Navigation – Plan du site

Chaînes opératoires de montage et fonctions sociales : les poteries de mariage somono (Mali)

Alain Gallay et Elena Burri-Wyser
p. 13-46

Résumés

Cette contribution tente de répondre à la ­question suivante : existe-t-il dans les traditions céramiques actuelles du delta intérieur du Niger au Mali une relation entre les variations de chaînes opératoires de montage et les ­fonctions des poteries ? L’analyse proposée fait appel aux données ethnoarchéologiques du Delta et concerne la tra­dition céramique somono. Cette dernière présente, à côté des poteries d’usage courant, des poteries richement décorées qui peuvent, exceptionnel­lement, être fabriquées par des potières bambara avec des registres décoratifs comparables, mais aussi des caractéristiques morphologiques distinctes au niveau des fonds. Ces poteries concernent des ­utilisations domestiques, gestion de l’eau, confort ménager et certains usages sociaux, mais non la préparation de la nourriture. Alors que les poteries d’usage courant sont introduites dans l’économie de marché et vendues sur les marchés hebdomadaires, les poteries richement décorées échappent à ce mode de diffusion et font l’objet de dons, notamment à l’occasion de mariages ou lors d’une ­naissance. Elles se retrouvent donc essen­tiellement dans les familles de ce groupe ethnique. La répartition géographique des poteries décorées signale leur zone de production et ainsi la région occupée par les Somono. En résumé, le contexte politique et social introduit une variabilité significative : spécification du montage de la préforme face aux traditions étrangères et inves­tissement décoratif important dans les poteries de mariage particulières au groupe ethnique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Mali
Haut de page

Texte intégral

  • 1 MESAO : Mission ethnoarchéologique suisse en Afrique de l’Ouest, université de Genève, direction A (...)

1L’analyse fait appel aux données ethnoarchéologiques réunies entre 1988 et 1995 dans cette région par la MESAO1 (Gallay et al. 1998 ; Gallay 2011, 2012c). Elle concerne essentiellement la ­tradition céramique somono du delta intérieur et notamment les céramiques très décorées de cette tradition qui font l’objet de dons lors des mariages.

  • 2 Rappelons que le logicisme, un terme proposé par J.-C ­Gardin (1979), correspond à une mise en for (...)

2Ces recherches montrent que les variations dans les chaînes opératoires de montage, observables lors du façonnage de l’ébauche, plus rarement de l’ébauche et de la préforme, présentent clairement des relations avec les identités ­ethniques. Nous n’aborderons néanmoins ce sujet que de manière périphérique (cf. P0 15). Cette question, qui touche également au condition­nement social des techni­ques et aux processus identitaires, a en effet déjà fait l’objet de nombreux travaux (Gallay 2005, 2012a, b, c ; Mayor 2010, 2011). Le présent article reprend et approfondit par contre la question des céramiques richement décorées abordée en col­laboration avec Grégoire de Ceuninck (Gallay & de Ceuninck 1998). Ce travail est présenté sous une forme logiciste2 (fig. 1).

Figure 1 – Schéma de l’argumentation

Figure 1 – Schéma de l’argumentation

Caractéristiques stylistiques des poteries

P01. Il est possible de proposer une typologie des céramiques associant des caractéristiques ­morphologiques et fonctionnelles.

3Des caractéristiques morphologiques et décoratives intrinsèques sont associées ici à des ­fonctions domestiques et sociales distinctes au plan extrinsèque. Cette typologie permet de préciser la terminologie utilisée (fig. 2).

Figure 2 – Typologie fonctionnelle des céramiques traditionnelles de la Boucle du Niger

Figure 2 – Typologie fonctionnelle des céramiques traditionnelles de la Boucle du Niger

4Soit de gauche à droite sur la figure 2 :

  • E. Poteries de formes simples peu décorées,

    • 3 Afin de ne pas alourdir le texte nous utiliserons le terme de « poterie décorée » pour « poterie r (...)

    Poteries de formes simples richement décorées3 faisant l’objet de dons,

  • Poteries de formes simples richement décorées entrant dans la composition de la dot,

  • Poteries de formes complexes richement décorées entrant dans la composition de la dot,

  • B. Poteries de formes complexes richement décorées faisant l’objet de dons,

  • F. Poteries de formes complexes peu décorées.

5Sur cette base, nous distinguerons quatre classes qui peuvent être regroupées en deux classes supra-ordonnées (tabl. 1).

Tableau 1 – Typologie fonctionnelle des céramiques traditionnelles de la Boucle du Niger

Décors

Formes

 

Types fonctionnels

Poteries d’usage courant, peu décorées

Classe 1a : poteries culinaires de formes simples

E

Cuire, servir la nourriture

Stockage de l’eau

Ablutions, laver, se laver

Stockage du grain, etc.

Classe 2 a : Poteries non culinaires de formes complexes

F

Tabouret, brûle-parfums, pieds de lit, etc.

Poteries à usage social, investies techniquement au niveau du décor

Classe 1b : poteries culinaires de formes simples

A et C

Stockage de l’eau

Classe 2b : Poteries non culinaires de formes complexes

D et B

Tabouret, brûle-parfums, pieds de lit, etc.

Classe 3 : poteries faisant l’objet de dons

A, B, C et D

 

Classe 4 : poteries de mariage

C et D

 

P02. La tradition céramique somono du Sud présente, à côté de poteries d’usage courant pouvant porter des décors « pauvres » (classes 1a et 2a), des poteries décorées, notamment à l’aide d’impressions de peignes (classes 3 et 4) (fig. 12 -24).

6Le critère « décoré d’impressions de peigne » permet d’isoler parmi les céramiques enquêtées entre 1988 et 1995 dans la zone du delta intérieur du Niger au Mali un corpus de 86 poteries rattachables aux classes 3 et 4 (Gallay & de Ceuninck 1998) (fig. 3-5).

Figure 3 – Sahona. Deux jarres à eau décorées produites par la potière somono F. Kayentao (Tapo)

Figure 3 – Sahona. Deux jarres à eau décorées produites par la potière somono F. Kayentao (Tapo)

La poterie de gauche est une poterie dite « jarre du docteur », une forme « inventée » par un médecin colonial en collaboration avec une potière locale.

© MESAO

Figure 4 – Sahona. Poterie décorée produite par la potière somono F. Kayentao (Tapo).

Figure 4 – Sahona. Poterie décorée produite par la potière somono F. Kayentao (Tapo).

Décors imprimés au peigne et au poinçon.

© MESAO.

P03. Des poteries décorées dans le style de la tradition somono peuvent être fabriquées par des potières bambara.

  • 4 Les numéros des poteries apparaissant dans le texte et dans différents tableaux font référence à no (...)

7Parmi ce corpus caractéristique de la tradition somono du Sud, dont les céramiques sont montées sur moule concave posé sur une tournette selon la technique générique du moulage sur forme concave, on peut isoler sept poteries pour conserver l’eau4. Ces dernières sont fabriquées par des potières bambara et montées selon la technique générique du moulage sur forme convexe, comme il est d’usage dans cette tradition, soit :

  • 00298. Campement peul d’Hogel Kortji, don d’une « femme bambara » (fig. 23) ;

  • 00950. Sénoussa, fabriquée à Siratinti par la potière bambara M. Konaté (fig. 23) ;

  • 01021, 01024 et 01034. Siratinti, fabriquées à Siratinti par la potière bambara S. Dembélé (Konaté) (fig. 23, 24) ;

  • 01068. Siratinti, acquise sur place, mais provenant de Sah (fig. 24) ;

  • 01073. Siratinti, provenant de Sirimou, acquise dans ce dernier village (fig. 14).

8Cette production, très limitée, paraît essentiellement liée à la famille du forgeron bambara B. Konaté de Siratinti.

P04. Les poteries décorées dans le style de la tradition somono, fabriquées par des potières bambara, se distinguent des poteries somono par un fond modelé sur poterie retournée associé à des impressions roulées, mais présentent sur la panse les mêmes décors au peigne ou au poinçon.

