Navigation – Plan du site
Actualités

Les forêts natales. Arts d’Afrique équatoriale atlantique

Exposition au musée du quai Branly-Jacques Chirac (37 quai Branly, 75007 Paris) du 03/10/2017 au 21/01/2018
Alain Person
p. 126-128

Texte intégral

Du rouge au vert tout le jaune se meurt
Quand chantent les aras dans les forêts natales
Abatis de pihis
Il y a un poème à faire sur l’oiseau qui n’a qu’une aile
Nous l’enverrons en message téléphonique
Traumatisme géant
Il fait couler les yeux
Voilà une jolie jeune fille parmi les jeunes Turinaises
Le pauvre jeune homme se mouchait dans sa cravate blanche.
Tu soulèveras le rideau
Et maintenant voilà que s’ouvre la fenêtre…

Guillaume Apollinaire Les fenêtres (Calligrammes 1918)

Grande vitrine de l’exposition abritant 102 reliquaires kota répartis par unités stylistiques

Grande vitrine de l’exposition abritant 102 reliquaires kota répartis par unités stylistiques

© Alain Person

1L’aire culturelle concernée par cette nouvelle exposition du musée du quai Branly-Jacques Chirac (MQB-JC) recouvre le sud du Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon et l’ouest du Congo, et non pas un seul pays parce que la plupart des nations africaines actuelles ont été inventées par les chancelleries occidentales lors de la conférence de Berlin en 1884-1885. De même, il n’y a pas dans cette exposition de référence ethnique : les notions d’ethnies définies vers 1930 ne recouvrant, le plus souvent, de nos jours que des enjeux politiques contemporains, parfois dramatiques. Il s’agit bien ici de cultures.

  • 1 Conservateur général, Directeur du département du patrimoine et des collections du MQB-JC

2Ces œuvres d’art de l’Afrique équatoriale atlantique sont offertes aux regards du grand public par Yves Le Fur1, commissaire de l’exposition. Il fait prendre conscience aux visiteurs, par l’intelligence de sa présentation, qu’il y a en Afrique – et en particulier en Afrique forestière – d’importantes expressions de cultures diversifiées qui se sont développées en de multiples interactions aux cours des siècles derniers. L’objet exposé daté le plus ancien remonte ici au xviie siècle.

3À l’instar de l’Europe, les arts plastiques africains enregistrent fidèlement l’évolution des cultures au cours d’une histoire complexe bien que dépourvue de documentation écrite autochtone. Pour cette démonstration, l’équipe d’Yves Le Fur a sélectionné un corpus exceptionnel composé de plus de trois cent objets – sculptures et masques, tous anthropomorphes –, en se tournant vers les très riches collections du MQB-JC et vers les œuvres les plus célèbres conservées dans les institutions muséales européennes – entre autres Museum Fünf Kontinente (Munich), musée d’Histoire naturelle (La Rochelle), musée Dapper (Paris), musée Barbier-Mueller (Genève) – et américaines (The Metropolitan Museum of Art, Dallas Museum of Arts), ainsi que vers des collections privées incontournables (Congrégation du Saint-Esprit, Philippe Ratton, Alain Bovis).

Statue protectrice punu fin xixe- xxe siècle

Statue protectrice punu fin xixe- xxe siècle

31 × 18 × 18 cm ; MQB-Jacques Chirac, n° d’inventaire : 71.1943.0.433X

© musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Gautier Deblonde

Tête d’ancêtre gardien de reliquaire fang fin xixe-début xxe siècle

Tête d’ancêtre gardien de reliquaire fang fin xixe-début xxe siècle

64 × 21 × 21,5 cm , musée Dapper. N° d’inventaire : 2664 ; anciennes collections : Joseph Brummer (Paris et New York), Carl Reininghauss (Vienne), Jacob Epstein (Londres)

© Archives musée Dapper, photo Hughes Dubois

4Les deux grands types d’œuvres retenus correspondent à deux grands types de fonctions : plus intimes et familiales pour les sculptures essentiellement gardiennes de reliquaires protégeant les ossements ancestraux ; plus sociales pour les masques cérémoniels, initiateurs ou justiciers. « L’exposition se propose de présenter les principaux styles … à la manière d’une histoire de l’art qui définit les différents degrés d’expressions et de variations formelles » (Yves Le Fur).

5Ce sont donc sur des critères d’histoire de l’art classique que s’articulent les regroupements des objets permettant de les différencier en unités régionales et en sous-unités stylistiques alors qu’ils ont la même fonction. Ce mode de présentation permet de prendre conscience de l’intérêt de l’observation des caractéristiques stylistiques sur des séries d’objets, en début d’exposition chez les gardiens de reliquaires fang. Les évolutions et les variations témoignent des relations complexes constitutives de  l’histoire de ces sociétés toujours en mouvement à l’échelle de quelques générations. Le plus grand choc pour le visiteur vient, lorsqu’au détour d’un mur, il entre dans une salle immense dont l’unique vitrine s’étire sur plusieurs dizaines de mètres de long et rassemble plus d’une centaine de figures de reliquaires kota, dont le style allant vers l’abstraction diffère totalement de celui presque réaliste des masques-heaumes qui leur sont associés. Il est ainsi possible d’observer les caractéristiques communes présentes sur des reliquaires provenant d’une même sous-unité culturelle (soulignées par un petit schéma présent dans la vitrine). L’on peut retrouver également dans deux groupes différents des éléments semblables qui témoignent ainsi de leurs liens. Chaque objet est associé à un cartel rappelant son histoire depuis son arrivée en Europe. La logique de l’ensemble de la présentation différencie d’abord les œuvres provenant du nord de l’Afrique équatoriale atlantique avec les statues de reliquaires et les masques fang, ainsi que des masques des Kwele liés aux rites du Beete. Viennent ensuite les productions de l’est de la région avec les masques et les gardiens de reliquaires kota ainsi que les plus rares statues-boîtes à reliques des Mbede. Puis c’est le tour de ceux du centre de l’aire culturelle avec les masques polychromes des Galwa, des Aduma, des Vuvi et les figures de reliquaires et piliers sculptés des cases rituelles des Tsogo. Enfin, le sud termine ce parcours avec les masques noirs et blancs des Punu, associés aux danseurs sur échasses du Mukudj, ceux des Punu-Tsengi et des Punu-Lumbo plus connus.

