Navigation – Plan du site
Thèses soutenues en décembre 2013/2014

Recherches sur l’Acheuléen de l’Ahaggar

Les matières premières lithiques ; l’outillage lithique, rapport éclats/outil ; le cadre stratigraphique et chronologique. « Exemple du site Téhéntawek »
Messaouda Benmessaoud
p. 84-86

Entrées d’index

Index géographique :

Ahaggar, Algérie/Algeria
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en archéologie soutenue le 9 juillet 2014. Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Direction : Manuel Gutierrez. Jury : A. Derradji, M. Gutierrez, M. Otte, A. Person, M. Sahnouni.

Texte intégral

1Le Sahara algérien a été arpenté pendant les migrations d’hominidés durant le Pléistocène ancien. Les seuls témoins de ces migrations sont les industries lithiques, souvent signalées dans d’anciennes publications, entre autres par H. Alimen (1956) P. Biberson (1961), L. Ramendo (1963), F. D. Champault (1966), J. Chavaillon (1971, 1980, 1983), F. Bordes (1981).

2Le site acheuléen de Téhéntawek a été découvert en décembre 2007 sur le plateau basaltique de Manzaz, dans le village d’Idelès. Il se trouve sur la bordure ouest de l’oued Idelès, à près de 8 m au-dessus de son lit. Nous y avons ouvert des ­sondages, en parallèle du décapage de la surface, pour comprendre sa position stratigraphique. Son matériel lithique est taillé en majorité sur du basalte et comporte choppers, bifaces et nombre d’éclats, répartis sur une étendue à épandage de blocs scoriacés, très érodée, de plus de 5 500 m2. Un ensemble de sédiments est apparu en stra­ti­graphie, ainsi que des cavités, remplies de ­sédiments mélangés à des concrétions de couleur blanche.

3Le corpus lithique étudié est composé de nucléus, en majorité de types discoïdes bifaces et multidirectionnels bifaces, de dimensions plus au moins homogènes et morphologies variables, la plupart avec du cortex sur une face. La méthode tournante est la plus utilisée pour le débitage des éclats, majoritaires, souvent de grandes et moyennes dimensions, corticaux ou semi-­corticaux, avec des éclats d’entame, de plein débitage et de ravivage. Leurs talons, parfois corticaux, et souvent indé­terminés, ont été aménagés. Un petit outillage retouché a été taillé sur neuf éclats constitué de grattoirs, racloirs, denticulés, outil encoche et éclats composites. Deux remontages ont été réa­lisés sur six éclats bruts, obtenus d’une manière récurrente ordonnée. Parmi les cinq types de ­choppers, les latéraux dominent avec un large tranchant (fig. 1), qui peut résulter d’enlèvements unifaces ou bifaces. Les distaux, peu nombreux, ont des tranchants qui n’occupent qu’une partie des périmètres des outils. Les bifaces se répartissent entre des partiels et des totaux et sont de dimensions moyennes (142 mm de long, 73 mm de large et 41 mm d’épaisseur). Ils sont taillés en majorité sur des galets. Les partiels ont des bords convexes, les lancéolés des dimensions variées, les ficrons sont homogènes – avec une concavité latérale sur la partie distale de l’un des bords, due probablement à l’utilisation –, les ­cordiformes très émoussés et les amygdaloïdes les moins représentés, avec un façonnage moins ­soigné. D’un point de vue technologique, nous avons identifié deux schémas opératoires pour ces produits :

  • le premier, avec des sections plano-convexes, ce qui exprime que l’équilibre bifacial n’est pas recherché ; la face convexe est obtenue par des enlèvements envahissants bilatéraux, qui créent une nervure centrale et la face plane par des ­enlèvements larges et couvrants, à partir des deux bords ;

  • le deuxième avec des sections globales biconvexes et symétrie recherchée sur les deux faces, procédé plus utilisé sur les cordiformes ; aucune trace de retouche n’y est distincte, en raison de l’altération morphologique, cependant le façonnage simultané présente une partie distale très usée ; les bords sinueux résultent d’un façonnage au percuteur dur.

