Navigation – Plan du site

Comment se constituent les collections : l’exemple sénoufo

Pierre Boutin
p. 47-59

Résumés

Cette étude tente de montrer que, si la constitution des collections sénoufo suit les aléas de la découverte occidentale des arts des pays du Sud, elle présente aussi certaines particularités liées à ceux qui les ont rassemblées et aux institutions qui les ont accueillies. La présence ancienne (premier quart du xxe siècle) de collections missionnaires doit être relevée. Puis les objets disparates réunis sur le terrain, organisés en petits ensembles, ont pris la direction des musées publics métropolitains ou africains. Les études ethnologiques et esthétiques, bien postérieures, ont souvent été couplées à des expositions temporaires. Les approches thématiques traitant de matières et de techniques restent tardives (dernier quart du xxe siècle). Les études régionales sont venues en dernier avec l’éclosion en Afrique de musées (nationaux ou régionaux) dont le devenir est encore loin d’être assuré. Ainsi pourrait s’amorcer un retour des objets vers leurs utilisateurs premiers et les artistes qui les ont produits.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Formé de communautés rurales segmentaires, l’ensemble sénoufo se structure autour de la notion de travail – agricole, musical, initiatique, médical et funéraire (Lemaire 2009). Le caractère « paisible », voire « passif », de la société, relevé par les premiers descripteurs, ne doit pas faire oublier l’anarchie structurelle de certains groupes, la violence institutionnelle de l’initiation, et la rébellion politique du nord de la Côte d’Ivoire dans laquelle les populations se sont majoritairement engagées (Boutin 2005).

2Malgré une population estimée actuellement à près de 2 500 000 ressortissants, répartis iné­galement sur quatre États (Côte d’Ivoire, Mali, Burkina-Faso et Ghana), les Sénoufo n’ont pas eu l’heur de susciter de grandes monographies, ni de catalogues richement illustrés, et ceci à l’encontre des populations qui les encadrent (Baoulé, Bambara, et surtout, Dogon).

Période de la découverte (1830-1925)

3René Caillié, le premier voyageur qui soit passé sur les franges du pays sénoufo en 1827-28, a remarqué d’exceptionnels lits monoxyles : « Je les regardai comme un chef-d’œuvre, pour des peuples qui n’ont pas d’outils de menuiserie » (Caillié 1996, t. II : 59). À Syenço (actuel San) et à Tingréla (Côte dIvoire), il rencontre des masques quêteurs qui prélèvent les droits de passage sur les caravanes (ibid., t. II). Il décrit leur costume de fibres, relève leur nom : Naferi. Cette première mention des masques sénoufo concerne des masques textiles, les ethnographes futurs s’intéresseront beaucoup plus aux formes masquées en bois.

Figure 1 – « Un enterrement chez les Siènè-ré »

Figure 1 – « Un enterrement chez les Siènè-ré »

Binger 1892 : 223 ; illustrateur : E. Riou ; gravure de Maynard ; commentaire : 225

4De passage à Fourou (Sud Mali actuel), en février 1888, Louis-Gustave Binger voit son ­attention attirée par des bas-reliefs modelés à l’intérieur d’une case (Binger 1892, t. I). Sur le même itinéraire, à Katon, il observe, lors d’une cérémonie funéraire, un casque en bois porté en tête du cortège (fig. 1 ; ibid.: 223), dont il dresse un croquis (fig 2 ; ibid. : 225). La même année, un chirurgien colonial anglais Richard Austin Freeman (1862-1943) accompagne une expédition envoyée par le Service colonial britannique dans l’Hinterland de la Gold Coast. Celle-ci avait pour dessein de faire signer aux chefs agni, abron et koulango de Côte d’Ivoire des traités de protec­torat, afin d’éviter qu’ils ne passent dans la zone d’influence française que commençait à constituer Louis Binger. R. A. Freeman a acquis à Duadaoso (Ghana), chez les Nafana ou les Ligbi, un masque facial. Il en situe l’origine chez les Jimini (de la région de Dabakala). Cette pièce remarquable semble avoir relevé de la société initiatique Do, typique des minorités mandé du nord-est ivoirien. Elle avait été annoncée dans la collection Armitage, mais a, en fait, été conservée dans la famille de l’explo­rateur. Sa veuve l’a donnée tardivement (en 1948) au British Museum. C’est probablement le premier artefact qui ait été collecté en pays sénoufo. R. A. Freeman en publie une photo (fig. 3) dans l’ouvrage qui rend compte de l’expédition (Freeman 1898 : fig. 34).

Figure 2 – « Le casque de Katon »

Figure 2 – « Le casque de Katon »

Binger 1892 : 223 ; illustrateur : E. Riou ; gravure d’Artigas

Figure 3 – « Sakrobundi Mask, polished black wood »

Figure 3 – « Sakrobundi Mask, polished black wood »

Masque probablement d’origine Jimini (Côte d’Ivoire) mais collecté à Duadaso (actuel Ghana) en 1888 (Freeman 1898 : 152, fig. 34). Il appartient depuis 1948 au British Museum

5La seule monographie délibérément ethnographique de Maurice Delafosse a été consacrée aux Sénoufo (Delafosse 1909). Elle laisse très peu de place aux productions esthétiques. Si ­l’architecture est soigneusement décrite, la musique et la danse bien observées, la sculpture, elle, ne trouve pas grâce à ses yeux : « [Cet]… art existe à peine à l’état infantile, représentant de grossières statues de bois… C’est surtout dans la confection des masques religieux que se révèle l’art indigène, et encore cet art, rustique dans l’exécution, conventionnel dans l’invention, est-il tout à fait grossier » (ibid. : 70). « Coiffés d’énormes masques de bois ou de têtes entières représentant en général des têtes de bœufs ou d’autres animaux, ils ont un aspect grotesque et souvent repoussant de laideur » (ibid. : 88). Pourtant, le même auteur a pu présenter des masques heaumes d’un type apparenté (mais baoulé ceux-là !) lors de l’Exposition uni­verselle de Paris (Mille et al. 1900).

6Leo Frobenius (1873-1938) a mené, entre 1904 et 1918, de multiples expéditions sur le continent africain. Celle de 1907-1908, partie du Liberia, passe par la Guinée française, le Haut Sénégal-Niger, la nouvelle Haute-Volta, avant de redescen­dre sur le Togoland allemand (Frobenius 1909b). Comme le Gouverneur général de l’AOF lui a interdit le passage par la Côte d’Ivoire, il ne découvre, en traversant le Soudan français, que la partie septentrionale du pays sénoufo, celle qui relevait de l’ancien royaume du Kènèdougou (ibid. 1908, 1909a). L’Institut Frobenius de Frank­furt am Main conserve 150 dessins du plus grand intérêt, de la main même de Leo Frobenius ou de celle de l’un des dessinateurs qui l’accom­pagnaient, Fritz Nansen et Reinhard Hugershoff. Ils représentent des cartes, types humains, scarifications faciales et corporelles, instruments culinaires, de musique, matériel de tissage, de forge, formes architecturales et sculptées. Compte tenu du fait que toutes les formes sont localisées, elles peuvent aider à identifier les styles régionaux de la région de Sikasso (De Grunne 2014 ; Goy 2012).

