Navigation – Plan du site
Thèses soutenues en décembre 2013/2014

L’institution muséale et les questions actuelles de conservation et mise en valeur du patrimoine culturel

La démarche qualité appliquée aux institutions patrimoniales : cas des musées d’archéologie et d’anthropologie d’Angola
Ziva Domingos
p. 87-89

Entrées d’index

Index géographique :

Angola
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en archéologie soutenue le 21 mai 2014. Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Direction : Manuel Gutierrez. Jury : M. L. R. de Areia, S. de Caro, M. V. Fernando, D. Guillemard, M. Gutierrez, C. Mengin.

Texte intégral

1Placée dans le cadre de référence « patrimoine et développement », ces recherches sont focalisées sur les défis de la mondialisation et du développement durable auxquels les institutions muséales – en particulier les musées angolais – font face. Ainsi interpellées, elles améliorent leur système de gestion en intégrant des approches nouvelles, telles la démarche qualité totale (en vue de participer à l’élévation du niveau de vie des populations à travers l’éducation), la délectation et la production des retombées économiques par le biais d’un tourisme culturel responsable.

2L’institution muséale, en tant qu’organisation dynamique, est toujours remise en cause dans son essence même, sa relation avec la culture et le rôle social qu’elle doit jouer dans les politiques de dévelop­pement, tout en recherchant un équilibre entre la mission de conservation et celle de dif­fusion et de communication de ses collections (Gob & Drouguet 2010). À partir de ce postulat nous procédons à une réflexion qui permet de ­comprendre comment toutes ces transformations sont vécues par les musées, le secteur culturel en croissance et une société elle-même en pleine mutation. Cette dynamique de changement incite les musées à devenir des acteurs impliqués de plus en plus dans la recherche des solutions aux problèmes sociaux. C’est ainsi qu’ils répondraient aux missions de l’ICOM destinées à faire des musées des institutions permanentes au service de la société et de son développement (ICOM 2002).

3Au milieu de ce débat, la question qui mérite d’être posée est celle de savoir quel est le véritable motif qui se cache derrière cette remise en cause permanente de l’institution muséale ? La réponse devrait être naturellement la recherche de « l’idéal ». Or, qui parle d’idéal parle nécessairement de « qualité », du « zéro défaut ».

4La qualité touche aujourd’hui toutes les sphères d’activités, y compris le secteur patrimonial. Ainsi la démarche « qualité totale », idéal à être appliqué au secteur patrimonial, peut être définie comme l’ensemble de toutes les dispositions et aptitudes dont disposent les institutions patrimoniales (musées en particulier) pour améliorer continuellement leurs prestations ; ce qui exige de la part des musées la capacité de proposer des offres de produits et services devant satisfaire les besoins présents (explicites) de publics, à travers la diffusion et la communication du patrimoine culturel, et les besoins futurs (implicites) par le biais de la transmission de ces témoins (Guillemard et al. 2011).

5Notre étude démontre que les principes du management de la qualité, dans le cas du système qualité ISO sont compatibles avec les principes de la gestion du patrimoine. En conséquence, la mise en place d’une démarche qualité totale est possible et applicable, voire souhaitée dans le secteur patrimonial en vue de l’amélioration continue des prestations des institutions patrimoniales. Bien que cette compatibilité existe, quelques par­ti­cularités méritent d’être soulignées en ce qui concerne la démarche qualité appliquée aux institutions patrimoniales. Elles sont fondamenta­lement basées sur les notions de client, d’offre et de demande ou de besoin et satisfaction, de la nature spécifique du produit et de la logique de leur exploitation. La gestion des institutions culturelles dans une perspective économique a des conséquences sur leurs missions et leur devenir, à cause de l’exploitation abusive des biens culturels et de leurs contenus. Malgré les particularités de leur mission sociale, il n’est pas interdit aux musées de générer des revenus en proposant des offres et des services, donc d’être inscrits dans la logique de marché. Néanmoins, les bornes doivent être respectées afin que les biens culturels ne puissent pas être utilisés comme de vulgaires produits sacrifiés à la consommation (Greffe 1990). La principale finalité de nos recherches est de savoir comment cette approche de démarche qualité totale pourrait s’appliquer aujourd’hui aux musées angolais ?

6Actuellement, quatorze musées publics fonctionnent en Angola dont la plupart sont placés, depuis 2009, sous la tutelle de la direction nationale du Ministère de la Culture. Ils sont implantés dans huit des dix-huit provinces du pays (fig. 1). Ces institutions, dédiées à l’anthropologie, l’archéologie, l’histoire ou l’histoire naturelle, ont été fondées dans un contexte de processus de nationalisation du patrimoine culturel angolais, un an juste après l’accession de l’Angola à l’indépendance (1976), sans une véritable réflexion stra­tégique à la base (DNMM 1979).

