Devisse à l’université Paris I où de nombreux étudiants français et ­africains ont fait leurs premiers pas de chercheurs. Il dirigeât plusieurs thèses de doctorat sur la ­préhistoire africaine.

8Jean Chavaillon n’est pas indifférent non plus à l’existence aujourd’hui de la revue Afrique, Archéologie & Arts, héritière des Documents pour servir à l’histoire des civilisations éthiopiennes, qu’il créa à l’aube des années 1970 et devint Abbay, de 1976 à 1986.

9Lors de notre dernière rencontre, en 2011, à l’occasion d’un hommage rendu au professeur Jean Devisse à l’université de Paris I, Jean Chavaillon avait prononcé une brève allocution qui commençait par ces mots : « son souvenir demeure vivant et son œuvre toujours d’actualité, mais laissant incontestablement un vide, sa grande érudition, l’ouverture de son esprit, sa gentillesse ne pouvaient laisser indifférents ceux qui le connaissaient et ceux qui l’approchaient pour la première fois ». C’est aussi ce que nous voulons dire au moment de son départ, mais cette fois-ci à propos de lui.

10Nous exprimons nos sentiments de solidarité à tous ses proches.

Haut de page

Bibliographie

Chavaillon-Dutrievoz N. & Chavaillon J. (1952) – Essai de granulométrie appliquée aux gisements préhistoriques d’Arcy-sur-Cure. Bulletin de la Société préhistorique ­française, vol. 49, n° 10, p. 509-522.

Chavaillon J. (1958) – Industrie archaïque du Paléolithique ancien, en place dans les alluvions de l’Oued Guir (Sahara Nord occidental). Bulletin de la Société préhistorique ­française, vol. 55, n° 7-8, p. 431-443.

Leroi-Gourhan A., Chavaillon J. & Chavaillon N. (1963) – Paléolithique du Péloponèse. Bulletin de la Société ­préhistorique française, vol. 60, n° 3-4, p. 249-265.

Chavaillon J. (1964) – Les formations quaternaires du Sahara nord-occidental. CNRS, Paris.

Chavaillon J. (1967) – Discours du président entrant. Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 64, p. V-VIII.

Chavaillon J. (1967) – Melka Kunturé, gisement paléo­lithique, campagne de fouilles 1965-1966, Annales ­d’Éthiopie, n° 7, p. 9-17.

Chavaillon J. (1968) – Melka Kunturé gisement paléolithique d’Éthiopie. La préhistoire, problèmes et tendances, CNRS, Paris, p. 117-124.

Chavaillon J. (1969) – Fouilles paléolithiques à Melka Kunturé. Paleoecology of Africa, vol. 4,p.  132-133.

Chavaillon J. (1970) – Découverte d’un niveau oldowayen dans la basse vallée de l’Omo (Éthiopie). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 67, n° 1, p. 7-11

Chavaillon J. (1971) – Recherches en Éthiopie, « La vie préhistorique ». Sciences et Avenir, n° 7, p. 78-79.

Chavaillon J. (1973) – Chronologie des niveaux paléolithiques de Melka Kunturé. Comptes rendus de l’Académie des Sciences, t. 276, série D, p. 1533-1536.

Chavaillon J. (1974) – État actuel des recherches au site paléolithique de Melka Kunturé (Choa). In : IVe Congresso Internazionale di Studi etiopici, Roma (1972), t. I, p. 787-792.

Chavaillon J. (1974) – L’Homo erectus de Melka Kunturé. La Recherche, n° 49, p.  880-890.

Chavaillon J. (1976) – Les habitats oldowayens de Melka Kunturé. In : Actes du VIIe Congrès Panafricain de Préhistoire et d’études du Quaternaire, Addis Abeba, p.  57-61.

Chavaillon J., Chavaillon N., Hours F. & Piperno M. (1978) – Le début et la fin de l’Acheuléen à Melka Kunturé : méthodologie pour l’étude des changements de civili­sation. Bulletin de la Société Préhistorique française, t. 75, n° 4, p. 105-115.

Chavaillon J. (1979) – Essai sur une typologie du matériel de percussion. Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 76, n° 88, p. 230-233.

Chavaillon J. (1982) – Les habitats paléolithiques de Melka-Kunturé. In : Actas UISPP, Xe Congresso, Mexico (1981), p. 149-168.

Chavaillon N. & Chavaillon J. (1985) – Gotera. Un site paléolihique recent d’Éthiopie. ADPF, Éditions Recherche sur les Civilisations, mémoire n° 59, Paris.

Chavaillon J. & Coppens Y. (1986) – Nouvelle découverte d’Homo erectus à Melka Kunturé (Éthiopie). Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Série 2, t. 303, n° 1, p. 99-104

Chavaillon J., Guerin C., Boisaubert J. & Coppens Y. (1986) – Découverte d’un site de dépeçage à Elephas recki, en République de Djibouti. Comptes rendus de l’Académie des sciences, série 2, t. 302, n° 5, p. 243-246.

Chavaillon J., Boisaubert J. L., Faure M., Guerin C., Ma J. L., Nickel B., Poupeau G., Rey P. & Warsama S. A. (1987) – Le site de dépeçage pléistocène à Elephas recki de Barogali (République de Djibouti) : nouveaux résultats et datation. Comptes rendus de l’Académie des sciences, série 2, vol.  305, n° 15, p. 1259-1266.

Garanger, J., Chavaillon J., & Leroi-Gourhan A. (1992) – La Préhistoire dans le monde. Presses universitaires de France.

Chavaillon J. (1996) – L’Âge d’or de l’humanité. Odile Jacob, Paris.

Chavaillon J. & Piperno M. (2004) – Studies on the Early Paleolitic site of Melka Kunture, Ethiopia. Instituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Florence, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Prospection à Tchitandalucua (Angola)
Légende Jean Chavaillon 2e à gauche
Crédits © M. Gutierrez
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Gutierrez, Arlette Berthelet et Philippe Soulier, « In memoriam Jean Chavaillon (1925-2013) », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 9-11.

Référence électronique

Manuel Gutierrez, Arlette Berthelet et Philippe Soulier, « In memoriam Jean Chavaillon (1925-2013) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/264

Haut de page

Auteurs

Manuel Gutierrez

UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, manuel.gutierrez@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur dans la revue

Arlette Berthelet

Philippe Soulier

UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, philippe.soulier@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org