Navigation – Plan du site

Henri-Jean Hugot (1916 -2014)

Sylvie Amblard-Pison et Bernard Nantet
p. 9-12

Entrées d’index

Index géographique :

Afrique de l’Ouest/West Africa
Haut de page

Texte intégral

1Henri-Jean Hugot nous a quittés le dimanche 8 juin 2014, dans sa 98e année. Né à Paris en 1916, il consacra sa vie à l’Afrique et plus spécialement au Sahara dont il devint l’un des spécialistes. Vie longue et riche, au parcours impossible à retracer en quelques lignes, dont nous tenons néanmoins à souligner ici quelques aspects.

Figure 1 – Henri-Jean Hugot en 1973 (Akreijit, Dhar Tichitt)

Figure 1 – Henri-Jean Hugot en 1973 (Akreijit, Dhar Tichitt)

© BNantet

  • 1 Site où il effectuera quatre campagnes entre 1971 et 1981 et qu’il qualifiera parfois de « Monodvil (...)

2À l’instar de Théodore Monod, Raymond Mauny et Jean Devisse, Henri Hugot faisait partie de cette génération d’hommes dont la culture encyclopédique et la passion pour la recherche du passé de l’Afrique ont su attirer nombre de jeunes étudiants, africains et africanistes. Beaucoup d’entre eux, aujourd’hui chercheurs ou enseignants à luni­versité, ont participé à ce qui fut l’un des derniers grands chantiers de fouilles archéologiques et de restauration en milieu désertique – celui du village néolithique d’Akreijit1 sur le Dhar Tichitt (fig. 1), en Mauritanie sud-orientale. Nous en faisons ­partie. Nombreux aussi furent les travaux universitaires, réalisés souvent sous sa direction, sur cette région particulièrement riche en vestiges archéologiques et géomorphologiques. D’autres écrits ont suivi et suivent encore la voie qu’il a ainsi tracée. Ses qualités humaines, sa bonne humeur – et souvent sa grande distraction – ont laissé des souvenirs ineffables en chacun d’entre nous. Les habitants de Tichitt et d’Akreijit, dont plusieurs ont travaillé sur le chantier de restauration, se souviennent toujours avec chaleur de lui. Et quel projet de restauration que celui de s’attaquer à un village aux épais murs de pierres sèches s’étendant sur plus de quinze ­hectares, en un lieu particulièrement difficile ­d’accès : seul un homme de son caractère a su oser l’entreprendre.

3De Haute Kabylie, il part enseigner en 1948 en tant quinstituteur, son parcours le conduira au travers du Sahara et de l’Afrique de l’Ouest, jusqu’au Museum National d’Histoire Naturelle de Paris, où il acheva sa carrière comme professeur sans chaire, sous-directeur du laboratoire de Préhistoire, tout en enseignant à l’université de Nanterre. L’abondance d’écrits, qui s’échelonnent de façon régulière sur plus de cinquante ans, témoigne de son intérêt en nombre de domaines et tout particulièrement pour la préhistoire du Sahara et la période néolithique.

4En 1951, alors qu’il est directeur d’école à Aoulef, dans le Tidikelt, en plein cœur du Sahara algérien, il s’intéresse aux vestiges préhistoriques de la région et publie son premier article dans le Bulletin de Liaison Saharienne. L’année suivante, il participe au congrès panafricain de préhistoire à Alger où il fait la connaissance de Théodore Monod. Articles, ouvrages, colloques et congrès s’enchaînent alors, et il gardera la plume jusqu’à près de 90 ans. Parmi ses écrits, son « Essai sur les armatures de pointes de flèches du Sahara » (1957) sert toujours de base de typologie à  bien des chercheurs. Une monographie sur ses recherches menées dans l’Ahaggar nord-occidental de 1950 à 1957, couvrant des périodes aussi variées que le Paléolithique inférieur, l’Atérien et le Néolithique, constitue le premier volume de la longue série des « Mémoires du Centre de Recherches Anthropologiques, Pré­historiques et Ethnographiques » (CRAPE) d’Alger et paraît en 1963.