9Les poteries fabriquées par les potières ­bambara sont montées sur fond retourné, technique générique propre à la tradition bambara du Saro, ainsi qu’en témoignent les caractéristiques suivantes :

  • 00298. Fond régulièrement arrondi orné à la cordelette roulée (twisted cord roulette), cordon en relief horizontal sur la moitié supérieure de la poterie, col largement évasé et peinture rouge sur la moitié supérieure de la panse et le col (fig. 23) ;

  • 00950. Fond régulièrement arrondi orné à la cordelette roulée et peinture rouge sur le bord et sur la partie médiane de la panse décorée (fig. 23) ;

  • 01021. Fond arrondi limité à la partie inférieure de la panse et absence de peinture (fig. 23) ;

  • 01024 et 01034. Fond arrondi orné à la cordelette roulée et absence de peinture (fig. 24) ;

  • 01068. Fond arrondi orné à la tresse roulée (braided cord roulette) et peinture rouge sur le bord et sur la partie médiane de la panse décorée (fig. 24) ;

  • 01073. Fond arrondi orné à la cordelette roulée et absence de peinture (fig. 24).

10Par ailleurs, aucune de ces poteries ne présente un traitement de surface uniforme à l’engobe rouge comme c’est le cas pour les poteries somono décorées.

P1.1. L’ensemble des poteries décorées (classes 3 et 4) concernent des utilisations domestiques particulières en relation avec la gestion de l’eau (jarres pour conserver l’eau, bouteilles, ablutions, classe 1b), et un second groupe (classe 2b) concernant le confort ménager (tabourets, pieds de lit, poids de moustiquaire, lampe, brûle-parfums) ou certains rites et usages de caractère social (présentoir de galettes lors des mariages, jeu d’enfant simulant la maternité).

11Le type de poterie le mieux représenté dans le corpus des céramiques décorées est la jarre pour conserver l’eau avec 35 exemplaires enquêtés. Viennent ensuite les tabourets (11 exemplaires), les pieds de lits (9 exemplaires), les poids de mous­tiquaire pouvant être utilisés par les enfants pour simuler la maternité (7 exemplaires), les bols pour les ablutions (6 exemplaires), les ­brûle-parfums (5 exemplaires) et les bouteilles (4 exemplaires). Certaines poteries rares n’ont été rencontrées qu’en un exemplaire, soit une lampe, un ­lave-pieds, un poids de moustiquaire circulaire, un présentoir à galettes et un vase pour laver ou se laver.

P2.1. Les poteries décorées ne couvrent pas tous les usages de la céramique. Elles ne concernent pas la préparation de la nourriture.

12Il y a exclusion entre les classes 3 et 4 et la classe 1a. Les poteries des classes 3 et 4 ne ­comportent aucune poterie en relation avec la ­préparation de la nourriture (classe 1a), notamment les poteries allant sur le feu ou servant à la conservation du grain, du poisson ou de l’huile de poisson (grandes jarres de stockage) ne sont jamais décorées.

Figure 5 – Sahona. Potière somono F. Kayentao (Tapo).

Figure 5 – Sahona. Potière somono F. Kayentao (Tapo).

Montage d’une poterie décorée (fig. 11 : 03129) sur moule et tournette. Tradition somono du sud.

© MESAO

Chaines opératoires de montage

P05. Les diverses fonctions des poteries communes d’usage domestique (classe 1a) ne se distinguent pas sur le plan des chaînes opératoires de montage.

13Dans le cadre des traditions peul et somono du Delta, Grégoire de Ceunick (1992, 1993, 1994) a pu démontrer, sur la base d’un corpus de 411 poteries, qu’il était possible d’obtenir une bonne classification fonctionnelle des poteries de la classe 1a en se fondant sur trois dimensions : la hauteur externe, le diamètre maximum externe et le diamètre interne à l’ouverture (au niveau de l’étranglement du col s’il y en a un, au niveau de la lèvre s’il n’y en a pas). Les 12 classes fonctionnelles redéfinies se répartissent alors dans l’espace à trois dimensions sans recoupement.

14Nous avions repris cette question dans le cadre des traditions céramiques dogon en nous fondant également sur trois mesures : la hauteur, le diamètre maximum de la panse et le diamètre de l’ouverture au niveau de la lèvre. Les catégories fonctionnelles retenues sont ici : marmites pour cuire la sauce, marmites pour cuire le mil, coupes pour cuire les galettes de céréales, bols pour les ablutions, jattes pour laver ou se laver, jarres pour transporter l’eau, jarres pour conserver l’eau, jarres pour préparer la bière de mil (Gallay 2012a).

15Dans un cas comme dans l’autre, ces catégories très générales de poteries domestiques de classe 1a ont le mérite d’être simples et utilisables dans des contextes ethniques variés. Elles rendent compte clairement de l’éventail des utilisations potentielles des récipients dans la vie domestique, mais ne concernent pas les formes spécialisées propres aux traditions du Delta – tabourets, poids de moustiquaire, brûle-parfums, etc – dont l’identification fonctionnelle sur la base de critères morphologiques ne pose pas de problèmes (classes 2a et 2b).

16Dans le Delta, comme en Pays dogon, ces diverses catégories ne sont pas corrélées avec des différences significatives dans les chaînes opératoires de montage en dehors de l’influence due à la complexité formelle de la poterie, à l’adjonction éventuelle d’un pied ou aux dimensions plus ou moins grandes des poteries qui entraînent un ­certain allongement de la chaîne opératoire, allon­gement dû notamment à un plus grand nombre de colombins utilisés. Il n’y a, par exemple, pas de préparation d’argile spéciale pour les récipients allant au feu.

P06. Les chaînes opératoires des céramiques somono décorées (classes 3 et 4) se distinguent des chaînes opératoires de la céramique d’usage courant (classes 1a et 2a) par un plus grand nombre de gestes.

  • 5 Les noms des potières regroupent, en première position, le patronyme de jeune fille (hérité de son (...)

17Douze montages de poteries décorées ont été observés à Sahona auprès de la potière somono Fatuma Kayentao (Tapo)5. Il s’agit des montages 184 (bouteille à col 03127), 185 (bouteille à col 03129 (fig. 5, 11), 186 (brûle-parfums 03131), 187 (brûle-parfums 03132, fig. 10), 188 (poids ­rectangulaire 03133), 189 (poids rectangulaire sans fiche descriptive), 190 (brûle-parfums 03134), 191 (poids circulaire 03135), 193 (lave-pieds-tabouret 03137), 194 (lampe sur pied 03138), 195 (vase à ablutions 03140) et 196 (couvercle de brûle-parfums 03139) (tabl. 2).

Tableau 2 – Importance de l’investissement décoratif dans les chaînes de montage des poteries décorées de tradition somono

N° montage /

Type

N gestes

N décor

% décor

N peigne

% peigne/gestes

% peigne/décor

184 / 03127

Bouteille à col

419

233

55,60%

60

14,30%

25,80%

185 / 03129

Bouteille à col

401

204

50,90%

46

11,50%

22,60%

186 / 03131

Brûle-parfums

360

116

32,20%

42

11,70%

36,20%

187 / 03132

Brûle-parfums

397

169

42,60%

49

12,30%

29,00%

188 / 03133

Poids

92

58

63,00%

16

17,40%

27,60%

189 / --

Poids

80

46

57,50%

12

15,00%

26,10%

190 / 03134

Brûle-parfums

242

69

28,50%

28

11,60%

40,60%

191 / 03135

Poids circulaire

109

35

32,10%

11

10,10%

31,40%

197 / 03137

Lave-pieds

288

86

29,90%

33

11,50%

38,40%

194 / 03138

Lampe

324

112

34,60%

41

12,70%

36,60%

195 / 03140

Ablutions

186

70

37,60%

20

10,80%

28,60%

196 / 03139

Couvercle

85

47

55,30%

23

27,10%

48,90%

 

Sommes

2983

1245

41,70%

381

12,80%

30,60%

Montages observés dans le village Sahona. Le premier numéro correspond au corpus des séquences de montage observées, le second au numéro de la fiche où la poterie concernée est figurée

18La séquence la plus commune se présente pour les formes simples comme suit :

  • modelage et creusement d’une boule d’argile dans le moule posé sur une tournette ;

  • façonnage de l’ébauche et du corps de la préforme, creusement de l’ébauche puis adjonction de colombins, mise en forme par raclage ;

  • façonnage du col de la préforme par adjonction de colombins et mise en forme par raclage ;

  • engobage avec une argile jaune possible ;

  • décor d’impressions au peigne et au poinçon de bois ;

  • retournement de la poterie sur le moule et façonnage du fond par adjonction d’un colombin, éventuellement décor du bas de la panse avec un peigne de fer traîné ;

  • engobage avec une argile jaune possible.