7Avant de proposer d’éventuelles approches pouvant être adoptées pour la mise en place d’une démarche qualité dans les musées angolais, nous nous sommes penché tout d’abord sur la déter­mination du degré de performance actuelle de ces musées. Pour le mesurer, des ­évaluations ont été réalisées sur un échantillon d’une dizaine d’entre eux, basées sur dix réfé­rentiels touchant principalement la gestion institutionnelle et celle des collections, la recherche, la publication et la médiation culturelle.

8Le degré de performance des musées angolais se situe entre 25 et 40 %, avec un seul point moyen­nement fort : la médiation culturelle. Les principaux dysfonctionnements consistent en :

  • une gestion institutionnelle inefficace due à l’absence des outils de gestion stratégique (notamment le projet scientifique et culturel) et à l’in­suffisance des ressources humaines qualifiées et spécialisées ; il n’existe pas, en Angola, d’ins­titution spécialisée dans la formation des ­professionnels de musées ;

  • une mauvaise gestion des collections due au manque de maîtrise des conditions environne­mentales et au mauvais état de conservation des bâtiments qui abritent ces musées, à l’absence des plans de conservation préventive, ou encore, à la limite, des manuels de procédures en conser­vation, pour ne pas parler des normes ;

  • une inadaptabilité des muséographies d’expositions permanentes de la majorité des musées, tant sur le plan du contenu que de la présentation, engendrant ainsi, d’un côté, des contraintes pour conservation en exposition et, de l’autre côté, la réduction d’offres d’attraction du public.

9Malgré cette situation quasi-chaotique, quel­ques avancées ont été enregistrées depuis la fin de la guerre civile en 2002, notamment dans deux domaines : l’un, juridique, avec la promulgation en 2011 du statut général de « musées d’Angola », ayant permis de combler la lacune juridique observée depuis 1976 dans leur structure organisa­tionnelle, de consolider leur cadre institutionnel et d’officialiser leur existence ; lautre, de mise en valeur des collections, avec la rénovation de l’exposition permanente du musée de Dundo qui est devenu aujourd’hui un « modèle » pour les autres musées angolais en matière de médiation culturelle.

Figure 1 – Distribution géographique des musées d’Angola

Figure 1 – Distribution géographique des musées d’Angola

10Finalement, pour contribuer à l’amélioration de la gestion des musées angolais devant les conduire à la mise en place d’une démarche qualité totale, nous proposons l’élaboration de quelques outils stratégiques et opérationnels, notamment :

  • un projet scientifique et culturel (PSC) ou « plan muséologique », en tant qu’outil de gestion stratégique qui définit les grandes orientations et priorités du musée sur une période d’au moins cinq ans ;

  • un plan de conservation préventive (PCP), en tant qu’instrument d’amélioration de la per­formance en conservation surtout pour les musées ayant des moyens limités ; basé sur une approche systématique et réaliste, ce plan favorise une ­gestion participative qui implique à la fois le personnel du musée et les communautés locales (public au sens large) ;

  • un mécanisme de rétroaction en tant qu’instrument de mesure de la pertinence, d’efficacité et d’efficience dans la mise en œuvre des projets culturels et scientifiques et des plans de conservation préventive visant comme objectif ultime l’amélioration continue – finalité de toute démarche qualité et devant conduire à l’établissement d’un label « musée d’Angola ».

11En conclusion, malgré toute la complexité que revêt la mise en place d’une démarche qualité dans n’importe quel secteur d’activités, elle finit toujours par être considérée comme une valeur ajoutée dans la gestion de toute organisation, y compris celle des musées.

12Avec la stabilité politique actuelle de l’Angola et l’attention portée sur le secteur social, les musées angolais gagneraient davantage en assurant leur fonctionnement s’ils s’engageaient dans une telle démarche. Cela leur permettrait de participer ­activement au développement durable de l’Angola, à travers la consolidation de la nation et la construction des identités des populations angolaises.

Haut de page

Bibliographie

Dnmm (1979) Manual de Museologia. Instituto Angolano de Livro e Disco, Luanda.

Gob A. & Drouguet N. (2010) La muséologie, Histoire, développement et enjeux actuels. Armand Colin, Paris.

Greffe X. (1990) La valeur économique du patrimoine : la demande et l’offre de monuments. Anthropos-Economica, Paris.

Guillemard D., May R. & de Wallens A. (2011) Conser­vation préventive : conception et structuration d’une pensée. Techné, n° 34, p. 25-36.

Icom (2002)Code de déontologie de l’ICOM pour les musées. ICOM, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 1 – Distribution géographique des musées d’Angola
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/260/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ziva Domingos, « L’institution muséale et les questions actuelles de conservation et mise en valeur du patrimoine culturel », Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014, 87-89.

Référence électronique

Ziva Domingos, « L’institution muséale et les questions actuelles de conservation et mise en valeur du patrimoine culturel », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/260

Haut de page

Auteur

Ziva Domingos

Direction nationale des musées d’Angola, Ministère de la Culture, Luanda (Angola)
et UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, zivado@hotmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org