5Au début des années 1960, attaché de recher­ches au CNRS, il s’installe à Alger où il est chargé de la section de préhistoire saharienne, pendant deux ans, au musée du Bardo. Il participe aux ­missions scientifiques Berliet-Ténéré-Tchad (1959-1960), accompagné d’Henri Lhote et de Raymond Mauny (fig. 2). À l’issue de ces grandes traversées de régions alors les moins connues du Sahara, les documents scientifiques faisant état des premiers résultats sont publiés en 1962 sous sa direction. Par sa formulation, cet ouvrage de 376 pages est déjà le témoignage de sa volonté de faire partager ses découvertes avec le plus grand nombre ; il constitue un indispensable complément scientifique à la connaissance du Sahara néolithique, ébauchée peu de temps auparavant par Henri Lhote lors de l’exposition sur les « Pein­tures préhistoriques du Sahara » au musée des Arts décoratifs à Paris en 1957.

Figure 2 – L’équipe de la mission Berliet-Ténéré en 1960

Figure 2 – L’équipe de la mission Berliet-Ténéré en 1960

De gauche à droite (debout), J. Petit, A. Cornet, le Commandant Armand, Maurice Berliet, H. Lhote, le Général Laurent, A. Naegelé ; assisRHeu, le Dr Vergnes, Brouty, R. Mauny, H.-J. Hugot. (© Hugot 1962)

6En 1963, Henri Hugot succède à Raymond Mauny à la direction du département d’archéo­logie et de préhistoire de l’Institut Français d’Afrique Noire (actuel Institut Fondamental d’Afrique Noire, l’IFAN). Il sera secrétaire général du 6e congrès Panafricain de Préhistoire et de l’étude du Quaternaire (PANAF) de Dakar en 1967 et éditeur des actes. C’est de là que lui viendra l’idée de réaliser un petit manuel à but didactique destiné aux étudiants préhistoriens de l’Afrique francophone, « L’Afrique préhistorique » (Hugot 1970), que Lionel Balout, auteur de la préface, situe « dans les objectifs définis par le Congrès Panafricain de Préhistoire en vue de rendre possible une relève nécessaire à l’Afrique nouvelle, la protection de son patrimoine archéologique, l’extension des recherches aux régions encore trop peu explorées » (ibid. : 2).

7Dans les années 1970, il revient en France et devient maître de conférences, puis professeur, sous-directeur au Museum national d’Histoire naturelle à Paris. Ses études universitaires le mèneront jusqu’à la rédaction d’une volumineuse thèse d’État de près de 900 pages sur la néolithisation en Afrique saharienne et subsaharienne, soutenue en 1979 à luniversité de Paris X Nanterre, sous la direction de Lionel Balout.

8Henri Hugot avait aussi le souci de faire connaître à un large public les résultats de ses recherches, tout en les replaçant dans les paysages qui lui étaient si chers. Plusieurs ouvrages, superbement illustrés par son ami photographe Maximilien Bruggman, virent ainsi le jour : sur le Sahara, le Maroc, le Tibesti, l’art rupestre… Il fut aussi le commissaire général d’une exposition « Le Sahara avant le désert », en 1974, au Museum national d’Histoire naturelle de Paris.

9Parallèlement, il fonda en 1978, aux côtés de Pierre Privat, psychanalyste et médecin, le GRETOREP (Groupe de Recherche sur l’Origine des Représentations Graphiques et Symboliques de l’Homo sapiens).

10Très attaché à sa famille, il avait été fort affecté par le décès de sa femme, Simone, psychologue et sociologue, survenu quelques années auparavant, et qui a toujours été un soutien tout au long de sa vie. Sa disparition laisse un grand vide parmi les archéologues sahariens qui l’ont bien connu ainsi que chez ses nombreux lecteurs. Profondément humaniste, il était toujours à l’écoute de ses ­étudiants comme des Sahariens qui ont partagé de nombreuses années de sa vie. De l’écrivain Roger Frison-Roche, qui avait fait partie de ­l’expédition Berliet, aux photographes qui illustrèrent ses ouvrages ou l’accompagnèrent lors de ses recherches pour mieux les faire connaître, pour tous Henri Hugot était aussi un « passeur ». Il aimait parler de ses découvertes avec ceux qui rêvaient de ces grands espaces désertiques afin de leur en faire mesurer la richesse passée et l’humanité de ses habitants.