6Tout au cours du parcours, le visiteur reste à l’abri des allusions à l’art du vingtième siècle européen et peut donc percevoir en toute indépendance d’esprit les œuvres africaines pour ce qu’elles sont. Les rapports entre créateurs européens et arts africains ayant été déjà clairement abordés par ailleurs par Yves Le Fur au cours de l’exposition précédente, Picasso l’Africain, qui s’est déroulée de mars à juillet 2017 en ces mêmes lieux.

7Les Forêts natales s’accompagne d’une reprise de l’étude des objets présentés, en particulier des reliquaires kota, qui avait été amorcée en 1986 lors d’une table ronde organisée à l’occasion de la première exposition du musée Dapper.

8Le catalogue de l’exposition comporte plusieurs synthèses de Louis Perrois sur les Fang, les Kwélé et les Kota, mais aussi un chapitre méthodologique enraciné sur les conceptions de Frans Olbretchs, auteur de la fameuse exposition d’Anvers de décembre 1937 à janvier 1938 sur les Arts du Congo belge. Cyrille Bela, de l’université de Yaoundé 1, nous initie avec brio à la complexité des sociétés Fang-Beti. Guy Calver et Charlotte Grand-Dufay nous apportent leurs regards d’historiens. Pierre Amrouch évoque la figure d’Aristide Courtois, collectionneur célèbre mais aussi administrateur colonial et coureur de brousse, découvreur pour l’Europe des masques kwélé. Patrick Mouguiama Daouda, spécialiste des langues bantoues, apporte sa contribution à l’étude du contexte de ces créations artistiques. Jean-Claude Andrault nous fait profiter de ses observations de terrain sur la diversification stylistique des masques en fonction du contexte local. Christophe Moulherat (praticien du scanner à rayons X) s’est chargé de l’approche analytique des reliquaires et de l’étude des patines suintantes des sculptures fang. Enfin Alisa LaGamma, conservatrice en chef du département des arts d’Afrique, d’Océanie et d’Amérique du Metropolitan Museum of Art de New York évoque l’origine punu des muses de l’Avant-Garde des artistes du xxe siècle.

9Pour conclure, cette exposition s’inscrit dans une approche des arts d’Afrique par les méthodes classiques de l’histoire de l’art. Elle est dans la lignée de l’exposition d’Anvers (déjà évoquée) et de celles du Museum of Primitive Art de New York réalisées par Robert Goldwater dans les années 1960. Des expositions récentes du musée du quai Branly-Jacques Chirac s’inscrivent dans cette voie, en particulier les Maîtres de la sculpture de Côte d’Ivoire d’Eberhard Fischer et Lorenz Homberger (d’avril à juillet 2015) et celle intitulée Du Jourdain au Congo de Julien Volper (de novembre 2016 à avril 2017). En l’absence de texte autochtone la lecture des formes et des matériaux par l’approche analytique deviennent des supports indispensables à la compréhension des arts d’Afrique. Yves Le Fur a le mérite de nous le montrer clairement ici.

10Que l’œuvre ait appartenu à Paul Guillaume ou à Charles Ratton, qu’elle soit soclée par Kichizo Inagaki ou par un autre ne présentent qu’un intérêt en termes d’histoire de l’art occidental du xxe siècle, sinon économique. Pour apprécier pleinement les œuvres africaines, désormais reconnues universellement pour leur valeurs esthétique et culturelle, il faut pouvoir les rencontrer mais aussi les comprendre, c’est ce que permet cette exposition exceptionnelle.

Haut de page

Notes

1 Conservateur général, Directeur du département du patrimoine et des collections du MQB-JC

Haut de page

Table des illustrations

Titre Grande vitrine de l’exposition abritant 102 reliquaires kota répartis par unités stylistiques
Crédits © Alain Person
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/1066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Statue protectrice punu fin xixe- xxe siècle
Crédits 31 × 18 × 18 cm ; MQB-Jacques Chirac, n° d’inventaire : 71.1943.0.433X
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/1066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Tête d’ancêtre gardien de reliquaire fang fin xixe-début xxe siècle
Légende 64 × 21 × 21,5 cm , musée Dapper. N° d’inventaire : 2664 ; anciennes collections : Joseph Brummer (Paris et New York), Carl Reininghauss (Vienne), Jacob Epstein (Londres)
Crédits © Archives musée Dapper, photo Hughes Dubois
URL http://aaa.revues.org/docannexe/image/1066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Person, « Les forêts natales. Arts d’Afrique équatoriale atlantique », Afrique : Archéologie & Arts, 13 | 2017, 126-128.

Référence électronique

Alain Person, « Les forêts natales. Arts d’Afrique équatoriale atlantique », Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 13 | 2017, mis en ligne le 05 novembre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://aaa.revues.org/1066

Haut de page

Auteur

Alain Person

Articles du même auteur dans la revue

Haut de page

Droits d’auteur

CNRS - ArScAn. Cartographie d’après www.geoatlas.fr

Haut de page
  • Logo ArScAn - Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR7041)
  • Logo Ethnologie Préhistorique
  • Logo CNRS
  • Revues.org