Navigation – Plan du site
Compte-rendu

14e Congrès de l’Association Archéologique Panafricaine de Préhistoire et Disciplines Associées (PANAF)

Compte-rendu
Adrien Delvoye, Emmanuelle Honoré et Chloé Capel
p. 77-79

Texte intégral

1Après le succès du congrès de Dakar (Sénégal) en 2010, l’Association Archéologique Panafricaine de Préhistoire et Disciplines Associées (PANAF) et la Société des Archéologues Africanistes (SAfA) ont organisé pour la seconde fois un congrès commun, cette année en Afrique du Sud. L’université de Witwatersrand à Johannesburg a vécu, du 14 au 18 juillet 2014, au rythme de cet évènement scientifique majeur, qui a réuni plusieurs centaines d’archéologues autour du thème général de « L’archéologie africaine sans frontières ». L’Afrique du Sud a accueilli cette rencontre internationale avec une émotion toute particulière car le pays n’avait encore reçu aucun congrès de la PAA (Pa­nafrican Archaeological Association). À l’issue de la première rencontre de Nairobi en 1947, il avait été décidé que la seconde se tiendrait en Afrique du Sud en 1951. Cependant en juin 1948, le premier ministre sud-africain Jan Smuts, anglophile d’inspiration libérale, à la tête du pays depuis une décennie, était évincé du pouvoir par le parti nationaliste, ardent défenseur de la cause afrikaaner. Ce revirement politique, qui s’accompagnait de la mise en place progressive de l’Apartheid et du rejet de toute notion de pan-africanisme, avait remis en question l’invitation et le 2e congrès de la PAA s’était finalement tenu à Alger.

2La SAfA, association benjamine, alterne quant à elle ses rencontres tous les deux ans depuis 1996, tantôt en Amérique du Nord, tantôt sur le continent européen. Après le premier congrès conjoint de Dakar, en 2010, et le 11e congrès de la SAfA tenu seul en 2012 à Toronto, l’année 2014 se ­présentait de nouveau comme l’opportunité d’une manifestation commune entre la SAfA et le PANAF. Avec 356 communications orales et 79 posters présentés, le congrès de 2014 à Johan­nesbourg constitue le plus grand rassemblement d’archéologues africanistes jamais connu. La ­coordination entre les deux associations présidées respectivement par Benjamin Smith (PAA) et Elena Garcea (SAfA) a été formidablement complétée par l’équipe locale d’organisation, menée par Karim Sadr et Amanda Esterhuysen. Organisé tel une véritable ville dans la ville, le campus de l’université de Witwatersrand était particuliè­rement bien adapté pour recevoir les quelques 400 congressistes.

3Dépassant l’inconfortable – car trop vaste – thème officiel (« L’archéologie africaine sans ­frontières »), retenu pour permettre de donner sa place à toutes les communications proposées, les organisateurs du colloque ont planifié de manière judicieuse le déroulé des séances. Des séquences chronologiques, où une même période historique donnait une trame commune à toutes les présentations, ont alterné avec des sessions d’ordre méthodologique, où un même objet de travail – ou une même méthode d’investigation – devenaient le point de focale de la discussion, dans une perspective diachronique souvent enrichissante, ouvrant la possibilité de discussions dépassant les cadres académiques et disciplinaires habituels. C’est ainsi que se sont enchaînées, sur cinq jours de colloque, 70 sessions de travail réparties en 27 thématiques. À côté de sessions « classiques » (lithique, funéraire, archéométallurgie, paléolithique pour en citer quelques-unes), il est à noter plusieurs sessions plus novatrices, comme un ­atelier entièrement dédié à l’archéobotanique, ­discipline encore peu développée sur le continent, et une autre session – fait remarquable dans une réunion d’archéologues et de préhistoriens – consacrée à l’archéologie des périodes sub-­contemporaines, intitulée « Colonial archaeology ».