Haut de page

Bibliographie

Hugot H.-J. (1951) – Parure néolithique au Tidikelt. Bulletin de Liaison Saharienne, n° 5, p. 41-43.

Hugot H.-J. (1951) – Note sur quelques objets d’usage inconnu récoltés au Tidikelt. Bulletin de Liaison Saharienne, n° 7, p. 58-60.

Hugot H.-J. (1955) – Du Capsien au Tidikelt ? In : Actes du Congrès Panafricain de Préhistoire, IIe session, Alger, 1952. Arts et Métiers Graphiques, Paris, p. 601-603.

Hugot H.-J. (1956) – Note au sujet des gravures rupestres de l’Oued Arak. Bulletin de liaison saharienne, n° 25, p. 50-51.

Delibrias G., Hugot H.-J. & Quezel P. (1957) – Trois datations de sédiments sahariens par le radiocarbone. Libyca, t. 5, p. 267-270.

Hugot H.-J. (1957) – Essai sur les armatures de pointes de flèches du Sahara. Libyca, t. 5, p. 89-236.

Hugot H.-J. (1957) – Un gisement de pebble tools à Aoulef. Travaux de l’Institut de Recherches Sahariennes, vol. 13, p. 131-149.

Hugot H.-J. & Quezel P. (1957) – À propos de quelques graines fossiles du gisement préhistorique de Méniet. Bull. de la Société d’Histoire Naturelle d’Afrique du Nord, t. XLVIII, 5, p. 370-373.

Hugot H.-J. (1960) – Une nouvelle date pour le Néolithique saharien, celle du Ténéréen. Libyca, t. VIII, p. 259-261.

Hugot H.-J. (1962) – Missions Berliet Ténére Tchad. Docu-ments scientifiques. 9 Nov. 1959-7 Janv. 1960, 23 Oct. 1960-9 Déc. 1960. Arts et Métiers Graphiques, Paris.

Hugot H.-J. (1963) – Recherches préhistoriques dans ­l’Ahaggar nord-occidental, 1950-1957. Mémoire du CRAPE, I. Arts et métiers graphiques, Paris.

Hugot H.-J. (1965) – Données récentes sur la question atérienne au Sahara méridional. Quaternaria, VII, p. 79-89.

Hugot H.-J. (1966) – Mission à l’île de Tidra. Bulletin de l’IFAN, vol. 28, n° 1-2, p. 565-564.

Hugot H.-J. (1968) – The origins of agriculture: Sahara. Current Anthropology, vol. 9, n° 5, p. 483-488.

Hugot H.-J. (1969) – Reflexions sur la paleoclimatologie du Sahara. Journal of the Historical Society of Nigeria, p. 137-150.

Hugot H.-J. (1969) – Les communautés urbaines de Tichitt (Mauritanie). Revue française d’Outre-Mer, t. 59, p. 506–512.

Hébrard L., Hugot H.-J. & Thilmans G. (1970) – Données sur le Néolithique de Nouaferd (Mauritanie). Bulletin de l’IFAN, vol. 32, p. 654-670.

Hugot H.-J. (1970) – L’Afrique préhistorique. Hatier Univer­sité Afrique, Paris.

Hugot H.-J. (1972) – Congrès panafricain de préhistoire, Dakar 1967. Actes de la 6e session. Imprimeries ­réunies, Chambéry.

Hugot H.-J. (1972) – Tichitt. Réflexions sur le Néolithique de l’Ouest africain. Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 1, p. 31-33.

Hugot H.-J. (1972) – La Préhistoire du Sahara et le Néolithique de Tichitt. État de la question. Le Saharien, n° 58, p. 17-20.

Hugot H.-J. & Richir C. (1972) – Un biface du Paléolithique Inférieur dans le massif du Rkiz (Hodh occidental, Mauritanie). Notes Africaines, 136, p. 106-108.

Hugot H.-J. & Bruggmann M. (1972) – Maroc. Éditions Silva, Zürich.