7Les enquêtes ethnographiques menées par Louis Tauxier auprès des « populations du nord de la Côte d’Ivoire » (1921-1922) se sont concrétisées dans la rédaction manuscrite de sept dossiers. Seule une version restreinte (limitée aux popu­lations orientales) a pu être publiée par Edmond Bernus (Tauxier 2003). Consacrées à des sous-groupes sénoufo, les monographies restantes sont du plus grand intérêt. Pourtant ces travaux font l’impasse sur les productions artistiques ; cela est dû à un plan type de « nomenclature des faits sociaux », inspiré par Arnold Van Gennep et Maurice Delafosse, qui privilégiait pour les populations coloniales une approche sociologique, et même folkloriste (Tauxier 1935).

Les premières collections (1925-1945)

8Pierre Knops (1898-1986), prêtre de la Société des missions africaines, exerce à Korhogo, puis Sinématiali (Côte d’Ivoire), de 1923 à 1928. En 1924, il aide le préfet apostolique de Korhogo, Mgr Joseph Diss, à collecter des statues et des masques en bois, ainsi que de petits sujets en laiton. Certains de ces objets sont envoyés au musée des Missions africaines à Lyon, d’autres directement à Rome où s’ouvre, début 1925, l’exposition missionnaire du Vatican. Le Museo Missionario Etnologico du Latran, qui lui fait suite, conserve les pièces jugées les plus représentatives et res­titue les autres aux sociétés missionnaires dont relèvent les territoires des missions. À Lyon, la collection des missions africaines, déployée dans des locaux plus vastes, se voit adjoindre en 1926 une nouvelle expédition de statuettes sénoufo ­provenant toutes de la région de Kouto (région de la Bagoé), poste nouvellement ouvert. Le père P. Knops, affecté à Bruxelles, membre de la Société royale belge d’anthropologie et de préhistoire, publie de 1955 à 1972 une vingtaine d’articles ethnographiques dans le périodique de cette société savante, ainsi qu’un ouvrage (Knops 1980 ; fig. 4). La cinquantaine d’objets sénoufo dont il disposait a été déposée à lAfrika Centrum à Cadier en Keer, musée de la Province néerlandaise des missions africaines. Cet espace ayant été récemment fermé, la collection entière a été mise en dépôt à l’Afrika Museum de Berg en Dal (Pays-Bas), autre musée d’origine missionnaire.

Figure 4 – Masques zoomorphes wabélé saluant deux initiés lors d’un enterrement

Figure 4 – Masques zoomorphes wabélé saluant deux initiés lors d’un enterrement

Sénoufo-Nafanra, région de Sinématiali, vers 1928. Photo de terrain du père P. Knops.

© photothèque des Missions africaines, Lyon. Photographe : P. Knops

  • 1 Nommé en 1932 « Musée des colonies et de la France extérieure », il devient « Musée de la France d’ (...)

9Pour présenter l’art indigène à l’Exposition coloniale internationale de Paris (1931), le Ministère des colonies a demandé aux administrateurs coloniaux de « réunir des objets représentatifs du savoir-faire de leurs populations, et de mettre tout en œuvre pour un acheminement rapide vers la Métropole » (Brévié 1930). Les commandants de cercle qui avaient déjà rassemblé des objets souvenirs (dont la qualité dépendait du sens artistique du collecteur) les ont aliénés à cette grande cause nationale. Les autres se sont empressés de faire réaliser par des sculpteurs proches le nombre d’objets pouvant leur permettre d’échapper aux foudres de leur tutelle… Tous ces objets ont constitué le fond du musée des Colonies1.

10Concurremment, la mission Dakar-Djibouti (1931-1933), financée par l’État français, collecte au Soudan français, près de 150 objets, chez les Sénoufo et les Minianka. Le 6 septembre 1931 à Kéméni (cercle de Bla), chez les Minianka, pour obtenir un masque sacrificiel kono que les villageois rechignaient à céder, Marcel Griaule menace de détention les anciens du village, jusqu’à « livraison » de l’objet convoité (Leiris 1981). Le lendemain, chez les Bamana, Michel Leiris et Éric Lutten procèdent à l’achat « contraint » de deux autres masques du même type, qu’ils séparent au couteau de leur costume de plumes laissé sur place. Le célèbre fétiche boli du musée du quai Branly appartient à ce lot (Leiris 1981). L’attribution ethnique de certains de ces objets reste ­problématique : outils aratoires, ustensiles de ­cuisine, cimiers du ciwara, masques du komo, fétiches protecteurs sont partagés par des populations contiguës (Bamana Minianka, Soninké-Marka, et même Bwaba).

11Frédéric-Henri Lem, esthète voyageur, a, lui aussi, collecté des objets bamana et sénoufo au Soudan français et en Côte d’Ivoire, en 1934-1935. Il avait pensé les déposer dans un musée prévu à cet effet à Dakar (Sénégal). Devant l’absence de subvention gouvernementale, il offre en 1938 sa collection à Helena Rubinstein, princesse Gourielli, « l’Impératrice de la beauté », comme l’appelait Jean Cocteau. Il devient son collecteur patenté et elle finance sa publication majeure (Lem 1948). À la mort de sa mécène, la collection a été dispersée.

  • 2 Ancienne dénomination du Musée Royal de l’Afrique Centrale (MRAC) à Tervuren (Belgique).
  • 3 Les collections du musée Ethnographique d’Anvers, à l’étroit sur leur ancien site de Suikerrui, ont (...)
  • 4 Les collections ethnographiques de l’université de Gand.
  • 5 Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) à Tervuren.

12Frans Olbrechts voulait sortir les espaces d’exposition belges (Musées Royaux d’Art et d’Histoire [MRAH], musée du Congo belge2, collection de l’université de Ghent) de leur focalisation sur l’Afrique Centrale. À l’image des missions d’enquête et de collecte suscitées par d’autres nations coloniales, il a mis sur pied De Ivoorkust-expeditie (« L’expédition Côte d’Ivoire »), qui plaçait à des fins comparatives deux doctorants enquêteurs sur deux terrains différents : Pieter Jan Vandenhoute, dans l’Ouest ivoirien, et Albert Maesen, en pays sénoufo. Ce dernier a effectué en 1938-39 une enquête esthétique approfondie en pays sénoufo de Côte d’Ivoire. Sa thèse, traitant des styles, des œuvres et de leurs artisans, est malheureusement restée méconnue, car inédite (Maesen 1946). Il a rapporté près de 300 artefacts, qui ont été par-tagés entre plusieurs institutions – Etnografish Museum in Antwerpen3, Etnografishe Verzame­lingen UGent4, Koninklijk Museum voor Midden-Afrika5 – ou offerts aux mécènes qui avaient contribué au financement du séjour sur le terrain.