19Les pièces complexes impliquent le façonnage de parties distinctes, puis leur assemblage. L’adjonction avant cuisson d’un engobe d’argile jaune, qui donnera aux récipients après cuisson une coloration rouge uniforme, ne concerne que certaines poteries. L’incrustation de kaolin blanc dans les impressions après cuisson, qui peut se combiner avec la pratique précédente, est par contre beaucoup plus générale pour les poteries décorées. De brèves périodes de séchage correspondent à des interruptions plus ou moins longues des montages dues aux reprises du travail sur d’autres céramiques fabriquées en parallèle.

20Le tableau 2 montre l’importance prise par les opérations en relation avec la réalisation du décor, qui donne une moyenne de 41,7 % de l’investissement technique. Les impressions au peigne représentent quant à elles le 12,8 % du total des opérations et le 30,6 % des opérations en relation avec la réalisation du décor.

P07. Cette différence concerne également les céramiques de style somono fabriquées par des potières bambara, les céramiques de tradition peul et les céramiques de tradition sonraï.

21Il existe également dans les traditions peul et sonraï du Delta des poteries décorées différentes stylistiquement des poteries somono. La richesse de l’ornementation permet de considérer que ­l’investissement technique nécessaire à ce type de poterie est comparable à l’investissement requis pour les poteries somono, bien que nous ne pos­sédions pas d’enquête sur les montages de ces céramiques. Ceci est également valable pour les quelques poteries bambara de style somono dont le décor est très proche de celui des poteries fabriquées par les potières somono.

P1.2. Les chaînes opératoires des céramiques décorées (classes 3 et 4) se distinguent des chaînes opératoires des céramiques d’usage courant peu décorées (classes 1a et 2a) quelle que soit la tradition.

22Les montages portant sur des poteries communes d’usage domestiques enquêtées – soit 4 pour la tradition somono du sud, 20 pour la tradition somono du nord et 69 pour la tradition peul – ­permettent d’avancer que ces derniers sont bien moins complexes que les montages des poteries décorées en ce qu’ils nécessitent un nombre moins élevé d’opérations (tabl. 3).

Tableau 3 – Nombre d’opérations impliquées dans la fabrication des poteries de tradition somono et peul

Traditions

Nombre de montages observés

Nombre d’opérations (moyenne)

Nombre d’opérations (minimum)

Nombre d’opérations (maximum)

Tradition somono
Poteries décorées
(classes 3 et 4)

12

249

80

419

Tradition somono
Poteries d’usage courant
(classes 1a et 2a)

24

95

23

209

Tradition peul
Poteries d’usage courant
(classes 1a et 2a)

69

49

11

241

Diffusion des poteries

P08. Les poteries d’usage courant (classes 1a et 2a) sont introduites dans l’économie de marché.

23La diffusion primaire des céramiques de la potière vers l’utilisateur s’inscrit dans le cadre des économies à marchés périphériques propres à la zone sahélienne (Bohanan & Dalton 1962). Elle comprend à la fois des dons, des échanges marchands et non marchands, et intègre des réseaux à la fois sociaux et commerciaux (de Ceuninck 2000 ; Gallay 2010a).

24Les échanges marchands portant sur les céramiques d’usage courant (classes 1a et 2a) se superposent aux transferts non marchands dans le cadre d’un réseau de marchés locaux ; ils se déroulent directement de producteur à consom­mateur. Ces transferts utilisent aujourd’hui la monnaie d’État (CFA), mais peuvent également comporter fréquemment des trocs : on échange ainsi souvent des poteries contre des céréales. La transaction peut avoir lieu au domicile de la potière, à celui du consommateur ou sur un ­marché local, dans le village de la potière ou dans un autre village.

25La carte d’extension globale des poteries d’origine somono, illustrée par la répartition des mabwe-kwalu (appartenant à la classe 1a ; fig. 7) montre une extension au nord du lac Débo en dehors de la zone occupée par les Somono. Cette extension provient de la diffusion des poteries d’usage courant sur les marchés du Gimbala, notamment le marché de Sah, par des potières travaillant au sud du lac (Burri 1996, 2003a).

26Le choix de ce type de poterie de classe 1a (poteries culinaires de formes simples) pour illustrer la répartition spatiale de la tradition somono vient du fait que la forme de la poterie, notamment son bord épaissi en bourrelet, est spécifique de cette tradition et que l’identification du type et de son appartenance à la tradition somono s’effectue sans possibilité d’erreur (fig. 6).

P09. Les poteries décorées (classes 3 et 4) peuvent être échangées contre des céréales ou achetées directement auprès des potières par une tierce personne en vue d’un don.

27Sur 42 poteries somono décorées dont nous connaissons le mode d’acquisition nous notons : 16 dons, 13 achats, 2 échanges, 9 héritages et 2 poteries trouvées dans la concession au moment de l’occupation des lieux.

28Les achats des poteries décorées peuvent avoir été effectués auprès des potières par les personnes qui désirent en faire cadeau à une tierce personne. La transaction utilise la monnaie d’État, mais peut également faire l’objet d’échanges, poterie contre céréales par exemple. Les cas d’achats non effectués au domicile d’une potière, qui fonctionne également comme atelier, sont très rarement documentés :

  • les deux jarres pour conserver l’eau 4249 et 4264 de Ngourema semblent avoir été achetées à des potières faisant leur tournée de vente en pirogue ;

  • les deux vases à ablutions 04353a et b pro­venant de Sahona ont été enquêtés sur le marché de Djenné ;

  • les deux jarres pour conserver l’eau d’une concession peul de Sofara 04477 et 04492 pour-raient avoir été achetées sur le marché de cette agglomération.

P010. Les poteries décorées (classes 3 et 4) font l’objet de dons.

29La notion de don a souvent été mal comprise dans la mesure où de nombreux auteurs l’associent à celle de contre-don, soit à une contrepartie plus ou moins obligatoire. Une définition plus ­restrictive de ce concept est donc nécessaire ici afin de le distinguer clairement de l’échange non marchand : « Le don est la cession d’un bien qui implique la renonciation à tout droit sur ce bien ainsi qu’à tout droit qui pourrait émaner de cette cession, en particulier celui d’exiger quoi que ce soit en contrepartie » (Testart 2007 : 19). Cette définition est du reste entièrement confirmée par l’analyse que propose Philippe Descola de cette notion dans son « écologie des relations » (Descola 2005 : 428-435).

P011. Les poteries décorées (classe 4) sont notamment offertes à l’occasion de mariages et peuvent faire partie de la dot.

30On peut citer ici :

  • deux dons de jarres pour conserver l’eau sont considérés comme faisant partie de la dot de l’épouse (00012 et 00066) :

  • la jarre pour conserver l’eau 03004 (fig. 14) et le tabouret 03037 ont été donnés par la potière F. Kayentao (Tapo) de Sahona à une autre potière de la famille à l’occasion de son mariage ;

  • la coupe à offrande (sans n°) a été offerte dans le cadre d’un mariage. À cette occasion, la nouvelle mariée place une galette de céréales (mil ou riz) dans la coupe et en fait cadeau à ses beaux-parents. Ce sont les gens de Djenné qui utilisent surtout ce type de poterie.

P012. Les poteries décorées (classe 4) sont notamment offertes à la mère à l’occasion de la naissance d’un enfant ou pour ses enfants.

31Les poteries décorées peuvent être liés à des cadeaux en relation avec des enfants :

  • le brûle-parfums 03085 a été donné par la potière F. Kayentao (Tapo) à l’occasion de la naissance d’une fille de sa sœur (fig. 10) ;

  • le poids rectangulaire 03037 a été donné aux petites filles en guise de poupée pour le porter dans le dos en imitant les mères adultes.

P013. Les poteries décorées somono (classes 3 et 4) se retrouvent essentiellement dans des familles somono et sont exceptionnelles en milieu bozo.

32Nous observons sur 84 poteries identifiées quant à l’appartenance ethnique de la concession : 53 poteries somono (63,1 %), 10 poteries bambara (11,1 %), 8 poteries peul (9,5 %), 5 poteries forgerons des Peul d’origine somono (6 % ; Gallay 2000), 3 poteries marka (3,6 %), 2 poteries bozo (2,4 %), 2 poteries sonraï (2,4 %), 1 poterie bella (1,2 %).

  • 6 Ce chiffre englobe les données de Ngouréma, concession 2, soit les productions de potières d’origin (...)

33Si l’on réunit les concessions rattachées glo­balement au monde bozo-somono parlant ou ayant parlé bozo, nous obtenons 60 poteries, soit 71,4% des poteries du corpus6 avec concordance des ­ethnies du producteur et du consommateur. La présence de poteries décorées en contexte bozo reste néanmoins exceptionnelle, ce qui conforte l’idée d’une très étroite relation entre les cérami­ques décorées et les Somono (Gallay 1992, 2012c).