Figure 1 – Choppers à tranchant latéral (a) et distal (b) en basalte

Figure 1 – Choppers à tranchant latéral (a) et distal (b) en basalte

© Dessin M. Ben Abdallâh ; photos M. Benmessaoud

4Les hachereaux sont façonnés sur de grands éclats en basalte gris à grain fin, aménagés par un tranchant linéaire (fig. 2), oblique ou droit. Nous avons aussi observé sur les deux bords bilatéraux (gauche et droit) de petits enlèvements alternes.

Figure 2 – Hachereau à tranchant distal transversal droit

Figure 2 – Hachereau à tranchant distal transversal droit

© M. Benmessaoud

5Dans de nombreux sites attribués au Paléo­lithique inférieur, les éclats bruts ont été utilisés comme outils non retouchés. Leur utilisation était, probablement, éphémère et de courte durée. D’autres éclats ont été modifiés pour acquérir des formes spécifiques recherchées par l’artisan, comme les racloirs, les grattoirs et les denticulés, précédemment cités. Les tentatives de raccords des éclats avec des outils bruts ou retouchés n’ont pas abouti à d’éventuels remontages à Téhéntawek, bien que la texture de la matière première et les négatifs des enlèvements, ainsi que les pro­fondeurs des contres bulbes soient similaires. Les seuls remontages réalisés l’ont été entre éclats.

6L’étude technologique a été réalisée sur 253 piè­ces lithiques sélectionnées dans l’ensemble de Téhéntawek. Parmi les matières premières utilisées figure le basalte, avec un aspect transformé dû à l’altération et à la patine désertique et une faible présence du quartz et de jaspe. Les formes des supports utilisés dans la fabrication des outils montrent qu’ils ont été rapportés des milieux alluviaux, sous forme de galets roulés. Cinq gîtes de matière première on été échantillonnés tout au long des deux rives de l’oued Idelès, dans le but de comprendre et de connaître les ­territoires parcourus par l’homme de l’Acheuléen pour les récolter. Le basalte, très abondant dans la région, couvre une surface de plus 1 500 km2. Le quartz filonien, présent sur le site de Téhéntawek sous plusieurs formes, de couleur brune à marron foncé, a été beaucoup moins utilisé.

7L’échantillonnage des basaltes nous a permis de supposer deux endroits susceptibles d’une exploitation gîtologique : l’un est le site même de Téhéntawek, l’autre est à 11 km au nord du précédent, où nous avons identifié des nucléus angu­leux destinés à la fabrication des éclats. Quant au quartz de la région d’Idelès, il possède de mauvaises aptitudes à la taille et au façonnage des outils.

8Trois sondages ont été réalisés. Le premier S1, sur une profondeur de 1 m, a révélé six couches sédimentaires, bien distinctes, et le deuxième S2, sur 1,20 m, un mélange de sédiments et un dépôt chaotique renfermant deux bifaces limandes ; le troisième S3, sur 0,35 m de profondeur, a montré un sédiment résultant de la désagrégation de la roche basaltique.

9L’analyse par diffractométrie de rayons X des concrétions blanches, découvertes pendant le décapage, témoigne d’une présence majeure de calcite et de silice sous forme d’opale végétale qui présente une structure végétale. Les parois internes de ces concrétions sont d’une morphologie et d’une organisation très complexes. Des analyses chimiques ont permis d’observer une répartition de calcium, provenant du carbonate de calcium et du silicium provenant de la silice. Ces données peuvent être un marqueur d’un paléoenvironnement, si on arrive à les relier à d’autres facteurs environnementaux voisins. Les quelques études réalisées sur les phytolithes, notamment en zone subsaharienne aux alentours du lac Tchad, ont ainsi permis d’identifier des périodes climatiques humides, à partir desquelles la reconstitution des paléoclimats de la région pourrait être envisagé.

