Navigation – Plan du site
Thèses soutenues en décembre 2013/2014

L'appropriation de la nature par l'Homme au Sahara égyptien (Gilf el-Kebir) au cours de l'optimum holocène

Emmanuelle Honoré
p. 81-83

Entrées d’index

Index géographique :

Égypte, Gif el-Kébir, Wadi Sūra II
Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en archéologie soutenue le 10 décembre 2013. Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Direction : Sylvie Amblard-Pison, Serge Cleuziou. Jury : S. Amblard-Pison, G. Barker, F. Hassan, A. Person, F. Villeneuve

Texte intégral

1Au sein du Sahara oriental, à l’extrême sud-ouest de l’Égypte, le Gilf el-Kebir est un plateau de grès de 7 500 km2, découpé d’innombrables ­vallées sèches. Bordé au nord par la Grande Mer de Sable, le Gilf el-Kebir apparaît comme une région proéminente au milieu de vastes plaines sableuses. Le plateau est comme scindé en deux parties, nommées distinctement d’ailleurs par les explorateurs et géographes : plateau Abu Ras (Nord) et plateau Kemal el-Din (Sud). Massif au milieu des sables, il constitue par sa configuration géomorphologique une région moins immédia­tement dépendante des conditions paléoclimatiques que les plaines environnantes. Pour cette raison, le plateau et ses abords ont servi de zone-refuge pendant l’optimum holocène.

2Les enregistrements paléoenvironnementaux permettent de placer la période climatique favorable entre 9 500 et 2 500 calBC. Un manque de datations est constaté entre 5 600 et 4 200 calBC. Il peut être imputé soit à l’état des recherches, soit à une aridité plus prononcée pendant cet intervalle. Globalement, l’aridification apparaît comme un processus intervenant sur plusieurs millénaires de manière irrégulière. Autour de 3 500 calBC, l’aridité est très avancée. Bien qu’elle bénéficie d’un certain «sursis» par rapport aux plaines sableuses environnantes, la région du Gilf el-Kebir devient hyperaride beaucoup plus tôt que celles situées à l’ouest du Sahara.

3La comparaison entre les périodes d’occupation attestées par l’archéologie et les périodes climatiques favorables permet plusieurs observations inédites. Premièrement, les groupes humains ne se sont pas réinstallés dès le retour de conditions environnementales propices. Le Gilf el-Kebir a surtout été colonisé à partir du moment où les régions environnantes commençaient à entrer dans le processus de désertification. Deuxièmement, les groupes installés localement y ont persisté à des époques d’aridité très avancée. L’adaptation est donc une notion majeure dans l’étude des modes de vie des populations du Gilf el-Kebir aux ve et ive millénaires avant notre ère.

4L’habitat et la mobilité, la gestion des ressources et approvisionnements et l’organisation des activités sont autant de témoins de la relation de l’homme à son environnement, et de la façon dont il l’exploite pour ses besoins.

Figure 1 – a) Fond d´une vallée sèche du Gilf el-Kebir (plateau Abu Ras)

Figure 1 – a) Fond d´une vallée sèche du Gilf el-Kebir (plateau Abu Ras)

La flèche rouge indique la localisation de l´abri orné WG35

© E. Honoré

Figure 1 – b) Peintures du plafond de l´abri

Figure 1 – b) Peintures du plafond de l´abri

© E. Honoré

5À partir du vie millénaire avant notre ère, le mode de vie s’oriente vers le pastoralisme semi-nomade qui vient en complément d’une économie de chasse et collecte opportuniste. Les peintures rupestres témoignent de grands troupeaux de caprins et ­surtout de bovins, conduits par des couples stéréotypés qui révèlent une véritable « économie domestique » familiale. La quasi-absence de vestiges osseux de bovins domestiques dans les restes de foyer et, en particulier, l’importance accordée aux pis dans les représentations rupestres, sem­blent indiquer qu’ils étaient surtout élevés pour le lait et ses sous-produits. D’autres éléments révèlent l’importance du troupeau au-delà de son simple apport alimentaire. Parmi ces exemples, les bovins peints sans tête sur le plafond de l’abri WG35 (fig. 1), ou les figures hybrides des « bêtes » dans l’abri WG21 (aussi appelé Wadi Sūra II), mettent en exergue la complexité du ­rapport de l’homme à l’animal.

6Ces évolutions, qui caractérisent autant les domaines technico-économiques que symboliques, participent du procès de socialisation de la nature à cette époque-charnière de la transition entre mode de vie épipaléolithique et traditions pastorales naissantes. Concept développé par Maurice Godelier (1984) et Tim Ingold (1986), l’appropriation de la nature se traduit à la fois sur les plans matériels et idéels. Placée sous le spectre de l’anthropologie, cette approche permet de dépasser le débat d’archéologue autour de la définition du Néolithique pour aborder les populations étudiées avec des questions qui les concernaient plus directement. Interrogées de cette façon, les données archéologiques du Gilf el-Kebir révèlent de façon saisissante la façon dont les groupes locaux ont conceptualisé leur place et leur rôle au sein de cet environnement.

Haut de page

Bibliographie

Godelier M. (1984) – L’idéel et le matériel : Pensée, économies, sociétés. Fayard, Paris.

Ingold T. (1986) – The appropriation of nature: Essays on human ecology and social relations. Manchester University Press, Manchester.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 1 – a) Fond d´une vallée sèche du Gilf el-Kebir (plateau Abu Ras)
Légende La flèche rouge indique la localisation de l´abri orné WG35
Crédits © E. Honoré
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 1 – b) Peintures du plafond de l´abri
Crédits © E. Honoré
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Honoré, « L'appropriation de la nature par l'Homme au Sahara égyptien (Gilf el-Kebir) au cours de l'optimum holocène », Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014, 81-83.

Référence électronique

Emmanuelle Honoré, « L'appropriation de la nature par l'Homme au Sahara égyptien (Gilf el-Kebir) au cours de l'optimum holocène », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/254

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Honoré

Newton International Fellow, McDonald Institute for Archaeological Research, Downing Street, UK-Cambridge, CB2 3ER, eigh2@cam.ac.uk
et UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, emmanuelle.honore@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org