La collecte intensive (1950-1952)

13Comme nous l’avons précédemment souligné (Boutin & Jamin 1977), c’est au moment où la production artistique sénoufo était menacée par le « culte de la corne » ou Massa – un néotraditionalisme iconoclaste venu de l’actuel Mali – qu’elle a accédé à la notoriété. En 1950-52 en effet, de nombreux objets cultuels « pouvant tuer » (masques, statues rituelles ou initiatiques) ont été sortis des sanctuaires et des bois sacrés et jetés nuitamment sur les tas d’ordures, en dehors des villages (Convers 1991).

14En quelques mois, des milliers de pièces rituelles sont donc devenues « objets d’art ». Elles ont été collectées par un ancien légionnaire futur galeriste suisse : Emil Storrer (1917-1989). À lui se sont joints Gilbert Bochet (1923-2003), administrateur colonial féru d’ethnographie (Bochet 1953), et deux missionnaires, Gabriel Clamens (1907-1964) et Michel Convers (1919-2002). Le « coutumier » (ou diaire) de la mission de Kor­hogo note pudiquement : « Août-septembre [1952] : Prospection artistique dans le Tiembara, par les PP. Clamens et Convers » (Guérin 1948-1965). Puis suivent les acheteurs professionnels, mandatés par des musées : Hans Himmelheber (musée Rietberg de Zurich) et Bohumil Holas (centre IFAN d’Abidjan). Les premiers marchands africains (nigériens et sénégalais) ne sont pas en reste (Steiner 1994). Quelques commerçants européens se sont aussi constitués de belles collections personnelles. Parmi ceux-ci, citons Simon Escarré (1909-1999), dont les pièces passées en ventes publiques (étriers de poulie, masques en laiton, statues-pilon déblé) témoignent du sens esthétique.

  • 6 Créé en 1944 et dirigée successivement par Jean-Luc Tournier et Bohumil Holas après 1947, cette ins (...)

15Quelle a été la destination finale de cette masse d’artefacts ? Emil Storrer et Hans Himmelheber ont rapidement cédé leurs trouvailles à des collections (privées ou publiques), en Allemagne et en Suisse. Le père M. Convers avait constitué, pour subvenir à ses besoins, sa propre collection. De temps en temps il écoulait une belle pièce sur le marché français de l’art. Le reliquat a été vendu en 1998 à une collection privée allemande. Il n’a publié que tardivement ses souvenirs (Convers 1991, 1997, 1998). Le père G. Clamens, plus désintéressé, a choisi de ne tirer aucun profit personnel d’objets abandonnés « qu’il ne s’était donné que la peine de ramasser » (Vonwyl 1923-1963). En janvier 1953, reçu à Abidjan par le gouverneur Camille Bailly, il a proposé le don à la colonie des 300 pièces stockées à la mission catholique de Ferkessédougou (fig. 5). La donation a été acceptée et masques, statues, et petits objets en laiton ont été transférés au centre IFAN d’Abidjan. L’en­semble a été intégré aux collections d’un musée en gestation, qui se développera par la suite6. Le Conseil général a accordé ­généreusement aux donateurs la somme de 3 millions de francs CFA, qui ont été totalement investis dans la construction de l’église Notre-Dame de Lourdes de Ferkessédougou (Vonwyl 1923-1963). L’administrateur Gilbert Bochet a conservé sa part et ne s’en est séparé qu’en fin de vie. Sa collection a été dispersée lors de la première session française d’une société de vente aux enchères publiques (Christie’s France, 15 juin 2002).

Figure 5 – « Couple de statues pondosyon »

Figure 5 – « Couple de statues pondosyon »

Sénoufo-Fodonon. Provenance : village de Fodongaha (Ferké), 1940. Matières : bois, teinture. Photo, réalisée dans la cour du centre Mgr Wolff de Ferkessédougou, d’objets proposés au Musée de l’IFAN d’Abidjan, 1953.

© Photothèque des Missions africaines, Lyon. Photographe : P. Gabriel Clamens

16Les marchands africains les plus performants ont rapidement intégré le marché de l’art et ont appris à en utiliser les faiblesses. Après avoir satisfait la demande des collectionneurs expatriés, ils se sont lancés dans l’exportation, spécialement vers le marché nord-américain, mêlant habilement objets originaux et copies (Steiner 1994).

Les descriptions ethnographiques et les premières expositions (1955-1970)

17L’art sénoufo avait gagné une relative notoriété, mais il fallait documenter des objets sortis de leur contexte : c’est à quoi vont s’atteler les collecteurs de la première heure. Ils se lancent dans des enquêtes et plusieurs contributions dans les Notes Africaines publiées à Dakar suivent (Clamens 1953a, 1953b, 1953c). Michel Convers se risque à publier des descriptions de rituels sous son nom d’initié du Poro, cette hardiesse continue durablement à scandaliser les Sénoufo lettrés (Koulaséli 1955, 1964). Quelques-unes des publications de Bohumil Holas touchent à l’anthropologie religieuse et esthétique (Holas 1956, 1957a, 1957b, 1964, 1969, 1978). Celles de Gilbert Bochet (Bochet 1959, 1965) et d’Hans Himmelheber (Himmelheber 1965, 1967) ont une plus grande portée théorique.

18Pour tenter d’imposer un art, dont seules les grandes statues et les masques trouvaient grâce aux yeux des collectionneurs, Robert Goldwater organise à New-York une grande exposition au Museum of Primitive Art, dont le catalogue a été rapidement épuisé (Goldwater 1964). Mais le musée ferme en 1976 et seule une partie de la collection est exposée dans l’actuel Metropolitan Museum of Art (MET).

La période d’approfondissement (1970-1995)

19Les études artistiques spécialisées ne surviennent qu’au cours des quarante dernières années. Tour à tour, deux universitaires américaines adoptent, ou le point de vue des utilisateurs (Glaze 1975, 1981), ou celui des artisans (Richter 1980a, b). Dans le nord-est de la Côte d’Ivoire, des formes diversifiées de masques faciaux ou heaumes se rencontrent chez les populations de religion traditionnelle akan (Agni, Abron) et gur (Kulango, Deg, Gbèn, Sénoufo-Nafana), et parmi les groupes mandé plus ou moins islamisés (Hwela, Ligbi, Lorhon, Numu). Des spectacles de danseurs masqués sont partie prenante des festivités marquant les fêtes musulmanes. Ces formes ont été décrites et analysées par d’autres spécialistes de la zone (Bravmann 1980 ; Green 1987).