4La tenue de cette réunion PANAF-SAfA en Afrique du Sud a logiquement conféré une place importante aux recherches portant sur la partie méridionale du continent. Le congrès a notamment été le théâtre de riches débats sur les périodes préhistoriques et les arts rupestres, deux disciplines particulièrement développées dans les recherches en Afrique Australe. L’art rupestre, sujet de six sessions successives, était même, dans les faits, le thème le plus représenté. Cette dynamique, impulsée par la forte présence des chercheurs sud-africains, s’est manifestée par la présentation de nombreux travaux sur l’art rupestre san. L’université de Witwatersrand abrite par ailleurs le Rock Art Research Institute (RARI), dirigée jusqu’en 2000 par David Lewis-Williams. Parmi les communications marquantes, celle de David Pearce, actuel directeur du RARI, en col­laboration avec Adelphine Bonneau était un modèle en termes de combinaison de datations directes avec les datations relatives issues des ­travaux de chronostratigraphie des couches de peinture du site de Tyn 2 (province de l’Eastern Cape). Les sessions plénières, occasion de com­munications plus longues et approfondies, ont ­permis de constater la vitalité de la recherche dans les domaines de l’étude des dynamiques de population via l’ADN et de la paléoanthropologie. Francis Thackeray a ainsi, dans une présentation magistrale, rouvert la controverse des classi­fications taxonomiques des fossiles d’hominidés et affirmé, au moyen de comparaison d’indices morphométriques, que certains Homo habilis (OH 24 et KNM-ER 1813) pourraient être conspécifiques avec une frange des Australopithecus ­africanus (Sts 71 et Sts 5).

5Les recherches menées dans les régions occiden­tales et septentrionales du continent n’ont pas été négligées. Les communications et posters présentés à Johannesburg ont suffi à rappeler la qualité et le dynamisme des recherches archéo­logiques actuellement en cours dans les zones sahariennes et sahéliennes malgré des contextes politiques et sécuritaires parfois difficiles. Ils ont également montré la réalité des réflexions d’ordre épistémologique et heuristique animant ces disciplines, très souvent en souffrance. Dans ce sens, le projet « Crossroads of Empires », mené par Anne Haour (UCL, Angleterre) et représenté par cinq communications, amène, d’un point de vue his­torique, à reconsidérer des zones qui, même si elles sont en marge des grandes entités politiques que sont par exemple le Mâli ou le Songhaï, n’en sont pas moins des zones d’échanges, voire de replis et de refuge. Mais les communications ont également soulevé la question des choix méthodologiques et de la pertinence de l’interdisciplinarité dans le cadre de ce programme. Au Sénégal, un éclairage nouveau a été apporté par Sonja Magnavita sur une tradition funéraire non documentée depuis les dernières fouilles de Guy Thilmans en 1972 : les tumulus de sable. Le fossé périphérique au tumulus funéraire de Mbacké et les fosses détectées dans ses environs par des prospections géophysiques illustrent la variété des aménagements pouvant être rencontrés sur ces structures.

6Quelques moments plus sombres ont émaillé le congrès avec en premier lieu plusieurs hommages rendus, au gré des communications, à des chercheurs disparus dans l’année. C’est ainsi qu’a été tout particulièrement évoquée, par les mots émus de son amie et collègue Anne Mayor, la mémoire de Ndeye Sokhna Gueye, céramologue rattachée à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, dont le nom figurait au programme du congrès de Johan­nesburg. Les chercheurs du thème « Afrique » de l’équipe Ethnologie Préhistorique se sont également attachés à saluer la personne et le travail de Jean-François Saliège (LODYC, université de Paris VI), dont les recherches en géo­chimie ont à maintes reprises participé à éclairer l’histoire du continent africain.

7Plusieurs interventions ont par ailleurs mis à juste titre en lumière les menaces pesant sur le travail des archéologues et plus largement sur le patrimoine archéologique en Afrique, tout en questionnant à raison l’avenir de notre discipline. Même si les obstacles d’ordre géopolitique, qui tiraillent tout le continent, n’ont été traités qu’en filigrane, plusieurs cas de figure très concrets ont permis de mesurer toute la diversité des risques mais également l’inventivité des entreprises visant à contourner ces menaces. Dans ce cadre, de nombreux cas été évoqués : les conflits civils en Ouganda, le banditisme au Sahel, les prospections pétrolières au Sahara, les aménagements auto­routiers au Sénégal, etc.

