Navigation – Plan du site

Éditorial

Manuel Gutierrez
p. 7

Texte intégral

1Le numéro 9 de la revue paraît dans un contexte africain complexe, émaillé à nouveau de conflits violents et de pertes douloureuses. La fin de l’année 2013 fut marquée par la disparition de Madiba: humaniste et homme de dialogue, Nelson Mandela laisse un grand vide sur la scène africaine, que la communauté internationale déplore. L’université de Paris I Panthéon-Sorbonne lui avait décerné le titre de docteur honoris causa en juillet 1996 en reconnaissance de son action en Afrique du Sud.

2Plus près de notre équipe, c’est la disparition de Jean Chavaillon en décembre dernier qui attriste préhistoriens et archéologues africanistes; nous lui rendons hommage en l’évoquant au début de ce numéro.

3La parution du numéro 9 coïncide également avec des mutations importantes dans l’organisation interne de l’UMR 7041 du CNRS ; l’équipe de recherche sur l’Afrique représente désormais le thème Afrique de celle d’Ethnologie préhistorique. Quoiqu’il en soit, la revue Afrique, Archéologie & Arts reste toujours fidèle à sa ligne éditoriale et intègre des contributions en archéologie et en histoire des arts d’Afrique. Cette histoire des arts est abordée dans un article consacré à la célèbre tête en laiton d’Ife, connue sous le nom de tête d’Olokun, qui avait été reléguée en 1949 au statut de simple copie de l’original découvert en 1910 par Leo Frobenius. Un ré-examen approfondi conclut en faveur de l’original, et non d’une copie, fabriqué avec les mêmes méthodes que d’autres productions locales d’époque et à partir du même stock de métal.

4En ce qui concerne le volet archéologique, trois articles et une note rendent compte de la diversité de constructions en pierre et de leurs finalités. Le premier s’attache aux enceintes de l’Afrique de l’Ouest forestière qui font l’objet d’un bilan très pertinent sur l’état de la recherche archéologique régionale et d’une analyse sur la fonction des ces constructions. Le fait urbain est ainsi associé aux enceintes qui se trouvent le long du golfe de Guinée, et le calage chronologique permet de fixer une période d’utilisation qui s’étend jusqu’au xive siècle suivie d’un abandon des lieux qui pourrait avoir été occasionné par une épidémie de peste noire.

5Le deuxième article s’intéresse aux pratiques funéraires, entre autres sur le site de Wanar au Sénégal, et plus particulièrement à l’interprétation de cercles de pierres que l’on trouve derrière des files de pierres dressées ou pierres frontales. Ces cercles de pierre, associés à des inhumations, pourraient correspondre à la partie conservée de maisons des morts. Ces structures auraient été au départ complétées par une toiture en matière périssable, destinée à limiter et à protéger le dépôt funéraire. La question des morts d’accompagnement est également abordée.

6Le troisième article traite de trois exemples de pierres dressées en Afrique de l’Est, l’un au Kenya et les deux autres en Éthiopie. Au Kenya, ces structures associées parfois à des tombes et contenant de la faune, seraient l’œuvre de populations de pasteurs. Dans d’autres cas, ces files de pierres dressées ont donné lieu à des hypothèses sur leur probable fonction de calendrier, hypothèse qui découle d’observations astronomiques. Parmi les exemples éthiopiens il y a des stèles phalliques en rapport avec des inhumations et d’autres ne présentant que des vestiges lithiques dans leurs fondations. Le troisième exemple est ethnologique et montre que, dans des ­sociétés actuelles, les pierres dressées peuvent aussi bien être associées à des tombes tandis que d’autres jouent le rôle de marqueur d’un fait social important – pierres de mérite par exemple – sans rapport direct avec des inhumations. Ces exemples soulignent la diversité des fonctions et les difficultés d’interprétation que cela entraîne.

7Un dernier écrit remet en cause l’appellation de « tumulus pierriers » au Mali. L’auteur lui préfère celle de « cercle pierrier » arguant sur la grande variabilité de ce que recouvrent ces structures, indécelable à première vue, mais que des fouilles ont permis d’identifier.

8Des résumés de thèses, soutenues à l’université de Paris I en 2013, et mentions de mémoires de masters, closent ce volume.

9Bonne année 2014 et nombreuses publications scientifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Gutierrez, « Éditorial », Afrique : Archéologie & Arts, 9 | 2013, 7.

Référence électronique

Manuel Gutierrez, « Éditorial », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/263

Haut de page

Auteur

Manuel Gutierrez

Directeur de Publication

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org