20La France tente de marquer sa relation pri­vilégiée avec la Côte d’Ivoire par une exposition de prestige (Augé et al. 1989) mais, dans ce pays, les études purement esthétiques demeurent rares et ne concernent que partiellement l’art sénoufo (Boyer et. al. 1997 ; Paudrat 1991).

21En relation avec les collections suisses et allemandes, les études germaniques se multiplient (Krieg & Lohse 1981 ; Förster & Homberger 1988 ; Koloß & Förster 1990 ; Förster 1993 ; Gottschalk 1988 ; Gottschalk & Girard 2002). Du côté belge, les collections rapportées par A. Maesen sont enfin étudiées (Bourgois 1988 ; Suys 1987). Le musée Barbier-Mueller de Genève, avant la redistribution de ses collections africaines, a commandité d’in­téressantes études de terrain publiées dans un ouvrage de prestige portant sur les arts de Côte d’Ivoire (Bochet 1993a, b ; Bravmann 1993 ; Garrard 1993a, b ; Glaze 1993a, b). Les ­tissus sénoufo teints à la boue (selon la technique du bogolan), appréciés par les designers occidentaux et les touristes, ont fait l’objet d’un répertoire de motifs (Laget 1984).

22Le travail des métaux non ferreux (laiton, étain, aluminium) et leurs productions (pendentifs, anneaux et masques) sont à l’origine d’études diversifiées (Barbier 1993 ; Convers 1975 ; De Kolbe 1968 ; Förster 1987a, b, 1997). Les répertoires d’André Blandin concernent une zone ­beaucoup plus large : Côte d’Ivoire, Burkina-Faso, Mali, et même Bénin (Blandin 1988, 2000 ; Blandin et al. 1992).

23La multiplicité des formes et des types de masques heaumes sénoufo continue de poser des problèmes d’identification (Jamin 1979).

La période récente

24La phase contemporaine produit plutôt des études thématiques spécialisées. Les masques heaumes zoomorphes se rencontrent de l’est du Sénégal à l’ouest du Cameroun. Une approche historique menée sur la partie occidentale permet de poser les étapes relais d’un processus de dif­fusion des formes, qui a accompagné une diver­si­fication des fonctions (Pinault-Paradis 2001).

  • 7 Pour éviter le terme «caste», qui ne s’applique strictement qu’aux groupes faisant l’objet d’une hi (...)

25L’efficience de l’approche esthétique et stylistique de l’école belge (incarnée en pays sénoufo par Albert Maesen) a été mise en valeur (Veirman 2001a, b, c). Le même auteur vient de soutenir une thèse sur les tissus sénoufo teints à la boue au Sud Mali (Veirman 2013). Le travail de l’argile, effectué principalement par des femmes appartenant à des groupes ethno-professionnels7, n’a été abordé que par de rares études. Citons cependant une approche spécifiée sur le Sud Mali (Frank 1998). Les techniques de fonte du fer dans la zone ont été analysées et une typologie régionale des fonderies proposée (Célis & Coulibaly 2001).

  • 8 Les deux termes, équivalents, se traduisent par : « ce qui dit la vérité » ou « ce qui dit les chos (...)

26Si l’art sénoufo est généralement estimé pour la plastique de ses masques-heaumes, sa statuaire ne montre pas, aux yeux de certains collectionneurs, la puissance brute de l’art lobi (Gottschalk 1999). Pourtant, certaines œuvres comme les statues-pilons Déblé (ou Pondo-syon) peuvent riva­liser en force avec les sommets de la statuaire bamana ou dogon ! Un ouvrage tente d’analyser les styles de ces chefs d’œuvre découverts dans le bois sacré de Lataha et de rechercher les « maîtres » qui les ont produits. Il s’intéresse aussi à la grande statuaire utilisée dans le cadre de l’initiation : les « gardiens du poro » et les calaos sculptés (Gottschalk & Girard 2002). Des « objets puissants » comme les statuettes à bras articulés renforcées de charmes Kafiledio ou Kafigueledio8, accu­mulant des éléments complexes (Herreman 1982) sont prisées des collectionneurs. Leur fonction traditionnelle était de garantir aux sculpteurs Kulebele, leurs détenteurs premiers, un espace exclusif pour leur production artistique. De nos jours ils continuent de garantir la véracité des serments (Richter 1980b). Des artefacts plus humbles, susceptibles de former des séries, comme les étriers de métier à tisser, intéressent les amateurs d’art (Goy 2005). Une belle collection de 78 poulies, celle du procureur général Liotard, a fait l’objet d’une vente remarquée (Maître Loudmer, 2 juillet 1987).

27Les collections sénoufo, souvent petites, sont éparpillées en de multiples instances, publiques ou privées, ouvertes ou non au public. Aucun musée des pays du Nord ne présente en exposition un ensemble cohérent d’artefacts sénoufo. L’année 2014 a été marquée par deux rassemblements d’objets de très bonne qualité : du 13 au 23 mars 2014 étaient exposés des cannes-insignes du meilleur cultivateur sénoufo dans le cadre du TEFAF (The European Fine Art Fair ») de Maastrich (De Grunne 2014) et, du 9 au 14 septembre 2014, lors du « Parcours des mondes » à Paris, un bel ensemble de statuettes anciennes (Castellano 2014). Le Cleveland Museum of Art (Ohio) essaie de se constituer une collection de belles pièces, tandis que le musée des Confluences (Lyon), montrera lors de son inauguration (mi-décembre 2014) quelques objets sénoufo de grande qualité en exposition permanente. Les collections sénoufo du musée africain de Lyon s’élèvent à 760 pièces, dont une centaine est montrée en exposition ­permanente ; cette présentation modeste reste, ­cependant, une des premières de France (fig. 6).

Figure 6 – « Masque heaume kunugbaha ».

Figure 6 – « Masque heaume kunugbaha ».

Sénoufo-Fonon, village de Natiemboro (Napié), vers 1950. Matières : bois, kaolin, ocre, corne de guib harnaché, fibres. Cote : MA 124.940.006. Don P. Boutin, 1987.

© Musée africain, Lyon, 2014. Photographe : Jean-Julien Ney

Et en Afrique ?

  • 9 « Sikasso au Mali. Arts traditionnels et réalités », Brive, musée Ernest Rupin, 19/05-16/06/1984, e (...)
  • 10 Fondée par un missionnaire d’Afrique (père blanc), Emilio Escudero († 2012), qui voulait transmettr (...)