34La carte de répartition des concessions bozo-somono ayant fait l’objet d’un inventaire exhaustif (tab. 4, fig. 6) confirme cette interprétation. Les six points délimitent approximativement la zone occupée par les Bozo et les Somono. Les deux con­cessions bozo de Taidogola (établissement 6), qui ne possèdent pas de céramiques décorées au peigne, ont un effectif de céramiques très restreint. L’établissement n’est pas un village permanent, mais un campement de pêche aux huttes de paille.

Figure 6 – Répartition spatiale en nombre absolu des céramiques décorées au peigne (cercles) sur fond de courbes isofréquences des mabwe-kwalu, spécifiques de la tradition somono.

Figure 6 – Répartition spatiale en nombre absolu des céramiques décorées au peigne (cercles) sur fond de courbes isofréquences des mabwe-kwalu, spécifiques de la tradition somono.

Les courbes isofréquences sont calculées sur la base de la fréquence du décor au peigne sur l’ensemble des céramiques dans l’inventaire exhaustif des céramiques décrites dans les concessions enquêtées d’un village. Des ruptures dans l’espacement de ces courbes permettent de définir des territoires de fréquence maximale (en grisé). La rupture centrale, permettant d’opposer une tradition Sud et une tradition Nord, est due à la très faible densité de villages dans cette zone intermédiaire. 6. Taidogola, camp sans céramique décorée au peigne. Numérotation des villages : tableau 4

Tableau 4 – Distribution des céramiques décorées au peigne

No

Villages

Ethnies dominantes dans le village

Nombre de concessions bozo ou somono enquêtées

Nombre de céramiques décorées au peigne

Nombre de céramiques dans les concessions enquêtées

Nombre de céramiques dans les concessions Bozo ou somono

1

Aoré (village, campement)

Bozo, Somono

1 P, 1 NP

2

106

106

2

Bango

Bozo, Somono

1:00 PM

6

100

100

3

Kakagnan Bozo

Bozo, Somono

1 P, 1 NP

1

270

99

4

Kobassa

Somono

1 P, 1 NP

8

251

197

5

Sahona

Bozo, Somono

1:00 PM

38

147

147

6

Taidogola

Bozo

2 NP

-

38

38

13

Ngouréma

Peul, Bozo

1:00 PM

5

127

81

9

Djenné

mixte

-

5

33

-

10

Hogel Kortji

Peul

-

2

109

-

14

Sénoussa

Peul

-

2

86

-

15

Siratinti

Bambara, Somono

-

6

73

-

16

Sirimu

Bozo

-

5

0

-

18

Sofara

mixte

-

2

85

-

7

*Arkodia

Peul, Sonraï

-

1 (1824)

168

-

8

*Diou

Sonraï

-

1 (2321)

102

-

11

*Kirchamba

Peul, Sonraï

-

1 (1502)

57

-

12

*Korientzé

Peul, Sonraï, Bambara

-

1 (0864)

39

-

17

*Sobo

Bambara

-

1 (2556)

64

-

 

 

 

 

87

 

 

Les villages marqués d’un astérisque sont situés en dehors de la zone occupée par les Bozo et les Somono. NP : concession sans potière ; P : concession de potières. Les décomptes portent uniquement sur les concessions enquêtées exhaustivement

35On notera que cette concordance entre ethnie du producteur et ethnie du consommateur est un phénomène général dans le Delta. G. de Ceuninck et nous-mêmes (Gallay 1992 ; Gallay & de Ceuninck 1998) avons en effet montré que l’attribution ­ethnique la plus fréquente des poteries dans une concession est statistiquement représentative de l’ethnie des occupants, ceci malgré les mélanges introduits par l’économie de marché.

P014. Les poteries décorées sont relativement rares dans les concessions.

36Hormis la concession des Sahona, dans laquelle la poterie décorée représente 21 % de l’inventaire, les concessions ne possèdent généralement qu’un nombre très faible de poteries décorées investies techniquement. La situation de Sahona est particulière puisqu’il s’agit de la concession d’une potière spécialisée dans la confection de poteries décorées.

P1.3. Contrairement aux poteries domestiques d’usage courant, les poteries décorées (classes 3 et 4) sont exceptionnellement achetées sur les marchés.

37Notre expérience des marchés hebdomadaires du delta intérieur du Niger montre que les poteries décorées sont très rarement offertes à la vente sur ces places fréquentées par des ethnies très variées.

P2.2. La répartition spatiale des poteries décorées (classes 3 et 4) signale la zone de production de ce type de céramique.

38Les poteries des classes 3 et 4 étant essentiellement diffusées dans un environnement proche, on peut démontrer que l’aire de répartition de la consommation coïncide avec l’aire de production de ces poteries.

Figure 7 – Répartition spatiale en nombre absolu des céramiques décorées au peigne (cercles) sur fond de courbes isofréquences de ce décor

Figure 7 – Répartition spatiale en nombre absolu des céramiques décorées au peigne (cercles) sur fond de courbes isofréquences de ce décor

Les deux images (nombre absolu et fréquences) sont légèrement décalées à cause de la très haute fréquence de décors au peigne présente à Sahona et du fait, qu’au nord, les occurrences du décor sont faibles par rapport aux autres décors présents

39La carte de répartition des poteries décorées au peigne délimite correctement la zone occupée par les Somono, à l’exception de quatre poteries, toutes situées dans le Gimbala au nord du lac Débo (fig. 7), soit :

  • 01824 (Arkodia) : jarre à eau acquise par héritage (fig. 12) ;

  • 02321 (Diou) : tabouret acheté à Saya (1445-406) ;

  • 01502 (Kirchamba) : jarre à eau à pied produite par M. Assura, la grand-mère sonraï de notre interlocutrice qui a travaillé à Sirakoro, près de Ké Massina, où elle a appris à fabriquer ce type de céramique auprès d’une potière somono ou bambara (fig. 15) ;

  • 00864 (Korienzé) : jarre à eau trouvée dans la concession au moment de l’emménagement, et dont le fond, régulièrement arrondi, parle en faveur d’une poterie montée sur fond retourné par une potière probablement bambara (fig. 19) ;

  • 02556 (Sobo) : tabouret trouvé (sans précision de lieu).

Techniques génériques

P015. Dans la boucle du Niger, delta intérieur et Pays dogon, les modalités de façonnage de l’ébauche, soit de l’ébauche et de la préforme, et les supports utilisés pour le montage de la céramique sont de bons marqueurs des identités sociales et ethniques.

  • 7 Les traditions de la boucle du Niger reconnaissent six techniques génériques qui peuvent se combine (...)

40Les traditions céramiques se distinguent les unes des autres d’abord par les techniques génériques7 en relation avec le façonnage de la préforme. Ces techniques se caractérisent également par les supports utilisés lors du montage et les outils du façonnage.

41Les particularités des techniques génériques est revendiquée par les potières comme un moyen de différencier leur artisanat de celui des potières n’appartenant pas à leur propre groupe socio-culturel, caste ou groupe ethnique (Gallay 2005, 2012b ; Mayor 2010, 2011).

Règles

P3. Dans le delta intérieur du Niger (Mali) les poteries décorées présentant un investissement technique inhabituel (classe 3 et 4) se démarquent des poteries communes tant sur le plan de la fabrication que sur le plan des modalités de diffusion et de consommation.

42L’allongement significatif de la chaîne opératoire de montage de certaines poteries, dû à la richesse du décor et au traitement des surfaces, avant (engobage d’argile) et après (incrustation de kaolin blanc) la cuisson, permet d’obtenir des ­poteries stylistiquement particulières. Leurs modalités de diffusion échappent en grande partie à l’économie de marché et intègrent des modalités de consommation particulières.

43Étant donné le lien spatial et social très fort unissant les potières productrices (se disant Somono, femmes de forgerons des Somono ou femmes de forgerons) à l’origine de la tradition céramique somono et les populations de pêcheurs riziculteurs de langue bozo (Bozo et Somono), l’aire de répartition des poteries décorées coïncide avec celle de ces populations (Gallay & de Ceuninck 1998 ; Gallay 2007b).

P4. Dans le delta intérieur du Niger les poteries décorées (classe 3 et 4) remplissent, en plus des fonctions domestiques, des fonctions sociales en relation avec le mariage et font l’objet de dons. On peut donc considérer ces poteries comme des biens de prestige.