Charon M., Hugot H. & Petit-Maire N. (1974) – Les restes humains de Meniet (Ahaggar). Bull. et Mém. de la Soc. d’anthropologie de Paris, vol. 1, n° 2, p. 293-311.

Hugot H.-J. (1974) – Le Sahara avant le désert. Éditions des Hespérides, Toulouse.

Hugot H.-J. (1974) – Le Sahara avant le désert. Un intervalle humide de 5000 ans. Museum National d’Histoire Naturelle/ CNRS, Catalogue d’exposition, Paris.

Hugot H.-J. (1976) – Les gens du matin. Sahara. Dix mille ans d’art et d’histoire. La Bibliothèque des arts, Paris.

Hugot H.-J. (1979) – Le Néolithique saharien. Thèse de doc­torat d’état, Université de Paris X, 4 vol., Nanterre.

Hugot H.-J. (1980) – La néolithisation en Afrique saharienne et subsaharienne. In : Encyclopedia Universalis, p. 1007-1010.

Hugot H.-J. (1980) – Préhistoire du Sahara. In : Histoire générale de l’Afrique. I : Méthodologie et préhistoire africaine. Jeune Afrique, Stock, UNESCO, Paris, p. 619-642.

Hugot H.-J. (1981) – Le signe relève-t-il d’une typologie ? Journal du GRETOREP, n° 3, p. 4-29.

Hugot H.-J. (1981) – Les fouilles de Tichitt. In : Le sol, la parole et l’écrit, Mélanges en hommage à Raymond Mauny, Société française d’Histoire d’Outre-Mer, Paris, p. 23-27.

Hugot H.-J., Roubet C. & Souville G. (1981) – Préhistoire africaine. Mélanges offerts au doyen L. Balout. Éditions A.D.P.F., Paris.

Amblard S., Hugot H.-J. et Vernet R. (1981-82) – Deux importantes découvertes sur le site d’Akreijit (Dhar Tichitt, République Islamique de Mauritanie). L’Anthro­pologie, t. 85, n° 1, p. 125-128.

Hugot H.-J. (1983) – Sahara toujours recommencé. Hachette, Les Quatre Éléments, Paris.

Bruggmann M. & Hugot H.-J. (1993) – Maroc millénaire. La bibliothèque des Arts. Lausanne.

Hugot H.-J. & Bruggmann M. (1999) – Sahara : art rupestre [préface Th. Monod]. Les éditions de l’Amateur, Paris.

Hugot H.-J., Frey P., bruggmann M., Depardon R. & Sèbe A. (2005) – Tibesti : Sahara interdit. A. Sèbe Images, Vidauban.

Hugot H.-J. (inédit) – La mort du coq (essai).

Haut de page

Notes

1 Site où il effectuera quatre campagnes entre 1971 et 1981 et qu’il qualifiera parfois de « Monodville » en hommage à Théodore Monod.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Henri-Jean Hugot en 1973 (Akreijit, Dhar Tichitt)
Crédits © B. Nantet
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 2 – L’équipe de la mission Berliet-Ténéré en 1960
Légende De gauche à droite (debout), J. Petit, A. Cornet, le Commandant Armand, Maurice Berliet, H. Lhote, le Général Laurent, A. Naegelé ; assis, R. Heu, le Dr Vergnes, Brouty, R. Mauny, H.-J. Hugot. (© Hugot 1962)
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Amblard-Pison et Bernard Nantet, « Henri-Jean Hugot (1916 -2014) », Afrique : Archéologie & Arts, 10 | 2014, 9-12.

Référence électronique

Sylvie Amblard-Pison et Bernard Nantet, « Henri-Jean Hugot (1916 -2014) », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://aaa.revues.org/201

Haut de page

Auteurs

Sylvie Amblard-Pison

UMR 7041 du CNRS (ArScAn), Équipe « Ethnologie préhistorique », Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, FR-92023 Nanterre Cedex, sylvie.amblard-pison@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur dans la revue

Bernard Nantet

35, rue Quincampoix, FR-75004 Paris, bernard.nantet@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org