28Malgré une situation socio-économique défa­vorable à l’investissement culturel, l’Afrique aussi a ses collections. À Abidjan, celles du musée des Civilisations de Côte d’Ivoire doivent encore être remises à disposition du public (après les dégâts et les pillages du conflit de 2011). Le musée Peleforo Gbon Coulibaly de Korhogo, créé en 1992, montrait une centaine de pièces déposées par des artisans et des chefs de bois sacrés. Il est main­tenant fermé depuis le début du conflit militaire qui a affecté la Côte d’Ivoire en septembre 2002. Après avoir organisé plusieurs expositions à Brive9, la ville avec laquelle elle est jumelée, la municipalité de Sikasso (Mali) a ouvert en 2010 son musée régional. Il vient rejoindre une collection privée10 ouverte dans la même ville en 2005 : le Centre de Recherche pour la Sauvegarde et la Promotion de la Culture Sénoufo (CRSPCS) qui montre une importante collection (600 objets et 120 tissus).

29C’est donc actuellement dans le seul Mali que des collections sont mises à la disposition de la société qui les a produites.

En guise de conclusion

30Les collections sénoufo n’échappent pas au vaste mouvement qui a permis à l’art des pays du Sud de trouver sa place dans le monde occidental.

31On ne peut omettre de signaler le peu d’attention qui a été porté aux masques de fibres ou de tissu. Ces formes sont pourtant, en pays sénoufo, les plus nombreuses et les plus généralisées. Elles ont été peu prisées des collectionneurs, du fait des problèmes qui leur sont spécifiques : leur matière n’est pas valorisée, leur conservation est soumise à des contraintes drastiques (désinfes­tation ou anoxie) et leur mise en forme (la préservation de leurs volumes) est difficile. Le Museum Aan de Stroom (MAS) d’Anvers montre pourtant mis en forme deux masques de toile boloye (ou plus exactement Tyèmibèlè), collectés en 1938 dans la région de Korhogo par Albert Maesen.

32Ajoutons à cela que beaucoup d’éléments de parure (plumets, coiffe, collerette, cape et bien d’autres éléments amovibles) ont été retirés. Ce penchant pour les formes épurées, au détriment de l’exactitude historique et ethnographique, est typique du goût occidental du premier cinquan­tenaire du xxe siècle. Et nous ne parlons pas de la préparation des pièces pour leur exposition domestique (retrait des croûtes sacrificielles et usage intempestif de la cire liquide, chère aux ménagères coloniales !).

33La forte représentation des collections et lieux d’exposition missionnaires doit être signalée. Cette présence de missionnaires collecteurs n’est pas exceptionnelle : elle caractérise la constitution des collections extra-européennes. Elle s’explique par le fait que les missionnaires, présents dès les débuts de la colonisation (voire même avant), se sont tournés vers les populations qui n’étaient pas encore, à l’époque, engagées sur la route des grandes religions holistiques (entre autres ­l’Islam). Leur système initiatique constituait certes un obstacle à l’évangélisation, mais aussi à lexpansion musulmane.

34Profitant de leur proximité avec les populations de religion traditionnelle, les missionnaires ont, dès les débuts de leur présence en Afrique de l’Ouest, commencé à collecter des objets. Les artefacts, ramenés en France ou envoyés à Rome, révèlent à la fois ce que des prêtres familiers de l’Afrique voulaient montrer et ce que le public métropolitain s’attendait à découvrir des territoires de missions et des colonies.

  • 11 Sous l’impulsion d’Olbrechts et du Centre d’étude pour l’art africain de Ghent, Belgique (Olbrechts (...)

35Cependant, la sphère sénoufo présente certaines particularités. Ainsi, les études esthétiques consacrées aux Sénoufo, initiées en Belgique11, ont été ensuite produites en Suisse, en Allemagne et plus tardivement aux USA. La recherche française, présente sur le terrain dès l’origine, a eu une approche plus ethnologique.

36On doit noter aussi une grande dispersion des collections. Beaucoup d’objets collectés ont été ­vendus à des particuliers, ou sont passés en ventes publiques : c’est le cas des lots acquis entre autres par F. H. Lem, E. Storrer, M. Convers, H. Himmelheber, K. H. Krieg. Au gré des ventes, il y a eu une déperdition d’information, concernant à la fois la mémoire des artisans producteurs et des lieux de collecte.

37Si la production artistique akan se signale par l’omniprésence des insignes du pouvoir (sièges, bijoux, poids à peser l’or, pagnes festifs), les collections sénoufo, elles, intègrent souvent des objets initiatiques (masques, grande statuaire). Cela a pour conséquence que collecteurs et collectionneurs se sont peu intéressés aux petits objets métalliques (pendentifs, bagues). On a souvent attribué à des objets trop peu documentés, une origine ­erronée : akan, gan, turka, tusyan, ou même lobi (Burkina Faso). La petite statuaire des figurines de génies, facile à collecter (à la mort de leur propriétaire, ces objets peuvent être jetés ou aliénés), n’a pas fait l’objet de collections ­importantes : celle du musée africain de Lyon constitue à cet égard une exception.

38En définitive, une grande étude sur les artisans et les styles sénoufo est encore à venir et ce n’est pas une parution récente (Fischer & Homberger 2014), quelles qu’en soient les qualités, qui nous fera changer d’avis.

Haut de page

Bibliographie

Augé M., Féau É., Savané Y., Bouadi K., Escudier D., Gnonsoa A., Verger- Fèvre M.-N., Deluz A. & Aubry N. (1989) – Corps sculptés, corps parés, corps masqués : Chefs-d’œuvre de Côte d’Ivoire. Catalogue d’exposition (18 octobre-15 décembre 1989), Galeries nationales du Grand Palais, éd. Mame, Ministère des affaires étran­gères, Ministère de la coopération et du ­développement, Association française d’action artistique, Paris.

Barbier J.-P. (1993) – Une enquête en pays sénoufo (À propos des masques de métal sénoufo et dioula-lorhon). In : J. P. Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire dans les ­collections du Musée Barbier-Mueller. Vol 1 : textes. Musée Barbier-Mueller, Genève, p. 106-115, 414.

Binger L.-G. (1892) – Du Niger au Golfe de Guinée par le pays de Kong et le Mossi. 2 tomes. Réédition : Société des Africanistes, Paris.

Blandin A. (1988) – Bronzes et autres alliages : Afrique de l’Ouest. A. Blandin, Marignane.

Blandin A. (2000) – Bronzes et autres alliages : Afrique de l’Ouest : nouvelle édition remaniée et limitée au Mali-Burkina Faso-Nord Côte d’Ivoire. A. Blandin, Marignane.

Blandin A., Biton M. & Biton M. M. (1992) – Fer noir d’Afrique de l’Ouest : avec 40 pages de complément sur les Bronzes et autres alliages. A. Blandin, Marignane.

Bochet G. (1953) – Carnet illustré des premières tournées en pays nafara, canton de Sinématiali. G. Bochet, Korhogo.

Bochet G. (1959) – Le poro des Diéli. Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, t. XXI, B, n° 1-2, p. 61-102.

Bochet G. (1965) – Les masques senoufo, de la forme à la signification. Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, t. XXVII, B, n° 3-4, p. 636-677.