44Outre des fonctions utilitaires et domestiques en relation avec leur forme, les poteries s’intègrent dans des pratiques sociales particulières en relation avec le mariage : dot de la mariée, cérémonie du mariage, naissance et éducation des enfants. Nous pouvons utiliser pour ce type de poterie le terme de « bien de prestige » bien que cette notion ne s’exprime pas par un terme particulier dans la langue de nos informateurs (Gallay 2010b, 2013a).

P5. D’une manière générale, la fréquence des poteries spécifiques, décorées ou non (classe 1 à 4), dans la plupart des concessions de l’ethnie exprime le statut ethnique de l’occupant alors que la relative rareté des poteries spécifiques décorées (classes 3 et 4) souligne le caractère de bien de prestige de ces poteries au niveau ethnique et social.

45Si l’on prend la céramique du Delta, toutes ­ethnies confondues, l’origine ethnique de l’ensemble du corpus céramique d’une concession, toutes classes confondues (classes 1 à 4), exprime statistiquement le statut ethnique de l’occupant. Au-delà, la spécificité des rares poteries décorées (3 et 4) confirme ce statut et révèle en plus le statut de bien de prestige de ce type de poterie.

P6. Dans le delta intérieur du Niger les variations des chaînes opératoires de montage dues aux diverses fonctions utilitaires et domestiques sont peu importantes. Par contre le contexte social introduit une variabilité significative : spécification du montage de la préforme face aux traditions étrangères et investissement décoratif important dans les poteries de mariage particulières au groupe ethnique.

46Les diverses fonctions utilitaires et domestiques des poteries d’usage courant peu décorées n’impliquent aucune variation des techniques de fabrication de la céramique, si ce n’est celles dues à l’influence des dimensions et des proportions des récipients (classe 1a) ou de la complexité formelle (classe 1b).

47Dans ce cadre, l’affirmation de l’identité et de l’appartenance sociale de la potières vis-à-vis de l’extérieur passe par une particularisation des modalités de façonnage de la préforme (classes 1 à 4) face aux pratiques des potières étrangères. Par contre le contexte social peut entraîner une diversification importante des chaînes opératoires de montage des céramiques.

48L’affirmation de l’identité ethnique des productrices et des consommateurs vis-à-vis de l’extérieur est à mettre en relation avec la fabrication et la possession de poteries décorées spécifiques impliquant un investissement technique plus important (classes 3 et 4). L’affirmation de l’identité et du statut social de la mariée à l’intérieur de son groupe ethnique passe par la possession de poteries décorées spécifiques impliquant un investissement technique plus important (classes 3 et 4 ; fig. 8).

Figure 8 – Techniques de montage de la céramique comme composantes du marquage social

Figure 8 – Techniques de montage de la céramique comme composantes du marquage social

Discussion et conclusion

49Ce travail s’inscrit dans une perspective ethnoarchéologique qui se donne pour objectif de définir certaines règles susceptibles d’être appliquées aux vestiges archéologiques. L’ethnoarchéologie est donc une discipline essentielle visant à approfondir la démarche archéologique au sens large (Gallay 2013b). L’approche logiciste proposée permet d’expliciter notre démarche et donne la possibilité au lecteur de mieux en évaluer la portée et, éventuellement, d’en contester les fondements. Elle permet selon nous d’accéder rapidement et sûrement à une information que les formes plus traditionnelles de rédaction ont tendance à rendre plus difficile à maîtriser.

50Les enquêtes menées sur l’ensemble du delta intérieur du Niger et du Pays dogon révèlent qu’il existe de nombreuses traditions céramiques distinctes. À quelques exceptions près, dont les Bozo, toutes les ethnies de la boucle du Niger possèdent leurs propres traditions céramiques. Ces traditions sont maintenues, même lorsque des potières d’origine sociale distincte occupent le même village. Le travail de description que nous menons ne peut être utile sur le plan anthropo­logique et archéologique que si nous pouvons ­dégager des régularités applicables à d’autres situations historiques observées, tant dans le monde actuel que dans le passé, un travail de décontextualisation inhabituel en ethnographie. Ce type d’approche commence à porter ses fruits au niveau archéologique comme en témoigne la synthèse historique proposée par A. Mayor sur l’histoire des populations de la Boucle du Niger (Mayor 2011). La portée des règles dégagées ne sera précisée qu’à travers la multiplication des études de cas et une meilleure compréhension des mécanismes économiques, sociaux et éventuel­lement éthologiques situés à l’origine des phénomènes observés, mécanismes qui, seuls, peuvent assurer la généralisation des règles proposées (Gallay 2011b).

51Ces dernières ne prétendent en aucune manière avoir valeur universelle. Elles ne font que synthétiser nos observations sous une forme permettant une confrontation plus facile avec d’autres points du temps et de l’espace. Elles forment les matériaux de base de la construction d’une anthropologie générale à venir, en proposant une médiation entre le concept de culture et celui de société dans les sens retenus par Alain Testart (2012). Cet anthro­pologue oppose en effet la notion de culture, pour laquelle les notions de phylogénie et d’insertion dans l’histoire sont pertinentes, à la notion de société, pour laquelle la phylogénie n’est pas per­tinente. Le discours généralisant porté sur les différentes sociétés fait en effet essentiellement appel à l’homologie et au comparatisme. Cette distinction nous paraît recouvrir la distinction fondamentale entre histoire (scénarios) et structure (régularités) (Gallay 2011b). Les termes de culture et de société posent donc un certain problème car ils donnent à penser qu’il s’agit de deux réa­lités anthropologiques d’ordre différent sur le plan ontologique. En fait, les deux approches ne s’opposent qu’au niveau technique (dans le sens des méthodologies d’acquisition des connaissan­ces). Ces deux perspectives portent sur la même réalité sociale au sein de laquelle s’imbriquent des composantes techniques, économiques, sociales et politiques, toutes réalités susceptibles d’être abordées sur le plan des scénarios ou des régu­larités et donc de présenter des composantes phy­logénétiques ou des composantes purement taxinomiques.

52Les travaux sur l’ethnoarchéologie de la céramique sont rares en Afrique de l’Ouest. Dans l’optique qui est la nôtre ici, les études menées par N. S. Gueye (1997-98, 2011) dans la vallée du fleuve Sénégal relèvent aussi qu’une lecture identitaire du décor est possible dans certaines circonstances. Cette chercheuse montre en effet que les décors roulés permettent, chez les Toucouleur Halpulaaren, de différencier les productions des femmes de forgerons de celles des femmes de tisserands ou de boisseliers. La richesse relative des décors permet par contre d’affirmer l’identité sociale des consommateurs. Les céramiques les moins décorées sont en effet diffusées par l’intermédiaire des marchés et peuvent se retrouver chez les pasteurs peul. Les céramiques décorées ne sont par contre observables que chez les nobles agriculteurs ou pêcheurs Halpulaaren. Ces dernières circulent en effet par le biais de la vente à domicile ou itinérante et s’observent dans le cadre des relations de clientélisme et d’échange prestataires liant les artisans et les fournisseurs des produits vivriers. Enfin les céramiques au décor particu­lièrement complexe peuvent faire l’objet de dons de la part des potières lors des mariages. Elles circulent également dans le cadre des échanges paritaires et sont présentes uniquement dans les villages correspondant aux réseaux des alliances matrimoniales du producteur. Cette situation est extrêmement proche de celle que nous constatons dans le delta intérieur du Niger au Mali.

53D’autres recherches concernent des contextes géographiques plus éloignés. Bien que distinct par son approche, notre travail se situe en effet dans le contexte d’une série d’études abordant la question du décor céramique dans des optiques très différentes.

54À propos des Mafa et des Bulahay du Nord Cameroun N. David, J. Sterner et K. Gavua (David et al. 1988) avancent que les motifs décoratifs des poteries, assimilés à des êtres humains ou des esprits, illustrent des concepts cosmologiques et religieux. Les décors seraient un support essentiel de l’idéologie en tant que réification des visions du monde et révéleraient ce qui est localement acceptable par la société. Cette signification se perd néanmoins lorsque les poteries sont transférées au-delà de la société productrice, ce qui ­perturbe leur interprétation en terme d’ethnicité. Nous n’observons rien de tel dans la boucle du Niger, ce qui est du reste souligné par Rogier Bedaux (1988) dans les commentaires de l’article, à propos de la poterie Dogon ; ici, aucune signi­fication religieuse ou idéologique des décors n’est intégrée dans des pratiques relevant du seul social.