8Certaines contributions de chercheurs et doctorants représentaient le thème « Afrique » de l’équipe Ethnologie Préhistorique de l’UMR 7041 du CNRS à ce congrès international du PANAF, balayant ainsi des aires géographiques et des thèmes de recherche variés. Pour la partie orientale du continent africain, Emmanuelle Honoré, à travers une communication intitulée « Negative rock paintings in Wadi Sura II shelter (Gilf el-Kebir, Egypt) », a proposé une première approche des quelques 500 peintures négatives de mains, bâtons, disques et pochoirs divers. Un poster sur le sujet de l’adaptation des sociétés anciennes à l’aridification dans les contextes de zones refuges en milieu saharien, en s’appuyant sur deux régions, en Mauritanie et en Égypte, réalisé par Sylvie Amblard-Pison, Emmanuelle Honoré et Alain Person, fut exposé durant la durée du collo­que : « Territories, resources and ecosystems management in refuge areas of the Holocene Sahara : convergence and divergence of stratégies by human groups in two remote areas (Mauritania, Egypt) ». La frange occidentale de l’Afrique de l’Ouest au tournant du ier et iie millénaires de notre ère fut abordée à travers deux communications orales. Dans la première, « The Columns Tomb of Kumbi Saleh (Mauritania) : first dating and new archaeological interpretations », Chloé Capel a présenté les premières datations absolues obtenues sur le tombeau à colonnes de Koumbi Saleh, monument célèbre de l’Ouest saharien. Elle est en conséquence revenue sur l’interprétation de cette structure dont la connaissance n’avait pas évolué depuis 40 ans. Dans la seconde communication, « L’art et la manière. Technological approach to ceramics deposits in senegambian megalithism – The case of the necropolis of Wanar (Senegal) », Adrien Delvoye a, au nom de l’ensemble de ses coauteurs (L. Laporte, H. Bocoum, J.-P. Cros, S. Djouad, V. Dartois, M. Lejay, A. Athié, F. Cissé et L. Quesnel), livré les résultats d’une étude technologique menée sur des céramiques à vocation rituelle découvertes sur la nécropole mégalithique de Wanar au Sénégal. L’observation et la déter­mination systématique des macrotraces sur les poteries fournissent de précieuses informations sur les choix techniques adoptés par les potiers.

9Chaque congrès est également l’occasion pour les participants de perfectionner des approches particulières de la discipline archéologique lors d’ateliers de travail consacrés par exemple aux méthodes de SIG ou encore à l’industrie lithique. Les temps de pause furent, comme à l’habitude, l’objet de discussions animées et de contacts ­fructueux entre les chercheurs. Le congrès fut ponctué par une visite en avant-première de l’exposition « Sahara at Origins » au Origins Centre sur le campus de l’université. Les congressistes se sont également déplacés au musée de Maropeng, The Cradle of Humankind, qui retrace, à travers les découvertes réalisées sur 17 sites des environs, une grande partie de l’évolution humaine durant la préhistoire ancienne. Lors du dîner de clôture, la SAfA a remis ses traditionnels prix récompensant les meilleurs ouvrages et articles de l’année écoulée. La synthèse collective éditée par Peter Mitchell et Paul Lane, sous le titre The Oxford Handbook of African Archaeology, a ainsi obtenu la plus haute récompense, suivie par l’ouvrage Le Capsien de Hergla, dont la publication dirigée par Simone Mulazzani est parue aux éditions Africa Magna Verlag.

10La prochaine rencontre de la SAfA marquera un évènement important pour les équipes françaises africanistes puisque qu’elle se tiendra en 2016 en France, à Toulouse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Delvoye, Emmanuelle Honoré et Chloé Capel, « 14e Congrès de l’Association Archéologique Panafricaine de Préhistoire et Disciplines Associées (PANAF) », Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014, 77-79.

Référence électronique

Adrien Delvoye, Emmanuelle Honoré et Chloé Capel, « 14e Congrès de l’Association Archéologique Panafricaine de Préhistoire et Disciplines Associées (PANAF) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://aaa.revues.org/249

Haut de page

Auteurs

Adrien Delvoye

UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, adrien.delvoye@gmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Emmanuelle Honoré

Newton International Fellow, McDonald Institute for Archaeological Research, Downing Street, UK-Cambridge, CB2 3ER, eigh2@cam.ac.uk
et UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, emmanuelle.honore@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur dans la revue

Chloé Capel

UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre cedex, chloe.capel@gmail.com

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org