Bochet G. (1993a) – Le pɔrɔ des Sénoufo. In : J. P. Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire dans les collections du Musée Barbier-Mueller. Vol 1 : textes. Musée Barbier-Mueller, Genève, p. 54-85, 413.

Bochet G. (1993b) – Sénoufo et Dyula : notices descriptives 10-16, 32, 38, 40-42, 48. In : J. P. Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire dans les collections du Musée Barbier-Mueller. vol. 2 : catalogue. Musée Barbier-Mueller, Genève, p. 20-21, 31, 35-38, 41.

Bourgois G. G. (1988) Decorated rings in cire-perdue from the Senufo. State University of Ghent, Gent, Werk­documenten over etnische Kunst n° 3 / Working papers in ethnic art.

Boutin P. (2005) – Refonder sans cesse la vie. Spiritus, n° 178, 1/4, mars 2005 p. 85-91.

Boutin P. & Jamin J. (1977) – Essai de bibliographie sur les sociétés sénoufo (non compris les Minianka). Journal des Africanistes t. 47, fasc. 1, p. 165-185.

Boyer A.-M., Girard P. & Rivière M. (1997) – Arts premiers de la Côte d’Ivoire. Éd. SEPIA, St Maur.

Bravmann R. A. (1980) Islam and tribal art in West Africa. Cambridge University Press, Coll. African Studies Series, n° 11, Cambridge.

Bravmann R. A. (1993) – Région de Bondoukou : Notices descriptives 76-81. In : J. P. Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire dans les collections du Musée Barbier-Mueller. Vol 2 : catalogue. Musée Barbier-Mueller, Genève, p. 55-56.

Brévié J. (1930) – Discours prononcé par M. J. Brévié, gou­verneur général de l’AOF à l’ouverture de la session du conseil de gouvernement, décembre 1930. Imprimerie du Gouverneur Général, Gorée (Sénégal).

Caillié R. (1996) – Voyage à Tombouctou. Éd. La Découverte / Poche, Paris. (réédition 1830), 2 tomes.

Castellano O. (2014) – Sénoufo. Art Tribal, Paris.

Célis G. & Coulibaly Y. T. (2001) – Métallurgies traditionnelles du fer, sénoufo, malinké et somono, Côte d’Ivoire, Burkina Faso et Mali. Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren. Archives d’Anthropologie, vol. 32.

Clamens G. (1953a) – Curieuse statue de cuivre senoufo. Notes Africaines, n° 57, p. 14-15.

Clamens G. (1953b) – Notes d’ethnologie senoufo. Notes Africaines, n° 59, p. 76-80.

Clamens G. (1953c) – Les Nyi-kar-yi de Watyene. Notes Africaines, n° 60, p. 108-110.

Convers M. (1975) – Masques en étain sénoufo. Arts d’Afrique Noire, n° 16, p. 24-36.

Convers M. (1991) – L’Aventure de Massa en pays Sénoufo. Interview de M. Convers. Primitifs, Art traditionnel, Art moderne, vol. 6, p. 24-34.

Convers M. (1997) – Une suite… à l’aventure de Massa en pays Sénoufo. The World of Tribal Arts / Le Monde de l’Art Tribal, t. III, n° 13, p. 52-67.

Convers M. (1998) – Étranges et fascinants nyikaryi. The World of Tribal Arts / Le Monde de l’Art Tribal, t. IV, n° 17, p. 70-81.

De Grunne B. (2014) – Senufo champion cultivator staffs. Bruxelles, Exhibition Catalogue Maastricht TEFAF 2014.

De Kolbe H. (1968) Soothsayer bronzes of the Senufo. Gallery d’Hambar, New York.

Delafosse M. (1909) – Le peuple Siéna ou Sénoufo. Éd. P. Geuthner, Paris.

Fischer E. & Homberger L. (2014) Afrikanische Meister - Kunst der Elfenbeinküste. Museum Rietberg, Zürich.

Förster T. (1987a) Glänzend wie Gold : Gelbguß bei den Senufo, Elfenbeinküste. Veröffenlilichungen des Museums für Völkerkunde Berlin, Neue Folge, Abteilung Afrika, n° 9.

Förster T. (1987b) – Parole de devin : la fonte à la cire perdue chez les Sénoufo de Côte d’Ivoire. Cahiers de l’ADEIAO, 6, catalogue d’exposition (27 janvier – 7 mai 1988), musée des Arts africains et océaniens, Paris.

Förster T. (1993) Senufo Masking and the Art of Poro. African Arts, vol. XXVI, n° 1, p. 30-41, 101.

Förster T. (1997) The brass works of the Senufo. In: K. F. Schadler (ed.), Earth and ore : 2500 years of African terra-cotta and metal, éd. Panterra, München, p. 95-110.Förster T. & Homberger L. (1988) Die Kunst der Senufo, Museum Rietberg Zürich aus Schweizer Sammlungen. Museum Rietberg, Zürich.

Frank B. E. (1998) Mande potters and leather-workers. Art and Heritage in west Africa. Smithsonian Institute Press XVI, Washington.

Freeman R.-A. (1898) Travels and live in Ashanti and Jaman. A. Constable, Westminster (réédition F. Cass, London, 1967).

Frobenius L. (1908) – Leo Frobenius’ Forschungreise in das Niger-Gebiet. I. Bericht über den Verlauf der Reisen durch Senegambien nach Liberia und zurück nach Bamako von 13 Oktober 1907 bis zum 15 April 1908. Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, n° 9, p. 427-431.

Frobenius L. (1909a) – Leo Frobenius’ Forschungreise in das Niger-Gebiet. II. Bericht über den Verlauf der Reisen von Bamako über Timbuktu nach Togo vom April bis Dezember 1908. Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, n° 10, p. 122-126.

Frobenius L. (1909b) – Ethnologische Ergebnisse der zweiten Reiseperiode der Deutschen Innerafrikanischen Forschungsexpedition. Zeitschrift für Ethnologie, n° 41 (6), p. 759-785.

Garrard T.-F. (1993a) – Masques faciaux en pays sénoufo. In : J. P. Barbier (éd.), Art de la Côte d’Ivoire dans les collections du Musée Barbier-Mueller. Vol 1 : textes, Musée Barbier-Mueller, Genève, p. 86-105, 413-414.

Garrard T.-F. (1993b) – Sénoufo et Dyula : notices descriptives 4-6, 32, 39, 43-47,49-75, 82-83. In : J. P. Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire dans les collections du Musée Barbier-Mueller. Vol 2 : catalogue. Musée Barbier-Mueller, Genève, p. 12-13, 31, 35, 39-40, 41-53, 57.

Glaze A.-J. (1975) Women Power and Art in a Senufo Village. African Arts, vol. VIII, n° 3, p. 25-29, 64-68, 90-91.

Glaze A.-J. (1981) Art and Death in a Senufo village. Indiana University Press, Bloomington.