55La poterie Luo du Kenya a donné lieu à de nombreux travaux (Herbich 1987 ; Dietler & Herbich 1989 ; Herbich & Dietler 1989, 1991). Le fait que les femmes apprennent la fabrication de la poterie après mariage dans la famille de leur mari favorise, à travers un processus de resocia­lisation, la création de microstyles caractérisés par des registres formels et décoratifs distincts, parfaitement identifiés par les potières. Cette ­production domestique peut, comme au Mali, être diffusée par l’intermédiaire de marchés, mais des marchands achètent également cette pro-duction pour la revendre, ce qui n’est pas le cas dans le delta intérieur. Cette situation favorise une répartition polythétique des caractéristiques céramiques et une diffusion des poteries au-delà des zones de production, une situation qui ne permet pas d’identifier le statut des consommateurs. Cette organisation à marchés périphériques n’est guère différente de celle du delta intérieur. Nous avons néanmoins montré dans cette région qu’une analyse plus approfondie des inventaires des conces­sions permettait de dépasser cette première intuition en montrant des corrélations entre traditions céramiques et ethnies de consommateurs (Gallay & de Ceuninck 1998 : tabl. 3).

56Dans leur article de 1989, Michael Dietler et Ingrid Herbich se posent la question, essentielle pour notre propos, de la signification à accorder aux différences d’investissement décoratif dans la perspective d’une éventuelle fonction informatrice de ces différences. Les auteurs reconnaissent qu’il n’existe aucune mesure empirique du coût énergétique de création du style (Dietler & Herbich 1989 : 159). Nous pensons avoir répondu, au moins partiellement, à cette lacune à travers nos analyses de la complexité des chaînes opératoires qui donnent accès à des évaluations objectives permettant des analyses comparatives. M. Dietler et I. Herbich insistent néanmoins sur le fait que des poteries ayant des significations sociales incontestables, comme les poteries à boire la bière, peuvent être moins investies au niveau du décor que de simples poteries culinaires et présenter de très fortes variations selon les micro-styles. Ces observations contredisent donc nos observations maliennes.

57Toujours au Kenya, Ian Hodder (1979) a mené une série d’enquêtes sur la culture matérielle des populations du lac Baringo, Tugen, Niemps et Pokot. Il montre comment l’effet de distance à partir des sources de production de la céramique génère une courbe décroissante régulière de représentation des types qui peut être altérée par divers effets de frontières. Pour certains types de poteries, ces ruptures peuvent correspondre à des limites ethniques qui se retrouvent dans la dis­tribution d’autres objets, comme les ornements corporels ; ces limites sont renforcées en période de compétition entre populations, une situation guère différente de celle du Mali.

58Enfin, dans un article très synthétique O. Gosselain (2011) reprend l’argument de N. David, J. Sterner et K. Gavua (1988) en mettant en avant les dangers d’interprétations trop univoques. Les pratiques ornementales doivent être placées en rapport avec les autres éléments du monde social. Il insiste sur le fait que les pratiques céramiques s’inscrivent dans l’histoire et peuvent évoluer, comme c’est le cas aujourd’hui pour la régression des décors imprimés au peigne de la céramique somono (Da Silva Gaspar et al. 2005). À propos des potières Ana Ife et Wudu du Sud Togo, il montre que, s’il n’est pas possible de tracer des frontières sur la seule base des apparences de récipients, les techniques de façonnage permettent, comme au Mali, une meilleure approche identitaire.

59D’une manière générale, la position dominante actuelle tend à nier le caractère identitaire des styles céramiques. Notre travail s’inscrit en faux contre cette conception trop radicale, mais montre que la démonstration d’une telle proposition nécessite des analyses très complexes portant sur d’importants corpus de données. Une lecture attentive des travaux ethnoarchéologiques, abordant de près ou de loin cette question, souligne du reste que nos résultats ne s’écartent pas fon­damentalement des données fournies par d’autres régions, données qui mériteraient d’être mieux formalisées pour faciliter les comparaisons.

Haut de page

Bibliographie

Bedaux R. (1988) – Comments of David N., Sterner J. & Gavua K. (1988): Why pots are decorated. Current Anthropology, vol. 29, n° 3, p. 379-380.

Bohannan P. & Dalton G. (éd) (1962) – Markets in Africa. Northwestern University Press, coll. « Northwestern University African studies », n° 9, Evanston.

Burri E. (1996) – Traditions céramiques du Delta intérieur du Niger (Mali) : une méthode de cartographie automatique des composantes stylistiques. Travail de diplôme, dépar­tement d’anthropologie et d’écologie de l’Université, Genève.

Burri E. (2003a) – Cartographie des composantes stylistiques de la céramique dans le Delta intérieur du Niger (Mali). In : La culture matérielle de la Boucle du Niger. Bulletin du Centre genevois d’anthropologie, t. 6, p. 69-93.

Burri E. (2003b) – Habitudes culinaires et spécialités économiques dans le Delta intérieur du Niger au Mali : indications pour une approche ethnologique des ­résidus alimentaires archéologiques. In : M. Besse, L.-I. Stahl Gretsch & P. Curdy (eds.), ConstellaSion : hommage à Alain Gallay, Cahiers d’archéologie romande, coll. « Cahiers d’archéologie romande », 95, Lausanne, p. 375-391.

Ceuninck G. de (1992) – La céramique des Somono du Nord : étude ethnoarchéologique (Travail de diplôme). Départe­ment d’anthropologie et d’écologie de l’Université, Genève.

Ceuninck G. de. (1993) – Production et consommation de la céramique : l’exemple peul et somono du Delta intérieur du Niger. Origini, t. 17, p. 407-426.

Ceuninck G. de (1994) – Forme, fonction, ethnie : approche ethnoarchéologique des céramiques du Delta intérieur du Niger (Mali). In : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique, culturel. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire (14, CNRS-CRA-ERA 36 ; 21-23 oct. 1993 ; Antibes), éds APDCA (Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques), Juan-les-Pins, p. 161-177.

Ceuninck G. de (2000) – La circulation des poteries dans le Delta intérieur du Niger (Mali). In : P. Pétrequin, P. Fluzin, J. Thiriot, P. Benoit (éds). Arts du feu et productions artisanales. Rencontres internationales d’archéo­logie et d’histoire (20, CNRS-CRA ; 21-23 oct. 1999 ; Antibes), éd APDCA (Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques), Juan-les-Pins, p. 221-236.

Da Silva Gaspar L., Gosselain O., Livingstone-Smith A. & Elhady N. (2005) – Potières et poteries de Dia. In : R.M.A. Bedaux, J. Polet, K. Sanogo & A. Schmidt (éds). Recherches archéologiques à Dia dans le Delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003. CNWS publications, Leiden, p. 315-349.

David N., Sterner J. & Gavua K. (1988) - Why pots are decorated. Current Anthropology, vol. 29, n° 3, p. 365-389.

Descola P. (2005) – Par-delà nature et culture. NRF Galli­mard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », Paris.

Dietler M. & Herbich I. (1989) – Tich Matek : the technology of Luo pottery production and the definition of ceramic style. World archaeology, vol. 21, n° 1, ceramic technology, p. 148-164

Gallay A. (1992) – A propos de la céramique actuelle du delta intérieur du Niger (Mali) : approche ethnoarchéologique et règles transculturelles. In : Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites. Rencontres ­internationales d’archéologie et d’histoire (12 ; 17-19 oct. 1991 ; Antibes), éd. APDCA (Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques), Juan-les-Pins p. 67-89.

Gallay A. (2000) – Peuplement et histoire de la boucle du Niger (Mali) : un exemple de recomposition sociale dans l’artisanat du feu. In : P. Pétrequin, P. Fluzin, J. Thiriot & P. Benoit (éds) Arts du feu et productions artisanales. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire (20, CNRS-CRA ; 21-23 oct. 1999 ; Antibes), éd. APDCA, Antibes, p. 237-259.

Gallay A. (2005) – Céramiques, styles, ethnies : les traditions céramiques du Delta intérieur du Niger (Mali) entre ethnologie et archéologie. In : B. Martinelli (éd.). L’inter­rogation du style : anthropologie, technique et esthétique. Colloque du CNRS : Style et expressions stylistiques – approches ethnologiques (17-19 nov. 1999 ; Collège de France, Paris). Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, p. 97-115.