10Il n’est pas possible actuellement de placer le site Téhéntawek dans son contexte chronostra­ti­graphique, à partir des anciennes subdivisions chro­nologiques du Sahara nord occidental, les mieux connues à présent. En effet, la fouille n’en est qu’à son début et ne permet notamment aucune comparaison avec le dépôt quaternaire de la Saoura ou de ses environs. Cependant, le site Téhéntawek nous a offert une stratigraphie avec trois premières couches homogènes de sédiments de sable fin qui caractérisent un régime hydro­logique assez doux. Puis une couche constituée d’un dépôt très grossier de gros galets, qui traduit un épisode climatique accompagné de très fortes crues. Quant aux deux dernières couches, elles sont formées de gravier, qui est le résultat de ­l’altération de la roche préexistante, probablement sous un climat humide. Stratigraphiquement, le matériel récolté dans le site de Téhéntawek se positionne en surface et dans les deux premières couches.

11En comparant le site de Téhéntawek avec quelques sites acheuléens sahariens, nous avons constaté que les matières premières lithiques utilisées et débitées dans la plupart, sont d’origines éruptive, métamorphique et sédimentaire, et de provenance locale, tels que les basaltes du site de Téhéntawek. Les distances d’approvisionnement sont aussi courtes et les sources se trouvent à proximité des installations choisies par l’homme de l’Acheuléen. En ce qui concerne les techniques et méthodes de débitage, nous avons reconnu un débitage d’éclats effectué au percuteur dur, mais sans aménagement préalable du plan de frappe des nucléus. L’outillage lithique du site Téhéntawek est très caractéristique des ensembles lithiques acheuléens sahariens. Les choppers ou « galets aménagés », les bifaces, les hachereaux et le petit outillage sur éclat, sont bien présents. Les choppers sont représentés pendant toute la période acheuléenne, mais ils n’ont jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Ils ne sont mentionnés que sur le site de Reggane au Sahara nord-occidental. Il existe aussi quelques types similaires à Téhén­tawek, désignés en des termes différents.

12Dans ce contexte montagneux, la fouille du site acheuléen de Téhéntawek a permis d’identifier plusieurs types d’outils lithiques (sur lesquels toutes les phases de façonnage sont lisibles), ­souvent exécutés sur le basalte local, très abondant. Cette production lithique s’avère être le fruit d’une combinaison mentale et physique, de la qualité de la matière première et d’un envi­ronnement forcément favorable. L’étude techno­logique des choppers à large tranchant est susceptible de nous permettre d’appréhender leur production volontaire et abondante. Par ailleurs, une approche expérimentale est envisagée aux fins de comprendre les étapes de la production et de l’acquisition de la matière première jusqu’à l’abandon de l’outil. Certains produits caracté­ristiques de l’Acheuléen saharien permettront de dresser une nouvelle carte des sites acheuléens, intégrant les nouvelles et récentes découvertes d’une faune quaternaire, visiblement silicifiée, aux alentours de l’Ahaggar, à Afilal, Silet et plus au nord à In Salah.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 1 – Choppers à tranchant latéral (a) et distal (b) en basalte
Crédits © Dessin M. Ben Abdallâh ; photos M. Benmessaoud
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 – Hachereau à tranchant distal transversal droit
Crédits © M. Benmessaoud
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 805k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Messaouda Benmessaoud, « Recherches sur l’Acheuléen de l’Ahaggar  », Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014, 84-86.

Référence électronique

Messaouda Benmessaoud, « Recherches sur l’Acheuléen de l’Ahaggar  », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/258

Haut de page

Auteur

Messaouda Benmessaoud

Office national du Parc culturel de l’Ahaggar, Tamanrasset (Algérie) et UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, homosapiensdz@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org