Glaze A.-J. (1993a) – Les Sénoufo. In : J. P. Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire dans les collections du Musée Barbier-Mueller. Vol 1 : textes. Genève : Musée Barbier-Mueller, p. 40-52, 413.

Glaze A.-J. (1993b) – Sénoufo et Dyula : notices descriptives 1-3, 7-13, 17-31, 33-37. In : J. P. Barbier (éd.), Arts de la Côte d’Ivoire dans les collections du Musée Barbier-Mueller. Vol 2 : catalogue. Musée Barbier-Mueller, Genève, p. 11-12, 14-19, 22-30, 32-34.

Goldwater R. (1964) Senufo sculpture from West Africa. The Museum of Primitive Art, New York, exhibition organized by the Museum of Primitive Art.

Gottschalk B. (1988) – Madebele : Buschgeister im land der Senufo / Madebele : les génies de brousse au pays des Sénoufos. Studienreihe «Africa incognita», éd. U, Gottschalk, Düsseldorf.

Gottschalk B. (1999) – Chez les devins du pays Lobi : L’art de découvrir les choses cachées. Studienreihe « Africa incognita », éd. U Gottschalk, Düsseldorf.

Gottschalk B. & Girard P. (2002) – Sénoufo, Massa et les statues du poro. Studienreihe «Africa incognita», éd. U. Gottschalk, Düsseldorf.

Goy B. (2005) – Poulies. Pulleys. Paris, Galerie Renaud Vanuxem.

Goy B. (2012) – Côte d’Ivoire, premiers regards sur la sculpture (1850-1935). Galerie Schoffel & Valluet, Paris.

Green K. L. (1987) Shared Masking Traditions in Northeastern Ivory Coast. African Arts vol. XX, no 4, p. 62–69.

Guérin A. (1948-65) – Coutumier de la Mission catholique de Korhogo, 1948-1965. Mission catholique, Korhogo.

Herreman F. (1982) – Étude radiographique d’une statuette d’envoûtement sénoufo. Arts d’Afrique Noire, n° 44, 1982, p. 17-19.

Himmelheber H. (1965) Deutung bestimmer Eigenarten der Senufo-Masken (Nördliche Elfenbeinküste). Baessler Archiv - Neue Folge Band, 13, fasc. 1, p. 73-83.

Himmelheber H. (1967) Ringe und Anhänger der Senufo (Nörliche Elfenbeinküste). Baessler Archiv - Neue Folge Band, 15, fasc. 2, p. 247-270.

Holas B. (1956) – Fondements spirituels de la vie sociale sénoufo (région de Korhogo, Côte d’Ivoire). Journal de la Société des Africanistes, t. XXVI, fasc. 1-2, p. 9-32.

Holas B. (1957a) – Note sur la fonction rituelle de deux catégories de statues sénoufo. Artibus Asiae, vol. 20, n° 1, p. 29-35.

Holas B. (1957b) – Les Sénoufo (y compris les Minianka). Presses Universitaires de France - Institut international africain, coll. Monographies ethnologiques africaines, Paris.

Holas B. (1964) – Sculpture sénoufo. Centre de sciences humaines, Abidjan.

Holas B. (1969) – Arts de la Côte d’Ivoire - Les trésors du Musée d’Abidjan. Musée des Beaux-Arts, catalogue d’une exposition, Vevey.

Holas B. (1978) – L’art sacré sénoufo, ses différentes expressions dans la vie sociale. Nouvelles Éditions Africaines, Abidjan.

Jamin J. (1979) – Le double monstrueux. Les masques-hyène des Sénoufo. Cahiers d’Études africaines, vol. XIX, fasc. 1-4, n° 73-76, p. 125-142.

Knops P. (1980) – Les anciens Senufo -1923-1935. Africa Museum, Berg en Dal.

Koloß H.-J. & Förster T. (1990) Die Kunst der Senufo. Museum Preubischer Kulturbesitz, Berlin, catalogue d’exposition (16/11 1990 - 24/02 1991).

Koulaséli [M. Convers] (1955) – Une phase de l’initiation à un poro forgeron sénoufo. Notes Africaines, n° 65, p. 9-14.

Koulaséli [M. Convers] (1964) – La levée du deuil chez les femmes du clan forgeron (Dikodougou, Côte d’Ivoire). Notes Africaines, n° 103, p. 81-83.

Krieg K.-H. & Lohse W. (1981) Kunst und Religion bei den Gbato-Senufo - Elfenbeinküste. Hamburgisches Museum für Völkerkunde, Hamburg.

Laget É. (1984) – Bestiaire et Génies. Dessins sur tissus des Sénoufo. Éd. Linéales / Quintette, Paris.

Leiris Michel (1981) – L’Afrique fantôme. Gallimard, 3e édition, Paris.

Lem F.-H. (1948) – Sculptures soudanaises. Éd. Arts et Métiers graphiques, Paris.

Lemaire M. (2009) – Les sillons de la souffrance. Représentations du travail en pays sénoufo (Côte d’Ivoire). Éd. CNRS/Éditions de la Maison des sciences de lhomme, Paris.

Maesen A. (1946) Die plastiek in de Kultur van der Senufo van de Troor Kunst (Fransch West Afrika). Thèse de l’Université de Gent, Gent.

Mille P, Delafosse M., Daudy A. & Gentil L. (1900) – Exposition Universelle de 1900. Les colonies françaises. Exposition de la Côte d’Ivoire. Catalogue raisonné, par MM. Pierre Mille, Delafosse, Daudy et Gentil. Éd. L. F. Hébert, Paris.

Olbrechts F. M. (1941) – Centre d’Etude pour l’Art Africain à l’Université de Gand. Bulletin des Séances de l’Institut Royal Colonial Belge, vol. XII, n° 2, p. 257-259.

Paudrat J.-L. (1991) – Afrique. In : W. Rubin, Le primitivisme dans l’art du 20e siècle, Flammarion, Paris, p. 124-175.

Pinault-Paradis E. (2001) – De la forme à l’histoire. Les masques heaumes horizontaux à l’ouest des Volta : étude comparative, plastique et sémantique. Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3, Paris, thèse de doctorat en art et archéologie, Paris.

Richter D. (1980a) Further Considerations of Caste in West Africa. The Senufo. Africa, vol 50, fasc. 1, p. 37-54.

Richter D. (1980b) Art, Economics and Change : The Kulebele of Northern Ivory Coast. Ed. Psych/Graphic Publishers, La Jolia.

Steiner C.-B. (1994) African art in transit. Cambridge University Press, Cambridge.

Suys B. (1987) – Sculpturaal versiede deurenen deursloten bij de Senufo (Portes et serrures sculptées chez le Sénoufo). State University of Ghent, Higher Institute for Art and Archaeology, Seminar for Ethnic Art, Ghent.

Tamari T. (1997) – Les castes de l’Afrique occidentale. Artisans et musiciens endogames : Société d’Ethnologie, Université Paris X, coll. Sociétés Africaines 9, Nanterre.