Gallay A. (2007a) – 25 ans de logicisme : quel bilan ? In : Congrès du centenaire : un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire (26e congrès préhistorique de France, Avignon, 21-25 septembre 2004), p. 23-36.

Gallay A. (2007b) – Les jarres de mariage décorées du delta intérieur du Niger (Mali) : essai de délimitation archéologique d’une territoire ethnique. The Arkeotek Journal 1 (http://www.thearkeotekjournal.org/).

Gallay A. (2010a) – Les mécanismes de diffusion de la céramique traditionnelle dans la boucle du Niger (Mali) : une évaluation des réseaux de distribution. In : C. Manen, F. Convertini, D. Binder & I. Sénépart (éds). Organisation et fonctionnement des premières sociétés paysannes : ­structure des productions céramiques (Séance SPF, Tou­louse, mai 2007). Société préhistorique française, coll. « Mémoires de la Société préhistorique française », 51, Paris, p. 265-281.

Gallay A. (2010b) – Une approche anthropologique de la notion de bien de prestige. Numéro spécial consacré aux Actes du 12e colloque sur les Alpes dans l’Antiquité (Yenne, Savoie, 2-4 octobre 2009). Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines (Aoste), t. 21, p. 29-44.

Gallay A. (2011a) – De mil, d’or et d’esclaves : le Sahel précolonial. Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Le savoir suisse : histoire », 72, Lausanne.

Gallay A. (2011b) – Pour une ethnoarchéologie théorique. Errance, Paris.

Gallay A. (2012a) – Anthropologie, ethnohistoire, ethno­archéologie du fer : quelle place accorder au discours des acteurs ? In : B. Martinelli & C. Robion (éds). Métal­lurgie du fer et sociétés africaines. Colloque d’Aix en Pro­vence (Aix en Provence, 23-24 avril 2010. Archaeo­press, coll. « British Archaeological Reports, International series », 2395, Oxford, p. 245-258.

Gallay A. (2012b) – Potières du Sahel : à la découverte des traditions céramiques de la boucle du Niger (Mali). Infolio, Gollion.

Gallay A. (2012c) – Utilisation de la céramique d’origine somono et peul chez les pêcheurs bozo du Delta ­intérieur du Niger (Mali). Afrique, Archéologie, Arts, t. 8, p. 45-82.

Gallay A. (2013a) – Biens de prestige et richesse en Afrique de l’Ouest: un essai de définition. In : Baroin C. & Michel C. (éds.) Richesse et sociétés. Colloques de la Maison de l’Archéologie et de l’ethnologie René Ginouves, 9, de Boccard, Paris, p. 25-36.

Gallay A. (2013b) – Les fondements théoriques de l’ethno­archéologie vus à travers une pratique africaine. In : F. Lugli, A. Stoppiello  & S. Biaggetti (eds.) Ethnoarchaeology : current research and Fieldl methods. Conference proceedings, Rome, Italy, 13th-14 may 2010. Archaeopress, coll. « British Archaeological Reports, International series », 2472, Oxford, p. 18-23.

Gallay A. & de Ceuninck G. (1998) – Les jarres de mariage décorées du Delta intérieur du Niger (Mali) : approche ethnoarchéologique d’un bien de prestige. In : B. Fritsch, M. Maute, I. Matuschik, J. Müller & C. Wolf (eds). Tradition und Innovation : prähistorische Archäologie als historische Wissenschaft : Festschrift für Christian Strahm. M. Leidorf, coll. « Internationale Archäologie. Studia honoraria », 3, Rahden, p. 13-30.

Gallay A., Huysecom E. & Mayor A. (1998) – Peuples et céramiques du Delta intérieur du Niger (Mali) : un bilan de cinq années de missions (1988-1993). P. von Zabern, coll. « Terra Archaeologica : monographies de la Fondation Suisse-Liechtenstein pour les recherches ­archéologiques à l’étranger », 3, Mainz.

Gardin J.-C. (1979) – Une archéologie théorique. L’Esprit critique (Adaptation française de Archaelogical constructs : an aspect of theoretical archaeology, 1980. Cambridge University Press Cambridge). Hachette, Paris.

Gosselain O. (2011) – Pourquoi le décorer ? Quelques observations sur le décor céramique en Afrique. Azania, archaeological research in Africa, vol. 46, n° 1, p. 3-19.

Gueye N.-S. (1997-1998) – Poteries et peuplements de la moyenne vallée du fleuve Sénégal du 16e au 20e siècle : approches ethnoarchéologiques et ethnohistoriques (Thèse es lettres et sciences humaines). Université de Paris X-Nanterre, Paris.

Gueye N.-S. (2011) – Dis-moi quel pot tu as et je te dirai qui tu es ! Matérialiser les identités sociales dans les décors céramiques de la moyenne vallée du fleuveSénégal (nord du Sénégal). Azania : archaeological resarch in Africa, t. 46, fasc. 1, p. 20-35.

Herbich I. (1987) - Learning patterns, potter interaction and ceramic style among Luo of Kenya. The african archaeological review, vol. 5, p. 193-204.

Herbich I. & Dietler M. (1989) – River-Lake nilotic Luo. In : J. Barbour & S. Wandibba (eds), Kenya pots and potters, chapter 3, p. 26-40.

Herbich I. & Dietler M. (1991) – Aspecte of the ceramic system of the Luo of Kenya. In : L. Hartwig & V. Rüdiger (eds), Töpferei- und Keramikforschung, vol. 2, Töpfereiforschung- archäologisch, ethnologisch, Volks-kundlich, Beiträge des internationalen Kolloquiums 1987 in Schleswig. Rudolf Habelt, Bonn, p. 105-135.

Hodder I. (1979) – Pottery distributions : service and tribal areas. In : M. Millet (éd.). Pottery and the archaeologist. Institut of archaeology, coll. occasional publication, n° 4, Londres, p. 7-23.

Mayor A. (2010) – Outils de potières au Mali : chaînes opératoires et traditions techniques. Bulletin de la société préhistorique française, t. 107, fasc. 4, p. 643-666.

Mayor A. (2011) – Traditions céramiques dans la boucle du Niger : ethnoarchéologie et histoire du peuplement au temps des empires précoloniaux. Africa Magna Verlag, coll. « Journal of African archaeology monograph series », 7, « Peuplement humain et paléoenvironnement en Afrique de l’Ouest », 2, Frankfurt am Main.

Testart A. (2007) – Critique du don : essai sur la circulation non marchande. Errance et Syllepse, coll. « Matériologiques », Paris.

Testart A. (2012) – Avant l’histoire : l’évolution des sociétés de Lascaux à Carnac, Gallimard, Paris.

Haut de page

Annexes

Figure 9 – Bols à ablutions et lave-pieds : Siratinti (00998), Sahona (03023, 03137, 03140 et 03155), Sirimu (P9)

Figure 9 – Bols à ablutions et lave-pieds : Siratinti (00998), Sahona (03023, 03137, 03140 et 03155), Sirimu (P9)

Figure 10 – Braseros et brûle-parfums : Sahona (03085, 03132, 03134 et 03157)

Figure 10 – Braseros et brûle-parfums : Sahona (03085, 03132, 03134 et 03157)

Figure 11 – Bouteilles et lampes : Bango (00621 et 00637), Sahona (03129, 03130 et 03138), Sirimu (P7)

Figure 11 – Bouteilles et lampes : Bango (00621 et 00637), Sahona (03129, 03130 et 03138), Sirimu (P7)

Figure 12 – Jarres : Arkodia (01824), Ngourema (04244 et 04263)

Figure 12 – Jarres : Arkodia (01824), Ngourema (04244 et 04263)

Figure 13 – Jarres : Kobassa (00012 et 00018), Bango (00603), Ngourema (04264)

Figure 13 – Jarres : Kobassa (00012 et 00018), Bango (00603), Ngourema (04264)

Figure 14 – Jarres : Kobassa (00066), Sahona (03004), Sofara (04477).

Figure 14 – Jarres : Kobassa (00066), Sahona (03004), Sofara (04477).

Figure 15 – Jarres : Kirchamba (01502), Sahona (03002 et 03003), Sirimu (P4)

Figure 15 – Jarres : Kirchamba (01502), Sahona (03002 et 03003), Sirimu (P4)

Figure 16 – Jarres : Kobassa (00089), Hogel Kortji (00301), Sénoussa (00902), Ngourema (04249)

Figure 16 – Jarres : Kobassa (00089), Hogel Kortji (00301), Sénoussa (00902), Ngourema (04249)

Figure 17 – Jarres : Kobassa (00214), Bango (00604), Aoré (02232), Djenné (04386)

Figure 17 – Jarres : Kobassa (00214), Bango (00604), Aoré (02232), Djenné (04386)

Figure 18 – Jarres : Kobassa (00082, 00083, 00205 et 00210)

Figure 18 – Jarres : Kobassa (00082, 00083, 00205 et 00210)

Figure 19 – Jarres : Bango (00600), Korienzé (00864), Sofara (04492), Sirimu (P15)

Figure 19 – Jarres : Bango (00600), Korienzé (00864), Sofara (04492), Sirimu (P15)

Figure 20 – Poids de moustiquaire et pieds de lit : Sahona (sans n°, 03019 et 03095), Lardé Balé (04327)

Figure 20 – Poids de moustiquaire et pieds de lit : Sahona (sans n°, 03019 et 03095), Lardé Balé (04327)

Figure 21 – Tabouret : Kakagna (02792), Sahona (03005 et 03007), Sirimu (P18)

Figure 21 – Tabouret : Kakagna (02792), Sahona (03005 et 03007), Sirimu (P18)

Figure 22 – Bassines pour laver et tabourets : Sahona (03067, 03071, 03075 et 03113)

Figure 22 – Bassines pour laver et tabourets : Sahona (03067, 03071, 03075 et 03113)

Figure 23 – Jarres bambara de style somono : Hogel Kortji (00298), Sénoussa (00950), Siratinti (01021)

Figure 23 – Jarres bambara de style somono : Hogel Kortji (00298), Sénoussa (00950), Siratinti (01021)

Figure 24 – Jarres bambara de style somono : Siratinti (01024, 01034, 01068 et 01073)

Figure 24 – Jarres bambara de style somono : Siratinti (01024, 01034, 01068 et 01073)
Haut de page

Notes

1 MESAO : Mission ethnoarchéologique suisse en Afrique de l’Ouest, université de Genève, direction Alain Gallay et Éric Huysecom, de 1986 à 1995.

2 Rappelons que le logicisme, un terme proposé par J.-C ­Gardin (1979), correspond à une mise en forme plus contrainte et explicite de l’argumentation sous forme d’enchaî­nements
de propositions répondant à la formule « si Pi alors Pi+1 ». Ce type de présentation, inspirée de l’empirisme logique, facilite la compréhension des inférences et une lecture plus rapide de l’exposé (Gardin 1979 ; Gallay 2007a, b).

3 Afin de ne pas alourdir le texte nous utiliserons le terme de « poterie décorée » pour « poterie richement décorée » tout en sachant qu’il peut exister dans les classes 1a et 2a des décors simples que l’on peut qualifier de « pauvres ».

4 Les numéros des poteries apparaissant dans le texte et dans différents tableaux font référence à notre corpus de base comprenant plus de 6 200 fiches, regroupant au sein d’une numérotation continue nos informations sur les villages, les concessions, les potières et les poteries. Ces références sont indispensables pour pouvoir comparer les données de base présentées dans différents livres et articles et établir ainsi des concordances documentaires entre ces différents travaux. Cette documentation est distincte des corpus consacrés aux chaînes opératoire de montage.

5 Les noms des potières regroupent, en première position, le patronyme de jeune fille (hérité de son père) et, entre parenthèses, le patronyme du mari, selon l’usage retenu par les ethno­logues.

6 Ce chiffre englobe les données de Ngouréma, concession 2, soit les productions de potières d’origine somono se disant aujourd’hui appartenir à la caste des forgerons des Peul ­(Gallay 2000).

7 Les traditions de la boucle du Niger reconnaissent six techniques génériques qui peuvent se combiner au sein d’une même tradition : le montage au colombin, le moulage sur forme convexe, le moulage sur forme concave, le pilonnage sur forme concave, le modelage, le creusement et l’étirement d’une motte. Ces dernières mettent en oeuvre des techniques spécifiques, raclage, lissage, rabotage etc., définies par le type de pression exercé et par son impact sur l’argile (A. Gelbert in Gallay 2012b).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 1 – Schéma de l’argumentation
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 2 – Typologie fonctionnelle des céramiques traditionnelles de la Boucle du Niger
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 3 – Sahona. Deux jarres à eau décorées produites par la potière somono F. Kayentao (Tapo)
Légende La poterie de gauche est une poterie dite « jarre du docteur », une forme « inventée » par un médecin colonial en collaboration avec une potière locale.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 4 – Sahona. Poterie décorée produite par la potière somono F. Kayentao (Tapo).
Légende Décors imprimés au peigne et au poinçon.
Crédits © MESAO.
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 5 – Sahona. Potière somono F. Kayentao (Tapo).
Légende Montage d’une poterie décorée (fig. 11 : 03129) sur moule et tournette. Tradition somono du sud.
Crédits © MESAO
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 6 – Répartition spatiale en nombre absolu des céramiques décorées au peigne (cercles) sur fond de courbes isofréquences des mabwe-kwalu, spécifiques de la tradition somono.
Légende Les courbes isofréquences sont calculées sur la base de la fréquence du décor au peigne sur l’ensemble des céramiques dans l’inventaire exhaustif des céramiques décrites dans les concessions enquêtées d’un village. Des ruptures dans l’espacement de ces courbes permettent de définir des territoires de fréquence maximale (en grisé). La rupture centrale, permettant d’opposer une tradition Sud et une tradition Nord, est due à la très faible densité de villages dans cette zone intermédiaire. 6. Taidogola, camp sans céramique décorée au peigne. Numérotation des villages : tableau 4
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 7 – Répartition spatiale en nombre absolu des céramiques décorées au peigne (cercles) sur fond de courbes isofréquences de ce décor
Légende Les deux images (nombre absolu et fréquences) sont légèrement décalées à cause de la très haute fréquence de décors au peigne présente à Sahona et du fait, qu’au nord, les occurrences du décor sont faibles par rapport aux autres décors présents
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 8 – Techniques de montage de la céramique comme composantes du marquage social
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 9 – Bols à ablutions et lave-pieds : Siratinti (00998), Sahona (03023, 03137, 03140 et 03155), Sirimu (P9)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 10 – Braseros et brûle-parfums : Sahona (03085, 03132, 03134 et 03157)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 11 – Bouteilles et lampes : Bango (00621 et 00637), Sahona (03129, 03130 et 03138), Sirimu (P7)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 12 – Jarres : Arkodia (01824), Ngourema (04244 et 04263)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 13 – Jarres : Kobassa (00012 et 00018), Bango (00603), Ngourema (04264)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 14 – Jarres : Kobassa (00066), Sahona (03004), Sofara (04477).
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 15 – Jarres : Kirchamba (01502), Sahona (03002 et 03003), Sirimu (P4)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 16 – Jarres : Kobassa (00089), Hogel Kortji (00301), Sénoussa (00902), Ngourema (04249)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 17 – Jarres : Kobassa (00214), Bango (00604), Aoré (02232), Djenné (04386)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 18 – Jarres : Kobassa (00082, 00083, 00205 et 00210)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 19 – Jarres : Bango (00600), Korienzé (00864), Sofara (04492), Sirimu (P15)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 20 – Poids de moustiquaire et pieds de lit : Sahona (sans n°, 03019 et 03095), Lardé Balé (04327)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 21 – Tabouret : Kakagna (02792), Sahona (03005 et 03007), Sirimu (P18)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 22 – Bassines pour laver et tabourets : Sahona (03067, 03071, 03075 et 03113)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 23 – Jarres bambara de style somono : Hogel Kortji (00298), Sénoussa (00950), Siratinti (01021)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Figure 24 – Jarres bambara de style somono : Siratinti (01024, 01034, 01068 et 01073)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/204/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gallay et Elena Burri-Wyser, « Chaînes opératoires de montage et fonctions sociales : les poteries de mariage somono (Mali) », Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014, 13-46.

Référence électronique

Alain Gallay et Elena Burri-Wyser, « Chaînes opératoires de montage et fonctions sociales : les poteries de mariage somono (Mali) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://aaa.revues.org/204 ; DOI : 10.4000/aaa.204

Haut de page

Auteurs

Alain Gallay

13, boulevard du Pont d’Arve, CH-1205 Genève, alain.gallay@unige.ch

Articles du même auteur dans la revue

Elena Burri-Wyser

Archéologie cantonale, SIPAL, DFIRE, 10, place de la Riponne, CH-1014 Lausanne, lena.wyser@vd.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org