Tauxier L. (1935) – Ch. III. Les Siéna ou Sénoufo, notes générales, par Louis Tauxier, 11-14 juin 1935. In : Archives des Africanistes, Notes sur la Côte d’Ivoire et ses tribus - Livre 1er, Populations du Nord. Musée du Quai Branly, Paris. Fond Louis Tauxier, [Dossier SA VI, chemise V].

Tauxier L. (2003) – Les États de Kong (Côte d’Ivoire). [E. Bernus édit.], éd. Karthala, Paris.

Veirman A. (2001a) [10] ‘In search not of gold and ivory, but of art and artists’. Olbrechts and the Expeditions to West Africa (1933 and 1938-39. Part V: the Côte d’Ivoire expeditions. In: C. Petridis (ed.), Frans M. Olbrechts in search of art in Africa, Antwerp Ethno­graphic Museum, Antwerpen, p. 234-253.

Veirman A. (2001b) [12] ‘Here a boy always become a sculptor like his father’. Albert Maesen and the study of the Art of the Senufo”. Part V: the Côte d’Ivoire expeditions. In: C. Petridis (ed.), Frans M. Olbrechts in search of art in Africa, Antwerp Ethnographic Museum, Antwerpen, p. 268-287.

Veirman A. (2001c) Catalogue 113-129. Art of the Senufo. Part V : the Côte d’Ivoire expeditions. In: C. Petridis (ed.), Frans M. Olbrechts in search of art in Africa, (B) Antwerp Ethnographic Museum, Antwerpen, p. 308-309.

Veirman A. (2013) Filafani in Folona : moddertextiel en Sadoga-divinatie bij de Senufo van Folona (Mali). Universeit Gent. Faculteit Letteren en Wijsbegeerte, Proefschrift voorgelegd tot het behalen van de graad van doctor in de wetenschappen, Gent.

Vonwyl É. (1923-1963) – Coutumier de la Mission catholique de Ferkessédougou. Mission catholique, Ferkessédougou.

Haut de page

Notes

1 Nommé en 1932 « Musée des colonies et de la France extérieure », il devient « Musée de la France d’Outre-mer » en 1935. Il prend en 1960 le nom de « Musée des Arts Africains et Océaniens » (MAAO) avant d’être baptisé « Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie » (1990).

2 Ancienne dénomination du Musée Royal de l’Afrique Centrale (MRAC) à Tervuren (Belgique).

3 Les collections du musée Ethnographique d’Anvers, à l’étroit sur leur ancien site de Suikerrui, ont été transférées au nouveau Museum Aan de Stroom (« Musée le long du fleuve ») ou MAS.

4 Les collections ethnographiques de l’université de Gand.

5 Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) à Tervuren.

6 Créé en 1944 et dirigée successivement par Jean-Luc Tournier et Bohumil Holas après 1947, cette institution est devenue en 1961 centre de sciences humaines, puis musée national en 1972, et enfin Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire (MCCI) en 1994. En l’absence de récolement, il est difficile d’évaluer l’importance de collections qui ont été successivement estimées à 30 000 ou 11 000 artefacts. En 1976, j’ai demandé à voir les collections sénoufo. B. Holas m’a fait ouvrir un dépôt dont les étagères en bois et les masques heaumes étaient couverts d’un enduit terreux, sous lequel prospéraient les termites… Lors du conflit postélectoral (printemps 2011), le musée a subi des dégâts collatéraux et une centaine (voire plus) de pièces aurait été volée.

7 Pour éviter le terme «caste», qui ne s’applique strictement qu’aux groupes faisant l’objet d’une hiérarchie, d’interdits de contact et de restrictions d’alliance. Dans le cas sénoufo, ces critères ne s’appliquent que vis-à-vis du seul groupe des artisans du cuir Tyelibele. On ne peut donc, en l’occurrence, parler d’une société structurée par un système de castes (Tamari 1997).

8 Les deux termes, équivalents, se traduisent par : « ce qui dit la vérité » ou « ce qui dit les choses vraies ».

9 « Sikasso au Mali. Arts traditionnels et réalités », Brive, musée Ernest Rupin, 19/05-16/06/1984, et plus récemment « Sikasso au Mali. Arts et traditions », Brive, musée Labenche, 13/01-29/04/2009.

10 Fondée par un missionnaire d’Afrique (père blanc), Emilio Escudero († 2012), qui voulait transmettre aux Sénoufo l’importante documentation linguistique et photographique qu’il avait recueillie pendant ses 50 ans de séjour dans la région.

11 Sous l’impulsion d’Olbrechts et du Centre d’étude pour l’art africain de Ghent, Belgique (Olbrechts 1941).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 1 – « Un enterrement chez les Siènè-ré »
Crédits Binger 1892 : 223 ; illustrateur : E. Riou ; gravure de Maynard ; commentaire : 225
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2 – « Le casque de Katon »
Crédits Binger 1892 : 223 ; illustrateur : E. Riou ; gravure d’Artigas
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 3 – « Sakrobundi Mask, polished black wood »
Légende Masque probablement d’origine Jimini (Côte d’Ivoire) mais collecté à Duadaso (actuel Ghana) en 1888 (Freeman 1898 : 152, fig. 34). Il appartient depuis 1948 au British Museum
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 4 – Masques zoomorphes wabélé saluant deux initiés lors d’un enterrement
Légende Sénoufo-Nafanra, région de Sinématiali, vers 1928. Photo de terrain du père P. Knops.
Crédits © photothèque des Missions africaines, Lyon. Photographe : P. Knops
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 5 – « Couple de statues pondosyon »
Légende Sénoufo-Fodonon. Provenance : village de Fodongaha (Ferké), 1940. Matières : bois, teinture. Photo, réalisée dans la cour du centre Mgr Wolff de Ferkessédougou, d’objets proposés au Musée de l’IFAN d’Abidjan, 1953.
Crédits © Photothèque des Missions africaines, Lyon. Photographe : P. Gabriel Clamens
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 6 – « Masque heaume kunugbaha ».
Légende Sénoufo-Fonon, village de Natiemboro (Napié), vers 1950. Matières : bois, kaolin, ocre, corne de guib harnaché, fibres. Cote : MA 124.940.006. Don P. Boutin, 1987.
Crédits © Musée africain, Lyon, 2014. Photographe : Jean-Julien Ney
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/222/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boutin, « Comment se constituent les collections : l’exemple sénoufo », Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014, 47-59.

Référence électronique

Pierre Boutin, « Comment se constituent les collections : l’exemple sénoufo », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://aaa.revues.org/222 ; DOI : 10.4000/aaa.222

Haut de page

Auteur

Pierre Boutin

Musée africain, 150 cours Gambetta, FR-69361 LYON Cedex, p5boutin@yahoo.fr

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org